Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
3 juin 2013 1 03 /06 /juin /2013 17:04

 

 

3176190 3 2966 manifestation-contre-le-gouvernement-turque-

Point de vue de Dario S (Rome)

Turquie : après avoir soutenu les printemps arabes, l’AKP est-il victime du printemps turc ?

Habituée aux coups bas et frôlant le ridicule, la Syrie profite, dénonce l’usage de la force et appelle Erdogan à démissionner !!

 

 

http://mediarabe.info/spip.php?article2340

 

 


lundi 3 juin 2013 - 12h24

Logo MédiArabe.Info

Il ne fait pas de doute que Recep Tayyip Erdogan, le premier ministre turc, paie aujourd’hui le prix de ses hésitations dans le dossier syrien et récolte le fruit de son islamo-conservatisme arrogant. Le régime de Bachar Al-Assad, qui a longtemps menacé de déstabiliser la Turquie, souhaite aujourd’hui profiter du printemps turc.

 

 

En projetant la destruction d’un parc, l’abattage d’arbres et la construction d’une mosquée place Taksim, à Istanbul, le Premier ministre turc a ravivé la querelle opposant les partisans de la laïcité aux tenants d’une islamisation de la société. Le spécialiste de géopolitique de BFMTV, Harold Hyman, livre une analyse pertinente : « En annonçant dimanche son intention de construire une mosquée sur la Place Taksim d’Istanbul, Recep Tayyip Erdogan a infailliblement rallumé la bonne vieille querelle entre laïcistes et islamisants, querelle qui couve sous la cendre depuis le tout premier jour de la création de la République de Turquie de Kemal Moustapha Atatürk en 1922 (…). L’hostilité anti-AKP qui s’exprime par des centaines de manifestations à travers le pays rassemble les opposants de tous bords aux grands projets d’urbanisme ».


Après avoir soutenu les printemps arabes, dans l’espoir d’exporter le modèle de l’AKP, ralliant l’islam, la démocratie et la modernité, Erdogan est victime du printemps turc. Selon Harold Hyman, « un printemps issu d’une cause culturelle : la transformation urbaine. Erdogan et la mairie d’Istanbul ont en effet lancé un programme de transformation urbaine pour faire de la ville – et dans une moindre mesure Ankara – une espèce de phare urbanistique mondial », estime Hyman. « Pour cela, ajoute-t-il, des espaces verts ont été ajoutés dans des lieux périphériques, et des centres commerciaux sont nés (…) avec les soupçons de favoritisme dans l’attribution des chantiers ! ».


L’analyste de BFMTV ajoute qu’Erdogan a eu la curieuse idée d’islamiser en même temps qu’il transforme. Il veut raser les arbres du parc Gezi, ces 6 hectares qui donnent de la dimension à l’emblématique Place Taksim. Beaucoup d’événements dramatiques s’y sont déroulés. Toute manifestation qui se respecte se rassemble là, et on se rappellera des bagarres lors du sommet de la Banque mondiale en 2009. Erdogan veut gommer cette société gauchiste. Non content d’un coup, il en livre un deuxième contre les kémalistes : il veut mettre un centre commercial figurant la réplique de l’ancienne caserne ottomane détruite sous Atatürk sur la place, et dimanche il a lâché le grand dessein : il veut y construite une mosquée. Et détruire le très kémaliste Centre culturel Atatürk qui borde le parc Gezi ».


« Erdogan a surjoué ses cartes, il va perdre la main. La gauche voudra sa place Taksim, les écologistes leur parc Gezi, les nationalistes leur Centre culturel Atatürk, les laïcistes modérés ne pourront pas plus tolérer une mosquée que les autres groupes politiques hors AKP. Le printemps sera le printemps laïc et écologique, contre Erdogan vu comme un autocrate islamisant. Explosif. C’est le début de la fin de l’islamo-ottomanisme, et préparons-nous à une longue convulsion » conclut Hyman.


Selon un autre spécialiste de la Turquie, Didier Billion, interrogé par « 20 Minutes », « la question du parc est secondaire mais elle cristallise des mécontentements qui n’arrivent pas à s’exprimer. Les manifestants ne supportent plus l’autoritarisme croissant du pouvoir ». L’exaspération est d’autant plus grande que le gouvernement a multiplié les lois restreignant les libertés individuelles. Dernier exemple en date : l’interdiction de vendre de l’alcool entre 22h et 6h, ce qui avait déclenché la polémique et alimenté, par la même occasion, les craintes de l’opposition laïque sur une islamisation de la société.


Le rôle régional de la Turquie en question


Le rôle régional de la Turquie s’en retrouve affecté par la crise qui affaiblit considérablement l’AKP. Certains analystes turcs affirmaient récemment que le premier ministre s’est lui-même placé entre le marteau syrien et l’enclume de ses opposants. Erdogan a trop longtemps hésité dans le dossier syrien, ou il s’est soumis aux pressions américaines, russes et iraniennes. Mais le résultat est le même : il a donné l’impression d’impuissance. Conjuguée aux menaces syriennes de déstabiliser la Turquie, soit par les partis de gauches soutenus par Damas, soit par le PKK kurde armé par Assad, l’impression d’impuissance d’Erdogan s’accentue aujourd’hui. Le régime syrien critique l’usage de la force par le gouvernement turc contre les revendications légitimes de la population ! Damas appelle aussi Erdogan à démissionner ! Le ministère syrien des Affaires étrangères a même atteint le comble du ridicule en déconseillant aux Syriens de se rendre en Turquie, en proie à l’insécurité !! Le message adressé par le président turc Abdallah Gül, lui aussi islamiste de l’AKP, aux manifestants, ce lundi, les invitant au calme et leur assurant que leur messages est bien arrivé, ne fait que confirmer la vulnérabilité de l’AKP.


Selon toute vraisemblance, Erdogan a longtemps joué au feu sans aller au terme de son engagement, notamment en Syrie. Il a alimenté l’hostilité syrienne et réveillé à Damas le souvenir d’Alexandrette, sans se donner les moyens de renverser Assad. Avec le retour de manivelle syrien, ou plutôt avec le retour de flammes syriennes, Erdogan risque de se brûler les doigts. Désormais, bien que spontané, comme toutes les révoltes arabes des dernières années, le soulèvement des Turcs peut profiter à la Syrie, à l’Iran et à la Russie. Ankara n’est plus la tête de pont de l’OTAN dans la région. Sa déstabilisation prive aussi et surtout les rebelles syriens d’un point d’appui, d’un fond stratégique et d’un couloir de ravitaillement. Les aides occidentales promises à l’Armée syrienne libre ne pourront pas leur être acheminées. C’est l’art des Occidentaux de se faire avoir et l’expression flagrante de leur masochisme.

Dario S.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis