Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
23 mai 2011 1 23 /05 /mai /2011 12:06

   

DEBKAfile Analyse exclusive 22 mai 2011, 8:05 PM (GMT+02:00)

 

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info

Tags:  Barack Obama      Israel    AIPAC    Israel-Palestinian peace 

 

 

Barack Obama clarifie sa position

 

 

Le Président des Etats-Unis, Barack Obama, a corrigé l’impression rude perçue en Israël, de son discours sur le Moyen-Orient du 19 mai, au cours d’une des déclarations les plus pro-israéliennes jamais faite par aucun Président américain auparavant. Il a expliqué aux 11.000 délégués du Comité des affaires publiques américano-israéliennes (AIPAC), lors de la conférence de l’AIPAC ce dimanche 22 mai, que les frontières définitives israélo-palestiniennes seront différentes des lignes de 1967, grâce à des « échanges sur la base d’accords mutuels », selon la position qu’il a défendue.


Obama est revenu sur les garanties offertes par le Président Bush au Premier Ministre Ariel Sharon, en 2004, contre un retour sur les limites indéfendables de 1967, ajoutant que les changements démographiques sur le terrain et les intérêts des deux camps les rendaient irréalistes et qu’elles étaient susceptibles d’être modifiées au cours de négociations.

 

Le Président américain a, ainsi, répondu à l’objection cardinal émise de façon insistante par le Premier Ministre Binyamin Netanyahou, lorsqu’ils se sont rencontrés à la Maison Blanche, vendredi 20 mai, bien que Netanyahou ait été accusé par les critiques en interne, d’avoir exagéré sur ce dossier. Netanyahou a répliqué en affirmant qu’il était déterminé à travailler avec Obama pour trouver des solutions permettant de relancer les pourparlers de paix et a exprimé qu’il appréciait profondément ses efforts et son discours. Obama a aussi été influencé par les vives critiques auxquelles il a dû faire face dans les médias américains, qui n’ont pas seulement ignoré les principes qu’il avait établi dans sa plus vaste vision de l’ensemble des problèmes du Moyen-Orient, mais l’ont accusé de se faire l’entremetteur du Président de l’Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas pour l’attirer vers un retour à la table des négociations, après deux ans d’absence.

 

Dans un discours construit pour séduire une audience solidement pro-israélienne, Obama a propose une autre concession de taille, en clarifiant son précédent commentaire : jeudi dernier, il avait dit que le futur état palestinien devrait partager des frontières communes avc la Jordanie, l’Egypte et Israël, mais n’avait pas fait la moindre référence aux garanties de sécurité exigées par Israël, telles qu’une présence militaire sur la frontière du Jourdain. Dimanche, le Président américain a expliqué que le retrait de Tsahal du territoire qui serait conféré à l’état palestinien serait graduel, de façon à ce qu’il corresponde à la capacité des forces de sécurité du nouvel état à déjouer le terrorisme, le trafic d’armes et les infiltrations. Autrement dit, Israël demeurerait dans la Bande Occidentale (Judée-Samarie). Les sources militaires de Debkafiles insistent sur le caractère vital de cette correction importante, parce qu’elle apparaît proche de la perception israélienne de sa propre sécurité.


Obama s’en est tenu à sa définition initiale d’un état palestinien non-militarisé, plutôt que “démilitarisé”, en vue de constituer des forces armées suffisantes pour combattre le terrorisme. Il a appuyé sur le fait que les deux états devait jouir du droit à l’auto-défense.


Il a, également, réitéré son précédent argumentaire affirmant que le statuquo n’était plus tenable, pour trois raisons :

 

1.   La population palestinienne à l’ouest du Jourdain augmente rapidement, rendant difficile pour Israël de demeurer un état juif et démocratique.

 

2.  Les progrès technologiques mettront en péril la présence israélienne dans la Bande Occidentale (Judée-Samarie). Il a fait allusion au stockage de missiles de longue et courte portée, au sein des arsenaux de ses ennemis.


3.  Une nouvelle génération arabe est en train de transformer la région. Par conséquent, Israël ne plus compter sur aucun traité de paix avec un ou plusieurs dirigeants arabes. « Le monde bouge trop vite et se montre trop impatient”, a déclaré Obama.

Au même moment, il a offert à Israël plusieurs engagements importants :

 

Les Etats-Unis maintiendront la supériorité militaire israélienne et sont tenus à une implication inébranlable envers Israël, en tant que patrie du peuple juif. Il a juré d’empêcher l’Iran d’acquérir des armes nucléaires et de s’opposer à toute tentative visant à « gruger la légitimité d’Israël ». Les Etats-Unis se sont opposés au plan palestinien appelant l’ONU à reconnaître unilatéralement sa déclaration d’indépendance d’un état.

 

Israël ne peut pas s’attendre à pouvoir négocier avec un parti qui se consacre à vouloir sa destruction, en d’autres termes, le Hamas, a-t-il ajouté. « Le Hamas doit libérer Gilead Shalit, après l’avoir retenu en otage depuis cinq longues années », a-t-il encore précisé. Les Etats-Unis s’élèveront contre toute tentative d’isoler Israël aux Nations-Unies ou dans n’importe quelle arène internationale. 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

ramuncho 24/05/2011 08:41


Il faut cesser de croire en la parole de OBAMA. Il diyt tout et le contraire de tout, simplement pour obtenir le vote des juifs. Il faut soutenir Israél et son président, tout le reste n'est que
boniments.


Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis