Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
15 juin 2007 5 15 /06 /juin /2007 14:04
Vendredi 15 Juin 2007

MADAME GEORGE BUFFET PREND POSITION DANS L'AFFAIRE DE PIERREFITTE

à Monsieur Sammy Ghoslan, Président de l'Union du Conseil des communautés juives d'Ile de France

Paris, le 13 juin 2007

---------- Délirant soutien inconditionnel au terrorisme de la part de la stalino-déclinante Marie-Georges Buffet,
tortionnaire dégoulinante par procuration du jeune soldat franco-israélien Guilad Shalit, mis sur un pied d'égalité avec le tueur d'enfants Juifs et planifi-duplicateur d'attentats-crimes contre l'humanité, Marwan Barghouti, qui vient de prêter serment d'allégeance au Hamas depuis sa prison à vie.

MGB, acronyme de KGB nous propose tout simplement, si nous ne voulons pas que les artères de nos villes ne se transforment en cauchemar à l'éfigie et à la gloire des programmateurs de bombes humaines, de négocier directement avec les Zarqawistes de Gaza pour trouver un "arrangement", à propos d'un ex-affilié au Fatah (Tanzim) passé sous les ordres des Taliban-hezbollahnis gazouites, alors que l'autorité subversive islamiste a pris le contrôle du Sud et que le nord-ouest du Fatahland à Ramallah ne veut plus jamais en entendre parler!

MGB, kapo qui ne démériterait pas d'aller s'exiler chez ses oncles et tantes de Damas et Téhéran, pour ses prochaines vacances post-électorales.

Quand en finira t-on avec la liquidation définitive des "carnets noirs du Communisme", relais de transmission et partenaire des tueurs de paix, dans la situation brûlante actuelle???-----------

La lettre où elle persiste et signe dans son acharnement anti-Juif, alors qu'il eût été si simple de la jouer : en attendant un dénouement positif, la promulgation en tant que "martyre" de la cause, exemple à suivre pour la jeunesse islamisable à bas prix des banlieues du 9.3, est suspendue jusqu'à plus ample informée :


Monsieur,


J'ai pris connaissance de votre communiqué à propos de la décision du conseil municipal de Pierrefitte d'élever M. Marwan Barghouti, député du Conseil législatif palestinien, au rang de citoyen d'honneur de la ville.

Je me permets de vous rappeler la condamnation totale et sans appel du terrorisme que mon parti, les députés communistes et moi-même ne cessons d'affirmer très clairement. Notre engagement pour la paix au Proche-Orient ne date pas d'hier et vous connaissez bien nos principes et notre action sur ce sujet.

Nous en appelons à un règlement politique dans la justice, dans le respect du droit et des résolutions de l'ONU et dans une sécurité partagée. C'est la seule perspective susceptible de conduire à une paix durable. Un processus politique engagé dans cet esprit peut permettre un échange de prisonniers et notamment la libération du soldat israélien Guilat Shalit, mais aussi des ministres et députés palestiniens détenus en Israël.

Dans cet esprit, nous sommes très attentifs à toutes les voix qui peuvent aider au dialogue et à une compréhension mutuelle. En demandant la libération de Marwan Barghouti, Yossi Beilin et Yossi Sarid, anciens ministres, et d'autres personnalités  israéliennes connues ou moins connues comme Uri Avnery, Ephraim Sneh (député travailliste à la Knesset) ou Gideon Ezra, actuel ministre de l'environnement (membre de Kadima, le parti du Premier Ministre), ont positivement agi dans ce sens, ainsi que Théo Klein, ancien président du CRIF. C'est une attitude raisonnable qui contribue à dessiner cet avenir de coexistence pacifique israélo-palestinienne qu'il faudra bien construire un jour ou l'autre. Il y a d'ailleurs urgence.

Je vous remercie de l'attention que vous portez à l'activité de nos élus et de notre parti.

Je vous prie d'agréer, Monsieur le Président, l'expression de mes salutations distinguées.

Marie-George Buffet

Repost 0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 18:17

Double Standards: HRW/Amnesty/Christian Aid Statements on the Conflict between Fatah-al-Islam and the Lebanese Army

 

Summary: NGOs have largely remained silent regarding the intense fighting between the Lebanese Army and the Palestinian terror faction Fatah al-Islam in the Nahr al-Bared refugee camp in Northern Lebanon. This silence stands in sharp contrast to the frequent condemnation of Israeli anti-terror operations, such as in Jenin during the IDF's Operation Defensive Shield in 2002. This report will examine the responses of Amnesty International, Human Rights Watch, and Christian Aid (UK) to the fighting in Northern Lebanon and compare these with statements regarding Israel in the case of Jenin. [1]

In addition, below are details of Professor Steinberg's forthcoming talk "Political Aims and the Human Rights Organizations" on June 15,2007 Click here for more information.

Background
Fighting Between Palestinian Terror Faction Fatah al-Islam and the Lebanese Army in the Nahr al-Bared Refugee Camp

Fatah al-Islam, a Palestinian group linked to al Qaeda, was founded late 2006 and has been involved in destabilizing Lebanon.  According to the Lebanese government, the group carried out a bombing attack on commuter buses outside Beirut on February 13.   Violent clashes between the group and the Lebanese army erupted in the Nahr al Bared refugee camp on May 20, 2007, after police entered the camp searching for Fatah al-Islam members wanted in a bank robbery.  Gunfights ensued and the military was called in as the fighting escalated.  To combat the Palestinian terrorists ensconced in the refugee camp, the Lebanese army has relied mainly on tank and artillery fire.  Despite the high numbers of casualties [2] and the combat tactics used by the Lebanese Army, no HRW, Amnesty, or CA statement has accused the Lebanese army of committing a “massacre” or “war crimes."  In addition, although the Lebanese Army in Nahr al Bared has restricted outsiders from entering the camp, this development has been given little attention. As will be shown below, these factors are very similar to conditions during the 2002 fighting in Jenin, but the responses of the NGOs were entirely different, demonstrating the double standards in their activities.

Background to the IDF's Operation Defensive Shield
Prior to and during the spring of 2002, Palestinian terrorist groups carried out numerous acts of terror, that killed over 130 Israeli civilians and wounded hundreds.[3]  These attacks culminated in the suicide bombing at a Passover Seder in a Netanya hotel on March 27, killing 30 people and injuring 140.  In the previous eighteen months, terrorists from Jenin were responsible for 93 Israeli deaths and wounding 640.  In response, on March 29, Israel launched Operation Defensive Shield in order to root out the terror network existing in the Palestinian Authority.  As opposed to the Lebanese army in Nahr al-Bared, the IDF decided to use hand-to-hand combat exclusively in order to reduce civilian casualties.  Still, because the Palestinian terrorists were hiding in closed, booby-trapped, civilian quarters, there were some casualties.  Estimates differ, but the highest fact-based estimates record [4] that 56 Palestinians were killed in Jenin, a majority of whom were combatants. 
At the time of the operation, many NGO and UN officials repeated Palestinian claims that accused Israel of committing a “massacre” of hundreds of Palestinian civilians.  These officials also condemned the IDF for imposing restrictions on outsiders from entering the camp.

Comparison of NGO Statements regarding Clashes  in Nahr al Bared and Jenin:

Human Rights Watch

Reporting on Clashes in Nahr al Bared
Content:  HRW's single statement on the clashes in Nahr al Bared, issued on May 23, 2007, contains a general description of the fighting.  It also includes a large amount of background information regarding the start of the conflict and Fatah al-Islam, including the group's affiliation with Fatah.  HRW does not mention Fatah al-Islam's alleged connections to al-Qaeda.
Claims:  HRW's single statement on the clashes accuses the Lebanese army of "indiscriminate shelling", while also declaring unequivocally that "Fatah al-Islam militants must not hide among civilians."  HRW has made no mention of the Lebanese Army's restrictions placed on outsiders from entering the camp.

The Contrast:  Reporting on Operation Defensive Shield
Content:  In contrast to the organization's disinterested and balanced reporting on the clashes in Nahr al Bared, HRW focused much more on the IDF military response in Jenin than on Palestinian acts of terror.  For example, HRW publications on the operation included two major reports condemning IDF actions, and none on Palestinian terror. [5]
Claims:  HRW charged Israel with "indiscriminate" and "disproportionate" attacks in the Jenin refugee camp, also claiming that Israel committed “willful killings” and “summary executions” and “war crimes”.  In addition, as opposed to its silence regarding the Lebanese Army's entrance restrictions on Nahr al Bared, HRW issued several statements – one on April 3, 2002, and one on April 15, 2002 – largely devoted to condemning the IDF for restricting access to the camp. 
Ignoring the many terrorist hide-outs within Jenin, HRW declared that the Hawashin district of Jenin, [6]endured "destruction extended well beyond any conceivable purpose of gaining access to fighters," a characterization HRW was not qualified to make.  Although this description did not include allegations that the IDF carried out a “massacre”, it did contribute to international efforts to condemn Israel and minimized Israel’s right to root out terrorist infrastructure.  Indeed, HRW based its conclusions on non-credible allegations from Palestinians who claimed to be Jenin residents and who may have been attempting to promote condemnations of the IDF. [7]

Amnesty International

Reporting on Clashes in Nahr al Bared
Content:  AI has issued two statements on the clashes.  The first AI statement, issued on May 23, 2007, is a normative analysis of the issues and the obligations of both sides.  It includes no citations of either side for “war crimes” or “violations of international law”. The second statement, (June 5), contains more discussion of events than the first statement, as well as a mostly theoretical legal discussion, and again no condemnations for "war crimes" or "violations of international law."
Claims:   The single legal point in AI's June 5 statement is phrased in ambiguous and diplomatic terms: "The camp has been subject to prolonged and intense artillery shelling – which appears at times to have been indiscriminate." In its second statement, AI declares that "International humanitarian agencies should be permitted to assist those remaining in the camp and to aid those wishing to leave," but does not charge either side with restrictive action.

The Contrast:  Reporting on Operation Defensive Shield
Content:  A large majority of AI resources were devoted to condemning the Israeli response to Palestinian terrorism, rather than the terror itself.  For example, AI's major report on the fighting in Jenin focused on the IDF's "war crimes".
Claims:  AI statements which exploited international legal and human rights terminology had a major impact on international opinion and politics.   Amnesty declared that Israel committed “war crimes” and executed “unlawful killings” in Jenin and Nablus.  During the opening stages of the operation, AI official Derrick Pounder was quoted by the BBC immediately following the operation in Jenin, saying that the signs pointed to a "massacre." [8]  And although AI later admitted that no massacre had taken place, this statement is still used by other NGOs and government and UN officials to demonize Israel.   In stark contrast to its silence regarding the Lebanese Army's restrictive actions in Nahr al Bared, AI condemned Israel for preventing international media and humanitarian agencies from entering the Jenin camp, claiming that the IDF wanted to “avoid scrutiny.”

Christian Aid (UK)

Reporting on Clashes in Nahr al Bared
Content:   Christian Aid has issued two statements on the fighting.  The first statement, issued on May 23, includes some background to the clashes, discussion of CA's relief efforts, and anecdotes of casualties.  The second  statement, issued on May 25, describes the organization's aid efforts on behalf of civilians in the refugee camp.
Claims:   Christian Aid has made no significant legal claims regarding the actions of either the Lebanese Army or Fatah al-Islam, although it did report that the Lebanese army was "bombarding positions in Nahr al Bared" in the second statement. [9]

The Contrast:  Reporting on Operation Defensive Shield
Content: CA reporting on the anti-terror operation focused entirely on Israeli actions, completely ignoring the Palestinian acts of terror that led to the operation.  The organization's publications contained mostly sensationalist and anecdotal stories about victims intended to promote CA's clear political agenda.  For example, the first paragraph of CA’s April 19, 2002 statement included a story about the shortage of space in the morgue in Nablus. Along with CA’s April 16 statement, these publications were based on information gathered from discredited NGOs such as B’tselem, Hamoked and Physicians for Human Rights. Unlike its minimal reporting on Nahr al Bared, CA also released several videos [10] that criticize Israel and remove the context of terror and ignore the dense fighting conditions in Jenin.  The lone statement that contained any significant discussion of international law was an April 3 letter to the EU from Palestinian political leaders and discredited Palestinian NGOs partnered with CA, such as PCHR and LAW. The letter calls on the EU for "immediate and urgent protection for Palestinian civilians," and completely ignores the context of Palestinian terror.
Claims:  These statements and videos charged Israel with "war crimes” and other human rights violations.  Adopting an extreme, anti-Israel stance, the EU letter demanded the enactment of "sanctions on Israel, including the suspension of the Euro-Israel Association agreement, and to pressure other states to do so as well." 

Conclusion
NGO Monitor's analysis has shown that HRW, AI, and Christian Aid have not reported on the fighting in the Nahr al-Bared refugee camp to anywhere approaching the extent that they reported on the fighting in Jenin.  Although they present a balanced view of the recent fighting – HRW legitimized the claims made by the Lebanese that Fatah al-Islam has been using human shields – they presented a one-sided, anti-Israel narrative of Operation Defensive Shield.  These clear differences between reporting on the fighting in Nahr al-Bared and their reporting on the 2006 Lebanon War and Operation Defensive Shield highlights the continued tendency of these NGOs to single out Israel for condemnation, and thereby continue to implement  the Durban Strategy.


Endnotes:

1. Operation Defensive shield was carried out inter alia, in Bethlehem, Nablus, as well as Jenin.  This report, however, will focus mainly on NGO responses to IDF operation in Jenin as the location where most NGO reporting was centered.

2. As of June 11, 2007, 130 people have already been killed in the fighting, including 57 Lebanese soldiers, 42 Fatah al-Islam fighters, and 31 civilians.

3. See the Israeli Foreign Ministry website for a complete list of bombing attacks against Israeli civilians since the signing of the Oslo accords in 1993.  The list includes statistics of civilian casualties.

4. The report will discuss the myth of the Jenin massacre as part of the description and analysis of the HRW/AI/CA response to the operation..

5. HRW issued its first major report on suicide bombing only six months later, on November 1.  While this report included significant documentation of suicide bombing attacks, it exonerated Yasser Arafat.  In addition, its conclusion regarding the legitimacy of Israeli defensive actions was ignored by the organization in subsequent reports and statements.

6. It was in the Hawashin district that the alleged “massacre” took place, according to premature AI reports,

7. It is important to note that since AI and HRW criticized Israel for using Palestinians as human shields in Jenin, the Israeli Supreme Court has outlawed the practice, and this ruling is still enforced in the IDF.

8. These premature judgments are characteristic of the organization's continued pattern of using problematic research methodology.  For more NGO Monitor analysis of AI publications, see here

9. Significantly, CA's first statement concludes with a description of the situation of Palestinian refugees, who " remain some of the most disenfranchised, marginalized and poor communities in the region" after they "left their homes after the creation of the state of Israel in 1948." This conclusion serves to focus the blame for the Palestinian refugee crisis on Israel.

10. Videos were released, for example, on April 24, 2002, April 26, 2002, and April 30, 2002.


The Minerva Center for Human Rights

The next meeting of the Minerva Center Academic Forum for Human Rights will take place on Friday, June 15, 2007 at 10:00

"Political Aims and the Human Rights Organizations"

Professor Gerald M. Steinberg, Executive Director, NGO Monitor and Professor of Conflict Management at Bar Ilan University, will speak on his article, "Soft Powers Play Hardball: NGOs Wage War against Israel". Dr. Neta Ziv, Law Faculty, Tel Aviv University will respond.

Neve Shalom Guest House
Neve Shalom
10:00

Registration: The lecture is open to the public. Please confirm your attendance by email a few days in advance in order that they may gauge numbers.

Transportation: Anyone requiring transportation from Tel Aviv or Jerusalem is requested to inform them as soon as possible.

Co-sponsored with the Konrad Adenauer Center

Minerva Center for Human Rights
Hebrew University in Jerusalem and Tel Aviv University
mchr@savion.huji.ac.il
02-5881156

 

 
Repost 0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 16:17
En espérant que d'autre voix se joindront à celle du CCJ.
B.
 
 
Un communiqué du BNVCA
 
12/06/2007

Le CCJ 93 DEMANDE à la Ville de Pierrefitte d'annuler sa décision d'élever le terroriste palestinien Marwan Bargouti au titre de citoyen d'honneur.

UNION DES CONSEILS DES COMMUNAUTES JUIVES DE L ILE DE France 
CONSEIL DES COMMUNAUTES JUIVES DE SEINE SAINT DENIS
 8 BOULEVARD SAINT SIMON 93700 DRANCY 
Le Président 
Sammy GHOZLAN
 0609677005 

Communique de presse

 Drancy le 12 juin 2007 
Alerté par un grand nombre d’administrés de la ville de PIERREFITTE (93) et de la circonscription ,scandalisés par des projets du conseil municipal votés le 24 mai 2007,le CCJ 93 dénonce et condamne la décision de la ville de Pierrefitte d’élever au titre de citoyen d’honneur le palestinien Marwan BARGHOUTI, dont les « faits d’armes » n’ont rien à voir avec ceux des autres impétrants comme Ingrid BETANCOURT,ou du journaliste américain Mumia ABU JAMAL,autres prisionniers.
 Nous rappelons aux élus locaux et au Maire Communiste de PIERREFITTE Mme Catherine HENRIOT et son adjoint socialiste FOURCADE Conseiller Général ,que Marwane BARGHOUTI ,chef des terroristes TANZIM,est emprisonné en Israel pour meurtres et tentatives de meurtres de civils juifs israeliens,dans une entreprise terroriste (les brigades des martyrs d’Al Aqsa) sous son commandement.Il est inculpé et condamné notamment pour cinq meurtres par l’intermédiaire d’un groupe armé dont celui d’un moine orthodoxe grec,ainsi que d’attentats suicides,au nord de Jérusalem,à Tel Aviv etc. 
Nous considérons que par cette décision ,les élus de Pierrefitte cautionnent les actions antijuives des islamoterroristes palestiniens,et leurs attentats suicides. 
Nous constatons que ces mêmes élus restent sourds aveugles et muets aux souffrances de la population civile israelienne victimes des attentats ,et notamment lorsque les hommes ,les femmes les enfants ,les vieillards de la région de SDEROT, subissent chaque jour les tirs de missiles palestiniens,qui tuent,blessent et détruisent.
 Nous constatons que ces élus n’ont émis aucune condamnation de l’enlèvement de notre compatriote,le soldat Franco Israelien Guilad SHALIT,prisonnier depuis un an de terroristes palestiniens , dont on est sans nouvelle,et qu’aucune organisation humanitaire n’a pu visiter. Nous demandons au Maire de Pierrefitte de revenir sur ce vote partisan.
 Nous demandons au ¨Préfet de la Seine Saint Denis de faire annuler cette décision du conseil municipal.
 Le deux poids deux mesures de ces élus doit cesser.
 Nous demandons à la Fédération du Parti Communiste de Seine Saint Denis et à Madame Marie George BUFFET d’inviter Catherine HENRIOT à cesser de conduire sa politique stérile , et dangereuse pour la paix civile,sur l’axe du soutien sans limite à la seule cause palestinienne surtout lorsqu’elle prend sans discernement, la défense des islamo terroristes et de leurs chefs. 

Sammy GHOZLAN     
 
Repost 0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 06:56
Un Ex- Président à vendre : l’argent du pétrole arabe de Carter
 

Par Alan Dershowitz

gather.com   15 janvier 2007

 
Adaptation française de Sentinelle 5767
 
Je connais le Président Carter depuis plus de trente ans. Je l’ai rencontré pour la première fois au printemps 1976 quand, en tant que candidat relativement inconnu à la présidence, il m’envoya une lettre rédigée à la main pour demander mon aide dans cette campagne sur des questions relatives au crime et à la justice. Je venais de publier un article dans le magazine ‘New York Times’ sur la réforme du droit pénal, et il exprimait son intérêt pour mes idées, et me demandait d’en ajouter de nouvelles pour sa campagne.
 

Peu après, mon ancien étudiant, Stuart Eisenstadt, emmena Carter à Harvard pour rencontrer quelques membres de la faculté, moi entre autres. J’ai immédiatement aimé Jimmy Carter et l’ai considéré comme un homme plein d’intégrité et de principes. Je signais pour sa campagne, et travaillais très dur à son élection. Quand le Magazine ‘Newsweek’ demanda les noms de personnes de sa campagne auxquels Carter demandait conseil, mon nom fut mentionné. J’ai continué de travailler pour Carter au long des années ; tout récemment je l’ai rencontré à Jérusalem il y a un an, et nous avons brièvement discuté du Moyen Orient. Bien qu’en désaccord avec certaines de ses opinions, je continuais de croire qu’il les tirait d’un profond engagement de principe et pour les droits de l’homme.
 

Les récentes révélations sur les relations financières élargies de Carter
avec l’argent du pétrole arabe, en particulier de l’Arabie saoudite, ont profondément mis en cause ma foi dans son intégrité. Quand on a dit d’abord qu’il avait reçu une récompense en argent au nom du Sheikh Zayed bin Sultan Al Nahyan et avait gardé l’argent, même après que Harvard eût rendu l’argent de la même source du fait de son histoire antisémite, je ne voulus tout simplement pas le croire. Comment un homme d’une telle intégrité apparente pouvait-il s’enrichir avec de l’argent sale provenant d’une source sale ? Et ne laissons aucun doute sur la profondeur de la saleté de la Fondation Zayed. Je le sais parce que j’ai contribué, dans une étroite mesure, à aider à persuader l’Université Harvard de rendre plus de 2 millions de $ que l’Ecole de Théologie, à court de financement, avait reçus de cette source. Tout d’abord, j’étais réticent à mettre la pression sur Harvard pour rendre l’argent destiné à l’Ecole de Théologie, mais alors une étudiante de cette Ecole - Rachael Lea Fish – me démontra les faits. Ils étaient bouleversants. J’étais surpris qu’au 21ème siècle il y ait encore des fondations qui adhèrent à de telles opinions. Le Centre Zayed pour la Coordination et le Suivi – club de réflexion financé par le sheikh et dirigé par son fils – accueillait des orateurs qui désignaient les Juifs comme « les ennemis de toutes les nations », attribuaient l’assassinat de John Kennedy à Israël et au Mossad, les attaques du 11 septembre 2001 à la propre armée des Etats-Unis, et déclaraient que l’Holocauste étaient une « fable ». (Ils accueillirent aussi Jimmy Carter comme orateur). A son bénéfice, Harvard a restitué l’argent. A son discrédit, Carter ne l’a pas fait.
 

Jimmy Carter était bien sûr informé de la décision de Harvard, puisqu’elle fut largement publiée. Pourtant il garda l’argent. En effet, voici ce qu’il dit en acceptant les fonds : « Cette récompense a une signification spéciale pour moi parce que elle est faite au nom de mon ami personnel, Sheik Zayed bin Sultan al- Nahyan". L’ami personnel de Carter, c’est avéré, était un antisémite irrécupérable et un bigot intolérant.
 

En lisant les déclarations de Carter, il me revint à l’esprit le mauvais vieil Harvard
des années 1930, qui continuait d’honorer les universitaires nazis après que la politique antisémite du gouvernement de Hitler soit devenue claire. Harvard dans les années 19930 était complice du mal. J’en concluais tristement que le Jimmy Carter du 21ème siècle était devenu complice du mal.
 

L’étendue du soutien financier à Carter, et même sa dépendance à cet argent sale, ne sont pas encore complètement connues. Ce que nous ne savons pas est profondément troublant. Carter et son Centre ont accepté des millions de dollars de sources suspectes, à commencer par la subvention du commerce de cacahuètes à la famille Carter à la fin des années 1970 par la BCCI, une banque aujourd’hui défunte et violemment anti-israélienne, contrôlée indirectement par la famille royale saoudienne, et dont le principal investisseur est l’ami de Carter,
Sheikh Zayed. Agha Hasan Abedi, fondateur de la banque, a offert à Carter « 500.000 $ pour aider l’ancien président à établir son Centre… et plus de 10 millions $ à différents projets de M. Carter ». Carter a accepté l’argent avec joie, bien que Abedi ait appelé sa banque – ostensiblement source de son financement – «  la meilleure voie pour combattre l’influence maligne des sionistes ». La BCCI n’est pas la seule source : le roi Fahd d’Arabie saoudite a contribué par millions au Centre Carter – « en 1993 seulement… 7.6 millions de $ », de même que d’autres membres de la famille royale saoudienne. Carter a aussi reçu un million de dollars d’engagement de la famille ben Laden demeurée en Arabie saoudite, de même qu’une récompense personnelle de 500.000 $ pour l’environnement au nom du Sheikh Zayed, payée par le Premier Ministre des Emirats Arabes Unis.
 

Il est bon de remarquer que, malgré le flux d’argent saoudien
finançant le « Carter Center », et malgré la myriade d’abus contre les droits de l’homme du gouvernement de l’Arabie saoudite, le programme des droits de l’homme du Carter Center n’a aucune activité en Arabie saoudite. Les Saoudiens ont apparemment acheté son silence au prix fort. La qualité « vendue » des activités du Centre devient de plus en plus claire, cependant, revoyons les activités du Centre concernant les droits de l’homme dans d’autres pays. Pratiquement pas d’activités sur les droits de l’homme en Chine ou en Corée du nord, ou en Iran, en Irak, au Soudan, ou en Syrie, mais l’activité concernant Israël et ses abus présumés, selon le site Internet du Centre : la mission du Centre Carter déclarée proclame que « le Centre est non partisan, et agit comme une partie neutre dans des activités de résolution de conflit ». Comment cela se peut-il, étant donné que ses coffres sont pleins d’argent arabe, et que sa cible est éloignée des abus arabes significatifs et centrés sur ceux d’Israël bien moins graves ?
 

Aucune personne raisonnable ne peut donc contester que Jimmy carter a été et demeure dépendant de l’argent du pétrole arabe, en particulier de l’Arabie saoudite. Est-ce que cela signifie que Carter a été nécessairement influencé dans sa façon de voir le Moyen Orient en recevant des sommes d’argent aussi énormes ?
 

Demandez à Carter : la totalité des prémisses de sa critique de l’influence juive
sur la politique étrangère de l’Amérique est que l’argent parle. C’est Carter – pas moi – qui a souligné que si des politiciens reçoivent de l’argent de sources juives, alors ils ne sont pas libres de décider de questions concernant le Moyen Orient par eux-mêmes. C’est Carter, pas moi, qui a mis en avant que des journalistes remarquables ne peuvent pas honnêtement faire des reportages sur le Moyen Orient parce qu’ils sont payés avec de l’argent juif. Alors, selon les standards mêmes de Carter, il serait presque économiquement « suicidaire » pour Carter « d’épouser une position équilibrée entre Israël et la Palestine ».
 

Selon les propres standards de Carter, donc, ses opinions sur le Moyen Orient doivent être écartées. Il est sûrement possible que désormais il y croie. L’argent, en particulier de grandes sommes d’argent, sont le bon moyen de persuader des gens dans une position certaine. Je ne serais pas surpris si Carter, ayant reçu autant d’argent arabe, soit maintenant honnêtement engagé pour leur cause. Mais sa faillite à révéler l’étendue de sa dépendance financière à l’argent arabe, et l’absence de toute autocritique pour savoir si recevoir cet argent aurait indûment influencé ses opinions, est une forme de tromperie frôlant la corruption.
 

J’ai rencontré des partisans du lobby cigarettier, soutenus par l’industrie de la cigarette,
et qui en sont venus à croire honnêtement que les cigarettes sont simplement une forme sûre de détente adulte, que les cigarettes ne provoquent pas d’addiction, et que l’industrie de la cigarette essaie vraiment de persuader les enfants de ne pas fumer.
 

Ces gens-là se mentent à eux-mêmes (ou bien ils nous trompent en nous faisant croire qu’ils se mentent à eux-mêmes) exactement comme Jimmy Carter se ment à lui-même (ou veut nous persuader qu’il se ment à lui-même).
 

Si l’argent détermine les opinions politiques et publiques – comme Carter insiste que « l’argent juif » le fait – alors les opinions de Carter sur le Moyen Orient doivent être tenues pour influencées par les énormes sommes d’argent arabe qu’il a reçues. Si celui qui joue de la cornemuse donne le ton, alors les fausses notes de Carter ont été commandées par ses trésoriers d’Arabie saoudite. J’ai peine à le dire, mais je crois désormais qu’il n’existe personne dans la vie publique américaine d’aujourd’hui, qui ait un plus bas niveau d’intégrité apparente que Jimmy carter. La perception publique de son intégrité est extraordinairement élevée. Sa véritable intégrité, comme c’est avéré maintenant, est extraordinairement basse. Il n’est pas meilleur que tant d’anciens politiciens américains qui, après avoir quitté la vie publique, se sont vendus au meilleur enchérisseur et sont devenus les défenseurs de causes méprisables. C’est désormais le triste héritage de Carter.
 
 
 
Alan Dershowitz est professeur de Droit à  Harvard.
 
Son plus récent livre est “Preemption: A Knife that Cuts Both Ways” (Norton, 2006).
 
[L’Action préventive : un couteau qui coupe des deux côtés”]

Lire également :
http://www.iran-resist.org/article3442 : Brzezinski agite la menace du Lobby Juif!
http://www.iran-resist.org/mot134 : Brzezinski et Carter.

Repost 0
12 juin 2007 2 12 /06 /juin /2007 06:54

“ISRAEL IS AN APARTHEID STATE?”

- FIGHT THE ‘BIG LIE’ WITH THE TRUTH

 

Israel is an Apartheid State”.  “Israeli practices… are equal with, if not more brutal than, those practiced by occupying Nazi soldiers during the Second World War.” These are some of the demonizing ‘Big Lies’ that have penetrated University and College campuses across North America where Jewish students are under attack for their support of the Jewish State.    

At the University of California, Irvine, the Wiesenthal Center protested the Muslim Student Union's 'blood-smeared' Israeli flag and so-called apartheid wall, (photo below).

In the UK, thousands joined our campaign demanding the rescinding of a vote by the University and College Union to boycott all Israeli academics and institutions.

And, when Former President Jimmy Carter brought his anti-Israel campaign to the University of California, Berkeley last month, our Campus Advocates, the Wiesenthal Center’s student activists, distributed copies of our new brochure (photo below),Palestine: Peace Not Apartheid – Major Fabrications and Distortions

But that is not enough. We must stand with our Jewish students on campus and give them the tools to continue to fight back against the lies -- with the truth. 

Help us come to a Campus in your area, at our expense, to screen our cutting-edge documentary, Ever Again, that examines today’s resurgence of violent antisemitism and terrorism that threatens Europe and all of Western civilization.

Ever Again    

Narrated by 
Kevin Costner
 

 



Ever Again is a Moriah Films production that examines the resurgence of violent antisemitism and terrorism that threatens Europe and all of Western civilization.

Narrated by Academy AwardTM actor/director Kevin Costner, Ever Again, exposes the dangerous Islamic extremism and culture of death being preached from the mosques of Europe's major cities.

Rabbi Aron Hier, Director of the Simon Wiesenthal Center's  Campus Outreach ( campusoutreach@wiesenthal.net ) is available to come to your University or College campus and lead a dialogue with the campus community after the screening of this provocative movie.

This is the film that Muslim extremists don’t want you to see

Click here to arrange for this FREE program on your campus...  

Let’s work together to help our students.  Contact us today so that we can book this free program for this coming Fall.

 

THIS IS THE FILM THEY DON’T WANT YOU TO SEE.


 For more information contact Rabbi Aron Hier at: campusoutreach@wiesenthal.net or 310.772.2478

Repost 0
23 mai 2007 3 23 /05 /mai /2007 18:36

Le cinéaste E. Sivan débouté en appel dans son procès contre A. Finkielkraut

PARIS, 23 mai 2007 (AFP) - 23/05/2007 13h43 - Le cinéaste israélien Eyal Sivan a été débouté mercredi par la cour d'appel de Paris des poursuites en diffamation qu'il avaient intentées contre le philosophe Alain Finkielkraut, ce dernier l'ayant assimilé à l'un des acteurs de "l'antisémitisme juif" actuel.

La 11e chambre de la cour a confirmé le jugement rendu le 27 juin 2006 par la 17e chambre du tribunal correctionnel de Paris.

Dans un entretien diffusé le 30 juin 2003 sur la radio de la communauté juive (RCJ), à la suite de la diffusion sur Arte du film intitulé "Route 181, fragments d'un voyage en Palestine-Israël", le philosophe avait affirmé que le réalisateur était "l'un des acteurs de cette réalité particulièrement pénible, particulièrement effrayante, l'antisémitisme juif qui sévit aujourd'hui".

Le philosophe reprochait notamment au réalisateur d'avoir effectué dans son film un rapprochement entre le traitement infligé par Israël aux Palestiniens et la Shoah.

"Mais attention, déclarait à la radio l'écrivain, ceux qui nous cousent (...) sur la poitrine une croix gammée ont envie de revendiquer pour eux-mêmes l'étoile jaune".

Le réalisateur, souvent présenté comme proche de la cause palestinienne, avait considéré que ces propos étaient attentatoires à son honneur et à sa considération.

Mais le tribunal comme la cour ne l'ont pas suivi.

________________________

Vif réquisitoire contre Eyal Sivan
23 mai 2007 - Revue de la presse israélienne du Congrès Juif Européen

Maariv : Dans un éditorial virulent intitulé "De l’Indépendance au suicide" , Ben Dror Yemini, rédacteur en chef de la page éditorialiste du Maariv dresse un véritable réquisitoire contre le cinéaste anti-sioniste Eyal Sivan et contre ceux qui ont décidé de lui confier la tâche de réaliser(apparemment) un film qui présentera l’Etat d’Israël, l’an prochain à l’occasion des festivités du 60ème anniversaire du pays : "L’Etat d’Israël est en train de perdre son instinct de survie : il méprise ceux qui l’aiment et récompense ceux qui le haïssent.

Est-ce qu’Israël a choisi la voie du suicide collectif ?

C’est bien le sentiment que donnent certaines instances culturelles comme la Cinémathèque de Jérusalem en décidant de confier à Eyal Sivan , un anti-israélien farouche, yored qui vit en France depuis de très longues années, le soin de produire un film certainement anti-Israélien pour les célébrations du 60eme anniversaire de l’Etat d’Israël...

Cet homme, Eyal Sivan, sert depuis de longues années, de machine de propagande en vue de l’élimination du projet sioniste. Ses pensées méprisantes trouvent leur expression dans ses film, dans ses conférences dans ses articles",écrit ben Dror Yemini avant de demander à ces instances culturelles d’annuler sans délai leur décision.

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis