Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
12 avril 2009 7 12 /04 /avril /2009 10:08
Out of Ethiopia, Educated in Israel, and Back to Africa to Help
http://www.tadias.com/2009/04/06/out-of-ethiopia-educated-in-israel-and-back-to-africa-to-assist-rwanda-orphans/

Above: Israeli navy soldiers walk towards a prayer ceremony
held on the Ethiopian Jews’ Sigd holiday on a hill overlooking
Jerusalem. The prayer is performed by Ethiopian Jews every
year to celebrate their community’s connection and
commitment to Israel. About 80,000 Ethiopian Jews live in
Israel, many of them came in massive Israeli airlifts during
times of crisis in Ethiopia in 1984 and 1991. (AP)

Tadias Magazine
By Howard M. Lenhoff and Nathan Shapiro,
(Former Presidents of the American Association for
Ethiopian Jews)

Updated: Monday, April 6, 2009

New York (Tadias) - Today Ethiopian Jews who were rescued from Africa during Operation Moses in 1984 and subsequently educated in Israel, are returning to Africa to help educate orphans who survived the genocide in Rwanda. Is this the start of a unique new stage in the history of the Jews of Ethiopia?

Just 35 years ago fewer than 200 Ethiopian Jews were residents of Israel. Then, in 1974, the American Association for Ethiopian Jews (AAEJ) began its grassroots efforts to rescue and bring to Israel those who were suffering in Africa. Could we ever imagine that by 2009 over 100,000 Ethiopian Jews would become Israeli citizens?

It is good to know that we helped fulfill Hillel’s proverb of “To save a soul, is to save a nation.” AAEJ and Isreali rescues from the Sudan refugee camps between 1979 and 1984-5 began the saga; then Operations Solomon and Sheba brought close to 10,000 Ethiopian Jews to Israel. The year 1991 saw the culmination of these heroic rescue campaigns in the dramatic airlift of Operation Solomon when 14,235 Ethiopian Jews were brought to safety. Thus, Israel in partnership with the AAEJ and other activists, and the U.S.A., did actually save a nation. (See Black Jews, Jews and other Heroes: How Grassroots Activism Led to the Rescue of the Ethiopian Jews, by Howard Lenhoff, Gefen, Jerusalem, 2007.)

As presidents of the American Association for Ethiopian Jews between 1978 and 1993, when we disbanded, we continue to take pride in the fruits of that mission today. Not only are the Ethiopian Jews living as free people in Israel, but their successes have continuously inspired and enriched the lives of tens of thousands of Israeli and American Jews who supported their rescue and adjustment in Israel.

Now we are thrilled to see the Ethiopian Jews bringing something else quite special to further enrich the multi-cultural nature of Israeli society and the status of Israel among the nations of the world: The Beta Yisrael are becoming an essential link in giving hope for a new life to orphans in Rwanda!

The JTA has already reported news of the Agahozo Shalom Youth Village presently being constructed by the American Jewish Joint Distribution Committee (JDC) in Rwamagana, Rwanda. The village is modeled after the Youth Aliyah Village of Yemin Orde, which was started to assist orphans from the Holocaust, and which played a major role in assisting the Ethiopian orphans, especially those who had lost their parents in the refugee camps of Sudan just before Operation Moses twenty-five years ago.

Why are we excited? Because nearly a dozen Ethiopian Israeli volunteers will be participating in the training of the Rwandans as resident teachers and staff of the orphans at the Agahozo Shalom Youth Village. All of these volunteers are Ethiopian Jews who escaped the poverty and wars of Ethiopia to become Israelis. Now they are returning to offer humanitarian assistance on behalf of Israel to save another nation in Africa.

The Israeli staff person serving as Deputy Director of Informal Education is the well-educated Ethiopian Jew, Shimon Solomon. He is assisted by a former Ethiopian paratrooper and animal husbandry expert, Dror Neguissi, who will serve as coordinator for the Ethiopian Israelis who will be volunteering at the village over the course of the next year.

The idea for the project was conceived in November 2005 and by January of this year 18 housing units had been built, each of them home for 16 Rwandan orphans. In March, during a field visit by the JDC, a remarkable episode took place. Will Recant, former Executive Director of the AAEJ, and now an Assistant Executive Vice President at JDC and the acting JDC Director on this project, observed a most beautiful and engaging exchange when Dror Neguissi went from house to house with his laptop to share with for the Rwanda orphans a PowerPoint illustrating his personal journey from Ethiopia to Israel. First there were photographs illustrating life as an Ethiopian Jew growing up in a typical village in rural Africa. Next he showed photographs of the trek through the Sudan and the refugee camps where thousands of Ethiopian Jews lost their lives. He concluded with photos of the Beta Yisrael orphans at Yemin Orde and in Israel.

The Rwandan students were surprised and moved by the presentation. They identified with Dror, who like them, had suffered and lost family in Africa, and like them, was African. The story gave them hope; maybe they too could go on to prosper.

Just think: What if Israel were to train many more of the Ethiopian Jews, to form an Israeli Peace Corps to educate orphans of Rwanda and of other African countries who are trying to survive the bloodshed, disease, and famines which plague them?

The journey of these Ethiopian volunteers is iconic; they’ve traveled out of Ethiopia, became educated in Israel, and returned back to Africa to help their African brethren. Thirty five years ago American Jews were campaigning for the rescue from the squalid refugee camps of the Sudan of the Ethiopian Jews including those who are now volunteers in Rwanda. Today we pray for Israel to train and send more of its Ethiopian Jews to help the destitute orphans of Africa.

For more information, contact H. M. Lenhoff, Prof. Emeritus, University of California, at 662-80....

Partager cet article
Repost0
4 mars 2009 3 04 /03 /mars /2009 19:29
Soudan : la Cour pénale internationale réclame l’arrestation du président Omar Al-Bachir

Pour Khartoum, il s’agit d’une nouvelle colonisation

mercredi 4 mars 2009 - 14h23, par Mediarabe.info

Logo MédiArabe.Info

Les agissements et les menaces soudanaises n’ont pas intimidé la CPI. Celle-ci vient d’émettre une demande d’arrestation du président du Soudan, Omar Al-Bachir.

Le président soudanais avait pourtant affirmé, hier, que son pays n’était en rien concerné par la décision de la Cour. Défiant la communauté internationale, il avait invité la CPI à « faire bouillir sa décision et à en boire le jus ».

La CPI vient donc de confirmer ses accusations à l’encontre du président soudanais, visé par sept chefs d’inculpation, dont le génocide du Darfour et demande à Khartoum de livrer le président, rappelant que cette décision intervenait sous le Chapitre VII de la Charte des Nations Unies. La CPI appelle par ailleurs tous les pays, notamment les pays signataires de la Convention de Rome (sur la CPI), à coopérer dans l’objectif d’arrêter et de remettre Al-Bachir à la CPI.

Dans leur première réaction, les autorités soudanaises ont qualifié la décision de la CPI de politique, accusant l’Occident de mener une nouvelle offensive colonisatrice contre le Soudan.

La télévision « Al Arabiya » souligne que des centaines de Soudanais manifestent en ce moment à Khartoum contre la décision de la CPI.

MediArabe.info

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
15 avril 2008 2 15 /04 /avril /2008 08:30

Arnaud de La Grange, le Figaro

lundi 14 avril 2008, sélectionné par Spyworld
logo
En plein océan Indien, les commandos français ont agi avec des moyens empruntés à toutes les armées, mer, air, terre.

La Gazelle est dans son élément. Après avoir rasé les flots émeraude de l’océan Indien, sauté au-dessus de la ligne de rivage, l’hélicoptère d’attaque vole à quelques mètres au-dessus des touffes éparses du désert somalien. Un nuage de poussière signale la trace du véhicule tout-terrain dans lequel s’enfuient six de la douzaine de pirates du Ponant. Le gibier. La cible, pour le tireur d’élite des commandos marine posté à la portière de l’appareil. Le soldat ajuste sa lunette. Entre ses mains, un fusil MacMillan qui peut tirer avec une incroyable précision une munition de 12,7 mm un calibre de mitrailleuse à près de 2 000 mètres. Une arme utilisée pour pulvériser les gros moteurs hors bord des vedettes Go Fast des trafiquants de drogue. Coup au but, et même effet destructeur. Le 4×4 des bandits de la mer n’ira pas plus loin.

Les six pirates tentent de s’égayer dans l’aride nature. Course vaine. Les trois hélicoptères qui ont jailli aux côtés de la Gazelle depuis la mer deux Alouette III et un Panther se posent et lâchent chacun trois commandos. Ils se saisissent des bandits et de sacs contenant au moins une partie de leur butin. Tout le monde est embarqué à bord du Panther, direction le large et un navire français. Épilogue d’une prise d’otages qui a duré une semaine, l’opération « Thalatine » (« Trente » en langue somalie, comme le nombre d’otages), restera dans les annales. Le scénario aurait pu être écrit par Tom Clancy, mais ce sont des officiers français qui ont tenu la plume…

Tout avait commencé le vendredi 4 avril. En fin de matinée, le téléphone satellite de l’amiral commandant les forces françaises en océan Indien (l’Alindien, en jargon militaire), sonne dans son PC embarqué à bord du Var, navire de commandement qui sillonne la zone. Comme beaucoup de navires, le voilier français, Le Ponant, a opté pour la procédure de « contrôle naval volontaire », qui consiste à informer régulièrement de sa position, quand on cingle dans les eaux dangereuses de la Corne de l’Afrique. Quand il voit les pirates se hisser à bord du voilier, le capitaine Patrick Marchesseau a le temps d’appeler le Var pour donner l’alarme. L’amiral Gérard Valin relaie immédiatement l’information à la Task Force 150, la composante maritime de l’opération alliée antiterroriste Enduring Freedom. L’hélicoptère de la frégate canadienne Charlottetown décolle et effectue la première reconnaissance, les premières images du bateau piraté.

Un gang organisé

Entre-temps, à Paris, la nouvelle est tombée sur le téléphone du général Jean-Louis Georgelin. Un peu d’exotisme au milieu des batailles de chiffres des économies budgétaires en préparation… mais le chef d’état-major des armées (Cema) ne sourit pas : on sait déjà que l’on n’a pas affaire à de simples pêcheurs que l’occasion a fait larrons, mais bien à un gang de pirates organisé. Direction le centre de planification et de conduite des opérations, enterré sous les bureaux du boulevard Saint-Germain à Paris. Une cellule de crise est mise en place. Dans la salle, les cartes de la Corne de l’Afrique fleurissent au mur. Les toponymes, Cap Gardafui, Ras Asir, évoquent Monfreid, les boutres ventrus, les parfums entremêlés d’Afrique et d’Arabie. Mais les petits « mobiles » aux acronymes très militaires que l’on y épingle ont une charge beaucoup moins onirique. Il s’agit notamment de l’aviso Commandant Bouan, bâtiment de la Task Force 150 qui a reçu l’ordre de cingler vers Le Ponant. Distant d’une centaine de milles, il le rallie en quelques heures. Il ne va plus lâcher le trois-mâts.

Dès le samedi, Le Ponant entre dans les eaux territoriales somaliennes. Les diplomates français ont obtenu des autorités locales, ou de ce qui en tient lieu, un « droit de suite » dans leurs eaux. Le président Abdullahi Yusuf Ahmed l’a accordé. Donnant même son feu vert pour un coup de force éventuel. « Débarrassez- moi de ces types-là, » a-t-il lancé. L’Élysée demande d’élargir le spectre des options, y compris celle de l’assaut. Problème, Le Bouan n’a pas de capacité d’intervention à bord, pas de commandos. Et il file déjà à 700 km de Djibouti.On décide donc d’avoir recours à un parachutage en mer, un « tarpon » dans le langage militaire. Un avion Transall décolle de la base est-africaine française et largue dix-huit commandos marine au large de l’île de Socotra pour qu’ils puissent être récupérés par l’aviso français. Les « yeux » du bateau comme ceux de l’avion de patrouille maritime Atlantique 2, qui le survole régulièrement, laissent penser que l’équipage, que l’on voit sortir régulièrement sur le pont, n’est pas sous une menace immédiate. Lundi 7 avril. Le Ponant finit par jeter l’ancre à 850 km du lieu de son interception, devant la bourgade de Garaad, sur la côte de la région somalienne du Puntland. Le Puntland, l’ancien royaume du Punt, le mythique pays de la myrrhe et de l’encens, est devenu celui des pirates et trafiquants d’immigrants illégaux. Un rivage plat, le désert en arrière-plan, une poignée de maisons et des barques de pêche sur la plage. Un ravitaillement est organisé. Détail cocasse, les flibustiers du Puntland font monter à bord deux chèvres, pour le lait. Mais des écoutes permettent de se rendre compte que les pirates ne boivent pas que ce sain breuvage. Ils ne dédaignent pas la bouteille, avec à la clé des périodes de moindre vigilance (l’un d’eux serait même passé par dessus bord...). Un assaut est-il possible dans de bonnes conditions ? Des nageurs de combat du commando Hubert sont envoyés de nuit sous le voilier. Là, ils réalisent que les requins ne sont pas le seul problème, que le courant est très violent. En cas d’assaut, il faudrait d’abord « ventouser » les commandos, ce qui ne facilite pas la tâche…

À Paris, l’Élysée est en ordre de bataille. Une réunion quotidienne a lieu autour du président. Elle réunit le secrétaire général Claude Guéant, l’amiral Guillaud, chef d’état-major particulier, le conseiller diplomatique Jean-David Lévitte, le chef d’état-major des armées, les ministères concernés, Défense, Affaires étrangères surtout. Ses proches disent retrouver en Nicolas Sarkozy l’ancien ministre de l’Intérieur, « dopé » par la crise, au jugement et à la décision rapides. « Laissez-moi faire, j’ai l’habitude… », lance-t-il aux familles des otages qu’il reçoit. « Le président de la République, chef des armées, ce n’était pas qu’une vision des choses », confiera Jean-David Lévitte. Nicolas Sarkozy a fixé des « lignes rouges » à toute l’action française : pas de mise en danger de la vie de l’équipage, mais intervention si les pirates entendent séparer les otages ou les transférer à terre. Paris a fait savoir aux pirates que ce serait un casus belli. Et seulement accepté que Le Ponant soit mouillé très près du rivage, à un nautique, les pirates voulant réduire les risques d’interception une fois la rançon remise.

Pour que l’action soit commandée au plus près, le patron des commandos marine, le jeune amiral Marin Gillier, quitte Lorient pour Djibouti le dimanche. Le lendemain, il est parachuté en mer, à 1 500 km de là, pour monter à bord du Var. Le jour suivant, c’est le chef du Groupement d’intervention de la gendarmerie nationale (GIGN), le colonel Denis Favier, qui est lui aussi largué au-dessus des flots. On renforce aussi les capacités d’intervention. De nouveaux commandos spécialisés dans « l’assaut-mer » arrivent à bord d’un autre navire de la marine, la frégate antiaérienne Jean Bart. Le navire école Jeanne d’Arc, qui naviguait entre Madagascar et Djibouti, est aussi détourné, pour apporter son hôpital embarqué et ses hélicoptères, de la marine comme de l’armée de terre. Une soixantaine de soldats d’élite cinquante des commandos marine et dix du GIGN sont parés. Un accrochage entre les pirates et un clan rival montre que tout peut basculer.

Tout faire pour intercepter les pirates

Entre l’armateur, la société CMA-CGM, et les pirates, le contact s’est établi dès le dimanche 6 avril au soir et les négociations vont bon train. Une cellule de négociation a été mise en place à Marseille. Rodolphe Saadé, fils de l’armateur et directeur général de CMA-CGM, est conseillé discrètement par des spécialistes de ce type de tractations. L’armateur gère les termes de l’échange, les militaires et les hommes du GIGN les épaulent pour en étudier les conditions, en termes de faisabilité et de sécurité. Les agents de la DGSE ne sont pas loin non plus, en « appui renseignement et négociation ». Ils connaissent bien le terrain pour avoir négocié, en décembre 2007, la libération du journaliste français Gwen Le Gouil, dans la même Somalie. Mais cette fois-ci, contrairement aux dernières affaires irakiennes ou afghanes, ils ne sont pas en « premier rideau ».

La suite ira très vite. Quand la rançon qui serait de plus de 2 millions de dollars est versée aux pirates, les otages sont autorisés à quitter Le Ponant sur les embarcations du voilier. Ne restent à bord que le capitaine du Ponant avec trois pirates. Ceux-ci partis, les commandos marine montent à bord. L’avion Atlantic II qui tourne au-dessus de la scène repère un 4×4 de fuyards. À l’Élysée, Nicolas Sarkozy a donné pour consigne, une fois les otages en sécurité, de tout faire pour intercepter les pirates, « sans usage excessif de la force », mais avec détermination. Depuis son « état-major tactique » du Jean Bart, l’amiral Gillier n’hésite pas. Il lance le raid héliporté. Une affaire menée « avec sang-froid, efficacité et mesure », souligne une source militaire. Le 4×4 des pirates aurait ainsi pu aisément être pulvérisé par un missile. D’autres armées n’auraient pas finassé…

À l’heure où la Défense entre dans les turbulences des réformes, l’affaire du Ponant ressemble à une formidable démonstration, où toute la panoplie de son savoir-faire a été déployée avec des moyens empruntés à toutes les armées, mer, air, terre. À des milliers de kilomètres de la France, au milieu de nulle part, les militaires ne sont pas fâchés d’avoir montré opportunément qu’ils savent utiliser au mieux les moyens que le contribuable leur fournit.

 » Lire aussi :

- TÉMOIGNAGE - L’équipage a tenté de repousser les pirates

- La France mobilise à l’ONU contre la piraterie

Partager cet article
Repost0
4 mars 2008 2 04 /03 /mars /2008 20:07
Al Qaeda leader Saleh target of US airstrike in southern Somalia

Saleh Ali Saleh Nabhan. Click to view.

Yesterday's airstrike against an al Qaeda safe house targeted Saleh Ali Saleh Nabhan, a senior operative for al Qaeda's network in eastern Africa. Nabhan was "found, targeted, and killed" along with an unspecified number of al Qaeda operatives in the town of Dhobley along the southern border with Kenya, The Washington Times reported.

The US military has not confirmed Saleh's death. The US military will need to secure the attack site to obtain DNA and other forensic evidence to confirm the identity of those killed in the attack.

Dhobley was reported as having fallen to Hassan al Turki a senior leader in the Islamic Courts and its predecessor al Itihaad al Islamiyah. Turki is running a military and terrorist training camp in Dhobley. There is no word if Turki was among those killed or if he was meeting with Nabhan during the strike.

"Al Qaeda has used this region to spill over into other parts of eastern Africa," a US counterterrorism official told The Washington Times. "Somalia at a minimum is a place of refuge but for some of al Qaeda it is a place to plot and plan future attacks."

Al Qaeda and the Islamic Courts operated at least 17 terror camps throughout Somalia prior to the downfall of the Islamic Courts in December 2006. The terror groups are attempting to re-establish their networks, as the Somali government is unable to assert its control throughout the country.

Nabhan is wanted by the FBI for questioning in connection with the 2002 attacks in Mombasa, Kenya against a hotel and an airliner. Nabhan targeted a hotel frequented by Israelis and an Israeli-chartered airplane in a near-simultaneous attack. Suicide bombers rammed a truck into the lobby of hotel visited by Israelis. Thirteen were killed and 80 wounded in the attack. At the same time as the hotel attack, al Qaeda launched two Strela surface-to-air missiles at an Arkia Airlines jet. The missiles missed their targets.

Nabhan is also wanted for involvement in the 1998 suicide attacks against US embassies in Kenya and Tanzania. The attack in Nairobi, Kenya resulted in 212 killed and more than 4,000 wounded. The attack in Dar es Salaam, Tanzania resulted 11 killed and 85 wounded. Fazul Abdullah Mohammed, al Qaeda's operations chief in East Africa, and Abu Taha al Sudani, the leader of al Qaeda's network in East Africa were also behind the attacks.


See The Rise & Fall of Somalia's Islamic Courts: An Online History for additional information on Somalia.

Partager cet article
Repost0
1 novembre 2007 4 01 /11 /novembre /2007 09:58
Slavery in Islamist Sudan  
By Stephen Brown
FrontPageMagazine.com | Thursday, November 01, 2007

 

It was the kind of excitement that made children uneasy. Grownups were pointing toward the river. Others were arriving at a run. The bustling atmosphere in the market place of the peaceful African town of Nyamlell in the Dinka tribal area in the southern Sudan was changing. Worried adults could see what a seven-year-old Dinka boy, Francis Bok, who had gone to the market that fateful day with older village children to sell his mother’s eggs and peanuts, could not: “a storm of smoke” rising from a nearby village. Sellers frantically began to gather up their wares and hurry away with the buyers. The adults understood. They recognized the approaching signs of the dreaded scourge that most people believed had disappeared from the pages of African history long ago: a slave raid.

It was 1986 and Bok was about to see his happy world of family and village shattered forever by a centuries-old, barbaric practice that has never died out: the violent capture and enslavement of black Africans by Arabs.

“The Arab militias were told to kill the men and enslave the women and children,” said the now 28-year-old Bok, who was himself captured and enslaved that day, to an audience of 80 people at the University of Toronto recently where he had been invited to speak by the campus organization, Zionists at U. of T.

Bok, who would spend the next ten years working as a child slave, then outlined for his college listeners in horrifying detail the savage hurricane of violence he next witnessed when the Arab slavers attacked.

“I saw many people on the ground, shot…I saw people with their heads cut off with swords and shot in the head. People were lying on the ground like they just wanted to relax for a moment. I saw blood pouring like a small stream,” the 28-year-old Bok recounted in a voice that still quivers with emotion.

Unknown to him at that time, Bok was also an innocent victim of the decades-long, savage civil war between Sudan’s Arab Muslim North and the country’s African Christian and animist South. Based in the capital, Khartoum, the North’s Islamist government, which also hosted Osama bin Laden in the 1990s, had promulgated sharia law in 1983 for the whole country in its quest to Arabize and Islamicize the non-Muslim South. Also as part of this goal, the Khartoum government armed Muslim militias and sent them in the 1980s and 1990s to wage jihad against the infidel southerners. However, the spears and hippopotamus shields of the South’s Dinka and Nuer tribes, the war’s main victims, were no match for the Kalashnikov-armed Muslims, who went on to kill two million southern Sudanese, displace another four million and take tens of thousands of slaves in a silent genocide.

After the slave raid, Bok, a Christian, told the audience he was taken to the Muslim North to work for one of the Arab raiders’ families as a child slave for the next decade. During the pitiless trip north, the little Dinka boy witnessed the depth of racism, cruelty and religious hatred of his captors and their world towards black Africans when an Arab slaver cut off the leg of a Dinka girl who would not stop crying because she had seen her parents butchered in the market place. Upon his arrival at his master’s home, Bok was to experience himself this racial viciousness when he was immediately surrounded and beaten by the masters’ children who called him “abeed” (slave), an Arabic word also used for black Africans in general.

And a slave Bok was in every sense of the word as he worked for his master without a day off and without payment for the next ten years, often laboring from four in the morning until after the family had gone to bed that night.

“I was supposed to look after the goats; there were about two hundred goats,” Bok told listeners of his first days as a seven-year-old slave. “My master knew all the goats. He would ask: ‘Where is this goat? Where is that goat?’ If I answered: ‘I don’t know. He would beat me…He had a favorite stick to beat me. When I had done something wrong, even when I had done nothing wrong, he beat me.”

Lonely and isolated, Bok said he was made to sleep in a shelter near the animals and was never allowed to talk to the Dinka slaves owned by other Arab families. The child slave even received a beating, Bok told the audience, when he asked his master one day why he calls him ‘abeed’ and why no one loves him. He was told never to ask that question again.

The treatment Bok received from his master’s wife, however, was even worse. She would, he related, not allow her ‘abeed’ to look her directly in the face and would spit in his, often calling on her children to spit on the Dinka boy too.

“That hurt,” said Bok. “I asked her why? She said: ‘You are my slave and this is my house.’ She would also grab a knife and say she would kill me like a chicken.”

For ten long years, Bok told his listeners, he would lie awake at night and wonder who was going to come and free him from this hopeless, helpless life of a slave where he was told he was just an animal. Even his forcible conversion to Islam, outwardly in Bok’s case, did not bring any improvement in treatment. Only his faith in God, the Dinka slave stated, and his desire to see his parents again kept him going.

“I hated the way they treated me and the way they treated the other slaves,” said Bok, recounting his humanity was never once recognized during all those years with the Arab family, his only value being the work he could do.

This was hideously emphasized by a nightmarish incident that convinced Bok to take matters into his own hands and escape. On a visit with his master to his master’s friend, Bok said he was instructed to talk in the Dinka language to another boy-slave, who had had his leg cut off.

“I asked him what happened,” Bok remembers. “He started crying and said he had refused to go to work for one day. He told his master he was sick and wasn’t going to work. His master told him he had to go to work. There was no excuse. The boy continued to argue with his master, so his master cut his leg off.”

At age 14, Bok told a silent audience he was caught escaping twice and badly beaten, and nearly killed the second time. Waiting until he was 17 to make another attempt, Bok successfully made it to Khartoum with the help of a kindly Muslim truck driver who took him home and bought him a bus ticket. From Khartoum, the young Dinka made it to Cairo where he was eventually allowed to come to America as a United Nations refugee in 1999. Today, the former African slave is a proud American citizen.

In 2000, sponsored by the American Anti-Slavery Group, Bok began speaking of his experiences to audiences across the United States, especially at schools and colleges, giving as his reason the fact he could not forget those Dinka slave boys he remembered seeing in the Sudan. In his anti-slavery advocacy, Bok became the first escaped slave to appear before the Senate Committee on Foreign Relations and has spoken to other politicians, including Colin Powell and George Bush, whom he and most Dinkas, he says, hold in high regard for his assistance to the southern Sudanese cause. The new African American, grateful to America for the second life it has granted him as well as for the opportunity to speak about his people, also wrote a highly engrossing book about his days as a boy slave, Escape From Slavery: The True Story of My Ten Years in Captivity – and My Journey to Freedom in America, that should be required reading in every high school.

About the only setback for Bok in America occurred when he discovered his father had been killed and his mother and sisters went missing in the same Muslim militia raid that saw him enslaved. His brother, however, was still alive and a member of the southern Sudanese, anti-government army.

As for the Sudan today, Bok says the problem remains the same in that the government is still trying to impose sharia law on its non-Muslim citizens, whom, he says, will never accept it and the second-class status it confers on non-Muslims. Bok, who is not against independence for the African South Sudan, also says he did not believe in the 2005 peace treaty between the North and the South that ended the war.

“It was a big deal for the Sudanese; but I didn’t even smile,” he said. “I knew it wasn’t the real thing. I don’t see it as a real peace. Why is it a peace when there is still a war (Darfur) in the country? They (the government) shifted the war to another region.”

Bok says he plans to return next spring to the Sudan for the first time since his escape and would like to teach English to refugees in Darfur. Asked what he would say to his former master if he was standing in the same University of Toronto lecture room with him at that moment, the supposedly ‘half savage’ ex-slave said he would tell his former tormentor that he was “absolutely wrong” to do what he did and never to do it to another person.

“I don’t want to do anything bad to him or to his wife who hit me,” he said. “The only thing I could do is point a finger at him and say: ‘This is the man who took my childhood away from me.’ Other than that, I forgive him.”


Stephen Brown is a columnist for Frontpagemag.com. Email him at alsolzh@hotmail.com.
Partager cet article
Repost0
20 mai 2007 7 20 /05 /mai /2007 20:06
DARFOUR : MOSCOU ET PÉKIN ARMENT LES ASSASSINS
Par Jean-Marc TYBERG, le dimanche 20 mai 2007.
La firme franco-allemande EADS serait indirectement impliquée.

Ammesty International a rendu public, le 8 mai 2007, un rapport accablant qui accuse Moscou et Pékin d’avoir livré de janvier à mars 2007 des armes, des munitions et autres équipements militaires au Soudan qui ont été utilisés par le gouvernement de Khartoum pour ses opérations militaires au Darfour.

Ce rapport de 33 pages fournit les preuves accablantes. Malgré les résolutions 1556, 1591 des Nations unies interdisant de livrer des armes aux belligérants du conflit, deux membres permanents du Conseil de Sécurité de l’ONU, la Russie et la Chine ont délibérément violé l’embargo qu’elles avaient elles-mêmes voté.

Lire le rapport

« Des armes, des munitions, des équipements(…) sont toujours transférés au Darfour, dans l’ouest Soudan, pour des opérations militaires » affirme Amnesty International, qui pour étayer ses propos, publie une série de photos prises le mois dernier sur des bases aériennes du Darfour.

Photos qui ont été diffusées par la BBC. On y voit notamment un hélicoptère d’attaque MI-24 et un avion de transport Antonov 26 peints aux couleurs de l’ONU.

EADS serait indirectement impliqué dans les livraisons d’avions de combat à l’armée soudanaise. En effet, la firme franco-allemande détient 5% de participation et un « accord de coopération stratégique » dans la firme chinoise AviChina qui a livré les chasseurs bombardiers Fantan photographiés par la BBC. Peut-on croire que les dirigeants d’EADS aient ignoré la destination de ces commandes ?

De manière certaine, cette centaine de millions de dollars d’armes livrées au président Omar AL-BESHIR ces derniers mois a aggravé dramatiquement la crise du Darfour et ravivé les violences gouvernementales contre les populations civiles.

Malgré les assertions du gouvernement soudanais et quelques contre-feux médiatiques incompréhensibles de certains humanitaires voulant nous faire croire que la situation des réfugiés Darfouris est maintenant quasi-stabilisée, nous savons que pour ce seul mois de mars 2007, les attaques, les viols, les bombardements, ont obligé plus de 40 000 Darfouris à s’enfuir des zones de conflit .

Bien entendu il n’est toujours pas possible de connaître précisément le nombre exact de victimes de ces attaques, mais les témoignages de ces nouveaux réfugiés nous font craindre le pire et nous laissent à penser que le nombre de victimes serait deux à trois fois plus important que celui de l’année dernière à la même période.

Vincent JAUVERT du Nouvel Observateur a rencontré un des auteurs de ce rapport : Brian WOOD. La lecture de cette interview que nous retranscrivons, met en relief le cynisme des alliés de Khartoum, l’impuissance de l’ONU et l’inacceptable d’une situation qui perdure.

Le Nouvel Observateur : « Alors que des milliers de femmes et d'enfants sont massacrés au Darfour, écrivez-vous dans votre rapport, la Russie et la Chine continuent de fournir des armes aux assassins »
Brian WOOD : « Oui, malgré l'embargo décidé en août 2004 par le Conseil de Sécurité des Nations unies (et renforcé en mars 2005), ces deux pays n'ont pas cessé de fournir l'armée soudanaise en avions de chasse, hélicoptères d'attaque, kalachnikovs, munitions, véhicules blindés... Les preuves de ce commerce immoral - et, à notre avis, illégal - ne manquent pas : témoignages de sources anonymes sur place, rapports de l'ONU - publics ou secrets -, articles de revues spécialisées, sites des compagnies d'armement... »

N. O. : « Quelles sont vos données les plus récentes ? »
B. WOOD : « Nous avons appris qu'en septembre dernier les Russes ont livré un Antonov à l'armée soudanaise et que cet avion a été utilisé pour bombarder des populations civiles au Darfour. De même, tout au long de 2006, la Chine a fourni des chasseurs bombardiers Fantan à l'armée de l'air de Khartoum, ainsi que six avions d'entraînement. Ce n'est pas tout. Près d'un charnier, nous avons découvert des cartouches que les experts en balistique ont fait ‘parler’ D'après ces spécialistes, ces cartouches ont été tirées par des kalachnikovs toutes neuves, donc achetées très récemment. »

N. O. : « A qui ? »
B. WOOD : « La seule chose que je sache de façon sûre, c'est que, selon le dernier rapport de l'ONU à ce sujet, la Chine a été le plus gros fournisseur d'armes automatiques du Soudan jusqu'en décembre 2005. Disons qu'on ne peut exclure qu'elle le soit restée... Remarquez que, toujours d'après l'ONU, la Russie a, elle, fourni douze hélicoptères d'attaque à Khartoum en 2005. »

N. O. : « Les Russes et les Chinois ne nient pas avoir vendu certains matériels en question au Soudan. D'après eux, cependant, cela n'aurait rien d'illégal puisque l'embargo ne concerne que les « parties au conflit du Darfour »
B. WOOD. : « Oui, mais le Soudan est évidemment l'une de ces parties ! »

N. O. : « Bien sûr, mais ils disent que si les armes sont livrées dans une autre région du Soudan que le Darfour, à Khartoum par exemple, il n'y a pas violation de l'embargo. »
B. WOOD : « Il s'agit là évidemment d'une interprétation irresponsable, pour ne pas dire fallacieuse, de la résolution du Conseil de Sécurité. Disons-le, ils se moquent du monde ! Ce n'est pas la première fois, d'ailleurs, qu'ils bafouent ouvertement la communauté internationale dans cette affaire.
Figurez-vous qu'en été 2004, au moment même où cet embargo était discuté à New York, la Russie, membre permanent du Conseil de Sécurité, livrait des chasseurs bombardiers au Soudan ! Fières de leur succès commercial, les autorités russes s'en vantaient même à la télévision de Moscou. »

N. O. : « Pourquoi qualifiez-vous cette interprétation de la résolution sur l'embargo d' « irresponsable », voire de « fallacieuse » ? »
B. WOOD : « Parce que les Russes et les Chinois savent pertinemment que les matériels qu'ils livrent, leurs avions, leurs hélicoptères, leurs kalachnikovs, servent à massacrer les innocents du Darfour. Ils savent comment ces crimes contre l'humanité sont perpétrés là-bas. Il y a quantité de rapports de l'ONU sur le modus-operandi de ces horreurs. Or, rappelons-le, Pékin et Moscou sont membres permanents du Conseil de Sécurité, ils sont donc les mieux informés ! Les attaques des sinistres miliciens janjawids contre les villages ont toujours lieu de la même façon :
L'armée soudanaise leur « prépare » le terrain en procédant à des bombardements aériens massifs. Avec quoi ? Avec les avions et les hélicoptères fournis essentiellement par les Russes et les Chinois. Puis, les janjawids entrent dans les villages, armés de mitrailleuses montées sur des 4 x4 et de kalachnikovs que leur a données l'armée soudanaise. J'ai vu des listes de distribution de fusils d'assaut aux janjawids, listes établies par les militaires de Khartoum. Enfin, quand ils commettent leurs atrocités, les viols, les massacres, les pillages, les miliciens sont couverts par les hélicoptères, les mortiers, les lance-grenades de l'armée soudanaise, matériels pour la plupart achetés, encore et toujours, à Moscou et à Pékin. »

N. O. : « Avez-vous des preuves formelles que des avions et des hélicoptères fournis par les Russes et les Chinois se trouvent au Darfour ? »
B. WOOD : Oui, nous avons des témoignages et des photos. Dans notre rapport, nous publions des clichés pris en mars dernier sur lesquels on voit clairement plusieurs chasseurs chinois Fantan sur le tarmac de l'aéroport de Nyala, au Darfour.
D'autres photos [que nous publions, NDLR] ont été prises plus récemment encore, il y a quelques jours, le 2 mai 2007 exactement, sur le tarmac de l'aéroport d'El-Fasher, toujours au Darfour. Sur l'une, on voit un hélicoptère d'attaque russe MI-24 ; sur l'autre, un Antonov avec, juste à côté, des bombes prêtes à être chargées, le tout sous l'œil de militaires soudanais.

N. O. : « Pourquoi l'Antonov est-il peint en blanc ? »
B. WOOD : « Pour faire croire qu'il s'agit d'un avion de l'ONU ! Khartoum utilise souvent cette technique abjecte et totalement contraire aux lois internationales. D'après les conventions de Genève, le blanc est réservé aux forces de maintien de la paix et aux organisations humanitaires. Mais les Soudanais n'en ont cure.
Ils peignent aussi en blanc certains de leurs hélicoptères. Ce n'est pas tout. Ils immatriculent - ou font croire qu'ils immatriculent – leurs appareils au Kazakhstan. Pourquoi ? Parce que les règles de l'aviation internationale prévoient que le sigle de ce pays est UN. Or UN, c'est aussi le sigle de l'ONU en anglais... »

N. O. : « Les Russes et les Chinois savent tout cela, dites-vous. Leur attitude est totalement immorale, bien sûr ; mais en quoi est-elle illégale ? »
B. WOOD : « Acceptons, un instant, la thèse de Moscou et de Pékin. Admettons que la résolution de mars 2005 sur l'embargo n'interdise pas les ventes d'armes au Soudan si elles ne sont pas livrées au Darfour. Cela ne rend pas ce commerce légal pour autant. Car la résolution stipule aussi que Khartoum n'a pas le droit de transférer des matériels militaires dans la région des massacres. Donc, en lui vendant des matériels dont elles savent pertinemment qu'ils se retrouveront au Darfour, la Russie et la Chine sont au moins complices d'une violation d'embargo. Et de toute façon, selon la loi internationale, un État qui, consciemment, en aide un autre à commettre des crimes de guerre est complice de ces forfaits. Donc légalement, à mon avis, elles sont coupables. »

N. O. : « Pourquoi, à votre avis, la Chine et la Russie agissent-elles de la sorte ? »
B. WOOD : « Pour Pékin, l'explication, c'est évidemment le pétrole. La Chine, qui a d'énormes besoins énergétiques, est de loin le premier acheteur des hydrocarbures soudanais. Au Soudan, elle a investi des milliards de dollars en pipelines, raffineries, ports... Elle entretient donc des liens stratégiques avec le gouvernement de Khartoum. Je m'explique moins la position de Moscou, sauf à dire que la Russie est un gros fournisseur d'armes de Khartoum depuis vingt ans et que les marchands d'armes russes vont là où il y a des acheteurs... »

N. O. : « Que faire aujourd'hui pour que ces ventes d'armes cessent ? »
B. WOOD : « Il faut que le Conseil de Sécurité clarifie les règles de l'embargo de façon que les Russes et les Chinois ne puissent plus «interpréter » la loi internationale à leur convenance. Il faut aussi que la mission de l'ONU chargée de contrôler les ventes d'armes dans la région dispose de moyens suffisants. Elle est sous-équipée. Dans ses rangs, il n'y a, pour l'instant, qu'un seul arabophone ! Le Conseil de Sécurité devrait également désigner publiquement les compagnies qui violent l'embargo et nommer leurs responsables, de façon que l'on puisse geler leurs comptes, les poursuivre. Il en a le pouvoir, mais pas la volonté politique. Il pourrait commencer par rendre public le dernier rapport de la mission de l'ONU sur les ventes d'armes au Darfour, qui est toujours secret. Il est très instructif... Bref, il faut que Moscou et Pékin soient montrés du doigt encore et encore, qu'ils comprennent que leur image internationale est en jeu. C'est pour cela que nous avons publié ce rapport. Nous sommes allés vite, nous n'avons même pas utilisé toutes les données dont nous disposions. Nous voulions que le monde sache tout de suite. »

N. O. : « Pourquoi cette précipitation ? »
B. WOOD : « Parce que, au-delà des ventes d'armes, il y a une urgence : pour que les massacres, les viols, les pillages, qui ont lieu aujourd'hui même, cessent, il faut que la force de maintien de la paix de l'ONU, dont l'envoi a été décidé il y a plusieurs mois, soit effectivement dépêchée au Darfour. Khartoum et Pékin font obstruction à cette décision. Seule la pression internationale peut les faire changer de politique. »

N. O. : « Comme un fait exprès, le jour où vous avez publié votre rapport, la Chine a fait savoir qu'elle participerait à cette force de l'ONU et qu'elle enverrait 300 ingénieurs au Darfour pour préparer son arrivée. Les pressions dont vous parlez commencent donc à payer, n'est-ce pas ? »
B. WOOD : « Peut-être. On sait que la Chine a commencé à dire et à répéter aux Soudanais qu'elle était inquiète de la situation, qu'elle voudrait que les choses évoluent. J'ai récemment discuté avec des responsables chinois. Ils m'ont fait savoir qu'ils trouvaient que tout ce qui se passait au Darfour était inacceptable. Mais ils m'ont confié aussi que les décisions à ce sujet étaient prises au sommet, à Pékin, et qu'ils attendaient les ordres de là-haut... »
A ce sujet :
Lire le rapport : "Des armes continuent à alimenter de graves violations des droits de l'homme au darfour", sur Amnesty.org (texte en anglais)
Partager cet article
Repost0
29 avril 2007 7 29 /04 /avril /2007 21:29
Darfour : des artistes américains et britanniques appellent à agir
 

Une pléiade d’artistes américains et britanniques, parmi lesquelles George Clooney, Hugh Grant et Mick Jagger, ont appelé dimanche la communauté internationale à agir de manière "décisive" pour mettre un terme aux "atrocités" au Darfour.

"La communauté internationale doit mettre un terme à son immobilité et prendre des mesures décisives", ont affirmé les signataires de cet appel, parmi lesquels figurent Elton John, Bob Geldof, l’ancien guitariste de Dire Straits Mark Knopfler ou l’actrice américain Mia Farrow.

"Ceux qui perpètrent ces atrocités doivent être stoppés", ont-ils poursuivi.

Cet appel a été lancé à l’occasion de la Journée mondiale pour le Darfour, organisé par "Planète pour le Darfour", un réseau mondial d’une douzaines d’organisations, pour marquer le quatrième anniversaire du début du conflit dans la province soudanaise.

"200.000 personnes ont été tuées et le monde continue de regarder ailleurs", a déclaré l’acteur britannique Hugh Grant. "Qu’est-ce qu’il faudra à la communauté internationale pour se réveiller face à ce qui se passe au Darfour et demander qu’il y soit mis un terme ? Dans quelques années, on nous demandera ce que nous avons fait pour arrêter le massacre au Darfour. J’espère qu’on aura une réponse", a-t-il ajouté.

Une manifestation est prévue dans la journée devant l’ambassade du Soudan à Londres pour marquer cette journée, qui sera suivie par une marche vers le 10 Downing Street, la résidence du Premier ministre britannique, Tony Blair.

Les participants se réuniront autour de 10.000 sabliers remplis de faux sang pour marquer le début du conflit et symboliser le temps qui passe et l’urgence d’intervention pour venir en aide aux populations civiles.

Le chanteur Emmanuel Jal, lui-même un ancien enfant-soldat soudanais, assistera à cette manifestation, tandis qu’Ismail Jarbo, un survivant du Darfour prendra la parole. "Quatre ans après le début du conflit, le sang de plus de deux cent mille habitants du Darfour assassinés tache les déserts du Darfour. Les vies de la population locale gisent en lambeaux, tout comme la réputation de la communauté internationale", doit-il déclarer selon le texte transmis par les organisateurs.

"Planète pour le Darfour" précise que des événements marquant cette journée se tiendront dans plus de 35 capitales de par le monde.

Le conflit qui sévit depuis plus de quatre ans au Darfour, région de l’ouest du Soudan, a fait 200.000 morts et 2 millions de déplacés, selon l’ONU, des chiffres contestés par le Soudan, qui parle de seulement 9.000 morts.

LONDRES (AFP)


 

____________

Yad Vashem concerné par les massacres du Darfour
29 avril 2007 - Claire Dana Picard - Arouts 7

Des milliers de personnes de par le monde participent ce dimanche à des meetings de solidarité en faveur des victimes du Darfour sous le slogan suivant : "Il est temps que nous protégions le Darfour". Les manifestants brandissent des sabliers remplis de sang symbolisant la violence qui se poursuit dans cette province du Soudan, théâtre de massacres intolérables depuis des années.


Lire en ligne sur : http://www.a7fr.net/

Le conflit qui a éclaté dans cette région aurait provoqué une crise humanitaire sans précédent en faisant environ 300 000 morts. Il y aurait en outre près de deux millions et demi de personnes déplacées et plus de 200 000 réfugiés qui ont trouvé asile au Tchad.

Cette Journée mondiale pour le Darfour a réussi cette fois à mobiliser des personnalités du spectacle et des vedettes de cinéma telles que Hugues Grant, Mick Jagger, Elton John, Mia Farrow et d’autres, qui ont signé une pétition dénonçant l’indifférence de la communauté internationale et rappelant qu’elle s’est toujours désintéressée du sort des habitants de cette région. Les artistes ont appelé le monde à mettre fin à cette léthargie et à entamer une action.

Dans le cadre de cette campagne, des milliers de personnes se sont rassemblées devant le bureau du Premier ministre britannique à Londres et lui ont fait remettre une lettre avec le texte suivant : "Le temps passe pour les résidents du Darfour et nous vous demandons de maintenir la pression sur les autorités du Soudan tant qu’une force de paix efficace ne sera pas déployée sur place pour protéger la population".

En Israël, on marque également l’événement. L’antenne locale du mouvement Amnesty International a organisé dans l’après-midi un meeting de solidarité devant les bureaux du gouvernement à Tel Aviv.

La direction de Yad Vashem, représentée par Yossef Lapid et Avner Shalev, s’estime particulièrement concernée par ce nouveau génocide. Les responsables du mémorial de la Shoah ont donc décidé d’intervenir en adressant une lettre au secrétaire général de l’Onu, Ban Ki-moon, pour expliquer qu’ils ressentaient l’obligation d’alerter l’opinion publique sur les massacres du Darfour.

Yossef Lapid et Avner Shalev ont en outre estimé que les Nations unies devaient lancer une action militaire dans cette région afin d’y rétablir l’ordre et mettre fin aux massacres qui y sont perpétrés.


Yad Vashem interpelle les Nations unies à propos du Darfour
Jerusalem Post | Edition française

Le directeur du comité de Yad Vashem, Tommy Lapid, et le directeur de Yad Vashem, Avner Shalev, ont adressé ce dimanche matin un courrier au secrétaire général des Nations unies, Ban Ki-Moon, pour lui demander de tout mettre en œuvre afin d’enrayer le génocide du Darfour. “La communauté internationale ne doit pas se contenter de publier des condamnations et des communiqués alors que ce génocide soutenu par Khartoum se poursuit. Des avancées concrètes doivent être prises, nous devons tout faire pour que la communité internationale envoie des troupes au Darfour et restaure la sécurité. Chaque journée qui s’écoule voit s’ajouter des milliers de morts sur la liste des victimes”, ont-ils déclaré.

Le 29 avril a été décrété journée mondiale pour le Darfour. Depuis plus de 3 ans, plus de 400 000 hommes, femmes et enfants ont été assassinés et plus de 2,5 millions de personnes ont été déplacées. Des dizaines de milliers de femmes ont été victimes de viols et des milliers d’autres blessées, sont mortes, faute de médicaments. Les aides envoyées par les associations humanitaires ne parviennent pas toujours aux populations nécessiteuses, et quand elles arrivent, elles sont généralement insuffisantes.

“En tant que responsables de la principale institution juive de commémoration de la Shoah - un génocide qui s’est déroulé alors que le monde était resté silencieux - nous nous sentons une obligation particulière, comme nous vous l’avons fait savoir lors de votre précédente visite à Yad Vashem, à tirer le signal d’alarme sur le sort du Darfour. Nous vous enjoignons à user de votre autorité morale pour mettre un terme à cet horrible massacre”, ont ajouté Lapid et Shalev.

Le mois dernier, des réfugiés du Soudan avaient visité Yad Vashem à l’initiative du comité pour l’avancement des réfugiés du Darfour.

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis