Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 janvier 2012 3 04 /01 /janvier /2012 22:09

Article original : http://tundratabloids.com/2012/01/book-by-dr-manfred-gerstenfeld-leads-dutch-politician-to-call-for-government-apology-for-its-passivity-in-dutch-jews-deportation.html

 

Adaptation Marc Brzustowski.

 

 

Geert Wilders: Le gouvernement hollandais doit présenter ses excuses

 

Le livre récent du Dr.Manfred Gerstenfeld, Judging the Netherlands, a, aujourd’hui, attiré l’attention, de façon massive, aussi bien aux Pays-Bas qu’ensuite, sur la scène médiatique internationale, du fait d’un article d’Associated Press. Réagissant à cet article, le dirigeant politique du PVV, le Parti de la Liberté, Geert Wilders, s’est fait entendre en appelant l’actuel Premier ministre néerlandais à exprimer des excuses officielles au nom du gouvernement, pour l’attitude passive de l’ancien gouvernement face aux déportations de masse des Juifs de Hollande, à partir des Pays-Bas, durant la Seconde Guerre Mondiale. Els Borst, ancien ministre du gouvernement néerlandais, interviewée au sujet de ce livre, a déclaré qu' :

 

« elle pense que la réponse du gouvernement hollandais en exil durant la guerre aurait sûrement été plus ferme si les Nazis avaient déporté les Catholiques ou les Protestants ».

 

Vous pouvez lire l’article en entier ici. 

 

 

Le choc frontal que représente ce livre est disponible sur Amazon, dont vous pouvez lire la description et les commentaires, ici.

 

 

 

“Les Pays-Bas devraient présenter leurs excuses à la Communauté Juive”

Interview d’Els Borst, par Manfred Gerstenfeld


(Adaptation M.B, le 2 novembre 2011)

 

“Si j’étais Premier Ministre, j’aurais, sans hésitation aucune, offert mes excuses à la communauté juive néerlandaise. Je fais, ici, référence à l’attitude de notre gouvernement durant la Seconde Guerre Mondiale et à la découverte très tardive, dans l’après-guerre, que le processus de restitution ait été si mal conçue ».  

 

Le Dr. Els Borst-Eilers a été Ministre de la Santé Publique, du bien-être et des sports, de 1994 à 2002, ainsi qu’adjointe au Premier Ministre, au cours des quatre dernières années. Elle dit de sa formation initiale : « Je n’avais que huit ans, lorsque les Allemands ont envahi notre pays en 1940 et seulement treize, lorsqu’ils en ont été chassés. A cet âge, vous êtes déjà averti(e) de bien des choses. J’ai toujours vécu à Amsterdam. Pendant la guerre, nous habitions le quartier de Rivieren, où beaucoup de Juifs vivaient à l’époque. Nos voisins du dessous étaient des Juifs, et il y avait aussi des Juifs à quelques maisons de la nôtre. Nous avons assisté à la façon dont ils ont été encerclés et déportés. Cela m’a laissé une impression très forte [indélébile].

 

“Nous savons, désormais, que la persécution des Juifs Hollandais a, assez peu, tracassé la Reine Wilhemina, depuis son exil londonien. Elle parlait tout le temps des héros de la résistance et voulait penser que la Hollande toute entière faisait de la résistance. La Reine en parlait d’une façon qui laissait entendre que : « Vous avez tous combattu si courageusement ! », qui était très éloignée de la vérité.

 

“Le gouvernement néerlandais affaibli et en exil n’aurait pas dû laisser la maîtrise de toute chose à la Reine. Le Premier Ministre Pieter Gerbrandy aurait dû s’adresser à la population, à la radio, de façon à produire un électrochoc et de dire : « Nous attendons de vous que vous protégiez de la déportation nos fidèles concitoyens juifs. Essayez de les héberger dans vos maisons, aidez-les à fuir, faites tout ce que vous pouvez. C’est votre devoir de faire quelque chose pour nos fidèles citoyens ».

 

“Mon sentiment, c’est que si tous les Chrétiens, qu’ils soient catholiques ou protestants, avaient été déportés en Allemagne, le gouvernement néerlandais de Londres aurait ordonné à la population des Pays-Bas occupés de les aider. L’attitude du gouvernement témoigne du fait que ses membres, comme beaucoup d’autres, percevaient les Hollandais juifs comme un groupe particulier qui ne faisait pas d’eux « de vrais Hollandais ».

 

“Avant la guerre, beaucoup de Hollandais pensaient que les 140 000 Juifs vivant parmi eux constituaient un groupe à part, qu’il fallait avoir à l’œil. Qu’ils pouvaient représenter une menace – par exemple, ils pourraient obtenir les bonnes situations professionnelles, ou aspirer à la domination du monde de la finance. Ces gens-là péroraient entre eux sans rien connaître des faits ».

 

“Ce manque d’intérêt pour le sort des Juifs était la conséquence de l’antisémitisme d’avant-guerre aux Pays-Bas. Il existait également au sein de ma bonne famille. J’avais un oncle complètement juif qui avait épousé une non-Juive. Au début de la guerre, il a divorcé de sa femme dans l’intention de la sauver face au danger imminent. Il s’est ainsi, lui-même mis en danger, puisque, du coup, il n’était plus couvert par un mariage mixte. Il a été caché tout au long de la guerre et, avec pas mal de chance, il a pu survivre. Notre famille entière était heureuse de cela [de sa rupture].

 

“Bien avant la guerre, par exemple, au cours de réunions de famille pour un anniversaire, il était presque d’usage d’entendre des commentaires, tels que “ c’est une façon typique qu’ont les Juifs de rouler leur monde ! », ou « Les Juifs savent veiller sur leurs propres intérêts ». On y avait droit, dès que quelqu’un se débrouillait, en matière d’argent. Je l’entendais déjà, alors que je n’étais qu’une petite fille.

 

“Aucun d’entre nous n’aurait voulu faire le moindre mal à un Juif. Pourtant, il subsistait un sentiment qu’ils « savaient très bien se débrouiller financièrement », en dépit du fait qu’il y avait beaucoup  de Juifs très pauvres à Amsterdam.

 

Borst perçoit un parallèle entre les années de guerre, sa période au gouvernement et les politiques néerlandaises actuelles. Elle était ministre au moment-même des massacres de masse, dans la ville bosniaque de Srebrenica, ainsi que lors de la publication, en 2002, des résultats de l’enquête qui s’en est suivie, menée par l’Institut Néerlandais de Documentation sur la Guerre (INDG/ NIOD). Le NIOD a prétendu, dans son rapport, que lorsque le gouvernement hollandais a décidé de rappeler les soldats néerlandais membres de la Force de l’ONU, et présents à Srebrenica, il ne savait rien des menaces qui pesaient sur les citoyens bosniaques. Borst ne peut s’empêcher de faire remarquer : « Le NIOD a embelli ce qui s’est réellement passé ».

 

Quand le Ministre Jan Pronk, membre du parti travailliste, a déclaré que le gouvernement savait effectivement ce qui se passait à Srebrenica et tout ce qui concernait les menaces pesant sur les citoyens dans cette région, Borst a confirmé que c’était bien vrai.

 

A propos de la situation actuelle, Borst dit : “Il existe beaucoup de musulmans très sympathiques et pacifiques, mais les Pays-Bas sont bien trop tolérants, en ce qui concerne les déclarations de l’aile radicale de l’Islam. Cela concerne aussi les adolescents marocains qui passent leur temps à proférer des insultes antisémites ou à commettre des actes antisémites. Pourtant, ils ne sont pas nés avec la haine des Juifs, mais ils vivent au sein d’une culture qui tolère et même encourage [ces comportements] ».

 

Elle conclut : “On préfère dissimuler beaucoup de choses aux Pays-Bas, au nom de la société multiculturelle. Ayaan Hirsi Ali l’a fait entendre très clairement de nombreuses fois. Elle s’est montrée très juste sur ce point -1-” .

 

Ceci est une version abrégée d’une interview parue en néerlandais, dans le livre-bestseller de Manfred Gerstenfeld : « Le pourrissement : les Juifs dans une Hollande sans gouvernail » (2010)

 


-1-Ayaan Hirsi Ali, a secular Muslim, is a former member of the Dutch parliament for the Liberal Party. She has since left for the United States.

 

 

 

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis