Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /
DOSSIER EXCLUSIF
___________
 
Mercredi 29 septembre 2010

 

      Afficher Piraterie...jpg dans le diaporama

Jean-Jacques Cécile, qui nous avait déjà consacré plusieurs entretiens sur les sujets variés de ses livres :

http://lessakele.over-blog.fr/pages/Histoire_secrete_des_SAS_JeanJacques_Cecile-1799647.html

 

, publie un dixième ouvrage aux éditions du Nouveau Monde : 


Afficher Piraterie...jpg dans le diaporama

Jean-Jacques Cécile

Pirates en eaux somaliennes

Nouveau Monde éditions

Au large des côtes du nord-est africain, la croisière n’a plus le cœur à se distraire, pas plus que ne s’amusent les différents acteurs de la marine marchande dont les navires labourent les mers dans ces eaux infestées de forbans. Le bilan rendu public en janvier 2010 par le Bureau maritime international est éloquent. Pour la quatrième année consécutive, les chiffres totalisant les actes de piraterie sont en augmentation : 406 sur 2009. Les frères de la côte somaliens se sont adjugés une part conséquente de ce gâteau d’infamie avec, pour le même période, 217 incidents ayant entraîné le kidnapping de 47 navires ainsi que de 867 membres d’équipage. Un phénomène endémique dont les cas emblématiques ont fait les unes de nos journaux. L’affaire duPonant (opération Thalatine), l’assaut du Tanit et la mort de Florent Lemaçon sont des événements qui ont marqué l’opinion publique. Faut-il pour autant assimiler ces « nouveaux » pirates somaliens aux forbans sans foi ni loi infestant les mers d’Extrême-Orient ? Quelles sont leurs méthodes ? Comment les services de renseignement les traquent-ils ? Utilisent-ils eux-aussi des espions pour cibler leurs victimes ? Quelle est la contribution apportée par les commandos, les forces spéciales et les militaires à l’endiguement de ce phénomène criminel ? Dans quelle mesure l’argent de la piraterie provoque-t-il une mutation en profondeur des sociétés somalienne et kenyane ? Cet ouvrage d’investigation répond à toutes ces questions et à beaucoup d’autres encore.

Ancien membre d’une unité spéciale puis des services de renseignement militaires, Jean-Jacques Cécile est spécialiste de l’espionnage, des unités d’élite et des conflits contemporains. Il est l’auteur de dix ouvrages et en particulier de Histoire secrète des SAS – L’élite des forces spéciales britanniques ainsi que de Les chiens de guerre de l’Amérique – Enquête au cœur des sociétés militaires privées, publiés par Nouveau Monde éditions.

Contact

Frédéric Durand

Service de presse

Nouveau Monde éditions

(01 46 34 42 32

          06 71 51 46 06

      fdurand@nouveau-monde.net

Jean-Jacques Cécile, ancien de l'Unité Spéciale du 13è RDP, nous fait l'amitié de nous annoncer la sortie de son dernier de neuf ouvrages, cette fois, sur les forces spéciales britanniques :
(P.S : ce ne sera pas un secret d'Etat que de vous révéler, par avance, que nous ne résisterons pas à la curiosité de lui poser des questions plus précises, lors d'un entretien, pour Lessakel, à paraître très bientôt!)




Le livre détaille, jusqu'aux dernières opérations en Irak, l'histoire du Special Air Service, l'unité légendaire formant l'épine dorsale des forces spéciales britanniques.

Contact presse :

Service de presse Nouveau Monde éditions
Frédéric Durand
06 71 51 46 06
01 46 34 42 32
fdurand@nouveau-monde.net


HISTOIRE SECRÈTE DES SAS

 



http://www.martinfrost.ws/htmlfiles/sas_promo1.jpg


HISTOIRE SECRÈTE DES SAS



Pour beaucoup, le Special Air Service britannique fait partie des
mythes.

Formidable machine de guerre dont les membres tutoient les
sommets de l’art militaire, il demeure l’une des plus éminentes
références en matière de forces spéciales.

« Qui ose gagne », « Ici on mène, on suit ou on dégage » ou encore
« Ils osent surpasser les autres » sont ses devises.

Dès sa création dans les sables du désert nord-africain par David
Stirling en 1941, l’unité a réalisé les opérations clandestines les plus
pointues et les plus dangereuses.



Tragédie de Munich, conflit en Irlande, guerre en Irak… Aux
quatre coins du monde, les hommes du SAS ont su s’adapter à toutes les menaces et être à la pointe du combat contre-terroriste.

Pour autant, l’ombre du mystère plane obstinément sur les opérations qu’ils ont menées…

Dans le secret de leur antre, quelles tactiques, quelles ruses ces
hommes exceptionnels ont-ils mis au point pour accomplir leurs
missions ? De quels moyens disposent-ils pour surprendre l’ennemi ?

Et surtout, jusqu’où les « hommes en noir » de Hereford sont-ils prêts à aller pour remporter la victoire ?

À la fois documentaire passionnant et livre de référence sur les
forces spéciales britanniques, cet ouvrage retrace les plus grandes
opérations du SAS et dévoile la face la plus secrète de l’establishment militaire britannique.

Ancien membre d’une unité spéciale et des services de renseignement militaires, Jean-Jacques Cécile est spécialiste de l’espionnage et des unités d’élite. Il est l’auteur de

Chiens de guerre – Enquête au coeur des sociétés militaires privées ainsi que

d’Espions et terroristes – Les
liaisons dangereuses
, publiés chez Nouveau Monde éditions.



http://www.wgcshop.com/WGC_Shop/images/tm_aeg_g3sas.jpg


_____________________

 


Au coeur des forces spéciales
et
du renseignement militaire


1ère Partie


Nous avons récemment fait écho à la parution
du 9è ouvrage de Jean-Jacques CECILE, consacré au "Special Air Service" britannique. L'auteur a bien voulu signer avec nous une série de plusieurs entretiens éclairant les enjeux et défis  actuels pour "les hommes de l'ombre" de la Défense des Etats démocratiques. Un parcours hors-normes au service de la France et de l'information "discrète".

 


Monsieur Cécile bonjour. Merci d’avoir accepté cet entretien. Pour cette première interview, pourriez-vous nous éclairer sur votre parcours militaire au sein du 13e Régiment de dragons parachutistes ?

 

J’ai eu l’honneur de servir dans les rangs du 13e RDP mais je n’ai pas fait que cela ! Après sept années à Dieuze, garnison que j’ai quittée en 1985, j’ai servi trois ans au 1er Régiment de spahis en tant que spécialiste renseignement, deux ans au Secrétariat général de la Défense nationale, organisme de coordination dépendant du Premier ministre, puis deux années au bureau « renseignement » de l’état-major de la 1e Armée.


J’ai également appartenu à d’autres organismes mais dans des emplois sans rapport, du moins officiellement, avec le renseignement. En tout, une carrière de dix-huit années.


Chez les dragons, j’ai tout d’abord été intégré à une équipe de recherche en tant que radio puis en tant qu’adjoint au chef d’équipe avant d’être transféré au bureau « opérations » du régiment.


Ma principale expérience de terrain, si l’on excepte les épisodes sur lesquels la discrétion est encore de rigueur, consiste à avoir séjourné pendant quatre mois derrière le Rideau de fer en tant que pilote rattaché à la Mission militaire de liaison près du haut commandement soviétique en Allemagne. Officiellement, la Mission, comme son nom l’indique, était chargée d’accomplir des tâches de liaison entre le commandement soviétique et le commandement des forces françaises en Allemagne. Mais en pratique, il y avait peu de liaisons et beaucoup de renseignement !

 

Lire la suite ici.

____________________

 

Au coeur des forces spéciales

et
du renseignement militaire

2ème partie


Suite des d'entretiens :

De la Chute du Mur à l'après- 11 septembre.

Lessakel : En quoi la chute du Mur a-t-elle brouillé les cartes ? Est-ce que l’on peut distinguer la persistance de fondamentaux ?

 

J.J.C : La comparaison qui suit résume à quel point l’univers des militaires a été bouleversé : il fallait auparavant se préparer à combattre des divisions blindées déferlant depuis l’Oural en direction de Brest tandis que maintenant, il s’agit de courtiser ou d’interpeller, selon le cas, un meneur de bande ex-yougoslave, un leader terroriste, un chef de cellule confectionnant des engins explosifs improvisés, un adolescent déboussolé chauffé à blanc par les prêches de haine qui se répandent sur Internet, un paysan le jour qui devient subitement talib la nuit en ramassant la Kalachnikov hâtivement dissimulée dans un fourré et j’en passe et des meilleures. Espions et analystes se sont retrouvés dans l’obligation de s’adapter.


Par exemple, après que les spécialistes de la Military Intelligence américaine opérant en Irak aient constaté que les structures des cellules terroristes présentaient des analogies avec les gangs opérant dans les rues des villes aux Etats-Unis, ils se sont mis à utiliser des logiciels conçus au profit des policiers afin de résoudre les affaires criminelles ; ce sont des policemen réservistes effectuant une période d’activité entre le Tigre et l’Euphrate qui ont apporté ces outils dans leurs bagages.


A contrario, lorsque les divisions soviétiques campaient à quelques centaines de kilomètres de Strasbourg, les policiers, malgré leur bonne volonté et toute leur expérience, ne nous auraient été d’aucun secours pour arrêter un déferlement de blindaille. Malgré un bouleversement de cette ampleur, on peut bien entendu toujours distinguer des fondamentaux. Le premier qui me vient à l’esprit est relatif au renseignement d’origine humaine : dès lors qu’il s’agit de manipuler quelqu’un pour l’amener à trahir son pays ou sa cause, on en revient toujours à l’acronyme MICE pour monnaie, idéologie, chantage, ego. Eh oui, même si son environnement est en évolution rapide et constante, l’homme, lui, n’a pas fondamentalement changé. Ses aspirations se déclinent toujours de la même façon.


 

Lire la suite ici.

 

_________________________________________

Au Coeur des Forces Spéciales et du

Renseignement militaire,

Jean-Jacques CECILE, 3è Partie

Lundi 12 octobre 2009


http://www.decitre.fr/gi/22/9782847363722FS.gif



Lessakel : Vous avez rédigé un ouvrage sur les sociétés militaires privées (Les chiens de guerre de l’Amérique, éditions Nouveau Monde, octobre 2008). Jusqu’où leurs missions peuvent-elles aller ?

 

Jean-Jacques Cécile : Ce sont avant tout des sociétés commerciales, donc vous pouvez leur demander tout ce que vous voulez. Tel est le jeu capitaliste : dès que surgit un besoin, il se trouve toujours une ou plusieurs entreprises qui sont capables de faire des offres. Et quand bien même on ne parviendrait pas à trouver un organisme commercial compétent, il suffirait de le créer, si besoin en débauchant à prix d’or les spécialistes formés dans le secteur public. Outre-Atlantique, s’il prenait à l’administration Obama l’envie de sous-traiter le Pentagone, il se trouverait des sociétés capables de vous vendre un Secretary of Defense clés en main ! Tel est l’entrisme des actionnaires chez les militaires : le domaine régalien se réduit comme peau de chagrin.

 

Lire la Suite ici

 

WikiLeaks, le trublion planétaire, par Jean-Jacques Cécile


d3509edb (Copier)WikiLeaks, le trublion planétaire

 

(©Jean-Jacques CÉCILE, 29 mars 2011. Publié dans les pages deCommando Magazine n°11, juillet/août 2011)

 

Si l’on était à l’époque du Far-West, sans doute devrait-on s’accoutumer à voir fleurir des affiches de type « Wanted: Julian Assange » sur les portes des saloons ; l’Australien peut en effet se targuer de jouer le rôle de poil à gratter démangeant tout ce que le gotha américain compte en matière de bureaucrates. Mais en paraphrasant Louis Jouvet laissant éclater son talent dans un film-culte, on pourrait se demander si tout cela chatouille ou gratouille cette caste d’illustres personnages. Car dès lors que l’on se mêle d’examiner les faits, une première question interpelle : à qui ces révélations ont-elles nui ?

 

Dommages : le département de la Défense patauge

 

Nous sommes le 25 juillet 2010, c’est dans la torpeur dominicale d’un été caniculaire que l’une des peaux de bananes lancées parWikiLeaks fait déraper le Pentagone. Pensez donc : 77 000 documents relatifs au conflit afghan sont par électrons interposés révélés à la face du monde alors qu’ils avaient vocation à rester secrets. Quarante-huit heures plus tard, le président Barack Obama monte au créneau. Même s’il clame urbi et orbi que les fuites ne révèlent rien de bien nouveau par rapport à ce qui avait été rendu public auparavant, il ne s’avoue pas moins inquiet de voir cette indélicatesse « menacer des personnes ou des opérations ». Les militaires, eux, ne s’embarrassent pas de circonlocutions. Tandis que l’armée de Terre ouvre officiellement une enquête confiée à laCriminal Investigation Division, Geoff Morrell, le Deputy Assistant Secretary of Defense for Public Affairs, hausse le ton. En date du 5 août, il exige que WikiLeaks rende séance tenante l’ensemble des documents, cesse de les afficher et efface des mémoires informatiques toutes les copies ou archives digitales réalisées.

 

Lire la suite : http://lessakele.over-blog.fr/article-wikileaks-le-trublion-planetaire-105371256.html

Partager cette page

Repost 0
Published by

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis