Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
26 juillet 2011 2 26 /07 /juillet /2011 14:48

 

ANALYSE-A-LA-UNE

Oslo et l’Europe à l’épreuve des nihilismes, suspendus au-dessus du vide absolu


 

 

par Marc Brzustowski

 

Pour © 2011 lessakele  et © 2011 aschkel.info


 

Certains ont voulu s'affronter aux 1518 pages d’autojustification d'Anders Breivik, le « tueur-fou » d’Oslo et de l’île d’Utoya, intitulé « 2083 ». Ils n’en retireront, sans doute, qu’une mixture plus ou moins cohérente, relatant le vide moral et spirituel dans lequel se débat ce meurtrier de masse.

 

« Tueur-fou », entre guillemets, car rien, à cette heure, ne démontre qu’il le soit réellement. En tout cas, pas plus que les 99% de socio ou psychopathes (selon la nomenclature en vigueur) qui s’abritent, dans les sociétés occidentales, derrière la normalité extrême de leurs comportements et de leurs pensées, avant l'éventuel passage à l’acte.

 

Ses attitudes –comme le fait de se travestir en policier, symbole de l’ordre moyen- autant que son idéologie, relatent, jusqu’à l’ennui, la préparation mentale d’un sauteur à l’élastique avant le grand balancement dans le vide. Seule ivresse permise, le regain d'adrénaline pour savoir qu'on n'est pas mort.

 

Chrétien auto-déclaré, il fait appel aux Chrétiens « agnostiques et athées » chez qui il reconnaît des « frères en inhumanité », à condition qu’ils partagent le même plus petit dénominateur commun : se reconnaître comme appartenant à la même culture. Mais encore? Celle des « nous aux yeux bleus » contre les « eux » de l’Islam, auquel seul le « Nazisme » apporterait un terreau « créatif ».

 

Il se veut aussi « Templier », à travers son appartenance à la loge maçonnique de « Saint Jean Olaf aux trois colonnes », dont, malheureusement, il n’a été exclu qu’après les faits. Joachim Vélocias (ICI) fait un bon résumé de l’inspiration de cette branche écossaise de la maçonnerie : sa mission serait de venger l’exécution de son Grand Maître, Jacques de Molay, par Clément V en 1314. Les chevaliers dont il se revendique, maniaient le poignard et l’hébreu « Nekam » (vengeance), pour rejeter la divinité du Christ autant que sa preuve chrétienne par la crucifixion.

 

C’est bien ce qu’il faut entendre par « chrétien agnostique » : celui qui se réfère à sa culture occidentale (en d’autres temps, on parla d’Aryanisme), et non à une Eglise ou un corpus de lois et croyances en particulier, censé lui enseigner ce en qui ou quoi il doit croire.

 

Peu importe, donc, le Livre ou la « morale » du « plus petit dénominateur commun » entre la Torah et le Second Testament : l’Amour de son prochain, selon Hillel, au premier siècle, entre « image de D. » et projection au-delà de soi. Ce qui compte est l’amour du crime sanctifié comme « juste » et la désignation de l’ennemi de l’humanité : cette fois, l’Islam, mais 70 ans plus tôt, on aurait pu tout aussi bien en désigner d’autres.

 

On suit donc assez obscurément le fil directeur de la pensée de Breivik qui le conduit de cette référence à l’ordre occulte jusqu’au nazisme, en parfaite cohérence avec lui-même. Au même moment, on est saisi de vertige, sur le fil de la corde raide qui lui permet d’invoquer, aussi bien, Nietzsche que les penseurs  modernes d’Eurabia, dont Bat Ye Or. Car nous avons là tous les ingrédients pour une plongée radicale dans le conspirationisme le plus noir.

 

Le penseur allemand du basculement dans le XXè siècle était tout sauf un antisémite : il fustigeait Wagner, duquel il se sépara, et tous ces penseurs petits-bourgeois allemands qu’il avait en horreur sacrée. Et pourtant, le Nazisme a voulu le récupérer pour excuser la médiocrité de son propre narcissisme racial fondé par un artiste-peintre raté. Il peut en aller de même, à titre du crime de masse comme "oeuvre suprême", chez Breivik. Nietszche et Bat Ye Or l’aident à supporter son propre manque à être, dans une société en déliquescence : celle d’un ciel désespérément vide qui plonge aux fonds des enfers pour tenter d’y puiser du Sens… (avec un double "S" majuscule...).

 

Il n’y a pas antinomie à rejeter la Chrétienté comme spiritualité, tout en empruntant certains canons de la controverse « judéo-chrétienne » du XIIè siècle : comme l’Incarnation de D., qui signe une des divergences multiséculaires les plus remarquables entre Judaïsme et Christianisme… L’essentiel n’est pas la personne de l’Incarné ou son refus, mais simplement, que quelque chose ou quelqu’un ne soit pas et que son évocation enclenche une guerre fratricide mortelle jusqu'à la métaphysique…

 

Pas « d’interférence », non plus, à la reprendre comme « Athéisme culturel » qui ne peut être révélé que par l’extrême de ses actes, tout comme les adeptes du régime nazi ; mais, cette fois, avec le « courage » de l’acte solitaire qui n’est protégé par aucun régime autre que celui du scandale absolu : le meurtre de masse.

 

C’est l’identité de ses victimes, ensuite, qui interroge : toute la tragédie se passe entre Norvégiens : « Templier » drapé dans le sang sacrificiel de son acte, contre société démocrate-chrétienne ou/et socialiste.

 

Un raciste, en tant que tel, va s’en prendre directement, au groupe qu’il rejette. L’acte « rédempteur » de Breivik s’attaque aux deux symboles de son propre gouvernement : les bureaux du Premier Ministre de Norvège, et une île devenue le carrefour de la pensée unique de Norvège : là où on apprend à être un jeune « normal et tolérant » et à haïr, de façon « moyenne », tiède » et sans passion, les « ennemis de la tolérance ». Aujourd'hui, ce seraient les détenteurs d’une identité et d’une terre à défendre - ce qui est inconcevable dans la Norvège de demain- : Israël, par exemple. On sait, désormais, que 48 heures, à peine, avant le drame, ces jeunes victimes se concertaient sur l’utilité du « boycott » contre la seule démocratie du Moyen-Orient. Voilà un défi "socialiste"...

 

On pourrait détecter là une grande lassitude du système pluraliste, dénué de toute exemplarité et de toute transcendance. Pour les jeunes Norvégiens, comme pour Breivik, le ciel est aussi désespérément vide. Aucun modèle ne vaut et s'il marche, alors, il faut trouver les moyens justifiés de le défaire. Le socialisme qu’ils disent défendre est juste froidement humaniste-sélectif, sans souvenir aucun des premiers pionniers et de leurs « petits frères colons » à boycotter définitivement : qu’ils aient incarné le bien suprême hier, ils n’en sont pas moins la marque du mal absolu pour les jeune bourgeois nantis et éduqués dans la naphtaline, d’Oslo.

 

Le trop plein d’aisance génère, chez les uns et chez l’autre, le même malaise, le même manque à être, sauf à se trouver une identité mythique, chez Adolph ou chez Nietszche, qu’importe ! Et un ennemi à haïr pour combler ce vide.

 

Les pays nordiques détiennent des records de niveau de qualité de vie… et de taux de suicide. Le « croisé » moderne est devenu le spectateur d’une histoire qui se fait sans lui, au Moyen-Orient, mais dont les partis exigent des prises de position, jusqu’à la justification du pire.

 

La « Chrétienté » dont se revendique Breivik ou ses clones passés, contemporains et futurs, d’extrême-droite ou de gauche délavée et compassée des dirigeants actuels de la Norvège, est une enveloppe vide : c’est cette espèce de « socialisme » en creux que Jacques Le Goff détecte dans le Christianisme naissant :

 

Breivik reproche aux siens d’avoir perdu leur amour-propre, pour se consacrer, par excès de tolérance à une forme de « xénophilie ». Lui-même est simplement, carrément xénophobe. Ses justifications consistent à prêter un vague sens quelconque à ses actes, sorte de « suicide » de son vivant, se regarder être condamné aux yeux de la société dans laquelle il vit, comme en un purgatoire sans incarnation.

 

Dans un cas comme dans l’autre, on assiste à un monologue stérile, le discours de l’acteur sur ce qu’il fait ; ou le discours à l’infini de la société sur elle-même et sur le monstre qu’elle a conçu. Une société du bien absolu qui relativise tout, même le sens de la vie et de la mort, et jusque-là : celle des autres. Elle ne sait puiser des forces vives » que dans le sang frais des conflits en miroir que lui renvoie son amour de soi, confortable, bien-pensant et terriblement déréalisant.

 

L'Europe doit, d'urgence, repenser son rapport à la transcendance, c'est-à-dire à soi et aux autres (et peut-être même se chercher un "ailleurs", un "au-delà"?), plutôt que se contenter de radoter la même morale vieillissante et désespérante : celle de la diseuse de leçons, -comme de bonne aventure-, qui occulte l'ôdeur des massacres sur lequel repose sa tranquillité feinte d'aujourd'hui...

 

Le problème n'est pas tant "l'invasion musulmane", même si le fait démographique apparaît "démontré", que l'absence de capacité à construire des valeurs positives à défendre face à l'adversité ou à la colonisation culturelle au nom de la "tolérance" : celle qui consiste à se fondre en l'autre par manque à être ou à se massacrer allègrement entre-soi pour mieux faireentrer l'image de l'autre-"rédempteur", parce que dévastateur, enfin "dérangeant"... 

 

Dans ce cas, un terrorisme en vaut un autre : les moyens, les conséquences et les justifications se valent.

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

P
<br /> Bon texte.<br /> <br /> <br />
Répondre

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis