4 Votes

 

Photo Cedre.fr  (Impact de l’attaque au bateau suicide sur le pétrolier français Limburg, le 6 octobre 2002 au large du Yemen).

 

Le site de référence dédié aux affaires maritimes,Tradewind.no révèle aujourd’hui que l’armée américaine assistée d’experts britanniques de la lutte anti-piraterie conduit l’enquête sur le pétrolier japonais M Star.  D’après Tradewind, cette implication de l’US Navy a suscité l’étonnement de certains observateurs dans la mesure ou aucun des protagonistes de l’affaire (le pétrolier immatriculé aux Iles Marshall, la compagnie japonaise MOL -Mitsui OSK Lines-, ou encore l’équipage formé de 16 philippins et 15 indiens) ne sont liés aux Etats-Unis.

La compagnie maritime japonaise MOL , selon les déclarations de son porte-parole, aurait accédé à la demande de l’US Navy de participer à l’enquête. La task force 56 basée à Bahreïn aurait ainsi conduit au cours du week-end  un certain nombre d’investigations à bord sous le contrôle de MOL, alors que les travaux de réparation du navire ont débuté.

La cause de l’enfoncement de la coque sur 14 mètres de large et 7 mètres de haut au niveau de ligne de flottaison, n’est cependant toujours pas établie et reste mystérieuse. MOL maintient la thèse de l’explosion provoquée par une cause externe. Un rapport officieux émis pendant le week end aurait mentionné une surchauffe dans une ou plusieurs citernes du navire. Hypothèse rejetée par le porte parole de MOL rappelant que le dégât  sur  la coque était concave et que par ailleurs aucun dysfonctionnement à bord n’avait été mentionné à aucun moment.

Quant à l’entité britannique associée à l’enquête aux côtés de l’US Navy, il s’agit de l’’UKMTO,  UK Maritime Trade Organisation, basée à Dubaï. L’UKMTO est l’une des pièces essentielles dans le dispositif international de prévention des actes de piraterie dans le Golfe d’Aden et l’Océan Indien.

Par ailleurs,  le site américain d’informations militaires indépendant, The Military Times Media Group apporte un éclairage infirmant la thèse de la collision avec un sous-marin, en introduisant une comparaison avec un incident de ce type survenu l’an dernier dans le Golfe. Le sous-marin d’attaque Hartford avait percuté le vaisseau amphibie New Orleans occasionnant des dégâts autrement plus importants, chiffrés à l’époque à plus de 100 millions de dollars. Military Times esquisse en revanche un parallèle audacieux entre la mésaventure du M Star et le précédent survenu en 2002 avec l’attaque par un bateau suicide d’un pétrolier français, le Limburg, au large des côtes du Yemen . L’attentat était alors signé Al Qaïda.
 

Dominique Bourra, CEO NanoJV.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

A lire également sur des sujets connexes :

 
Détroit d’Ormuz. Pétrolier touché: information coulée. Ce que disent les experts locaux.