Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
30 juillet 2011 6 30 /07 /juillet /2011 22:51
Samir Kuntar blessé à Beyrouth  

 

Un site internet libanais cite des résidents du bastion du Hezbollah qui affirment que l’archi-terroriste aurait été blessé dans l’explosion.

 

 

 

Roee Nahmias

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-4101980,00.html


Publié le: 

.30.07.11, 13:25 / Israël News

 

 

 

 

Le site internet “Dossiers libanais” a rapporté, ce samedi 30 juillet que des résidents du bastion du Hezbollah dans le sud de Beyrouth affirment que Samir Kuntar, un terroriste lebéré par Israël, il y a trois ans, a été blessé dans une explosion dans un des immeubles touchés.

 

Ce site internet marginal a concédé que ces témoignages pouvaient ne pas être justes et que son reportage se fondait sur les rumeurs qui ont cours dans la banlieue de Dahiyeh.

 

 

En supplément, le reportage cite d’autres témoins affirmant qu’on a retrouvé le corps d’une personne décédée dans l’un des logements. Une source du Hezbollah, de son côté, a raconté au site que l’explosion était due à l’explosion d’une bonbonne de gaz.

 

Selon le journal libanais al-Nahar, l’explosion est survenue vendredi soir dans le sud de Beyrouth. Des sources ont déclaré au journal que ce n’étit pas la conséquence d’une explosion de réserve de gaz, mais plutôt « d’un engin explosif ou d’une grenade à main ».

 

Le Hezbollah a été prompt à boucler toute la zone, ajoute le reportage. L’explosion est apparemment survenue au dixième étage d’un immeuble près de la mosquée centrale fréquentée par le groupe chi’ite.

 

Les forces de police ont été maintenues à l’extérieur de la zone concernée par les gardes armés du Hezbollah, mais le papier a appris qu’une personne avait bien été tuée dans l’explosion.

 

Les sources du journal, cependant, ont rejeté l’idée que le logement était utilisé pour le stockage d’armements, et ont expliqué qu’il s’agissait plus probablement d’un engin explosif ou d’une grenade à main « déclenchée par accident ». Le Hezbollah a préféré garder le silence sur cette affaire.

 

Samir Kuntar faisait partie d’une cellule de quatre terroristes qui était entrée en Israël, le 22 avril 1979. Elle est parvenue sur la plage de Nahariyah et a fait feu sur un croiseur de la police, tuant Eliyahou Shahar.

Juste après, ces homes ont pénétré au domicile de Danny et Smadar Haran, pour kidnapper Danny et sa fille, Einat, âgée de quatre ans, alors que Smadar et une autre de ses filles, Yaël, parvenaient à se cacher.

 Les Terroristes avaient ramené les Haran vers la plage, où des affrontements s’en sont suivis avec la police et les soldats de Tsahal. Deux terroristes ont été tués, mais Kuntar avait réussi à assassiner Danny et Einat, avant d’être arrêté. Yaël Haran a été étouffée et tuée, tandis que Smadar tentait de lui faire garder son calme, mais n’était pas parvenue à la retenir. 

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 18:41

 

 

Breivik et les démocrates-totalitaires


Adaptation française de Sentinelle 5771 ©


Il y en a qui cherchent à réduire au silence les penseurs conservateurs en établissant une liaison criminelle entre nos écrits et les actes d’un terroriste.


     

    

Vendredi dernier au matin, Anders Breivik a surgi sur la scène internationale après avoir exécuté un acte de terrorisme monstrueux contre ses compatriotes norvégiens. Breivik a fait sauter à la bombe les bureaux abritant le gouvernement norvégien dans l’intention d’assassiner ses chefs. Puis il se déplaça vers l’île d’Utoeya et abattit un grand nombre de jeunes gens participant à un programme d’été parrainé par le Parti au pouvoir en Norvège.

Au total vendredi dernier, Breivik assassina 76 personnes. La plupart était des adolescents.


Bien qu’il ait confessé ses crimes, il demeure encore d’importantes questions sans réponse. Par exemple, nous ne savons pas encore s’il a agi seul. Breivik proclame qu’il existe de nombreuses cellules de ses camarades terroristes prêts à l’attaque. Mais jusqu’à présent, personne n’a trouvé de preuve pour soutenir ses dires. Nous ne savons toujours pas non plus si – avec toute sa bravade – Breivik a agi de sa propre initiative ou pour d’autres.

Trouver les réponses à ces questions et aux autres est une affaire de la plus haute urgence. Car si de fait Breivik n’est pas un loup solitaire, alors il existe un danger extrême que des attaques supplémentaires, peut-être déjà planifiées, soient réalisées dans un proche avenir. Et suivant l’inadéquation désormais prouvée du bras exécutif légal en Norvège pour faire face à des attaques terroristes, la perspective de nouvelles attaques doit empêcher de dormir les dirigeants norvégiens et ceux d’autres pays européens.


Malgré les dangers, depuis l’attaque meurtrière de Breivik contre ses compatriotes, le discours public s’est très peu penché sur ces questions. Plutôt, les media norvégiens et occidentaux ont concentré leurs discussions au sujet de l’attaque terroriste de Breivik sur ses auto-justifications. Ces auto-justifications sont surtout retrouvées dans un manifeste de 1500 pages que Breivik a mis en ligne sur Internet.

Une partie du matériau de son manifeste a été plagié sur le manifeste écrit par Ted Kaczynski, surnommé ‘Unabomber’, dont la campagne d’attentats à la bombe s’est étendue sur deux décennies et a provoqué la mort de trois personnes et en a blessé 23. Kaczynski a obtenu la publication de ses auto-justifications dans le ‘The New York Times’ et ‘The Washington Post’ sous la menace d’assassiner davantage de gens s’ils refusaient. Le manifeste de Breivik est devenu le centre de la discussion internationale sur ses actes, surtout à la suite des sources qu’il a citées.


Kaczynski, comme son compagnon éco-terroriste Jason Jay Lee, qui prit plusieurs personnes en otage sur la chaîne de télévision ‘Discovery’ dans le Maryland en septembre dernier, a été influencé par les écrits de l’ancien vice-président des USA Al Gore. Une copie fort usagée du livre de Gore « la Terre en jeu : écologie et l’esprit humain » (‘Earth in the Balance: Ecology and the Human Spirit’) aurait été trouvée par les agents fédéraux quand ils fouillèrent la cabane de Kaczynski au Montana en 1996. Lee déclarait qu’il était « éveillé » à la nécessité de se livrer au terrorisme pour sauver l’environnement après avoir visionné le film de Gore, « Une Vérité malcommode » (An Inconvenient Truth).

A part Kaczynski, (qu’il a plagié sans le nommer), certaines parties du manifeste de Breivik se lisent comme une source menant aux auteurs et aux ‘bloggers’ conservateurs du monde occidental. Or cela est sans précédent. Jamais auparavant un terroriste n’a cité autant de conservateurs pour justifier ses positions.


Breivik a particulièrement noté les auteurs qui concentrent leur examen critique sur le multiculturalisme et les dangers émanant des jihadistes et de la cause du jihad mondial. Il citait aussi l’œuvre de philosophes et d’écrivains politiques antérieurs tels que John Stuart Mill, George Orwell, John Locke, Edmund Burke, Winston Churchill et Thomas Jefferson.

Les citations de Breivik d’auteurs conservateurs (parmi lesquels moi-même et beaucoup de mes amis et collègues aux USA et en Europe) ont dominé les discussions publiques sur ses actes. Les media occidentaux dominés par la Gauche – tout particulièrement le ‘New York Times’ – et l’aile Gauche de la ‘Blogosphère’ - ont utilisé sa liaison aux arguments de ses opposants idéologiques comme moyen de reprocher aux idées avancées par les penseurs conservateurs et aux penseurs eux-mêmes, les actes meurtriers haineux de Breivik.

Par exemple, un texte de Une du ‘Times’ de lundi proclamait : « L’homme accusé de la série de meurtres en Norvège était profondément influencé par un petit groupe de ‘bloggers’ et d’auteurs américains ayant mis en garde depuis des années contre les dangers de l’islam ».


Le journaliste, Scott Shane, a désigné plusieurs blogs anti-jihadistes que Breivik a mentionnés dans son manifeste. Shane cita ensuite l’expert du terrorisme Marc Sagerman, de Gauche, qui prétendait que les écrits des auteurs anti-jihad « sont l’infrastructure d’où a surgi Breivik ». C'est-à-dire que Shane citait Sageman pour accuser ces auteurs de la responsabilité des actes assassins de Breivik.

Avant d’envisager le bien-fondé de la déclaration de Sageman, il vaut la peine de noter qu’aucune allégation similaire n’a été soulevée par les media ou leurs experts favoris du terrorisme contre Gore à la suite de la prise d’otages par Lee l’an dernier, ou bien à la suite de l’arrestation de Kaczynski en 1996. De plus, Noam Chomsky, Michael Scheuer, Stephen Walt et John Mearsheimer, dont les écrits ont été adoubés par Oussama ben Laden, n’ont pas été accusés de responsabilité dans le terrorisme d’al Qaïda.

C'est-à-dire que les auteurs de Gauche dont les ouvrages ont été admirés par des terroristes n’ont pas été tenus pour responsables des actes de terrorisme menés par leurs lecteurs.
Pas plus qu’ils ne devaient l’être. Et pour comprendre pourquoi cette espèce de culpabilité par la lecture est erronée, il vaut la peine de considérer ce qui sépare les démocraties libérales de ce que le grand historien israélien Jacob Talmon a qualifié de ‘Démocraties-Totalitaires’.

Les démocraties libérales sont fondées sur la notion qu’il n’est pas seulement acceptable que les citoyens participent aux débats sur les questions auxquelles leurs sociétés sont confrontées. Il est admirable que les citoyens des démocraties participent aux débats – même ceux qui ‘chauffent’ – sur la politique de leur gouvernement ainsi que sur la direction morale et culturelle de leur société. Une communauté citoyenne non participante est une communauté en danger de perdre sa liberté.

L’une des raisons du fait que la contradiction et le débat sont les fondements d’un ordre démocratique libéral, c’est que plus les citoyens se sentent engagés dans leur société, moins ils seront enclins à rejeter les règles gouvernant leur société, et moins ils auront recours à la violence pour parvenir à leurs fins. En règle générale, les démocraties libérales rejettent le recours à la violence comme moyen de gagner une contradiction. Voilà pourquoi, pour les démocraties libérales, le terrorisme sous toutes ses formes est absolument inacceptable.

Que l’on soit d’accord ou pas avec les auto-justifications idéologiques d’un terroriste, comme membre d’une société démocratique libérale, chacun doit abhorrer son acte de terrorisme. Parce qu’en recourant au terrorisme pour parvenir à ses fins, le terroriste agit d’une manière qui sape fondamentalement l’ordre démocratique libéral.

Les démocraties libérales sont toujours des oeuvres en évolution. Leurs citoyens ne s’attendent pas à voir venir le jour où les contradicteurs tomberont dans le silence parce que tout un chacun sera d’accord avec l’autre alors que tous seront convaincus de la raison d’un seul côté. C’est parce que les démocraties libérales ne sont pas fondées sur des aspirations messianiques de créer une société parfaite.

A l’opposé, les démocraties totalitaires – et les ‘démocrates-totalitaires’ – ont un tempérament messianique et pour mission utopique de créer une société parfaite. Ainsi leurs membres caressent l’espoir de mettre fin au débat et à la contradiction une fois pour toutes.

Comme Talmon l’a expliqué dans son classique de 1952, « Les Origines de la Démocratie Totalitaire » [The Origins of Totalitarian Democracy], le modèle démocratique totalitaire a été prévu par Jean-Jacques rousseau, le parrain philosophique de la Révolution Française. Rousseau croyait qu’un groupe de chefs sacrés pouvait pousser une société à la perfection en contraignant essentiellement le peuple à accepter leur vision du bien et du mal.

Talmon a tiré une ligne droite entre Rousseau et les mouvements totalitaires du 20ième siècle – nazisme, fascisme et communisme.

Aujourd’hui, ceux qui cherchent à réduire au silence les penseurs conservateurs en établissant une liaison criminelle entre nos écrits et les actes d’un terroriste, agissent ainsi à la recherche de fins manifestement intolérantes à tout le moins. S’ils pouvaient convaincre le public que nos idées provoquent le meurtre de masse d’enfants, alors nos voix seraient réduites au silence.

Un autre aspect du même comportement anti-libéral est la tendance de beaucoup à faire le difficile sur les types de terrorisme acceptables et ceux inacceptables, en accord avec les justifications idéologiques que les terroristes donnent à leurs actes. L’exemple remarquable le plus récent de ce comportement est un entretien que l’ambassadeur norvégien Svein Sevje a donné au journal ‘Ma’ariv’ mardi.

Le ‘Ma’ariv’ a demandé à Sevje si, à la suite de l’attaque terroriste de Breivik, les Norvégiens auraient plus de sympathie pour les victimes israéliennes innocentes des terroristes palestiniens.

Sevje répondit non, et expliqua : « Nous autres Norvégiens considérons l’occupation comme un motif de terrorisme contre Israël. Beaucoup de Norvégiens continuent de voir l’occupation comme le motif des attaques contre Israël. Celui qui pense de cette façon ne changera pas d’avis à la suite de l’attaque d’Oslo ».

Ainsi dans l’esprit des Norvégiens intolérants, le terrorisme est justifié si l’idéologie qui le sous-tend est considérée justifiée. Pour eux, il est inacceptable que Breivick assassine des enfants norvégiens. Mais il est acceptable pour les Palestiniens d’assassiner des enfants israéliens, parce que leur idéologie serait légitime.

Quoique beaucoup de déclarations de Sevje, (ou de Gore, Walt, Mearsheimer, Scheuer ou Chomsky) puissent mettre en colère leurs adversaires idéologiques, aucun penseur libéral démocrate qui se respecte n’accuserait leurs philosophies politiques d’inspirer le terrorisme.

Il n’existe qu’un seul point où la philosophie politique fusionne avec le terrorisme. Ce point se situe là où les penseurs politiques appellent leurs partisans à exécuter des actes de terrorisme au nom de leur philosophie politique, et qu’ils lancent cet appel avec l’espoir raisonnable que leurs partisans répondront à leurs vœux. Des penseurs politiques qui répondent à cette description comprennent les émules du chef « spirituel » des ‘Frères Musulmans’ Yousef Qaradawi, Oussama bin Laden, le fondateur du Hamas ‘Sheikh Yassin’, le chef d’al Qaïda au Yémen Anwar Awlaki et d’autres chefs jihadistes.

Ces chefs sont dangereux parce qu’ils opèrent en dehors des limites des polémiques démocratiques. Ils ne se soucient pas que le public le plus large soit d’accord avec leurs opinions. Comme Mao – qui fit périr 70 millions de personnes – ils croient que le pouvoir politique naît au bout du fusil, et non à travers un discours rationnel.

De façon révélatrice, beaucoup de démocraties occidentales pas particulièrement libérales ont accordé des visas à ces philosophes terroristes, et les ont adoubés comme penseurs légitimes. La bienvenue en héros dont Qaradawi a bénéficié pendant sa visite en 2005 en Grande Bretagne par le maire de Londres de l’époque Ken Livingstone est un exemple particulièrement frappant de cette pratique. La trajectoire intolérante vers laquelle la politique britannique s’est tournée a été pareillement démontrée dans le refus du gouvernement en 2009 d’accorder un visa au parlementaire hollandais Geert Wilders.

Wilders a été diabolisé comme ennemi de la liberté pour sa critique du totalitarisme islamique.

Les tentatives de la Gauche de lier les philosophes, auteurs, et politiciens conservateurs avec Breivik ne sont rien de neuf. La même chose est survenue en 1995, quand la Gauche a tenté de reprocher aux rabbins et aux politiciens l’assassinat du Premier ministre d’alors Yitzhak Rabin par le sociopathe Ygal amir. La même chose est arrivée l’été dernier aux USA avec les tentatives insistantes de la Gauche de relier le psychotique Jared Loughner, qui tira sur la parlementaire au Congrès Gabrielle Giffords et ses électeurs, avec la ‘Gouverneure’ Sarah Palin et le ‘Tea Party’.


Et c’est cette tendance qui met le plus en danger l’avenir des démocraties libérales. Si la Gauche réussit toujours dans ses tentatives de criminaliser ses opposants idéologiques et de justifier des actes de terrorisme contre ses opposants, leur victoire détruira les fondements libéraux démocratiques de la civilisation occidentale.


caroline@carolineglick.com

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 17:40
Terrorisme : démantèlement d’un réseau terroriste en Irak qui planifiait des attentats en Europe. Paris et Stockholm étaient en tête des cibles
vendredi 29 juillet 2011 - 12h49

Logo MédiArabe.Info

Des attentats terroristes visant des pays européens, particulièrement la France et la Suède, auraient été déjoués. Interrogé par la télévision « Al Arabiya », un responsable irakien de la lutte anti-terroriste, a affirmé que les forces de sécurité ont démantelé un réseau terroriste et arrêté six membres du groupe à Bagdad, ces derniers jours, tous impliqués dans la planification de ces attentats. Les terroristes arrêtés ont reconnu qu’ils coopéraient étroitement avec d’autres terroristes qui ont pu infiltrer l’Europe depuis plusieurs années, et qu’ils planifiaient des attaques d’envergure notamment à Paris et Stockholm.

Notons que l’Irak a connu une nouvelle vague d’attentats, ces derniers jours, faisant plusieurs dizaines de victimes. Les observateurs lient ce regain de violence en Mésopotamie à l’actualité syrienne. Selon cette lecture, le régime de Damas aurait commandité des attaques en Irak, et probablement en Europe, pour, d’une part, détourner l’attention sur la répression en cours en Syrie, et d’autre part, punir les pays européens qui dénoncent la répression et qui soutiennent la révolte du peuple syrien.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 17:26

 

 

Le TSL lève le voile sur les quatre suspects


OLJ/Agences | 29/07/2011


Photo tirée du site officiel du Tribunal spécial pour le Liban.
Photo tirée du site officiel du Tribunal spécial pour le Liban.
ASSASSINAT HARIRI La publication de ces informations "n'est pas en contradiction avec le droit libanais", assure Bellemare.

Le Tribunal spécial pour le Liban (TSL) a confirmé vendredi les noms des quatre suspects libanais du Hezbollah nommés dans son acte d'accusation et précisé quelles charges pèsent contre eux dans le cadre de l'enquête sur l'assassinat en 2005 de l'ancien Premier ministre Rafic Hariri. "Le juge de la mise en état, Daniel Fransen, a ordonné la levée de la mesure de confidentialité relative aux noms complets, pseudonymes, données personnelles et photographies des individus (...) ainsi qu'aux chefs d'accusation retenus contre eux", a indiqué le TSL dans un communiqué, un mois après la divulgation des noms par les autorités libanaises. Selon le procureur Daniel Bellemare, les quatre hommes sont responsables de l'attentat à la camionnette piégée à Beyrouth en 2005 qui a provoqué la mort de Rafic Hariri et de 22 autres personnes. "Les quatre individus nommés dans l'acte d'accusation sont les suivants : Salim Ayyash, Moustafa Badreddine, Hussein Anaissi et Assad Sabra", a précisé le TSL. Le Procureur Bellemare, après consultation avec le Procureur Général du Liban, a indiqué que la levée de la mesure de confidentialité concernant ces informations "n’est pas en contradiction avec le droit libanais au regard de la mise à exécution des arrestations" ajoutant que "le fait de rendre ces informations publiques pouvait augmenter les chances d’appréhender les accusés".


 

 

SALIM JAMIL AYYASH

 

 

 

 

 

Né le 10 novembre 1963 à Harouf (Liban). Il est le fils de Jamil Dakhil AYYASH (père) et de Mahasen Issa SALAMEH (mère). Il a résidé notamment rue Al Jamous, bâtiment Tabajah sis à Hadeth, au sud de Beyrouth, et dans l’enceinte de la propriété de la famille AYYASH à Harouf, Nabatiyeh, au sud du Liban. Il est citoyen libanais ; il est inscrit sur le registre de l’état civil du Liban sous le numéro 197/Harouf ; il est titulaire d’un passeport hadj portant le numéro 059386; et son numéro de sécurité sociale est 63/690790.

 

 

MOUSTAFA AMINE BADREDDINE (alias "Moustafa Youssef BADREDDINE""Sami ISSA" et "Elias Fouad SAAB")

 

 

 

 

Né le 6 avril 1961 à Al-Ghobeiry, Beyrouth (Liban). Il est le fils de Amine BADREDDINE (père) et de Fatima JEZEINI (mère). Son adresse précise est inconnue, bien que son nom ait été associé à la maison appartenant à Khalil Al-Raii, sise rue Abdallah Al-Hajj, à Al-Ghobeiry, au sud de Beyrouth, ainsi qu’à l’immeuble Al-Jinan, sis rue Al-Odaimi, Haret Hreik, à Beyrouth. Il est citoyen libanais et est inscrit sur le registre de l’état civil du Liban sous le numéro 341/Al-Ghobeiry.

 

Moustafa Badreddine est le beau-frère d'Imad Moughniyeh, le chef militaire du Hezbollah tué en 2008 par l'explosion d'une voiture piégée à Damas. Selon les médias libanais, il a remplacé M. Moughniyeh à la tête des opérations militaires du puissant parti chiite.

 

 

 

MM. Ayyash et Badreddine sont accusés de :

 

* Complot en vue de commettre un acte de terrorisme,

* Exécution d’un acte de terrorisme au moyen d’un engin explosif ;

* Homicide intentionnel (de Rafic HARIRI) avec préméditation au moyen de matières explosives ;

* Homicide intentionnel (de 21 personnes, en sus de l’homicide intentionnel de Rafic HARIRI) avec préméditation au moyen de matières explosives ; et

* Tentative d’homicide intentionnel (de 231 personnes, en sus de l’homicide intentionnel de Rafic HARIRI) avec préméditation au moyen de matières explosives.

 

 

 

HUSSEIN HASSAN ONEISSI (alias "Hussein Hassan ISSA")

 


 


 

 

 

Né le 11 février 1974 à Beyrouth (Liban). Il est le fils de Hassan ONEISSI (alias « Hassan ISSA ») (père) et de Fatima DARWISH (mère). Il a résidé rue Al-Jamous, bâtiment Ahmad Abbas, sis près du Lycée des Arts, à Hadeth, au sud de Beyrouth. Il est citoyen libanais ; il est inscrit sur le registre de l’état civil du Liban sous le numéro 7/Shahour.

 


 

ASSAD HASSAN SABRA



 

 

Né le 15 octobre 1976 à Beyrouth (Liban). Il est le fils de Hassan Tahan SABRA (père) et de Leila SALEH (mère). Il a résidé dans l’appartement 2, situé au 4e étage du bâtiment 28, sis à Hadeth 3, au sud de Beyrouth, de la rue 58, rue également dénommée rue Ste Thérèse. Il est citoyen libanais ; il est inscrit sur le registre de l’état civil du Liban sous le numéro 1339/Zqaq Al-Blat.



MM. Oneissi et Sabra sont accusés de :



    * Complot en vue de commettre un acte de terrorisme,
    * Complicité dans l'éxécution d’un acte de terrorisme au moyen d’un engin explosif ;  
    * Complicité d’homicide intentionnel (de Rafic HARIRI) avec préméditation au moyen de matières explosives ;
    * Complicité d’homicide intentionnel (de 21 personnes, en sus de l’homicide intentionnel de Rafic HARIRI) avec préméditation au moyen de matières explosives ; et
    * Complicité de tentative d’homicide intentionnel (de 231 personnes, en sus de l’homicide intentionnel de Rafic HARIRI) avec préméditation au moyen de matières explosives.

 

 

Le chef du Hezbollah, Hassan Nasrallah, avait exclu début juillet l'arrestation des quatre suspects de son mouvement, qui font l'objet d'une notice rouge émise par Interpol, rejetant toute décision émanant du TSL, créé en 2007.

Le TSL avait remis le 30 juin un acte d'accusation sous scellé et quatre mandats d'arrêt au procureur général à Beyrouth, Saïd Mirza. Le ministre de l'Intérieur Marwan Charbel avait confirmé ensuite les noms de quatre suspects du Hezbollah suite à des fuites dans la presse.

Le procureur Bellemare avait déposé le 17 janvier un acte d'accusation afin qu'il soit examiné par le juge de la mise en état. Le document a été modifié à trois reprises, les 11 mars, 6 mai et 10 juin et avait été confirmé par M. Fransen le 28 juin.

Partager cet article
Repost0
29 juillet 2011 5 29 /07 /juillet /2011 08:21

 

 

Egypte - Sommet pour la poursuite du terrorisme au Caire

 

Adapté par Aschkel -  © 2011 www.aschkel.info

terrorism-info

 


iicc
The Meir Amit
Intelligence and Terrorism
Information Center 

 

 

 

Pendant deux jours (24-25 Juillet) – L'Egypte a accueilli "La conférence fondatrice du Rassemblement arabo-islamique pour soutenir l'option de la résistance" (comprendre le terrorisme et la violence)

 

Cette conférence s'est passée au syndicat de la presse égyptienne au Caire. Cette conférence, d'après les médias arabo-palestiniens, a réuni des représentants de 14 pays islamiques parmi lesquels l'Arabie Saoudite, la Tunisie, la Turquie, l'Indonésie, le Maroc, le Soudan et la Jordanie. Etaient également présents, des représentants des Frères musulmans, d'autres éléments de l'establishment politique égyptien, des représentants du 'Hezbollah,, du 'Hamas et d'autres organisations terroristes palestiniennes.

 

Le représentant du 'Hezbollah a prononcé un discours au nom du Chef de la milice, Hassan Nasrallah.

 

Les participants ont tenté d'établir un lien, entre la soi-disant "résistance" et les protestations populaires dans les pays arabes de ces derniers mois, soulignant que la résistance est la seule option pour "libérer" la "Palestine".

 

Osama Hamdan, un des responsables du 'Hamas a déclaré dans un discours que –"le conflit israélo-palestinien ne prendra jamais fin, tant qu'Israël n'aura pas cesser d'exister" – Il a ajouté que jamais le 'Hamas ne reconnaitrait Israël.

Partager cet article
Repost0
28 juillet 2011 4 28 /07 /juillet /2011 13:47

 

Israël : la bombe contre la FINUL est un message du Hezbollah

28.07.11


http://fr.jpost.com/

 

L'attaque à la bombe contre un convoi de la FINUL (Force intérimaire des Nations unies au Liban) dans le sud du Liban, mardi soir, était probablement destiné à envoyer un message clair à la force de maintien de la paix. Objectif : l'obliger à réduire ses opérations contre le Hezbollah, selon des responsables israéliens de la Défense.


Photo: Sharif Karim , Reuters

Le mandat de la FINUL devrait être renouvelé mi-août, et l'attaque est prise par Israël comme un signe que le Hezbollah craint un renforcement des règles d'engagement de la force internationale.

Six officiers d'un contingent français ont été blessés lorsqu'une explosion a visé un convoi de quatre camions près de la ville de Sidon, dans le sud du Liban. En mai, une attaque similaire avait blessé six soldats italiens, à quelques kilomètres seulement de celle de mardi soir.

Israël tente de convaincre les diplomates des pays qui participent à la FINUL, en particulier l'Espagne, l'Italie et la France, de faire en sorte que l'ONU publie de nouvelles règles d'engagement pour la force internationale, pour lui permettre de fouiller les villages libanais sans demander au préalable l'accord des forces armeées libanaises (LAF).

Selon les règles d'engagement actuelles, la force n'est pas autorisée à entrer dans les villages du sud-Liban pour rechercher des caches d'armes du Hezbollah, à moins de coordonner l'opération avec les LAF. Si elles sont approuvées par les Nations unies, les nouvelles règles devront aussi être validées par le gouvernement libanais.

Mercredi, la FINUL a annoncé qu'elle travaillait avec les LAF pour enquêter sur l'attaque à la bombe. La force de maintien de la paix a également déclaré qu'elle reverrait ses critères de sécurité à la suite de l'explosion. 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 19:31
Liban : des révélations sur l’attentat contre les Français de la FINUL embarrassent le Hezbollah et la Syrie
mercredi 27 juillet 2011 - 08h57
Logo MédiArabe.Info

Le quotidien libanais « Al-Joumhouriya » croit savoir que les enquêteurs n’ont pas mis longtemps pour tirer les premières conclusions concernant l’attentat commis hier à Saïda (Sud-Liban) contre une patrouille du contingent français de la FINUL.

Selon le quotidien, « plusieurs similitudes sont relevées entre l’attentat d’hier et celui qui avait visé, fin mai dernier, les Italiens à Rmeileh, au nord de Saïda ». Les terroristes ont utilisé le même explosif, mais ils ont adapté la technique de mise à feu aux mesures préventives prises par la FINUL. En effet, ajoute le quotidien, « l’attentat contre les Italiens avait été déclenché à distance par un système sans fil. Depuis, la FINUL a équipé ses patrouilles de matériel de brouillage électronique. L’attentat d’hier a été déclenché à distance, mais par un système de mise à feu filaire ». Les commanditaires et les exécutants de l’attentat auraient été informés du système de brouillage et se sont adaptés. Dans ce cas, soit ils bénéficient d’informateurs au sein de la FINUL (ce qui est en soi inquiétant), soit ils disposent d’un service de renseignement efficace digne d’un Etat. Ces deux éléments excluent de facto les groupes terroristes affiliés à Al-Qaïda, basés dans les camps palestiniens, et désignent davantage des groupes bien structurés voire étatiques. Les regards se tournent plus que jamais vers le Hezbollah et la Syrie.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 19:11
Algérie : l’un des kamikazes abattus à Thénia était le fils du N°2 du FIS dissous, Ali Benhadj

http://mediarabe.info

mercredi 27 juillet 2011 - 11h02
Logo MédiArabe.Info

Le quotidien algérien « Ennahar » affirme, dans son édition du 27 juillet, que les forces de l’ordre ont formellement identifié l’un des trois kamikazes abattus lundi à Thénia, dans la wilaya de Boumerdès, alors qu’ils tentaient de rejoindre Alger - munis de ceintures explosives - à bord d’une voiture piégée. Selon le quotidien, les analyses ADN ont révélé que l’un des terroristes était Abdelkahhar Benhadj, le fils du N°2 du FIS dissous Ali Benhadj. Abdelkahhar, alors âgé de 18 ans (né en 1988), avait rejoint le maquis en septembre 2006, alors que le GSPC annonçait son allégeance à Al-Qaïda et se transformait en Al-Qaïda au Maghreb Islamique (AQMI). « Ennahar » souligne que la famille Benhadj n’a pas encore réagi à ces informations.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 19:05

MEMRI Middle East Media Research Institute

Dépêche   spéciale n° 4027


 

Le directeur d´Al-Sharq Al-Awsat évoque l´anti-exemple du "djihadiste chrétien" norvégien


 

Dans un article paru le 25 juillet 2011 dans le quotidien Al-Sharq Al-Awsat (publié à Londres), sous le titre "Djihadiste chrétien !", le rédacteur en chef Tareq Alomayed qualifie la tuerie du 22 juillet, qui a fait au moins 76 morts en Norvège, de "crime terroriste dont les implications et l´enseignement ne concernent pas que les Norvégiens, mais également l´Occident et les musulmans". Il note : "S´il est vrai que tous les terroristes ne sont pas des islamistes…, Arabes et musulmans doivent eux aussi éviter d´endosser le rôle de la victime et d´excuser les agissements de certains des leurs par le déni et la justification". Il appelle au refus de l´extrémisme sous toutes ses formes.


 

Ci-dessous l´article, traduit de l´original en anglais :


 

"…un crime terroriste avec des implications et un enseignement pas seulement pour les Norvégiens, mais aussi pour l´Occident et les musulmans"

 

"Les musulmans ont retenu leur souffle la nuit de la perfide attaque terroriste intervenue en Norvège, craignant que le coupable ne soit musulman. Et bien entendu, ils ont poussé un soupir de soulagement en découvrant que le coupable était un terroriste norvégien chrétien.


 

Ce qui a eu lieu en Norvège, c´est un crime terroriste avec des implications et un enseignement pas seulement pour les Norvégiens, mais aussi pour l´Occident et les musulmans. La première leçon [à tirer de cette attaque] est que la marque de fabrique de l´extrémisme et du fondamentalisme est la perfidie. L´extrémisme terroriste ne s´intéresse qu´aux ´proies faciles´, et c´est pourquoi les terroristes – toutes dénominations et motivations confondues – prennent pour cibles des innocents dans des immeubles, des avions, des trains, des marchés et des écoles, cherchant à faire le plus grand nombre de victimes possible et à répandre la terreur.


 

Un extrémiste est un être incapable de dialoguer et de convaincre autrui, ni bien sûr d´accepter les autres, quels qu´ils soient. Telle est la vérité, et elle est valable pour toutes les dénominations.


 

Nous avons pu assister à la perfidie de l´extrémisme et du terrorisme à plusieurs reprises, qu´il s´agisse de terrorisme d´Etat ou du terrorisme d´individus et d´organisations. Ce fut le cas avec la libération de gaz empoisonnés au Japon, et nous nous souvenons également des attentats commis par des individus, comme l´attentat d´Oklahoma City aux Etats-Unis, en 1995. Il y a eu les attentats terroristes de Bombay [novembre 2008] en Inde, et bien sûr les attentats du 11 septembre avant cela, perpétrés par Al-Qaïda, en plus d´autres attentats en Arabie saoudite, en Iraq et dans plusieurs pays. Il y a eu en outre l´attentat de Lockerbie, qui est un exemple de terrorisme d´Etat."


 

"…les terroristes ne sont pas tous islamistes… [mais] les Arabes et les musulmans doivent cesser de jouer le rôle de la victime et d´excuser les agissements de certains des leurs"


 

Les événements intervenus en Norvège signifient aux yeux de tous que le terrorisme demeure la menace principale pour les individus et les pays. Cet extrémiste norvégien a pu endosser un faux uniforme de police, tromper son monde et tuer près de 93 personnes. Maintenant que l´identité du terroriste norvégien a été révélée, nous devons prendre en compte que tous les terroristes ne sont pas des islamistes, ce qui signifie que l´Occident doit cesser d´alimenter une image stéréotypée négative de l´islam et des musulmans.


 

Les Arabes et les musulmans doivent en outre éviter de jouer le rôle de la victime et d´excuser les agissements de certains des leurs par le déni et la justification, en affirmant que tous les différents événements politiques de la région alimentent le terrorisme. Ces excuses, bien que partiellement fondées, révèlent des déficiences culturelles et éducationnelles et déforment les concepts religieux, ce qui conduit nos jeunes à se rapprocher de l´idéologie extrémiste, à recourir à la violence et aux effusions de sang.


 

Cet extrémiste norvégien est un "djihadiste chrétien" ; il n´a toutefois pas perpétré le massacre car la Norvège est membre de l´OTAN et participe aux opérations militaires en Afghanistan et en Libye. C´est en revanche un extrémiste du fait de ses opinions concernant les musulmans et son pays en général. Quelqu´un peut-il justifier l´horreur de ses actes ? Bien sûr que non. C´est ce que nous devons garder en tête, sans considération de religion."

 

"Nous devons dire non au terrorisme, qu´il se traduise en actions, en déclarations ou en incitations à la haine, vu que la justification du terrorisme ne vaut pas mieux que le terrorisme"


 

"Nous devons dire non au terrorisme, qu´il se traduise par des actions, des déclarations ou des incitations à la haine, vu que la justification du terrorisme ne vaut pas mieux que le terrorisme. Les Etats et les médias occidentaux se sont empressés de dénoncer le crime intervenu en Norvège, avant même qu´il ne prenne fin, tandis que d´autres parmi nous justifient le terrorisme et les terroristes sous différents prétextes. Les réactions de certains face au procès d´une cellule terroriste de Djedda, en Arabie saoudite (alors que le procès n´est même pas fini), y compris parmi ceux qui appellent à la réforme et [à la reconnaissance des] droits dans le pays, sont un bon exemple de cela.


 

De même que nous disons que le terrorisme n´a pas de religion, nous devons dire que rien ne le justifie ou ne justifie la moindre commisération à son égard, quel que soit le coupable, quelle que soit sa religion et quelles que soient ses motivations. D´où que nous soyons, nous sommes tous devenus des victimes."


 

 

Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à :memri@memrieurope.org.

 

Pour consulter l´intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d´accès, visiter le site www.memri.org/french.

 

Le MEMRI détient les droits d´auteur sur toutes ses traductions. Celles-ci ne peuvent être citées qu´avec mention de la source.

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2011 3 27 /07 /juillet /2011 13:35
« L’ennemi essaie en fait de combattre l’État d’Israël sans se confronter à Tsahal »

http://blogtsahal.wordpress.com


L’Iran, la Corée et la Syrie continuent de s’armer de missiles longue portée et tous les pays occidentaux se sentent concernés par cette question. Les questions de la protection contre cette menace et de son coût se posent pour l’ensemble des acteurs concernés. Au cours de la Conférence Annuelle sur la Défense contre les Missiles Balistiques qui s’est tenue le 25 juillet, des experts ont discuté de cette crise. 

Tal Michael et Michal Wissbrod

Missiles stockés par le Hezbollah dans le but d'attaquer le territoire israélien

Presque une décennie a passé depuis que Georges W. Bush a défini la notion « d’Axe du mal », en référence à l’armement de certains pays au Proche et à l’Extrême-Orient. Depuis, cet axe est devenu une voie rapide à laquelle se sont joints d’autre États, qui sont rentrés dans une véritable course à l’armement. « L’Iran a récemment annoncé qu’il avait réussi le test d’un missile balistique, capable d’atteindre Israël et l’ensemble de l’Europe de l’Est », a déclaré Frank A. Rose pendant la conférence, Sous-secrétaire adjoint pour les questions de politique sécuritaire et spatiales au Département d’État des États-Unis. « Malheureusement, la Syrie n’est certainement pas le point d’arrivée de la course. Le Hezbollah et le Hamas continuent aussi à s’armer de milliers de mortiers. Petit à petit, le Hezbollah trouve des moyens d’améliorer la précision et d’augmenter la portée de ses armes. »

Un système de protection aérienne abordable

Bien que l’augmentation du stock de missiles constitue un sérieux problème de sécurité, elle soulève aussi des dilemmes économiques. Le développement de systèmes de défense aérienne est extrêmement coûteux, et les gouvernements se demandent comment offrir un système de protection à leurs citoyens à un prix abordable. « Dans cette région, il est évident que tous nos ennemis possèdent des missiles, et en grande quantité « , a déclaré en souriant Mike Bowen, Vice-président de l’entreprise Raytheon pour la défense de pointe contre les missiles et les armes à énergie directe. « La plupart des missiles ne sont pas intelligents, c’est-à-dire qu’ils causent des dégâts considérables, mais ne peuvent pas atteindre une cible précise comme par exemple les missiles Scud. Par conséquent, il faut trouver une réponse à cette menace que les gouvernements pourraient s’offrir. Il est dans notre devoir d’agir sans entraîner la faillite des gouvernements. »

En Israël, le système « Dôme de Fer » a essuyé un grand nombre de critiques du fait de son coût élevé. Un système qui coûte plusieurs milliers de dollars pour l’interception d’un missile dont le prix s’élève à quelques centaines de dollars. Mais Bowen a justement vanté le système de protection israélien : « Même s’il parait très coûteux, il s’agit en fait d’un système durable sur le plan économique. Peut-être que les prix des missiles d’interception des systèmes ‘Dôme de Fer’ et ‘Fronde de David’ semblent élevés, mais il s’agit en réalité d’une relativement bonne affaire. Leurs caractéristiques sont novatrices en termes de coût et de performance des missiles d’interception. »

Le Ministre de la Défense Passive, Matan Vilnaï, a ajouté : « Il ne faut pas se concentrer uniquement sur le coût du missile intercepté, mais sur les dégâts matériels qu’il aurait pu endommager et surtout sur les pertes humaines qu’il aurait pu causer ». Le Colonel Shahar Shohat, Commandant de la Division Anti-Aérienne, a déclaré que l’interception de roquettes tirées depuis la bande de Gaza permettait d’éviter des opérations de grande ampleur comme l’Opération Plomb Durci. Un tel dispositif est coûteux tant sur le plan financier que sur le plan humain.

Que sont devenues les armes saisies sur le Victoria?

Armement saisi à bord du Victoria

 

Comme prévu, « Dôme de Fer » a monopolisé une grande partie de l’attention. Le Colonel Rotem Zisser, Chef de l’Administration pour le Développement d’Armement et d’Infrastructures Technologiques, est revenu sur le processus d’élaboration de ce système et a affirmé que son déploiement serait généralisé au cours des prochaines années. En outre, le Colonel Zisser a révélé avoir reçu des soutiens surprenants pendant la mise au point du système, même de la part d’organisations terroristes. « Au cours des essais, nous avons utilisé les roquettes que nous avions saisies à bord des navires SantoriniVictoria, etc. « , a déclaré le Colonel Zisser. « Si vous saisissez des roquettes sur un bateau, il est préférable de s’en servir plutôt que de les exposer dans un entrepôt. Ceux qui ont financé ces navires ont donc contribué au financement du système de protection anti-missile « .

Ne pas se confronter à Tsahal

« L’Armée de l’Air a intercepté des centaines de roquettes qui auraient pu atterrir en territoire israélien », a déclaré le Ministre Vilnaï. Il a ajouté que depuis la Deuxième Guerre du Liban, la perception du front intérieur a beaucoup changé : « La guerre va continuer mais sous d’autres formes. Il ne s’agira plus de deux armées qui se battent l’une contre l’autre, mais de « moqawama », ou résistance en arabe. L’ennemi a compris qu’il n’avait aucune chance contre l’Armée Israélienne, donc il a trouvé d’autres façons d’attaquer. Il essaie en fait de combattre l’État d’Israël sans se confronter à Tsahal. »

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis