Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 février 2013 6 02 /02 /février /2013 18:41

 

 

Le point de vue de Dario S.


Y a-t-il un lien de cause à effet ? Retrait des forces syriennes de ses positions à la frontière libanaise, suivi d’une explosion de violence à Ersal

 

Plusieurs morts dans de violents accrochages à l’est du Liban

vendredi 1er février 2013 - 17h01, par Dario S. (Rome)

Logo MédiArabe.Info

Plusieurs médias turcs et arabes ont affirmé, tôt ce matin, que le régime syrien a évacué 18 positions frontalières avec le Liban, officiellement pour renforcer son dispositif à Damas. Quelques heures après ce repli, un violent accrochage a fait une dizaine de morts, dont plusieurs militaires libanais, à Ersal, une localité frontalière souvent accusée de soutenir les rebelles syriens.

http://mediarabe.info/spip.php?article2308

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

L’évacuation par les forces gouvernementales syriennes de 18 positions frontalières, et le retrait de 400 militaires vers Damas, ne sont pas passés inaperçus. Pour les habitants de la région, le régime a miné les environs pour empêcher la fuite des Syriens vers le Liban. Jusque-là, l’armée loyaliste tirait sur tout citoyen qui tentait de fuir les massacres et de se réfugier au pays du Cèdre.

Mais au-delà du renforcement du dispositif autour de Damas, le régime syrien semble avoir visé, à travers l’évacuation de ses positions, à exporter sa crise au Liban. Car, quelques heures après l’annonce de ce retrait, un violent accrochage s’est produit à Ersal, la bourgade libanaise frontalière avec la Syrie, longtemps accusée de soutenir les rebelles, et d’abriter des groupes armés liés à Al-Qaïda. Les habitants de cette localité ne cachent pas leur soutien à la révolution, mais nient farouchement la présence de groupes islamistes armés. Plusieurs médias libanais proches de la Syrie (Al-Manar, OTV, NBN...) font état d’accrochages entre les habitants et un groupe armé, et affirment que la patrouille que l’armée libanaise a envoyée sur place est tombée dans une embuscade, déplorant la mort de dix militaires. Selon le président du conseil municipal, il y a malheureusement trois morts et plusieurs blessés par les militaires, et non pas dix comme l’affirment les médias.

Selon nos sources, un malentendu a provoqué ces violences, mais qui pourrait avoir des répercussions graves. Dans les faits, des éléments armés en civil, se présentant comme des services de renseignements de l’armée libanaise, ont abattu un habitant de la localité et se sont enfuis. Le maire a alors appelé le commandement de l’armée, qui a nié avoir mandaté quiconque de cette mission, et proposant l’envoi de renforts. Pendant ce temps, les proches de la victime ont poursuivi les assaillants, pensant avoir à un groupe armé relevant du Hezbollah (qui utilise souvent l’alibi des services) ou de Syrie, les frontières étant désormais peu surveillées. Après en avoir tué trois et blessé plusieurs autres, les membres de l’expédition s’aperçoivent qu’il s’agit effectivement de militaires, dont certains sont en civil.

La question qui se pose : pourquoi l’armée a nié sa présence à Ersal, induisant les habitants dans une escalade gratuite ? Si réellement le commandement de l’armée ignorait la présence de ses hommes sur place, qui a donné les ordres pour effectuer cette mission ? Enfin, pourquoi cette flambée de violence intervient-elle après le retrait syrien de la frontière ? Ces questions, qui demeurent sans réponse, relancent la polémique sur l’infiltration de l’armée et des services libanais par le Hezbollah et par le régime syrien. De ce fait, il n’y a pas de doute que Ersal est tombée dans un piège implacable que les médias pro-syriens alimentent abondamment, afin de prouver l’existence d’Al-Qaïda dans les environs, et de justifier une intervention musclée destinée à renforcer l’étau autour des rebelles syriens. Cette affaire aura sans doute des retombées graves, affirment plusieurs interlocuteurs. Une enquête sérieuse est réclamée pour faire la lumière sur les tenants et aboutissants de l’intervention de l’armée en civil.

Dario S.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis