Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
11 juillet 2011 1 11 /07 /juillet /2011 11:23



Propagande pro-palestinienne  - La pire carte mensongère véhiculée sur le Web

Traduit par Occam pour  © 2011 www.aschkel.info

 

Peut-on en vouloir à des ignorants manipulés de brandir une carte comme celle-là, les organisateurs de manifestations de boycott et autre propagande mensongère eux savent que cette carte est fausse et sont en plein dans la distorsion historique même si ils sont conscients que les gens sérieux les prennent pour des imbéciles…., comment peuvent-ils s'ils avaient une once d'honnêteté intellectuelle et de moralité ne pas avoir honte d'embrigader tant de gens...

Aschkel


   "Les organisations anti-israéliennes (et même d'autres à présent*) adorent montrer les images suivantes sur leurs sites : [cartes que l'on voit même lor de manifestations de boycott}

map-that-lies.jpg

 

 La première carte est le plus gros mensonge :

mapthatlies2.jpg


RETOUR SUR LA VRAIE HISTOIRE


Atlas-10-07.png

    Alors qu'on peut supposer que les zones blanches sont en fait les terrains qui étaient des propriétés privées détenues par les Juifs, les zones en vert n'étaient pas des propriétés privées détenues par des Arabes. Seul un infime pourcentage du territoire en Palestine était constitué de propriétés privées. Les diverses catégories de propriétés incluaient celles-ci :

    - Mulk : Propriété privée au sens occidental.
    - Miri : Territoire détenu par le gouvernement (à l'origine, l'Empire Ottoman) et susceptible d'exploitation agricole. Les particuliers pouvaient obtenir des documents afin de cultiver le terrain et payer une dîme au gouvernement. La propriété ne pouvait être transférée qu'avec l'approbation de l'Etat. Les droits au Miri pouvaient être transférés aux héritiers, et le terrain pouvait être sous-loué à des locataires. Si le propriétaire mourrait sans héritier ou que le terrain n'était pas cultivé depuis trois ans, le terrain revenait à l'Etat.
    - Mahlul : Terrains Miri non cultivés qui devaient revenir à l'Etat, en théorie après trois ans.
    - Mawat (ou Mewat) : Territoire non réclamé et proclamé "mort". Il constituait entre 50 et 60% des terres de Palestine. Il appartenait au gouvernement. ... Si le territoire était cultivé avec un permis, il était déclaré libre d'impôts, du moins pendant la période mandataire.
    Au début des années 1940 les Juifs détenaient environ un tiers des terrains Mulk de Palestine et les Arabes environ deux tiers. La grande majorité du territoire total, toutefois, appartenait au gouvernement, ce qui signifie que lorsque l'Etat d'Israël fut établi, ces terrains devinrent légalement israéliens. (Environ 77% des terrains étaient détenus par le gouvernement, en supposant que 6 millions de dunams constituaient des terrains privés, ainsi que le révèle cet 
inestimable site à partir duquel j'ai tiré la plupart de ces informations.)
    Prétendre que les zones vertes étaient "palestiniennes" est tout simplement un mensonge.

  villes et villages juifs depuis 1882

villes-village-juifs-depuis-1882.jpg

Quelques localités juives fondées depuis la fin du 19é siècle

sur une terre vide et inculte

 Par le Dr Claude Tencer

Archives de C.T

 

Localité

Fondée en

Localité

Fondée en

Localité

Fondée en

Localité

Fondée en

Athlit

1904

Gueva

1921

Kineret

1908

Moza Tahtit

1894

Avihail

1932

Guivat-Brener

1928

Hatsor

1937

Merhavia

1911

Even Yehouda

1932

Guivat-Hashlosha

1925

Hatserim

1946

Nétanya

1929

Ourim

1946

Guivat-Hen

1933

Herev-Laat

1947

Nes Ziyonah

1883

Ousha

1937

Guivat-Haïm

1932

Herout

1930

Petah-Tikva

1878

Ayalon

1938

Guivat-Ada

1903

Tirat-zvi

1937

Raanana

1921

Ayelet-Hashahar

1918

Guivat-Shmouel

1942

Yagour

1922

Ramat Gan

1921

Alonim

1938

Guivataïm

1922

Yad-Mordéhaï

1943

Ramat Hasharon

1923

Elyashiv

1933

Gvaram

1942

Yedidia

1935

Rehovot

1890

Aloumot

1941

Guevet

1926

Yehiam

1946

Ramat Yshaï

1925

Afikim

1932

Guevaton

1933

Yofat

1926

Rishon Le Zion

1882

Efek

1939

Guezer

1945

Yakoum

1947

Rosh Pinnah

1882

Ashdot-Yaakov

1907

Guilon

1946

Yoknam

1935

Sdeh Yaakov

1927

Beer-Touvia

1930

Glil-Yam

1943

Yarkona

1932

Tel-Aviv

1909

Beery

1946

Guan-Hashomron

1934

Kadouri

1931

Tel Mond

1929

Ben-Shemesh

1921

Guan-Haïm

1935

Kfar-Ouria

1944

Yavné’el

1901

Birya

1945

Guan-Yavné

1931

Kfar-Azar

1932

Yesod ha-Ma’alé

1883

Beth-Alfa

1922

Guan-Shlomo

1927

Kfat-Bialik

1934

Zikhron Ya’akov

1882

Beth-Oren

1939

Guan-Shmouel

1931

Kfar-Bilou

1932

Zofit

1933

Beth-Berl

1947

Guenossar

1937

Kfar-Bloum

1943

Heftzi-ba

1922

Beth-Halevy

1945

Guanei-Am

1934

Kfar-Barouh

1926

Kiriyat Ata

1925

Beth-Hilel

1940

Guanei-guer

1922

Kfar-Guidon

1923

Nesher

1925

Beth-Hashita

1935

Guesher

1939

Kfar-Gliksson

1939

Hefetz-Haïm

1944

Beth-Zid

1943

Guat-Rimon

1926

Kfar-Hahoresh

1933

Guevoulot

1943

Beth-Zera

1926

Guat

1941

Kfar-Hamakabi

1933

Tel-Haï

1918

Beth-Hanan

1930

Dovrat

1946

Kfar-Hess

1933

Ayelet ha-Shahar

1918

Beth-Herout

1933

Dorot

1941

Kfar-Haroé

1934

Ramat Rachel

1926

Beth-Yehoshoua

1938

Dalia

1939

   

RAMALLAH - Ville Chrétienne au début du XIX ème siècle colonisée par les musulmans

>Colonisation musulmane - Le saviez-vous ? Ramallah - ville chrétienne envahie !

Maintenant voyons l'illustration suivante :

mapthatlies3.jpg

Atlas 1 10-07

Même s'il s'agit d'une représentation adéquate du plan de partition, elle n'a rien à voir avec la question de la propriété. Tout l'objectif de cette carte est de faire accroire qu'Israël a constamment grignoté des terres arabes, et de servir de pont entre les cartes 1 et 3. Ce qui n'est pas dit, bien sûr, est qu'Israël a accepté la partition et que les Arabes l'ont refusée, et qu'en résultat Israël en 1949

 ressemblait à ce qui apparaît dans la troisième image.


    La carte 3 est encore un mensonge, toutefois, car en aucun cas les zones vertes n'étaient des terres "palestiniennes" à cette époque. La Bande de Gaza était administrée par l'Egypte et la Cisjordanie annexée par la Jordanie. Personne à l'époque ne parlait d'un Etat arabe palestinien dans les zones contrôlées par ces Etats arabes - les prétentions palestiniennes ne concernaient que les territoires israéliens.
    Autrement dit, la progression de ces cartes est une série de mensonges destinée à promouvoir un plus gros mensonge, et il est tragique qu'autant de gens y cherchent la vérité.

Après que les armées arabes aient tenté pour la troisième fois de détruire l'Etat juif. Les arabes ont échoué, et les Israéliens ont conquis des terriroires et libéré la Judée-Samarie illégalement envahie 19 ans plutôt par la Jordanie.

RAPPEL - les arabes de cette région s'appelaient arabes et non palestiniens comme aujourd'hui.

 Palestine est le nom de l'Etat auto-proclamé par Yasser Arafat en 1988 à Alger, et qui n'a absolument rien à voir avec le nom de Palestine donné par Hadrien à la Judée, ni avec le nom de Palestine repris par les anglais désignant la palestine mandataire- Voici encore une distorsion historique de l'histoire.
   

Voici une petite tentative de mon côté pour montrer une image plus juste du processus par lequel Israël a offert les territoires qu'il contrôlait depuis 1967 dans l'espérance d'obtenir la paix :
  

Israeli-land-concessions.jpg


    Cette carte montre qu'Israël a abandonné le contrôle du Sinaï, de Gaza, du Liban-Sud et d'une bonne part de la Cisjordanie tout au long de ces années. Plutôt que d'accuser fallacieusement Israël d'être un Etat voyou grapilleur de territoires, elle révèle justement Israël comme peut-être l'unique Etat de l'Histoire qui ait volontairement abandonné plus des deux tiers des territoires qu'il contrôlait en échange de rien d'autre qu'un accord de peu de valeur - ou peut-être moins que cela. Tout cela au risque de sérieux dangers sécuritaires pour son peuple, rien de moins.
   

Tout cela parce qu'Israël souhaite, désespérément, vivre réellement en paix avec ses voisins. Ce désir n'est pas payé en retour par ces voisins, malheureusement.

    Cette vraie carte montre la réalité des incroyables concessions israéliennes pour un vain espoir de paix.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis