Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
31 juillet 2011 7 31 /07 /juillet /2011 20:40


 

 


Valérie Sudin - Dimanche 31 juillet 2011 à 15:54

 

http://www.guysen.com

 

Voir le site de : http://www.upisarel.org/

 


Environ 700 jeunes Français ou francophones viennent chaque été en Israël suivre le programme du volontariat pour Tsahal. Guysen a rencontré Jonathan, un guide expérimenté, familier de cette jeunesse avide de découvrir Tsahal et Israël.

 

 

Jonathan est originaire de Strasbourg. En 2006, après le baccalauréat, il a fait son alyah « pour suivre le cursus d’un Israélien normal qui fait son alyah : yeshiva, armée, études ».


 

Aujourd’hui, il fait des études d’ingénierie au Mahon Lev et guide des groupes français ou francophones en Israël et en Pologne, pour L’Espérance israélienne, sous l’égide de l’Agence juive.


 

« Nous accueillons toutes sortes de groupes : des groupes de volontariat avec des jeunes de tous les milieux et de tous les horizons de 16 à 18 ans, et pendant l’année des groupes scolaires de CM2, 6e et 4e. En Pologne, nous accompagnons des classes de seconde, première et terminale », raconte-t-il.


 

Lorsque nous le rencontrons, Jonathan nous rejoint sur la terrasse d’une auberge où le groupe de jeunes volontaires fait la pause après une journée de visite et avant d’aller faire la fête sur Ben Yehouda, l’une des rues les plus animées de Jérusalem, où se succèdent commerces, bars, restaurants. Peu importe qu’ils n’aient pas le droit de boire de l’alcool ni de fumer le narguilé. Ce qui compte, c’est d’être ensemble à Jérusalem après ce qu’ils ont vécu. Leur voyage d’une semaine en Israël va bientôt s’achever, avec leur séjour d’une durée totale de trois semaines.


 

Ils en ont passé deux dans la base de Tel Hachomer, l’une des plus grandes du pays, à empaqueter des produits médicaux destinés aux soldats.
 

« Levés à 7 heures le matin, vers 7h10 ils déjeunent et on commence la journée à 8 heures, jusqu’à 11h45, puis on reprend de 13h30 à 16 heures », raconte Jonathan.


 

« Ils finissent le travail vers 16 heures, et sont à partir de là à 30% sous la responsabilité de l’armée puisqu’on est dans une base à 70% sous la responsabilité des guides de l’Agence juive, et nous on leur propose des activités en lien avec l’identité juive parce qu’on se rend compte partout aujourd’hui que les jeunes du monde, et surtout de France, n’ont plus d’identité juive.


 

« On leur parle d’Israël, de l’armée, des disparus et des tués de Tsahal, les problèmes de l’eau, les questions géopolitiques, les problèmes de la société israélienne, de la société française… On leur offre des activités qui permettent de réfléchir ensuite », précise-t-il.


 

Sur la base, les jeunes volontaires sont logés dans des dortoirs de six personnes climatisés, nourris, et blanchis. Ils découvrent l’univers de Tsahal, ce pourquoi ils ont intégré ce programme.


 

« Deux soldates et deux guides de l’Agence juive, ou une soldate et un guide leur font sentir un peu l’ambiance de l’armée, et les jeunes aiment ça. Même s’ils comprennent vite que porter l’uniforme de Tsahal pendant trois semaines, ça fait transpirer ! », dit Jonathan.


 

La motivation de ces jeunes, si elle est diversifiée, a des constantes. Leur démarche est politique et philosophique, mais aussi identitaire.


 

« Certains se recherchent au plan identitaire, d’autres veulent partir de la maison, chacun a ses raisons, mais ils sont motivés par leurs questions morales et par leur désir de soutenir Israël, essentiellement », dit Jonathan.


 

 « Beaucoup arrivent avec des idées très marquées sur les rapports entre Israël et les Palestiniens. Ils se rendent compte que les soldats ne sont pas des monstres, qu’ils ont une vie comme eux, des petites amies comme eux, qu’ils font des blagues comme eux et qu’ils sont bêtes comme eux, et qu’en fait non, Tsahal n’est pas immoral », explique-t-il.
 

Jonathan insiste sur le fait que ces jeunes découvrent la vie en Israël, dont ils s’imaginent très souvent qu’elle est faite de terreur et d’attentats, de menaces et de dangers au quotidien.


 

Il les emmène du nord au sud et de l’est à l’ouest, à la découverte de la vie juive et des paysages d’Israël.

Et ensuite ? 


 

« Nous gardons le contact avec tout le monde. Pour moi c’est très important, je vais les voir à Paris quand je rends visite à ma famille en France », raconte Jonathan.


 

« Je les pousse à faire de hautes études s’ils en ont le potentiel. Un ancien vient d’être accepté à Sciences-Po Paris. On a un peu un rôle de grand frère, et de père et mère quand ils sont ici. On est plus proches d’eux qu’un simple animateur de colonie de vacances », continue-t-il.


 

Guider des volontaires est pour Jonathan plus qu’un job qui l’occupe en sus de ses études d’ingénierie. C’est une vraie vocation, une activité à laquelle il s’adonne avec enthousiasme et passion.


 

« Quant à moi, lorsque j’aurai terminé mes études, je continuerai tant que possible. Cette année, je suis parti cinq fois en Pologne avec des groupes. C’est ma mission. Tant que j’aurai la force morale et physique de prendre des groupes et de les emmener, je continuerai à le faire. Si D.ieu m’a donné cette possibilité de pouvoir transmettre, et les jeunes m’écoutent et ils m’aiment, tant que j’ai la force de le faire je le ferai, et j’espère que ma future femme sera d’accord ! », dit-il.


 

« On ne le fait pas pour l’argent, c’est une vocation, et une satisfaction de voir les jeunes évoluer », conclut-il.

Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis