Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 13:14

 

 

Obama-Netanyhu5.3.12 (Copier)

 

Barack Obama et Binyamin Netanyahu, lors de leur dernière rencontre

 

 

Le gouvernement d’Union Nationale, appuyé par une majorité de 94 sièges (sur 120) que Binyamin Netanyahou a formé le mardi 8 mai, n’est pas seulement la plus large coalition qui ait jamais gouverné Israël, mais aussi le premier qui comporte trois anciens Chefs d’Etat-Major à sa tête. Deux sont aussi l’actuel (Ehud Barak) et l’ancien (Shaül Mofaz) Ministres de la Défense. C’est cette configuration qui a le plus retenu l’attention à Washington, dès qu’ont filtré les premiers rapports indiquant le virage à 180° de Netanyahou, renonçant à des élections anticipées. « Il s’est lancé vers la tenue d’un nouveau mandat sans avoir besoin de se présenter à une élection », a déclaré une source essentielle de l’Administration, « et il n’entreprend 7 mois avant qu’Obama n’ait à affronter l’électorat ». Si Obama était réélu, il trouverait le même Netanyahou qu’auparavant, assis dans le fauteuil de Premier ministre, à Jérusalem, après s’être réinventé comme un Premier (ministre) de longue durée.

 

Si lui-même et son nouveau partenaire de premier plan, le chef de Kadima, l’ancienne opposition atteignent les cibles qu’ils se sont fixées – particulièrement, les réformes électorales et de gouvernement, vers la fin de 2012- ces réformes stimuleront les chances de Netanyahou de remporter les élections d’octobre 2013. Ainsi, lorsque Obama achèverait son second mandat présidentiel, à la fin 2017, Netanyahou arrivera au terme de son troisième en tant que Premier ministre ou de chef de l’Etat, ceci dépendant du fait que la législation fusionne ces deux fonctions. Les sources de Debkafile à Washington enregistrent trois évaluations différentes, de la part des sources autorisées aux Etats-Unis, quant aux changements apportés par le gouvernement d’union nationale, particulièrement leur impact sur une attaque éventuelle israélienne, américaine ou combinée, contre le programme nucléaire iranien :

 

1. D’après une de ces écoles de pensée, l’introduction de Mofaz, ancien chef d’Etat-Major et Ministre de la Défense, fera de la composition du nouveau gouvernement d’unité nationale, le plus « faucon » jamais en place, considérant qu’il prendra place auprès du Ministre de la Défense Barak et de l’ancien chef d’Etat-Major Moshé Ya’alon, actuel vice-premier ministre et Ministre des Affaires Stratégiques. Tous trois détiennent des postes-clé du cabinet. Un autre membre prééminent de Kadima, qui peut s’attendre à obtenir un poste influent au sein de ce cabinet ou dans les instances dirigeantes de la Knesset, c’est l’ancien chef du Shin Bet, Avi Dichter.



 

Le message envoyé à l’Administration Obama est clair : la critique retentissante qui s’est élevée contre Netanyahou et sa capacité à mener à bien l’option militaire contre l’Iran, dirigée par un petit groupe d’anciens généraux israéliens et d’anciens chefs de la sécurité en colère, ne représente d’aucune façon la vision de « la totalité de l’establishment de la sécurité israélienne », comme on a voulu le présenter. Une solide élite issue de la sécurité qui dirige aujourd’hui le gouvernement, pelinement capable d’exécuter n’importe quelle décision importante, qui serait nécessaire pour empêcher l’avènement d’un Iran nucléaire. Cela ne veut pas dire qu’une attaque israélienne soit imminente, précisent ces sources américaines, et même, probablement le contraire. Elles suggèrent plutôt que la nouvelle composition de l’équipe pourrait offrir à Obama l’espace de quelques mois avant d’arrêter une décision finale, concernant l’Iran.

 

2. La seconde école de pensée, au sein de l’Administration Obama fait remarquer que tout en focalisant sur l’Iran, aussi bien Netanyahou que Mofaz ont fait le point, lors de leur conférence de presse, pour promouvoir leur partenariat à Jérusalem, en insistant sur les négociations de paix avec les Palestiniens, comme constituant l’une de leurs quatre motivations impérieuses, stimulant leur collaboration et en tête de leurs objectifs.

 

 

Les sources politiques de Debkafile dévoilent que le Premier ministre a confié à Mofaz la tâche de briser les résistances des Palestiniens pour les amener à rejoindre la table des négociations, au bout de près de deux ans, une durée si longue que Netanyahou et Mofaz partagent le même état d’esprit sur la façon de procéder. Lors de leur conférence de presse, le dirigeant de Kadima a déclaré que son parti s’est engagé autour du concept d’un Etat d’Israël Juif et Démocratique, désireux d’accepter un compromis territorial en échange de la paix dans la sécurité.

 

Nos sources à Washington perçoivent ce schema comme faisant partie de l’accord forge entre les deux homes, par lequel Mofaz s’est engagé à soutenir Netanyahou sur la question iranienne, en gagnant le soutien du Premier ministre, concernant le problème palestinien. En procédant ainsi, Mofaz est doublement motivé à rechercher le succès, là où l’ancienne dirigeante de Kadima, Tzipi Livni a échoué pendant trois ans, lorsqu’elle était au poste de Ministre des affaires étrangères.

 

 

3.  Une troisième vision emerge à Washington, au sujet de ces changements dans les politiques israéliennes. Un stratège américain est d’avis qu’Israël entreprend un changement historique : la réforme des systèmes politiques et de gouvernement qui est au sommet de l’agenda de cette nouvelle coalition, détient le potentiel suffisant pour éclipser la plupart des petits regroupements politiques marginaux, qui, depuis bientôt sept décennies, ont perpétué l’instabilité de la scène politique et écourté la durée de vie de la plupart des gouvernements. « Le juste programme de réforme pourrait ne laisser subsister au Parlement israélien que quelques trois ou quatre grands blocs politiques, le centre, la droite, les religieux et les Arabes ». Netanyahou semble avoir pris les premières mesures  en vue d’introduire un bloc centriste survivant, alors que toutes les tentatives précédentes ont sombré dans l’oubli. Y parvenir pousserait les groupes les plus à droite dans un coin séparé du spectre politique, à l’opposé de sa coalition dirigeante disposant d’une base étendue.

 

http://www.debka.com/article/21985/

 

DEBKAfile Reportage exclusif 8 mai 2012, 4:49 PM (GMT+02:00) 

Adaptation : Marc Brzustowski.
 
Partager cet article
Repost0

commentaires

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis