Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 janvier 2013 1 21 /01 /janvier /2013 22:06

 

 

 
 10-12-12 israeli-election-seats-m-82282 (Copier)

Les Israéliens vont aux urnes mardi.

 

Les résultats des sondages commandités à titre privé par les dirigeants des partis, un jour avant l’élection general en Israël, mardi 22 janvier, donnaient une moyenne de 37+ (sur 120 sièges à la Knesset) pour la liste Likoud/Israël Beitenou du Premier Ministre Binyamin Netanyahou, avec un Parti Travailliste, sous l’égide de sa nouvelle dirigeante, loin derrière, à 15 sièges. Les deux nouvelles forces : Naftali Bennett, à la tête de « Foyer Juif » et « Il y a un Avenir » le parti nouvellement lancé de Yaïr Lapid, ex-aequo, à 14 sièges, le Shas ultra-religieux glissant vers les 11 sièges. Hatnuah, de Tzipi Livni continue de dégringoler : chuter maintenant à 6 sièges, alors que le Meretz, à l’extrême-gauche progressant peu à peu vers la même configuration.


Ces résultats non-publiés ont été obtenus dimanche 20 janvier au soir, par les sources de Debkafile. Ces tableaux correspondent aux moyennes calculées à partir des différents sondages.

 

Les vedettes de l’élection générale de 2013 s’avèrent être les deux nouveaux entrants, Bennett et Lapid, bien qu’ils qu’ils soient bien loin de représenter une menace pour le favori, le Likoud-Israël Beitenou, ou la certitude que Netanyahou repartira pour un autre mandat en tant que Premier Ministre.

 

Ces deux relativement jeunes prétendants ont mené de vibrantes campagnes, reposant essentiellement sur les médias sociaux et faisant fortement appel au jeune électeur, indépendamment de leurs profondes différences : Bennett dirige un parti modérément religieux, mais de tendance « faucon », favorable aux implantations, alors que l’agenda de Lapid est vaguement centriste, flexible, s’engageant seulement à améliorer le sort de la classe moyenne et à enrôler les étudiants des Yeshivot dans l’armée et le service national.

 

Tous deux semblent s’acheminer vers des nominations ministérielles dans la prochaine coalition de gouvernement, avant même de poser le pied dans l’enceinte de la Knesset : un témoignage du changement de carte politique et de conventions, en Israël.


Kadima, qui a dirigé deux gouvernements et mené, lors de la dernière élection, il y a quatre ans, se bat pour atteindre le seuil minimal de trosi sièges à la Knesset. Il apparaît recevoir une vraie râclée, grâce à son dirigeant respecté, l’ancien chef d’Etat-Major et Ministre de la défense, Shaul Mofaz.


Ces résultats, que les chefs de partis gardent sous leur chapeau, réfutent ce que les trois sondeurs principaux ont annoncé, jour après jour, dans les medias les plus populaires. Ils donnaient tous Likoud/Beitenou en chute libre à 32, et même à 31 sièges. Le Parti de Netanyahou, malgré une campagne manquant de panache, est clairement en train de surmonter cette tendance.


La dirigeante du Parti Travailliste, Shelly Yachimovich, se retrouve en position difficile, alors qu’elle fait face à sa première élection générale, comme cheffe du Parti Travailliste vétéran et si souvent divisé.

 

Elle a débuté sa champagne en se présentant carrément en challenger de Netanyahou pour le poste de Premier Ministre. Elle a ensuite dirigé ses flèches contre Livni et Lapid. A présent, alors que ces tactiques ont fait long feu, elle est réduite à mener un combat d’arrière-garde pour le rôle de cheffe de l’opposition, contre ses deux adversaires immédiats. Lapid, tout comme Bennett, grimpe en flèche, alors que le parti Hatenuah de Livni a, effectivement, plongé – mais pour ne poser une menace existentielle qu’au Parti Travailliste.

 

L’ancien dirigeant syndicaliste dynamique, Amir Peretz, que s’est aliéné Yachimovich, s’est laissé entraîner parLivni, il y a deux semaines, sortant du Parti Travailliste, de façon à renforcer son propre parti. Actuellement, il ne montre aucune intention de couler avec sa nouvelle égérie, mais, d’après Debkafile,  mais plutôt, une fois que les résultats de l’élection seront réellement tombés, de projeter d’enrôler les survivants du parti Hatenuah qui l’a adopté, de réunir autour de lui les ses partisans qu’il a laissé derrière lui au sein du Parti Travailliste, qui forment l’essentiel de l’appareil du parti, et de foncer pour former un nouveau parti en rupture sous sa direction.

 

Ce stratagème pourrait coûter à Yachimovich la moitié des 15 sièges prédits après l’élection. Si Amir Peretz parvient à conclure ce projet, il est susceptible d’être en position de marchander des portefeuilles respectables dans le prochain gouvernement Netanyahou.

 

Cette manœuvre et d’autres, y compris les propres plans de Netanyahou, semblent produire une coalition de gouvernement très mélangée, de Faucons, de Centristes, de factions pacifistes, de libéraux axés sur le social et d’éléments religieux modérés. Netanyahou sera, cela dit, sûr d’être le seul à tenir le gouvernail depuis le podium.

 

http://www.debka.com/article/22699/Unpublished-election-poll-Likud-37-Labor-15---Bennett-Lapid-level-at-14

 

DEBKAfile Reportage Exclusif  21 Janvier  2013, 10:16 AM (GMT+02:00)

Adaptation : Marc Brzustowski. 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis