Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
17 octobre 2012 3 17 /10 /octobre /2012 23:43

 

 

POT POURRI POLITIQUE sans PERIODICITE ni PRIORITE

Albert Soued et www.nuitdorient.com – N° 64 - le 19 octobre 2012


Autorité palestinienne (AP)


- L'AP utilise tous les moyens disponibles de propagande et de désinformation pour diaboliser Israël. L'eau et l'olivier sont aujourd'hui des outils courants de propagande à l'intention des medias occidentaux. Les habitants de Bethléem se plaignent du manque d'eau qu'ils attribuent à une surexploitation des ressources par les Israéliens. Or l'AP a reçu des aides financières de la part des pays occidentaux pour construire 13 usines de traitement des eaux usées. Une seule usine a été construite et le reste des capitaux est passé dans la poche des dirigeants. De même, quand vient l'époque de la récolte des olives, les Palestiniens s'empressent, la nuit, de déraciner ou d'incendier des vergers entiers, avant d'inviter la presse étrangère à venir constater les dégâts causés par les "colons". Mais sans s'apercevoir parfois qu'ils ont été filmés…

- Selon "Palestinian Media Watch", dirigé par Itamar Marcus, il n'y a aucune diminution significative de la propagande palestinienne contre Israël. "Ils enseignent à leurs enfants la haine contre les Juifs, et, au bout du compte, la violence contre les Juifs et les Israéliens… Les Palestiniens étaient plus proches de la paix avec Israël, avant les accords d'Oslo, c'est une véritable tragédie. C'est l'AP qui a incité à la haine, et c'est devenu un tsunami…. Les chances de la paix étaient meilleures en 1996… et, selon un sondage, 78% des Palestiniens considéraient favorablement Israël comme une démocratie et une force positive pour les droits de l'homme… La seule manière d'inverser la tendance, c'est que les Palestiniens abandonnent les mensonges, la délégitimation planifiée et orchestrée par l'AP et restaurent la vérité. Pour sortir de cette situation, Marcus préconise que l'Occident gèle le financement de l'AP, cesse toute aide financière et ne lui apporte plus son soutien diplomatique, tant que la diffusion de la haine n'aura pas cessé…. Après plus d'une génération d'endoctrinement des enfants à la haine, seulement 7% des adolescents palestiniens acceptent le droit à l'existence d'Israël… Eduquer les enfants palestiniens à la haine, c'est leur voler leur avenir".

Hamas

Selon "Point de Bascule" qui a enquêté sur les circuits de l'argent depuis les abattoirs, la certification de la viande "Halal" par l'AMCVH (agence musulmane de certification de la viande halal) au Canada et aux Etats Unis est l'occasion de transférer des fonds au Hamas, via des organismes de charité intermédiaires, tels que la MAC ou l'Irfan. La viande "halal" finance ainsi les armes, les infrastructures et la logistique des organisations terroristes affiliées au Hamas.

Irak

Mi-décembre 2011, le président Obama déclarait: "Nous laissons derrière nous un Irak souverain et stable, confiant en lui-même, avec un gouvernement représentatif, élu par le peuple et nous construisons un nouveau partenariat" – Qu'en est-il ? En effet, il ne reste plus que 150 militaires américains, au lieu des 144 000 auparavant. Al Qaeda d'Irak qui cherche à y créer un émirat islamique a repris ses attentats. Par vagues successives, al Qaeda a attaqué plus de 18 villes causant des centaines de morts en zone shiite. La violence sectaire a repris de plus belle à Bagdad et dans ses environs. On compte plus 120 incidents de sécurité par semaine. Par ailleurs les élites politiques appliquent les objectifs régionaux de l'Iran et les milices shiites se reconstituent.

L'Irak refuse les sanctions décrétées contre l'Iran et y achemine toutes les marchandises interdites. De même, l'Irak achemine vers la Syrie toute l'aide apportée par l'Iran.

Iran

- Selon Debka.com, l'Iran a enterré à Fordo, depuis la semaine dernière, toutes les centrifugeuses performantes IR-2 et IR-4, hors de portée des bombes perforantes américaines. Ainsi avant la fin de l'année, tout l'uranium disponible, permettant de construire 5 bombes nucléaires, sera enrichi à 60%, première ligne rouge indiquée par le 1er ministre israélien Benjamin Netanyahou devant la tribune des Nations Unies en septembre 2012. Il suffirait alors de quelques mois pour parvenir au taux fatidique des 90%.

- Par ailleurs, selon la même source, l'Iran a développé un drone Hazem capable de porter une bombe sur une distance de 2000 km et menacer Israël.

Le saviez-vous? Le Hezbollah aurait reçu un million $ pour lancer le drone abattu au dessus d'Israël et les responsables de l'opération auraient reçu chacun une "Porsche"

- Des brigades d'élite al Qods des Gardiens de la Révolution sont stationnées aux frontières syro-libanaises d'Israël prêtes à intervenir, à la demande de l'Iran.

- Selon de nombreux observateurs, une issue pacifique et honorable du dilemme nucléaire persan consisterait en un changement de régime, avec l'installation d'une équipe pro-occidentale au pouvoir. Si le "rial" continue de s'effondrer, il n'est pas impossible qu'on assiste à des émeutes "bazarjis", provenant des petits commerçants, dont le soulèvement en 1979 a entraîné les ayatollahs au pouvoir. Ceci à condition que l'administration américaine veuille bien donner un coup de main, à l'opposé de sa neutralité, lors de la révolution verte de 2009.

Etats-Unis

- Les élections américaines posent problème au citoyen moyen qui doit choisir entre un Mormon et un noir, en partie musulman, et qui n'a pas fait ses preuves dans le 1er mandat. Les sondages montrent qu'il sera malaisé de les départager, aucun des deux ne se démarquant nettement. En fait le citoyen américain doit choisir entre un "multiculturalisme" où les Etats-Unis s'effacent comme "gendarme et phare" du monde et un conservatisme où la nation américaine cherchera à retrouver une prééminence servant de modèle éthique. Dans ce dernier cas, elle entrera fatalement en conflit avec l'Islam qui a le vent en poupe aujourd'hui, le wahabisme/salafisme. Mais le peuple aura-t-il la sagesse d'élire le président le plus adapté à une situation mondiale incontrôlée ?

- Juste avant le 1er débat télévisé entre Obama et Romney, Biden a déclaré "comment les Républicains peuvent-ils justifier une augmentation des impôts sur une classe moyenne qui a été dévastée ces quatre dernières années ?"

- Pour des raisons stratégico-financières, le Département d'Etat a toujours cherché à ménager les pays de la péninsule arabique malgré que l'Islam radical anti-américain ait le vent en poupe, financé notamment par l'Arabie et le Qatar. Ainsi pour Hillary Clinton, comme pour ses prédécesseurs d'ailleurs, "les actes de violence sont le fait d'une minorité d'extrémistes". Le seul résultat de cette politique d'apaisement ou de ménagement a été une violence islamiste redoublée au Moyen Orient et dans le monde et la transformation des printemps arabes en hivers rigoureux et mornes, régis par des Frères Musulmans et autres wahabis/salafistes.

- Ainsi les rares "modérés" favorables à l'Occident se taisent, parce qu'ils n'ont pas été aidés par l'administration américaine, en Egypte comme en Iran, et ils s'effacent, car ils sont menacés d'élimination chez eux. Même en Lybie où la France est intervenue militairement dans le cadre de l'Otan pour éliminer un dictateur -- tardivement repenti à l'égard de l'Occident -- la situation vire à un islamisme non contrôlable et source de violence.

- L'historien Robert Wistrich avait écrit: "Les dimensions et l'extrémisme de l'antisémitisme dans l'éducation et l'information des pays arabes et musulmans est comparable à ceux de l'Allemagne nazie, dans les pires moments" – Et Wistrich a cité journaux, magazines, caricatures, tribunes et éditoriaux, sites web, radio et télévisions, films et documentaires, livres scolaires…. Il faudrait ajouter les medias affiliés et payés par ces pays en Occident.

France

- L'un des individus arrêtés dans le cadre de la récente descente de police en milieu terroriste, était converti à l'Islam, "et, abonné via Facebook à plusieurs sites religieux fondamentalistes, il diffusait des photos de bébés palestiniens tués ou d'un soldat israélien pointant son fusil en direction d'un enfant, avec ce commentaire d'internaute : Comment ne pas être haineux envers ce peuple maudit ?"

- Des télévisions françaises diffusent un clip vidéo du groupe Zebda "Une vie de moins"

où on entend des sornettes stimulant l'antisémitisme: "J'ai vécu les vagues humaines de l'intifada. J'ai vécu cortèges et grèves, drapeaux à bout de bras. Nous chantions à pleins poumons notre passion. Tandis qu'au-dessus de nous paradaient leurs avions. Je suis mort atteint d'une balle perdue. Je suis mort assassiné par un homme inconnu qui croyait faire son devoir en tirant dans le brouillard sur des ombres ennemies aux armes dérisoires. Je suis mort un soir d'automne, un soir de Ramadan…"

Israël

- Tsahal confirme qu'un hélicoptère a essuyé cette semaine des tirs de missiles sol-air de type Strela (SA7), de fabrication russe, alors qu'il survolait le ciel de la bande de Gaza. L'appareil n'a pas été atteint, mais les tirs confirment néanmoins l'information que les organisations terroristes palestiniennes à Gaza ont entre les mains de tels missiles.

- Le célèbre quotidien Haaretz aurait des problèmes internes et le personnel est en grève. Comment s'en étonner, vu la qualité de ses éditoriaux. Ainsi l'"éminent" journaliste Alouf Benn écrivait en mai 2011 un éditorial dans la version anglaise: "La 3ème intifada est inévitable… Le 1er ministre (Netanyahou) est piégé. Il ne pourra rien faire contre cette imminente intifada. Il ne pourra pas céder aux exigences palestiniennes de geler les implantations et de se retirer en deçà de la ligne verte, dans un mouvement désespéré d'arrêter le train qui va s'écraser contre le mur… S'il cède, c'est sa fin politique, puisque c'est la négation de sa stratégie. Selon lui le printemps arabe va éliminer la tutelle de l'Occident sur les pays rabes au profit de l'Iran et céder la Cisjordanie et Jérusalem, c'est créer des bases pour le terrorisme iranien, rendant la vie en Israël intolérable…" – Voilà le type d'insanités-prédictions qu'on lit dans un texte soigneusement gardé à bon escient depuis 18 mois.

Partager cet article

Repost0
11 octobre 2012 4 11 /10 /octobre /2012 08:36

La chaîne France 5 : permis de tuer ?

Laurence Nguyen | France-Israël

mercredi 10 octobre 2012  
- Lire la version pour téléphone mobile (iPhone, smartphone, etc.) -


 

http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=33072

 


Alors que ces jours-ci, le soir même, les autres chaînes de télévision françaises nous expliquent, à grand renfort de psychologues, politologues et autres spécialistes, que le terrorisme islamiste anti-juif est alimenté par le conflit israélo-palestinien, la chaîne France 5, à 20 heures 35, commet la diffusion d’un « documentaire » de propagande du plus bas niveau

« 5 cameras brisées » serait un reportage filmé par un habitant de Bi’lin, un Palestinien de Cisjordanie.

Aucun film de propagande ne peut être plus habile, plus mensonger, plus dangereux.

L’angélisme dans la présentation, la voix douce et triste de l’auteur (de sa doublure en français), les symboles faciles tels ce petit garçon, fils de l’auteur, offrant un rameau d’olivier à un soldat israélien, les oliviers en flammes, sans que l’on sache qui a mis le feu, la violence à sens unique, et bien sûr, l’inévitable caution de quelques Israéliens d’ultra-gauche venus manifester, font de ce film une action de propagande extrêmement dangereuse.

Plus dangereux encore, le pseudo débat qui suivit. Le dictionnaire propose pour le terme débat :examen d’un problème entre personnes d’avis différents. Mais les avis n’étaient PAS différents. La « journaliste » Carole Gaessler semblait indignée contre Israël comme si elle découvrait à travers le film, un conflit de 64 ans, comme si elle gobait, pour le faire gober au public, la perversité des images et des mots, ne manquant pas de prononcer ces termes qui marquent la mémoire : « le mur de la honte », « les colons ». Les intervenants, grinçaient d’une même voix (Alexandre Adler expliquera sans doute son étrange silence), ils fustigeaient mais jamais n’expliquaient, c’était la vision infantile et ignorante du combat des « victimes » contre les « bourreaux ».

En un temps ou, plus que jamais, s’imposent des explications historiques, géopolitiques, qui seules permettraient la réflexion du téléspectateur, quel mépris du public ! Mais surtout quel danger, dans ces temps de haine contre la communauté juive, quelle responsabilité si demain un autre Mohamed Merah…..

Ces réflexions sont adressées ce jour à Madame Carole Gaessler, à Monsieur le Directeur de la chaîne France 5, à Monsieur Président-Directeur Général de France Télévisions.

Partager cet article

Repost0
3 octobre 2012 3 03 /10 /octobre /2012 16:56

Le PJAK condamne les allégations du journal l ’Expressen contre la députée Suédoise d ’origine Kurde Evin Cetin.

 
Photo d ’Evin Cetin publiée dans le journal  suédois l ’Expressen

-30 septembre 2012 nouvelles parvenues via le site Kurde Rojhelat: Bruxelles- Dans une déclaration écrite et publiée par les représentants  en Europe, le groupe de résistance Kurde Iranien du PJAK condamne le différend  qui oppose la députée suédoise d ’origine Kurde Evin Cetin à son partià propos de sa visite dans un de ces camps situés dans les montagnes de Qendil , située dans la zone frontalière qui se trouve a cheval entre l ’Iran, la Turquie et l ’Irak.

-Evin Cetin est une femme politique et députée suédoise d ’origine Kurde qui a été contrainte de démissionner après que des photos d’elle aient été publiées par le journal  suédois l ’Expressen,  où on la voyait présente et en train de danser  avec de membres de la guérilla Kurde Iranienne du Parti Pour Une Vie Libre au Kurdistan ou  PJAK.

-Madame Evin Cetin est pour le PJAK une femme politique de grande envergure du Parti social-démocrate de  Suède qui est forcée  de démissionner de son parti, parce qu’elle avait rendue une visite  à des camarades du PJAK  dans les montagnes de  Qendil cette année.

- Le PJAK tient également à rappeler qu’Evin Cetin a été forcée de démissionner de son parti et que depuis, elle subit une enquête interne, qui est toujours en cours, alors que son  chef de parti a pourtant récemment déclaré savoir ce qui s ’était réellement passé lors de sa visite.

-Dans cette déclaration écrite, les représentants européens du PJAK ont condamnés une telle initiative appelant à la réévaluation de la situation actuelle  par rapport au problème Kurde.

-Cette déclaration du PJAK se lit comme suit:

 -Pour l’opinion publique Suédoise et Internationale, les journaux, les politiciens et les acteurs politiques et civils en Suède!

-Le 28 Septembre 2012 dernier  le journal suédois  Expressen a rapporté et publié un article sur la visite d’une femme politique et députée suédoise d ’origine Kurde Evin Cetin dans nos régions. Ce journal  l ’a décrite comme une visite faite dans un soi-disant « camp d ’entraînement »  appartenant à un « groupe terroriste ». Ces descriptions sont fausses et ne sont pas représentatives de la réalité actuelle que  vivent les populations Kurdes de notre région.

-Le fait que le journal  Expressen ait choisi d’utiliser le terme de « terroriste » pour décrire le PJAK, est pour nous une violation de l ’éthique journalistique et de la déontologie, car il est clair que l ’article de ce journal  a été falsifié pour calomnier notre mouvement et porter un jugement fallacieux contre celui ci et contre Evin Cetin.

-Tout d ’abord, il est important de souligner que le PJAK est un mouvement de combat politique et démocratique pour le peuple Kurde. Mais que celui-ci se bat aussi pour les droits fondamentaux de tous les peuples Iraniens. Nous tenons à rappeler aux journalistes d ’Expressen que, depuis la création de notre mouvement, des dizaines de nos membres ont été victimes de la terreur d’état, de violences et de tortures, venant de la part du régime de la « république islamique d ’Iran ». Et que beaucoup de nos membres ont étés sauvagement exécutés par pendaisons dans les prisons iraniennes et que des dizaines d’entre eux attendent toujours d ’êtres exécutés dans les couloirs de la mort du régime de Téheran.

-Nous tenons également à souligner que le PJAK n’est pour le moment ni sur les listes Américaines et Européennes des organisations terroristes. La seule liste ou le PJAK est actuellement mentionné est celle du  Département américain au Trésor. Qui n’enquête pas directement sur notre groupe comme pour savoir s’il est une organisation « terroriste » en tant que telle, mais pour savoir s’il existe des liens présumés entre le PJAJK et d’autres organisations Kurdes qui sont encore considérés comme des terroristes par les Etats-Unis. La mise du PJAK sur cette liste n’étant  pas fondée sur des motifs de droits, une procédure judiciaire est actuellement à l ’œuvre aux Etats-Unis pour gérer et régler cela.

-Le fameux clip  tiré d ’un documentaire  et les « fameuses » photos relatant la visite chez nous d’Evin Cetin, ont étés publiées dans le journal suédois l ’Expressen  longtemps après les faits pour les sortir de leur contexte, en fait cette visite avait  coïncidée avec la célébration de l ’anniversaire de la création du PJAK et au cours de cette célébration qui était ouverte et publique, nous avions aussi  reçus des membres issus plus de 48 organisations politiques internationales et d’ONG  à buts non  lucratifs, mais aussi des journalistes d ’environ  50 journaux Kurdes et internationaux. C ’est au cours de cette journée que le clip en question a été filmé  alors que nous nous trouvions dans un village Kurde et non dans soi-disant un « camp d’entraînement", comme la décrit de manière mensongère le journal l ’Expressen.

-Le PJAK est d’avis de dire  que ces  rapports  et les articles soit disant « détaillés » de la visite d ’Evin Cetin chez nous, ne  peuvent  être décrits que comme  faisant partie d’une campagne politique  dirigée contre la question Kurde. Mais qu’ils sont aussi basés sur des différends politiques qui existent entre le parti social démocrate suédois et certains journalistes de l ’Expressen. Cette campagne calomnieuse rappelle aussi à notre peuple  le temps ou  Hans Holmer, l’un des chefs de la police du Swedish National Security Service  ou SÄPO  effectuait  un travail d ’enquête contre les activistes de  mouvements  Kurdes réfugiés en Suède,  comme cela a été récemment décrit par le journaliste Jan Guillou dans un article paru récemment dans le journal Aftonbladet.

-Il est très urgent que l’Europe et la Suède revoient leurs politiques concernant  les réalités la question Kurde et de ses mouvements de libération. Car cette situation nous a également conduit à nous demander si certains individus et groupes politiques au niveau européen ne veulent pas sacrifier la question Kurde,  pour  des  gains  financiers et économiques  basés sur des arrangements politiques passés avec la Turquie et le régime Iranien théocratique et totalitaire.

-L’opinion publique et les hommes politiques en Suède auraient un grand besoin de pratiquer une réévaluation politique audacieuse par rapport à la question Kurde. La Suède doit, une fois pour toutes, se rendre compte qu’ils ne peuvent pas continuer à nommer leurs homologues dans des organisations comme l’Onu pour résoudre la question Kurde. Et  en même temps continuer à utiliser des mots comme « terroristes «  pour criminaliser les mouvements de libérations Kurdes dans leur globalité.

Les Représentants du PJAK pour l ’Europe.

Bruxelles.

30 Septembre 2012

Voir aussi sur:
http://rojhelat.info/en/?p=3862

Partager cet article

Repost0
28 septembre 2012 5 28 /09 /septembre /2012 10:33

De l'Eminent Historien au Professeur d'Histoires

Ou comment on falsifie l'Histoire par des histoires

 

Par Albert Soued, écrivain http://soued.chez.com pour www.nuitdorient.com

Le 28 Septembre 2012.

 

Bernard Lewis est un grand historien anglo-américain. Il a aujourd'hui 96 ans. Il a écrit plus de 30 livres sur l'histoire du Moyen Orient, des Arabes et de l'Islam. Il vient de publier sans doute son dernier livre, intitulé "Notes sur un siècle", recueil de réflexions de ce spécialiste du Moyen Orient (Viking Adult- 400p – 28,95$).

 

J'ai choisi 2 réflexions qui m'ont paru intéressantes pour le sujet que je développe.

- Parlant l'arabe, Lewis a rencontré de nombreux dirigeants au Moyen Orient et s'est lié d'amitié avec certains. En 2006, il a été invité "sous la tente" par Qadhafi qui voulait lui transmettre un message important qui peut se résumer ainsi: "Vous êtes tous obnubilés par l'Iran, et vous êtes dans l'erreur. Ce pays n'est pas si important et ce n'est pas un réel danger. Le vrai danger, l'origine de tous vos tourments (Vous Occidentaux), c'est bien l'Arabie Saoudite !"

Bien que considéré comme un peu fou, Qadhafi n'était pas aussi dément qu'on le disait. Quoique pervers, il avait une certaine vision. En ce qui me concerne, j'ai déjà dit que si l'Iran était "le choléra", l'Arabie était "la peste" et qu'il fallait mettre ces 2 pays dans le même panier. Néanmoins dans le long terme, Qadhafi avait raison. Créée dans les années 20, l'Arabie est la source de tous les maux de l'Occident. (voir L'Arabie du Wahabisme, Source de Désordres dans le Monde)

- Lewis développe un sujet assez inquiétant, celui de la narration admise en milieu universitaire sur le Moyen Orient. Cette narration s'inspire des écrits du palestino-américain Edward Saïd, notamment de son livre de 1978, "l'Orientalisme". Progressivement depuis cette date, on n'admet plus en matière d'Islam et de Moyen Orient ceux qui scrutent l'Histoire et font des recherches sérieuses. Ne sont admis dans le cercle restreint de ceux qu'on invite et on publie sur le plan universitaire que les islamophiles. Les tenants du "Saïdisme" contrôlent les embauches, les promotions, les publications, et même les revues de livres, à un degré jamais vu depuis le 18ème siècle. De plus, l'Islam a atteint un degré d'immunité qu'on ne trouve pas dans les autres religions, ouvertes à la critique et au commentaire. Le "politiquement correct" est absolu dans les Universités et on ne peut plus discuter sérieusement de questions liées au Moyen Orient et à l'Islam. Ce qui fait que les jeunes recrues qui veulent se faire un nom n'écrivent plus que des articles favorables à l'islam et aux pays arabes.

 

Amin Maalouf.

Et voilà que le professeur d'histoire et romancier devenu académicien, Amin Maalouf, publie "les désorientés" chez Grasset. Agréable à lire, ce roman nostalgique de cet émigré libanais raconte la vie d'une bande d'étudiants, qui se rencontraient sur la terrasse d'une maison bourgeoise, dans un village de montagne, non loin de Beyrouth, avant la guerre civile de 1975. Puis, on se demande pourquoi, au milieu du livre, on tombe sur plusieurs pages de tirades politiques mettant en cause Israël.

- Amin Maalouf fait dire à un de ses personnages juifs: "L'autre jour quand nous avons parlé de la Guerre des Six jours, tu as comparé l'attaque de l'aviation israélienne contre les aérodromes militaires arabes à l'attaque surprise de Pearl Harbor" et un peu plus loin " … on pourrait effectivement dire que la Guerre des Six Jours, c'est comme un Pearl Harbor qui aurait brillamment réussi"

Cela peut paraître cynique de mettre dans la bouche d'un Juif ex-Libanais de tels propos "outranciers", sinon totalement aberrants sur le plan historique. Comment peut-on comparer Israël, seule démocratie du Moyen Orient au Japon de l'époque, fasciste et totalitaire ? Comment peut-on comparer Israël, provoqué par l'Egypte de Nasser qui avait fermé le détroit de Tiran, cherchant à l'asphyxier, avec le Japon qui n'a pas été provoqué par les Etats-Unis. De plus le Japon avait agi sans avertissement, alors qu'Israël vivait un drame public etc…

- Puis plus loin, parlant du conflit israélo-arabe, Amin Maalouf fait dire au personnage Adam, professeur d'histoire -- sans doute lui-même puisque ce roman est partiellement autobiographique -- : "C'est ce conflit plus que tout autre qui empêche le monde arabe de s'améliorer, c'est lui qui empêche l'Occident et l'Islam de se réconcilier…. C'est d'abord à cause de ce conflit que l'humanité est entrée dans une phase de régression morale, plutôt de progrès" et ensuite "Quand les Arabes ont compris que l'immigration juive n'était pas le fait de quelques groupes de réfugiés, mais qu'il s'agissait d'une entreprise organisée visant à s'approprier le pays, ils ont réagi comme l'aurait fait n'importe quelle population, en prenant les armes pour l'empêcher"

Bravo pour un professeur d'histoire qui sciemment raconte des histoires sur 7 pages (290/6) sans tenir compte:

- de la présence continue juive en Palestine, de la majorité juive à Jérusalem

- de l'arrivée massive des arabes venant en Palestine des pays limitrophes pour travailler dans les implantations juives (comme aujourd'hui d'ailleurs)

- de la déclaration Balfour de 1917 et des accords de San Remo créant un état juif en Palestine et même en Jordanie

- de l'acceptation par l'émir du Hedjaz (hashémite) de ces accords

- du torpillage de cette initiative, qui devait être mise en œuvre par l'Angleterre, par des Anglais, par les fascistes islamiques qu'ils soient Frères Musulmans ou fanatiquement antisémites et alliés des nazis.

- que les réfugiés palestiniens sont le fait des armées arabes eux-mêmes qui les y avaient incités à fuir "provisoirement", pour la majorité d'entre eux, et qu'ils se sont déplacés de quelques dizaines de kilomètres. Alors que la majorité des Juifs des pays arabes en ont été chassés, comme des intrus, alors qu'ils y vivaient depuis des siècles, voire des millénaires, et, eux, ont été amenés à partir à des milliers de kilomètres.

 

Par ailleurs, Amin Maalouf doit savoir pertinemment que

1 - le conflit qui dure depuis 1948 a été entretenu par les Arabes qui ont envahi Israël dès sa naissances, puis ont provoqué des guerres offensives, le terrorisme, des guerres d'usure, des guerres économiques (boycott), la délégitimation d'Israël à l'Onu, et surtout ils cherchent à réécrire l'Histoire, en racontant des histoires auxquelles il est "politiquement correct de croire aujourd'hui"

2 – la décadence de l'empire ottoman qui a donné naissance aux nations arabes avait commencé déjà au 19ème siècle et s'est perpétuée avec un Islam de plus en plus radical, opposé à la modernité. Le conflit lié aux Arabes vivant en Palestine a été utilisé par les nouvelles nations arabes pour justifier leur incompétence ou leur totalitarisme.

3 - si Israël n'existait pas, le Moyen Orient serait à feu et à sang aujourd'hui, avec des millions de mort du fait de la volonté d'hégémonie de certains états, tous tribaux et antinomiques entre eux tant sur le plan culturel que religieux (sunna/shiah)

 

En effet, avec des amis, nous avions reçu Amin Maalouf pour une conférence "Les espoirs de paix au Moyen Orient et la pérennité d'Israël" (27/05/91) où il nous avait affirmé que le principal responsable de la situation au Moyen Orient était l'Arabie Saoudite, que le conflit allait durer longtemps et qu'il fallait qu'Israël tienne bon, en toute circonstance.

 

Alors Mr Maalouf, pourquoi toutes ces histoires inutiles au milieu d'un beau roman de souvenirs de jeune adulte ? Sans aucun doute, parce que le "politiquement correct" qui s'est installé en Occident n'autorise que la falsification de l'Histoire, même par un professeur d'histoire qui sait raconter des histoires, pour prospérer. A moins qu'il ne soit simplement "désorienté", tout le Moyen Orient arabe se vidant de ses Chrétiens, comme il s'est déjà vidé de ses Juifs.

Partager cet article

Repost0
16 septembre 2012 7 16 /09 /septembre /2012 12:45

 

 

pk-sarkozy1 thumb (Copier)

Chers amis,

Je vous souhaite de bonnes fêtes et une bonne année 5773.


Cet été, j’étais loin de vous tous et vous m’avez beaucoup manqué.

Le 13 août, j’ai donné une conférence à Denver (dans le Colorado, aux Etats-Unis) devant plus de 200 personnes et qui fut couverte par de nombreux médias.
Au bas de ce message, vous pourrez lire l’article d’un hebdomadaire américain qui y a consacré sa 1ère page.

Je suis ensuite allé à la Convention Républicaine qui s’est déroulée à Tampa, en Floride, et qui a intronisé Mitt Romney et Paul Ryan.

De la même façon qu’Israël est diabolisé dans les médias français, les candidats républicains américains sont la cible d'une campagne de mensonges et de fausses rumeurs.

Ne vous trompez pas d’adversaires, ne vous laissez pas influencer par cette propagande, l’administration Obama est dangereuse pour le monde libre, et donc aussi pour Israël.

Si vous souhaitez voir quelques photos prises lors de certaines de mes rencontres à la Convention Républicaine, cliquez ici.

Je ne connais pas encore la date de mon futur séjour en Israël mais je l’espère prochain.
Shana tova et à très bientôt,

Philippe Karsenty

Voici un hebdomadaire qui a couvert ma conférence de Denver, et voici le lien vers l’article : « Philippe Karsenty: profile in courage » (l’article en entier se trouve sous la photo).

!cid E08BD905-E870-4BA4-A86C-3392C3348FF4 (Copier)

 

Philippe Karsenty: profile in courage

Thursday, 16 August 2012 12:33 Andrea Jacobs

ON Sept. 30, 2000, as Philippe Karsenty celebrated the second day of Rosh Hashanah with friends, a grim news report from Gaza’s Netzarim Junction whipped the world into an anti-Israeli frenzy.

France 2 broadcast a 50-second account allegedly depicting the death of 12-year-old Palestinian Mohammad al-Dura, who crouched next to his father to avoid a flack of IDF bullets during an Israeli-Palestinian skirmish.

Karsenty, who did not see the France 2 piece until the following day, “was shocked,” he told the IJN prior to his lecture Aug. 13 at BMH-BJ. “Everyone was shocked.

“As a French Jew, I realized I would have to justify this to my non-Jewish friends. They would ask, ‘How can you be supportive of Israel when you see their army killing children just for the pleasure of it?’ ”

Over the following days and weeks, images of al-Dura purportedly lying dead in his father’s arms circulated in newspapers, the Internet and volatile minds.

“The story was huge in France,” says Karsenty, flinging his jacket over the back of his chair.

“Jews used to be part of French non-Jewish life. But because of the al-Dura incident and more and more anti-Israel propaganda, we stopped going to non-Jewish dinners.”

France 2’s Israel Bureau Chief Charles Enderlin, who broke the report on air, was not in the Netzarim Junction on Sept. 30, 2000. He relied on information and images relayed by his Palestinian cameraman Talal Abu Rahma.

“For a year-and-a-half, I knew that Israel did not shoot and kill that boy but at that time I had no reason to suspect a hoax,” says Karsenty. “I was just a regular citizen.”

BUT in April, 2002, he was invited to view the first ARD German documentary “Three Bullets and a Dead Child,” which concluded that the Palestinians and not the Israelis killed al-Dura.

(Esther Schapira of ARD even proposes that al-Dura was still alive.)

Karsenty, now deputy mayor of Neuilly-sur-Seine, began researching the events that occurred at Netzarim Junction and approached some media contacts to see whether France 2 might print a correction.

Their reply was unanimous: We’re not interested.

About six months later, Stephan Juffa, a close Israeli friend, told Karsenty that the al-Dura incident “was completely staged and wanted to show me the proof.

“At first I said, ‘Yeah, and Elvis Presley and Marilyn Monroe are still alive too,’ ” he grins ironically.

“Then I looked at the evidence — and it was so obvious that it was a hoax!”

Karsenty tried to gather support from French Jews and non-Jews to force France 2 to admit its culpability. But instead of approbation, he was labeled a wacky conspiracy theorist.

“I said to the Jewish community, this picture [of al-Dura] will probably incite the Muslim world for decades. It has been shown all over. This is a very powerful, very real blood libel against the Jews. But they did not care.”

“So,” he says, juxtaposing tenses in the heat of recollection, “I start to fight back.”

THE complicated and drawn-out legal process that followed, and continues at this very moment, started with a dare. “I decided to set a trap for France 2,” Karsenty explains.

“In France, my only legal recourse was to accuse Charles Enderlin of having broadcast a hoax. Then he would be forced to sue me and we could go to court.” Karsenty wrote an article claiming that the al-Dura incident was a hoax and that Enderlin should be fired.

“Then I said, ‘Here is the address of my company. Now you know exactly where to find me,’ ” he smiles. Enderlin and France 2 sued Karsenty for libel. In 2006, the court found Karsenty guilty and fined him 1,000 Euros. He appealed that same day.

The parties returned to court in September, 2007. “Suddenly the judge interrupts the trial,” Karsenty says. State-owned France 2, which said it possessed 27 minutes of raw footage, refused to bring it to court. The judge ordered France 2 to make the footage available.

Although France 2 only supplied 18 of the 27-minute footage, “we could see the boy raise his elbow and look directly at the camera,” Karsenty says. “There was no evidence of a killing.”

At the next portion of the trial in February, 2008, people packed the courtroom for seven hours to hear the discrepancies involved in France 2’s reporting of al-Dura’s death.

For example, after the IDF allegedly shot at al-Dura and his father for 45 minutes at a distance of 80 meters, there was not a single drop of blood on their bodies or clothing.

The Court of Appeal found Karsenty not guilty on May 21, 2008.

Six days later, La Nouvelle Observator, the largest weekly in France, published a petition signed by 800 journalists — including numerous Jews — defending Enderlin’s reputation and accusing Karsenty of flagrantly denying the death of a child.

The case was then sent to France’s Supreme Court, which ruled that the Court of Appeal had no right to request footage from France 2 and overturned the first court’s favorable judgment. The next legal phase — “arguments against arguments” — is set for January, 2013.

“At that first trial, there was no footage and I lost,” Karsenty says. “We saw the footage at the second trial and I won. We will have no right to look at the footage at the third trial. So . . . ”

ALTHOUGH France has the second largest Jewish population in the Diaspora next to the US, the two countries are polar opposites when it comes to Israel and anti-Semitism.

“Spend a few days in France,” says Karsenty, who is not alluding to The Louvre or impeccable wine. “The demonization of Israel is very intense.” Not merely transformed into a hulking Goliath trampling on the Palestinians, “Israel is a monster. When there is an article in La Monde or Le Figaro online, read the comments.

“Even if they publish something neutral, like a new medical discovery in Israel, the comments say, ‘How many Palestinians did Israel kill trying to find this cure?’ ”

He is adamant that Israel bashing is synonymous with anti-Semitism — and that Jews who belong to organizations promoting a dovish stance toward the Israeli-Palestinian situation are anti-Semites.

“There are Jews who hate Israel. And there are Jewish anti-Semites.”

The IJN mentions that Enderlin, who is Jewish, made aliyah 40 years ago. Karsenty is unfazed. “He is representative of Jewish journalists in France who want to keep their jobs.

“There are many, many Jews in the French media, but they would never come out and defend Israel. It is too dangerous for their career.”

Karsenty says that history books in France and the Netherlands present the al-Dura affair as fact and no one is challenging the lie, not even the Israelis.

“The Israelis have done nothing,” he says, adding that the investigative panel charged with examining the incident “was ridiculous. It’s in Israel’s best interest to get this blood libel out in the open, but no one seems to care.”

Asked whether Israel needs to improve its public relations standing, Karsenty offers an immediate affirmative.

“Israel has faced three wars since the creation of the state in 1948,” he says.

“First there were the military wars. Israel won all of them. Then the Palestinians tried terrorism, but they now realize they have lost that war.

“What do the Palestinians do? They launch a third war, a media war. Israel is being assaulted with terrorist media attacks.

“This is what Israel is facing — and the Israelis don’t know how to handle it.”

There are postage stamps, tributes, statues, monuments and T-shirts showing Mohammad al-Dura drooping in his father’s arms. But did he actually die? And if not, where is he?

“Supposedly, the boy was killed at 3:45 p.m., following 45 minutes of shooting,” Karsenty says. “The funeral takes place at 4:30. All the posters read, ‘Dura, Dura, Dura.’ But if they picked up his body at 4 p.m., how is this possible?

“Listen. The cab driver who took me to the Ft. Lauderdale airport was alive when he dropped me off this morning. But if you ask me, is he alive now, I couldn’t tell you.

“I don’t know happened to Mohammad al-Dura,” Karsenty says. “Maybe he died a day or week after Sept. 30, 2000. I can’t prove this. But he did not die at the Netzarim Junction.”

Karsenty is fully cognizant that his is an uphill struggle.

Like a trained athlete, he is willing to go the distance because future generations of Jews are at stake.

“I am not working to influence opinions,” he says. “I am working for history. Each and every Jewish generation has to fight against lies. And this is the lie of our generation.

“We must defend our generation. And if we do not accept this responsibility, then the next generation of Jews will pay.”

Copyright © 2012 by the Intermountain Jewish News

 

Partager cet article

Repost0
13 septembre 2012 4 13 /09 /septembre /2012 21:33

 

 

Le mystère plane sur l'auteur du film anti-islam

  
OLJ/Agences | 13/09/2012

Des manifestants ont attaqué l'ambassade américaine au Caire jeudi 13 septembre et brûlé des voitures diplomatiques pour protester contre le film anti-islam. Ahmed Mahmoud/AFP
Des manifestants ont attaqué l'ambassade américaine au Caire jeudi 13 septembre et brûlé des voitures diplomatiques pour protester contre le film anti-islam. Ahmed Mahmoud/AFP
CRISE "Nous sommes à 100% contre ce film et avons été grossièrement trompés sur ses intentions et objectifs", affirment les acteurs du film.

Mystères et confusion régnaient jeudi sur l'identité de l'auteur du film ayant provoqué de violentes attaques contre les Etats-Unis en Egypte, en Libye et au Yémen, et la mort d'un ambassadeur américain alors qu'il se trouvait au consulat de Benghazi.

 

Le cinéaste, qui se qualifie d'Américano-israélien et se fait appeler Sam Bacile, aurait décidé de se cacher, selon l'un de ses collaborateurs, craignant pour sa vie après l'éruption de violences provoquée par son film à petit budget "Innocence des musulmans", qui tourne en dérision le prophète Mahomet.

 

 

Le facteur copte


Plusieurs informations font également état de l'implication d’Égyptiens coptes dans cette affaire.

Mercredi soir, une information relayée par les médias américains affirmait qu'un copte vivant dans la banlieue de Los Angeles, Nakoula Basseley Nakoula, était le responsable de la société de production du film et qu'il avait eu maille à partir avec la justice. Des documents judiciaires dont l'AFP a eu copie confirment que Nakoula Basseley Nakoula a été condamné à 21 mois de prison en 2010 pour escroquerie bancaire et qu'il résidait à Cerritos, dans la banlieue sud de Los Angeles.


Un journaliste de l'AFP s'est rendu mercredi soir au domicile de M. Nakoula, devant lequel étaient stationnés plusieurs véhicules de la police et du shérif de Los Angeles.


Deux officiers du bureau du shérif sont restés dans la maison pendant plus d'une heure, et sont sortis sans faire de commentaire vers 21H00 locales (04H00 GMT).


La famille a refusé de parler aux quelques journalistes présents. Mais la porte d'entrée de la maison, ornée de deux fenêtres semi-circulaires aux motifs originaux, présentait une similitude flagrante avec une porte apparaissant dans plusieurs scènes du film, dont des extraits sont visibles sur internet.

 

Aujourd'hui, l'agence de presse américaine Associated Press (AP), laissait entendre que Nakoula pourrait être Sam Bacile, le numéro de téléphone par lequel AP ayant contacté mardi Sam Bacile renvoyant à l'adresse de M. Nakoula.

 

Morris Sadek, un Égyptien copte réfugié aux États-Unis ayant soutenu le film et en ayant fait la promotion sur internet, s’est dit, pour sa part, désolé après la mort de l'ambassadeur des Etats-Unis en Libye. "L'expression d'une idée devrait être la seule réponse à une idée exprimée", a-t-il déclaré, interrogé par Reuters, précisant qu'il ne considérait pas le film "L'innocence des musulmans" comme une insulte envers l'islam.


Morris Sadek a également dit à Reuters que son but en soutenant le film controversé était de mettre en lumière la discrimination dont sont victimes, selon lui, les coptes en Egypte, où ils représentent 10% de la population.


Il incite surtout au visionnage de la première partie du film, durant laquelle se déroule une scène montrant des islamistes en train de saccager la clinique appartenant à un chrétien.

 

(Lire aussi : Un copte égyptien ayant soutenu le film anti-islam se justifie)

 

 

Sam Bacile


Steve Klein, consultant sur le film, a nié mercredi l'implication d'Israël dans la production et a assuré que Sam Bacile -un pseudonyme, a-t-il reconnu- était mortifié par le décès de l'ambassadeur américain en Libye, Chris Stevens, lors de l'attaque du consulat de Benghazi, où trois autres Américains ont été tués. "Il est bouleversé par le meurtre de l'ambassadeur" a assuré M. Klein à l'AFP, soulignant qu'il avait parlé au téléphone à Sam Bacile plus tôt dans la journée, mais qu'il ignorait où il se trouvait.

 

Dans un entretien au Wall Street Journal, mardi, Sam Bacile s'en était pris directement à l'islam, qu'il qualifiait de "cancer". "C'est un film politique. Pas religieux", ajoutait-il, précisant avoir fait le film -où des acteurs parlant anglais avec l'accent américain présentent les musulmans comme immoraux et gratuitement violents- avec 60 acteurs et une équipe de 45 personnes.

 

M. Klein craint que le cinéaste ne connaisse le même sort que le réalisateur néerlandais Theo Van Gogh, qui avait été assassiné en 2004 après avoir déclenché des protestations avec un film anti-musulmans. "S'il apparaissait en public, je suis sûr qu'il serait tué très facilement", a-t-il dit.

 

 

L'équipe du film se dit flouée


Mais l'équipe du film a fait part de sa colère, mercredi, dans un communiquépublié par le Los Angeles Times. "Tous les acteurs et toute l'équipe sont bouleversés et ont l'impression d'avoir été exploités par le producteur", écrivent-ils.

 

"Nous sommes à 100% contre ce film et avons été grossièrement trompés sur ses intentions et objectifs. (...) Nous sommes choqués par les réécritures radicales du scénario et les mensonges proférés à toutes les personnes impliquées", ajoute le communiqué. "Nous sommes profondément attristés par les tragédies" survenues en Libye et en Egypte.

 

L'actrice Cindy Lee Garcia, qui joue une femme dont la fille est proposée en mariage à Mohamet, a affirmé qu'elle ignorait que le film fût une propagande anti-musulmane, ajoutant que des dialogues avaient été doublés après le tournage. Selon elle, "il n'y avait rien sur Mahomet ou les musulmans" dans le film qu'elle a tourné.


"Tout cela me paraît irréel, c'est comme s'il ne restait rien de ce que nous avons tourné", a-t-elle dit à Reuters dans une interview téléphonique.

 

L'actrice a précisé que le film, qui aurait coûté 5 millions de dollars, avait été tourné durant l'été 2011 à l'intérieur d'une église proche de Los Angeles. "On m'a dit que c'était un film sur l'époque du Christ, il y a deux mille ans", a-t-elle précisé.

 

Cindy Lee Garcia a raconté que dans le film, le personnage qu'elle jouait était obligé dans une scène de remettre son enfant à un certain "Maître Georges".


L'actrice a ajouté que le producteur du film, qu'elle appelle Sam Bassil, était un homme âgé, les cheveux grisonnants, avec un accent arabe et qu'il se disait égyptien. Il l'a payée avec un chèque. "Je lui ai téléphoné mercredi et lui ai demandé pourquoi il avait fait cela. Il m'a mis dans une situation affreuse, des gens sont tués à cause d'un film dans lequel je joue", a-t-elle dit.


YouTube, le site vidéo appartenant à Google, a restreint l'accès au film en Libye et en Egypte.


 

Le doublage est parfaitement visible sur les 14 minutes du film diffusées sur internet, où des mots sont grossièrement insérés au beau milieu de séquences.

Partager cet article

Repost0
12 septembre 2012 3 12 /09 /septembre /2012 21:13

 

 

 

Qui est Sam Bacile?

Par Tom Tugend

Suivre JewishJournal.com on 

 http://www.jewishjournal.com/tomstopics/item/who_is_sam_bacile

 Photo

Extraits de “l’Innocence des Musulmans” sur YouTube.

Un responsable israélien de haut-rang, présent à Los Angeles, a déclaré aujourd’hui, qu’après de très nombreux recoupements d’enquête, il est apparu que personne, ni au sein de l’industrie du film à Hollywood ni au sein de la communauté juive locale ne connaissait de Sam Bacile, le supposé directeur et rédacteur du film incendiaire : « L’Innocence des Musulmans ».

Ce responsable a exprimé plus que des doutes qu’une personne portant ce nom existe réellement.

La branche locale à Los Angeles du Conseil pour les Relations Américano-Islamiques (CAIR) et le Conseil de la Shura Islamique ont tenu, aujourd’hui, une conférence de presse, pour condamner le meurtre de l’Ambassadeur américain en Libye et les attaques contre des installations diplomatiques et les personnes en Libye et en Egypte.

A Washington, les responsables nationaux du CAIR ont appelé les Musulmans à “ignorer le film anti-islamique nul (trashy) qui a été à l’origine des attaques ».

 

Adaptation : Marc Brzustowski. 

Partager cet article

Repost0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 16:21

 

STINIANS-GAZA-TUNNE751497 wa (Copier)

 

30 août 2012 at 4:30 am

 

Si l’armée égyptienne réussit à démolir les tunnels souterrains de contrebande qui permettent au Hamas de gouverner, cela pourrait marquer la fin du règne des Islamistes sur la Bande de Gaza. Mais si le nouveau Président d’Egypte, Mohamed Morsi et les Frères Musulmans lient les mains des généraux de l’armée égyptienne et les empêchent de réussir leur mission, le Hamas n’en deviendra que plus fort et plus riche.

Le monde pense souvent que la Bande de Gaza, où résident 1, 4 million de Palestiniens, est l’un des endroits les plus pauvres de la planète, où les gens vivent dans la misère et des conditions sordides.

Mais, selon un rapport d’enquête publié dans le journal panarabe Asharq al-Awsat, il y a, au moins, 600 millionnaires qui vivent dans la Bande de Gaza. Le reportage du journal réfute aussi les affirmations selon lesquelles la Bande de Gaza serait confrontée à une « crise humanitaire », à cause du blocus israélien.

Mohammed Dahlan, l’ancien Commandant de la Sécurité de l’Autorité Palestinienne de la Bande de Gaza, est allé encore plus loin, la semaine dernière, en disant que le Hamas est le seul parti qui assiège la Bande de Gaza ; et que c’est bien le Hamas, et non Israël, ni l’Egypte, qui étrangle et punit la population qui y réside.

Ces millionnaires palestiniens, selon ce reportage, ont fait fortune grâce aux centaines de tunnels souterrains creusés le long de la frontière entre la Bande de Gaza et l’Egypte.

Des sources palestiniennes informées ont révélé que, chaque jour, en supplément des armes, des milliers de tonnes de carburant, de médicaments, divers types de marchandises, de véhicules, d’applications électriques, de drogues, de cigarettes sont fournies clandestinement dans la Bande de Gaza, à travers plus de 400 tunnels. Un ancien responsable du gouvernement soudanais, qui a visité la Bande de Gaza il y a peu, est cité disant qu’il y a découvert des produits de base qui ne sont pas disponibles au Soudan. Presque tous les tunnels sont sous le contrôle du gouvernement du Hamas, qui a instauré une commission spéciale, chargée de superviser le commerce clandestin, ce qui fait du gouvernement du Hamas le plus gros bénéficiaire de l’industrie clandestine.

Des Palestiniens estiment que 25% du budget du Gouvernement du Hamas provident directement des taxes imposées aux propriétaires des tunnels souterrains.

Par exemple, le Hamas a imposé une taxe de 25% et un paiement de droits d’admission de 2000$ pour chaque voiture qui est introduite clandestinement dans la Bande de Gaza. Le Hamas prélève également une commission de 15$ pour chaque tonne de ciment, huit centimes sur chaque paquet de cigarettes et 50 centimes pour chaque litre de carburant transféré illégalement à travers les tunnels.

Pour le Hamas, affirment ces sources palestiniennes, ces tunnels sont donc une question de vie ou de mort.

Actuellement, cela dit, le Hamas est confronté à une énorme crise, alors que les autorités égyptiennes prévoient de reprendre le contrôle du Sinaï, à la suite de la mort récente de 16 garde-frontière égyptiens par des terroristes en voie d’identification.

L’armée égyptienne apparaît déterminée à détruire les tunnels souterrains, par crainte qu’ils soient utilisés, non seulement, pour s’adonner au trafic de produits et de carburant, mais aussi de permettre à des terroristes islamistes de circuler et qui représentent une menace contre la sécurité nationale égyptienne.

A ce stade, cependant, il n’est absolument pas clair de savoir si le Président des Frères Musulmans d’Egypte, Mohamed Morsi, autoriserait son armée à interrompre l’une des principales sources de revenus du Hamas. La politique de Morsi, jusqu’à présent, a consisté à choyer et renforcer le Hamas, au détriment de l’Autorité Palestinienne, appuyée par l’Occident, dans la Bande Occidentale de Judée-Samarie/Cisjordanie.

Si l’armée égyptienne réussit à mener à bien son opération de répression sécuritaire anti-terroriste dans le Sinaï, y compris par la démolition de tous les tunnels outerrains qui permettent au Hamas de se maintenir au pouvoir, cela pourrait marquer le début de la fin du règne du mouvement islamiste sur la Bande de Gaza. Mais, si Morsi et les Frères Musulmans, comme on s’en doute, lient les mains de leurs généraux et les empêchent de réaliser leur mission, le Hamas n’en deviendra même que plus fort et plus prospère.

Related Topics:  Khaled Abu Toamehreceive the latest by email: subscribe to the free gatestone institute mailing list

 

http://www.gatestoneinstitute.org/3308/gaza-millionaires

 

Adaptation : Marc Brzustowski. 

Partager cet article

Repost0
24 août 2012 5 24 /08 /août /2012 10:56

 

 

 

 

La mission « Bienvenue en Palestine »

 

 

L’OBJECTIF DE LA MISSION « BIENVENUE EN PALESTINE » :

 

Chercher la confrontation entre les militants internationaux et les soldats israéliens dans le but de susciter une campagne médiatique internationale négative à l’encontre d’Israël.

 

Si Israël laisse passer les militants internationaux

Ils chercheront l’affrontement avec l’armée israélienne afin d’organiser une campagne médiatique sur le thème de l’oppression des palestiniens et de la violence de l’armée.

 

Si Israël ne les laisse pas passer les militants internationaux

Ils chercheront l’affrontement avec les autorités douanières israéliennes de manière à organiser une campagne médiatique autour de l’idée qu’il existe également un blocus sur les territoires palestiniens de Cisjordanie puisqu’on empêche les occidentaux de s’y rendre.

 

 

HISTORIQUE DE LA MISSION « BIENVENUE EN PALESTINE »

 

Décembre 2010 : mission « Noêl en Palestine » :1

 

Près de 150 militants internationaux répondent à l’appel d’organisations palestiniennes et se rendent en Cisjordanie. L’association CAPJPO-Europalestine envoie 70 militants français.

Bilan de la mission:

Troubles à l’ordre public

Les militants internationaux participent à 8 manifestations, la plupart entraînant des affrontements avec l’armée israélienne et occasionnant des troubles à l’ordre publics.

Une action de vandalisme contre un point de passage militaire avec tentative d’effraction

11 internationaux arrêtés pour trouble à l’ordre publics lors des manifestations

Rencontre avec des députés du Hamas

Faible retentissement médiatique

 

bienvenue en palestine     bienvenue en palestine 2

     

bienvenue n palestine 3

 

 

 

 

Juillet 2011 : mission « Bienvenue en Palestine 1 »

 

Le succès de la mission précédente a encouragé les organisations palestiniennes à renouveler ce type d’opération. Ils mettent au point la nouvelle formule, sous le nom de « Bienvenue en Palestine ».

Près de 300 militants internationaux répondent à l’appel. Cette fois les autorités israéliennes leur interdiront l’entrée. Grâce à une liste préétablie, les compagnies aériennes refuseront l’embarcation à la majorité des militants. Les autres seront arrêtés en Israël, puis expulsés vers leurs pays d’origine.

A noter que 3 militants de l’organisation jihadiste, Forsane Alizza, participent à cette mission. Deux d’entre eux seront refoulés au moment de l’embarcation, et un sera arrêté à son arrivée en Israël2.

Bilan : Forte couverture médiatique (Repris et couvert par les médias « de masse »)

 

 

Avril 2012 : mission « Bienvenue en Palestine 2 »

 

Identique à celle de juillet 2011, avec une petite variante : la majorité des militants internationaux ont essayé d’embarquer à partir de vol en provenance de Turquie, pensant bénéficier de l’indulgence des autorités turques.

 

 

LA NOUVELLE MISSION « BIENVENUE EN PALESTINE 3 »

 

Du 24 au 31 Aout 2012

Organisée en France par l’association Europalestine.

Ils  disent vouloir répondre à l’invitation du gouverneur et maire de Bethléem et d’autres associations palestiniennes.

Le coordinateur palestinien de cette mission est Jacques Néno a tenu des propos que l’on pourrait qualifier d’antisémites lors d’une conférence qu’il a donnée à Paris en juin 2012 (enregistrement à l’appui) :

 

« (…) c’est grâce à des citoyens qui peuvent se mettre debout en disant nous on refuse ça, vous ne passerez pas, malgré toute la propagande, malgré le fait que vous contrôliez toutes les chaînes d’informations, vous ne passerez pas »

 

Particularités de cette mission :

Ils décident de passer par la Jordanie, et de rejoindre la Cisjordanie par le pont Allenby

Plusieurs démarches ont été faites au Quai d’Orsay (Olivia Zemor et le coordinateur palestinien ont été reçu au MAE, lettre du gouverneur de Bethléem à Laurent Fabius)

 

Notes :

1    Mission « Noël en Palestine » - décembre 2010

     week of international solidarity: http://www.youtube.com/watch?v=VCpB54gcvUc

     Récit de la mission avec pleins de liens vers des articles et des photos : http://divergences.be/spip.php?article2669

     Récit de la mission par la nièce d'Olivia Zemor, Leila Shahshahani: http://degrenobleagaza.over-blog.com

     Voir album picassa du photographe de la mission Noel en palestine : Jean-Christophe Peres

     https://plus.google.com/photos/108074718081470309448/albums?banner=pwa

 

2   Participation de militants de Forsane Alizza : http://www.dailymotion.com/video/xk2mi0_forsane-alizza-en-palestine-occupee_news

 

« Bienvenue en Palestine » : Contre argumentaire 

 

 

LE PASSAGE PAR LA JORDANIE : SOLUTION PROPOSEE PAR ISRAËL

 

Argument d’Europalestine :

« Puisque des représentants israéliens ont déclaré publiquement en avril dernier (voir la vidéo sur ce site) qu’ils nous avaient bloqués parce que nous voulions passer par l’aéroport de Tel Aviv pour nous rendre en Cisjordanie, alors que le passage approprié aurait été, selon eux, de transiter par la Jordanie et le Pont Allenby, nous avons donc décidé de les prendre au mot »

 

Contre argument :

Aucun représentant israélien n’a déclaré qu’ils pouvaient passer par la Jordanie.

Cet argument exploite la déclaration d’un chercheur israélien, Gregg Roman qui est directeur adjoint du centre de recherche GLORIA (global Research Center in intrenational Affairs), lors d’une interview donnée à la chaine Al Jazeera.

 

 

 

 

IL S’AGIT DE MILITANTS DES DROITS DE L’HOMME QUI NE MENACENT NI L’ORDRE PUBLIC NI LA SECURITE D’ISRAËL

 

 

Argument du gouverneur de Bethléem :

« Il s’agit de militants de droits de l’homme et d’une mission de solidarité internationales, militants qui ne menacent ni l’ordre public ni la sécurité »

 

Contre argument :

Militants des droits de l’homme:

De nombreux militants d’Europalestine sont connus pour leurs propos antisémites, certains même pour leur proximité avec les milieux négationnistes français (Dieudonné, Skandrani)

Lors de la mission en décembre 2010, ils ont rencontré des députés du Hamas

3 membres de l’organisation jihadiste, Forsane Alizza, ont participé à la mission « Bienvenue en Palestine » en juillet 2011.

Le coordinateur palestinien de la mission, Jacques Néno, a tenu des propos que l’on peut qualifier d’antisémites, lors d’une conférence qu’il a donnée à Paris en juin 2012.

Menace à l’ordre public et à la sécurité

Lors de la première mission en décembre 2010 :

Les militants internationaux participent à 8 manifestations, la plupart entraînant des affrontements avec l’armée israélienne et occasionnant des troubles à l’ordre publics.

Une action de vandalisme contre un point de passage militaire avec tentative d’effraction

11 internationaux arrêtés pour trouble à l’ordre publics lors des manifestations

BLOCUS SUR LA CISJORDANIE : LES MILITANTS PRO-PALESTINIENS NE PEUVENT PAS S’Y RENDRE LIBREMENT

 

 

Argument du gouverneur de Bethléem :

« Toute personne soupçonnée par Israël d’amitié ou de sympathie pour les palestiniens peuvent subir la détention ou l’expulsion et parfois même (…) la dégradation des libertés individuelles et surtout de la liberté de mouvement »

 

Contre argument :

Les organisations pro-palestiniennes organisent chaque année de nombreux voyages de sensibilisation en Cisjordanie.

Dès lors qu’ils ne menacent pas de troubler à l’ordre public, les militants pro-palestiniens, comme tout autre touriste, peuvent jouir d’une liberté de mouvement plus importante que celle dont jouissent les israéliens eux-mêmes, puisqu’il leur est interdit de se rendre en zone A.

 

 

 

Annexe- Lettre envoyée par le gouverneur de Bethléem à Laurent Fabius :

Lettre à Laurent Fabius (2)

 


Partager cet article

Repost0
9 août 2012 4 09 /08 /août /2012 08:32

 

 

Docteur Yéhouda David  »Faire entendre sa voix et réaliser des changements »

http://www.leptithebdo.net/2012/08/07/docteur-yehouda-david-faire-entendre-sa-voix-et-realiser-des-changements/

 Filed under ActualitéArticlesInterviews

 1

Le Docteur Yéhouda David est l’exemple type du Olé qui a décidé de se donner pour son peuple et son État. Son amour inconditionnel pour Israël, sa terre et son peuple, n’est plus à prouver. Chirurgien orthopédique de renommée, il a aussi été décoré du  »Tsalash », la plus haute distinction dans Tsahal pour son action pendant la deuxième guerre du Liban. Sa profession l’a amené à opérer un certain Jamal Al-Dura en 1994, le père du tristement célèbre Mohamed Al-Dura. Lorsque Philippe Karsenty s’est lancé dans son combat pour faire éclater la vérité dans la fameuse  »Affaire Al-Dura », le Dr Yéhouda David est venu appuyer ses dires. Il affirma que les cicatrices de Jamal Al-Dura n’étaient pas dues à des tirs israéliens comme il l’affirmait. Elles dataient de l’opération qu’il avait lui-même pratiquée.

Attaqué en diffamation pour avoir soutenu cette thèse, le Dr Yéhouda David a finalement été relaxé par la Cour de Cassation. Aujourd’hui il envisage de se présenter à la prochaine Knesset sous l’étiquette  »Habayit Hayehoudi », sur la liste de Naftali Benett. C’est donc un homme de vérité et d’action que nous vous présentons dans cette interview.

Le P’tit Hebdo : Dr. David, pourquoi avez-vous décidé de vous engager en politique ?

Dr Yéhouda David : J’ai 58 ans, bientôt 59, je vis en Israël depuis 1977 mais je connais le pays depuis 1973. Je me suis engagé dans la société israélienne de toutes mes forces,  tant dans mon travail à l’hôpital qu’à l’armée et dans de nombreuses activités sociales. Je pense qu’il  n’existe qu’un seul moyen pour faire entendre ma voix et réaliser des changements cruciaux pour le bien de mon peuple : la force. Cette force se situe au niveau du parlement et du gouvernement. C’est la conclusion à laquelle je suis parvenu après 35 ans d’observation de tous les évènements « en terre sainte ».

 

Lph : Pourquoi avoir choisi le parti Habayit Hayeoudi ?

Dr Y.D. : À l’époque où j’étais en procès contre Jamal Al-Dura, j’ai trouvé un formidable soutien de la part des personnes qui ont créé le mouvement  »Israel Sheli ». Ils m’ont beaucoup aidé alors qu’ils n’avaient pourtant pas été sollicités. Leur soutien était évidemment moral mais aussi actif puisqu’ils agissaient face au gouvernement. Après ma victoire, je leur ai fait une proposition : nous associer pour créer un parti composé de véritables sionistes qui ont dans le sang l’amour d’Israël, du peuple et de la terre. Ces personnes, vous les aurez reconnues, il s’agit d’Ayelet Shaked et de Naphtali Benett qui ont un important et glorieux passé (malgré leur jeune âge) de luttes et de victoires, toutes au profit de notre peuple et de notre État. Je suis peut-être un idéologue, mais au fond de moi je pense que l’idéologie sioniste pure, et pas seulement la politique sioniste, est indispensable pour vaincre.

 

Lph : Quelles sont vos ambitions au sein de cette formation politique ?

Dr Y.D. : Si je me présente sur la liste de Naftali Benett, c’est bien sûr, pour servir au mieux les intérêts des électeurs que je représenterai. Pour ce faire, il me semble que je dois briguer des responsabilités importantes, et pourquoi pas celle de ministre.

 

Lph : Vous êtes francophone. Pensez-vous que l’électorat francophone représente une part assez importante de la population pour que les politiques s’y intéressent ? Quels sont d’après vous les principales préoccupations et revendications de cet électorat ?

Dr Y.D. : L’électorat francophone représente près de 350,000 personnes dont seulement 80,000 sont répertoriées dans les Consulats français. Ce chiffre est extrêmement important et mérite une attention particulière. La population francophone est, en général, très traditionaliste donc plutôt de droite et aimant le pays. MAIS… le grand défaut de cette population que  j’aime – j’en fais partie – est son manque d’activisme sur le plan politique. Les Français d’Israël n’ont pas compris que sans représentation, comme les Russes par exemple qui l’ont admirablement intégré, ils ne valent rien sur l’échiquier de l’emploi, de la vie économique et politique. Je suis scandalisé depuis longtemps par son caractère amorphe. C’est tellement dommage de ne pas faire entendre sa voix culturelle ou professionnelle et tout cela parce qu’il n’existe aucune force politique. C’est tellement dommage de gaspiller des voix dans des partis qui ne s’occupent de vous que pendant 30 secondes sur 4 ans.

L’électorat français a besoin d’assurer son avenir et celui de ses enfants. Il est vrai et cela est positif, que l’on doit tendre à s’insérer le plus possible au sein de la société israélienne sans trop émerger le museau, mais je peux vous assurer que pour la même place à compétence équivalente, disons qu’un Russe sera préféré à un Français. Or que manque-t-il à un diplômé d’HEC ou de Polytechnique, ou à un médecin formé dans les Universités françaises ? Nous nous coupons nous-mêmes de notre sève la plus florissante en ne pouvant aider les jeunes qui voudraient accéder à Israël.

 

Lph : Habayit Hayehoudi est déjà au gouvernement, quel bilan tirez-vous de l’action du parti pendant cette mandature ?

Dr Y.D. : Oui Habayit Hayehoudi est déjà au gouvernement, et pour moi son bilan est nul ou presque, car il s’agit de la vieille garde. Ces personnes portent la responsabilité d’un grand échec électoral en passant de 12 mandats à 3. Ils ont une vision et donc une manière d’agir complètement  erronée, selon nous, de ce qu’est le  »sionisme religieux « . Néanmoins, je peux vous assurer que conformément à mon maître Manitou (z »l), j’ai une « sainte » horreur du mot religieux !

 

Lph : Pourquoi les sionistes religieux sont-ils aussi faiblement représentés à la Knesset, alors qu’ils représentent une proportion importante de la population israélienne ?

Dr Y.D. : En raison d’erreurs grossières, telles que la ségrégation entre séfarades et ashkénazes religieux, au fait que le Mafdal n’ait jamais tenu d’élections anticipées et à son rejet systématique des « non religieux « . Il s’agit d’absurdités que, si Dieu veut (et je pense qu’Il le veut), nous allons corriger. Cela passe d’abord et avant tout par une réunification des différents groupes, et surtout par l’ouverture du Parti aux sionistes sans distinctions.

 

Lph : Vous êtes un héros de Tsahal. Que vous inspire tout le débat autour de la conscription ?

Dr Y.D. : Effectivement j’ai été désigné comme tel. Ce qui me motivait n’était pas de me dire : « après tout je veux rentrer à la maison be shalom ». Non, j’étais prêt comme je le suis chaque seconde à tout donner pour que chaque soldat rejoigne indemne ses parents. Mes prières internes décuplaient mes forces. Les déserteurs me désolent : non seulement ils ne servent pas leur pays mais ils ne se servent pas eux-mêmes, car Tsahal est la meilleure école au monde pour redevenir hébreu.

Le débat autour de la conscription  est mené  par des hommes politiques trop politisés. Ils ont un peu oublié qu’ils sont les envoyés du peuple. Or le peuple ne peut plus supporter cette injustice flagrante. Croyez-moi, je n’ai jamais perdu de bataille, alors si j’arrive à la Knesset celle-là, je la gagnerai aussi !

 

Lph : Le sionisme vous parait-il être une valeur en désuétude pour la jeunesse israélienne, ou au contraire une flamme toujours très vive, de génération en génération ?

Dr Y.D. : Une flamme et quelle flamme !  Pour comprendre l’intensité de ce feu, il faut assister par exemple, comme je  l’ai fait avec mon épouse Nathalie il y a quelques semaines, à la remise de galons qu’un général décerna à 400 nouveaux officiers (dont mon fils), à l’issue du cours d’officiers  à Mitspé Ramon. Le souvenir de ce jour m’émeut chaque fois aux larmes : cette jeunesse et ces familles sont le fer de lance de l’humanité, et Moshé Rabbénou peut en être fier. Son peuple a réalisé le tikoun des explorateurs, il faut maintenant construire le Temple pour une paix véritable dans le monde.

 

Lph : Quel est votre message aux Francophones d’Israël ? Aux touristes français venus si nombreux ?

Dr Y.D. : Aux Francophones d’Israël, je dirais : vous avez une occasion inespérée de me choisir pour défendre vos intérêts à la Knesset, et je combattrai également pour vos enfants qui sont aussi les miens.

Quant aux touristes français  le message que je leur adresse est clair : après 2000 ans d’exil dans les nations, si vous vous sentez encore chez vous à l’étranger, alors peut-être que les « étrangers  » ont raison de se sentir chez eux  ici chez nous (dixit mon maître Manitou). Vous voyez donc ce qu’il vous reste à faire, si vous voulez évitez une autre guerre aux enfants d’Israël, car la Shekhina (la Présence divine) ne revient qu’au prorata du nombre de Juifs qui reviennent (dixit Manitou). À bon entendeur s… halom !

Partager cet article

Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis