Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 mai 2013 4 30 /05 /mai /2013 07:40

 

 

 

Le point de vue de Dario S. (Rome)

Samir Geagea et la vérité : elle ne lui a jamais fait peur. Hassan Nasrallah non plus

http://mediarabe.info/spip.php?article2338

 

 

Après l’engagement du Hezbollah en Syrie, ses alliés doivent choisir

mercredi 29 mai 2013 - 23h55, par Dario S. (Rome)


Logo MédiArabe.Info

L’engagement du Hezbollah dans le conflit syrien, désormais officiel, affiché et assumé, met le Liban à la croisée des chemins. Car Hassan Nasrallah achève ainsi la destruction des institutions libanaises qu’il n’a jamais respectées ou reconnues. Ses alliés sont appelés à rompre le silence et les alliances pour ne pas partager cette responsabilité avec le parti de Dieu. Samir Geagea a rompu ce silence et dit tout haut ce que les Libanais pensent tout bas.

 

 

Ce mercredi 29 mai, le chef du parti chrétien des Forces libanaises, Samir Geagea, a tenu une conférence de presse pour répondre au secrétaire général du Hezbollah Hassan Nasrallah, qui avait adressé un virulent discours télévisé, samedi dernier.

 

Point par point, Geagea a décortiqué le discours et la stratégie de Nasrallah, lequel a fini par reconnaître officiellement, et par assumer solennellement, son engagement dans le conflit en Syrie auprès du régime. Et comment en être autrement, puisque le Hezbollah ne peut plus cacher ses morts, qui dépassent désormais les 150 auxquels s’ajoutent plusieurs centaines de blessés. Ses mensonges ont atteint leurs limites, provoquant une véritable gronde au sein de la communauté chiite, hostile au martyre collectif causé par l’aventurisme du chef, jusque-là incontesté. Elle s’inquiète devant le spectacle désolant des hôpitaux réquisitionnés pour soigner les combattants de Dieu, ou plus précisément les soldats du « Vicaire de Dieu sur Terre », l’ayatollah Ali Khameneï ?


Samir Geagea a retracé l’histoire du Hezbollah depuis sa naissance en 1982 jusqu’à nos jours. Il a mis en exergue l’hypocrisie du parti, destinée à détruire l’Etat libanais pour le remplacer. Il a dévoilé ses implications avec le régime syrien dans la création des mouvements radicaux affiliés à Al-Qaïda en Irak et au Liban (Fatah Al-Islam, l’Etat islamique de Mésopotamie...). Il a rappelé les lignes rouges tracées par Hassan Nasrallah devant l’armée libanaise dans sa guerre contre les terroristes à Nahr El-Bared. Il n’a pas oublié non plus de mettre l’accent sur le faux discours du régime syrien et du Hezbollah concernant la résistance contre Israël...


Ce faisant, Samir Geagea n’a pas inventé le feu. Il a tout simplement eu le courage de dire tout haut ce que les Libanais pensent tout bas. Il a eu le courage de dire la vérité sur le double langage et l’hypocrisie de Nasrallah. Si le secrétaire général du Hezbollah dénonce la faiblesse de l’armée libanaise, Samir Geagea lui rappelle ses efforts pour l’empêcher de s’équiper. Si Nasrallah dénonce la faiblesse de l’économie libanaise, Geagea remet sur le tapis le rôle du Hezbollah dans la destruction méthodique de l’économie. Geagea a en effet mis le doigt sur la plaie, rappelant que le sit-in de Beyrouth, tenu par le Hezbollah et ses alliés pendant 18 mois, entre 2006 et 2008, a fait fuir les investisseurs et porté un coup fatal aux entreprises, poussées à la faillite. Il a évoqué la vague de terrorisme dans laquelle le Hezbollah est impliqué et qui a fait fuir les touristes. Il lui a rappelé le blocage des institutions et la fermeture du Parlement pour empêcher l’élection d’un président de la République. Il lui a rappelé ses démissions des gouvernements successifs pour les empêcher de gouverner. En somme, Geagea a expliqué scientifiquement que tous les maux du Liban, que dénonce le Hezbollah, lui sont directement imputables.


Samir Geagea est habitué à dire la vérité en toutes circonstances, y compris au prix de sa liberté dont il fut privé pendant plus de 11 ans. Contrairement à la classe politique libanaise, il est le seul à avoir avoué les erreurs de la guerre, à avoir présenté ses excuses, et à avoir tiré les conclusions. Ce fut le moment de vérité le plus courageux. Au contraire, Hassan Nasrallah n’a pas eu le courage d’annoncer sa participation au conflit en Syrie que plus de deux ans après avoir envoyé ses premières unités. Les vidéos prouvant la présence du Hezbollah à damas datent de mars 2011, bien avant le déclenchement de la révolte à Deraa. Bachar Al-Assad, qui ne fait pas confiance à l’armée syrienne, avait déployé des combattants du Hezbollah autour des centres névralgiques à Damas.

 

Si Samir Geagea n’a jamais eu peur de chercher et de dire la vérité, il a d’autant moins peur de Hassan Nasrallah. Il l’a complètement mis à nu devant ses partisans et, mieux encore, devant ses alliés. Nasrallah s’est à l’inverse toujours caché, et a systématiquement caché la vérité de son projet iranien pour le Liban. Geagea a sans doute estimé que le moment est opportun pour appeler le général Michel Aoun à rompre son alliance avec le Hezbollah et à prendre ses distances avec le projet syro-iranien de Nasrallah, au moins pour ne pas partager avec lui la responsabilité de la destruction du Liban. Le Hezbollah et Nasrallah sont dans une mauvaise posture. Le général Aoun doit s’inspirer du courage de Geagea et rompre le silence. Hassan Nasrallah ne doit plus lui faire peur.


Dario S.

 

 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis