Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
4 mai 2011 3 04 /05 /mai /2011 08:54

 

 

Après ses erreurs historiques dans "La Tuerie d’Ehden"


Quand la Syrie s’éveillera... de Richard Labévière, à l’IRIS le 3 mai 2011


Mais la révolte du peuple syrien grille l’auteur avant l’heure

mercredi 4 mai 2011 - 00h32, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Une étudiante de l’IRIS nous écrit avec amertume : Confirmant son rôle de "lobbyiste" en faveur du régime syrien de Bachar al-Assad, Richard Labévière nous revient avec la parution de son dernier ouvrage "Quand la Syrie s’éveillera...", sans doute écrit sur commande du régime du Baath pour mettre Assad à l’honneur. Défendant avec le plus grand aveuglement les orientations du régime syrien, ses alliances avec l’Iran, le Hezbollah et le Hamas, l’auteur se présente en parfait avocat d’une cause – aujourd’hui, plus que jamais – indéfendable. Bien que le peuple syrien se soit prononcé unanimement, désavouant l’auteur et ses commanditaires, l’IRIS a tout de même maintenu la conférence consacrée au livre, autour de Labévière, le 3 mai 2011.

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article

Comment une institution aussi respectable peut-elle donner du crédit à un auteur au parcours si controversé ? Après son licenciement de la direction de RFI en 2008, Richard Labévière s’est « médiatiquement réfugié » au Liban, plus particulièrement dans la banlieue sud de Beyrouth, le fief du Hezbollah, pour critiquer à travers la télévision Al-Manar et les quotidiens Al-Akhbar, Al-Muntaked et Assafir, « la pensée unique » et le « lobby sioniste » en France. En juin 2009, il publie un livre sur la « Tuerie d’Ehden » contenant des erreurs historiques, des contradictions et des approximations. L’objectif du livre était de réhabiliter les alliés chrétiens de la Syrie (Sleimane Frangié et Michel Aoun) en concentrant ses critiques sur les chrétiens souverainistes, à quelques semaines des élections législatives. Peine perdue.

Auparavant, il avait tenté de défendre la Syrie dans son livre « Le Grand Retournement, Bagdad-Beyrouth », dans lequel il s’efforce d’innocenter la Syrie dans l’assassinat de Rafic Hariri (thème qu’il défend également dans son dernier ouvrage). Un crime attribué par l’auteur aux Occidentaux et/ou à Israël, ou aux islamistes radicaux... dans l’objectif d’exploiter le crime pour affaiblir Damas. Là aussi, la thèse développée manquait de sérieux et frôlait le ridicule. L’auteur s’appuyait sur la piste d’Abou Addas, le présumé kamikaze de l’attentat du 14 février 2005, qui a finalement été abattu dans la prison de Saidnaya, en Syrie, par les hommes de Maher Al-Assad, en juillet 2008 ! [cliquez ici pour lire ou relire les révélations, et voir la vidéo de Saidnaya]

Jamais deux sans trois !

Labévière récidive en publiant, début 2011, « Quand la Syrie s’éveillera... ». Un ouvrage qui présente la Syrie comme le pays pivot du Proche-Orient ; comme le berceau du nationalisme arabe incarné par le Baath ; comme le pays aux multiples atouts qui a réussi son ouverture et son développement grâce à son jeune « président-résistant » Bachar Al-Assad, tant apprécié par son peuple pour avoir adopté et défendu la Résistance ; comme un pays laïc qui se veut le protecteur des minorités, notamment chrétiennes (il s’agit d’un clin d’œil aux chrétiens libanais, exclusivement ceux qui acceptent le diktat syrien !). Cette Syrie, décrite par Labévière, est sur la bonne voie, après avoir brisé l’isolement dans lequel les néoconservateurs américains et les sionistes ont tenté de l’enfermer...

Mais là aussi, la réalité a rattrapé et lamentablement démenti l’auteur. Le peuple syrien manifeste depuis sept semaines pour réclamer la chute du régime sanglant. Les Syriens vomissent les Assad, père, fils et frère. La contestation qui, selon Labévière, ne devait pas toucher la Syrie, a déjà fait plus de 600 morts. Elle est appelée à se poursuivre jusqu’à la chute du régime, à moins qu’Assad ne parvienne à éliminer physiquement la moitié de son peuple, avec la complicité des ennemis « israélo-américains tant dénoncés par le régime et par ses relais ». Certes, Labévière, et tant d’autres, seront toujours là pour justifier ce crime contre l’humanité.

Depuis le début de sa « Révolution pour la liberté et la dignité », le peuple syrien dénonce aussi bien l’alliance avec l’Iran et le Hezbollah que leur contribution à la répression. Pourtant, Labévière affirme que l’alliance avec Téhéran et le Hezbollah est une garantie pour la stabilité du pays !

Un Baathiste à l’IRIS

C’est face à un auditoire partagé entre scepticisme et curiosité de voir comment le plus fervent défenseur français de la « cause baathiste » allait justifier les atrocités commises par Assad son suzerain, que Labévière s’est adonné à un exercice délicat lors de sa conférence à l’IRIS, le 3 mai 2011. Evitant soigneusement de se discréditer davantage, Labévière a reconnu l’existence d’un mécontentement populaire en Syrie, à l’instar de la Tunisie ou bien de l’Egypte, tout en minimisant sa portée, imputant la majeure partie des troubles à des mouvements salafistes manipulés par l’Arabie Saoudite. Labévière n’a peur de rien… le régime syrien serait selon lui… une victime ! [NDLR : A ce jour, aucun attentat terroriste n’a été commis en Syrie. Tous les militaires tués à Deraa et ailleurs l’ont été par leurs camarades, abattus par balles dans le dos pour avoir refusé de réprimer. Les seuls éléments armés sont les miliciens du régime, du Hezbollah et des Gardiens de la Révolution iranienne. La Syrie, qui a longtemps manipulé les islamistes d’Al-Qaïda en Irak et du Fatah Al-Islam au Liban, est prise dans son propre piège]

Selon Labévière, « Assad paierait le prix de ses prises de positions héroïques pour avoir appuyé la cause des manifestants chiites à Bahreïn également soutenue par l’Iran ». Par conséquent, toujours selon la thèse plus que farfelue de Labévière, « le Royaume Wahhabite aurait décidé de se venger de l’axe syro-iranien en agitant les islamistes sunnites de Deraa ». Cette thèse nie la dimension nationale du mouvement de contestation rejoint pas l’écrasante majorité des Sunnites, par les Chrétiens, les Druzes et une partie importante des Alaouites comme en attestent les images en provenance de Syrie (voir photo ci-contre). La thèse de Labévière constitue également un véritable blasphème pour les victimes de l’appareil répressif du Baath qui ont choisit de sacrifier leur vie au nom du principe démocratique. Autant dire que l’homme, devenu l’avocat des causes perdues, n’aura pas convaincu un auditoire venu rechercher un éclairage sur l’avenir de la démocratie en Syrie, et qui restera sur sa faim face aux idées jusqu’au-boutistes du conférencier.

Finalement, si l’on en croit notre cher lobbyiste pro-Assad, le peuple syrien n’a pas le droit d’aspirer à la démocratie. Le monde arabe devra rester sous la botte des dictateurs sous prétexte qu’ils forment un rempart à l’Islamisme radical. Cette thèse d’un autre temps, largement balayée par les expériences des Tunisiens et des Egyptiens, tente de jouer sur la peur des Occidentaux en agitant « l’épouvantail islamiste ». « Soutenez Assad et son régime sinon vous aurez les islamistes au cul » : voici le message subliminal que Labévière a tenté de transmettre à son auditoire, alors que l’assistance, à l’IRIS, s’attendait à une manœuvre habile de sa part, et à une tentative de conversion de son titre en « Quand le peuple syrien s’éveillera... », afin de « coller à l’actualité et sauver la face ». Mais son interview à Radio Canada, début mars, ne lui laissait déjà plus aucune porte de sortie.

Richard Labévière à Radio-Canada, le 3 mars 2011

Les lobbyistes syriens peinent à convaincre

Bien que désavoué, Labévière est toujours qualifié de « spécialiste et fin connaisseur du Proche-Orient ». Ses arguments, foncièrement hostiles aux Etats-Unis et à l’Occident en général, et à Israël, trouvent encore des sympathisants en France. Pourtant, Assad a toujours bénéficié de la bienveillance israélienne. « L’ennemi sioniste » n’en était plus un depuis 1973. La guerre entre Damas et Tel-Aviv était verbale, et servait à anesthésier le peuple, de l’aveu même d’Assad dans une interview au « Wall Street Journal » (du 31 janvier 2011). Mais existent aussi d’autres spécialistes autoproclamés, diffusés par le réseau « Voltaire », par « Oumma.TV » et autres médias altermondialistes et tiers-mondistes qui recrutent leur audience essentiellement parmi les radicaux, qu’ils soient des islamistes radicaux, des athées radicaux ou des gauchistes radicaux... Il en est de même pour certaines institutions degrande renommée internationale qui font du lobbying en Occident, en faveur de la Syrie. Malgré les généreux financements dont elles bénéficient, ces institutions sont lamentablement discréditées par l’actualité syrienne.

Contrairement aux orphelins du Baath irakien, qui se sont convertis après la chute de Saddam Hussein [ceratains pour se rapprocher de la Tunisie de Ben Ali, d’autres de la Libye de Kadhafi, ou encore de l’Iran et du Hezbollah], les orphelins du Baath syrien poursuivent leur combat dans l’espoir de réhabiliter « Assad le résistant » (de Deraa) et de sauvegarder leur emploi.

Cliquez ci-dessous pour lire ou relire :

En faillite politique et morale, l’opposition libanaise cherche soutien chez des écrivains en panne de lecteurs

Richard Labevière licencié. Serait-il victime d’une prise de conscience patriotique ou d’un lobbying sioniste ?

Echec du lobbying pro-syrien de l’International Crisis Group (ICG), visant à saboter le Tribunal à l’ONU

MediArabe.info

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source« MediArabe.info »

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis