Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
23 mars 2010 2 23 /03 /mars /2010 18:06


SYMPATHY FOR THE DEVIL .

par NINA

pour : http://lessakele.over-blog.fr et www.aschkel.info

Du même dossier : Saul Alinsky, la campagne présidentielle et l’histoire de la gauche américaine


"De peur d'oublier rétrospectivement nos remerciements au premier des radicaux : présent dans toutes nos légendes, nos mythologies et notre Histoire ( et qui peut dire où la mythologie finit et où commence l'Histoire- ou quelle est laquelle - ) lui, le premier radical connu de l'humanité à s'être rebellé contre l'Ordre Établi et qui le fit de manière si efficace qu'il a au moins réussi à conquérir son propre royaume: - Lucifer."





Cette belle dédicace est de Saul Alinsky, théoricien du livre de chevet du Président Obama et d'Hillary Clinton : RULES FOR RADICAL (préceptes pour les radicaux).

Scénario très rodé, basé sur les préceptes communistes, le but ultime est d'obtenir le pouvoir.

Peu importe la manière de l'obtenir, tous se doivent de lutter pour qu'un seul détienne les rennes du pouvoir.

Les moyens sont simples : créer des communautés ou utiliser celles existantes afin de monter dans l'échelle du pouvoir jusqu'à détenir les clefs de celui-ci.

Admirateur d'Al Capone, Alinsky s'est vite rendu compte de la force des familles mafieuses sur Chicago. Peu à peu, alors qu'il observe de près la Mafia en qualité de doctorant en criminologie, Alinsky va mettre ses théories à l'écrit puis tenter de les appliquer tout seul auprès d'une communauté noire de Chicago.

"Voici la tâche du radical des temps présents : souffler sur les braises du désespoir pour allumer le feu du combat.../...Voici la tâche du radical des temps présents : souffler sur les braises du désespoir pour allumer le feu du combat"

L'animateur social était né. Il prend le nom d'ORGANIZER.

Mais Alinsky voit plus loin. C'est la classe moyenne américaine qu'il vise.

L'Organisation pour l'Action se concentrera dès maintenant et pour la prochaine décade sur la classe moyenne américaine et sur les Blancs."

Ils devront se sentir si frustrés, si démoralisés, si désemparés et ne voyant aucun futur dans le système actuel qu'il seront consentants à laisser tomber le passé et à prendre un risque sur le futur "

"Nos rebelles ont dédaigneusement rejeté les valeurs et le mode de vie de la classe moyenne."

"Le reste de la classe moyenne, qui, à part quelques exceptions, habite les banlieues, vit dans l'illusion d'une évasion partielle "

"Les classes moyennes sont engourdies, déroutées, tenues silencieuses par la peur."

En référence à la classe moyenne :

"Comme ils sont plus instruits ils n'en sont que plus désemparés."

Il a pour le moment atteint ses objectifs. La prolifération des Organizers et des associations, qui se comptent par dizaines de milliers aujourd'hui sur le sol américain, a de quoi réjouir outre-tombe le théoricien Alinsky.

C'est bien comme il le préconise : "Allez-y doucement avec eux, ne les effrayez pas" "Les réactions des opposants serviront à "éduquer" et à radicaliser la classe moyenne" que les USA sont devenus aujourd'hui, ce grand et puissant pays, un gendarme sans matraque, une puissance sans envie et veule devant le combat le plus important du siècle : le totalitarisme islamique.

"Pour réaliser cette réforme il est nécessaire que le planificateur travaille à l'intérieur du système" : c'est ainsi qu'il définit l'organizer

Barack Obama était un ORGANIZER. Il a commencé lui aussi à Chicago et s'est vu offrir une place de sénateur dans l'Etat le plus corrompu de tous les Etats Unis.

Pas ingrat pour être parvenu, comme le préconise Alinsky, au sommet du pouvoir, le président américain verse régulièrement une belle somme rondelette à la Fondation Saul Alinsky.

Hillary Clinton n'est pas en reste. Que de fois aura-t-elle étayé ses discours par des références du Maître qu'elle connût jadis alors qu'elle écrivait un mémoire sur lui en classe de fin d'étude ? Alinsky tenta de l'embaucher mais Hillary se voyait déjà "en haut de l'affiche".

Entre ces deux disciples d'Alinsky, la bataille fut rude mais Obama fut aussi choisi pour son look, sa jeunesse, son métissage. Il ne faut pas être dupe, dans son camp, on calcule tout jusqu'à la photogénie de son poulain.

Ces deux là, Obama et Hillary, détestent ceux qui leur résistent. La haine qu'ils éprouvent à l'égard d'un Benjamin Netanyahou est difficilement contenue. Ils n'en éprouvent du reste aucune gêne. Ils ont gagné le pouvoir et pas n'importe lequel : celui de briser le consensus, l'amitié américano-israélienne.

Le Premier Ministre israélien a la nuque raide et refuse les compromis qui risquent bien de s'avérer dangereux pour son pays.

Obama et Clinton ont choisi de faire allégeance aux Arabes. Ils détiennent une partie du pouvoir, celui de l'énergie pétrolière et gazière. Pourquoi s'intéresser alors à un tout petit Etat uniquement pourvoyeur de matière grise ?

Saul Alinsky le répète sans arrêt : flatter ceux qui détiennent "les" pouvoirs pour obtenir LE pouvoir.

Cependant, Alinsky insistait sur le fait que sa théorie n'était applicable qu'aux seuls Etats-Unis. Pour la politique étrangère, il faut un peu plus de nuances et les Obama/Clinton ne semblent pas comprendre ce point.

Faire pression, utiliser tous les groupes possibles pour faire plier un Etat juif qui joue sa survie tous les jours et encore plus aujourd'hui, un Iran agressif et nucléarisé, ne servira à rien.

Oui...JStreet, B'tselem, les journaux qui font l'opinion comme le New York Times, les lobbies arabes américains comme le CAIR, ont la prétention de faire admettre leurs thèses antisionistes partout. Ils ont pour eux l'argent, les réseaux universitaires et médiatiques et malgré cela, près de 63 % d'Américains soutiennent Israel.

L'imposture de Barack Hussein Obama ainsi que celle d'Hillary Clinton commencent, peu à peu, à apparaître.

Les consensus répétitifs à l'égard des Iraniens et les appels au djihad permanent des Arabo-Musulmans lassent le peuple américain.

 L’intérêt propre. Si le pouvoir est le but de l’organizer, son point d’appui est l’intérêt propre (self-interest), un autre terme considéré souvent comme tabou. Pour organiser une communauté, il doit faire appel à ses intérêts (et les convaincre qu’il n’y a pas de honte à agir sur cette base) tout en identifiant ceux des personnes qui y ont font obstacle. « Douter de la force de l’intérêt particulier, qui pénètre tous les domaines de la politique, insistera Alinsky, c’est refuser de voir l’homme tel qu’il est, de le voir seulement comme on souhaiterait qu’il soit » Disait Alinsky.

Le communisme a échoué aux USA. D'autres ont cru bon d'instiller la haine inter-ethnique, inter communautaire, inter religieux pour prendre le pouvoir.

Alinsky lui-même a compris combien il était dangereux de provoquer les Noirs pauvres de Chicago avec un nom juif. Il dut prendre un long temps avant de se faire admettre comme blanc et juif. Aujourd'hui, à l'ère des associations en tout genre, il aurait du mal à percer le mur de haine de Louis Farrakhan et de sa "Nation of islam".

Si les démocrates ou gauchistes américains croient qu'ils pourront composer avec ces fous, alors nous allons droit à la catastrophe. En attendant, il est grand temps pour nous, démocrates, juifs ou non, de nous réveiller. Notre foi religieuse est intime mais notre liberté est au-delà de ces clivages. Battons nous ensemble pour ne pas tomber ensemble.

PS : Merci à David FisherKing
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis