Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 mars 2010 3 24 /03 /mars /2010 08:36

objectif-infofr4.gif

Obama restera dans l'histoire comme celui qui a permis un Iran nucléarisé

par Alan M. Dershowitz, professeur de droit à l’Université d’Harvard, le 23 mars 2010

 

Titre original : Obama's Legacy and the Iranian Bomb

 

Traduction : DEG

 

Un Iran nucléaire constitue la menace la plus grave pesant sur le monde d'aujourd'hui. Parmi toutes les nations capables de produire des armes nucléaires, l'Iran est la seule qui pourrait bien les utiliser effectivement contre ses ennemis.

 

Il pourrait utiliser ces armes dans différents scénarios.

 

D’abord en envoyant une bombe atomique sur Israël, comme ses dirigeants en ont fait à maintes reprises la menace. L'ancien président Hashemi Rafsandjani notait avec jubilation en 2004 qu'une attaque iranienne tuerait au moins 5 millions de Juifs. Il estimait par ailleurs que même si Israël ripostait avec son arsenal nucléaire, l'Iran perdrait probablement 15 millions de ses citoyens, ce qui serait pour lui « un petit sacrifice » consenti en faveur du milliard de musulmans dans le monde.

 

La seconde hypothèse d’utilisation de l’arme nucléaire par l'Iran consisterait à la transmettre à ses auxiliaires, le Hezbollah ou le Hamas.

 

En troisième lieu on peut imaginer qu’un groupe terroriste comme Al Qaeda se retrouve en possession de matériel nucléaire iranien. Cela pourrait arriver avec le consentement de l'Iran ou par le biais d’une collaboration avec des éléments incontrôlés au sein du régime iranien.

 

Enfin, l'Iran pourrait utiliser ses armes nucléaires sans jamais faire exploser la moindre bombe. En menaçant sans arrêt Israël d'anéantissement nucléaire, il pourrait déclencher chez les Israéliens une appréhension si forte qu'elle provoquerait une émigration de masse, un exode des cerveaux ou une baisse importante de l’immigration en Israël.

 

Ce sont là les procédés spécifiques auxquels l’Iran pourrait avoir recours pour utiliser effectivement son arsenal nucléaire, principalement contre l'État juif. Cependant le reste du monde ne serait pas immunisé pour autant contre les entreprises d’un Iran nucléaire.

 

Premièrement, son accession à l’arme suprême provoquerait une course aux armements des nations du Moyen-Orient pour tenter de disposer elles aussi de l'arme nucléaire.

 

Deuxièmement, l’Iran nucléaire inciterait probablement Israël à déclencher à une attaque préventive ou à titre de rétorsion, ce qui mettrait le feu à l'ensemble de la région, provoquant de nouvelles offensives du Hezbollah et du Hamas contre Israël.

 

Troisièmement, cela procurerait à l'Iran le parapluie nucléaire idéal pourrait accélérer son entreprise d’hégémonie régionale. Si l'Irak avait bénéficié d’un parapluie nucléaire quand il a envahi le Koweït en 1990, les forces de Saddam Hussein se trouveraient encore dans ce pays.

 

Quatrièmement, cela encouragerait les éléments les plus radicaux du Moyen-Orient à poursuive leur guerre idéologique et militaire contre les États-Unis et leurs alliés.

 

Et pour finir, l’Iran nucléaire déclencherait inévitablement tout un engrenage d’effets imprévisibles : pour parler simplement, personne ne connaît l'ampleur réelle des dégâts qu'un Iran nucléaire pourrait occasionner.

 

De ce point de vue, permettre à l'Iran de se doter d’armes nucléaires est un peu analogue à la décision des vainqueurs de la première guerre mondiale d’autoriser l'Allemagne nazie de se réarmer dans les années trente. Les nazis eux-mêmes furent surpris de cette complaisance. Joseph Goebbels était sûr que les Français et les Britanniques empêcheraient les nazis de reconstruire la machine de guerre de l'Allemagne.

 

En 1940, Goebbels raconta à un groupe de journalistes allemands que s'il avait été le premier ministre de la France au moment où Hitler avait pris le pouvoir, il aurait dit : « ce nouveau chancelier du Reich, c'est l'homme qui a écrit Mein Kampf, qui a dit telle et telle chose. On ne peut pas tolérer la présence d’un tel homme dans notre voisinage. Ou bien il disparaît, ou bien nous devons l'attaquer ! » Mais continua Goebbels, ils ne l'ont pas fait. Ils nous ont laissés tranquilles et on a pu franchir la phase de risque ; nous avons pu franchir tous les récifs dangereux. Et en fin de course, quand nous étions bien armés, ils ont commencé la guerre ! »

 

Aujourd’hui, la plupart des gens ne savent pas que le premier ministre britannique Neville Chamberlain a permis de restaurer la stabilité financière de la Grande-Bretagne pendant la grande dépression, ni qu’il a introduit une législation généralisant les allocations aux chômeurs, les retraites des travailleurs et l’assistance à tous ceux qui avaient été durement frappés par l'effondrement économique. L’'histoire n’a conservé que le souvenir de son échec face à Hitler. C’est ce qui restera de Chamberlain pour l’histoire. En sera-t-il de même pour la maîtrise de l’arme nucléaire par l'Iran ? S’il parvient à s’en doter dans les prochaines années, ce sera ce que l’histoire retiendra durablement du président Barak Obama. En dépit de l’adoption de la réforme de la santé et malgré une reprise potentielle de l’emploi et de la croissance de l'économie, on se souviendra de M. Obama comme de celui qui aura permis à l'Iran d’obtenir des armes nucléaires. L'histoire ne traitera pas positivement un dirigeant qui aura laissé la première nation « suicide » au monde accumuler autant de puissance, une nation dont les dirigeants ont non seulement exprimé leur volonté de sacrifier des millions de leurs habitants pour une mission de destruction apocalyptique mais qui l’ont fait effectivement au cours de la guerre Iran-Irak.

 

Si l'Iran devient une puissance nucléaire, il faudra faire des reproches à beaucoup de monde. Un rapport commun des services de renseignements publié sous le contrôle du président George W. Bush, a manipulé la vérité en prétendant que l'Iran avait mis fin à son programme d’armement nucléaire. Il a aussi fait silence sur la découverte par ces mêmes services d’une installation nucléaire à proximité de Qom en Iran, qui ne pouvait être utilisée que pour la production d'armes nucléaires. Chamberlain, lui aussi, ne porte pas la responsabilité exclusive du triomphe initial d'Hitler. Il est devenu premier ministre après l’autorisation donnée à Hitler par ses prédécesseurs de réarmer l'Allemagne. Malgré tout, c’est Chamberlain qui a incarné l’échec face à l'ascension d'Hitler. Si l'Iran acquiert des armes nucléaires alors qu’il est au pouvoir, c'est également M. Obama qui incarnera l'échec de l'Occident.

 

M. Dershowitz est professeur de droit à Harvard. Son dernier livre est "The Case for Moral Clarity" (camera, 2009).

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

G
<br /> C'est ça, rêve, Gringoire de chez Jacques Vabre!<br /> <br /> Au cas où tu ne saurais pas lire une carte, Israël fait en tout et pour tout 2 départements français, les pays arabes refusent d'accorder la citoyenneté à des descendants de Palestiniens qui vient<br /> chez eux et vivront chez eux dans les années à venir.<br /> Les frontières actuelles sont le résultat des défaites arabes consécutives depuis 1947. Ils avaient le choix d'accepter la parité, ils l'ont refusée et Mahmoud Abbas refuse encore et toujours de<br /> négocier.<br /> <br /> Quant à "'l'équilibre de la terreur" nucléaire qu'incarnerait l'Iran : s'il lançait une seule ogive, les radiations contamineraient immédiatement tous les peuples de la Région, surtout les<br /> non-protégés : chaque israélien dispose d'un abri anti-atomique, de piqûres à domicile en cas d'attaque biologique, etc : les premiers touchés en masse, comme à Nagasaki et Hiroshima, mais<br /> puissance 1000, seraient : les Palestiniens, les Libanais, les Syriens, etc.<br /> Autrement dit Ahmadinedjad détruirait tout le potentiel humain arabe pour des millénaires.<br /> <br /> D'autre part, en déclenchant une guerre nucléaire, il se prendrait automatiquement les répliques légitimes de tous les états qui ne lui cherchaient pas ombrage : dans la minute ou avant qu'il 'ait<br /> le temps de frapper, tous les sous-marins nucléaires israéliens, sans doute américains, porte-avions, flottes aériennes se déchaîneraient contre Téhéran.<br /> <br /> Qui crois-tu qui va rester debout, à ce compte-là???<br /> Alors jouez donc avec le feu, faux pacifistes et vrais génocidaires, avant que le fureur du Ciel ne s'abattent sur vos frères et sur vous!<br /> <br /> <br />
Répondre
E
<br /> Moi je pense que l'Iran nucléaire forcerait tout simplement Israël à négocier sérieusement avec les Palestiniens. Et voila ce qui fait peur à Israël, perdre le rapport de force qu'elle détient<br /> envers les pays du Moyent-orient.<br /> Ce n'est pas un cadeau que font les personnes comme vous qui, dénonce la menace partout (il y a des juifs en Iran, qui n'ont pas été massacré par le méchant ahmadinedjad). Vous ferize mieux de<br /> militer pour qu'Israël se retire des frontières de 67. Regardez un peu l'évolution des cartes, il y a 150 ans, il y avait pas d'état pour les juifs, et très peu de juifs en Palestine. Les juifs ont<br /> maintenant un état qui est plus grand que ce que l'ONU leur avait accordé en 48. Les israéliens ont les yeux plus gros que le ventre, et ils finiront sans terre. On ne peut pas parler de paix, se<br /> faire passer pour des victimes de voisinage, quand on colonise chaque jours un peu plus les terres de ses voisins. Si Israël s'obstine dans cette voie de colonislisme et d'expansion (envers des<br /> Arabes qui n(ont pas vraiment martyrisé les juifs dans l'Histoire, au moins en comparant le sort des juifs chez les chrétiens avec les chasse aux sorcieres, les pogrom et la shoah), je crains que<br /> le peuple juif regrettera amèrement ce choix dans un avenir pas si lointain. Le plus grave c'est que si la tournure des événements devait changer au moyen-orient avec un Israël défait, je ne crois<br /> pas que l'Occident vous accueille les bras ouvert)<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis