Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 08:00

 

 

2ème partie : 

ax3guyuqgi1p.jpg

wol_error.gif هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .
pdu1a13trfb4.jpg

wol_error.gif إنقر هنا لعرض الصورة بالمقاس الحقيقي
u49k7h6idro5.jpg

wol_error.gif هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .
lsmo7di9cjcz.jpg

wol_error.gif هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .
iilduelfbua6.jpg

wol_error.gif هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .
tmqyd2o1qrs7.jpg

wol_error.gif هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .
kqe83vhpfhg0.jpg

wol_error.gif هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .
6odfgt9fp4ic.jpg

wol_error.gif هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .
t20ycbcm1qr9.jpg

51) Serge Janquin, député du Pas-de-Calais

52) Claude Jeannerod, sénateur PS du Doubs

53) Nicole Kiil-Nielsen, députée européenne EELV

54) Agnès Labarre, sénatrice PG de l’Essonne

55) Pierre Laurent, secrétaire national du PCF, conseiller régional d'Ile-de-France

56) Patrick Le Hyaric, député européen PCF

57) Jean-René Marsac, député PS d’Ille-et-Vilaine

58) Jacky Le Menn, sénateur PS d’Ille-et-Vilaine

59) Jean-Paul Lecoq, député PCF de Seine-Maritime, maire de Gonfreville-l’Orcher

60) Michel Limousin, médecin, directeur de centre de santé, membre de la commission santé du PCF

61) Noel Mamère, député EELV de Gironde, maire de Bègles

62) Georges Marechal, retraité, secrétaire de comité du Parti de Gauche du Valenciennois, membre du Conseil national

63) James Marson, ancien sénateur PCF, maire honoraire de La Courneuve, chevalier de la Légion d'Honneur

64) Myriam Martin, porte-parole du NPA

65) Didier Mathus, député PS de Saône-et-Loire

66) Jean-Luc Mélenchon, député européen, président du PG

67) Louis Mermaz, sénateur PS d'Isère

68) Henri Mermé, commission internationale des Alternatifs

69) Jacques Muller, ancien sénateur EELV

70) Richard Neuville, responsable de la Commission internationale des Alternatifs

71) Isabelle Pasquet, sénatrice PCF des Bouches-du-Rhône

72) Christian Picquet, porte-parole de la Gauche Unitaire

73) Etienne Pinte, député UMP de Seine-et-Marne

74) Christine Poupin, porte-parole du NPA

75) Anny Poursinoff, députée EELV des Yvelines

76) Guillaume Quashie-Vauclin, coordinateur national du MJC, conseiller municipal PCF de Bagneux

77) Jack Ralite, ancien ministre, sénateur PCF de Seine-Saint-Denis

78) Jean-Luc Reitzer, député UMP du Haut-Rhin

79) Florian Rideau, exécutif national des Alternatifs

80) Jean-Claude Sandrier, député PCF du Cher

81) Danielle Simonnet, conseillère de Paris, secrétaire nationale du PG en charge de la migration et de la citoyenneté

82) Djamila Sonzogni, porte-parole nationale d'EELV, conseillère régionale d'Alsace

83) Odette Terrade, sénatrice PCF du Val-de-Marne

84) Jacques Thomas, exécutif national des Alternatifs

85) Michel Vaxes, député PCF des Bouches-du-Rhône

86) Marie Christine Vergiat, députée européenne FdG

87) Dominique Voynet, sénatrice, maire EELV de Montreuil

88) Francis Wurtz, député européen honoraire PCF

Elus et responsables locaux :

1) Laurence Abeille, conseillère régionale EELV d'Ile-de-France

2) Serge Aberdam, conseiller municipal NPA d'Ivry-sur-Seine

3) Gaëlle Abily, maire adjointe PCF de Brest, conseillère communautaire de BMO, vice-présidente du Conseil régional de Bretagne

4) Fatiha Alaudat, maire adjointe de Malakoff

5) Yannis Al Mahdi, conseiller municipal PCF de Saint-Priest

6) Daniel Alarcon, conseiller municipal NPA de Fontenay-sous-Bois

7) Noël Albin, maire PCF de Touët-de-l'Escarene

 Lysiane Alezard, conseillère municipale d'Issy-les-Moulineaux

9) Sylvie Altman, maire de Villeneuve-Saint-Georges et conseillère régionale d'Ile-de-France

10) Aline Archimbaud, maire adjointe EELV de Pantin, vice-présidente communautaire

11) Patrick Arz, conseiller municipal NPA d'Hérouville Saint-Clair

12) Dominique Attia, conseillère municipal FASE à Montreuil

13) Nadia Azoug, conseillère régionale EELV d'Ile-de-France

14) Bally Bagayoko, maire adjoint de Saint-Denis, vice-président du Conseil général de Seine-Saint-Denis

15) Jean-François Baillon, maire adjoint EELV de Sevran, conseiller communautaire

16) Caroline Bardot, conseillère régionale Front de Gauche/PCF d'Ile-de-France

17) Franck Barraud, maire adjoint EELV de Conflans-Sainte-Honorine

18) Rodolphe Bas, conseiller municipal EELV de Rueil-Malmaison

19) Francine Bavay, conseillère régionale EELV d'Ile-de-France

20) Julien Bayou, conseiller régional EELV d'Ile-de-France

21) Pascal Beaudet, ancien maire d'Aubervilliers, conseiller municipal PCF, conseiller général de Seine-Saint-Denis

22) Michel Beaumale, maire PCF de Stains

23) Jacqueline Belhomme, maire adjointe PCF de Malakoff

24) Khaled Benlafkih, maire adjoint de La Courneuve

25) Farid Berhal, conseiller municipal délégué PCF de Sarcelles

26) Sam Berrandou, maire adjoint de Saint-Denis

27) Jean-Jacob Bicep, maire adjoint EELV du 20ème arrondissement de Paris

28) Véronique Billand, maire adjoint EELV de Savigny-le-Temple

29) Albert Bischerour, maire adjoint EELV des Mureaux

30) Gérard Bleinc, maire PCF de Rougiers

31) Michel Bock, conseiller régional EELV d'Ile-de-France, président de la commission des Affaires internationales et européennes

32) Michelle Bock, conseillère municipale EELV de Guyancourt

33) Alain Bolla, vice-président PCF du Conseil régional de PACA

34) Gilles Bontemps, vice-président PCF du Conseil régional des Pays de la Loire

35) Vincent Bony, conseiller municipal de Rive-de-Gier

36) Yasmine Boudjenah, première adjointe au maire PCF de Bagneux, ancienne députée européenne

37) Yannick Boulard, maire PCF de Fontaine

38) Patrick Bourbon, conseiller municipal NPA de Saint-Pierre-des-Corps

39) Marie-Claude Bourdon, conseillère régionale EELV de Guyancourt

40) Michel Bourgain, maire EELV de l’Ile-Saint-Denis, vice-président de Plaine Commune

41) Jacques Boutault, maire EELV du 2ème arrondissement de Paris

42) Magali Braconnot, conseillère municipale Les Alternatifs de Siminane-Collongue

43) Hervé Bramy, conseiller général PCF de Seine-Saint-Denis

44) Daniel Breuiller, conseiller général EELV du Val-de-Marne, maire d'Arcueil

45) Didier Broch, conseiller municipal délégué de La Courneuve

46) Jean-Marc Brulé, conseiller régional EELV d'Ile-de-France

47) Corinne Cadays-Delhome, maire adjointe PCF de La Courneuve

48) Catherine Calmet, conseillère municipale EELV de Créteil

49) Gérard Calzettoni, maire adjoint EELV de Romainville

50) Sophie Camard, conseillère régionale EELV de PACA

51) Philippe Camo, conseiller régional PCF d'Ile-de-France

52) Christine Capdeville, première adjoint au maire de La Penne sur Huveaune

53) Dominique Cardot, maire adjoint de Malakoff

54) Mathilde Caroly, conseillère municipale PCF de Saint-Denis

55) Dominique Carré, maire adjoint EELV de Pierrefitte, conseiller communautaire

56) Martine Carriol, conseillère régionale PCF de PACA

57) Eric Cazin, maire adjoint EELV du 4ème arrondissement de Lyon

58) Patrick Chaimovitch, maire adjoint EELV de Colombes

59) Nezha Chami, conseillère municipale de Bagneux

60) Maurice Charrier, maire honoraire et vice-président PG du Grand Lyon

61) Sophie Charrier Senouci, maire adjointe PG-FdG de Vaulx-en-Velin

62) Fatima Chennouf-Terrasse, conseillère municipale NPA de Clermont-Ferrand

63) Jackie Cherin, conseiller municipal délégué de Bezons

64) Catherine Chevallier, conseillère municipale EELV de Guyancourt

65) Sandrine Clavière, conseiller municipal NPA de Clermont-Ferrand

66) Daniel Clerembaux, conseiller municipal NPA de Limoges

67) Dominique Cloarec, conseillère municipale EELV de Levallois-Perret

68) Julie Cochin, conseillère régionale PCF des Pays de la Loire

69) François Cocq, conseiller municipal délégué au jumelage de Champigny-sur-Marne, groupe des élus du Parti de Gauche

70) Jean-Noël Coirault, conseiller municipal délégué PCF d'Alfortville

71) Guy Collet, maire adjoint de Bagneux

72) Josiane Comet, conseillère municipale PCF de Saint-Denis

73) Yves Contassot, maire adjoint EELV de Paris

74) Jean-Marc Coppola, vice-président PCF du Conseil régional de PACA, conseiller municipal de Marseille

75) Claudine Cordillot, maire PCF de Villejuif

76) Serge Cormier, maire adjoint PCF de Malakoff

77) Emmanuelle Cosse, vice-présidente EELV du Conseil régional d'Ile-de-France

78) François Cosserat, conseiller municipal PCF d'Amiens

79) Christine Coulon, conseillère municipale NPA d'Alençon

80) Marie-Odile Crabbé-Diawara, conseillère municipale déléguée Alternatifs de Besançon

81) Bernadette David, maire adjointe de Bagneux

82) Suzanna De La Fuente, conseillère municipale de Saint-Denis

83) Sylvain De Smet, conseiller régional EELV d'Ile-de-France

84) Ghislaine Degrave, conseillère régionale EELV d'Ile-de-France

85) François Delapierre, conseiller régional d'Ile-de-France

86) François Delcombre, conseiller municipal EELV de Soisy-sur-Montmorency

87) Ane Marie Delmas, conseillère municipale EELV du Blanc-Mesnil

88) Martine Deloffre, conseillère municipale EELV d'Athis Mons

89) André Deluchat, maire adjoint de Chevilly-Larue, co-secrétaire du PG dans le Val-de-Marne

90) Sokhona Demba, maire adjoint de Goussainville

91) Philippe Denis, conseiller régional PCF des Pays de la Loire

92) Meriem Derkaoui, conseillère municipale PCF d'Aubervilliers

93) Maryse Desbourdes, conseillère municipale Pour une Alternative à Gauche (Alternatifs et NPA) de Poitiers

94) Valérie Diamanti, conseillère municipale PCF de Marseille

95) Manuel Diaz, conseiller général PCF d’Aniane

96) Françoise Diehlmann, conseillère régionale EELV d'Ile-de-France

97) Herbert Dominique, conseiller municipal PCF de La Rochelle

98) Chantal Duchène, maire adjointe EELV d'Ivry

99) François Dufour, vice-président EELV du Conseil régional de Basse-Normandie

100) Nathalie Dupuy, vice-présidente PCF de la communauté d'agglomération de La Rochelle

101) Frédéric Dutoit, conseiller municipal PCF de Marseille, président du groupe communiste

102) Joël Dutto, conseiller général PCF honoraire, conseiller municipal de Marseille

103) Sylvaine Ettori, maire adjointe PG de Champigny-sur-Marne

104) Jean-Claude Eyraud, conseiller municipal FASE de Gap

105) Rémi Fargeas, maire adjoint EELV de Saint-Ouen

106) Lynda Fellahi, conseillère municipale de Saint-Denis

107) Patricia Fernandez-Pédinielli, maire PCF de Port-de-Bouc

108) Mireille Ferri, conseillère régionale EELV d'Ile-de-France

109) Patrice Finel, conseiller général PG de l'Essonne

110) Alain Fournier, conseiller municipal EELV de Clichy-la-Garenne

111) Marie-Claude Fournier, maire adjointe EELV de Clichy-la-Garenne

112) Roger Fretty, conseiller municipal EELV de Givors

113) Denis Fric, conseiller municipal NPA de Sous-Parsat

114) Claire Gagnière, conseillère municipale EELV de Colombes

115) Francis Gairaud, maire de Cabrières

116) Audrey Galland, conseillère régionale PG d'Ile-de-France

117) Sylvain Garel, conseiller EELV de Paris

118) Henry Garino, conseiller régional communiste, républicain et citoyen du Languedoc-Roussillon

119) Hélène Gassin, vice-présidente EELV du Conseil régional d'Ile-de-France

120) Stéphane Gatignon, conseiller régional EELV d'Ile-de-France, maire de Sevran

121) Christian Gauthier, conseiller régional PG de Haute Normandie

122) Vincent Gazeilles, conseiller général EELV des Hauts de Seine, conseiller municipal de Clamart

123) Françoise Gerbier, maire PCF de Venon

124) Christophe Girard, maire adjoint PG de Saint-Denis

125) Séverine Goudignen, conseillère municipale EELV du Pecq

Partager cet article
Repost0
14 juin 2011 2 14 /06 /juin /2011 07:56

 

 (1ère partie) 

 © 2011 www.aschkel.infoeurope-israel.org

Pour remercier tous ces gens au terrorirsme actif du 'Hamas et de l'IHH un petit tour au palm beach de Gaza ?

Logo - Gaza vous avez dit blocus

هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 858x570 .


هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .


هذه الصورة مصغره ... اضغط هنا لعرضها بالمقاس الحقيقي ... المقاس الحقيقي 720x480 .


إنقر هنا لعرض الصورة بالمقاس الحقيقي
marseille.jpg



 


>Mourir pour Gaza... Par Alain Rubin 

Dossier complet sur la flottille triangle bas

Dossier -Flotille - propagandistes de la terreur

Merci à Myrna pour l'envoi

Les collectivités locales qui soutiennent le bateau
CarteCLsoutien
  • Municipalité de Bagneux (Hauts-de-Seine) : vœu de soutien et subvention de 
  • 1 500 €
  • Municipalité de Bagnolet (Seine-Saint-Denis) : vœu de soutien et subvention de 2 000 €
  • Municipalité de Gennevilliers (Hauts-de-Seine) - vœu de soutien et subvention de 
  • 1 500€
  • Municipalité de La Grigonnais (Loire-Atlantique) : subvention de 100€
  • Municipalité de Nanterre (Hauts-de-Seine) - vœu de soutien et subvention de 1 000€
  • Municipalité de Saint Pierre des Corps (Indre-et-Loire) : vœu de soutien
  • Municipalité de Saint-Denis (Seine-Saint-Denis) : vœu de soutien et subvention de 1 000 €
  • Municipalité de Rezé (Loire-Atlantique) : vœu de soutien et subvention de 200€
  • Conseil régional de Bretagne : subvention de 5 000€
  • Conseil régional Rhône-Alpes : vœu de soutien

Elus et responsables nationaux :

1) Patricia Adam, députée PS du Finistère

2) Dominique Adenot, président de l'ANECR, maire PCF de Champigny-sur-Marne

3) Marie-Hélène Amiable, députée PCF des Hauts-de-Seine et maire de Bagneux

4) Pouria Amirshahi, secrétaire national du PS à la coopération et aux droits de l'Homme

5) Kader Arif, député européen PS

6) Jean Arneguy, exécutif national des Alternatifs

7) François Asensi, député ex-PCF de Seine-Saint-Denis

 Clémentine Autain, membre de l'exécutif de la FASE, directrice de Regards

9) François Autain, sénateur CRC-PG des Pays de la Loire

10) Denis Baupin, membre de la direction d'EELV

10) Malika Benarab-Attou, députée EELV au Parlement européen.

11) Oliver Besancenot, membre de la direction du NPA

12) Danielle Bidard, sénatrice honoraire PCF, présidente de l’association Pour Jérusalem

13) Martine Billard, députée PG de Paris

14) Michel Billout, sénateur PCF de Seine-et-Marne

15) Marie-Christine Blandin, sénatrice EELV du Nord

16) Jean-Jacques Boislaroussie, porte-parole des Alternatifs

17) Nicole Borvo-Cohen-Seat, sénatrice PCF de Paris

18) Didier Boulaud, sénateur PS de la Nièvre, vice-président de la commission des Affaires étrangères, de la Défense et des Forces armées

19) Marie-Odile Bouillé, députée de la Loire-Atlantique

20) Alima Boumédiène-Thiéry, sénatrice EELV de Paris

21) Bernadette Bourzai, sénatrice PS de Corrèze

22) Patrick Braouezec, député communistes unitaire et citoyens de Seine-Saint-Denis

23) Marie George Buffet, députée PCF de Seine-Saint-Denis

24) Jean-Jacques Candelier, député PCF du Nord, secrétaire de la Commission de la défense nationale et des forces armées

25) Françoise Castex, députée européenne PS

26) Monique Cerisier Ben Guiga, sénatrice PS

27) André Chassaigne, député PCF du Puy-de-Dôme

28) Nikolaos Chountis, MEP SYRIZA GUE/NGL

29) Yves Cochet, député EELV de Paris

30) Eric Coquerel, conseiller régional PG d'Ile-de-France, secrétaire national aux Relations extérieures

31) Pierre Cours Sallies, membre de l'exécutif de la FASE

32) Karima Delli, députée européenne EELV

33) Jean Desessard, sénateur EELV de Paris

34) Marc Dolez, député PG du Nord

35) Cécile Duflot, secrétaire nationale d'Europe Écologie – Les Verts (EELV)

36) Henri Emmanuelli, député PS des Landes

37) Corinne Erhel, députée PS des Côtes d'Armor

38) Jacques Fath, responsable national des Relations internationales du PCF

39) Martine Faure, députée PS de Gironde

40) Guy Fischer, vice-président PCF du Sénat

41) Jacques Fontaine, commission internationale des Alternatifs

42) Jacqueline Fraysse, députée des Hauts-de-Seine

43) Charles Gautier, sénateur-maire PS de Loire-Atlantique

44) Pierre Gayral, exécutif national des Alternatifs

45) Jérôme Gleizes, responsable de la commission transnationale EELV

46) Pierre Gosnat, député-maire PCF d'Ivry-sur-Seine

47) Catherine Grèze, députée européenne EELV

48) Jean-Louis Idiart, député de la Haute-Garonne, conseiller général de Haute-Garonne

49) Michel Issindou, député PS d’Isère

50) Muguette Jacquaint, députée honoraire PCF, chevalière de la Légion d'Honneur, conseillère municipale de La Courneuve



Partager cet article
Repost0
13 juin 2011 1 13 /06 /juin /2011 12:36



Par Aschkel

Red Lines
internet-haganah

 

Les cibles incluent les cadres et certains nombres d'entrepreneurs américains, certains milliardaires européens, un échantillonage raisonnable de juifs, de sionistes de néo-conservateurs entres autres. Sont visés également l'ensemble des civils ou militaires des Départements américains comme illustré ci-dessous.

 

 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 18:12

MEMRI Middle East Media Research Institute

Dépêche      spéciale n° 3894


La militante égyptienne pour les droits de la femme Iqbal Baraka : le niqab est une "ruse employée par des voleurs et des voyous pour mener à bien d´autres crimes" ; Erdogan porte un "masque"


Ci-dessous des extraits d´une interview de la militante pour les droits des femmes Iqbal Baraka, présidente pour l´Egypte de l´association internationale des écrivains "International Pen". L´entretien a été diffusé sur la télévision Al-Hayat, le 29 mai 2011.

"Il nous faut quelqu´un… qui croie en la révolution et soit issu des rangs de la révolution"

Iqbal Baraka : J´ai le sentiment que bien que les gens soient satisfaits de Dr Essam Sharaf [Premier ministre égyptien], ce dernier n´est pas assez révolutionnaire, et a un rythme très lent. Il n´a pas [l´envergure] d´un dirigeant révolutionnaire. Un dirigeant révolutionnaire doit être un homme fort et puissant, qui croit avec ferveur en la révolution, et qui n´a pas peur. […]

Ce n´est pas la bonne période pour Essam Sharaf. Il est fait pour des temps plus calmes, pour l´époque où nous pouvions voyager en Afrique, embrasser les gens sur la tête, créer une ceinture verte autour de l´Egypte, etc… [pour la] relaxation. Mais nous traversons une époque dangereuse. Nous nous trouvons à un carrefour terrifiant. C´est impossible [pour lui] à présent.

Interviewer : Vous pensez que notre époque nécessite plus de fermeté…

Iqbal Baraka : C´est évident. Il nous faut quelqu´un faisant preuve de fermeté et de force, qui croie en la révolution et soit issu des rangs de la révolution.

Interviewer : Certains disent que l´attitude du Dr Essam Sharaf correspond bien à nos besoins politiques actuels.

Iqbal Baraka : Personnellement, il ne m´enthousiasme pas. Non. Permettez-moi de vous dire que quand des crimes sont commis et que personne n´a de comptes à rendre, n´est poursuivi ou puni, on ne peut parler de politique. C´est une déception.

Il est inconcevable que des gens, tribus ou groupes s´allongent sur les voies ferrées pour empêcher les touristes d´arriver à Luxor ou Aswan ou revenir du Caire. Ils ont forcé toute l´Egypte à s´interrompre, pour une raison qui atteint le summum de la stupidité et de la bêtise : leur refus d´accepter un gouverneur [copte]. Ils l´ont dit haut et fort. J´aurais aimé qu´ils ne l´admettent pas. Ils auraient dû être immédiatement punis. Ils auraient tous dû être rassemblés et poursuivis en justice.

"Pourquoi le gouverneur devrait-il être officier de police ? Il pourrait être professeur d´université, journaliste, avocat, docteur"

Interviewer : Que pensez-vous de la décision de geler la nomination du gouverneur ?

Iqbal Baraka : Il y avait plusieurs [bonnes] raisons de s´opposer à sa nomination. Il vient de l´agence nationale de la sécurité. Pourquoi ? C´est la première grosse erreur. Pourquoi nous amener l´un de ces individus dont la véritable nature a été révélée au grand jour ? Pour quelles raisons ? Pourquoi le gouverneur devrait-il être un officier de police ? Il pourrait être professeur d´université, journaliste, avocat, docteur… Pourquoi ? Je ne comprends pas. Ce choix éta it déjà une erreur. Il y a trois ou quatre [bonnes] raisons qui font que cet homme ne devrait pas être gouverneur, mais ils ont choisi [de se focaliser] sur une raison défectueuse et honteuse, sur le fait qu´il soit copte. Qu´est-ce que c´est que cette bêtise ? A mon avis, Dr Essam Sharaf devrait lui-même être poursuivi en justice.

Interviewer : En justice ?

Iqbal Baraka : Tout à fait. Il est responsable, donc comment peut-il les laisser s´en tirer à si bon compte ?

C´est une révolution libérale et démocratique, qui accepte toute personne, du moment qu´elle a été élue par le peuple. Avons-nous élu les salafistes pour nous gouverner ? Que se passe-t-il ? Essam Sharaf et ses ministres n´ont pas le droit de recourir à l´aide de ces gens.

Interviewer : Nombreux sont ceux qui ont reproché au Dr Sharaf de rechercher l´aide des cheikhs salafistes pour résoudre certains problèmes…

Iqbal Baraka : C´est une faute impardonnable. Malheureusement, les médias d´Etat font un bon accueil à ces gens-là, qu´ils transforment en super stars. Ils s´aplatissent devant eux.

"Nous voulons un Etat civil. C´était l´objectif de la révolution… Erdogan est un homme extrêmement méprisable… qui veut obtenir le soutien des partis religieux"

Interviewer : Etes-vous contre l´accession au pouvoir d´un mouvement religieux ?

Iqbal Baraka : Nous voulons un Etat civil. C´était l´objectif de la révolution. Le slogan disait : "Une révolution civile par des moyens pacifiques". Tout le monde était d´accord là-dessus. Comment nous, qui appelons à une révolution civile par des moyens pacifiques, pouvons-nous demander à des prédicateurs de nous diriger, de jouer les médiateurs entre nous et le public ? (…)

Interviewer : Que pensez-vous de [l´idée d´adopter] le modèle turc en Egypte ? Comme vous savez, le mouvement religieux est au pouvoir en Turquie, et pourtant le monde s´émerveille du modèle turc. Pensez-vous que ce modèle soit applicable en Egypte ?

Iqbal Baraka : Je ne suis pas du tout éblouie par le modèle turc. Permettez-moi d´exprimer mon désaccord. J´ai le sentiment qu´Erdogan est un homme extrêmement méprisable, qui essaie d´avoir sa part du gâteau et de la consommer. Il se présente au monde comme n´étant pas islamiste et ne voulant pas d´un Etat religieux, alors que son parti politique est religieux…

Interviewer : Mais la société turque jouit de libertés pleines et entières. Chaque citoyen peut agir comme bon lui semble – au niveau aussi bien religieux que politique et social.

Iqbal Baraka : Mais les partis politiques religieux sont interdits, et il fait son possible pour abolir cet article de la constitution. Il veut obtenir le soutien des partis religieux. Erdogan est un homme dangereux. D´ailleurs, l´Occident ne le lâche pas. Il y a, dans les pays occidentaux, des politiciens et des commentateurs qui voient et comprennent tout. Erdogan a mené une campagne totale pour réhabiliter le hijab dans les universités turques, et sa femme porte le hijab. (…)< /P>

"Les Frères musulmans ont appris d´Erdoğan comment occulter leurs véritables croyances"

Iqbal Baraka : Les Frères musulmans ont appris d´Erdoğan comment occulter leurs véritables croyances. Ils portent un masque civile pacifique. C´est là l´une de leurs méthodes. Il s´agit d´une forme de propagande, ni plus ni moins...

Interviewer : Vous n´êtes pas prête à accorder aux Frères musulmans et à leur Parti de la liberté et de la justice le b énéfice du doute, en supposant que leurs intentions soient bonnes ?

Iqbal Baraka :
S´ils sont élus, nous nous plierons [à la volonté générale]. Croyez-moi, je ne m´opposerai pas.

Interviewer :
Pensez-vous que le choix d´un copte comme vice-président de leur parti soit une forme de propagande, ou une façon de dissimuler leurs véritables convictions ?

Iqbal Baraka : Bien sûr. Ce sont des menteurs. Dans leur programme, ils ont dit qu´ils ne permettraient pas à un copte de gouverner l´Egypte. Bien sûr, nous avons fait toute une histoire à ce sujet, et j´ai été la première à réagir sur la base
de l´islam et de la charia. Ils disaient : "Non à une femme et non à un copte." Ils n´ont pas le droit de refuser à qui que ce soit la possibilité de gouverner l´Egypte, ni d´interdire les aspirations politiques de qui que ce soit. Ils n´en ont pas le droit. Quel genre de parti déclare "Ceux-ci peuvent se présenter, ceux-là ne le peuvent pas" ? Comment une nation de 85 millions de personnes peut-elle être dirigée de manière aussi naïve ? [...]

Le mélange des sexes à l´université est nécessaire. Je le répète : il est indispensable, car il prépare les jeunes hommes et femmes à la vie [...]

Heureusement, les Egyptiens, par nature, sont contre [l´interdiction de cette mixité]. Même au niveau le plus bas, pas seulement les intellectuels, les laïques, etc...

Interviewer : Nous sommes toujours attirés par le [juste] milieu.

Baraka Iqbal : Le [juste] milieu est l´âme de l´Egypte. L´Egypte n´aime pas l´extrémisme. Permettez-moi de vous raconter une anecdote historique. Lorsque les Fatimides régnèrent sur l´Egypte, ils en firent un pays chiite pour je ne sais pas combien de temps. Le jour qui suivit leur départ, tous les Egyptiens sont redevenus sunnites. [...]

Les femmes se sont battues pour la libération de la femme égyptienne. Mais maintenant, les Frères musulmans, dont les membres sont les ennemis des femmes, et qui ne voient rien de bon chez les femmes, et qui tentent de les cacher sous des chaises et de rrière des écrans, afin qu´on ne les voie pas, et qui les revêtent de niqabs ou de hijabs s´il faut absolument qu´elles sortent de chez elles... Ces gens-là finiront par remporter des sièges au parlement. Pourquoi ? Parce qu´ils ont amassé de l´argent et qu´ils sont bien organisés.

Ils prennent une femme et en font une candidate, même si elle ne veut pas, et n´a rien à voir avec la politique. On lui a appris à croire que son rôle est de rester à la maison, de prendre soin de son mari et de ses enfants. Et tout d´un coup, elle est jetée dans l´arène politique, et on dépense de l´argent pour elle.

Il est très probable que dans le futur parlement, les trois quarts des membres seront des femmes portant le hijab, et les sept huitièmes des femmes portant le niqab, et elles défendront la liberté des femmes, la liberté des Egyptiens. Comment une telle chose est-elle possible ? [...]

Interviewer : Avant la pause, nous avons parlé d´un ensemble de lois promulguées par Suzanne Moubarak, l´épouse de l´ancien président. Maintenant, on parle d´ôter son nom et son portrait des projets élaborés au temps de l´ancien président Moubarak. Êtes-vous pour ou contre cette idée ?

Iqbal Baraka : C´est une idée stupide et puérile. Nous commettons cette erreur depuis 4000 ans. Chaque pharaon abolissait tout ce qui avait précédé son règne. [...]

Tout le monde a le droit de choisir sa religion. En aucun cas ne pouvons-nous nous y opposer, parce que Dieu a dit dans le Coran :"Que celui qui veut croire croie et que c elui qui ne veut pas coire ne croie pas." [...]

Des notions erronées attribuées par erreur à l´islam se propagent. Prenez, par exemple, la peine pour apostasie. Certains prétendent qu´il est permis de tuer quiconque quitte l´islam. Ce décret fait l´objet d´une forte controverse. Je ne veux pas donner mon opinion, parce que je ne suis pas juriste, et que je ne veux pas qu´on me fasse dire des choses, mais il y a controverse à ce sujet. Il n´y a aucune preuve de l´existence d´un châtiment contre l´apostasie. C´est une invention de certains politiciens.

Interviewer : Vous avez une fois demandé aux salafistes s´ils seraient prêts à abolir cette peine. Vous ont-ils répondu ?


Iqbal Baraka : Précisément, si vous voulez appliquer cette peine, cela signifie que quiconque abandonne sa religion doit être puni.

Interviewer : Avez-vous reçu une réponse des salafistes ?

Iqbal Baraka : Les salafistes n´osent pas me répondre, parce qu´ils savent que mon éducation religieuse est dix fois meilleure que la leur.


"Je ne soutiens pas le niqab. Je suis pour sa totale abolition, parce que c´est une ruse employée par des voleurs et des voyous pour mener à bien d´autres crimes"

Je ne soutiens pas le niqab. Je suis pour sa totale abolition, parce que c´est une ruse employée par des voleurs et des voyous pour mener à bien d´autres crimes. [...]

Les gens ne rendent pas service à cette grande religion en supposant qu´ils peuvent forcer une femme, créée par Allah, à se cacher de cette manière derrière un affreux rideau noir. C´est une chose méprisable, qui n´a pas de sens. Nous devons lutter contre cela de la plus claire et la plus courageuse des manières. Il n´y a pas de niqab en islam, et il doit être interdit en Egypte par la loi. [...]


Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

Pour consulter l´intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d´accès, visiter le site www.memri.org/french.

Le MEMRI détient les droits d´auteur sur toutes ses traductions. Celles-ci ne peuvent être citées qu´avec mention de la source.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 13:02

 

SAMEDI 11 JUIN 2011

Hubert Védrine fait la leçon à Israël encore et encore

philosemitismeblog.blogspot.com


C'est plus fort qu'eux.  Ils ne peuvent pas résister à la tentation de donner des leçons à Israël. Des politiciens européens co-signent régulièrement des tribunes très critiques d'Israël (on attend toujours une qui soit favorable à Israël, c'est pourtant courant aux États-Unis). Une de ces "lettres ouvertes" vient d'être publiée et nous en avons trouvé une version en anglais dans Spiegel Open Letter on Middle East Policy: 'Lasting Peace Only Possible with Hamas On Board'. On y trouve la signature de M. Hubert Védrine bien connu pour ses attaques contre Israël. 

En 2009, à la suite de la publication d'un appel du même type, José Pacheco Pereira, historien et homme politique portugais, analysait dans un billet sans complaisance les méandres de cette pensée européenne qui brille doublement: par son insignifiance et par sa méchanceté. Il avait eu la bonne idée d’ajouter à son texte trois photos qui sont aussi éloquentes que la rhétorique de ces bien-pensants. D’après Le Point, José Pacheco Pereira est "un électron libre de la droite, dont le blog, "Abrupto", est l’un des plus lus au Portugal".

Source: Philosémitisme: La fausse équidistance et l'irrelevance de la politique moyen-orientale de l'Europe, José Pacheco Pereira (07/03/2009)

"Le Público a publié (2/1/2009) une tribune comme celles que les sénateurs internationaux rédigent régulièrement sur le Moyen-Orient. Le titre de celle-ci est menaçant "L'humanité est en jeu à Gaza" et porte la signature d’un groupe de personnalités hétéroclites, censées comme d’habitude représenter éclectiquement des "civilisations" distinctes et conférer ainsi au texte une touche d'universalité. Un coup d’œil à l’ensemble des "soussignés" nous met la puce à l’oreille sur ce qui nous attend en matière de politiquement correct: le tchèque Vaclav Havel, le Prince Hassan bin Tala, oncle de l'actuel roi de Jordanie, le théologien progressiste Hans Küng, le néo-zélandais Mike Moore, ancien directeur de l'Organisation mondiale du commerce, le philanthrope japonais Yohei Sasakawa, le prix Nobel de la paix Desmond Tutu et l’aristocrate Karel Schwarzenberg, actuel ministre des Affaires étrangères de la République tchèque. Cette dernière signature, celle d’un ministre du pays qui exerce actuellement la présidence de l'UE, donne au document l'air d'une déclaration officieuse (mais en fait inexistante) de la célèbre "la politique étrangère européenne".

Nous avons donc, comme il se doit, deux Européens de l’est, un roturier et un noble, un Allemand, un prince arabe, un évêque anglican africain, un Japonais et un représentant des antipodes. Ou vu sous un autre angle, un évêque, un philanthrope, un écrivain, un arabe modéré et un politicien en exercice. Ou sous un autre angle encore, un blanc, un arabe, un noir et un jaune. Ou encore, un chrétien catholique, un chrétien anglican, un musulman, un shintoïste, un agnostique, etc. etc. Ils représentent le monde tel que les multiculturalistes le conçoivent.

Le mérite du texte est de permettre de comprendre pourquoi la politique moyen-orientale de l'Europe est vouée à l’échec qu’on connaît. Il recèle une vision qui, se voulant "équidistante", légitime en fait la violence radicale palestinienne, et finit par condamner davantage Israël que la belligérance du Hamas, dont l’objectif de détruire l'État d'Israël n’est jamais pris en compte dans leur "équidistance". Donc rien d’original dans cet exercice d’"équidistance" très prisé dans l’Europe "communautaire" et qui constitue une des raisons pour lesquelles l'Union européenne, malgré le fait qu’elle est le principal donateur d’aide humanitaire de l'Autorité palestinienne, ne joue qu’un rôle périphérique dans le conflit palestinien et n'est reconnue par aucune des parties comme un protagoniste sérieux dans les négociations.

A l’inverse, les Etats-Unis, très peu "équidistants" et de l'autre côté, l'Iran, sont des acteurs clés pour la compréhension du conflit. Ce qu'ils disent et font est pris au sérieux par les pays et les groupes en conflit. Si trêve, paix, Etat palestinien, il y a, c’est avec eux et grâce à eux. L’Europe qui, pour toutes sortes de raisons historiques, politiques et géopolitiques, devrait être un acteur clé dans la résolution du conflit, est effectivement inexistante et se borne à proférer des déclarations de bonnes intentions comme le texte en question.

Le fait est que la nouvelle "langue de bois" des temps modernes est véhiculée par ce genre de textes, dans lesquelles les rédacteurs, par omission de la vérité, ou de fausses suggestions ou par pur mensonge, prennent clairement partie tout en jurant leurs grands dieux être au-dessus de la mêlée. Considérons cette phrase qu'Orwell aurait instantanément reconnue comme du doublespeak :

"L’impasse sécuritaire dans laquelle sont engagés Israël et la direction palestinienne gazaouie a conduit Israël à barrer la route à l’aide alimentaire, de sorte que 1,5 million de Gazaouis ont eu à faire face à des problèmes de vraie faim. Israël a, une fois de plus, privilégié la méthode musclée et s’est coupé des possibilités non violentes et créatives pour résoudre le différend Israël-Palestine."

Or la "direction palestinienne gazaouie", que les signataires refusent de nommer, c'est le Hamas qui s’est détaché du gouvernement du Président palestinien Abbas, pour instaurer illégalement une dictature fondamentaliste civile et militaire, parrainée par l'Iran, qui utilise la population civile comme bouclier dans son agression contre Israël, et s’attaque à tous les secteurs plus modérés de la société palestinienne.

L’objectif du Hamas est explicite: faire barrage à tout accord de paix avec Israël en militarisant l'ensemble du territoire. Il profite de toutes les opportunités que lui offre l'ouverture des frontières pour se réarmer et recevoir de l’aide extérieure. Il sacrifie le bien-être de milliers de civils palestiniens à ses objectifs de guerre. A l’intérieur du territoire, le Hamas contrôle toute l'aide humanitaire pour en faire bénéficier, en premier lieu, ses cadres et leurs familles et ensuite pour procéder à l’encadrement et à l'endoctrinement fondamentaliste de la population.

Tout ceci est abondamment documenté et je n'ai pas le moindre doute que les signataires se savent. Et ils en savent même plus. Ils savent que le Hamas se sert des ambulances pour transporter ses hommes et ses armes, qu’il utilise des boucliers humains, qu’il stocke des armes dans les mosquées, les écoles et les hôpitaux. Ils savent que, dans les écoles qu’il gère, le Hamas enseigne aux enfants et aux jeunes adolescents l’idéologie fondamentaliste du martyre, et qu’il lance des attaques aveugles contre la population civile.

Les signataires savent pertinemment bien qu'Israël ne prend pas la population civile comme cible militaire, mais que par contre le Hamas ne fait pas de distinction entre militaires et civils juifs, et qu’il assassine tous ceux qu'il peut. Et les signataires en savent même davantage : ils savent que le Hamas viole tous les types de droits de l'homme, qu’il fusille les opposants soupçonnés d’être des sympathisants du Fatah de M. Abbas et ceux qu’il croit être des informateurs supposés ou réels d’Israël, qu’il empêche toute liberté d'expression, qu’il procède à des arrestations arbitraires, qu’il pratique la torture et qu’il a instauré la sharia et d'autres pratiques religieuses fondamentalistes.

Dans un tel contexte, est-ce que la sécurité d'Israël peut-elle ne pas être "dure"? Est-ce que certains de ces sénateurs connaissent une politique "molle" qui mérite le nom de sécurité ? Quelle politique de sécurité "molle" serait possible face à des groupes comme le Hamas dans le contexte du Moyen-Orient? Et quelle solution de "protectorat" international au Moyen-Orient serait en mesure de garantir la sécurité d'Israël, sans être doté de troupes qui seraient prêtes à désarmer le Hamas et les groupes radicaux palestiniens, afin de bloquer l’infiltration iranienne au sein du Hamas et du Hezbollah, et mettre fin les escadrons de la mort? Avec quelle armée européenne?
Il suffit de constater ce qui se passe au Liban. Les troupes internationales restent passives face à l’Hezbollah, en violation du mandat international qui leur fut octroyé dans le cadre d’une des "des possibilités non violentes et créatives pour résoudre le différend Israël-Palestine" qui plaît tant aux signataires du document. S’ils étaient Israéliens accepteraient-ils de baisser leur propre sécurité face à ce type d’intervention "équidistante" qui cède aux rapports de force sur le terrain permettant ainsi à la Syrie et à l’Iran de continuer à contrôler une partie du territoire libanais et à le transformer en une base de guerre civile au Liban et de internationale contre Israël ?

Les conclusions de cette lettre sont d’une énorme hypocrisie. Oui, il est vrai qu’à "Gaza le sens élémentaire de la décence de l’humanité est en jeu", mais pour que cette assertion soit entièrement vraie, il aurait fallu aller plus loin encore : les signataires auraient dû exiger que la communauté internationale impose le rétablissement de la légalité sur le territoire, le désarmement du Hamas, le transfert du contrôle de Gaza au gouvernement légitime de l'Autorité palestinienne, et soutienne les efforts des Palestiniens modérés à parvenir à un accord avec Israël, tout en étant intransigeants sur la situation sécuritaire d’Israël. C'est seulement dans ce cadre qu’on a le droit de critiquer les excès israéliens, si excès israéliens il y en a.



Ce n’est qu’alors que le "courage moral et de vision politique, pour que la Palestine puisse faire un bond en avant" serait possible. Or si l’expression " bond en avant" n'est pas une erreur de traduction, elle trahit un lapsus freudien des auteurs du texte, parce qu’un tel "bond" ne se produirait que dans un espace infiniment petit."


Source: texte repris du blog de l'auteur "Abrupto" et traduit par P.
Titre original: "A FALSA EQUIDISTÂNCIA E A IRRELEVÂNCIA DA POLÍTICA EUROPEIA NO MÉDIO ORIENTE"


* Pour la version française, on a le choix entre Le Quotidien de Nouakchott et La Libre Belgique !
Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 10:27

 

Yémen- Situation sécuritaire catastrophique - Les USA traquent Al-Qaeda

 

 

Zone militaire

 

La situation sécuritaire yéménite est catastrophique. Le Yémen est confronté à une rébellion chiite dans le nord, à une contestation de militants marxistes nostalgiques de la République démocratique populaire du Yémen Sud, qui existait avant la réunification du pays, à l’activisme d’al-Qaïda dans la Péninsule arabique (AQPA) et, pour couronner le tout, à une insurrection contre le régime du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis plus de 30 ans.

Ce dernier, gravement blessé lors de l’attaque du palais présidentiel, le 3 juin dernier, est actuellement hospitalisé en Arabie Saoudite, ce qui rend l’avenir du Yémen encore plus incertain.

Pour l’administration américaine, c’est surtout la présence de plus en plus manifeste d’AQPA qui inquiète. Le réseau terroriste s’est emparé des villes de Jaar, en mars, et, plus récemment, de Zinjibar, dans le sud du pays. La mobilisation des forces yéménites pour contenir l’insurrection populaire à Sanaa explique en partie les succès des jihadistes.

Ainsi, le chef d’état-major de l’armée américaine, l’amiral Mullen, a estimé que la situation au Yémen rend AQPA encore plus « dangereux ». D’ailleurs, Ayman al-Zawahiri, qui était, avant la mort de Ben Laden, le numéro deux d’al-Qaïda, ne s’y est pas trompé en lançant un appel vidéo aux Yéménites les invitant à continuer leur révolte afin de mettre en place un régime qui établira la charia (loi coranique).

Par le passé, cette organisation a tenté de s’attaquer aux Etats-Unis, sous l’impulsion de l’imam Anouar al-Aulaqui. C’est lui qui a poussé un médecin psychiatre de Fort Hood a ouvrir le feu sur des militaires américains en novembre 2009. Un mois plus tard, la filiale d’al-Qaïda dans la péninsule arabique a tenté de faire exploser en vol l’avion assurant la liaison entre Amsterdam et Détroit. Plus récemment, ce réseau a placé des colis piégé à bord d’appareils de fret à destination des Etats-Unis.

En fait, Washington a toujours gardé un oeil sur les activités des terroristes au Yémen, notamment depuis l’attentat contre le destroyer USS Cole, en octobre 2000, dans le port d’Aden. En 2002, un responsable d’al-Qaïda, Salim al-Harithi, avait été tué dans ce pays lors d’un raid américain mené à l’aide d’un drone.

Depuis, les Etats-Unis ont accordé une financière de plusieurs dizaines de millions de dollars au Yémen afin d’aider ses forces armées à faire face aux militants d’al-Qaïda et envoyé sur place des personnels expérimentés de la CIA et des forces spéciales à des fins de formation. Voire sans doute pour faire plus.

En effet, en novembre 2010, le Washington Post indiquait que des drones Predator avaient été engagés au Yémen, sous l’autorité de l’US Joint Special Operations Command (JSOC), pour cibler les responsables d’AQPA.

Et selon le New York Times, l’administration américaine aurait décidé d’intensifier les frappes aériennes contre le réseau terroriste, non seulement à l’aide de drones mais aussi de chasseurs-bombardiers. Ces opérations sont menées par le JSOC, en collaboration avec la CIA. Ainsi, l’un de ces raids aurait été mené contre Abu Ali al-Harithi, un responsable d’AQPA, le 3 juin dernier.

Seulement, l’efficacité de ces frappes dépend de la qualité des renseignements obtenus sur le terrain pour localiser les responsables jihadistes. Et là, vu le contexte, les services américains doivent veiller à ne pas se faire manipuler par des groupes tentés de faire éliminer leurs rivaux.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 10:25

 

Le Yémen se vide de sa population

par Daniel Pipes


The Washington Times
7 juin 2011


http://fr.danielpipes.org/9886/yemen-se-vide

Version originale anglaise: The Emptying of Yemen
Adaptation française: Johan Bourlard

Soyez le premier de vos amis à indiquer que vous aimez ça.

Aujourd'hui et pour la première fois de sa très longue histoire, le Yémen représente une menace pour le monde, principalement à deux titres.

Il y a tout d'abord la violence en provenance du Yémen, qui affectait déjà les Occidentaux avant le 15 janvier quand a débuté l'actuel soulèvement politique. Lorsque le président Ali Abdallah Saleh et son pâle gouvernement ne contrôlaient qu'une petite partie du pays, la violence avait surgi à la fois aux abords du Yémen (comme les attaques contre des bateaux américains et français) et loin du pays (les appels d'Anwar al-Awlaki aux actes de terrorisme au Texas, dans le Michigan et à New York). Avec l'abdication probable de Saleh le 4 juin, date de son départ pour l'Arabie Saoudite afin d'y subir un traitement médical, l'autorité du gouvernement central va continuer à s'étioler et le Yémen va devenir un exportateur de violence toujours plus important.

Les rebelles Houthis dans le nord du Yémen.

Mais il y a aussi un second danger, plus frappant : l'émigration massive, inattendue et sans précédent hors du Yémen de millions de réfugiés sans qualification, d'abord au Moyen-Orient puis en Occident, dont la plupart sont des islamistes réclamant l'asile économique.

Le problème trouve son origine dans un cataclysme, celui du manque d'eau. En 2010, Gerhard Lichtenthaeler, un spécialiste de la question, écrivait comment, dans de nombreuses zones montagneuses du pays, « l'eau potable disponible, puisée à une source ou à une citerne, s'est réduite à moins d'un litre par personne et par jour. Ses nappes aquifères sont exploitées à un point tel que le niveau des eaux souterraines est en train de chuter de 3 à 6 mètres chaque année, menaçant l'agriculture et laissant de grandes villes sans eau potable saine suffisante. Sanaa pourrait ainsi devenir la première capitale au monde à tomber en panne sèche. »

Et pas seulement Sanaa : comme le titrait le quotidien londonien Times, « le Yémen pourrait devenir la première nation à manquer d'eau. » Rien de tel ne s'est produit à notre époque, même si des cas de sécheresse semblables se sont déclarés en Syrie et en Irak.

Comme le souligne le chroniqueur David Goldman, le manque de ressources alimentaires représente un risque de famine pour un grand nombre de personnes au Moyen-Orient. Or, un tiers des Yéménites a enduré une famine chronique dès avant les troubles. Et ce nombre est en train de croître rapidement.

Un Yéménite puisant de l'eau dans un puits du nord du pays.

La perspective d'une implosion économique se fait, jour après jour, plus menaçante. Les approvisionnements en essence sont tellement réduits que « les camions et les bus font la file aux stations-service des heures durant, alors que les pénuries d'eau et les coupures d'électricité sont quotidiennes. » La production économique décline proportionnellement.

Comme si les problèmes d'eau et de nourriture ne suffisaient pas, le Yémen possède l'un des plus forts taux de natalité au monde, ce qui aiguise encore la question des ressources. Avec une moyenne de 6,5 enfants par femme, le pays compte à tout moment pratiquement une femme sur 6 enceinte. On prévoit que la population actuelle de 24 millions d'habitants aura doublé dans 30 ans.

La situation politique n'arrange rien. En supposant que le régime de M. Saleh appartient au passé (les Saoudiens ne peuvent le laisser partir puisque, au Yémen, trop d'opposants se sont révoltés contre lui), son successeur aura bien des difficultés à gouverner même la petite partie du pays que Saleh contrôlait.

Les factions en lutte pour le pouvoir ont des objectifs tellement contradictoires et sont tellement nombreuses – forces loyales à M. Saleh, rebelles Houthi dans le nord, sécessionnistes dans le sud, forces proches d'Al-Qaida, mouvement de jeunesse, armée, tribus dominantes, famille Ahmar – qu'il leur est impossible de se rassembler en deux camps bien marqués. Dans un pays gouverné par un « système tribal déguisé en autocratie militaire », l'anarchie comme celle qu'on connaît en Somalie ou en Afghanistan semble plus probable que la guerre civile.

Quant aux islamistes yéménites, on les retrouve aussi bien dans le parti Islah qui prend part aux élections parlementaires, que chez les rebelles Houthi qui combattent les forces saoudiennes, et qu'au sein d'Al-Qaida dans la Péninsule arabique. Leur montée en puissance renforce les États et organisations du « bloc de la résistance » soutenu par l'Iran au point que si les chiites l'emportaient sur les sunnites, Téhéran en tirerait d'autant plus de bénéfice.

Le village d'Al-Tawilah : un exemple d'architecture yéménite.

La combinaison de ces différentes crises – écologique, économique, politique, idéologique – pourrait causer au Yémen un exode tragique, massif et sans précédent et provoquer ailleurs une réaction anti-yéménite épique.

Personnellement, j'ai été fasciné par le Yémen que j'ai visité en 1972 quand j'étais étudiant. Pays si difficile d'accès que les puissances coloniales n'ont fait que l'aborder, le Yémen a réussi à garder ses coutumes dont un style architectural impressionnant ainsi qu'une culture typique d'hommes portant la dague et d'adultes mâchant pour la plupart du qat.

Le monde extérieur peut-il éviter une catastrophe ? Non. Que ce soit le relief, la culture ou la situation politique, tout au Yémen rend une intervention militaire impossible et face aux déficits de l'Occident et à la crainte saoudienne, personne ne prendra la responsabilité de l'effondrement économique du Yémen. De la même manière, aucun État ne se portera volontaire pour accueillir des millions de réfugiés dans le besoin. Dans ces heures très sombres, les Yéménites sont seuls face à eux-mêmes.

Thèmes connexes: Golfe Persique et Yémen Il est permis de reposter ou de faire suivre ce texte pour autant qu'il soit présenté dans son intégralité et accompagné de toutes les informations fournies à propos de son auteur, de sa date et son lieu de publication et de son URL originale.

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 09:05


 
DEBKAfile Reportage spécial  11 juin 2011, 11:26 PM (GMT+02:00)

Adapté par Marc Brzustowski

Pour © 2011 lessakele et © 2011 aschkel.info

 

http://www.debka.com/article/21018/


Tags:  Al Qaeda in North Africa      Fazul Abdullah Mohammed    US    Israel    Somalia 

 

 

La maison familiale de Fazul ,à Moroni

 

Depuis plus de 15 ans, Fazul Abdullah Mohammed échappait à toute opération secrète américaine et israélienne pour le capturer, souvent épargné à quelques minutes près. Cette semaine, sa chance a tourné : des sentinelles, à un barrage routier, en banlieue de Mogadiscio, lui ont tiré dessus et l’ont abattu, mercredi, quand le petit camion 4X4 dans lequel il voyageait, avec un compagnon a refusé de s’arrêter. Ils l’ont tué sans réaliser qui il était vraiment. Il n’a été identifié que grâce à des tests ADN, samedi 10 juin.

 

Les sources contre-terroristes de Debkafiles rapportent que : Fazul, 38 ans, était l’un des planificateurs et commandants d’al Qaeda les plus accomplis. Son habileté stratégique usait d’astuces et de tactiques pour confondre ses ennemis. Depuis des années, il poursuivait ses activités sous les yeux mêmes des chasseurs de terroristes américains et israéliens.

 

 

Son décès laisse en plan et dépourvu de leader la branche d’al Qaeda en Afrique de l’Est et dans la Corne de l’Afrique, ainsi qu'Ayman al Zawahiri, le principal lieutenant d’Osama Ben Laden (qui n’a pas été élu pour lui succéder). Reste, désormais, la seconde branche terroriste importante, celle dirigée par Saïf al Adel, qui a été choisi comme le chef d’al Qaeda et qui opère à l’extérieur du Waziristan.

 

En tant que membre du Jihad islamique égyptien, Fazul est arrivé en 1995 dans les îles comoriennes de l’Océan Indien, juste en face du Kenya, où il est né. Il s’est installé comme simple pêcheur dans la capitale, Moroni, et s’est marié à une fille locale.


De là, il s’est appliqué à organiser et exécuter deux opérations terroristes majeures, visant Israël et les Etats-Unis.

 

Cela lui a pris une année pour mettre en place le détournement du vol 961 d’Ethiopian Airways, en route depuis Addis Abeba vers Nairobi. Lors de cet atterrissage forcé en face des Comores, cinq membres du bureau directeur des industries de l’aviation israéliennes (IAI) et un de leurs gardes du corps ont été assassinés, en même temps que le chef de l’antenne de la CIA dans la capitale éthiopienne, Leslie Shed et que l’adjoint du Commandant des forces aériennes ukrainiennes.

 

Ce groupe était en route pour une rencontre entre les équipes américaine, ukrainienne et israélienne, animée par le Président ukrainien et le Ministre de la Défense israélien, à l’hôtel King David à Jérusalem. Ils devaient y discuter d’un accord à travers lequel l’Ukraine aurait fourni des avions de combat à l’Ethiopie, pendant qu’Israël améliorerait leurs performances et que les Etats-Unis payaient la transaction.

 

Jusqu’à ce jour, la totalité de ces quatre gouvernements a maintenu un black-out étanche autour de cet attentat terroriste, parce qu’ils n’ont jamais pu découvrir comment Fazul avait pu obtenir l’information top secrète sur l’identité des passagers à bord et le contenu de leur mission.

 

Après la suspension de ce dossier, personne n’a poursuivi l’enquête autour des questions concernant la localisation choisie par les terroristes pour l’atterrissage de l’avion éthiopien détourné, soit près des îles des Comores. On aurait pu découvrir que des bateaux de pêche attendaient les assassins des hommes d’affaires israéliens, de l’agent américain et des navigateurs ukrainiens, disposés par avance par Fazul pour leur permettre de s’évanouir dans la nature à toute vitesse et de rejoindre la terre ferme, sur les îles.

 

Deux ans plus tard, en 1998, Fazul a planifié et exécuté les attaques jumelles contre les Ambassades américaines de Dar es Salaam et Nairobi, tuant 224 personnes, la pire atrocité d’al Qaeda avant les attentats du 11 septembre. C’est alors que les renseignements américains ont relevé les premiers indices menant vers ce cerveau terroriste inconnu. Une équipe de choc du FBI est arrivée à Moroni en 1998, deux ans après qu’il y ait installé sa base. Mais ils arrivaient trop tard : l’oiseau s’était envolé, ayant eu vent de sa prochaine mise en danger. Il était placé tout en haut de la liste des terroristes recherchés, doté d’une récompense de 5 millions de $ pour sa capture.

 

En 2002, Fazul est retourné à l’offensive, en s'en prenant à nouveau à des cibles israéliennes en Afrique.

 

Il lança une voiture piégée pour qu’elle explose à l’intérieur de l’Hôtel Paradise de Mombassa, un gîte favori des touristes israéliens, suivie de tirs de roquettes lancées contre un avion de la compagnie Arkia bourré de passagers, juste au moment du décollage de l’aéroport de Mombassa, avec 271 passagers à bord. Les roquettes sont passées à côté. Elles étaient tirées depuis un avion que Fazul et son équipe avaient chargé. Avant de s’échapper vers la Somalie, ils ont survolé avec cet avion au-dessus de l’hôtel réduit en fumée et largué des explosifs sur le bâtiment.

 

Debkafile a raconté tous ces différents épisodes à l’époque où ils se sont déroulés. Au cours de l’été 2010, Fazul a orchestré de multiples attentats-suicide sur un certain nombre de Cafés en Ouganda, alors fréquentés par des foules nombreuses captivées par les programmes en direct retransmettant la finale de la Coupe du Mondial de football en Afrique du Sud.


Leur objectif était de punir l’Ouganda pour être partie prenante dans la mission de maintien de la paix de l’Union Africaine en Somalie, où Fazul dirigeait l’effort des Shabaab affiliés à al Qaeda afin de renverser le gouvernement précaire de transition .

 

Sa mort affaiblira cet effort et représente une bonne nouvelle pour la Somalie déchirée par la guerre. 

Partager cet article
Repost0
12 juin 2011 7 12 /06 /juin /2011 07:46

 

 

Des centaines de Grad de Libye ont été livrées en contrebande au Hamas à Gaza 
Eli Berdenstein – Maariv

 

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

samedi 11 juin 2011

Lire aussi
Géographiquement, les émeutes en Libye se passent loin d’Israël, mais à Jérusalem on s’inquiète à présent d’une de leurs conséquences : une nouvelle route de contrebande par laquelle plusieurs centaines de roquettes Grad ont d’ores et déjà pénétré dans la bande de Gaza.

Les combats en Libye ont affaibli le régime de régime de Kadhafi mais ont aussi permis à des organisations terroristes et des marchants d’armes d’obtenir d’importantes quantités d’armement.

Une partie de ces armes ont été passées en contrebande vers Gaza et, ces dernières semaines, le Hamas a reçu plusieurs centaines de roquettes Grad de 120 et 122 millimètres de calibre d’une portée de 60 à 70 kilomètres, capables d’atteindre le centre d’Israël. Des roquettes de 60 millimètres, à courte portée, des fusils et de nombreuses munitions ont également été fournies. De même, Israël a eu vent de vieux missiles antichars russes qui seraient tombés entre les mains d’organisations dans le sud de la Libye et on craint que ces missiles parviennent eux aussi jusqu’à la bande de Gaza.

Cette nouvelle route de contrebande qui part de Libye, passe par l’Egypte et le Sinaï pour aboutir aux tunnels de contrebande qui mènent à la bande de Gaza, inquiète beaucoup les services de sécurité israéliens. Les Egyptiens essaient de lutter contre ce nouveau phénomène et bombardent les convois d’armes, mais de nombreux convois parviennent malgré tout à destination.

Amos Guilad, directeur des affaires politiques et de sécurité au ministère de la Défense, était récemment au Caire pour s’entretenir de la situation au poste-frontière de Rafah mais aussi de la situation dans le Sinaï et d’autres questions de sécurité.

Partager cet article
Repost0
10 juin 2011 5 10 /06 /juin /2011 16:52

 

Europe Israel – analyses, informations sur Israel, l'Europe et le Moyen-Orient

Vidéo choc: les islamistes de Forzane Alizza s’entraînent

au terrorisme en France !!!

http://www.europe-israel.org/2011/06/

Forsane-Alizza-islam-cos-play-Mahomet-SIL-e1303314161915

Cette vidéo légèrement écourtée peut-être retrouvée sur la chaîne Forsane Alizza dans le site

DailyMotion. Ce groupe islamiste

montre fièrement ses entrainements

aux actes terroristes.

Cela ne se passe ni à Kabul, ni

dans les camps

d'entrainement du Hezbollah 

ou du Hamas mais enFrance !

Que font les autorités françaises pour expulser tous ces islamistes ???

 

Le terrorisme islamique, en pleine recrudescence, est devenu une menace

pour la quasi-totalité des pays occidentaux. Une menace qui peut

tantôt s'exprimer sous la forme d'attentats sanglants, tantôt sous la forme

plus subtile, mais tout aussi efficace, d'une certaine islamisation 

rampante et subversive.

Related Posts
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis