Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 avril 2010 5 30 /04 /avril /2010 16:56

 

Question d'image
Par BEN HARTMAN 
29.04.10

http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1272465527709&pagename=JFrench/JPArticle/ShowFull

 

Un peu de créativité, une touche de technologie, et une pointe de Bar Refaeli peuvent-elles servir les intérêts de la hasbara israélienne ? Ou vaut-il mieux se concentrer uniquement sur les faits de terrain ? Les opinions divergent quant aux moyens d'améliorer l'image de l'Etat hébreu à l'étranger. La semaine dernière, une conférence était spécialement consacrée à cette question, à Haïfa.

Bar Refaeli. 
PHOTO: DR , JPOST

L'un des premiers intervenants : Trevor Asserson, avocat et fondateur de BBCWatch. Selon lui, l'impact des informations biaisées sur Israël contribue à perpétuer une image négative. La chaîne BBC, qu'il qualifie de "plus gros ennemi médiatique d'Israël", a un impact "étonnant" sur ses téléspectateurs. La couverture de l'opération Plomb durci, par exemple, a joué un rôle incontournable dans la conception d'une opinion largement anti-israélienne à l'étranger. Une conclusion somme toute assez hâtive, estime cependant le professeur Gadi Wolfsfeld, de l'Université hébraïque. "La politique influence beaucoup plus les médias qu'inversement", dit-il.

"La question n'est pas de savoir pourquoi les médias haïssent Israël, mais plutôt pourquoi le monde entier hait Israël", poursuit Wolfsfeld, pour qui une telle animosité alimente la couverture médiatique contre Israël. Le professeur a ainsi évoqué un certain nombre de "mythes de la hasbara" dont les théories suivantes : "Si seulement nous trouvions la bonne manière d'expliquer nos actions, tout le monde nous aimerait", ou encore "Israël n'a pas les ressources nécessaires pour faire de la bonne hasbara".

A ce sujet, les Etats-Unis ont dépensé des milliards de dollars pour tenter de convaincre le monde que [George W.] Bush était un homme intelligent et qu'il a déclaré la guerre contre l'Irak pour les bonnes raisons, explique-t-il. Mais cela n'a pas fonctionné. "Pourtant, ils ont réussi à convaincre le monde entier de manger au Mac Donald's, alors ça dépend vraiment de ce que vous essayez de vendre... C'est beaucoup plus facile de vendre les accords d'Oslo que la guerre de Gaza."

S'adapter à son public

Wolfsfeld a évoqué, par ailleurs, quelques campagnes d'une autre nature, avec top-models israéliens et belles plages de sable fin en arrière-plan. "Ce sont les élites qui donnent le ton aux médias et personne ne remportera leur soutien avec des jeux de mots et de jolies photos. Pour changer son image, un pays doit changer de politique", estime le professeur.
En février dernier, le ministre de l'Information et de la Diaspora, Yuli Edelstein, a annoncé le lancement d'un nouveau programme de hasbara, "Masbirim". Son objectif : offrir aux expatriés israéliens les outils nécessaires pour redorer le blason de leur pays à l'étranger. Ce programme comprend notamment l'ouverture d'un site Internet sur lequel se trouvent des informations présentant une autre vision d'Israël.L'initiative a toutefois été accueillie assez timidement.

La semaine dernière à Haïfa, le Dr Emmanuel Navon, de l'université de Tel-Aviv, a appelé, quant à lui, à un renforcement de la fierté nationale, ainsi que du "culot" israélien. "A partir du moment où nous nous respecterons nous-mêmes, le monde entier nous acceptera", estime-t-il. Pour Eli Avraham, professeur de communication à l'université de Haïfa, le processus idéal de hasbara revient simplement à "contrôler le message" que l'on veut faire passer et à tendre la main aux différents publics auxquels le pays souhaite s'adresser.

Avraham a fait référence à un certain nombre de campagnes de communication lancées par le passé : photos d'un coucher de soleil sur le bord de mer de Tel-Aviv, images de soldates de Tsahal dans le magazine pour hommes Maxim, ou encore un zoom sur la communauté homosexuelle d'Israël. Des campagnes destinées à "adoucir" l'image du pays, selon lui. Mais, pour que la hasbara soit réussie, poursuit le professeur, Israël doit avant tout prendre des initiatives, contrôler les messages diffusés et trouver la forme adéquate pour les présenter.

Et, dans ce but, l'Etat doit adapter ses campagnes de hasbara aux publics visés. De tels efforts nécessitent également l'intervention de professionnels ainsi que le lancement d'une campagne destinée à promouvoir "les différents modes de vie" ici. Aharoni estime, enfin, que l'image israélienne pourra être améliorée par la promotion de marques locales et le renforcement de leur reconnaissance à l'étranger. "Nous avons beaucoup de produits dont nous pouvons être très fiers, qui n'impliquent ni Tsahal ni le Mossad", sourit-il.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis