Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 08:17

Syrie : la révolution étouffée dans l'indifférence internationale

Martine Gozlan - Marianne

 

Source :

http://www.marianne2.fr

Les manifestations et les grèves se poursuivent, notamment à Deraa et à Banias. En face, les snipers des milices du régime provoquent le chaos pour démontrer que seul Bachar peut protéger le pays du désordre. Mais la diplomatie mondiale ne réagit guère.




La révolte continue de plus belle derrière le rideau de fer de Bachar el Assad. Le 11 avril, les étudiants se sont rassemblés sur le campus de l’université de Damas pour un sit-in en hommage aux morts des derniers jours. Mardi 12 avril, en début d’après-midi, à Deraa, près de la frontière jordanienne, première ville à s’être embrasée il y a un mois, des milliers de manifestants se sont regroupés sur la place principale rebaptisée «  Place de la Dignité ». 

Sur la côte, au sud de Lattaquié, la ville de Banias  qui pleure de nombreux morts,  est encerclée  par  la police, la population est en grève générale. Il n’y a plus de pain, l’électricité est coupée. Banias  est une ville à la population mixte, alaouite , sunnite et chrétienne. Les manifestants y crient  le mot  Unité, et c’est précisément  pourquoi  le régime syrien tire dans cette foule-là.  Pas question  de laisser entendre la voix d’un peuple rassemblé au delà des clivages confessionnels. 
A Banias, et à côté, dans les villages voisins de Bayda et Beit Jnad, les hommes des «  Chebiha », les milices du régime sèment  donc la terreur. L’objectif de ces snipers est clair : provoquer le chaos pour accréditer la thèse du régime selon laquelle  seul Bachar protègerait la Syrie du désordre. Déclencher, à coup de provocations, des troubles entre les communautés unies par leur détestation du régime baasiste. 

Les « Chebiha » n’hésitent pas à tirer sur l’armée, pour faire croire que les révoltés sont en réalité des gangsters.  Fait troublant : selon un témoignage recueilli par l’AFP «  ce sont les forces de sécurité qui ont tué les militaires à Banias parce qu’ils ont refusé d’attaquer la ville ». L’armée syrienne est en effet constituée de jeunes gens du peuple, même si le haut-commandement reste évidemment entre les mains d’officiers fidèles au régime. Rien à voir avec la garde présidentielle dévouée corps et âme à Assad. Si ces faits se répétaient, on pourrait y voir les indices d’une première fissure du système.
  
On a déjà pu déceler des failles politiques dans la forteresse baasiste. C’est ainsi que la rédactrice en chef du quotidien gouvernemental Techrine,  Samira al Massalma, a été limogée après avoir dénoncé sur Al Jezira les tirs contre la population. « S’il y a eu des violences, il faut les sanctionner » avait-elle déclaré.  Pour une raison simple : Samira al Massalma est originaire de Deraa et certaines victimes seraient apparentées à sa famille. De même, un cousin... du propre vice-président syrien Farouk al Charra vient de mourir à l’hôpital de Deraa ! Blessé par des tirs dans la rue, Mohammad Abdel Razeq Al-Sharra a été achevé par les flics qui ont fait irruption dans l’hôpital et fait feu sur tous les blessés. 

C’est dire que l’extrême violence décrétée par Bachar el Assad peut à terme le couper d’une partie de ses fidèles. Il y a quelques années, en reportage à Damas, alors que les journalistes pouvaient encore entrer en Syrie, nous avions noté, cette fois à propos des alliances militaro-stratégiques,  les graves divergences sur le choix « iranien » d’Assad. Au sein de la diplomatie syrienne, l’alliance avec Téhéran était secrètement contestée. Aujourd’hui, au plus fort de la répression, l’inévitable Mahmoud Ahmadinejad, faux président d’une république islamique iranienne confrontée, elle aussi, à la colère d’un jeune peuple traqué mais à long terme majoritaire, clame son soutien au président syrien, victime «  d’un complot occidental ».  

On peut donc craindre que Bachar ne suive l’exemple de son bon maitre iranien et massacre les manifestants. En actionnant, comme tous les dictateurs, provocations et milices à sa solde. Cette stratégie est archi-connue : elle a été utilisée, cette fois sans succès, par Ben Ali en Tunisie et Moubarak en Egypte. On se souvient des snipers de l’avenue Bourguiba  et des banlieues de Tunis, des hordes se ruant à dos de chameau sur les manifestants de la place Tahrir, des tabassages et des lynchages des milices du défunt régime du Caire. Mais les journalistes étaient là, comme témoins, voire comme cibles. C’est sous les yeux du monde que les révolutions arabes ont fait entendre leur voix puissante.

Mais en Syrie, personne ! On ferme, on boucle. Deux journalistes de l’agence Associated Press viennent encore d’être expulsés aujourd’hui. De nouvelles  personnalités de l’opposition ont été arrêtées hier : il s’agit du journaliste Fayez Sara,  de l’écrivain et  militant des  droits civiques Najati Tayara, de Georges Sabra, dirigeant d’un parti d’opposition interdit et proche des communistes, et de  Ghiat Ouyoune al-Soud, secrétaire général du parti du peuple démocratique syrien. Les organisations des droits civiques évoquent désormais le chiffre de 200 morts  mais chaque jour apporte son lot de nouvelles victimes. 

C’est dans l’indifférence du monde que se déroule pourtant cette révolte historique dans une Syrie, enjeu clé sur l’échiquier moyen-oriental. Comme si Bachar El Assad avait réussi à isoler radicalement son peuple, confondu faussement et à loisir avec un patchwork de tribus.  La Syrie est un pays de haute culture, nos compatriotes y voyagent parfois en se souvenant que Damas eut un  passé français au début du 20ème siècle. La liberté ne doit pas y mourir en silence.

Mercredi 13 Avril 2011

Martine Gozlan - Marianne

 

Source :

http://www.marianne2.fr

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis