Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
3 mars 2012 6 03 /03 /mars /2012 22:55

 

Obama-Irantarget (Copier)

 

 

 

Dans une interview, largement diffusée dans l’Atlantic Republic, vendredi 2 mars, le Président américain Barack Obama s’en est tenu à la ligne qu'il a prétendu que « les Israéliens partagent », d’après laquelle « L’Iran ne dispose pas encore d’une arme nucléaire et n’est pas encore en position d’obtenir une arme nucléaire, sans que nous ayons un temps relativement long devant nous… ». Selon Debkafile : Cette évaluation n’est certainement pas partagée par les Israéliens.

 

Dans un article publié jeudi, par le New York Times, l’ancien chef des renseignements militaires d’Israël, Amos Yadlin a écrit :

 

“Demander aux dirigeants d’Israël de respecter l’agenda de l’Amérique, et, ainsi laisser la fenêtre d’opportunité d’Israël se refermer, c’est faire de Washington un protecteur de facto de la sécurité d’Israël – un bond énorme qui vouerait le destin des Israéliens à être directement confrontés à une bombe iranienne imminente ».

 

Ces deux points de vue représentent le nœud de discorde fondamentale entre le Président américain Barack Obama et le Premier ministre israélien Binyamin Netanyahou, trois jours avant qu’ils ne se rencontrent à la Maison Blanche, pour discuter comment et quand arrêter l’Iran dans sa course au nucléaire.

 

Lorsqu’Obama a insisté : “Je ne bluffe pas… Lorsque les Etats-Unis disent qu’il est inacceptable que l’Iran obtienne la bombe nucléaire, nous pensons vraiment ce que nous disons”, il ne faisait jamais que déclarer que sa politique demeure inchangée, juste avant cette rencontre.

 

Il a poursuivi en réitérant l’efficacité des pressions diplomatiques et des sanctions économiques contre le régime iranien.

 

Durant les derniers jours, des officiers de haut-rang américains et des sources du Pentagone ont été enrôlés dans le but de formuler des paroles fermes à l’intention des oreilles iraniennes, pour dire aux Israéliens que l’Administration était engagée envers leur sécurité et prête à rendre disponibles les moyens militaires pour détruire la menace nucléaire iranienne. C’était un exercice consistant à assouplir l’opinion israélienne et juive, juste avant l’interview du Président par l’Atlantic et sa négation des positions du gouvernement israélien.

 

L’interview a dit à Israël et aux 14 000 délégués assistant à la convention de l’AIPAC, s’ouvrant à Washington, dimanche 4 mars, de ne pas s’attendre à ce que le discours du Président Obama augure du moindre changement de politique américaine face à l’Iran.

 

Lorsqu’Obama a déclaré : “Je pense que le peuple israélien le comprend”, en référence au refrain : “Toutes les options sont sur la table”, il a préféré ignorer l’écart grandissant entre sa présentation de l’avancée du programme du nucléaire de l’Iran et les conclusions, totalement différents, atteintes par les dirigeants politiques, les experts militaires et du renseignement israéliens.

 

Le point de vue israélien a été posé clairement par Yadlin, lorsqu’il a écrit : “Ce moment décisif serait atteint, lorsque l’Iran sera sur le point de sanctuariser ses installations nucléaires contre une attaque réussie – ce que les dirigeants d’Israël ont appelé « la zone d’immunité ».

 

Les sources militaires et du renseignement de Debkafile notent que, non seulement Israël, mais également le renseignement américain et l’Agence Internationale à l’Energie Atomique de l’ONU, sont convaincus que l’Iran se trouve déjà dans sa seconde phase et, probablement la troisième, de son opération visant à enterrer ses installations nucléaires dans une ou plusieurs zones d’immunité.

 

 

L’interview du Président américain choisit d’ignorer cette sinistre évolution.

 

 

Israël sait que les Etats-Unis disposent des moyens de détruire les installations nucléaires iraniennes, même si elles sont enterrées dans des « zones d’Immunité ». Israël manque de moyens équivalents.

 

Lorsqu’il déclare : “Le peuple israélien comprend que les Etats-Unis ne bluffe pas, lorsqu’il dit que “toutes les options sont sur la table”, Obama, sans aucun doute, se rappelle que le désaccord avec Netanyahou remonte à six mois, lorsque le Premier ministre israélien lui a demandé, en privé, dans les coulisses de l’Assemblée Générale de l’ONU, d’exprimer un consensus américano-israélien autour de « lignes rouges » imposées au programme nucléaire iranien, au-delà desquelles le Président américain s’engagerait à frapper l’Iran. En retour, Israël promettrait de suspendre toute attaque de l’Iran et suivrait les Etats-Unis sur la gestion de ce dossier.

 

Le Président américain avait rejeté sa proposition.

 

Israël n’a pas renoncé à sa position, que Yadlin a exprimé très clairement : “Ce qui est nécessaire c’est une garantie américaine à toute épreuve que, si Israël se retient d’agir en fonction de sa propre fenêtre d’opportunité – et si toutes les autres options ont échoué à stopper la quête iranienne de la bombe –Washington agira pour empêcher l’émergence d’un Iran nucléaire, à partir du moment où il est encore en capacité de le faire »

 

L’absence de cette assurance américaine empêche Israël de se tenir à l’engagement de se refréner d’attaquer l’Iran, quels que soient tous les arguments purement verbaux qui sont lancés à son gouvernement, de la part de Washington.

 

http://www.debka.com/article/21788/

 

DEBKAfile Reportage spécial 2 mars 2012, 8:03 PM (GMT+02:00) 

 

.Adaptation : Marc Brzustowski

 

Partager cet article

Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis