Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 15:07

 

 

 

Quelques révélations sur la Turquie d'aujourd'hui,

  

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

  

De source bien informée, il apparaît que la raison pour laquelle l'armée israélienne n'a pas été, préalablement, alertée et préparée à un éventuel guet-apens sur le bateau Marmara, découle directement des échanges diplomatiques menés entre le président turc Erdogan et les services de sécurité israéliens. Erdogan avait délibérément certifié à ces derniers que la flottille transportait uniquement des activistes pour la paix et qu'aucune violence n'était à redouter.

Ces échanges s’étaient tenus dans le cadre des efforts politiques, précédant le départ de la flottille. Un protocole établit les preuves de ces pourparlers. Rien d'étonnant à ce que le renseignement israélien n'ait pas envisagé l'éventualité que le commando des forces navales israélien soit confronté à une résistance autre que symbolique à bord des 5 navires + 1 (celui où était concentrée la cinquantaine de mercenaires).

A la grande stupéfaction de tous les échelons politiques israéliens, Erdogan s'est révélé être un fieffé menteur. La gifle retentissante qu'Israël a essuyée dépasse de très loin tous les principes et ententes concevables entre des pays amis. Leur violation est patente.

Elle confirme, en outre, qu'Erdogan a foncièrement réussi à annihiler de facto l'influence de l'armée turque en tant que protectrice de la démocratie laïque et que les variables précédentes sur lesquelles Israël basait sa coopération avec la Turquie, en dépit de la montée au pouvoir d'Erdogan, n'existent plus.

Dans les couloirs diplomatiques, cette information et ses conséquences circulent à plusieurs niveaux. C'est aussi pour une ultime tentative d'apaiser les esprits que le Ministre des affaires étrangères turc s'est rendu hier aux USA.

L'implication directe d'Erdogan dans la préparation et l'envoi de la flottille de la terreur en Israël, considérée comme une violation des principes élémentaires, pose un sérieux problème aux services secrets américains : ils se voient contraints de réévaluer leur confiance dans l'armée et les services de sécurité turcs et de se restructurer en conséquence.

Les services secrets américains ont aussi été stupéfaits par la découverte de l'identité d'une partie des passagers/mercenaires impliqués dans la flottille pour la paix. Leur majorité est composée d'agents affiliés à Al-Qaida, recherchés par les USA, et le fait qu'ils aient apparemment agi sous le parrainage d'Erdogan irrite sérieusement les services secrets américains.

Il est à noter que l'inexplicable indulgence d'Obama face aux agissements douteux de la Turquie et son attitude persistante anti-israélienne, place les services  secrets américains dans l'embarras.

 

En Israël, il devient évident que le renseignement Israélien a été abusé en prenant pour argent comptant les déclarations d'Erdogan.

 

Entre-temps, des messages discrets ont été dépêchés à Erdogan, qui commence à comprendre qu'il n'opère pas seul dans un espace vide dont il peut s’emparer à loisir. Des bruits de couloirs à l’OTAN, révèlent que la coopération militaire et stratégique avec la Turquie, figée depuis un certain temps, résulte notamment des douteux rapprochements et manigances de la Turquie avec l'Iran radical.

 

Si l'ambassadeur turc en Israël n'a pas encore été sommé de retourner en Turquie, c'est surtout l’effet d’une crainte évidente que les langues se délient en Israël, sur quelques intrigues embarrassantes pour la Turquie. Boomerang qu'Erdogan redoute et cherche à éviter.

 

Rappelons, ici, que suite à la décision du congrès américain de reconnaître le Génocide arménien, Erdogan a rappelé son ambassadeur aux USA. Des rumeurs allaient beaucoup plus loin : elles affirmaient aussi qu'il avait même menacé d'annuler sa collaboration frontalière concernant l'Irak, en allant jusqu’à infiltrer des islamiques radicaux, aux confins d’un Kurdistan irakien dont l’autonomie le démange. En ce sens, l’avertissement du Mavi Marmara se serait servi des mercenaires d’al Qaeda contre Israël pour mieux frapper l’esprit des Américains, responsables de la situation en Irak : "- si vous ne cédez pas à mes chantages, voilà ce qui peut aussi se produire à plus grande échelle au Kudistan irakien!". De fait, la Turquie, la Syrie et l’Iran se coalisent d’abord pour éliminer l’émergence d’une enclave kurde indépendante à la croisée de leurs trois territoires. Ensuite vient le conflit avec Israël. Voilà aussi pourquoi Washington n’obtient aucune coopération syrienne contre al Qaeda. Et que les négociations sur le nucléaire iranien se sont, à nouveau, enlisés dans les sables de Gaza. Que se passerait-il, quelle pourrait être la réaction turque, si jamais, d'accord sur ce point avec les Etats-Unis, Israël décidait de nettoyer les convois de Scuds ou de M-600 syriens à la frontière avec la plaine de la Bekaa libanaise? La Turquie s'alignerait-elle sur les positions du Hezbollah et de Bachar al Assad? C'est plus que probable. Aussi cette flottille arrivait-elle à point nommé. L'idée qu'Erdogan en personne embarque, escorté de navires de guerre turque, pour forcer l'embargo international autour de Gaza, en geste de défi et casus belli à l'égard d'Israël et de l'OTAN n'apparaît plus aussi saugrenue...

 

 

Après les récents événements, il devient clair que la Turquie ne défend plus les intérêts américains, mais joue plutôt un double-jeu, en fonction de ses seuls intérêts régionaux.  Les chefs du renseignement israélien pressent leurs correspondants américains de reconnaître l'absence totale de fiabilité de la Turquie dans leur lutte contre la terreur et, qu'au contraire, elle met en danger les intérêts américains. Erdogan a aussi, tout récemment, tordu le bras des USA en signant un accord ambigu avec l'Iran sur l'enrichissement de son uranium.

 

 

 

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Repost 0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 10:20

 

 

Quand le Navire Chavire,

  

Par

 

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

  

Quel est le véritable objectif de la flottille turque pour Gaza? Secourir les "malheureux  Palestiniens affamés"? Ou bien opérer une brèche dans le siège imposé par l'état Hébreu? Ce but politique affiché, n’est vraisemblablement, que l’étape de moyen terme pour en atteindre d’autres!

 

La cible principalement visée est de créer, sur un terrain déjà profondément détérioré, nourri par une critique unilatérale orientée et qui provient de tous côtés, une esclandre. Celle-ci devait détourner les projecteurs, de façon à ce que les yeux du monde entier convergent immanquablement.

 

Prenons en considération le nombre suffisamment fourni (une centaine) de terroristes et de mercenaires islamiques infiltrés dans cette affaire par l’IHH. Leur mission était de créer une diversion qui écarterait l'attention mondiale de sa focalisation sur la course au nucléaire de l'Iran. Cela n’a pas manqué : dès le 2 juin, Obama annonçait qu’il retarderait les négociations au Conseil de Sécurité de l’ONU de trois nouvelles semaines, à cause, révélait-il explicitement, de l’émoi causé par l’arraisonnement sanglant du Miv Marmara….

 

Or, n'oublions pas les récentes négociations menées par Erdogan avec Ahmadinejad. Ils viennent de proposer un accord sur l'enrichissement de l'uranium iranien en Turquie, qui, d’après les quantités d’uranium entre les mains iraniennes, permettrait à ceux-ci de construire au moins une première bombe, selon l’AIEA. Mais, rien ne presse, faisons comme si, chantonne Obama, très satisfait de l’embarras provoqué.

 

Faisons, alors, le rapport avec le besoin, préparé de longue date, de la Turquie de soutenir ses « ONG » d’obédience islamiste, comme IHH - impliquée en Bosnie, en Afghanistan, en Tchétchénie, dans l’attentat contre l’aéroport de Los Angeles, selon le Juge Bruguière- de dépêcher une flottille pour secourir les Palestiniens. Nous obtenons évidemment un rapprochement saisissant entre les deux objectifs :

-créer, d’ici quelques mois, un port iranien à Gaza, directement dans le flanc d’Israël, face au Caire, tombant alors sous la coupe des Ayatollahs, par l’entremise des Frères Musulmans qui sont leurs alliés.

- Donner le temps nécessaire à l’Iran pour parvenir à la bombe et, ainsi, faire à jamais pâlir l’étoile sunnite de l’Arabie Saoudite, de la Jordanie, de l’Egypte, avaler goulûment l’Irak et faire la jonction avec la Syrie, le Liban et la Turquie pour imprimer son hégémonie irrésistible dans la tête des Occidentaux…

 

Le coup de semonce est magistralement joué, dans la dissimulation, par la Turquie, au profit de son complice iranien, qui doit le plus possible demeuré discret, en coulisses, être le moins possible exposé.

 

La Turquie remplit tous les attendus du casting pour prendre d’assaut l’Occident, mais par la ruse et non la force. Elle est le pays du « Moyen »-Orient par excellence, de par son histoire et sa situation géostratégique : portique de l’Europe, totalement investi en Asie Centrale, donc importante pour la Russie, fer de lance de la Syrie et de l’Iran. Et, désormais, passée es-maîtresse de la manipulation médiatique reprise en chœur par toutes les chaînes du monde et relayée par toutes les chancelleries, jusqu’au très fumeux Comité des « Droits de l’homme terroriste », sous l’impulsion du génocidaire Omar el Béchir, des Pakistanais, qui comme la Turquie, cherchent leur voie, selon que le vent tournera, et l’Autorité Palestinienne, qui conserve une valeur parfaitement symbolique et uniquement représentative, face à un Hamas qu'elle renforce par sa délégitimation du "partenaire pour la paix". Obama le faible, sans vision et sans talent, ne peut que contresigner la commande passée par les Mollahs : commission d’enquête sur des faits où l’on sait déjà à peu près tout ce qu’il y a à savoir. Et rien de plus urgent mondialement, que de savoir pourquoi Israël a pu se laisser tomber de cette façon dans un piège, il est vrai, aussi grossier.

 

Le monde entier, à sa suite, est tombé dans le panneau, le bateau ivre occidental compris. Seul tient encore Israël, qui détecte bien ce qui se passe, sans avoir encore repris l’initiative. Hier encore, il s'est évertué à rappeler à l'ONU qu'il ferait mieux de se concentrer sur les agissements de l'Iran, plutôt que de se laisser guidé, les yeux bandés, dans les jeux pervers et plein de méandres et de double-fond, de l'Iran et de ses acolytes.

 

La Turquie n'a jamais eu que les apparences d’un état démocratique dirigé d’une main de fer. Elle a perdu l’héritage moderniste d'Atatürk, malgré une opposition laïque qui se sent isolée. C’est un pays qui a choisi depuis longtemps la voie de l'Islam radical, tout en trompant la vigilance de l’Amérique et de l’OTAN. Ses  congénères ne sont autres que tous les pays qui abritent la terreur comme la Syrie, le Liban et l'Iran, dont il se présente comme le simple commissionnaire, pour avoir fait ses classes auprès de l’Occident.

 

Erdogan a bien mesuré ses déductions face à la faiblesse croissante des USA sous Obama, et a estimé le moment opportun, pour lui, de concrétiser ses ambitions qui sont celles de ressusciter l'empire Ottoman et de reprendre pied dans chacun des pays de l’ancienne dynastie. Al Qaeda-IHH n’est que l’outil, mais Ankara seule dispose encore des clés du Qalifat sur le Levant comme sur l’Occident.

 

Avec une Europe pratiquement paralysée, envahie et distraite par des Imams et des islamiques radicaux, cette prétention risque bien de réussir.

Le minuscule Israel a eu beau tenté de prévenir les grandes puissances, ces dernières trébuchent et n'arrivent plus à se mesurer lucidement et pondérément à l’enjeu qui risque de les emporter.

Qu'adviendra-t-il du monde libre, s’il n’est dirigé par personne pour se ressaisir? Devinez!

 

 

 

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Repost 0
24 février 2010 3 24 /02 /février /2010 10:45


Sarkozy, premier soliste au concert de l'Hypocrisie Mondiale,

   

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR,

pour http://lessakele.over-blog.fr et www.aschkel.info

   

 

Israël est, comme de bien entendu, l'âne des "Animaux Malades de la Peste", une fable de La Fontaine qui refait surface à chaque fois que les doigts pointent sans hésitation vers ce petit pays et les frasques dont on souhaite l’accuser à merci, sans élément de preuve valide.

 

Israël est responsable de tous les malheurs qui s’abattent sur le monde, et est, sans aucun doute, l'unique pays à être mis au ban et être blâmé, à tort ou à raison, voir sanctionné pour toutes ses actions réputées meurtrières, même lorsque de telles allégations manqueraient de fondement.

 

Mr Sarkozy suit l'air du temps en accusant à demi-mot, devant Abbas, Israël du meurtre perpétré contre Mabhouh à Dubaï. "C'est un meurtre," répétait-il, les yeux mis clos.

 

Permettez-moi de vous rafraîchir un peu la mémoire en mentionnant les crimes perpétrés par le FLN contre les Algériens. Personne ne doute guère de votre connaissance du projet d'annexion de l'Algérie, faisant d'elle un territoire français, pendant que l'Algérie n'était alors qu'une de vos nombreuses colonies françaises en Afrique du Nord.

 

Nous n'avons entendu personne relever cet élément important dans l'histoire de la France et de ses possibles crimes contre l'humanité. Voyez-vous, vous n'êtes pas le seul dans cette mascarade, les Falkland, cela vous dit quelque chose?

 

Les Anglais se sont appropriés bien des territoires, tout comme les vôtres, sans lien direct avec votre histoire et le centre spirituel et culturel de votre Nation, bien loin de leurs frontières, qu'ils ne cessent d'occuper et de gérer à leur guise, usant de la force- La loi du plus fort est toujours la meilleure- Pourtant, ces îles, communément connues sous le nom des îles Malouines, sont appelées "territoires britanniques d'outre-mer" même si elles sont en Argentine.  Un peu trop alambiqué, n'est-ce pas? Les Anglais comme les Français et bien d'autres pays se sont partagés entre eux l'Afrique, l'Amérique de Sud, le Canada, l'Australie et la liste est longue.

Qui étaient les habitants de tous ces pays? Des Indiens, des Aborigènes, des Berbères, …..

Personne n'ose en parler, parce que le Roi, (Le lion) n'est jamais le fautif, c'est l'âne qui l'est, et le sera de tous temps.

Israël n’a commis, aux yeux du monde, que la « faute » de revenir sur ses propres terres, bassin de son histoire. Il existait bien avant les Français, les Anglais, les Américains, les Romains, les Grecs, les Turcs, et appartenait aux Juifs. Impossible de taire ou de faire disparaître ce gigantesque morceau de l'histoire de l'homme depuis sa création.

Comment le monde ose-t-il dénier aux juifs ce qui leur appartient de droit, jusqu'aux tombeaux de leurs ancêtres, d'Abraham, de Rachel,  de Joseph?

 

Jusqu'où ira l'hypocrisie? A-t-elle des limites réellement?

Et pourquoi toutes ces âmes nobles qui composent les corps d’élite de la France se taisent?

C'est triste et très pénible de vivre en face du jeu cruel de ceux qui veulent qu'une nation entière disparaisse.

 

Thérèse Zrihen-Dvir.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Repost 0
19 février 2010 5 19 /02 /février /2010 11:47

L'Assassinat de Mabhouh, Opération James Bond?

 

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR pour : http://lessakele.over-blog.fr et www.aschkel.info 

 

 

 

Lundi dernier, la police de Dubaï a diffusé sur tous les médias les identités et les photos de 11 suspects, décrits comme les membres d'un commando (Israélien?) soupçonné d'avoir assassiné Mahmoud Al-Mabhouh.  

 

Rappelons que Mahmoud Al-Mabhouh, était l'un des fondateurs de l'aile militaire du mouvement islamique palestinien, le Hamas. Il a été retrouvé mort dans sa chambre d'hôtel, adjacent à l'aéroport international de Dubaï, le 20 Janvier dernier. La réaction instinctive du Hamas, comme de tous les autres services de renseignement et d'espionnage internationaux a été d'accuser le Mossad Israélien.

 

Parmi les passeports utilisés par les membres du dit commando, plusieurs, dont les britanniques, étaient authentiques, sauf pour la photo et parfois, le nom. Quelques uns portaient, en effet, le nom de citoyens israéliens qui nient tout lien avec les individus qui ont apparemment recopié leurs passeports.

 

Dans tout cela, personne ne se demande pourquoi fallait-il un groupe de onze ou dix-sept personnes pour mener à bien l'assassinat d'un unique agent du Hamas? Ni pourquoi tous ces présumés agents participant à ce complot l'ont fait ouvertement face aux caméras de Dubai, sans essayer de camoufler leur identité, ni même de prendre les précautions les plus élémentaires pour ne pas se faire repérer?  Pourquoi ce groupe entier a cherché audacieusement à perpétrer un crime sans même adopter une prudente discrétion si essentielle dans des affaires de cette envergure? C'est tout comme s'ils cherchaient à se faire identifier volontairement, quitte à mettre leurs vies en péril.

 

Il  a, certes, existé, par le passé, d'autres fiascos ou mises en causes, d'agents et de trafics de passeports en Norvège, en Suisse, Jordanie, Nouvelle Zélande et à Chypre,  mais elles datent et ne correspondent pas aux affaires de ces dernières années, attribuées, à tort ou à raison, à Israël, où aucun indice valable n'a pu être relevé : comme dans l'élimination d'Imad Mughniyeh, celle du lien syrien entre le Hezbollah et l'Iran, Mohammed Souleimane sur une plage de Tartous, ou encore la destruction du réacteur nucléaire de Dar Ez-Zour au nord de la Syrie, requérant la coordination de forces militaires et du renseignement infiniment plus complexes qu’un simple séjour à Dubaï. L’amateurisme affiché correspond trop aux leçons tirées de certains faux-pas pour qu’ils se reproduisent.



Autre détail "troublant" : les rushes identifient des "joueurs de tennis", peu de temps après le boycott par le Tournoi de Dubaï de la tenniswoman israélienne Shahar Peer, l'an dernier, qui précisément, vient d'emporter une manche cruciale la qualifiant pour les demi-finales, cette année. Il est "amusant" que, dans l'imaginaire émirati, l'Israélien moyen soit nécessairement assimilé à un joueur de tennis, comme trait de caractère national, comme si on cherchait à accentuer une ressemblance problable ...
Franchement cela ne ressemble en rien aux tactiques courantes et notoires du Mossad! Toutes les entreprises de règlement de comptes acheminées par le Mossad ont été minutieusement préparées et menées en main de maître sans que l'identité des acteurs principaux ne fût une seule fois ouvertement exposée ou dévoilée. Or, dans cette entreprise, tous les présumés suspects, ont fait toutes les erreurs possibles et imaginables pour que leur identité soit révélée.

 

Ne soyons donc pas surpris, si après une enquête sérieuse, ces dits James Bond, s'avèrent être soit des novices, soit des comploteurs aux services des ennemis d'Israël, révélant la profondeur de crises internes entre le Hamas et l’Autorité Palestinienne, ou l’Iran et les monarchies du Golfe.

 

Repost 0
9 février 2010 2 09 /02 /février /2010 22:47

Demain, un Iran Atomique  

 

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

 

Essayez un peu d'imaginer le monde au lendemain d'un Iran armé de bombes atomiques. Dirigé par un fou furieux et des mollahs assoiffés de sang, dotés d'une ambition et d’une convoitise illimitées, le scénario n'est que trop évident.

L'Iran ne cherche pas directement à se mesurer avec Israël, ni à l'effacer de la face du monde, comme il ne cesse de le proclamer, car, il ne fait aucun doute qu'il est bien informé de l'existence d'un arsenal nucléaire israélien, même si ce dernier ne communique pas sur ce point.

La stratégie de l'Iran existe et se perpétue déjà depuis plusieurs décennies, depuis le conflit avec l'Irak et, à travers lui, les autres pays du golfe persique, sunnites et tous très riches en or noir. L'Iran ne s'attaquera ni à l'Occident et ni aux États-Unis en premier lieu, mais à ses voisins qu'il cherche à subvertir, par le biais de leurs minorités chi’ites et dominer tout d'abord pour s'approprier toutes les sources d'énergie existantes. D'où la crainte de l'Arabie Saoudite, du Yémen, d'Oman, des émirats arabes, Qatar, Koweït, Bahrein, sans oublier les régimes pro-occidentaux de la Jordanie et l'Égypte qui se trouvent sur son chemin.

Rien d'étonnant à ce que l'Égypte agisse sous couvert en connivence avec les USA et Israël, puisqu’elle est directement menacée, à juste titre, d'ailleurs.

Si l'Europe hésite à sanctionner, ou à attaquer l'Iran c'est tout simplement qu'elle ne se croit pas visée, dans l’immédiat. Peut-être, pour le moment, car la convoitise n'a jamais connu de freins et il suffit d'un premier succès pour que l'Iran s'estime capable d’affronter le monde libre et de l'assujettir. Et c'est là où est le danger. Dans leur apathie devant cette nouvelle menace qui ne cesse d'enfler de minute en minute, la sujétion de ces pays arabes qui auparavant étaient considérés comme des alliés de l'Occident, laissant derrière un Iran de plus en plus fort et plus affamé que jamais, risquerait de mettre le monde entier à feu et à sang.

Et si à ce jour, les pays modernes se sont abstenus de faire usage des armes nucléaires, quand la menace s'installera à leurs portes, ils se verront tous contraints de les sortir de leurs hangars.

Obama, joue un double jeu, soit par intelligence soit par stupidité, car il ne doit certainement pas ignorer l'itinéraire de l'Iran.

À moins bien entendu qu'il ne se dise qu'après tout, "Laissons les loups se battre entre eux, nous ferons la récolte en temps opportun."

Grosse erreur, car les armes qui proliféreront seront utilisées, et ne laisseront derrière elles que la mort, désolation et la ruine totale de tout ce qui vit sur cette planète. Aucun vainqueur.

Qui est le grand perdant dans toute cette partie géante de poker, l'humanité et le simple civil qui ne demande qu'à gagner son pain et rentrer chez lui auprès de sa famille.

L'homme sera alors entraîné à perpétrer son autodestruction jusqu'à l'extinction complète de l’espèce.

 

 

Thérèse Zrihen-Dvir.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

 

 

 

 

Repost 0
5 février 2010 5 05 /02 /février /2010 11:07

Jeux Diplomatico- Politiques, Jeux de Vilains 

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

Pour : http://lessakele.over-blog.fr et www.aschkel.info

 

 

 

Ne dit-on pas que le monde appartient au meilleur des comédiens? Que toute la gente politique n'est en effet, qu'une bande d'acteurs invétérés qui joue cyniquement sur les pulsions et angoisses du peuple, et parfois sur ses espoirs inavoués? Souvent, ce jeu perfide n'est rien d'autre qu'une manipulation cynique intentionnelle afin de faire ployer toute volonté propre et sens critique au sein du peuple et de le mener vers un objectif qu’il ne visait pas forcément, mais qui servirait les desseins secrets de ces politiciens. Nous en avons un excellent exemple avec l'Iran qui use de sa suprématie dictatoriale pour, soi-disant, se hisser au même niveau d'armement et de sophistication des moyens technologiques et militaires que l'Occident, au prix d’un niveau de vie qui ne cesse de chuter et de restriction des rares libertés qui subsistaient encore, pour sa population. L'objectif réel, n'est nullement aligné sur des intentions pacifiques, bien au contraire, il vise à asseoir le pouvoir d’une poignée de mollahs et de Gardiens de la Révolution,  par l’accroissement des risques de destruction de tous les pays non islamiques et l'expansion du régime dictatorial, à l'intérieur comme à l'extérieur de ses frontières.

 

Le même cas se répète avec les Palestiniens. Nourris de vains espoirs d'une conquête fulgurante et d’un effondrement proche de l'état d'Israël s’achevant par son anéantissement, beaucoup d'entre eux se sont jetés à corps perdu vers le terrorisme, jouant aveuglément le jeu de leurs dirigeants qui n'ont eux pour toute ambition, que de se remplir les poches, ou, de se rattacher, comme le Hamas, au mouvement islamique iranien, intrusif chez tous ses voisins sunnites, comme au Yémen, au Liban ou en Arabie Saoudite, Jordanie. Diplomatiquement, ce ralliement s’exprime et s’expose comme une demande de concessions territoriales de la part d'Israël, légitimé par l’édification d’un état alors qu'en réalité, c'est une visée plus grandiose, l'islamisation de l'Occident, en faisant disparaître son premier bouclier en Orient.

 

Les déclarations ambiguës du gouvernement syrien, soufflant le chaud et le froid de la paix et de la guerre avec Israël n'ont pour but que de récupérer, par n’importe quel moyen (comme offrir de vaines promesses), les terrains conquis par Israël, zone stratégique qui placerait ce petit pays dans une situation analogue à celle d'avant la guerre des six jours. La Syrie, sans doute déléguée par l’Iran, se hisse ainsi au rang de dernier vrai grand leader des pays islamiques, au même rang que le Nasser d’autrefois -  réveillant les résidus de l’ancienne coalition arabe, y compris parmi les peuples des pays qui ont signé des accords de paix avec Israël. Des franges entières, dans ces contrées, comme les Frères Musulmans, qui menacent directement les régimes égyptien et jordanien, n'ont jamais abandonné leurs intentions initiales, depuis al-Bannah ou le grand Mufti de Jérusalem, de jeter tous les Juifs à la mer.  

 

Aucune menace, ni proposition, en apparence bienveillante, n'est lancée à la légère. Au contraire, elle a un but tactique sous-jacent et suit une trajectoire préméditée par l'initiateur qui cherche à créer une certaine atmosphère, servant à piéger le pays visé et à le mener à entamer une série de provocations et contre-provocations verbales, pouvant, à la moindre étincelle, déboucher sur une conflagration irréfléchie, non préparée, mais convenant aux intentions de départ de l'instigateur. Il pourra alors se draper dans le rôle de l’agressé et appeler voisins et communauté internationale à sa rescousse.

 

Dans ce jeu de vilains, la spontanéité, la colère, les expressions sincèrement outragées sont déconseillées, voire, n’ont pas leur place. Si le ministre des affaires étrangères israélien a réagi avec violence aux menaces syriennes, c'est, peut-être, émotionnellement légitime, mais pas forcément intelligent. La position qu’il occupe requiert, au contraire, le dernier sang-froid, tout en sachant être ferme face aux invectives provocatrices, conscient qu’il reste de la réalité des rapports de force.

 

Ces menaces avaient pour but de générer un conflit parmi les différents partis composant le gouvernement israélien et cela a bien fonctionné puisque, tout de suite après la réaction du ministre des affaires étrangères israélien, la gauche a ouvertement critiqué la politique adoptée par le gouvernement de droite actuel. L'autre objectif, concocté par les dirigeants syriens, est d'entraîner Israël dans une guerre prématurée, suivant le timing optimal fixé par la Syrie, le Hezbollah auquel il s'attache ouvertement et de l'Iran qui fait partie intégrante de ce bloc, comme son générateur essentiel. Téhéran gagnerait énormément de temps pour poursuivre sa voie nucléaire, à ce que les frontières est et nord d’Israël s’embrasent à nouveau, sans qu’il paraisse y être directement mêlé, ou par voie de logistique.

 

En somme, une guerre est toujours proche, elle ne cesse de fermenter au Moyen Orient, ayant des visées bien définies et ces fous de Damas et Téhéran, qui ne cessent de la prêcher vont devoir se réveiller à un matin bien chaotique, car ni l'Europe, ni les États-Unis et ni Israël, en tout premier lieu, n'accepteront leur destruction. Que de sang versé et que de victimes vont devoir être immolées pour assouvir les ambitions folles des dictateurs!

 

 

Thérèse Zrihen-Dvir.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Repost 0
31 janvier 2010 7 31 /01 /janvier /2010 10:59

La Cible Convoitée : ISRAEL  

 

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR


Pour : http://lessakele.over-blog.fr et www.aschkel.blog

 

 

Dans son dernier discours le président Iranien Ahmadinejad a annoncé, sans ambages d'ailleurs, que l'Iran est aujourd'hui la puissance principale dans la région et que l'effondrement du système hégémonique mondial, ayant atteint sa phase finale, la fin du régime matérialiste et autoritaire de l’Occident est plus qu'évidente. Les puissances mondiales, a t-il poursuivi, sont incapables d'analyser concrètement la situation et de prendre une décision en conséquence. Hypothèse plus que jamais plausible!

Ces déclarations ne doivent, en tout, cas, surprendre personne, puisqu’Ahmadinedjad puise la force de ses harangues des assauts de faiblesse de ceux qu’ils provoquent, comme du temps où un petit dictateur germanique s’annexait les Sudètes comme on part en week-end en province. Il suffit de constater la politique zigzagante de l'Europe qui, d'un côté, menace en pointant un doigt accusateur et, de l’autre main, négocie de juteux contrats ; et celle encore plus dangereuse des Etats-Unis, dirigée par un pacifiste verbeux et pompeux, qui, jusqu’à ce jour, a passé de nombreux mois à reprendre et plagier, point par point, les procédés d’accommodement auxquels les Européens s’étaient adonnés durant les 5 précédentes années, en refusant de comprendre le danger vers lequel le monde entier menace de basculer.

Le premier pays qui essuiera, comme à l'accoutumée, les premières salves sera évidemment Israël, comme le précise d'ailleurs, une analyse de la CIA, danger éminent que le petit pays n'a jamais cessé d’exposer par le menu au monde entier  durant ces dernières années.

Ahmadinejad ne fait pas ses déclarations à la légère, sans s'assurer au préalable d'avoir bien positionné ses pions dans les pays et les endroits stratégiques. Il a eu suffisamment de temps pour s'y préparer, tant militairement, politiquement que stratégiquement, et donc il a conclu que son heure avait sonné pour la victoire.

En conséquence, il a délibérément armé le Hezbollah au Liban, depuis les années 80, qui ne cesse de s'évertuer à prédire la fin imminente de l'état d'Israel. Il arme sans cesse, par tous les canaux, le Hamas à Gaza, afin qu'il puisse, en temps voulu, se joindre à l'assaut conjointement prémédité. Le quasi silence, ou la chape de plomb d'un fameux rapport onusien accablant, que subit le petit état d'Israël ces derniers mois n'est nullement fortuit. La tempête couve sous les braises et attend patiemment le moment propice pour éclater sur tous les fronts.

Il faut même prendre en considération ces "détails" de retournements diplomatiques qui sont loin d'être futiles, dans la région et constater la formation progressive d'un bloc Islamique congruent et dangereux : les relations nouvelles et insolites entre la Turquie avec la Syrie et l'Iran semblent vouloir reconstruire l’ancienne carte de l’Empire Ottoman, débouchant directement sur la Méditerranée, la frontière nord d’Israël, mais également le Sud de l’Europe et les Balkans.

Et ainsi, un premier cercle infernal se consolide manifestement autour d'Israël, qui va devoir ouvrir plusieurs fronts simultanément : face au Hamas de Gaza, au Hezbollah du Liban, et les missiles balistiques iraniens, avec une Turquie qui pourrait, soit prendre une part active à l'assaut en tant que voie de passage logistique, ou implicitement collaborer, en fournissant des informations sur ses anciens alliés. Si le Dôme d'Acier Israélien n'est que partiellement effectif, la population du petit pays va être la première à essuyer des attaques de tous les côtés. Dans ce scénario iranien, il ne faudrait en aucun cas écarter le danger représenté par la population musulmane Israélienne, qui sera sollicité au moment opportun par quelques leaders de partis arabes en connivence avec l’ennemi du pays qui les nourrit, de se soulever pour épauler ses frères palestiniens et musulmans.

Le déploiement militaire et les sanctions contre l'Iran, toujours à l’état de pure ébauche, pour les États-Unis et les grandes puissances d'Europe, s'effectueront, peut-être plus tard, un jour, dans un pur esprit de simulacre visant à reculer les échéances et à temporiser encore. Pour avoir la moindre chance d’être prises au sérieux, elles auraient, tout simplement, dû être mises en œuvre bien plus tôt. A l’heure actuelle, elles ne semblent que réactives, avancer à reculons, au rythme imposé par les initiatives destructrices de l’Iran.

Aujourd'hui, avec l'Islam radical florissant dans une  bonne partie des capitales de l'Europe, aux USA et Canada, toute tentative d'esquiver une confrontation militaire, serait considérée par le bloc Islamique comme le symptôme de son asthénie et ne ferait qu'enfler les rangs de la terreur et des radicaux Islamiques.

Pour l'Iran, l'heure propice de frapper est donc arrivée, puisque les armées alliées semblent s'empêtrer en Afghanistan, en Iraq et un front nouveau et imposant comme celui manigancé par l'Iran, risque de mener le monde à une conflagration générale.

 

 

 

Repost 0
19 janvier 2010 2 19 /01 /janvier /2010 23:29

Today More than Ever, I am Proud 

By

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

 

Immediately after the Haiti earthquake announcement and the flow of terrible news relating to the devastation and loss of life after this natural disaster, Israelis, as usual, became aware of the inevitability and urgency of their presence in that place of human catastrophe and human suffering, where evil strikes in all its viciousness.

 

In record time, they set up a field hospital, recruited doctors, surgeons, nurses, experts in detection of survivors under rubble and took off loaded with the necessary equipment for the expedition and food for distribution.

 

Yes, Israel, tiny Israel, Israel the insufferable and most hated country on this planet, most criticized and banned, was amongst the first to fulfill its duty towards mankind. That is a mankind which has long forgotten the real meaning of this word.

 

But this isn't all; Israelis have proved their grandeur, their kindliness and their brotherhood towards all human beings. Race, religion and color have not stopped them from flying to the rescue. They have simply brushed aside their rancor against a world that has ceased seeing clear in its thoughts, has ceased being logical and compassionate. Or rather, Israel has acted in spite of all that?

 

And on the spot in Haiti, this same world has no other alternative than to remain stunned facing the Israelis capacities, their success to provide rapid relief, and above all, their sacrifice to save their peers. Israel may be a poor country in terms of natural resources, but it is so rich in intelligence and creativity. It struggles to protect its philanthropic nature, its usefulness and its love of life, regardless of the cost and the means required.

 

 

It is a nation that has, through its suffering, won a unique wisdom and a perspective that very few possess. As well, it's a nation that despite its insignificant population numbers remains disproportionately absolute and sovereign in its impact on the entire world.  

 

Disarmingly, I pose a question that no one dares to utter: Amongst the Arab countries, so rich and so numerous, why can't we see them in places where misfortune is in power? They certainly possess the means to assist those poor creatures in distress, such as Islamic finance and wealth?

Is this question ever asked?

 

But, never mind, they may be seen parading in great numbers when the subject is the ineffable victimization of Palestinian people, or the virulent topics are Zionism and the Jew. They never fail to vociferously complain when those subjects are raised. Sarcasm? Possible. But also a truth that no one should ever deafen.

 

Should we pity them or rather scream loudly like those Haitians facing small Israelis' miracles: Israel is wonderful, Good Job Israel….

 

Today, more than ever, I am proud of the Jewish nation and even more so, proud to be a part of it.

 

 

Thérèse Zrihen-Dvir.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Repost 0
7 janvier 2010 4 07 /01 /janvier /2010 06:37




Obama Face à l'Islam Radical, oublieux de son agenda à l’égard de Téhéran  

 

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

 

pour : http://lessakele.over-blog.fr et http://aschkel.over-blog.com

 

 

Qui d'entre nous ne se rappelle encore, il y a moins d’un an, du discours enflammé et conciliant, au point d’en être mielleux, envers l'Islam et les pays islamiques, du nouveau Président des Etats-Unis Barack Obama, au Caire ? Ses paroles messianiques et sa main tendue vers la paix, l'entente et la tolérance, nous avaient attendris au point même de nous tirer quelques larmes.

 

Obama, sur la scène, ressemblait à un Jésus crucifié, qui voulait transmettre et inonder de ses lumières l'audience de toute cette foi et de cet amour qu'il nourrit envers l'Islam et ses adeptes, envers tous les êtres humains sur cette planète. Qui d'entre nous n'a pas, ne fusse qu'un instant, rêvé de l’édification d'un pont solide entre l'Occident et cette vaste partie du monde en effervescence, avant que la réalité omniprésente ne nous ramène sur le sol rocailleux de quelques évidences incontournables sur le rapport à la violence dans la prédication ?

 

J'admets avoir été émue et avoir rêvé, comme Obama, à la possibilité de ce monde pacifié où tout un chacun trouverait naturellement sa place. Je l'avais admiré, toutes mes fibres avaient vibré à travers sa compassion sincère et sa soif indubitable de rapprocher les cœurs. Obama, le rêveur, le pacifiste, le candide, réalise, ces jours-ci, qu'il est bien loin de connaître les rouages compliqués de l'esprit humain, des religions érigées en cause politique, des promesses fallacieuses, du jeu d'échec auquel il est aujourd'hui confronté. En quelques mois à peine, la chute a été vertigineuse et pénible et l'atterrissage encore plus déroutant. Cet homme qui, aujourd’hui encore, exhorte à la "patience" (ou à la passivité?) envers l’Iran nucléaire, à la magnanimité, à l'altruisme, ce prix Nobel de la paix, obtenu à force de s'abstenir d'agir et d’anticiper,  a compris bien tard, qu'il va aussi devoir, malgré lui, revêtir la panoplie du guerrier.

 

Ce n'est plus tout-à-fait ce presque enfant d'hier qui voulait panser les lépreux avec des paroles conciliantes, c'est un homme qui vient à peine de mûrir et qui sort de ses gonds contre ses propres services, un peu trop tard et encore hésitant sur ce qu’il conviendrait de faire pour assurer, ne serait-ce que le minimum de sécurité des aéroports qu’empruntent ses concitoyens. L'Islam radical a établi, entre-temps, ses tentacules dans le monde entier, du Yémen ou d’Afghanistan jusqu’à Détroit (Michigan). Il menace ouvertement la démocratie qu'il cherche à subvertir. Il frappe partout, usant de tous les moyens à sa disposition, et surtout des lois des pays accueillants ou des idéaux de paix des instances internationales, pour répandre le désordre, la menace contre le blasphème ou le droit d’en rire (attentat à la hache contre un caricature danois), la crainte et la mort. Et il réussit!!!

 

La terreur s'est tapie pour mieux s'organiser. Elle sait même parfois se faire oublier pour mieux resurgir. Elle trouve ses partisans dans toutes les couches de la société, du fils de banquier et Ministre (Omar Farouk Abdulmutallab) au balayeur, qu'elle prépare pour le grand jour.

 

Presque pris de panique, l'Europe et les Etats-Unis ferment momentanément leurs représentations diplomatiques des pays gangrénés par la terreur islamique. Les aéroports sont devenus des labyrinthes par lesquels la menace est susceptible de transiter à tout instant et les ingénieurs de la sécurité travaillent d'arrache-pied pour créer des moyens efficaces de détection d'explosifs et repérer le profil de tueurs de masse potentiels.

 

La terreur n’a jamais cessé d’être quotidienne et gagne du terrain. L'Afghanistan grouille de terroristes qui ne cessent d’arracher des vies, au Pakistan et en Inde. L'Iraq est un terrain miné où tout peut à nouveau basculer. Le Yémen, l'Égypte, la Somalie, le Soudan, l'Afrique du Nord, et tant d’autres encore, s’ajoutent, au fur et à mesure, à l’éventail de zones propices pour jeux de massacre…. Que de temps perdu à cause d'un jugement erroné sur la façon de faire rentrer le mauvais génie de l'Islam radical dans le flacon dont il se serait échappé par mégarde! L'Iran, surtout, échafaude sa bombe nucléaire devant un Occident récalcitrant et indécis, qui le menace paresseusement de quelques sanctions, puis se rétracte devant les échéances : hier fixées au 31 décembre, les voilà remises aux calendes grecques. D’ailleurs, on peut se demander, même, si les soudaines prises de conscience liées aux risques encourus durant le vol 253 de la Nordwest Airlines, n’ont pas, aussi, servi à occuper la scène de préoccupations plus immédiates, pour mieux faire oublier un tout autre timing qu’hier pourtant, on jurait mordicus être impératif… Selon Madame Hilary Clinton, il n’est déjà plus question de couper le robinet d’essence raffinée en direction de Téhéran, en dépit des avis et votes presque unanimes du Congrès et du Sénat. Il ne faudrait pas heurter la bonne volonté manifeste de nos interlocuteurs, occupés à faire saigner les crânes de leurs administrés! On ne peut pas, non plus, être au four et à la centrifugeuse!  Jusqu'où la bêtise, la fausse candeur, la fuite des responsabilités de ce que dit la veille avec la dernière sévérité, le « faites ce que je dis, pas ce que je fais »  - voire le : "redonnons d'une main ce qu'on nous a déjà repris de l'autre"?- et la pusillanimité nous mèneront-elles ????

 

Thérèse Zrihen-Dvir.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Repost 0
31 décembre 2009 4 31 /12 /décembre /2009 13:21

2010

 
(soyons fous!)  

Par

 

Thérèse ZRIHEN-DVIR

pour : http://lessakele.over-blog.fr et http://aschkel.over-blog.com

 

 

Les illustrations sont tirées du site :  http://www.modia.org/

 

La nouvelle année se profile juste au tournant. Elle resplendit comme une jeune déesse qui sort de son coquillage, sur une plage encore déserte, caressée par ces vagues qui l'ont bercée jusqu'à l'heure de son réveil. Elle possède la nacre d'une perle fine et sa blancheur moirée scintille timidement comme si elle voulait défier les brumes d'une nouvelle aube. Elle garde encore ses yeux mi-clos et esquisse un sourire prometteur ou moqueur devant nos espoirs illimités.

Plus bas, dans l'ombre, sur cette même plage, agonise l'année passée, couverte de son triste linceul, attendant que l'ange de la mort vienne moissonner sa vie. Oh, comme elle est hideuse et vieille, et combien son fardeau d'amertume, de douleurs, de tristesse, est lourd!

 
 

L'être humain nourrit toujours le vain espoir d'un meilleur lendemain et tout comme lui, tous les peuples sur cette planète font converger leurs regards vers les cieux, dans la foi que cette rosée fraîche du nouvel an, vienne effacer toutes leurs peines de l'année passée.

Si seulement, avait dit le poète, les hommes voulaient bien se donner la main, ils formeraient une ronde autour du monde….

Si au lieu de planter des graines de haine, on les changeait contre celles de la compassion, de l'amour et de la tolérance, ce lendemain plein d'espoir et de joie ne serait plus un rêve mais une réalité. Et les peuples qui, hier encore, aiguisaient leurs armes pour s'entretuer, deviendraient des frères devant un ennemi plus imposant, celui qui ne connaît ni la religion, ni la race, ni la couleur, ni les frontières, comme la famine, les épidémies et les coups du sort.

 

Je veux tant croire que les êtres humains soient, en cette nouvelle année, capable de faire l'effort nécessaire pour traverser ces ponts qui nous séparent, pour étouffer et tuer dans l'œuf tous ces instincts bestiaux et démoniaques qui les poussent à se détruire.

En cette veille de nouvel an, je rêve d'un Palestinien et d'un Israélien vivant l'un aux côtés de l'autre, sans plus de place pour une haine stérile et pour des desseins vils.

 

J’aspire à un monde harmonieux, à des cœurs plus aimants, à des êtres humains qui verraient dans tous les habitants de cette planète leurs semblables, aux droits légitimes analogues.

Rêveuse!!! Bien sûr, mais que deviendrait le monde sans espoir, sans rêves, sans ces contes et cette fiction qui jalonnent notre vie de son insensé ravissant, de ses miracles, de son bonheur même s'il n'est souvent qu'une utopie.

 

Permettons-nous cette escapade folle vers cet univers radieux et séduisant que cette nouvelle année, qui nous sourit tendrement, déploie à notre horizon.

 

BONNE ANNÉE

 

Thérèse Zrihen-Dvir.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis