Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
13 mai 2012 7 13 /05 /mai /2012 11:47

 

 

MalekAshtarUniversity

 

L’Université Malek Ashtar : QG du projet de bombe nucléaire

 

 

L'un des principaux courants d’opposition iranienne, le Mujahedin-e-Khalq (MEK ou PMOI) a révélé, samedi 12 mai, les noms et adresses de 60 experts iranins employés au sein de 11 agences iraniennes différentes sous le contrôle du Ministère de la Défense iranienne. C’est la première fois qu’est révélée en détail, la structure hautement secrète de l’organisation centrale, se consacrant à fabriquer une arme nucléaire – et, pour être plus précis, plus le Ministère de la Défense sous le haut commandement du Corps des Gardiens de la Révolution, qui gère également le site d’enrichissement d’uranium de Fordow.

 

 

L’information mise à jour le 12 avril, a été fournie par des “sources au sein des agences du régime iranien, y compris des institutions militaires”.

 

 

Elle contredit la conclusion fondamentale atteinte par les Etats-Unis et les cinq puissances nucléaires mondiales, ainsi que l’Agence Internationale à l’Energie Atomique (AIEA), selon laquelle le programme nucléaire iranien ne serait pas dirigé par une organisation unique  – ce pourquoi ils sont entrés en négociation avec Téhéran. Plus que tout, elle réfute un autre argument-clé tenu pour vrai par l’Occident, qui veut croire que l’Iran n‘a pas encore décidé de fabriquer effectivement une arme, parce que le Guide Suprême de l’Iran, Ali Khamenei, aurait prétendu que ce serait un « péché ».

 

Le Mujahedin-e-Khalq, que Téhéran accuse de collaborer avec les renseignements des Etats-Unis et d’Israël, dans le cadre des assassinats de ses scientifiques nucléaires, a, selon les sources en Iran et du renseignement de Debkafile, clairement programmé l’agenda de la publication de ses découvertes,11 jours avant que les six puissances mondiales ne oivent tenir un second cycle de pourparlers nucléaires avec l’Iran, à Bagdad, le 23 mai.

 

 

En prévision de cette rencontre, des sources dans l’Administration américaine ont fait savoir qu’un accord de compromis était en voie de progresser, grâce aux filières de discussion directe en coulisse, entre Washington et Téhéran et qu’il avait de bonnes chances de se concrétiser avant même la rencontre. Il consisterait en trois points d’accord : permettre l’enrichissement d’uranium de se poursuivre, jusqu’à 5% d'épurement ; interdire l’enrichissement d’uranium au-delà de 20% ( c’est-à-dire interrompre effectivement le travail en cours à Fordow) ; et exporter tous les stocks iraniens d’uranium à 20%, de façon à empêcher l’Iran de l’utiliser pour produire une bombe.

 

 

Selon les sources dans le renseignement iranien de Debkafile, rien d’un tel accord n’est réellement crédible. Téhéran ne souhaite pas plus arrêter son enrichissement d’uranium à plus de 20% que fermer son site de Fordow. C’est même exactement le contraire : l’hebdomadaire de Debka sur internet, la seule revue occidentale qui suit de près les négociations secrètes américano-iraniennes, a cité la semaine dernière un message de Khamenei au Président Barack Obama, qui refuse radicalement de fermer Fordow, dont l’unique objectif est de produire de l’uranium à un niveau de 20% d’enrichissement, qui fournit le carburant nécessaire à atteindre le seuil proche qui précède l’obtention de bombes atomiques.

 

Après avoir obtenu le consentement de Washington qu’il puisse produire un enrichissement à 5% - malgré les fermes protestations d’Israël – Téhéran s’est senti encouragé à se battre pour obtenir aussi facilement le droit d’en produire à 20%. Le seul point d’accord probable serait de s’en tenir à un plafond concernant la quantité exacte autorisée.

 

D’autres sources américaines plus récentes ont affiché leur optimisme quant au fait que les discussions secrètes puissent parvenir à un succès, Téhéran admettant pour la première fois qu’il s’était engagé à développer une arme nucléaire, ce qu’il a démenti jusqu’à présent. Cela préparerait le terrain pour une négociation ouverte sur ce sujet.

 

En tout et pour tout, Jérusalem met en cause l’acceptation américaine de l’accord mentionné ci-dessus comme étant « un mauvais accord pour Israël ». Il refuse d’entériner quoi que ce soit, à moins d’un arrêt complet et immédiat de tout enrichissement d’uranium, la fermeture de Fordow et la suppression de la moindre bribe d’enrichissement d’uranium en Iran. Cette position a été fermement rappelée, face à la directrice exécutive des affaires étrangères de l’Union Européenne, Catherine Ashton, par le Premier ministre Binyamin Netanyahou et les chefs de son gouvernement d’unité, le Ministre de la Défense Ehud Barak, le Ministre des affaires étrangères, Avigdor Liberman et l’adjoint au Premier ministre récemment désigné, Shaul Mofaz, mercredi dernier, 9 mai.

 

Elle est arrivée à Jérusalem, un jour après la formation et l’extension du gouvernement Netanyahou, pour connaître sa position au sujet de la question iranienne.

 

Le document exhaustif et détaillé du Moujahedin e-Khalq présente un tableau totalement nouveau, celui d’un programme de production d’armes nucléaires très avancé et centralisé, bien différent de celui mis en scène par les Etats-Unis et ses négociateurs permanents sur le nucléaire – et même de celui imaginé par certains cercles en Israël.

 

 

En réfutant les croyances d’après lesquelles l’Iran n’a pas effectivement commencé à fabriquer de tête ou de bombe nucléaire, le groupe d’opposition iranien ouvre un nouveau chapitre qui tend à démontrer que l’Iran a, depuis longtemps, dépassé le stade de la décision et s’est, depuis, envolé à vitesse accélérée vers la construction de la bombe.

 

 

Il révèle que le projet se réalise  sous la tutelle des “quartiers généraux du SPND (de la Nouvelle Organisation de la Recherche pour la Défense) du Ministère de la Défense iranien, sur le site de Mojdeh, dans la zone ouest de l’Université Malek Ashtar, dans la région de Lavizan ».

 

(Cette université avait d’abord été mise en évidence en 2009, en même temps que trois campus à Téhéran, Ispahan et Urma.)

 

Là où le document surprend et apporte de nouveaux éléments, c’est qu’il détaille les 7 sous-sections du SPND, « chacune d’entre elle menant des recherches et des expériences dans un champ spécifique » :

 

 

1. Travailler aux principaux éléments nécessaires à la bombe, c’est-à-dire l’uranium enrichi et le matériau fissile.

2. Façonner et modeler le matériau requis, y compris les éléments de métal, nécessaires à fabriquer une ogive

3. Produire les métaux requis pour fabriquer une ogive nucléaire.

4. Produire des matériaux hautement explosifs utilisés pour déclencher une bombe nucléaire.

5. Conduire des recherches sur des matériaux chimiques avancés.

6. Etablir des plans directeurs et réaliser les calculs électroniques requis pour la fabrication d’une ogive nucléaire.

7. Activités laser appliquées dans le domaine nucléaire.

 

Pour chaque subdivision, le document du Mujahedin-e-Khalq a produit les diagrammes de sa structure interne en plus des noms complets et adresses de chacun de ses chefs, officiers, chercheurs et bureaux de liaison, au sein des différents départements. Certains sont fournis avec leurs numéros de téléphone fixe et cellulaire. L’information est dite mise à jour pour le mois d’avril 2012.

 

En réponse à ces révélations, certaines sources proches des responsables américains les ont commentées en disant qu’elles ne pouvaient être confirmées et qu’ils restaient sceptiques en ce qui concerne la crédibilité de ce document. Nos sources du renseignement font savoir que, jusqu’à présent, au cours des neuf dernières années, toutes les découvertes antérieures de ce groupe iranien se sont avérées exactes.

DEBKAfile Reportage exclusif May 13 mai 2012, 9:00 AM (GMT+02:00)

Adaptation : Marc Brzustowski. 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Güther M 13/05/2012 22:58

Le méchant récolte toujours ce qu'il sème...

Roberto 13/05/2012 14:09

Et pendant ce temps OBAMA peaufine sa réélection !!. C'est surréaliste. Finalement, les Juifs sont toujours seuls.

bobologue 13/05/2012 13:28

et les "éliminations ciblées" ?
Tsahal doit pouvoir le faire...

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis