Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 11:10

 

 


Link to Service de Protection de la Communauté Juive

ANTISÉMITISME À AIX EN PROVENCE (13) : 2 ARRESTATIONS Aix en Provence (13) le 2...

Posted: 14 Feb 2013 05:23 AM PST

ANTISÉMITISME À AIX EN PROVENCE (13) : 2 ARRESTATIONS

Aix en Provence (13) le 28 janvier 2013, un groupe d’individus, environ une quinzaine, se regroupe face à la synagogue, entame une prière puis parle fort, parfois de façon véhémente en langues arabe et française, faisant plusieurs fois référence à la Palestine et criant plusieurs fois « Allah wakbar ».

Aix en Provence (13) le 29 janvier 2013, deux individus vagabondent dans le quartier qui abrite la synagogue et l’école juive de la ville. Quelques minutes avant 17h, sortie de classe des élèves, les deux individus se mettent à uriner sur le mur d’enceinte qui jouxte l’école / synagogue puis les deux s’approchent de la sortie d’école, l’un s’étant rhabillé et l’autre exhibant ses attributs. L’un d’entre eux dit « il n’y a que des juifs ici. Ça sent le juif ». L’agent de sécurité de l’école, qui est aussi volontaire du SPCJ, place immédiatement les enfants en sécurité, hors de portée des individus et se dirige vers eux. Les deux individus prennent la fuite mais l’agent a le temps de prendre des photos et de relever les éléments nécessaires à leur signalement. La police est immédiatement contactée et la description des deux individus est transmise.

Aix en Provence (13) le 2 février 2013, un événement communautaire se tient à la synagogue, des volontaires du SPCJ protègent l’évènement qui accueille le Consul d’Israël. Deux individus quelque peu alcoolisés, tenant des bières à la main s’approchent de la synagogue, l’un d’eux crie « sale juif », « sale fils de p… » en langue française et « n… ta mère » en langue arabe et tente de casser une des bouteilles contre un poteau. Deux protecteurs du SPCJ se dirigent immédiatement vers eux pour les empêcher de s’approcher de la synagogue et du public. Les deux individus prennent peur et s’enfuient.
La police immédiatement alertée se rend sur les lieux et arrêtera les deux individus un peu plus tard dans la soirée.

Les deux individus interpellés s’avèreront être les auteurs des faits du 29 janvier et du 2 février. L’un d’entre eux, de nationalité tunisienne, en situation administrative irrégulière en France est placé en centre de rétention.

Le SPCJ

SOUTENEZ NOTRE COMBAT EN PARTAGEANT CETTE INFORMATION AVEC VOS AMIS.
Partager cet article
Repost0
15 février 2013 5 15 /02 /février /2013 10:48

 

 

MEMRI Middle East Media Research Institute 

Dépêche spéciale No. 5170 

Un chroniqueur pakistanais sur l´Holocauste : « La race juive s’est presque éteinte... Mais Allah a dû les garder comme symbole] de tueurs de prophètes, d´ingratitude, d´humiliation et de malheur »



Le 28 janvier 2013, le quotidien en ourdou Roznama lslam publiait un article du chroniqueur pakistanais Dr Khakwani Sajid sur l´Holocauste. Le journal est distribué dans les villes de Karachi, Lahore, Peshawar, Rawalpindi, Multan et Muzaffarabad.

Voici quelques extraits de l´article, intitulé « Yehud Be-Behbud » (Juifs, ne prospérez pas): [1]


« La plus grande accusation du Coran contre les juifs est qu´ils sont des tueurs de prophètes... [y compris] le bienfaiteur de l´humanité, le Prophète Mahomet »

L´Holocauste est l´agrégat de la leçon d´apprentissage des incidents de la Seconde Guerre mondiale sur les juifs. Les juifs sont une nation sur laquelle personne dans le monde n´a une bonne opinion. Un dramaturge comme Shakespeare a notamment créé le personnage de Shylock, qui est un usurier et une tache sur le visage de l´humanité, le dépeignant comme juif.


Le plus grand reproche que le Saint Coran fait aux juifs est qu´ils sont des tueurs de prophètes, et c’est pourquoi ils ne se sont même pas retenus de vouloir tuer le bienfaiteur de l´humanité, le Prophète Mahomet (que la paix soit sur Lui).


Les juifs vivaient en paix sous le règne millénaire de musulmans, et à la fin de cette période, ils ont pris pour cibles les musulmans, avec leurs complots, et plongé un couteau dans les côtes des Palestiniens. Toutes les nations craignent leur mentalité cachée et veulent les maintenir à distance. C´est pourquoi les nations occidentales les repoussent vers les musulmans au lieu de les garder. Leur mentalité, leur histoire, leurs croyances et leur fin sont conformes à ce verset coranique : « [Allah dit :] Je leur ai infligé humiliation et misère ».


Le [mot] Holocauste est un amalgame de mots grecs, qui signifient « brûler totalement ». A cet égard, les juifs prétendent qu´environ six millions de Bani Israël [juifs] d’Europe ont été tués pendant la Seconde Guerre mondiale, et accusent les nazis allemands de génocide. Selon certains chercheurs, le terme « Holocauste » est utilisé pour tous ceux qui ont été tués avec préméditation pendant la Seconde Guerre mondiale, dans le cadre d’un programme nazi, n’inclut pas seulement les juifs mais aussi les autres communautés, des chefs religieux, les prisonniers de guerre et d´autres adversaires politiques et militaires. Selon cette définition, le nombre de morts de l´Holocauste atteint jusqu´à dix millions de personnes. Laquelle de ces deux opinions est la plus crédible ? Sont-ce les juifs qui disent la vérité, ou les autres chercheurs ? Les juifs ont-ils inclus les autres personnes assassinées [dans leur calcul] afin de gagner la compassion du monde et de se poser en victimes ? Allah seul le sait.


« Selon les sionistes, des plans étaient fomentés des années avant la Seconde Guerre mondiale pour éliminer les juifs de la société civile
[mondiale] »

Selon les sionistes, des plans ont été fomentés des années avant la Seconde Guerre mondiale pour éliminer les Juifs de la société civile [mondiale]. Dans les années 1930, des lois ont été entérinées pour porter atteinte aux droits économiques, communautaires et juridiques des juifs, et ils ont été isolés de la communauté européenne allemande. Les objectifs de ces lois étaient de nettoyer l´Europe des non-Européens.


En 1933, un ensemble de lois a été approuvé, en vertu desquelles des localités importantes et des postes ont été vidés de leurs juifs. Par conséquent, les agriculteurs juifs ont été chassés des fermes juives, les avocats et les juges juifs jetés hors des tribunaux et brutalement battus. En 1935, Hitler a même privé les juifs de leurs autres droits civils dans un discours... Le terme que les nazis allemands utilisaient pour l´Holocauste était « la solution finale des juifs »....


Selon les historiens sionistes, toutes les institutions allemandes étaient impliquées dans ce vaste programme d´assassinat des juifs. Selon eux, les juifs ont été massacrés dans toutes les zones qui étaient sous le contrôle des Allemands nazis. Avant cela, les localités juives se multipliaient et prospéraient là-bas ; sept millions de juifs y vivaient dans des foyers heureux en 1939. Parmi eux, cinq millions ont été tués ; le nombre de juifs qui ont été tués en Pologne et en Russie est distinct.


Selon les déclarations juives, des Francs-maçons ont également été arrêtés et envoyés dans les camps de la mort. Hitler croyait fermement que les Francs-maçons faisaient aussi partie de la communauté juive, et par conséquent, ils ont été forcés de porter des robes rouges dans ces camps, et 100 000 à 200 000 d´entre eux ont été massacrés par les nazis dans les camps de la mort. Les Allemands nazis éliminaient les juifs des zones qu´ils avaient conquises, de sorte que lorsqu’ils ont envahi la Pologne, il ne leur était pas si facile de tuer les juifs polonais qui étaient très nombreux. Aussi, après mure réflexion, ils ont utilisé des gaz toxiques pour les tuer en moins de temps possible et à moindre coût.


Les camps d´extermination de l´Holocauste, six pour commencer, se sont chiffrés à plus de 15 000 dans tous les pays occupés, y compris la Pologne. Dans ces camps, les juifs ont contraints aux pires formes de labeur, et quand ils n’étaient plus utiles, ils étaient tués, tandis qu’un nombre incalculable de juifs mourraient au travail. Au début, ces camps étaient éloignés des villes, mais en raison des coûts élevés des transports vers ces camps, ils ont été transférés à proximité des localités juives.

Selon les affirmations juives, la situation était bien pire dans les zones conquises de Russie. Les juifs ont été jetés vivants au feu, et quand les ressources pour les tuer par balles ou les brûler vifs se sont réduites ou que [ces méthodes] ont été jugées coûteuses, des centaines de milliers de juifs ont été abandonnés dans les zones glacées, où ils ont succombé à des vents froids mortels.


En dépit de tout cela, seulement 15 % des Juifs russes ont été tués en 1941, et pour accélérer le processus, des gaz toxiques ont une fois de plus été utilisés à grande échelle. Il est évident que l´expérience n´était pas réalisable dans les zones civiles. C’est pourquoi des zones vastes ont été créées en dehors des villes, où le processus d´annihilation des Juifs s´est répété pendant des années.

« Aucune voix ne s’est élevée à cette époque et [aucune voix ne s´élève] aujourd´hui en faveur des juifs. La raison en est que la nation [des juifs] a fait des trous dans les ustensiles dont elle s´est servi »

Toutefois, un autre aspect de cette [persécution] est qu´aucune voix ne s’est élevée à cette époque et qu’[aucune voix ne s´élève] aujourd´hui non plus, en faveur des juifs de n´importe quel coin du monde. La raison en est que la nation [des juifs] a fait des trous dans les ustensiles dans lesquels elle a mangé ; ils ont essayé de mordre à toutes les nationalités, de faire chanter chaque groupe, de mettre l´humanité en danger pour l´argent. L´aspect douloureux et sombre de la Seconde Guerre mondiale est que la plus grande entreprise ayant parrainé les deux factions belligérantes de la guerre mondiale appartenait uniquement à des Juifs. Ne pouvaient-ils arrêter de la financer, au vu de l´oppression extrême et de la persécution de leurs proches et de leurs semblables ?


La race juive a failli disparaître de la surface du globe, mais Allah a dû garder ce symbole [les juifs] de tueurs de prophètes, d´ingratitude, d´humiliation et de malheur pour en faire une leçon jusqu´à la fin de ce monde. Peut-être qu’à cause de cette stratégie, Dieu leur a accordé un lieu temporaire en Palestine, afin que leur race puisse rester intacte.


S´ils avaient eu un peu de sagesse, ils auraient vécu en paix, considérant cet endroit comme un bienfait. Les Palestiniens ne les auraient pas dévorés. Mais honte à leur sagesse car aujourd´hui encore, ils empoisonnent la vie de leurs hôtes. Nous voyons de nos propres yeux, à la lumière du soleil levant, la terre de Palestine revenir aux mains de ses héritiers réels, et les Juifs redevenir un signe d´humiliation et de malheur dans le monde – une leçon, inch’Allah.


[1] Roznama Islam (Pakistan), 28 janvier 2013.
 

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.  

 

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le site www.memri.org/french.

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 12:31

 

 

MEMRI Middle East Media Research Institute

Dépêche spéciale n °5171


Un journaliste jordanien : « Les Protocoles des Sages de Sion » sont la base des actions juives contre l´islam et les Palestiniens"


Rashid Hassan, chroniqueur du quotidien jordanien Al-Dustour, affirme dans un article du 30 octobre 2012 que les Protocoles des Sages de Sion constituent la base des actions des Juifs contre les Palestiniens et de leur emprise sur les mécanismes de prise de décision mondiaux. Selon Hassan, les Juifs sont derrière les campagnes de diffamation contre l´islam et le prophète Mahomet, et les Arabes doivent lire les Protocoles afin de comprendre le complot juif. Extraits : [1]


Pendant les vacances, j´ai relu les Protocoles des Sages de Sion, [traduits] par le penseur arabe Ajjaj Nuwayhed. [2] Sans exagérer, j´ai découvert que ces Protocoles expliquaient les actions des sionistes en Palestine occupée et dans le monde, et illustraient le diabolisme des sionistes. En effet, les Juifs dominent les marchés mondiaux, les banques, les médias, etc., et il semble qu´ils contrôlent nombre de mécanismes de prises de décision aux États-Unis, en Europe et ailleurs.


[Permettez-moi] de détailler mes propos, de peur d’être accusé de succomber à des théories du complot. Les idées et les thèses du penseur sioniste Asher Ginsberg [Ahad Haam], auteur présumé des Protocoles, sont basées sur [une] idée centrale, qui est de créer une atmosphère d´invasion et de vengeance menant aux effusions de sang, à la ruine et à la destruction [au moyen de sociétés secrètes], etc. Cela montre que le terrorisme perpétré par les gangs sionistes pendant et après la Seconde Guerre mondiale - des massacres de Deir Yassin et d’Al-Dawayma [en 1948] au massacre de Kafr Qassem [en 1956] – était conforme aux idées et croyances d’Asher Ginsberg.


À cet égard, nous constatons une grande différence entre la thèse d´Herzl, fondateur du sionisme, et celle de Ginsberg. La thèse du premier est basée sur la convergence et l´invasion, qui mènent à l´idée d´un retour en Palestine, devenue le lieu de rassemblement pour les Juifs du monde entier. Puis viendrait une invasion, à savoir une guerre d´élimination, un holocauste, et des actes de massacre contre le peuple palestinien, qui durent depuis plus de 100 ans. Cette foi sioniste domine toujours la pensée sioniste et conduit à des actes de massacre et à une ligne [d´action] politique qui refuse de reconnaître l´autre. Aujourd´hui, c’est exprimé par le triumvirat terroriste Netanyahou, Barak et Lieberman, et l’application des thèses des Protocoles des Sages de Sion, écrits par Ginsberg, connu par les sionistes sous le nom de plume « Ahad Ha´am ».


L´idée centrale des Protocoles est que les Juifs contrôlent le monde depuis les coulisses, et qu’ils n´y parviennent qu’au moyen du sexe et de l´argent, minant le système de valeurs morales, et déformant l´image de l´islam et du christianisme. Un regard sur l´attaque calomnieuse actuelle contre l´islam le confirme et prouve que le sionisme est responsable des actes incessants d’incitation à la haine contre l´islam et le Prophète de l´islam, Mahomet -
que la paix et la bénédiction de Dieu soient sur lui.


Le livre [de Nuwayhed] indique que [les Protocoles originaux] ont été écrits à la fin du 19ème siècle et renferment le diabolisme sioniste, tout comme le Talmud. Ils ont été présentés lors du Premier congrès sioniste en 1897, au cours duquel la police secrète russe a perquisitionné les locaux et confisqué tous les documents, y compris les Protocoles, qui ont ensuite été traduits en plusieurs langues afin que le monde puisse connaître le complot juif...

En conclusion, malgré les opinions diverses qui entourent ces Protocoles, [chaque] Arabe devrait les étudier, car ils répondent à de nombreuses questions restées sans réponse.


Notes :

[1] Al-Dustour (Jordanie), 30 octobre 2012.
[2] ‘Ajjaj Nuwayhed fut le premier à traduire les Protocoles en arabe, et soutenait l´hypothèse de leur authenticité.

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le site www.memri.org/french.

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 12:21

 

COMMUNIQUE DE PRESSE

 

 

 

Claude Moniquet dépose plainte

contre le député P.S. Jamal IKAZBAN


 

 

Claude MONIQUET, co-fondateur et directeur de l’ESISC, a chargé son conseil, le Bâtonnier Pierre LEGROS, de déposer plainte contre le député régional (Bruxelles) P.S. Jamal IKAZBAN pour injures publiques.


 

Mardi 11 février, à 19h00, Claude MONIQUET participait à l’émission « On refait le Monde », sur Bel RTL. Evoquant la situation de l’Egypte, il a déclaré : « La Tunisie est un pays moderne et éduqué. L’Egypte est un pays de 85 millions de personnes dont 60% sont analphabètes, qui a la capacité de nourrir peut-être 25 millions à 30 millions [de personnes], c'est-à-dire à peu près le tiers de sa population, 500 000 personnes qui vivent dans les cimetières du Caire, parce qu’elles n’ont pas de maison, pas de toit, rien. Non, je regrette de le dire de manière violente mais l’Egypte est une poubelle à ciel ouvert ».

 

Sortant de son contexte l’expression « l’Egypte est une poubelle à ciel ouvert » (qui démontrait, comme le reste des propos tenus par Claude MONIQUET sur la Tunisie et l’Egypte, une évidente empathie pour les peuples concernés), Jamal IKAZBAN a « tweeté » sur le sujet, mercredi 12 février dans la matinée, estimant ces propos « inacceptables » de la part d’une « ordure sioniste ».


 

Plusieurs personnalités du P.S., dont son président, M. Paul MAGNETTE, ont condamné « fermement » ce dérapage.


 

Claude MONIQUET a donc chargé le Bâtonnier Pierre LEGROS de déposer plainte contre M. IKAZBAN du chef d’injure publique (article 444 du Code pénal) avec la circonstance aggravante que « l’un des mobiles du délit pourrait être « la haine, le mépris ou l’hostilité à l’égard d’une personne en raison de sa prétendue race, de sa couleur de peau, de son ascendance, de son origine nationale ou ethnique, de sa nationalité, de son sexe, de son orientation sexuelle, de son état civil, de sa naissance, de son âge, de sa fortune, de sa conviction religieuse ou philosophique, de son état de santé actuel ou futur, d’un handicap, de sa langue, de sa conviction politique… » (article 453 bis du Code pénal).

 

Copie de la plainte sera envoyée au Centre pour l’Egalité des Chances et la lutte contre le racisme.


 

Cette procédure nécessite bien évidemment la levée de l’immunité parlementaire derrière laquelle s’abrite M. IKAZBAN pour proférer ses insultes. Cette réaction peut sembler disproportionnée face à un incident somme toute assez mineur.


 

Nous pensons qu’il n’en est rien. Dans le contexte détestable de la remontée de l’antisémitisme en Europe, les insultes de M. IKAZBAN doivent être condamnées. Si on laisse passer « ordure sioniste », que sera-ce demain ? « Sale Juif » ?


 

Elu du peuple, M. IKAZBAN a, à l’évidence, une responsabilité particulière et se doit de donner l’exemple. Il est inacceptable qu’il s’abaisse à manier l’insulte plutôt que l’argument. Enfin, il faut se souvenir que Claude MONIQUET avait été très violemment agressé, il y a quelques années, à la sortie d’un studio de télévision. Il est évident que les propos de Jamal IKAZBAN sont de nature à le désigner comme une « cible légitime » aux yeux d’esprits fragiles qui ne rêvent que d’importer en Europe le conflit du Moyen-Orient.


 

 

En démocratie, en définitive, tout est souvent affaire de principes et de symboles.

 

 

 

Contacts :

 

ESISC : +32(2) 541 84 90 (ou Claude Moniquet : 0478 288 812)


 

 

 

Read more: www.esisc.org

Follow us on Facebook, Twitter & Linkedin

 

 


LA LIBERTE D'EXPRESSION N'EST PAS NEGOCIABLE
Par mon ami Claude MONIQUET
Président de l'ESISC

 

http://michelgheude.skyrock.com/1466350244-97-Liberte-de-parole-liberte-de-la-presse.html

Le 12 septembre 2004, à la sortie d'un plateau de télévision à Bruxelles, Claude Moniquet
était violemment agressé par un certain Rachid Belabed. Frappé à plusieurs reprises à la
tête à coups de poings et de pieds, Claude Moniquet avait souffert d'une commotion cérébrale et avait dû interrompre ses activités durant plusieurs semaines. Devant la police, le prévenu avait répété à plusieurs reprises qu'il «ne regrettait pas » son geste. Le lendemain, devant le magistrat instructeur, il réitérait : « J'aime bien ce que j'ai fait, je ne le regrette pas » (sic !)

Le procès de cette agression s'est déroulé ce matin –trois ans et trois mois après les faits ! – devant la 43ème Chambre correctionnelle du Tribunal de Première Instance de Bruxelles. On trouvera ci-dessous la déclaration que Claude Moniquet a faite, à cette occasion, à l'audience.

Je ne souhaite pas, ce matin, prendre trop de votre temps que je sais être compté. Je sais également que l'affaire qui m'amène aujourd'hui devant vous en tant que victime est, sur l'échelle de la justice, une « petite » affaire. Il n'y a pas eu mort d'homme ni mutilation permanente. Certes, j'ai été durement touché, au point de souffrir d'une commotion cérébrale et de justifier de trois semaines d'interruption de travail; au point aussi que les premiers jours, mes proches ont craint des séquelles permanentes. Mais tout cela, aujourd'hui, est
bien loin et je ne garde pas de trace physique de cet acte de violence. Cela étant dit, cet heureux état de fait ne doit strictement rien à l'auteur deces violences.

Mon agresseur m'a frappé directement et à plusieurs reprises, à coups de poings et de pieds, à la tête et plus particulièrement dans la région temporale, une zone que tout un chacun sait être particulièrement fragile. Si nous avions eu moins de chance, l'auteur des faits et moimême, je ne serai pas devant vous ce matin.

Cela étant, je le répète, les faits, s'ils sont graves, ne justifient pas d'un long débat. Toutefois, si cette affaire n'a pas un grand degré de gravité par lesconséquences qu'elle a eues, elle n'en est pas moins gravissime sur le plan des principes. Car ce n'est pas une rixe de bistrot que vous jugez ce matin, ni une bagarre banale comme il y en a malheureusement trop dont les conséquences parfois tragiques encombrent chaque jour vos
tribunaux. 

Non, ce que vous avez à juger, c'est de l'irruptionde la violence dans le champ de l'exercice normal des droits démocratiques. Car j'ai été violemment, sauvagement agressé parce que ce que je disais avait le malheur de déplaire à l'auteur des faits.

Celui-ci, en effet, m'a accusé d'être un «raciste » et d'insulter l'islam car, depuis des années – et ce fut notamment le cas ce 12 septembre 2004 -, j'attaque l'islamisme et le fondamentalisme ainsi, d'ailleurs, que l'extrémisme sous toutes ses formes.

Je réfute totalement toute idée de racisme et d'islamophobie. Ceux qui me connaissent et ceux qui ont lu les milliers de pages que j'ai publiées depuis des années sur ces sujets savent ce qu'il en est. Le racisme m'est étranger. Je le hais, et « l'islamophobie» n'a jamais été mon fait. Du reste, si mon agresseur s'était senti insulté dans sa personne, dans ce qui lui est cher ou dans sa foi, il avait le recours de déposer plainte devant la justice. Il ne l'a pas fait. Il a préféré se faire justice lui-même, par la violence, d'une offense qui n'a jamais existé que dans son esprit.

Le problème que pose cette affaire, c'est que cette conduite n'est pas isolée, en Europe, aujourd'hui. Du reste, dans les jours qui ont suivi mon agression, ma photographie a été publiée sur plusieurs sites Internet, agrémentée de légendes me traitant de « porc nazi » (sic), félicitant mon agresseur ou minimisant la gravité des faits.

Surtout, deux mois après mon agression, le 4 novembre 2004, le cinéaste Théo Van Gogh était égorgé sur les trottoirs d'Amsterdam pour avoir réalisé un film jugé blasphématoire par certains islamistes. Plus près de nous, au début de 2006, nous avons vu les manifestations de haine déclenchées par l'affaire dite des « caricatures de Mahomet ». Il règne en Europe aujourd'hui un climat détestable qui interdit toute critique de l'islam et de ses dérives. Cela doit cesser. L'islam est une religion comme toutes les autres qui peut être critiquée. Surtout dans ses variantes extrémistes et intolérantes.

Or, la culture européenne, c'est la culture de la liberté.
Cette liberté, nous en avons payé le prix depuis Voltaire et à travers les siècles. La liberté, certes, c'est aussi la liberté de la religion et de pratiquer paisiblement celle-ci, quelle qu'elle soit. Mais cette liberté de religion, c'est la liberté d'avoir une religion ou de ne pas en avoir, de la pratiquer ou non et d'en changer, bien
entendu, si l'on veut.

Et bien entendu, c'est également la liberté de blasphémer. Libre à ceux qui se sentent insultés d'acter en justice. Ils ne sont pas libres, en revanche, de tenter de faire taire l'autre par la violence.

J'en termine.
Ce matin, je ne suis pas venu réclamer vengeance. Je ne demande évidemment pas une peine disproportionnée pour l'auteur des faits et je ne souhaite pas qu'il serve d'exemple mais qu'il soit jugé pour ce qu'il a fait, rien de plus. Je n'attends nullement de vous, Monsieur le Président, que vous fassiez peser sur
l'avenir de mon agresseur une trop lourde hypothèque. Mais j'attends que dans votre jugement et dans ses attendus vous disiez haut et clair que la liberté d'expression n'est pas négociable et que l'irruption de la violence dans le débat public ne peut être tolérée et qu'elle ne le sera pas.

Je vous remercie de m'avoir donné la parole.

Copyright © ESISC 2007
www.esisc.eu

Partager cet article
Repost0
14 février 2013 4 14 /02 /février /2013 07:19

 

 

 

Khadija Benguenna, vedette d’Al-Jazeera, Mezri Haddad, ancien ambassadeur de Tunisie, Facebook et « Ce soir ou jamais » devant un tribunal hexagonal ?

 

Hélène Keller-Lind

mercredi 13 février 2013  
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -

 

http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=34863



Tout a commencé par un commentaire élogieux et une pique antisémite postés le 11 janvier sous une photo d’archives montrant des soldats musulmans du IIIème Reich en prière sur la Page Facebook d’une vedette de la chaîne de télévision qatarie Al-Jazeera. Ce qui fit l’objet d’articles. Une journaliste algérienne approuvait. La vedette criait à l’usurpation d’identité. L’émission du 5 février « Ce soir ou jamais » sur le Qatar relança l’affaire : un ancien ambassadeur de Tunisie accusait la vedette d’être pro-nazie et antisémite. Frédéric Taddéi ne démentit pas, Khadija Benguenna va demander réparation aux tribunaux français. Mezri Hadad s’en réjouit.
Commentaire élogieux sur Hitler et pique antisémite sur des Pages Facebook

Sur sa Page Facebook l’avocate tunisienne Raja Haj Mansour, aujourd’hui proche du parti Ennahda, postait, en l’approuvant pleinement, une photo et un texte repris d’une autre Page Facebook attribuée à une vedette de la télévision qatarie Al-Jazeera. De quoi susciter l’intérêt...Après vérification cette photo et ce commentaire, qualifié de « communiqué important », écrits dans un bon Arabe classique, figuraient bien sur la Page de la vedette. Une seconde partie était d’ailleurs annoncée. C’était le 26 janvier dernier.

La tonalité du commentaire avait de quoi choquer et fit l’objet de deux articles. L’un écrit par Maître Souhail Ftouh qui le posta sur le site dreuz.info, l’autre par l’auteur de ces lignes qui le posta dans ces colonnes . Avec la photo commentée.

Voici donc des extraits de l’article publié sur desinfos.com : « ....sur sa Page Facebook celle-ci[ Khadija Benguenna ] publiait le 11 janvier dernier une photo en noir et blanc de soldats musulmans appartenant à l’armée allemande, se prosternant en prière. Photo prise pendant la seconde guerre mondiale. Et elle y va de son commentaire, qu’elle qualifie de « communiqué important », précisant qu’il s’agit là d’une image rare de musulmans à qui « Hitler avait alloué des heures de prières ». L’authenticité de cette photo ayant suscité beaucoup de débats, dit-elle, elle assure qu’elle « est bien réelle ». Et précise « qu’il s’agit de musulmans bosniaques et de djihadistes de Tchétchénie qui ont vécu sous l’oppression du régime communiste et de la laïcité aussi bien en Yougoslavie qu’en Union soviétique de l’époque ». Ajoutant « qu’ils avaient alors été privés du droit de prier, que leurs mosquées avaient été détruites ». Et d’expliquer que « la victoire des Allemands a été l’occasion pour eux de s’allier avec ceux-ci parce qu’ils ont retrouvé la liberté d’exercer leur foi islamique. D’autant qu’Hitler était très tolérant envers les musulmans et qu’il avait des oulémas [sages] musulmans parmi ses conseillers ».

Et plus loin : « Cette journaliste à l’excellente réputation, récipiendaire de plusieurs prix, y compris un prix pour les Droits de l’Homme, attribué par l’Institut Euro-arabe d’Oslo, conclut : « mais, étant donné que les médias sont entre les mains des Juifs, ces derniers ont occulté cette vérité et ils ont concentré leurs efforts sur l’Holocauste en exagérant beaucoup sur le sujet. » Elle annonce enfin : « je vous transmettrai en deux parties les positions d’Hitler envers les musulmans ». 
L’auteur de ces commentaires rendait hommage à Hitler, rappelait que des troupes musulmanes avaient combattu aux côtés des nazis, et insultait les Juifs en reprenant une calomnie antisémite éculée.

Des articles largement repris

Les deux articles furent repris un peu partout. Le premier surtout, celui de Maître Souhail Ftouh, car le nom de la vedette qatarie, d’origine algérienne, figurait dans le titre et Khadija Benguenna est très connue et appréciée dans le monde arabo-musulman. Pour son professionnalisme, sans doute, mais aussi pour sa décision de porter le voile il y a quelques années et de le faire avec une très grande coquetterie, comme en témoignent les dizaines de photos d’elle, assortis de commentaires des plus admiratifs sur sa plastique que l’on trouve aisément sur le Net.

Démenti, accusation d’usurpations d’identité multiples mais aucune condamnation des propos tenus...

De toute évidence Khadija Benguenna eut vent de ces articles, de celui publié sur Dreuz.info en tout cas. Elle démentit avoir tenu ces propos, accusant leurs auteurs d’avoir usurpé son nom avec un fausse Page Facebook. Le 31 janvier le site Echoroukonline rapportait ainsi son démenti assorti d’accusations : « La journaliste algérienne d’Al Jazeera a rejeté en bloc ces propos rapportés par de nombreux sites électroniques en affirmant que la personne qui a glorifié Hitler et son humanisme en s’appuyant sur une photo de soldats en train d’accomplir la prière est un « usurpateur » et qu’elle n’a plus jamais publié ce genre de photos ou de propos sur son propre compte.Benguenna a écrit en revanche sur son compte facebook : « Que la paix soit sur vous… Je vous prie de ne plus croire à ses propos qui ne sont pas les miens. Je vous informe que j’ai demandé de la direction facebook de supprimer le compte de 15 personnes qui ont usurpé mon identité ».

On notera que si elle dément être l’auteur de ces propos elle ne les condamne pas pour autant. Or, cette journaliste vedette d’une grande chaîne de télévision est censée connaître le poids des mots et en connaître la portée éventuelle...

Il y en a plus d’un qui a cru à l’authenticité de cette page

On notera aussi que l’avocate tunisienne Raja Haj Mansour, en reprenant ce post était persuadée, elle aussi, que c’était bien cette journaliste qu’elle citait.... D’ailleurs, également persuadée qu’il s’agissait bien de la Page Facebook de la belle, Amira Soltane, une consœur algérienne de Khadija Benguenna la défendait bec et ongles dans un article des plus édifiants qui en dit long sur certaines mentalités où elle affirmait que la vedette d’Al-Jazeera « disait tout haut ce que pensent les musulmans tout bas »...

Étonnamment photo de soldats du IIIème Reich et commentaire élogieux ont disparu de la Page Facebook qui aurait usurpé l’identité de la vedette et la seconde partie annoncée semble n’avoir jamais avoir été postée. De plus, cette Page n’a pas été parmi celles que la journaliste dit avoir fait fermer. Elle ne l’était toujours pas au 13 février, soit près de quinze jours après que la demande de fermeture d’une quinzaine de Pages censées être problématiques a été adressée à Facebook selon elle ...On y trouve toujours, en revanche, une ode à la gloire du terroriste Yahya Ayache avec la liste de ses attentats ou des photos prétendant monter des soldats israéliens à leur désavantage. Mais une mention qui n’y figurait pas le 26 janvier annonce qu’il ne s’agit pas de la page personnelle de la vedette.

Par ailleurs, l’animosité de la journaliste vedette d’Al-Jazeera à l’encontre d’Israël, allant jusqu’à son incapacité d’adresser la parole à des Israéliens avant de finir par surmonter son hostilité par « professionnalisme », est connue. Le site mejliss l’évoquait dans une interview d’elle. Certes on peut être anti-israélien sans admirer Hitler ou être antisémite, mais les deux vont souvent de pair.

Mezri Haddad met les pieds dans le plat sur le plateau de "Ce soir ou Jamais"

L'affaire en serait peut-être restée là si un ancien ambassadeur de Tunisie auprès de l'UNESCO , . Mezri Haddad, invité par Frédéric Taddéi dans son édition du 5 février de « Ce soir ou jamais » intitulée « Qatar, ami ou ennemi public n° 1 ? » n’avait évoqué en 38ème minute ce qui avait bien semblé être une prise de position pro-hitlérienne, mâtinée d’antisémitisme du fleuron de la chaîne qatarie.

Il semble que Khadija Benguenna, qui, selon sa chaîne, voit dans ces articles « une volonté de salir sa réputation et celle d’Al-Jazeera » a décidé, dans un premier temps, de « s’adresser à un cabinet anglais spécialisé dans la cybercriminalité » . Puis, selon le site Al-kanz.org, après l’émission du 5 février sur France 3, elle a décidé de porter l’affaire devant les tribunaux en France. Ce site publiant dans un article intitulé : « Salir une femme pour s’en prendre au Qatar » ce communiqué qui lui est attribué : « Compte tenu de l’importance des torts causés par les déclarations de M. Haddad par des propos qui ont largement dépassé les limites de la liberté d’expression et ont été cautionnés par le présentateur de l’émission, que M. Haddad a manifestement réussi à induire en erreur, j’ai donc décidé de porter plainte pour diffamation à l’encontre de Mezri Haddad. Ils sont clairement diffamatoires et attentatoires à ma réputation. Une procédure judiciaire prendra très vite le relais de cette première mise au point. Je suis confiante dans la capacité de la justice française à rétablir les faits et à sanctionner celui dont les procédés, tout à fait inacceptables dans un débat public qui est au demeurant essentiel, a contribué à ternir gravement mon image » .

Mezri Haddad se réjouit que l’affaire soit portée devant les tribunaux français

Quant à l’ancien ambassadeur de Tunisie auprès de l’UESCO, Mezri Haddad, à qui certains reprochent d’avoir été proche de Ben-Ali, chassé lors de la révolution dite du jasmin, il persiste et signe et répond à la vedette algéro-qatarie – en délicatesse avec son Algérie natale- en ces termes :

« En déposant plainte contre moi, vous avez parfaitement raison, Madame, d’avoir confiance « dans la capacité de la justice française de rétablir les faits ». La justice de la République française n’est pas celle de l’oligarchie wahhabite et obscurantiste dont vous êtes l’une des vitrines phosphorescentes ; une oligarchie féodale et mafieuse, qui condamne à perpétuité un poète libre, qui condamne à la flagellation de pauvres femmes de ménage importées du Bangladesh, parce qu’elles ont osé dénoncer leurs maîtres bédouins pour abus sexuels, qui condamne à la décapitation des ouvriers pakistanais parce qu’ils se sont soulevés contre leur condition d’esclave et qu’ils ont voulu retourner chez eux. J’attends avec impatience l’ouverture de ce procès. Disposant de toutes les preuves matérielles qui étayent les propos que j’ai tenus lors de l’émission « Ce soir ou jamais », y compris le traçage informatique de la fameuse page Facebook « piratée », j’assume totalement la responsabilité de ce que j’ai déclaré le 5 février dernier ».

Deux conceptions du monde et la question de l’omniprésence parfois ambiguë du Qatar...

Le reste du billet de Mezri Haddad vaut également la peine d’être lu. . On dépasse ici la simple querelle de personnes, la simple question de diffamation – en toute bonne foi de la part de l’ancien ambassadeur, si tel est le cas, et si l’identité du propriétaire de cette page a bien été usurpée...-. On a, en effet, plusieurs conceptions du monde ou de l’islam qui s’affrontent autour de ce Qatar dont l’omniprésence sur le plan international, souvent ambiguë, interpelle, voire inquiète suffisamment pour avoir fait et faire l’objet de débats aussi passionnés qu’essentiels...L’émission de Frédéric Taddéi, à voir ou à revoir , en étant un exemple.

Partager cet article
Repost0
8 février 2013 5 08 /02 /février /2013 07:44

 

 

Link to Service de Protection de la Communauté Juive

AGRESSION ANTISÉMITE À MARSEILLE (13) Lundi, vers 15h30, aux abords de la Gare...

Posted: 07 Feb 2013 11:16 AM PST

AGRESSION ANTISÉMITE À MARSEILLE (13)

Lundi, vers 15h30, aux abords de la Gare Saint-Charles à Marseille, un jeune homme, E. 20 ans, originaire d’Indre et Loire est agressé par deux jeunes qui s’approchent en scooter et lui arrachent la chaîne qu’il porte autour du cou. Lorsque les agresseurs voient que le pendentif accroché à la chaîne est une étoile de David ils lui crient « Sale juif », le frappent, remontent sur le scooter et prennent la fuite. Un groupe d’individus se trouvant à proximité et observant les faits se précipite sur E., l’insulte, lui donne des coups au niveau du thorax et de l’abdomen puis lui dérobe son lecteur MP3 et de l’argent.

E. a déposé plainte. Le Parquet a retenu le caractère antisémite des agressions et la Sûreté départementale est saisie de l’enquête, les investigations sont en cours.
L’avocat du SPCJ est en charge du dossier.

Le SPCJ

SOUTENEZ NOTRE COMBAT EN PARTAGEANT CETTE INFORMATION AVEC VOS AMIS.
Partager cet article
Repost0
6 février 2013 3 06 /02 /février /2013 17:37

 

 

Le discours pathologique sur la "déséquilibrée" à nouveau en service. En réalité, l'esprit faible ne fait que sivre des injonctions sociopathes plus ou moins répandues... 

Ecole Ozar Hatorah à Toulouse. PATRICK BERNARD-POOL/SIPA

Un élève d'une école juive menacé

 

http://www.lefigaro.fr

AFP Mis à jour le 06/02/2013 à 12:52 | publié le 06/02/2013 à 12:23 Réactions(34)

Une déséquilibrée a menacé d'un couteau un collégien sortant hier soir de l'école israélite Ohr Torah de Toulouse, là où Mohamed Merah a froidement assassiné trois enfants et un père juifs il y a presque un an, le 19 mars 2012, indique l'AFP, confirmant une information de la Dépêche du Midi.

Cette femme, décrite par la police comme ayant déjà été internée pour des troubles psychiatriques, a été interpellée sans être passée à l'acte, a précisé la police. Elle n'aurait pas tenu de propos antisémites.

Partager cet article
Repost0
1 février 2013 5 01 /02 /février /2013 12:34

 

 

MEMRI Middle East Media Research Institute

Special Dispatch No. 5152

Réactions en série suite à la publication par MEMRI des déclarations antisémites de 2010 du président égyptien Mohamed Morsi


Le 3 janvier 2013, MEMRI
publiait des déclarations antisémites du président égyptien Mohamed Morsi de mars 2010, dans lesquelles il appelait les juifs « descendants de singes et de porcs » et rejetait toute idée d’une paix avec eux. Cette publication a été relayée dans le monde entier. Ces déclarations ont suscité condamnation et demande de rétraction de la part de l’administration américaine. [1]


En réaction, Morsi a affirmé que ses paroles avaient été sorties de leur contexte, précisant qu’il « n’accepte pas… des propos désobligeants sur... toute religion », marquant là « une première étape importante », selon l´administration américaine. Morsi a également laissé entendre qu´il était victime des médias américains, dirigés par les juifs.


Les propos antisémites du président Morsi relayés dans le monde


Le 11 janvier, Forbes publiait un article du journaliste Richard Behar, basé sur la vidéo de MEMRI TV et les déclarations de Morsi. Behar notait que, si la chaîne Fox News Channel avait déjà mentionné le sujet [2], les grands médias avaient gardé le silence sur ces déclarations, malgré leur intérêt manifeste, et s’interrogeait sur ce mutisme. [3]


Le 14 janvier,
Jeffrey Goldberg écrivait dans The Atlantic un article au sujet de la vidéo de MEMRI TV, appuyant la critique de l´absence de couverture médiatique de Forbes.

Enfin, le 15 janvier, le New York Times publiait, en une, un article sur les commentaires de Morsi, mentionnant la vidéo de

Rapports des médias, de la Maison Blanche, du Département d´Etat, de Canada FM, de sénateurs américains condamnant les déclarations de Morsi ; Allemagne : des commentaires agressifs ou blessants « de toutes les parties » sont inutiles

Le 15 janvier, la Maison Blanche et le Département d´Etat américain ont condamné les déclarations faites par Morsi dans la vidéo de MEMRI TV. Lors d´une conférence de presse à la Maison Blanche, l’attaché de presse Jay Carney qualifiait les remarques de Morsi de "profondément choquantes”. La porte-parole du Département d’Etat Victoria Nuland a employé les mêmes termes et a affirmé : « Nous pensons que ces commentaires doivent être rétractés et qu’ils doivent l’être fermement ». Et d’ajouter : « Nous réprouvons totalement ces déclarations, comme tout discours de haine religieuse. Ce type de rhétorique est utilisé dans cette région depuis bien trop longtemps. » (Pour voir les deux déclarations, cliquer ici.) [4]

Le ministre des Affaires étrangères canadien condamne les propos de Morsi


Dans une interview à la CBC, le ministre des Affaires étrangères canadien, John Baird, condamne les déclarations de Morsi, disant : « Je pense qu’à chaque fois que l’on entend des propos qui relèvent de ce type de diatribe antisémite, cela éveille en nous tous une profonde inquiétude. Ces remarques étaient absolument odieuses et, bien évidemment, le gouvernement canadien condamne toutes déclarations de cet acabit. »

Les sénateurs américains condamnent les déclarations


Le 16 janvier, le sénateur John McCain, qui se trouvait en Egypte pour une visite de la délégation sénatoriale non divulguée, a condamné les propos du président Morsi, tout en réaffirmant son soutien à un plan d´aide à l´Egypte. Le membre de la délégation, le sénateur Richard Blumenthal, a déclaré que la délégation avait « exprimé notre point de vue dans des termes formels » et que les remarques de Morsi « contrecarraient les objectifs d´amitié entre nos deux peuples ». Un autre membre de la délégation, la sénatrice Kirsten Gillibrand, a affirmé : « J´ai été très précise et directe en demandant au président Morsi de retirer ces commentaires, et de s’exprimer sur la relation de l´Egypte avec Israël et sur les droits des femmes égyptiennes... Je continuerai de suivre ces questions de près. » Elle a ajouté : « Les publications récemment mises au jour sur les remarques désobligeantes du président Morsi envers Israël et le peuple juif sont gênantes et profondément troublantes. »


Le gouvernement allemand : des commentaires agressifs ou blessants « de toutes les parties » sont inutiles

Le 25 janvier, Reuters rapportait en amont de la visite du président Morsi en Allemagne prévue pour la semaine prochaine, qu’un porte-parole du ministère allemand des Affaires étrangères avait affirmé, lors d´une conférence de presse, qu´il ne « commenterait pas les remarques attribuées à M. Morsi. » Le porte-parole a ajouté que des commentaires agressifs ou blessants « de toutes les parties » étaient inutiles.


Lors d’une rencontre avec des sénateurs américains, le président Morsi sous-entend qu’il est victime des médias américains dirigés par les juifs

Lors d´une rencontre avec le président Morsi qui a été, selon le blog Foreign Policy´s The Cable, « très contentieuse », Morsi a laissé entendre qu´il était victime des médias américains dirigés par les juifs. Alors que, selon le quotidien égyptien Al-Ahram, Morsi « s’excusait auprès des membres » de la délégation sénatoriale américaine, le sénateur Chris Coons a déclaré : « Il essayait de s´expliquer... puis il a déclaré : ’Eh bien, je pense que nous savons tous que les médias aux États-Unis en ont fait toute une histoire et nous savons que les médias américains sont contrôlés par certains pouvoirs et qu’ils ne me voient pas d’un bon œil’ ». Coons a poursuivi : « Il n´a pas dit [les juifs], mais j´ai vu que les autres sénateurs ont eu un mouvement de recul, comme moi », ajoutant : « Selon moi, il était impossible de comprendre autre chose. »


Coons a ajouté : « La réunion a ensuite pris une tournure très fortement négative pendant un certain moment. Il a vraiment menacé de tourner à court toute la réunion et de nous empêcher de poursuivre. »


Le rapport rapporte également que les sénateurs ont été interloqués lorsque Morsi a avancé que les critiques de ses déclarations provenaient des juifs dans les médias. Une telle déclaration était peut-être même plus choquante que ses commentaires de 2010.

Réactions du Bureau du président Morsi : Les déclarations ont été sorties de leur contexte, et il « n’accepte pas… des propos désobligeants sur... toute religion[, quelle qu´elle soit] »

Le New York Times, le Washington Post, l´Associated Press et l´AFP rapportent que le président Morsi a affirmé que ses propos avaient été sortis de leur contexte. En outre, le Global Post et Salon.com ont indiqué que l´Egypte minimisait les propos de Morsi.


Voyant que département d´Etat ne faisait aucun commentaire sur ces réactions, le
bureau du président Morsi a dépêché une déclaration en anglais pour dire que « le président a la conviction que nous devons respecter et même célébrer notre humanité commune et n’accepte ou ne tolère des propos désobligeants sur aucun groupe religieux ou ethnique. »

Le Département d´Etat : La déclaration de Morsi n’est qu’« une première étape importante »

Le 17 janvier, l´Associated Press rapportait que selon la porte-parole du département d´Etat Victoria Nuland, les Etats-Unis n´étaient pas convaincus que Morsi avait renoncé à ses opinions exprimées en 2010, et qu´il leur fallait plus qu’un communiqué du bureau présidentiel.


Elle a déclaré : « De notre point de vue, cette déclaration était un premier pas important pour clarifier que le type de rhétorique choquante dont nous avons pu témoigner en 2010 n´est pas acceptable, ni productif, et ne devait pas exister dans une Egypte démocratique... Cela dit, nous attendons du Président Morsi et des dirigeants égyptiens qu’ils montrent à la fois en paroles et en actions leur engagement à la tolérance religieuse et au respect de toutes les obligations internationales de l´Egypte. »

Lire l´article intégral en anglais : http://www.memri.org/report/en/0/0/0/0/0/0/6953.htm


Notes :

[1] Le 16 janvier 2013, MEMRI publiait d’autres déclarations datant de janvier 2010 President Mursi: Obama Insincere; We Must Nurse Our Children and Grandchildren on Hatred of Jews.

[2] Le spectacle Hannity a repris des extraits de la vidéo le 4 janvier et le 9 janvier.
[3] Le 15 janvier 2013, Richard Behar a publié un nouvel article dans Forbes.
[4] Certains des nombreux rapports portant sur les déclarations officielles américaines mentionnaient la vidéo de MEMRI TV. Le Washington Post a publié un article sur la condamnation officielle des États-Unis des commentaires antisémites de Morsi, tout comme Reuters et Al-Arabiya. Dans son rapport, Al-Arabiya mentionne spécifiquement la vidéo de MEMRI TV. Dans son rapport sur la réaction américaine, la BBC relaie MEMRI.org ; Le Figaro / AFP et Middle East Online ont également cité la condamnation des États-Unis.

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le site www.memri.org/french.

Partager cet article
Repost0
31 janvier 2013 4 31 /01 /janvier /2013 11:20

MEMRI Middle East Media Research Institute

Special Dispatch No. 5154

Un blogueur égyptien : Six millions de Juifs n´ont pas pu mourir dans les camps nazis d’Europe

Muhammad Ismail Salama est un blogueur qui publie occasionnellement des articles dans divers journaux égyptiens. Dans un article publié récemment dans le journal du parti égyptien Al-Wafd, il avance que le chiffre de six millions de victimes juives de la Shoah est exagéré et contredit les témoignages et documents historiques concernant le nombre de Juifs qui vivaient en Europe à l´époque. Selon Salama, les Juifs ont voulu convaincre le monde qu´ils étaient victimes des nazis dans le but d´extorquer des millions de dollars de dédommagements de la part des Allemands.


Il convient de préciser que cet article a été publié en réaction à une récente interview donnée par l´ancien chef de l´AIEA et chef de l´opposition égyptienne Mohamed ElBaradei au journal allemand
Der Spiegel [1] dans laquelle il déclare s´opposer à l´Assemblée constituante égyptienne parce qu’elle comprend des négationnistes. [2] Extraits : [3]

Pourquoi ElBaradei a-t-il statué [que l´Assemblée constituante comprend des négationnistes] ? Quel était son intention ? Si le lecteur me le permet, laissez-moi revenir un peu en arrière et présenter plusieurs points importants.


Tout d´abord, brièvement, qu’est-ce que l´Holocauste ? L´Holocauste fait référence à un incident au cours duquel, selon la définition globale, un nombre imaginaire de Juifs - pas moins de six millions - aurait été collectivement exterminés dans les camps nazis hitlériens. L´idée d´extermination a germé avec [le meurtre d]’handicapés allemands dans une tentative de purifier la race allemande. Un concept issu des idées du médecin allemand extrémiste Dr Alfred Ploetz sur le perfectionnement de la race humaine, et de Karl Binding, dans son livre
Allowing the Destruction of Life Unworthy of Life, rédigé en collaboration avec le psychiatre Alfred Hoche, qui a écrit sur l´euthanasie des malades en phase terminale. Ces publications ne traitaient pas [en réalité] d’extermination collective du tout, mais la plupart des chercheurs pensent que l´Allemagne nazie hitlérienne utilisait ces idées extrémistes pour procéder à l´extermination collective des handicapés allemands, et ensuite des Juifs.


Deuxièmement, l´Holocauste est-il véridique, comme l´affirme Mohamed ElBaradei, ou est-ce un mensonge historique ? Il existe des millions de livres et d’essais sur le sujet. Certains soutiennent totalement la véracité [de l´Holocauste], tandis que d´autres acceptent l´idée, mais affirment qu´elle est grandement exagérée, surtout en ce qui concerne le chiffre de six millions de Juifs. A en croire les [déclarations] du courant sioniste, Hitler aurait exterminé presque [tous] les Juifs d’Europe, étant donné que le nombre de Juifs en Europe à l´époque était de six millions. Ceci est en totale contradiction avec la réalité et avec des documents faisant état d´une émigration massive de millions de Juifs dans différents pays européens et non européens. Par ailleurs, l´argent des Juifs n´a jamais été saisi, car ce sont les personnes les plus riches du monde à ce jour. Il y a aussi l´opinion qui nie [l´Holocauste] en bloc, qui a de nombreux partisans dans le monde...


Troisièmement, quels sont les pays définissant la non-reconnaissance de l´Holocauste comme un crime ? Seulement 17 pays, notamment l’Allemagne (suite à la pression et à l´extorsion sioniste, bien entendu) et Israël. Cela signifie que, en dehors des pays mentionnés ci-dessus, aucun pays au monde ne considère la non-reconnaissance de l´Holocauste comme un crime. Par ailleurs, des millions d´écrivains du monde entier ont totalement nié [l´Holocauste] et présenté des preuves qui mériteraient d’être examinées, comme le fait qu´il n´existe pas de document historique prouvant que l´événement [a eu lieu] ou le reliant aux autorités nazies. En plus du [fait que] les historiens ont prouvé que le cours des événements décrits par les sionistes s’inscrit en porte à faux avec [la taille de] la population juive mondiale, il a également été prouvé que le nombre total de Juifs incarcérés dans les prisons nazies n´a pas dépassé les 20 000. Mais les sionistes ont naturellement besoin de faire croire au monde que les Juifs, « le peuple élu de Dieu », ont souffert aux mains des Allemands et vécu le pire cauchemar de terreur imaginable, ce qui en fait les gardiens actuels du monde contre l´extrémisme et le terrorisme « islamique », et rend le gouvernement allemand redevable aux Juifs à jamais. Le gouvernement allemand – extorqué par les Juifs de verser des millions de dollars de dédommagements, des millions qui affluent toujours et encore - ne peut refuser, étant donné que tous les dollars du monde ne sont pas une compensation suffisante, pour même un seul Juif sémite élu qui a été jeté dans un crématoire hitlérien...

Notes :

[1] Spiegel.de, le 26 novembre 2012. Pour consulter l´interview en anglais, Speigel Online International, le 26 novembre 2012.
[2] Ikhwanonline.com, le 27 novembre 2012.
[3] Al-Wafd (Egypte), le 29 novembre 2012.

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le site www.memri.org/french.

Partager cet article
Repost0
30 janvier 2013 3 30 /01 /janvier /2013 09:22

 

mohammed-mehri21.3.12 (Copier)

France/Affaire Merah : Arrestation de deux complices présumés
PARIS (Xinhua) - Deux personnes ont été interpelées mardi matin dans le cadre de l'enquête sur les complicités dont aurait pu bénéficier Mohamed Merah dans les sept assassinats qu' il a commis en mars dernier, rapporte mardi matin la presse française.
Mardi 4 décembre 2012 | 17:04 UTC

 link

        Reuters

Les deux personnes interpelées seraient un homme de 38 ans proche de Mohamed Merah ainsi que l'ancienne compagne du tueur, indiquent les médias français.

Le premier, connu des services de police dans des affaires de vol, d'outrage et de rébellion, d'abus de faiblesse et de conduite en état d' ivresse, aurait été arrêté à 07h00 heure locale (06h00 GMT) à son domicile près d' Albi (sud), tandis que la seconde aurait été interpelée à 08h00 heure locale (07h00 GMT) chez elle à Toulouse (sud), selon les quotidiens Le Figaro et 20 minutes. Ces deux personnes sont "susceptibles d'avoir apporté une aide à Merah dans la commission des faits", précise 20 minutes, citant une source judiciaire.

Les deux suspects seront conduits à Toulouse dans le cadre d'une garde à vue qui devrait durer 96 heures, toujours selon la presse française. Depuis le début de l'affaire, la police recherche un troisième homme, présent avec Mohamed Merah et son frère Abdelkader au moment du vol du scooter qui a servi à commettre les meurtres, rappellent les journaux français. Mohamed Merah, 23 ans, auteur de sept assassinats à Toulouse et à Montauban entre les 11 et 19 mars, avait été abattu le 22 mars matin par la police d'élite française au terme d’un siège de 32 heures et d’une violente fusillade.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis