Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 mai 2011 2 03 /05 /mai /2011 08:56

 

Syrie - Bachar Al Assad, les protestations et la connexion iranienne par le Dr Jacques NERIAH

Adapté par Aschkel

 © 2011 www.aschkel.info

http://jerusalemcenter.wordpress.com/2011/05/01/bashar-assad-the-protests-in-syria-and-the-iranian-connection/ 

Le Colonel (retraité) Nériah est analyste spécial pour le Proche-Orient pour le Jérusalem Center of Public Affairs, ex-conseiller en politique étrangère du Premier ministre Y.Rabin et vice-chef pour l'évaluation des services de renseignements militaires israéliens


Lire ou relire nos EDITORIAUX

>Le verrou syrien est-il en train de sauter et au profit de qui ? 

> BAHREïN, ARABIE, IRAN : RISQUE D'UN EMBRASEMENT ?  Par Alain Rodier

>Syrie - Quels seront les gagnants et les perdants lors d'un changement de régime éventuel ?Par le Colonel Jacques NERIA

>L'Iran envoie ses milices bassidji massacrer le peuple syrien 


Les options de Bachar Al Assad se sont réduites de façon drastique, du fait de son incapacité à mettre un terme à l'agitation populaire qui secoue la Syrie depuis la mi-mars. Les derniers événements montrent clairement que son régime se fissure de plus en plus, comme en témoigne la démission de plus de 230 membres du parti Baas au pouvoir. Cette démission en masse s'est produite pour protester contre l'utilisation massive d'armes lourdes et de tirs à balles réelles dans la région de Déraa contre les manifestants, une première depuis la mise en place il y a cinq décennies du régime des Assad.

Certains rapports non confirmés font également état de défection de soldats et d'officiers, notamment de la 5ème division, après avoir refusé d'ouvrir le feu sur les manifestants.

La seule réponse d'Assad au vu de la poursuite des protestations et de l'insuffisance des mesures prises par le régime pour réprimer la dissidence, est l'utilisation de la force massive contre son propre peuple. Avec le niveau de violence utilisée par Assad, il est clair qu'il  reste peu d'options à ce dernier. En fait,  il n'a pas d'autres choix que l'usage de la force. Chaque signe de clémence peut-être interprété par ses adversaires ou par ses alliés comme un signe de faiblesse, et donc précipiter la mort du régime.

Dans le même temps le régime a accordé avec peine un semblant de réformes, la dissolution de l'ancien cabinet en a formé un nouveau avec de nouveaux visages, ainsi que la fin de la loi d'urgence en vigueur depuis quatre décennies en Syrie.

La révolte n'est pas seulement un cauchemar pour Bashar Al Assad mais il l'est aussi pour son plus proche allié l'Iran. En effet depuis le début de la contestation, l'Iran a été très silencieux sur les évènements en Syrie.

L'Iran a été le grand bénéficiaire des changements de régimes et des révoltes au Moyen-Orient (Maghreb/Maschrek). Le gouvernement libanais actuel ne doit son existence qu'à l'appui du 'Hezbollah soutenu par l'Iran. Le ministre des affaires étrangères égyptien a déclaré explicitement avoir l'intention de normaliser ses relations avec Téhéran. Le Bahreïn est encore aux prises avec une révolte contre le pouvoir menée par des éléments chi'ites. L'Arabie Saoudite elle aussi a dçu faire face à une contestation chi'ite, et le Yémen est pratiquement divisé en deux, entre le nord et le sud, dans un conflit principalement alimenté par des séparatistes chi'ites.

Depuis la révolution iranienne, Damas a été l'allié le plus précieux de Téhéran, la Syrie a été le pont qui a permis à l'Iran de renforcer une très grande influence notamment sur le conflit israélo-arabe. L'Iran est présent sur la ligne de confrontation sur la frontière nord avec Israël, grâce a son allié au Liban, le 'Hezbollah, et semble être en face d'Israël sur sa frontière sud principalement avec le 'Hamas.

Tout changement de régime en Syrie (et certainement une prise de contrôle par les sunnites) pourrait  compromettre la position régionale de l'Iran et représenterait un sérieux revers pour les ambitions de Téhéran à vouloir dominer la région.

Cette préoccupation est d'ailleurs très vive depuis que les foules de manifestants ont scandé des slogans très virulents contre l'Iran et le 'Hezbollah, appelant l'Iran a cessé son intervention en Syrie.

Comme Obama l'a précisé, sur la base des informations fournies par ses agences de renseignements (selon Reuters et Wall street journal) le 22 avril "Au lieu d'écouter son propre peuple, Assad blâme les étrangers et réclame l'aide iranienne pour réprimer ses propres citoyens par les mêmes tactiques que celles utilisées par son allié iranien sur son propre peuple".

 

Téhéran a commencé à fournir des équipements de contrôle aux autorités syriennes et d'autres encore en attente. Une leçon apprise et partagée par Téhéran qui a permis la répression postélectorale sur les manifestants iraniens qui cherchaient l'éviction d'Ah'madinedjad.

Selon les mêmes agences de renseignement, l'Iran a fourni à Damas une assistance technique pour surveiller les communications en ligne des groupes d'opposition, qui cherchent a organiser des manifestations, permettant ainsi aux autorités de bloquer tous les courriels, les connexions des téléphones cellulaires, les messageries texte, et l'affichage sur internet des conversations des militants.

La crainte d'Israël que l'Iran et le 'Hezbollah participent à la répression a été relayé notamment par le Jérusalem post  du 27 Mars. Le rapport indique que les manifestants ont entendu des gardes de sécurité et des gens dispersés parler le farsi (persan) au milieu de la foule.

Dans le Yédihot ara'honot (journal israélien) du 1er mai, Alex Fishman précise que, l'Iran a aidé la Syrie, en lui faisant parvenir du matériel de renseignement électronique pour surveiller les événements en Israël et fournir des capacités d'alerte rapide et d'écoutes clandestines, en cas de préparation de l'Armée israélienne. Ce même matériel est utilisé aujourd'hui pour surveiller les citoyens syriens, les manifestations et aider a l'arrestation des opposants politique du régime.

Sur la base de communications interceptées entre des responsables iraniens, les responsables américains ont déclaré que Téhéran cherche a aider également les groupes chi'ites au Bahreïn et au Yémen pour déstabiliser les alliés américains dans ces pays.

 

Lorsque les Etats-Unis annoncent des sanctions, le 29 avril, contre des personnalités clés du régime syrien, ce ne fut pas une surprise que les  commandants "d'Al Qods" division du corps des gardiens de la révolution soient également compris dans la liste.

Assistons-nous au prélude de l'automne de Bachar Al Assad ? Quel est l'impact des manifestations sur la stabilité du régime ?

Il est encore un peu tôt pour prédire un changement de régime à Damas, la cohésion des principaux éléments de ce régime demeure solide.

Les Alaouites ont réussi à créer, durant les cinq dernières décennies, une coalition des minorités en Syrie dont l'intérêt est de survivre aux évènements (certains chrétiens, sunnites et druzes prennent encore parti pour le régime). La chute du régime serait leur chute également. Ce qui est important à savoir c'est que dans l'armée syrienne les officiers supérieurs  Alaouites et chrétiens (assyriens) font preuve de détermination pour réprimer par tous les moyens les protestations contre le régime.

Les dirigeants de la répression contre le peuple sont le plus jeune frère de Bachar, le très instable Maher, Chef des forces spéciales et républicaines, Ali Mamelouk, directeur des renseignements syriens et Atif Najib, l'ex-chef des renseignements de la province de Déraa.

Contrairement à Moubarak en Egypte, Ben Ali en Tunisie ou Saleh au Yemen, Bachar Al Assad, ayant la moitié de l'âge de Moubarak, continue de montrer sa ferme détermination et une volonté inébranlable de rester au pouvoir.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis