Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
22 février 2012 3 22 /02 /février /2012 08:54

 

 

Hejazi-afp 2145284b (Copier)

 

Le Général iranien Mohammad Hejazi

 

 

L’aide de camp du Chef des forces armées de l’Iran, le Général Mohammad Hejazi, a proféré une nouvelle menace, mardi 21 février : « Notre stratégie actuelle est que si nous sentons que nos ennemis veulent mettre en danger les intérêts nationaux de l’Iran, nous agirons sans attendre qu’ils lancent leurs propres actions ».

 

Les sources militaires de Debkafile révèlent qu’une attaque préventive iranienne contre Israël plane dans l'air depuis plusieurs semaines. Elle devenue réaliste parce que la controverse entre Washington et Jérusalem s’étire dans le temps, à propos d’une frappe militaire et que l’indécision des deux gouvernements offre une occasion en or à Téhéran pour qu’il aille toujours plus loin dans le sens de ses intérêts.

 

Cela confère à l’Iran l'opportunité d’entrer en négociation sur son programme nucléaire avec les six puissances mondiales (P5 plus 1) sans subir la moindre menace militaire et, par conséquent, dans une position dominante pour imposer son marchandage. Pour les cercles avertis, Téhéran a déjà empoché la promesse de l’administration Obama d’une permission de continuer à enrichir son uranium au-delà de 5%, en n’importe quelle quantité et il sera plus que prêt pour imposer toujours plus d’exigences.

 

 

La menace du Général Hejazi, d'une frappe préventive contre Israël, sert aussi la République Islamique dans sa course aux élections générales du 3 mars. Elle a pour objectif de montrer à l’électeur iranien et au public du Moyen-Orient que l’Iran a retourné avec succès l’agression américaine et israélienne contre eux-mêmes et de démontrer qu’ils ne sont guère plus que des tigres de papier, incapables d’aller jusqu’au bout de leur rhétorique. Dès lors, l’initiative militaire reste entièrement entre les mains de l’Iran.

 

A Téhéran, le cliché habituel israélien selon lequel “Nous ne conseillons à personne de tester notre résolution” s’est montré sans la moindre consistance.

 

En laissant deux navires de guerre iraniens transporter des armes pour Assad passer en face des côtes israéliennes sur leur chemin vers Tartous sans la moindre interférence, Israël a encouragé Téhéran à supposer que, en dernière analyse, il s’abstiendra d’une frappe unilatérale visant à éradiquer les installations nucléaires iraniennes, sans la bénédiction de Washington. L’Iran s’attend à ce que la détermination du gouvernement Netanyahou fonde sous les assauts du bulldozer américain, qui lance un émissaire US après l’autre touchant le sol de l’Aéroport Ben-Gourion, pour le coincer dans les cordes et le faire reculer.

 

 

Alors qu’Israël se laisse docilement entraver les mains, selon le calcul de Téhéran, il deviendra progressivement de plus en plus dur de briser ces chaînes, et ainsi, si Téhéran lance réellement  une attaque préventive limitée de missiles contre l’Etat juif, Jérusalem s’inclinera à nouveau devant Washington, et se laissera contraindre à ne pas répliquer. Jeudi 23 février, le Directeur des Renseignements nationaux américains, James Clapper arrivera en Israël pour poursuivre la controverse sur cette question avec les chefs de l’armée et du renseignement, à la suite du Directeur de la Défense nationale Tom Donilon, qui a passé trois jours dans des discussions totalement stériles avec les dirigeants du gouvernement, le Premier ministre Binyamin Netanyahou et le ministre de la défense Ehud Barak. Le Général Martin Dempsey, Président de l’Etat-Major interarmes américain s’est, lui aussi, essayé au jeu de la persuasion au début de ce mois. Ce cycle de pressions atteindra son paroxysme avec les échanges entre Netanyahou et le Président Obama, à la Maison Blanche, le 5 mars.

 

Les Iraniens se sentent assez confiants pour se permettre de rejeter en toute sécurité les requêtes de l’équipe d’inspecteurs de l’AIEA, qui sont arrivés à Téhéran mardi, de tout accès aux sites nucléaires suspects et de rencontres avec les scientifiques employés dans le cadre de leur programme nucléaire.

 

 

Les paroles du Général Hejazi reçoivent l’appui de manoeuvres de défense anti-aérienne de quatre jours, surnommées Sarallah (la Revanche de D. –pas moins que ça !) dans le sud du pays. La République islamique a pris une autre initiative, en interrompant les fournitures d’exportations de pétrole en direction de la Grande-Bretagne et de la France, et en retournant ainsi l’embargo de l’Union Européenne contre elle-même.


DEBKAfile Reportage spécial 21 février 2012, 2:58 PM (GMT+02:00)

Adaptation : Marc Brzustowski
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

muller 22/02/2012 13:10

bonjour,surtout qu ISRAEL ne bouge pas,il est toujours temps de riposter surtout q ISRAEL a les pieds sur terre.
L iRAN ne peut que faire semblant de vouloir sévir mais il
va entrainer son peuple dans la ruine et la misère!s il bouge une oreille!il ne sait pas de quoi on est capable!

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis