Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 août 2011 2 09 /08 /août /2011 09:52

Friday, August 5, 2011

Place Tahrir et Boulevard Rothschild

http://yarongamburg.blogspot.com

Avec la protestation sociale en Israël qui se poursuit, les médias israéliens, ainsi que les médias internationaux élargissent leur couverture de l'événement. Ce mouvement soulève de nombreuses questions: a t-il été une surprise? S'agit-il d'une protestation sociale ou plutôt d'une contestation politique? Il est vrai que de nombreux journalistes se sont empressés de faire une comparaison incongrue entre les révolutions dans le monde arabe et la protestation sociale en Israël. Qu'en est-il?

 La comparaison entre la place Tahrir du Caire et le boulevard Rothschild de Tel Aviv n'est guère populaire parmi les manifestants eux-mêmes, même s'il est clair qu'un vent de contestation souffle sur le moyen orient depuis le début de l'année 2011 et qu'Israel se situe… précisément au Moyen Orient.

Mais la comparaison s'arrête là. Israël, contrairement a ses voisins, connaît une protestation de la classe moyenne qui demande une distribution plus équitable de la richesse nationale. Celle ci a augmenté de façon spectaculaire ces dernières années, l'économie israélienne étant (bon, en toute modestie…) un modèle de réussite face à la crise économique mondiale, avec un taux de croissance de près de 5% et une dette négligeable. 

Certains "veulent la peau" du Premier ministre Netanyahu, c'est vrai, mais je le vois mal enfermé dans une cage sur une place du boulevard Rothschild attendant son procès devant des milliers d'israéliens hurlant leur colère, fut-elle justifiée. Au pire, il ne sera pas réélu dans deux ans, lors des prochaines élections. Pourtant ces manifestations, cette contestation, parait plus sociale, populaire, que politique. Je la qualifierais même de bon enfant; une espèce de grande colonie de vacance, même si très déterminée et sérieuse dans sa démarche.


Avant hier l'écrivain israélien Etgar Keret écrivait qu'il n'y avait pas de protestation sociale qui ne soit politique. Oui… peut être. Personnellement je ne le crois pas. Il est vrai que certains manifestants réclament un changement politique - la démission du Premier ministre. Mais ce n'est pas vrai pour la grande majorité des manifestants: tous comprennent que politiser ce mouvement reviendrait à diviser les manifestants, là ou l'unité est primordiale.  Les activistes ont commencé à formuler des exigences claires, en particulier en matière de logement, l'éducation gratuite des 3 ans, et une baisse de la TVA.

Pourtant, selon une enquête publiée il y a trois jours, Benjamin Netanyahu reste l'homme politique préféré des israéliens, avec le soutien de 33% des interrogés! Décidément, on n'est pas à une contradiction près.  Le leader de l'opposition n'obtiendrait que 19%. Ce la prouve bien que la contestation est populaire et non politique.

Autre point: la contestation à t-elle surprit le gouvernement? Oui et non. Non car de nombreux signes avant coureurs auraient pu laisser présager de ces développements.  Le système juridique s'était mis en grève, puis les médecins, sans compter les revendications des fonctionnaires et a leur tête ceux du ministère des affaires étrangères dont la bataille face au ministère du budget fut largement reprise à l'étranger.

Le fameux professeur Shlomo Avineri dans un article hier comparait les revendications des manifestants pour plus de justice sociale à la vision du père du sionisme, Theodore Herzl. Herzl n'était pas socialiste à proprement parler, mais il voyait pour le futur état juif un modèle d'État-providence, une combinaison de socialisme et de capitalisme: une société équitable d'une part et la libre concurrence, d'autre part. Ce qui était vrai en 1902, pourrait se révéler vrai également en 2011.
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis