Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 10:05

 

 

Par Manfred Gerstenfeld

 

paris1 (Copier)

 

 

Parmi tous les racistes, ce sont les humanitaires qui parviennent le mieux à dissimuler leur comportement néfaste. C’est pourquoi leur racisme passe le plus souvent inaperçu, et qu’ils peuvent ainsi prétendre être des gens biens et équilibrés.

 

Un autre genre de raciste : celui qu’on dit « laid » ou primaire, est presque trop facile à identifier. Ce sont ces gens, par exemple, qui répètent les vieux poncifs colonialistes, affirmant que les Africains  sont de grands enfants attardés, voire même des sous-hommes. Ces racistes pensent qu'on devrait traiter comme des êtres inférieurs les peuples qu’on ne pourrait pas tenir pour responsables de leurs actes.

Les conceptions fondamentales des racistes humanitaires sont, pourtant, très similaires à celles du genre primaire dit « laid ». Ils peuvent prétendre, par exemple, que la plupart des problèmes contemporains des Etats africains ne sont que les conséquences de la période coloniale, même si ces pays sont devenus indépendants depuis des décennies. Cela signifie, en réalité, que les Africains seraient incapables d’être responsables de leurs actions. La vision du monde du raciste humanitaire est aussi déformée que celle du raciste primaire ou « laid ». Ce n’est pas dit aussi explicitement, mais seulement sous-entendu dans ses propos. 

C'est, cependant, la conclusion qu’en tire le raciste humanitaire qui diffère de celle du raciste primaire ou “laid”. Il ou elle considère que, comme le non-Blanc ou le faible ne peut pas être tenu pour responsable de ses actes, on doit détourner les yeux aussi souvent que possible, même s’il commet des crimes abominables. Les racistes primaires, parce que  « laids » ne peuvent plus, et heureusement, faire publier leurs articles dans des medias influents, par contre, malheureusement, les racistes humanitaires y sont accueillis à bras grands ouverts.

 

On néglige le fait, néanmoins crucial, de montrer les racistes humanitaires pour ce qu’ils sont, dans la lutte contre la délégitimation d’Israël. La réussite du narratif palestinien, avec ses nombreux mensonges qui traversent le monde occidental, est, à une vaste échelle, due à sa promotion continuelle , réalisée avec le concours des racistes humanitaires. Ils présentent les Palestiniens uniquement comme des victimes, en faisant le moins possible référence aux crimes monstrueux qu’ils commettent ou soutiennent. De cette manière, les racistes humanitaires sont devenus les chauds partisans et alliés des terroristes palestiniens, des promoteurs de meurtre et de génocide, autant que de bien d’autres criminels ».

Un exemple nous en est fourni, en 2010, par la publicité très limitée, sur le plan internationalfaite aux condoléances exprimées par le Président de l’Autorité Palestinienne, Mahmoud Abbas à la famille d’Abou Daoud. Abbas a déclaré, à propos du planificateur du massacre des athlètes israéliens aux jeux olympiques de Munich, en 1972, que : « Le défunt était l’un des dirigeants les plus importants du mouvement Fatah et il a vécu une existence pleine, faite de lutte, d’efforts dévoués, et de l’énorme sacrifice concédé par le défunt au salut de la cause légitime de son peuple, dans de nombreuses sphères… Quel frère merveilleux, quel combattant infatigable, quel compagnon aussi solide qu’obstiné[1]”.

  

Trouver le bouc-émissaire

 

La vision du monde du raciste humanitaire englobe beaucoup d’autres distorsions. Si, par exemple, on ne doit pas tenir les Arabes pour responsables de leurs actes criminels, alors d’autres doivent l’être [pour eux]. C’est ainsi que le raciste humanitaire doit, sans cesse, se lancer à la recherche de boucs-émissaires. C’est pourquoi Israël est, parfois, même accusé des crimes que les Palestiniens ont commis.

Une autre distorsion de la vérité qui fait partie de la vision du monde du raciste humanitaire, c’est le déni de l’existence de tout racisme parmi les gens de couleur. Il existe, cependant, de nombreuses données sur le racisme extrême si répandu parmi les musulmans, par exemple. Illustrant de quelle façon ce racisme est passé sous silence, l’ancienne parlementaire néerlandaise d’origine somalienne, Ayaan Hirsi Ali, déclarait :

J’ai étudié durant un an le travail social aux Pays-Bas. Nos enseignants nous inculquaient comment observer l’immigré et l’étranger avec un regard différent. Ils pensent que le racisme est un phénomène qui ne transparaît que chez les Blancs. Ma famille en Somalie, cependant, m’a élevée en vraie raciste et m’a dit que, nous, les Musulmans, étions infiniment supérieurs aux Chrétiens kenyans. Ma mère pense toujours que ce ne sont que des demi-singes [2].

La très vaste majorité des Israéliens, par contre, ne sont pas des racistes humanitaires. Ils considèrent que les Palestiniens sont pleinement responsables de leurs actes criminels, comme n’importe quel autre être humain le serait.

 

Un Test simple 

J’ai développé un test simple qui permet de reconnaître les racistes humanitaires parmi ceux qui délégitiment Israël. Il suffit, seulement, de poser quelques questions à ces détracteurs extrêmes d’Israël, ou d'enquêter sur leurs déclarations et publications. La première de ces question est la suivante : « Pouvez-vous me montrer où et combien de fois vous avez mis en lumière le pourcentage conséquent de musulmans dans le monde qui soutiennent les attentats-suicide ou la vision du monde génocidaire d’Osama Ben Laden ? ».

Deuxième question : “Votre gouvernement s’est engagé, d’après la convention de l’ONU sur la prévention des génocides, à poursuivre le Président iranien Mahmoud Ahmadinedjad devant un Tribunal International, parce qu’il menace l’Etat d’Israël de génocide. Combien de fois avez-vous appelé votre gouvernement à le faire ? »

Troisième question : “Où et combien de fois avez-vous mis en avant la vision du monde profondément meurtrière qui imprègne la société palestinienne, l’Autorité Palestinienne et le Hamas?”

 

Si on se rend compte que ces détracteurs d’Israël sont demeurés silencieux ou n’ont dit que très peu de choses sur ces sujets, on est en droit de les « démasquer » en tant que racistes humanitaires. On peut aussi appliquer ce test sur le racisme humanitaire aux hommes politiques, aux dirigeants d’églises, aux journalistes, aux universitaires, aussi bien qu’aux détracteurs juifs et israéliens d’Israël.

Ce test simple révèlera également le surnombre excessif de racistes humanitaires présents au sein des organisations étrangères et israéliennes des droits de l’homme. L’Union Européenne subventionne plusieurs de ces organismes sus-mentionnés. En le faisant, elle est, par conséquent, devenue une fervente partisane du racisme. Le racisme humanitaire est l’un des nombreux aspects sur lesquels on devra enquêter en détail, dans le but de mieux comprendre les nouveaux courants criminels qui ont surgi au sein des sociétés européennes et de l’Union Européenne elle-même.

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 


Al-Hayat Al-Jadida, 4 July 2010. (As quoted  by Palestinian Media Watch), www.palwatch.org/main.aspx?fi=157&doc_id=2531

Manfred Gerstenfeld, interview with Ayaan Hirsi Ali, “Confronting Israeli Realities with Dutch Ones,” European-Israeli Relations: Between Confusion and Change? (Jerusalem: JCPA, 2006), 160.

Partager cet article
Repost0

commentaires

amouyal 30/05/2012 18:01

j'en ai un encore plus simple :

pourquoi ces organisations n'ont pas encore mis un manifestant dans la rue depuis 18 mois de massacre en syrie ?

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis