Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 novembre 2010 4 18 /11 /novembre /2010 13:40

 

 

INTERNET MAROC ISRAËL - UN PROJET EXTRAORDINAIRE PAR SON AMPLEUR - RETROUVER VIRTUELLEMENT SES RACINES. DES AMÉRICAINS CARTOGRAPHIENT DES SITES JUIFS D’AFRIQUE DU NORD EN UTILISANT GOOGLE EARTH ET LES DERNIÈRES TECHNOLOGIES INTERNET.

NOV 201018

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Histoire
Publié le long

 

SOURISSelon Haaretz, dans un article intitulé ‘‘Cyberespaces et lieux juifs’’, un groupe de juifs bénévoles du monde entier essaie de recréer virtuellement les communautés juives dans les pays arabes et musulmans. Objectif : permettre aux Israéliens, dont les parents sont originaires de ces régions, de retrouver «virtuellement» leurs racines.

La transmission des connaissances historiques entre les générations se faisaient jusque là par le truchement de la mémoire et de la documentation écrite. Aujourd’hui, Internet ouvre de nouvelles perspectives pour préserver «l’histoire et la culture des communautés juives des pays arabes et musulmans, dont beaucoup ne sont pas facilement accessibles», écrit le journal.

Des dizaines de sites Internet ont ainsi vu le jour, qui rassemblent et répertorient une masse de documents sur les communautés juives spécifiques (anciennes photographies, informations historiques sur les gens et les lieux, vidéos…).

L’une des dernières initiatives a été lancée par une organisation appelée Diarna («diarna» signifie «notre maison» en judéo-arabe). Elle consiste à utiliser la technologie satellite de Google Earth pour réaliser la cartographie du plus grand nombre possible de sites culturels juifs dans le monde arabe, mais aussi en Iran, en Afghanistan, en Turquie, etc.

Le projet, intitulé ‘‘Diarna: Mapping Mizrahi Heritage’’ (Diarna: Cartographie Mizrahi du patrimoine), a été développé ces dernières années par un groupe d’universitaires, historiens, acteurs de la société civile, gourous de la technologie, photographes et résidents des pays concernés, précise Haaretz’.

Les promoteurs du projet «ont réalisé les possibilités offertes par Google Earth et les nouvelles technologies pour constituer une base de données des documents relatifs aux sites du patrimoine juif et dont certains sont en voie de disparition», explique Jason Guberman-Pfeffer, coordinateur et directeur exécutif de Diarna. Cette organisation à but non lucratif, dédiée à la cartographie numérique du patrimoine juif, est basée à Boston, aux Etats-Unis, mais ses membres, tous des bénévoles, sont recrutés aux quatre coins du monde.

Le site Web du projet, ‘‘Diarna.org’’ propose des images en rotation de 360 degrés avec des zooms en option pour permettre aux internautes d’obtenir des vues assez nettes, par exemple, des tombes d’Esther et Mordechai à Hamadan, en Iran, de la synagogue de Magen Avraham à Beyrouth ou encore de l’école de l’alliance israélite en plein cœur de la médina de Tunis.

Au cours des deux dernières années, les membres de Diarna ont amassé des milliers de photographies, de vidéos et d’autres informations, et ont effectué 12 missions exploratoires. Ils ont réussi à documenter 650 sites dans presque tous les pays de la région, dont 400 dans le seul Maroc, ainsi que sur de minuscules communautés juives à Oman, Koweït, Arabie saoudite et Soudan, aujourd’hui disparues.

Évidemment, la plupart des sites sont déjà connus et ont été documentés. L’apport de Diarna consiste dans l’assemblage des documents d’archives, des nouveaux visuels récoltés, y compris les données géo-cartographique, et des nouvelles informations historiques, et leur présentation d’une manière cohérente et accessible, dit Guberman-Pfeffer, l’un des promoteurs du projet. Il ajoute: «Dans de nombreux cas, nous documentons des sites qui n’ont pas été vus depuis des décennies ou n’ont jamais été documentées».

Beaucoup des sites et communautés juifs ayant déjà disparu, «les générations [juives] futures perdent des liens tangibles avec le Moyen-Orient, qui est très riche en patrimoine culturel juif. Mais si les membres de ces communautés sont partis, ils ont néanmoins laissé derrière eux leurs structures et leurs sites anciens», explique encore Guberman-Pfeffer. Il ajoute: «Comme les souvenirs s’estompent et les structures physiques se désintègrent, nous sommes dans une course contre la montre pour préserver un patrimoine culturel inestimable avant qu’il ne soit perdu à jamais. Nous sentons l’urgence de la capture de ces souvenirs avant que les fils de la mémoire ne s’effilochent et disparaissent complètement».

La collecte des images et documents, surtout dans certains pays où la communauté juive est surveillée de près, n’est pas, on l’imagine, de tout repos. Mais, ne pouvant envoyer des chercheurs et des photographes américains ou juifs dans certains pays, pour d’évidentes considérations de sécurité, les membres de Diarna font généralement appel aux résidents locaux, souvent non-juifs, qui sont disposés à les aider.

Source: http://kapitalis.com/fokus/63-maghreb/1689-israel-utilise-les-tic-pour-localiser-les-sites-juifs-dans-le-monde-arabe.html

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis