Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 juin 2013 5 21 /06 /juin /2013 07:25

 

 

"Nous voulons aider d’autres personnes et au nom de Shiri, nous voulons aider tous les gens qui n’ont pas eu la chance de la connaître". Voici une brève vidéo qui parle de cette lumineuse jeune fille israélienne assassinée par un de ces terroristes sanguinaires croyant rejoindre le paradis, shahids, "martyrs", encensés par l’expo-photo du musée français du Jeu de Paume !



Délit d’apologie

Loi du 29-7-1881, a. 24 : Seront punis de cinq ans d’emprison–nement et de 45.000 € d’amende ceux qui … auront fait l’apologie des actes de terrorisme prévus par le T.II, L.IV, C.pén.

Recel de malfaiteur

C.pén. a. 434-6 : Le fait de fournir à la personne auteur ou complice d’un acte de terrorisme puni d’au moins dix ans d’emprisonnement un logement, un lieu de retraite, des subsides, des moyens d’existence ou tout autre moyen de se soustraire aux recherches ou à l’arrestation est puni de 3 ans d’emprisonnement et de 45.000 € d’amende …

Recel de chose

Voir a. 421-1 5° C.pén., rapporté ci-contre

Délit de blanchiment

Voir art. 421-1 6° C.pén., rapporté ci-contre

 

"L'artiste", que certains prétendent "Palestinienne de Haïfa", niant sa propre nationalité, dit vouloir travailler sur la "représentation" des "absents" appelés "Martyrs". Mais, puisqu'elle ne fait jamais la moindre référence à la "représentation" (inmontrable et indicible) des victimes, elle participe des meurtres, une deuxième fois, et incite le public à ne jamais voir qu'un seul côtéde la "représentation" : celle, idéologique, du culte du massacre et du démocide, qui serait toujours "justifié" ou compréhensible, tant et puisqu'il s'agit de Juifs.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 22:07

 

Attaque de Sarcelles : deux militaires arrêtés

 

 

Par Cécile Bouanchaud et Alain Acco

Publié le 20 juin 2013 à 07h56 Mis à jour le 20 juin 2013 à 19h42

 

 

 

 

http://www.europe1.fr/Faits-divers/Attaque-de-Sarcelles-deux-militaires-arretes-1557935/

 

 

Terrorisme : un 12e suspect arrêté à Cannes

Lors du coup de filet anti-terroriste à Strasbourg. © REUTERS

 

 

INFO E1 - Dans le cadre de l'enquête sur l'attaque de Sarcelles en 2012, deux militaires ont été arrêtés lors d'un coup de filet antiterroriste.


L'enquête sur l'attentat à la grenade d'une épicerie casher à Sarcelles le 19 septembre apporte son lot de révélations. Selon les informations d'Europe 1, deux militaires ont été arrêtés lundi lors d'un coup de filet anti-terroriste, où cinq personnes ont été arrêtées au total. Les deux militaires de la base navale de Toulon sont accusés de vol de matériel militaire, au moins un gilet pare-balle et un casque lourd. Des révélations qui interviennent alors que le ministre de la Défense, Jean Yves Le Drian, est attendu jeudi à Toulon et à Hyères, pour parler du tout nouveau Livre blanc de la Défense.


Élément troublant : le frère d'un des suspects est un djihadiste qui combat en Syrie aux côtés des islamistes anti-Bachar El-Assad. Sa garde à vue a été prolongée jusqu'à jeudi, les enquêteurs cherchent notamment à savoir les motifs des vols. L'autre suspect a, quant à lui, été relâché et devrait être renvoyé de l'armée.

 

Sarcelles, point de départ de l'enquête. Dans cette affaire, tout commence par l'attaque à la grenade d'une épicerie juive à Sarcelles le 19 septembre 2012. A la suite de cet attentat, la police avait démantelé une cellule islamiste composée de personnes ayant pour certaines d'entre elles le profil de délinquant convertis à "l'islam radical", indiquait en octobre dernier le procureur de la République de Paris.

 

Strasbourg : il voulait mourir en "martyr"

Un homme a été tué par la police samedi en France et une dizaine d'autres ont été interpellés dans le cadre d'une opération policière visant les milieux salafistes © MAXPPP


L'un de ses membres, Jérémy Sydney avait par ailleurs été tué à Strasbourg durant l'assaut de son appartement. Les autres suspects avaient été interpellés entre le 19 septembre et le 14 octobre à Torcy, en Seine-et-Marne et à Cannes, dans les Alpes-Maritimes. Au total, dix personnes ont été mises en examen dans cette enquête et sept d'entre elles sont toujours écrouées. Lors des perquisitions, les enquêteurs avaient notamment retrouvés quatre testaments de candidats au jihad.


>> A lire - "Une cellule d'une extrême dangerosité"


Un suspect surveillé de près par l'armée. *

 

C'est en enquêtant sur l'entourage de l'un d'entre eux - probablement parti en Syrie rejoindre les islamistes qui combattent Bachar El-Assad - que les policiers anti-terroristes ont découvert que son frère était militaire à Toulon. Entré dans la marine il y a quatre ans, le jeune homme en fin de contrat s'apprêtait à quitter l'armée en juillet prochain pour se reconvertir dans la sécurité privée.


Si les vérifications réalisées ces derniers mois n'ont pas permis de trouver le lien avec les islamistes arrêtés l'an dernier, il a tout de même été placé sous surveillance par précaution. Une surveillance discrète qui a permis de découvrir que le jeune homme âgé de 23 ans avait acheté du matériel militaire volé par un fusilier marin, en poste lui aussi à Toulon.


Question autour de l'utilité des armes volées.

 

Les deux hommes ont donc été interpellés lundi par la DCRI (Direction centrale du Renseignement intérieur) et la SDAT (Sous-direction anti-terroriste), avec la collaboration des services secrets de l'armée, la DPSD (Direction de la Protection et le Sécurité de la Défense).


Le fusilier marin a été remis en liberté mercredi soir après deux jours de garde à vue. C'est la gendarmerie maritime qui va reprendre l'affaire et l'homme devrait être renvoyé de l'armée. De son côté, l'autre suspect est toujours en garde à vue dans un cadre anti-terroriste. Les enquêteurs cherchent notamment à savoir si le matériel qu'il s'était procuré était destiné à sa reconversion dans la sécurité privée ou à alimenter un réseau terroriste.

Partager cet article
Repost0
20 juin 2013 4 20 /06 /juin /2013 11:26

 

 

bostonTsarnayev brothers. captured killed19.4.13 (Copier)

 

MEMRI Middle East Media Research Institute 

 

Publication spéciale n° 239

 

11e numéro du magazine Inspire d’AQPA :

Glorification des attentats de Boston et promesse de nouveaux attentats

 

Les rapports suivants sont gracieusement offerts par le Jihad and Terrorism Threat Monitor de MEMRI (JTTM). Pour s’abonner au JTTM, cliquez ici.


Pour obtenir ces rapports dans leur intégralité, veuillez envoyer un e-mail en indiquant le titre du rapport souhaité dans la ligne d´objet à
media@memri.org. Prière d’inclure votre nom, votre titre et le nom de l’organisation. 


Le 30 mai 2013, les partisans du djihad sur Twitter mettaient en ligne le onzième numéro d´Inspire, le magazine djihadiste en langue anglaise d’Al-Qaïda dans la péninsule arabique (AQPA). Dans cette édition, qui comprend des menaces au peuple américain proférées par le commandant militaire du groupe, Qassem Al-Rimi, AQPA se sert des attaques de Boston et de Londres comme tremplin pour inciter à de nouveaux attentats.


Pour la première fois, un lien vers ce dernier numéro a été publié via Twitter - contrairement aux précédents, relayés sur des forums djihadistes affiliés à Al-Qaïda. Le premier lien téléchargeable a été publié sur un compte Twitter appartenant à « Muhammad Al-Shammary », qui affirme avoir reçu un e-mail contenant le numéro en anglais et en arabe. Al-Shammary, alias @muhammad115599, dont on ne sait pas grand chose, divulgue également le mot de passe pour ouvrir le lien. Avant les tweets d’Al-Shammary, le journaliste yéménite Abd Al-Razzaq Al-Jamal, affilié au groupe, avait posté des liens vers les deux versions du magazine, liens qui s’étaient avérés invalides. Al-Jamal, le premier à annoncer la publication du magazine, a publié des extraits et des photos de la dernière édition sur sa page Facebook. Il a attribué ses tentatives infructueuses d’afficher l’intégralité du magazine à des pannes de courant au Yémen, où il réside.


La taille relativement réduite du numéro par rapport aux précédents, ainsi que la traduction et l’édition bâclées, indiquent qu’AQPA n´a pas trouvé de remplaçant adéquat aux fondateurs du magazine : Anwar Al-Awlaki, imam d´origine américaine, et Samir Khan, Américain également.


La plupart des articles de ce numéro portent sur l’attentat de Boston. Les éditeurs d’Inspire s’accordent le mérite d’avoir fourni aux auteurs la motivation et le savoir-faire opérationnel pour mener à bien l’attaque. Plus important encore, AQPA utilise ce numéro pour inciter les musulmans occidentaux à perpétrer des attaques similaires, en prenant exemple sur les frères Tsarnaev et les attaquants Woolwich. Ainsi, importante composante du numéro : un message du commandant militaire d´AQPA, Qassem Al-Rimi, avertissant le peuple américain de la poursuite de telles opérations, que leur gouvernement serait dans l’incapacité d’endiguer.


Ci-dessous les premiers rapports de MEMRI en anglais sur le 11e numéro d’Inspire :

 

 

 

 

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

 

Pour consulter l’intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d’accès, visiter le site www.memri.org/french.

 

Alpha

האם התרגום הזה טוב יותר מהתרגום המקורי?

כן, שלח את התרגום

אנו מודים לך על התרגום ששלחת.

 

שימוש לדוגמה ב-"":

תורגם באופן אוטומטי על ידי Google

מילון

 

Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 17:40

 

 

Actes de décapitation par des musulmans en Occident

par Daniel Pipes
23 mai 2013

http://fr.danielpipes.org/blog/2013/05/decapitation-musulmans-occident

Version originale anglaise: Muslim Acts of Beheading in the West
Adaptation française: Johan Bourlard

Soyez le premier de vos amis à indiquer que vous aimez ça.

Le meurtre cruel perpétré hier [22 mai] dans la banlieue de Londres contre un soldat par Michael Adebolajo, un converti à l'islam, rappelle que l'égorgement et la décapitation sont des formes d'exécution approuvées par l'islam. Cela arrive très souvent pour des crimes perpétrés dans un cadre familial. Pensons, par exemple, au cas de Aasiya Hassan qui, en 2009 dans la banlieue de Buffalo (État de New York), a été poignardée par son mari ; celui-ci, au moyen de deux couteaux de chasse, lui a porté plus de quarante coups au visage, au dos et à la poitrine avant de la décapiter. Mais cette forme de violence monstrueuse se rencontre aussi hors de tout cadre familial. Parmi ces crimes perpétrés durant la dernière décennie en Occident, on peut noter, dans l'ordre chronologique :

En outre, Ibragim Todashev, qui a été tué par balles hier [22 mai] alors qu'il était interrogé sur les meurtres de Waltham, se serait emparé d'un couteau pour poignarder un agent de police à plusieurs reprises, y compris dans la tête, peut-être en essayant d'atteindre la nuque. En tout cas, la menace était telle que les agents de police usèrent d'une force meurtrière, tuant Todashev sur le coup.

Cette liste (à mettre à jour, si nécessaire) n'est qu'une partie de l'histoire : d'autres crimes propres aux musulmans et qui ont lieu dans les pays occidentaux incluent les crimes d'honneur, les mutilations génitales féminines et le maintien de l'esclavage. Tout cela fait malheureusement partie de l'apport de l'islam aux pays d'immigration.

Postscriptum. Cette analyse ne concerne pas : (1) Les assassinats d'Occidentaux comme Daniel Pearl, Nick Berg et d'autres, commis ailleurs qu'en Occident, notamment au Pakistan et en Irak. (2) Meir Kahane, Rashad Khalifa et d'autres personnes éminentes assassinées en Occident mais sans avoir subi la décapitation ; Theo Van Gogh étant par ailleurs la seule personne répertoriée à la fois dans cet article et dans « Les assassinats islamistes en Occident » (23 mai 2013).

Thèmes connexes:  Islam militant, Musulmans en Occident Il est permis de reposter ou de faire suivre ce texte pour autant qu'il soit présenté dans son intégralité et accompagné de toutes les informations fournies à propos de son auteur, de sa date et son lieu de publication et de son URL originale.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 11:36

 

http://www.lorientlejour.com

Les shebab revendiquent une attaque en cours contre l'ONU à Mogadiscio
 
AFP | 19/06/2013 | 12h24


Les insurgés islamistes somaliens shebab ont annoncé mercredi avoir lancé une attaque contre le principal complexe de l'ONU à Mogadiscio, près duquel une explosion et des tirs ont été entendus, affirmant avoir pénétré à l'intérieur.

"Nos commandos ont attaqué le complexe de l'ONU (...) nous avons déclenché une explosion et sommes entrés dans le complexe, où nous affrontons actuellement les forces infidèles", a déclaré par téléphone un haut responsable shebab à l'AFP.

Partager cet article
Repost0
19 juin 2013 3 19 /06 /juin /2013 11:14

 

 

Mali : accord signé entre le pouvoir et les rebelles touareg
mardi 18 juin 2013 - 23h18
Logo MédiArabe.Info

Le pouvoir malien et les rebelles touareg occupant Kidal, dans le nord du Mali, ont signé mardi à Ouagadougou un accord en vue de permettre la tenue de la présidentielle du 28 juillet, a constaté un journaliste de l’AFP.


Le texte, baptisé « Accord préliminaire à l’élection présidentielle et aux pourparlers inclusifs de paix au Mali », a été signé, pour Bamako, par le ministre malien de l’Administration territoriale, le colonel Moussa Sinko Coulibaly, et par Bilal Ag Acherif et Algabass Ag Intalla au nom des deux groupes touareg, le Mouvement national de libération de l’Azawad (MNLA) et le Haut conseil pour l’unité de l’Azawad (HCUA).


Le président burkinabè Blaise Compaoré, médiateur qui avait lancé ces difficiles négociations le 8 juin, a également signé le texte.


L’accord prévoit un retour de l’armée malienne à Kidal et un cantonnement des combattants touareg sur des sites de regroupement.


Le désarmement des éléments des groupes touareg ne doit intervenir qu’une fois signé un accord "global et définitif de paix" entre les nouvelles autorités installées après la présidentielle, d’une part, et les communautés et groupes armés du Nord, d’autre part.


Le retour des soldats maliens et le cantonnement des combattants MNLA-HCUA seront accompagnés par la future mission onusienne Minusma, qui absorbera à partir de juillet la force africaine (Misma) déjà sur place, et par l’opération française Serval.


Les mouvements armés touareg se sont installés fin janvier à Kidal à la faveur de l’intervention militaire française contre les groupes islamistes armés liés à Al-Qaïda. Les jihadistes avaient pris en 2012 le contrôle du nord du Mali, s’alliant d’abord au MNLA qui avait lancé l’offensive, avant d’évincer ce mouvement dans la région. (La-Croix).

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 23:26

 

 

 

 

 

L'armée syrienne est amère envers les "traîtres" du Hamas, qui combattent, aux côtés des rebelles pour le renversement d'Assad. Ici, le commentaire signale le portrait visible du Cheikh Ahmed Yacine, porté par l'un des combattants tués par l'armée, ainsi que l'emblème du Hamas, sur les papiers qu'ils portaient sur eux, dont le libellé est on ne peut plus clair : il appelle au "Jihad contre le Régime Assad".

 

"Après avoir reçu le soutien du Président Assad, voilà comment ils nous trahissent!" se lamente le commentaire.

 

Les membres du groupe terroriste palestinien affluent par le passage de Rafah, via la Turquie, puis s'infiltrent en Syrie. Ils enseignent leurs techniques, dans la pose de bombes, le piégeage des maisons ou le creusement de tunnels aux rebelles, depuis Yarmouk. Ils sont aussi très présents au Liban, autour de Saïda et Sidon et du camp d'Ein el-Hilweh, certains étant prêts à rejoindre le camp du Cheikh sunnite Ahmad al-Assir, dans sa confrontation libano-libanaise, mais aussi en Syrie, contre le Hezbollah.

 

Cette entrée de plain-pied du Hamas dans le conflit syrien date d'il y a plus d'un an. L'un des leaders du groupe présent en Syrie, était Mohammad Qneita, un des chefs de la branche armée Ezz-Al-Din al Qassam, tué en décembre 2012, dans la tentative de prise de l'aéroport militaire d'Idlib, aux côtés de "l'Armée Syrienne Libre". Il se faisait, alors, passer pour un membre du Front al-Nusra, sans doute, en cas de capture et pour ne pas ébruiter son identité "Hamas".

 

Cette vidéo, qui a circulé sur des sites islamistes (ici, le site yéménite : http://www.ye1.org/vb/showthread.php?t=705762 ), montre la présence d'Ismaïl Haniyeh, le "Premier Ministre" de Gaza, qui lui rend hommage lors de ses funérailles, avec de nombreux clichés le représentant à l'entraînement, honoré en héros des Palestiniens, éliminé par l'armée d'Assad.

 

Cette reconnaissance, de la part du leadership de Gaza, démontre le caractère artificiel d'une opposition nette entre ceux de Gaza, qui resteraient "fidèles" à l'Iran (et donc, éviteraient de se confonter à Assad) et ceux du Qatar, autour de Khaled Mesha'al. La promesse de 400 millions de $, de la part de l'Emir qatari, explique bien des choses, quant au caractère foncièrement "mercenaire" de cette prétendue "cause nationale", à l'instar ou symétrique inverse du Hezbollah, milice iranienne.

 

En réalité, le Hamas est impliqué, de la tête (serait-elle bicéphale) aux pieds dans le bourbier syrien. De quoi distraire Sarah Palin, depuis ses glaces d'Alaska : http://www.lessakele.com/article-s-palin-tance-vertement-l-absence-de-commander-in-chief-aux-gouvernes-des-usa-118537746.html

 

 

 

Vidéo à la gloire de Mohammad Qneita, circulant sur les sites islamistes et à Gaza.

 

Compilation : Marc Brzustowski. Source :

 Hanin Ghaddar, Now-Lebanon : Le conflit Hezbollah-Hamas empire. https://now.mmedia.me/lb/en/commentaryanalysis/the-hamas--hezbollah-conflict-worsens

 

T

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 20:09

 

Les autorités nigérianes devant la cache d'armes saisie à Kano, le 30 mai 2013 / REUTERS

Les autorités nigérianes devant la cache d'armes saisie à Kano, le 30 mai 2013 / REUTERS

 

 

http://www.slateafrique.com/

Le mouvement libanais est en train de faire du continent une véritable base arrière.

 

 

 

Le mouvement libanais du Hezbollah est présent en Syrie et travaille de concert avec l’Iran. Mais ce qui est moins connu, c’est que l’organisation terroriste gagne sans cesse du terrain en Afrique. L’universitaire israélien Ely Karmon revient sur les enjeux de cette présence indésirable, dans une interview publiée par RFI.

 

L’expert explique que depuis plusieurs années, des incidents se multiplient en Afrique de l’Ouest, prouvant l’existence de cellules du Hezbollah sur le territoire africain. Il cite le crash d’avion de Cotonou en 2003: parmi les tués, un membre du Hezbollah, qui transportait 2 millions de dollars en espèces, une somme fournie par des communautés libanaises de Côte d’Ivoire et de Sierra Leone en soutien au Hezbollah. Le chercheur indique qu’ils sont plusieurs notables libanais bien implantés dans divers pays d’Afrique de l’Ouest à financer les infrastructures du groupe chiite.

 

Le chercheur ajoute que le département de la justice américaine vient de publier une liste de quatre noms mettant en cause quatre représentants du Hezbollah implantés en Afrique de l’Ouest (Sénégal, Gambie, Côte d'ivoire, Sierra leone).

 

Ely Karmon donne un autre exemple, plus récent: le 30 mai 2013, une cellule du Hezbollah est démantelée par les autorités nigérianes dans l’Etat de Kano et trois ressortissants libanais sont arrêtés par les forces de l’ordre. Selon l'universitaire, le chef chiite nigérian cheikh Zakzaky, très influent dans la région de Kano, pourrait être mis en cause dans cette affaire, bien que les autorités nigérianes n’aient pas encore évoqué cette connexion.

 

D’après l’universitaire, cette activité du Hezbollah en Afrique répond à plusieurs nécessités. Elle sert à «contourner les sanctions que les Etats-Unis et la communauté européenne ont décidé contre les intérêts économiques de l’Iran». Pour le chercheur, le Hezbollah tente de «déstabiliser» les pays pro-américains et «radicaliser» les Etats anti-américains, dans le but de mener des actions contre les gouvernements du bloc occidental, «c’est à dire Israël, les Etats-Unis et peut-être même l’Europe».

 

Lu sur RFI

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 20:08

 

 


Que vise le Hezbollah en Afrique ?
Les autorités nigérianes ont affirmé avoir découvert une «cellule» du Hezbollah dans une maison à Kano au nord du Nigeria, le 30 mai 2013.
Les autorités nigérianes ont affirmé avoir découvert une «cellule» du Hezbollah dans une maison à Kano au nord du Nigeria, le 30 mai 2013.
REUTERS/Stringer

Par Christophe Boisbouvier

http://www.rfi.fr/afrique/20130613-ely-karmon-hezbollah-afrique-nigeria-iran

 


On parle beaucoup du Hezbollah en Syrie. Moins en Afrique. Pourtant, le Nigeria affirme avoir démantelé, le 30 mai dernier, une cellule du mouvement libanais dans l'Etat de Kano. Trois Libanais ont été arrêtés et une cache d'armes découverte. Que vise le Hezbollah en Afrique ? L'Iran est-il derrière ? L'universitaire israélien Ely Karmon est chercheur au Centre interdisciplinaire, à Herzliya, près de Tel-Aviv. Il répond aux questions de Christophe Boisbouvier pour RFI.

 

RFI : Quand les autorités nigérianes disent qu’elles ont démantelé une cellule du Hezbollah à Kano, est-ce que c’est sérieux ou pas ?


Ely Karmon : C’est très sérieux. Ce n’est pas la première fois qu’on a rencontré des terroristes iraniens ou du Hezbollah en territoire nigérian. Et ça, c’est parti de la campagne que l’Iran et le Hezbollah mènent depuis trois, quatre ans contre Israël, mais aussi contre des objectifs américains et peut-être occidentaux, partout dans le monde. Mais peut-être plus spécifiquement en Afrique et en Asie du sud-ouest.

 

Selon les autorités d’Abuja, trois commerçants libanais ont été arrêtés, un quatrième est en fuite. Chez l’un d’eux aurait été découverte une cache d’armes avec des lance-roquettes. Les suspects sont donc des notables qui étaient installés au Nigeria depuis plusieurs années. Quel intérêt ont-ils à se lancer dans des activités terroristes ?

 

Mais justement, l’activité du Hezbollah se base sur des colonies ou sur des communautés libanaises chiites qui se trouvent à l’étranger, surtout en Amérique Latine et en Afrique de l’Ouest, pour d’un côté occulter des gens qui participent au travail opérationnel, et de l’autre côté obtenir les fonds nécessaires, les millions de dollars qui sont ensuite transmis au Hezbollah, au Liban, pour son infrastructure militaire, mais aussi sociale et religieuse.


C'est-à-dire que beaucoup de ces notables paient une sorte d’impôt révolutionnaire pour le Hezbollah ?


Non, je crois qu’il y en a beaucoup qui acceptent, qui sont même membres du Hezbollah, mais il n’y a pas de doute que certains commerçants doivent payer cet impôt, sous pression, sur place ou au Liban, contre leur famille.


Est-ce qu’il y a des preuves de cela ?


Ah oui ! Il y a beaucoup de preuves ! Par exemple, il y a eu un accident d’avion au Bénin, en Afrique…


Oui, c’est le crash de Cotonou en 2003...


Oui, justement. Et on a trouvé un membre du Hezbollah qui avait en sa possession deux millions de dollars en cash, pour être transmis justement au Hezbollah au Liban, et qui étaient en fait des paiements des diverses communautés en Afrique de l’Ouest, surtout de Côte d’Ivoire, et aussi de Sierra Leone, où il y a des marchés de diamants illégaux.


Et je crois que deux riches commerçants libanais d’Afrique de l’Ouest sont dans le collimateur du trésor américain. C’est ça ?


Il y en a plus. Justement, il y a deux jours que les Etats-Unis, le département de la Justice a publié une liste de quatre noms, des représentants du Hezbollah en Sierra Leone, en Côte d’Ivoire, au Sénégal et en Gambie. Ces gens-là sont responsables pour le Hezbollah.


Depuis vingt-cinq ans, un chef religieux nigérian, cheikh Zakzaky, anime un mouvement chiite très influent à Kano et à Zaria. Est-ce qu’il peut être derrière la cellule qui vient d’être démantelée le 30 mai dernier ?


Pour le moment, les autorités nigérianes ne disent pas s’ils font la connexion. Mais le chef, le cheikh Zakzaky est allé étudier à Qom en Iran, alors il s’est converti au chiisme. J’ai des photos où il y a une milice en uniforme, de ces gens-là. Toutes les femmes sont habillées tout en noir, avec les drapeaux du Hezbollah, avec les portraits de Nasrallah, de l'ayatollah Khamenei.


On connaît les liens entre le Hezbollah et l’Iran. Est-ce que ces deux partenaires agissent de concert ou séparément en Afrique de l’Ouest ?


Ils agissent partout. Pas seulement en Afrique de l’Ouest, en symbiose complète. Il y a trois éléments qui font ce travail de terrorisme et de sabotage à l’extérieur. D’abord, ce sont les forces al-Qods, les pasdarans, des gardes révolutionnaires islamiques. Il y a aussi le ministère de l’intelligence iranien, qui s’occupe surtout d’assassiner des opposants à l’extérieur, et il y a le Hezbollah.


Les unités al-Qods, ce sont donc les unités des gardiens de la Révolution basées à Téhéran. En octobre 2010, un bateau iranien, chargé d’armes à destination de la Gambie et des maquis casamançais, a été arraisonné à Lagos, au Nigeria. Du coup, Dakar a rompu avec Téhéran. Pourquoi les Iraniens peuvent-ils commettre de telles gaffes, au risque de perdre leur position diplomatique sur le continent africain ?


Mais rien n’empêche les Iraniens de faire ce genre d’opération, quand ils pensent que c’est nécessaire pour leurs actions. Quelquefois, ils font des gaffes, comme vous dites, parce qu’ils avaient des relations extrêmement cordiales, tant avec le Sénégal qu'avec la Gambie.


Est-ce que ça veut dire qu’il y a plusieurs centres de pouvoir à Téhéran et qu’ils ont des politiques contradictoires ?


Non. En général, les décisions les plus importantes sont prises, justement, au sommet. Cela inclut le président, le Guide suprême Khamenei.


 

L'ayatollah Khamenei?

 

 

 

 

 

Oui. Par exemple, le fait qu’ils ont tenté, il y a presque deux ans, d’assassiner l’ambassadeur saoudien à Washington, ça a été une surprise que Téhéran ait décidé une telle opération. Mais je crois que ce qui les a convaincus de tenter cette opération, c’est qu’ils avaient recruté des gens du cartel Zetas qui est l’un des plus importants cartels mexicains de trafiquants de stupéfiants, en pensant probablement qu’ils ne seront pas découverts.


Donc l’occasion était trop belle ?


Oui, ils ont pensé que ce serait une bonne idée de le faire, sous couverture des cartels mexicains.


Dans le bras de fer actuel entre l’Iran et l’Occident, sur la bombe, qu’est-ce que les Iraniens attendent de l’Afrique ?


Je crois que l’activité en Afrique est surtout pour se préparer en cas de nécessité, d’être actif en cas de crise. Par exemple, les militaires avec les Etats-Unis ou avec Israël, ou peut-être même avec une coalition européenne, de faire des actions contre les Etats impliqués c'est-à-dire Israël, les Etats-Unis et peut-être même l’Europe. Et aussi pour contourner les sanctions que les Etats-Unis et la Communauté européenne ont décidé contre les intérêts économiques de l’Iran. Et cela leur permet de tenter de déstabiliser des pays qui sont pro-américains, ou de radicaliser des pays qui sont anti-américains. En Afrique, clairement, ils avaient une base exceptionnelle au Sénégal. Mais ils ont gâché cela avec l’action à travers le Nigeria.

Partager cet article
Repost0
18 juin 2013 2 18 /06 /juin /2013 20:01

 

 

Colosses de Memnon, Louxor, 3 décembre 2010. REUTERS/Asmaa Waguih

Colosses de Memnon, Louxor, 3 décembre 2010. REUTERS/Asmaa Waguih

 

 

 

La nomination d'un gouverneur issu de ce groupe islamiste a provoqué de nombreuses réactions en Egypte.

 

http://www.slateafrique.com

 

Ce dimanche 16 juin, le spectre de l'été 1998 a refait surface: une saison ruinée par l'attentat le plus meurtrier qu' ait connu l'Egypte.


Le 17 novembre 1997, dans l'ancienne Thèbes, 68 touristes trouvaient la mort. L'attentat de Louxor est inscrit dans les mémoires. Pourquoi ce drame a-t-il refait surface ce week-end? Un nom: Adel Asaad El-Khayat. Un groupe: la Jamaa al-islamiya.


Dans la liste des 17 gouverneurs nommés par le président islamiste Mohamed Morsi, un nom attire l'attention des Egyptiens et des libéraux, celui de Adel Asaad El-Khayat, gouverneur de Louxor et membre de la Jamaa al-islamiya. Une branche de ce groupe avait été à l'origine de la tuerie de Louxor en 1997. Depuis 2003, le groupe a renoncé à la violence et rejoint le processus politique depuis 2011.

Salafisme et tourisme

Malgré leur entrée en politique, certains craignent que la base, jugée plus conservatrice, ne s'accomode pas de l'ouverture touristique d'une région comme Louxor. Visitée par des millions de touristes chaque année, la vallée des rois est l'une des attractions les plus prisées des étrangers. Short, alcool, bains de soleil et mixité ne doivent donc pas être remis en question.


Si Adel Asaad El-Khayat n'a pas encore fait savoir les lignes de sa politique, sa nomination à Louxor a déjà été jugé audacieuse, voire très symbolique par de nombreux observateurs. Hormis en Haute-Egypte, l'homme n'est pas inconnu. Après l'assassinat d'Anouar al-Sadate, il avait été arrêté par la police égyptienne, au même titre que ses camarades de la Jamaa al-islamiya.


Outre le rapport aux touristes étrangers, la nomination d'Adel Asaad El-Khayat surprend car les salafistes ne sont pas connus pour être des amoureux de la culture antique, pré-islamique. Les temples, les dieux et les reliques relèvent, selon eux, de la culture païenne. Il n'est pas rare que des prédicateurs salafistes se lancent dans des diatribes musclées contre ces vestiges de l'Egypte antique tant adulés des touristes étrangers.

 

Lu sur Al-Ahram, New York Times, Libération

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis