Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
21 décembre 2011 3 21 /12 /décembre /2011 12:50

 

Manfred Gerstenfeld Interviewe Dexter Van Zile

 

Dexter van Zile (Copier)

Dexter Van Zile

 

“Le Conseil Mondial des Eglises, l’organisation centrale, fondée en 1948,, qui chapeaute 349 églises protestantes et orthodoxes, est très largement hostile à Israël, particulièrement, en temps de conflit. Les institutions du CME diabolisent Israël, emploient un « deux-poids-deux-mesures » dans l’évaluation de ses actions et, de temps en temps, délégitiment l’Etat Juif. Elles nient aussi, de façon persistante, les intentions des adversaires d’Israël de priver le peuple juif de son droit à un Etat souverain.

 

“L’emploi du “deux-poids-deux-mesures”, par le CME, est fréquent contre Israël. Lorsqu’il condamne Israël, le CME parle fort et sans équivoque des choses « terribles » que ferait l’Etat Juif. Quand l’un des voisins d’Israël fait quelque chose de bien pire, le CME se confond en une pieuse litanie incompréhensible, qui laisse les lecteurs s’interroger pour savoir exactement qui a fait quoi à qui ? ».

 

Dexter Van Zile est l’analyste des Medias Chrétiens, au sein du Comité pour l’Objectivité dans les Reportages concernant le Moyen-Orient en Amérique (CAMERA). Ses écrits paraissent dans de nombreux journaux juifs-américains, aussi bien que dans le Jerusalem Post, Tendances Œcuméniques et le Boston Globe.

Van Zile explique que quelques exemples parmi tant autres, tout au long des décennies, sont significatives de l’anti-israélisme obsessionnel du CME : «  La réponse du CME aux évènements au Liban, des années 1970 et 1980, était simple. Dans ses déclarations, le CME s’est refusé à tenir l’OLP pour responsable de ses propres actions, mais ne s’est pas privé de condamner Israël en vociférant. Il a produit des condamnations vagues et diffuses des massacres au Liban, durant ces décennies, en oubliant de fournir des détails, autant concernant l’identité des victimes, que l’identité et les motifs des auteurs de ces massacres. Pourtant, lorsqu’Israël a envahi le Liban, en 1982, les institutions du CME ont condamné Israël avec force, tout en lui imputant des intentions malveillantes.

“C’est le Conseil des Eglises du Moyen-Orient qui a prévalu, au sein du CME, pour condamner Israël. D’autre part, l’Eglise Orthodoxe Russe est parvenue sans difficulté à empêcher le CME de condamner l’invasion soviétique de l’Afghanistan, dans les années 1980.

 

“En 2005, le Comité Central du CME a exprimé son soutien à la campagne anti-israélienne de désinvestissement, en s’alignant sur les églises protestantes américaines. A la suite du passage d’une résolution de désinvestissement, par l’Assemblée Générale du l’Eglise Presbytérienne (aux USA), qui déclarait que « l’Occupation » par Israël était aux racines de la violence contre des innocents, appartenant aux deux camps en conflit – le Comité Central du CME a diffusé un communiqué express louant cette décision. « Cette action est louable, autant dans sa méthode que dans sa forme : elle mobilise des critères enracinés dans les faits et appelle ses membres à faire « ce qu’il faut pour la paix » (Luc, 19 ; 42).

 

"En juin 2010, le Secrétaire-Général du CME, Olav Fyske Tveit a diffusé une déclaration publique déplorant les affrontements qui se sont déroulés entre les commandos israéliens et des passagers, à bord du Mavi Marmara, navire faisant partie de la flottille du Mouvement "Free Gaza", lequel tentait d'acheminer dans la Bande de Gaza des Jihadistes entraînés par la Turquie, en se servant de militants pacifistes occidentaux comme couverture. 

“Tveit a, délibérément, mal interprété les évènements, lorsqu'il écrit : “Nous condamnons l’assaut et l’assassinat de personnes innocentes qui tentaient d'apporter une assistance humanitaire au peuple de Gaza, qui se trouve sous le coup d’un blocus israélien paralysant depuis 2007" . Tveit poursuivait en dénonçant «  la violation flagrante des lois internationales par Israël, consistant à attaquer et à monter à l’abordage d’un convoi humanitaire dans les eaux internationales ». C’était un parfait mensonge, puisque les lois internationales autorisaient Israël à agir de la façon dont il l’a fait.

 

“Le CME a même instauré deux organismes : le Programme d’Accompagnement œcuménique en Palestine et Israël (EAPPI) et le Forum Œcuménique Palestine-Israël (PIEF), dont l’unique objectif  est de mettre fin à « l’Occupation » israélienne de la Judée-Samarie et de la Bande de Gaza. Il n’y a rien de comparable qui ait été mis en place, dans aucun autre pays.

 

“L’attitude du CME, au sujet de la persécution des Chrétiens Coptes sur leur terre natale d’Egypte est radicalement différente. Les Coptes ont fait l’objet de violences perpétrées par des foules, où on a, régulièrement, brûlé leurs églises. Ils sont diabolisés à la Télévision et sur Internet, par des extrémistes musulmans, accusés du kidnapping de femmes musulmanes, de les avoir forcées à se convertir au Christianisme, lorsqu’en fait, ce sont les femmes et les filles coptes qui se font violer, sont enlevées par leurs voisins et sont contraintes de se convertir par la force à l’Islam.

 

“Le CME a exprimé sa préoccupation quant au sort des Coptes d’Egypte. Ce qui est, cependant, remarquable, c’est l’absence de toute condamnation du Conseil Suprême des Forces Armées –qui gouverne l’Egypte – pour avoir failli dans la protection des Chrétiens Coptes. Il ne parle pas, non plus, de façon franche et directe de ce qui est en train de se passer. Pas plus que ne le font le Conseil National des Eglises aux Etats-Unis, ni aucune des églises protestantes du courant dominant aux Etats-Unis, qui ont, pourtant agressé Israël si fréquemment et de façon si tapageuse, au cours de ces dernières années.

“Une conclusion s’impose inévitablement : “l’obsession du CME à l’encontre d’Israël, prétendant que c’est la source de tous les problèmes du Moyen-Orient, rend impossible, pour l’organisation, de traiter de façon pertinente, la campagne continuelle d’épuration religieuse perpétrée par les extrémistes musulmans contre les Chrétiens dans les pays à majorité musulmane, au Moyen-Orient ou n’importe où ailleurs. Par conséquent, ces Musulmans peuvent s’adonner pleinement et librement, à une lancinante campagne de broyage, visant à éliminer la Chrétienté du Moyen-Orient, sans que le Conseil Mondial des Eglises n’y oppose la moindre résistance efficace ».

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation : Marc Brzustowski.

Repost 0
14 décembre 2011 3 14 /12 /décembre /2011 08:25

Jean-Patrick GrumbergAffaire al Dura : Enderlin et France 2, mis KO par l’Avocat Général, 12 décembre 2011


Je viens de me faire communiquer l’avis de l’avocat général dans l’affaire al Dura, où Charles Enderlin et France 2 poursuivent Philippe Karsenty devant la Cour de cassation.


Enderlin et France 2 avaient, rappelons-le, perdu en appel, raison de ce pourvoi en cassation.


Voici l’avis de l’Avocat Général accompagné de mes commentaires.


Premier considéré de l’avocat Général : Le caméraman de Charles Enderlin a menti (note de JPG : ça commence fort et ça tape dur aux oreilles d’Enderlin) : « il apparaît que l'examen, en cause d'appel, des 18 minutes de rushes de Talal Abu Ramah communiquées par France 2, ne permet pas d'écarter les avis des professionnels entendus au cours de la procédure ou ayant versé leurs contributions aux débats (not de JPG : il s’agit, entre autres, du « témoignage de Richard Landes, journaliste, professeur à l'université de Boston, entendu en qualité de témoin par les premiers juges, a déclaré que, selon lui , après avoir étudié les rushes de Reuters et le reportage de Charles Enderlin, avec lequel il s'est entretenu, la probabilité que la mort de l'enfant présentée par celui-ci serait une mise en scène était supérieure à 95% »), les attestations produites par les soins du cameraman (offre de contre-preuve, n°5 à 10) ne pouvant pas, en revanche, au vu de leur présentation comme de leur contenu, être tenues pour parfaitement crédibles.


Ensuite, l’avocat Général exonère totalement Israël : « il convient de relever que les premières déclarations des autorités israéliennes, notamment celle du Général Eiland (note de JPG : qui avait commencé par présenter les excuses de l’armée), ont été faites au vu des seules images du reportage de France 2 ».


Puis l’avocat Général, c’est ma partie préférée, accuse Enderlin d’avoir inventé le meurtre de l’enfant al Dura : « en répondant à Denis Jeambar et à Daniel Lecomte , dans le Figaro du 27 janvier 2005, que "l'image correspondait à la réalité de l a situation non seulement à Gaza, mais aussi en Cisjordanie", alors que la définition d'un reportage s'entend comme le témoignage de ce que le journaliste a vu et entendu,Charles Enderlin a reconnu que le film qui a fait le tour du monde en entraînant des violences sans précédent dans toute la région ne correspondait peut – être pas au commentaire qu'il avait donné, ce qui est également l'avis donné par Daniel Dayan, directeur de recherches au CNRS et spécialiste des médias, dans son attestation (pièce n°5) »


En toute logique, l’avocat Général salue « le sérieux de l’enquête » de Karsenty, et reconnaît que la cour d’appel a eu raison d’ « apprécier le sérieux des investigations menées par le prévenu Philippe Karsenty ».


Mais surtout, surtout, l’avocat Général conclut sur le fond du sujet, sur les dix ans du combat de Karsenty contre le pot de fer France Télévision, et affirme que Karsenty a « exercé de bonne foi son droit de libre critique » en dénonçant l’enquête d’Enderlin comme « un faux reportage », une « mise en scène », une « mascarade », une « supercherie » et l’ « imposture » d’une « fausse mort », et ne peut être condamné pour diffamation.

Cet avis est la mort médiatique d’un Charles Enderlin à qui la justice à retiré toute légitimité professionnelle, et qui, à l’avenir, entachera la crédibilité des reportages qui porteront sa signature.

C’est aussi la preuve qu’en France, la télévision du Service public, lorsqu'elle se met au service d’un agenda politique, peut mentir aux français.

Reproduction autorisée, et même vivement encouragée, avec la mention suivante et le lien ci dessous :

© Jean-Patrick Grumberg pour www.Dreuz.info

http://karsenty2012.com/images/stories/ag_cour_de_cassation.pdf

Repost 0
13 décembre 2011 2 13 /12 /décembre /2011 15:25

 

M.Gerstenfeld (Copier)

Manfred Gerstenfeld

 

 

Le mois dernier, deux psychiatres en médecine légale nommés par le tribunal ont conclu que le tueur de masse motivé par idéologie, Anders Behring Breivik –qui a assassiné 77 Norvégiens en juillet – était un malade mental. D’autres experts ne sont pas d’accord. Un sondage démontre que 48% des Norvégiens pensent qu’il n’est pas le jouet de désordres mentaux sévères. Breivik lui-même s’est déclaré insulté par le fait d’être déclaré fou .

 

De nombreuses questions subsidiaires, cependant, devraient émerger dans l’arène internationale. L’une d’elle est celle-ci : si Breivik est déclaré schizophrène, est-il possible que quiconque commet des actes extrêmement violents, fondés sur une « idéologie », soit considéré normal ? Il y a partout des réponses à cette question. Le terroriste vénézuélien Illich Ramirez Sanchez – plus connu comme « Carlos le Chacal » - purge une peine à perpétuité dans une prison française. La vision musulmane du monde de Mohammed Bouyeri l’a conduit à assassiner l’homme de media Theo Van Gogh, en 2004. Il a été condamné à la prison à vie aux Pays-Bas.

 

On devrait principalement poser la question concernant la maladie mentale des terroristes, dans le monde musulman. Combien de ceux qui ont tué et mutilé des milliers de civils en Irak et en Afghanistan sont des individus normaux ? La même question est valide pour les dizaines de millions de Jihadistes musulmans et leurs guides spirituels qui soutiennent les attentats-suicide. A quel point les dirigeants palestiniens qui glorifient les meurtriers de femmes et d’enfants israéliens sont-ils « normaux » ?

 

Certains observateurs soupçonnent qu’en déclarant Breivik malade mental, le pays tente de se blanchir de ses propres actes. L’argumentaire devient alors : « Un véritable Norvégien n’aurait jamais commis de tels actes meurtriers et, puisque Breivik le blond est mentalement fou, alors  il n’a rien de commun avec nous ». Ainsi le pays peut tranquillement perpétuer le mythe des « Bons Norvégiens ».

 

Les problèmes qui occupent la scène centrale dans les débats norvégiens sont seulement des sujets secondaires. L’accent porte sur des problèmes de loin bien plus importants que celui de la santé mentale de Breivik. La gauche norvégienne  et d’autres, de même obédience, un peu partout, ont utilisé ses crimes pour s’en prendre à certains d’entre ceux qui sont cités dans le long manifeste « idéologique » de Breivik, comme s’ils étaient les facilitateurs de ses actes. Cette liste comprend des gens comme l’auteur Bat Ye’Or qui a écrit sur « Eurabia », le dirigeant hollandais du Parti de la Liberté, Geert Wilders et l’auteur américain Bruce Bawer, qui vit en Norvège. Le message était : « Les balles sont venues de la Droite », alors qu’il aurait dû être : « Les balles ont la maladie mentale pour origine ». Bawer a annoncé que son livre : « Les nouveaux Quislings* », à propos de l’exploitation, par la Gauche norvégienne » des massacres de Breivik, sera bientôt publié.

   

Quelques jours avant que Breivik soit déclaré fou, le vice-ministre de la Défense norvégien, Roger Ingebrigtsen s’exprimait à l’Université d’Ottawa sur des sujets de stratégie militaire. Il a, cependant, digressé de son sujet et a débattu du manifeste de Breivik, qu’il a appelé : « Un document aussi long qu’incohérent tiré d’influences diverses, comme le conservatisme culturel, le populisme d’extrême-droite, l’ultranationalisme, l’Islamophobie et le Sionisme d’extrême-droite ».

.

Dans de nombreux pays européens, on ne doit pas s’exprimer publiquement sur aspects centraux d’un dossier examiné par le tribunal. Pour Ingebrigsten, cela n’a visiblement rien d’une considération ayant la moindre pertinence. Il ne se serait pas demandé à quel point le document de Breivik était pertinent s’il était sur le point d’être déclaré fou. Ou si les Norvégiens tels que lui devaient présenter leurs excuses auprès de ceux qu’ils diabolisent. Pas plus il n’a fait référence aux sources d’inspiration de la lettre que le « mentalement sain » Bouyeri a planté avec son couteau dans le corps de Van Gogh. Il citait pourtant des passages haineux de la tradition islamique.

 

De nombreux membres –supposés mentalement sains- de l’élite politique et culturelle norvégienne excellent dans la diabolisation des autres. Israël est, bien sûr, leur cible préférée. Le ministre des Affaires étrangères Jonas Gahr Stoere est un maître en incitation à la haine. Cet homme politique travailliste a récemment accusé Israël de pratiquer la torture de simulation de noyade (le « water-boarding »), parce qu’il suspendait des fonds alloués aux Palestiniens. Le plus grand éditeur norvégien Cappellen Damm a publié, il y a quelques temps, un livre pour les petits enfants qui fait de l’incitation contre Israël. Il y est mensongèrement accusé de détourner à la source l’eau dont les gens ont besoin à Gaza. Le Conseil Culturel d’Acquisition a approuvé la distribution du livre dans les librairies norvégiennes. Ce vendredi, le Ministre de l’Eglise norvégienne Rigmor Aasrud visitera une exposition à Jérusalem-Est, qui met en vedette l’artiste norvégien Hakon Gullvag, rennomé pour ses caricatures anti-israéliennes. Le Ministère des Affaires étrangères norvégien a parrainé une exposition de ces dessins à Damas, Amman et Beyrouth. Le Premier Ministre norvégien Jens Stoltenberg (Parti Travailliste) a félicité Gullvag pour ses peintures exprimant la haine d’Israël, en faisant remarquer qu’elles remettaient à l’ordre du jour les plaies des enfants palestiniens.

.

La diabolisation débordante d’Israël, de la part du gouvernement de ce pays et de bien d’autres, a contribué à créer une atmosphère délétère à Oslo, où un tiers des enfants juifs scolarisés en lycée sont agressés physiquement ou verbalement, au moins deux à trois fois par mois .

 

Après les meurtres de Breivik, Stoltenberg a déclaré que la réponse de la Norvège à ces massacres se manifesterait par plus d’ouverture et plus de démocratie. Cependant, les autorités n’ont rien fait pour favoriser un tel climat. Au contraire, il y a même désormais plus d’intimidation contre les gens « politiquement incorrects » qu’avant les massacres de Breivik. Tout ce qui est dit ci-dessus confirme que la critique des perversités promues par le gouvernement de Norvège requerra des inflexions fondamentales de la part d’étrangers qui ne peuvent pas être intimidés par l’establishment « progressiste » du pays.

 

*Quisling fait référence à Vidkund Quisling, qui a aidé les Nazis à conquérir son propre pays, la Norvège, de façon à pouvoir ensuite le diriger, à la tête d’un gouvernement de collaboration. Par extension : "Les nouveaux Collaborateurs".

 

Manfred Gerstenfeld est Président du Conseil d’Administration du Centre de Jérusalem des  Affaires Publiques.

 

(Adapté par Marc Brzustowski)

 

Son livre : “Sous le masque humanitaire: Les pays nordiques, Israël et les Juifs,” peut être téléchargé gratuitement au lien suivant :

 http://www.jcpa.org/JCPA/Templates/showpage.asp?DBID=1&LNGID=1&TMID=84&FID=726&PID=0

 

 

 

Gwladys Fouche and Victoria Klesty, “Norway divided after mass killer declared insane,” Reuters, 30 November 2011.

Maya Spitzer, “Increased  anti-Semitism in Norway has local Jewish leaders anxious,” Jerusalem Post  31 March 2009.

“Religious racism shocks officials,” 8 June 2011, www.newsinenglish.no/2011/06/08/religious-racisim-shocks-officials.

 

“Norway's PM says open society must be preserved,” CBC News, 26 July 2011

Repost 0
6 décembre 2011 2 06 /12 /décembre /2011 21:52

 

Manfred Gerstenfeld Interviewe Jehudi Kinar

 

jehudi-kinar (Copier)

Jéhudi Kinar

 

 

“La Belgique est un pays doté d’un système politique complexe qu’il est difficile d’analyser. C’est un Etat fédéral et il existe des tensions entre ses deux populations dominantes, les Flamands parlant néerlandais et les Wallons francophones. Aujourd’hui, 540 jours après les élections parlementaires, le dirigeant socialiste wallon, Elio di Rupo a été nommé Premier Ministre d’une large coalition de six partis. Une analyse de son attitude hostile, ainsi que de celle de son parti envers Israël, depuis de nombreuses années déjà, permet plus facilement de comprendre de quelle façon il pourrait se conduire à l’avenir ».

 

Jehudi Kinar a été Ambassadeur d’Israël en Belgique et au Luxembourg de 2003 jusqu’à fin 2007. Avant cela, il a été affecté aux Pays-Bas, en Allemagne, aux Etats-Unis et au Canada.

 

“Le parti socialiste (PS) est actuellement le parti dominant en Wallonie. Di Rupo a constitué une grande déception pour moi, pourtant j’aurais dû mieux le connaître. Après qu’il soit revenu d’Israël en 1999, lorsqu’il était Premier Ministre de la Région Wallonne, Di Rupo a déclaré « qu’il n’avait pas connaissance de l’existence de Juifs pauvres ». Durant notre première rencontre, je m’étais plaint du fait qu’alors que le Parlement flamand maintenait des traités commerciaux et culturels avec Israël, les Parlements wallons et Bruxelles rejetaient des accords similaires. Par contre, la Wallonie n’avait aucun scrupule à passer des accords semblables avec la Libye et Cuba. Di Rupo m’a répondu qu’il corrigerait cela après les élections, et pourtant, il n’a jamais rien fait de tel.

Lire la Suite sur: http://israelmagazine.co.il/le-premier-ministre-belge-elio-di-rupo-israel-et-les-juifs/


 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

Adaptation Marc Brzustowski.

Repost 0
2 décembre 2011 5 02 /12 /décembre /2011 15:50

Manfred Gerstenfeld Interviewe Elhanan Yakira

 

E. Yakira (Copier)

Le Prof. Elhanan Yakira.

 

“Tout se passe comme si, en dehors du monde arabo-musulman, les principaux adversaires idéologiques d’Israël étaient des Israéliens et des Juifs. Ces gens sont très appréciés par les ennemis non-juifs d’Israël. La « vraie gauche » israélienne auto-proclamée adopte des positions communément appelées « post-sionistes ». Mais, en fait, elles sont antisionistes.

 

“Cette idéologie refuse d’accorder au peuple juif le droit à l’autodétermination et, ainsi le droit qu’Israël existe en tant qu’Etat juif. Cela signifie qu’elle nie qu’Israël puisse être, à la fois, juif et démocratique. Des intellectuels de premier plan, aussi bien Juifs que non-Juifs, jouent un rôle essentiel dans cette nouvelle mutation de l’antisémitisme ».

 

Elhanan Yakira est professeur de l’Ecole de philosophie de l’Université Hébraïque de Jérusalem. Il a obtenu son doctorat à la Sorbonne, en France et a publié divers ouvrages. Son livre : Post-sionisme, post-Shoah ; trois essais sur une négation, une délégitimation et une diabolisation d’Israël a déclenché un vaste débat public en Israël, lors de la sortie de la version originale, en hébreu,  en 2006.

 

“Il n’y a pas de négationnistes de la Shoah en Israël. Cela dit, quelques universitaires israéliens et d’autres membres de la gauche radicale utilisent le génocide juif comme un argument déterminant pour saper la justification morale d’Israël et le diaboliser. On ne devrait pas sous-estimer la portée ni l’immoralité de ces positions.

 

“Le discours des antisionistes israéliens est similaire à des parties entières de celui de la Gauche et de l’extrême-gauche à l’étranger. Dans leur discours, les antisionistes emploient souvent les attitudes de la philosophe Hannah Arendt à l’égard du Sionisme. Et cela, bien que je doute que, si elle était en vie aujourd’hui, elle ait pu partager leurs visions des choses. Le livre d’Arendt sur Eichmann, en particulier, a fait d’elle un symbole de la sous-culture anti-israélienne.

 

“Eu égard au rôle tenu par le génocide des Juifs dans le post-Sionisme – qui n’est, en fait, qu’un anti-Israélisme – on trouve certaines analogies avec la négation de la Shoah, à savoir avec l’affirmation que la Shoah n’aurait jamais eu lieu. Cela concerne, plus particulièrement, les négationnistes qui proviennent de la gauche radicale. Ce type de négationnisme, qui est un phénomène très curieux, est essentiellement français. Ce qu’il a de si spécifique, ce n’est pas tant la Shoah  en tant que telle, mais ce qui est sa véritable obsession, c’est-à dire : Israël ; en  affirmant un lien exclusif entre la Shoah et l’existence d’un Etat juif, ces négationnistes imaginent pouvoir nier le droit de celui-ci d’exister. Puisque, soutient cette affirmation, la Shoah est la cause et la seule justification possible de l’existence d’Israël, alors qu’elle n’a jamais eu lieu, l’existence même d’Israël s’effondre.

 

“Pour plusieurs antisionistes également, la Shoah en tant que telle n’a aucun intérêt. Ils postulent, de façon erronée, que la Shoah est l’explication universelle et fondamentale de l’existence d’Israël, ainsi que de sa conduite. La structure de l’argumentaire tenu par les deux camps est la même.

 

“ Ils développent d’autres arguments fondés sur l’hypothèse fausse que la Shoah est l’unique raison de la création et de l’existence d’Israël. La communauté internationale, prétendent-ils, n’aurait jamais soutenu Israël, financièrement, politiquement, moralement, militairement, sans « l’extorsion » fondée sur le génocide. L’autre proposition contenue dans cet argumentaire, c’est que la Shoah explique la psyché, l’ethos, les formes politiques du pouvoir et la violence supposée d’Israël.

 

“La vérité est radicalement différente. Les fondements permettant la réalisation du programme sioniste ont été établis bien avant que la Shoah puisse seulement être envisagée comme une possibilité. Qui plus est, le mouvement sioniste est le seul exemple, dans l’histoire juive, où les Juifs ont disposé d’un pouvoir politique, et ils l’ont justement utilisé dans l’intention de tuer moins que d’autres Juifs disposant de pouvoir, par exemple pendant la révolution bolchevique. Sa prétendue essence reposant sur la violence et la peur est donc un mythe, voire un mensonge. Certes, Israël combat ses ennemis, mais avec bien plus de retenue que n’importe quel autre pays. L’affirmation, disant que l’ethos israélien est d’abord fondé sur la violence, est diffamatoire.

 

“Les post-sionistes développent leurs arguments en diverses directions. Par exemple, ils demandent : « Pourquoi les Palestiniens paient-ils le prix pour ce que les Juifs ont subi en Europe ? ». On le formule aussi comme « Israël est né dans le péché ». Ces diabolisateurs prétendent ainsi que, s’ils veulent devenir un peuple meilleur, Israël et les Juifs devraient commencer par oublier la Shoah.

 

“De tels arguments obtiennent un certain droit de cité au sein de l’université israélienne et sur la scène culturelle israélienne. Se fondant là-dessus, toute une littérature s’est répandue et une communauté intellectuelle de falsificateurs dotés du même état d’esprit s’est créée. Une bonne façon de progresser dans les cercles universitaires, sur le plan international, est de faire partie d’un système. Untel est ainsi fréquemment invité à l’étranger et obtient d’être publié, alors même que ses travaux sont sans substance significative. Au cours de ces dernières années, nous avons été témoins de la publication d’un grand nombre de livres post-sionistes à l’extérieur d’Israël.

 

“J’ai toujours appartenu à la gauche laïque. Beaucoup d’Israéliens qui font partie de la soi-disant « Gauche Sioniste » ont pensé que leur position était moralement défendable. Certains réalisent à peine qu’aux yeux des antisionistes, ils appartiennent, au même titre que les autres Israéliens, à une horde criminelle homogène. Beaucoup d’entre eux ont découvert qu’on les opposait à leurs propres amis personnels et collègues.

 

“Par le passé, nous ne faisions que présenter nos excuses pour les erreurs commises par Israël, comme tout le monde. Nous sommes restés bien trop timorés, face à nos ennemis israéliens et juifs. Désormais, nous devons constamment répéter avec force que l’antisionisme est un scandale et le signe d’une faillite morale ».

 

Le Dr. Manfred Gerstenfeld préside le Conseil d’Administration du Centre des Affaires Publiques de Jérusalem. Il a publié 20 ouvrages. Plusieurs d’entre eux traitent d’anti-israélisme et d’antisémitisme.

 

Adapté par Marc Brzustowski

Repost 0
17 novembre 2011 4 17 /11 /novembre /2011 15:51

La Délégitimation d’Israël à l’ONU a commencé il y a 50 ans.

durban-III (1) (Copier)

Une Interview de Manfred Gerstenfeld avec Joel Fishman

 “Aujourd’hui, la délégitimation systématique d’Israël est devenue un sujet de débat largement discuté. Cependant, ce processus est en marche depuis de nombreuses années. On peut le voir aux Nations-Unies, par exemple, où on peut remonter les traces jusqu’à ses origines, il y a presque cinquante ans, en 1964 et 1965…



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1dyTld5II
Repost 0
10 novembre 2011 4 10 /11 /novembre /2011 20:30

Le fait de m’identifier à Israël a fait de moi un Juif, Léon de Winter

_nie012199601ill01 (Copier)

“La Hollande est, jusqu’à un certain point, un pays décadent, en particulier si on observe la société néerlandaise. Dans les années 1960, un processus s’est mis en place, où on tolérait toutes les formes de comportement déviant qu’on peut imaginer. On a perdu jusqu’au comportement normal – la plus élémentaire décence.

Léon De Winter est né en 1954. Il est l’un des écrivains les plus célèbres aux Pays-Bas. Depuis plusieurs années, il s’est associé aux travaux du « Think-Tank » de l’Institut de l’Hudson. En 2006, on l’a gratifié de la médaille du Prix Buber-Rosenzweig, en Allemagne, qui honore son combat contre les attitudes antisémites et racistes dans la société…



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1dKgKNuIX
Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 20:36

Sionisme et racisme

onu1975

Il ne se passe pas un jour sans qu’Israël soit à la une des informations. Certains vont même jusqu’à penser que si ce pays n’existait pas, tout irait bien à travers la planète !

Il ne se passe pas un jour sans qu’Israël et/ou ses dirigeants ne soient critiqués.



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1dErKQDEB
Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 00:28

Les Juifs de France, face à l’impasse politique*

jew_shhhh (Copier)

Que peuvent faire les Juifs de France ? Ils font face à une conjonction difficile.

D’un côté : une opinion publique – ou « médiatique » – globalement hostile à Israël et sans aucune empathie – c’est le moins qu’on puisse dire – pour la communauté juive. 

D’un autre côté : une politique gouvernementale qui a, aujourd’hui, clairement pris parti pour la cause palestinienne…



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1d9x9KojC
Repost 0
9 novembre 2011 3 09 /11 /novembre /2011 00:24

Doit-on innocenter le Juge Goldstone? Manfred Gerstenfeld

Goldstone_FeatureImage (Copier)

L’idée qu’Israël pratique une “politique d’apartheid” est “une contre-vérité particulièrement pernicieuse et durable”. C’est une citation du Juge Goldstone, dans un article du New York Times intitulé : « Israël et la calomnie de l’apartheid », publié à la fin du mois d’octobre[1]. Il ajoutait : il est « important de faire la différence entre la critique [légitime] d’Israël et les agressions qui n’ont pour unique but que de l’isoler, le diaboliser et le délégitimer ». Goldstone s’en est pris vertement à ceux qui désignent Israël comme un Etat d’apartheid et a fourni de nombreux arguments prouvant que ces accusations sont sans fondement…



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1d9w42TTM

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis