Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 07:44

 

Le point de vue de Dario S.

Turquie : Erdogan se place entre le marteau syrien et l’enclume de ses opposants. Le bilan des attentats de Reyhanli serait de 177 morts

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2337

Pour éviter la fronde intérieure, Ankara minimise l’attentat de Reyhanli

lundi 13 mai 2013 - 22h27, par Dario S. (Rome)

Logo MédiArabe.Info

Selon "La Voix de la Russie", le double attentat de Reyhanli a fait, samedi, 146 morts et 140 blessés, dont une vingtaine dans un état grave. L’agence de presse azérie APA cite le journaliste turc Ferdi Ozmen qui affirme, lui, que 177 personnes sont mortes dans ces actes terroristes. Ferdi Ozmen a été arrêté par les autorités, qui cherchent à minimiser l’impact de cette attaque pour ne pas en assumer les conséquences, selon un spécialiste de la question turque.

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

En effet, Ankara continue d’évoquer 49 morts dans les explosions de Reyhanli, attribués à un groupuscule turc d’extrême gauche, lié au services syriens. C’est le même groupe qui serait responsable des crimes commis dans la région de Banias et Al-Baïda, début mai, faisant plus de 700 morts. Un acte qualifié « d’épuration confessionnelle visant à nettoyer le territoire du futur Etat alaouite ». Mais d’autres sources, comme la radio russe « La Voix de la Russie »avance le chiffre de 146 morts. L’agence « APA » basée en Azerbaïdjan cite de son côté le journaliste turc Ferdi Ozmen, qui a répertorié 177 morts, se basant sur les registres des hôpitaux de la région : « 26 corps ont été emmenés à l’hôpital Defne, 44 à l’hôpital public d’Antakya, 18 à l’hôpital Kirikhan, 6 à l’hôpital Akademi, 3 à l’hôpital Akdeniz, 30 à l’hôpital de la recherche et 50 à l’hôpital de Reyhanli ». Le plus inquiétant est que Ferdi Ozmen a été arrêté après avoir publié ces données sur les réseaux sociaux.

Alors que les médias révèlent, peu à peu, l’ampleur des attentats, le gouvernement turc semble revenir sur ses premières accusations désignant les services syriens. Le numéro deux du gouvernement, ainsi que le ministre de l’Intérieur, avaient confirmé l’arrestation de neuf turcs, liés à la Syrie. La police avait quant à elle affirmé que les voitures et les explosifs ont été acheminés depuis la Syrie, et préparés dans un garage à Hatay. Mais le premier ministre Recep Tayyip Erdogan a affirmé, ce lundi, que la Turquie doit être prudente dans l’approche de ces questions.

Pour les spécialistes de la question turque, « le premier ministre cherche à éviter la fronde de son opinion publique et celle de l’armée. Car il s’est impliqué dans le dossier syrien sans pouvoir ou vouloir en assumer les conséquences ». « En juillet 2012, un avion F-4 avait été abattu au large de la Syrie et les deux occupants, éjectés en parachute, auraient été arrêtés puis exécutés par les Syriens, sans que le gouvernement d’Ankara ne réagisse », regrette un expert. Il ajoute :« ce lundi, Ankara attribue la perte d’un F-16, près de la frontière syrienne, à une défaillance technique. Pourtant, le journal « Hurriyet » croit savoir sur son site que l’avion a été accroché par un radar, le pilote a annoncé à sa base qu’il s’éjectait, avant que le contact ne soit coupé. Il a été retrouvé mort et martyrisé. A-t-il atterri en territoire syrien ? A-t-il été capturé et tué par les forces du régime ? »

« Ankara ne veut pas accuser Damas d’être à l’origine de ce crash, ni d’avoir commandité les attentats de Reyhanli, et cherche à les minimiser, pour ne pas avoir à réagir », accusent les opposants d’Erdogan. Pour eux, « le premier ministre est soit complice avec Assad, soit impuissant face à la menace terroriste syrienne. Par son inaction il s’est placé entre le marteau du terrorisme syrien et l’enclume de la politique intérieure. Il a ainsi avalé des couleuvres et multiplié les gesticulations sous l’œil sans doute très amusé de Bachar Al-Assad ».

Dario S.

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis