Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
18 janvier 2011 2 18 /01 /janvier /2011 11:12

Scandale et honte jounalistique à Jérusalem-Est

 

 

 

Par Aschkel

Merci EoZ

Les journalistes sont embusqués et attendant tels des charognards.

Les lanceurs de pierres aussi.

 

une voiture passe et c'est le signal.

la meute s'agite.

 

 

Peut-être un scoop ?

 

la voiture est caillassée avec des pavés.

 

les passagers gardent le contrôle, aucun caillasseur n'a réussi a se faire renverser.

 

les passagers s'en sortent indemnes, la police arrive

 

tout le monde se disperse

 

le scoop sera pour la prochaine fois !!!

 

 

 

Ce que j'aimerais savoir c'est combien ces émeutiers sont payés,

au risque de provoquer un drame !

 

cela s'est passé le 14 Janvier 2011

Les colons juifs de conduire leur voiture sont lapidés par des jeunes Palestiniens masqués car ils roulent à travers le quartier de Jérusalem Est arabe de Silwan, le 14 Janvier 2011. Aucun blessé n'a été signalé.


 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Complété ce matin par JSSnews : 

 

http://jssnews.com/2011/01/18/encore-une-embuscade-de-racailles-palestiniennes-a-jerusalem/

 

Notez également la présence (en masse) de journalistes…

Puis, enfin, la police est arrivée… Ce qui a créé de nouvelles violences !

En 

Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 18:24

 

Afficher ou pas les vérités, le dilemme de Jérusalem

par Efraim Inbar, professeur de Sciences Politiques à l'université Bar-Ilan et directeur du Centre d'études stratégiques Begin-Sadate, Perspectives n° 125
Thème : Proche-Orient
 
Article publié le 13 janvier 2011

Titre original : Lieberman and the Naked Emperor (Liberman et l'empereur nu) *

Traduction : Objectif-info

Résumé : Le ministre des affaires étrangères Avigdor Lieberman ne mache pas ses mots en politique; il rencontre donc souvent des oppositions sur la scène intérieure et à l'étranger. Mais en dépit de son style pas vraiment diplomatique, ses points de vue sur des questions comme le "processus de paix" ou les relations entre Israël et la Turquie sont représentatives d'une grande majorité de l'opinion publique israélienne, et ses analyses sont souvent pertinentes.

Nous sommes inondés de réactions critiques suite aux déclarations tonitruantes du ministre des affaires étrangères israélien Avigdor Lieberman. On trouve qu'il porte atteinte à l'image internationale d'Israel. A l'évidence, le politiquement correct n'est pas sa principale préoccupation. Il faut reconnaître cependant que le style pas très diplomatique de Lieberman, parfois embarassant, est loin de se réduire à un petit parler-vrai.


Dans une certaine mesure, Lieberman intervient sur le terrain de la politique intérieure, essayant de se poser comme le chef de la droite. Les questions qu'il a récemment soulevées, comme le serment d'allégeance, la loi sur les conversions, et le financement étranger des ONG relevant de la défense des droits de l'homme, ont en effet un petit gout de populisme et semblent être des remèdes simplistes à des problèmes complexes.Et la brutalité de son discours a forcé à plusieurs reprises le premier ministre Binyamin Netanyahou, un représentant très typique de l'Etat juif, à publier des mises au point pour prendre ses distances avec l'enfant terrible de la politique israélienne.Netanyahou préfère avoir une image d'homme d'Etat et de responsable avisé.

Mais voila, Lieberman dit souvent la vérité toute nue. Penchons-nous sur ses propos "provocateurs" et "irresponsables" concernant les Palestiniens et les Turcs.

Les chances de conclure un accord définitif dans un proche avenir avec les Palestiniens, disons dans les 12 à 36 mois, sont en effet nulles, comme Lieberman l'a affirmé. L'Autorité palestinienne n'est pas disposée à faire la moindre concession dans les négociations de paix sur Jérusalem ou sur les réfugiés.Elle refuse de reconnaître Israël comme Etat-nation juif. Lieberman a également raison de dire que l'Autorité palestinienne n'a aucune légitimité pour passer un accord avec Israël. Le régime corrompu d'Abou Mazen survit grace aux baïonnettes israéliennes qui assurent sa défense contre le Hamas. C'est ce que Lieberman a dit, et son analyse est correcte.

D'ailleurs, son point de vue reflète l'opinion ordinaire d'une grande majorité d'Israéliens. Ils conviennent aussi qu'il n'y a pas de partenaire palestinien pour arriver à une paix pleine et entière.

Alors, pourquoi est-il si terrible de dire la vérité ?

De même, l'analyse de Lieberman sur le comportement du gouvernement turc en place est tout à fait pertinente. Au cours des deux dernières années, sous l'égide du premier ministre Tayyip Erdogan, la Turquie n'a pas manqué une occasion d'engager un combat contre Israël, et Jérusalem n'y peut rien, sauf attendre des temps meilleurs. La Turquie conduite par Erdogan ne désire pas avoir de bonnes relations avec Israël, principalement parce que sous son impulsion ce pays s'éloigne de l'Occident et donne à sa politique étrangère une coloration de plus en plus islamique. Des sentiments antisémites alimentent également l'hostilité envers Israël. Les Israéliens approuvent le refus de Lieberman d'être le "punching ball de la Turquie". Ainsi, on considère comme insensé de faire des excuses et de payer des compensations à ceux qui ont envoyé les terroristes d'IHH au secours du régime du Hamas à Gaza.

A vrai dire, l'affirmation de Lieberman que c'est la Turquie qui doit des excuses à Israël semble plus logique. C'est probablement ce qui parait juste à la plupart des Israéliens, qui ont été les témoins du traitement brutal infligé aux commandos navals de leur armée sur le bateau turc aux mains de prétendus "activistes de la paix."

De même, la demande de Lieberman d'instituer un serment de fidélité est bien en accord avec l'opinion de la majorité des Israéliens. Les dirigeants arabes israéliens haussent de plus en plus le ton et deviennent violents dans leur soutien à l'irrédentisme palestinien, tandis que les Juifs israéliens veulent qu'ils restent sous contrôle. La plupart des Israéliens sentent aussi  instinctivement que le rabbinat aux mains des ultra-orthodoxes est beaucoup trop étriqué et malveillant dans son attitude face aux Russes israéliens qui veulent se convertir au judaïsme.

Un autre "bingo" pour Lieberman.

L'attaque de Lieberman contre les O.N.G de gauche qualifiées de cinquièmes colonnes, touche également une corde sensible chez beaucoup d'Israéliens qui en ont assez de voir Israël accusé de violations des droits de l'homme quand il fait usage de la force. Après tout, l'armée fait en permanence des efforts considérables pour aboutir à un comportement admirable.

La vérité est souvent désagréable. En conséquence, la recherche apparemment noble et incessante d'une formule de paix qui n'existe pas est préférable pour beaucoup au constat de cette mauvaise nouvelle qu'il n'y a aucune chance d'en finir bientôt avec le conflit israélo-palestinien. Les concessions israéliennes incroyablement généreuses consenties par Ehoud Barak et Ehoud Olmert n'ont pas permis d'aboutir à la paix en raison de l'appétit insatiable des Palestiniens.

Néanmoins, il est difficile se débarrasser des formules et des interprétations dont on ne veut pas démordre. Le blocage du "processus de paix" et ses conséquences sous-jacentes ne sont pas propices à des vues neuves sur cette impossibilité, 17 années durant, de combler les divergences entre les Israéliens et les Palestiniens.

De même, réaliser que des initiatives diplomatiques ou des formules intelligentes ne peuvent pas stabiliser les relations avec la Turquie qui a choisi le parti de l'Islam radical n'encourage pas à un optimisme qui serait bien infondé. On ne retient pas l'éventualité qu'ignorer la réalité peut être plus dangereux que poursuivre des politiques peu réalistes.

Lieberman ne manque pas de pertinence quand il souligne que le flux de fonds étrangers en direction des ONG israéliennes est une question sérieuse qui doit être traités au fond. C'est particulièrement indispensables parce que certaines de ces O.N.G. sont manifestement engagées dans un programme de diabolisation d'Israël caché derrière un discours sur les droits de l'homme.

Le gouvernement israélien actuel comprend cette déprimante réalité; une analyse froide exige probablement de s'accomoder de toutes ces falsifications pour ne pas déplaire au reste du monde. Après tout, dire la vérité pourrait confiner Israel dans un isolement encore plus grand. Mentir, c'est ce que le monde attend de Jérusalem, et au moins à court terme, ces mensonges servent sans doute le mieux les intérêts d'Israël. Mais à plus longue échéance cela peut s'avérer extrêmement coûteux.

Lieberman n'en a rien à faire. Il joue le rôle du petit garçon qui révèle l'imposture sur les habits neufs de l'empereur*. Mais contrairement au petit garçon naïf de cette fable célèbre, Lieberman est un politicien habile. En exposant la vérité dans toute sa nudité, il ratisse des votes. Après tout, la vérité a un certain écho parmi les électeurs israéliens.

C'est là le dilemme d'Israël.Qui défend la ligne diplomatique la plus pertinente et la plus avisée : Netanyahou ou Lieberman ?

Efraim Inbar est professeur de sciences politiques à l'université Bar-Ilan et directeur du Centre d'études stratégiques Begin-Sadate.

Note du traducteur:

* L'auteur renvoie au conte d'Andersen : "Les habits neufs de l'empereur". Dans son habit neuf, l'empereur était nu, et tout les monde faisait mine de ne pas le voir. C'est alors qu'un petit garçon s'écrie "Mais il n’a pas d’habit du tout ! "...
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 18:14

Ma photo

LUNDI 17 JANVIER 2011

La foi inébranlable de Charles Enderlin

 

http://victor-perez.blogspot.com/2011/01/la-foi-inebranlable-de-charles-enderlin.html

On ne présente plus le journaliste Charles Enderlin. Chacun sait qu’il est l’envoyé permanent à Jérusalem de France 2 depuis une vingtaine d’années et qu’il est considéré par ses pairs, mais pas seulement, comme un « grand professionnel » du conflit proche-oriental. Ce qui explique les nombreuses invitations et les longs temps d’antennes que la profession lui accorde dès lors qu’il publie un livre ou que ses ‘’lumières’’ sont réclamées. Un milieu prêt également à pétitionner à tout va en sa faveur dès lors qu’un ‘’malappris’’ ose douter de la véracité de son  image !
                                                                            
Et pourtant, à lire de près ses écrits -notamment ceux disponibles sur son blog- il est difficile aux quelques lecteurs appréciant différemment et clairement le conflit de ne pas bénéficier automatiquement de cette qualification.
Dans un article intitulé « 2011 L’année du Proche-Orient ? », l’auteur cherche le fautif quant à la situation actuelle du conflit. Situation bloquée, nous apprend-il, par la responsabilité du ministre israélien de la défense, Ehud Barak, et selon l’affirmation de deux représentants du Conseil national de sécurité à la Maison blanche : «Le président Obama a écouté Barak comme un étudiant face à son professeur et lui a fait confiance. Mais il n’a tenu aucune de ses promesses au sujet du processus de paix et du gel de la construction [dans les colonies] ».
Un ministre cependant conscient de la réalité et répétant à son entourage : «Cessez de me casser les pieds avec cette histoire de négociations… Il n’y aura pas d’état palestinien ! Ils veulent reprendre Haïfa et Jaffa ! ». Pas moins !
Cependant, selon l’analyse du ‘’professionnel’’ de France 2, « la responsabilité de l’impasse totale dans laquelle se trouve le processus de paix incombe entièrement aux voltes faces de  Barack Obama ». Et de rappeler, que « le 4 juin 2009 dans son discours du Caire, il a appelé à l’arrêt total de la colonisation israélienne. Trois mois plus tard  il ne parlait plus que de la « freiner ». Il y eu ensuite toutes les promesses non tenues envers les Palestiniens à l’issue des dix mois de négociations indirectes ».
S’il est risible de voir un des belligérants imposer des pré-conditions pour débuter un cycle de négociations de paix, on ne peut douter à ce stade de la réflexion que pour Charles Enderlin le conflit se résume à n’être qu’un confit contre « l’impérialisme » israélien faute d’une citation explicite d’autres raisons.
De ce fait, il excuse quelque peu l’administration US. « Le président des Etats-Unis est impuissant face à la politique de développement des colonies israéliennes. Benjamin Netanyahu s’est même permis de répondre par une fin de non recevoir à l’appel au gel de la construction lancé par Obama le 30 septembre dernier depuis la tribune de l’Assemblée générale des Nations Unies. Et le Congrès - plus pro-israélien que jamais - ne poussera pas à des pressions sur le gouvernement de droite en Israël ».
Démonstration faite au final par l’auteur, que seul l’état d’Israël est responsable du blocage actuel ! Une culpabilité que l’on retrouve dans toutes les ‘’analyses’’ de ce ‘’grand professionnel de l’information’’ et distillée à chaque occasion sans restrictions. Un raisonnement qui oublie trop souvent la prise en compte des refus ‘’palestiniens’’. Réfutation des exigences israéliennes, quel que soit le gouvernement en place, telle la reconnaissance explicite d’Israëlcomme nation du peuple juif par l’ensemble du monde musulman et principalement par l’Autorité palestinienne si prompt à envisager dans l’avenir immédiat toute une panoplie d’actions lui permettant d’avancer dans sa stratégie de reconnaissance internationale d’un état, sauf celle de céder aux concessions nécessaires à la paix.
                                                                                                                                   
Une attitude qui ne gène apparemment point Charles Enderlin pour faire ses papiers. Pour lui, la résolution du conflit ne tient qu’à la bonne volonté israélienne. C’est ainsi, qu’il n’a jamais condamné ni fait un éditorial, par exemple, sur l’exigence incroyable d’un futur état de ‘’Palestine’’ judenrein. Nettoyée de toute présence juive, rappelant en cela de tristes souvenirs, malgré que cette terre fut la terre ancestrale. Une exigence de ‘’pureté’’ affichée clairement parMahmoud Abbas et ne pouvant être ignorée par celui qui se prétend « spécialiste » du sujet. En revanche, l’idée d’une réciproque évoquée par Avigdor Libermann lors des précédentes élections en 2009 n’a pas, on l’imagine aisément, obtenu son suffrage !
                                                                           
Son texte se termine par la menace ‘’palestinienne’’ d’un chaos si les actions entreprises d’ici septembre prochain s’avéreraient stériles. A savoir, la dissolution de l’Autorité autonome et l’obligation faite àIsraël de prendre en charge totalement les territoires. Abbas aurait, paraît-il, «déjà nommé la délégation qui devrait aller à la Présidence du conseil à Jérusalem annoncer la nouvelle à Benjamin Netanyahu» (sic).
N’est-ce pas là déjà la preuve que tout vaux mieux pour les ‘’palestiniens’’ dits ‘’modérés’’ que de reconnaître le droit du peuple juif à s’autodéterminer sur une partie de la terre des ancêtres ? N’est-ce pas là également la position du Hamas, groupe terroriste reconnu comme tel par les instances internationales, dont le projet n’est autre qu’une ‘’Palestine’’ de la mer au Jourdain ?
                                                                                
Des interrogations qui n’interpellent nullement Charles Enderlin. Un questionnement judicieux qui gène, semble t-il, l’idéologie qui estampille la réflexion de notre ‘’grand reporter’’. Un journaliste devenu l’emblème de la profession par les œillères qu’il porte et qui n’a plus comme priorité le respect de la déontologie mais celle d’une conviction dont le substrat est l’accusation systématique d’Israël. Quoi que fasse ce pays !
Partager cet article
Repost0
17 janvier 2011 1 17 /01 /janvier /2011 12:32

 

 
7 Votes

 

 

Annonce tonitruante hier dans le New York Times : Israël a testé le ver Stuxnet à Dimona. Et le journal américain, engageant sa réputation,  tartine à l’envi sur Dimona, au cœur du programme nucléaire israélien, avec ses cascades de centrifugeuses identiques à celles de Natanz…La preuve ? Le journal n’en a pas et le reconnaît.

Alors sur quoi le journaliste fonde-t-il son soi-disant scoop ? Sur les confidences de « spécialistes du renseignement et d’experts familiers de ce type d’opérations ». Il ne précise pas bien sûr s’il s’agit d’israéliens. Au passage,  le procédé ressemble à s’y méprendre à ceux du Canard Enchainé (ici), qui use de sa notoriété et de prétendues fuites au cœur du système de renseignement français pour raconter à peu près n’importe quoi. Le papier du New York Times réunit donc toutes les caractéristiques de l’opération d’intox. 

A commencer par le fait qu’il attire grossièrement et très opportunément l’attention sur le supposé programme nucléaire israélien (ici), qu’il établit ensuite le parallèle entre un soi-disant programme d’enrichissement israélien et son homologue iranien tant décrié, et enfin qu’il affirme définitivement la culpabilité d’Israël dans la très problématique attaque cybernétique Stuxnet (Stuxnet a généré plus de menaces réelles pour les nations industrialisées qu’il n’a effectué de dégâts limités et jamais prouvés en Iran).  

Pour justifier un peu ses dires, le New York Times cite toute honte bue, le sophisme ciselé d’un « expert en intelligence nucléaire américain » (ce serait donc la source ?) : « pour élaborer le ver, vous devez connaître les machines…la raison pour laquelle le ver (Stuxnet) a été si efficace est que les israéliens l’ont testé ».  Consternant et affligeant. Le journaliste poursuit en admettant que ni les américains ni les israéliens ne reconnaissent quoi que ce soit concernant Dimona, mais que « ce qui se passe là-bas et aux Etats-Unis constitue l’indice le plus fort attestant d’une collusion israélo-américaine pour saboter le programme iranien ». On ne sort donc pas du sous-entendu et du propos allusif. Pas le moindre début de preuve hormis le bavardage de personnes autorisées (à nuire à Israël et aux USA et à trahir les secrets réels ou supposés de leurs pays respectifs ?).

Tout ce qui suit relève du petit amalgame habituel.  A savoir, le patron sortant du Mossad (qui a parlé, mais pas de Stuxnet) et Hillary Clinton (qui évoque uniquement les sanctions) ont  fait état d’un recul du programme nucléaire iranien (l’analyse du patron d’Aman est bien entendu passée sous silence une fois de plus : ici). Nouveau petit coup de violon sur le thème « Stuxnet la cyber-arme la plus sophistiquée jamais déployée » ici ( au point qu’elle est tombée dans le domaine public et s’est répandue partout, faisant dire à des experts israéliens que c’était un vrai travail d’amateur : ici.).  La seule information réellement intéressante du papier c’est la révélation d’un audit de sécurité demandé  par Siemens aux américains en 2008 et concernant justement les systèmes Scada visés par Stuxnet (ce qui est normal en soi dans la mesure ou ce logiciel est on ne peut plus stratégique ici).

Il y a deux ans raconte le New York Times, Siemens a donc mandaté un laboratoire américain l’Idaho National Laboratory (ici)  en charge de la sécurité des programmes nucléaires américains pour analyser les vulnérabilités dudit logiciel de contrôle. Le journal joint d’ailleurs une petite présentation gentillette pour appuyer ses dires (ici). On notera au passage que la mise en ligne de présentation power point n’est la méthode la plus orthodoxe pour lancer une opération top-secrète, mais passons là encore, nous n’en sommes pas à un détail près.

L’éditorialiste enchaine avec une digression périlleuse sur la possession supposée par Israël de centrifugeuses pakistanaises première version type P1 (l’Iran dispose maintenant de matériel plus sophistiqué mais glissons). Et surprise,  ici la source du New York Times est nommément citée: Avner Cohen, auteur du livre “The Worst-Kept Secret” (2010), en délicatesse avec les autorités israéliennes, qui reconnaît n’avoir aucune connaissance spécifique mais « voit une forte signature israélienne (dans le ver) et pense que la connaissance des centrifugeuses est un facteur décisif. Ben voyons. A noter l’élément involontairement comique de l’article quand l’auteur cite des expériences menées par la CIA sur des centrifugeuses P1 au milieu des années 2000 pour conclure que ce sont des appareils peu fiables et mal conçus. Le scoop ! Aucune référence par contre aux convertisseurs qui constituent l’élément clé de la soi-disant stratégie Stuxnet, dont le think tank Isis (ici)  a montré la limite, voire l’inefficience. Aucun mot bien entendu du centre de recherche nucléaire Soreq et de ses départements spécialisés, preuve supplémentaire que le papier est bâclé et fondé sur des « on-dit », « on-croit-que » et peut-être plus grave, des « on-m’a-fortement-suggéré-d’écrire-que »…

 

DB.

Copyrights Nanojv: http://nanojv.com

 

 

Partager cet article
Repost0
15 janvier 2011 6 15 /01 /janvier /2011 18:04

 

Commentaire d'Aschkel : Je publie ce texte de mon collaborateur et je tiens à préciser que je me fiche éperdument de ce que pense M.Garotté (and co) à mon égard. Ses propos ne me regardent pas, ce qu'il pense ne me regarde pas, ce qu'il fait ne me regarde pas. Je ne lui porte aucun intérêt parce que j'ai horreur de perdre mon temps dans ces nullités.

La seule chose qui compte est le travail, et rien que le travail, le vrai ! le reste ne vaut rien et surtout pas les egos froissés. Nous n'avons pas le temps pour ce genre de foutaises.

Aschkel

 

Dernière mise au point à propos de deux textes diabolisateurs de M.Garroté qui circulent contre nos sites Lessakele/Aschkel.info.

 

« Calomniez, calomniez, il en restera toujours quelque chose ».

Essai sur l’Athéisme, de Francis Bacon, repris et vulgarisé par Joseph Goebbels, à qui on doit encore :

 

"Celui qui peut régner sur

la rue règnera un jour surl'Etat, car toute forme de pouvoir politique 

et de dictature à ses racines dans la rue."


Définition sommaire : La diabolisation est ce procédé consistant à donner une forte connotation négative à une idée, un groupe ou un individu, de sorte que sa seule évocation suscite une réaction de rejet.


... Voilà bien des  modes de manipulation des consciences que nous combattons dans ces colonnes.

Lorsqu’on les utilise, en se réclamant du « journalisme » c’est simplement qu’on s’est trompé de parcours, de camp et de métier : telle est la mésaventure qui est arrivée à Michel Garroté : il n’a pas trouvé son chemin dans la forêt et crie au loup avec les imbéciles. Il s’est donc mépris trois fois, ainsi chante le coq, sur ce qu’il est, sur ce qu’il croit faire, et pour qui ou au nom de qui et de quoi. En langue vernaculaire, on dit plus simplement : un paumé.


 judas2.jpg

Judas Is-Garrotté, dit le fielleux, dans la mythologie christique

"Je fais ce que je veux, je dis ce que je veux, comme je veux, quand je veux.." Un Djeun. Fantasme de toute-puissance chez l'enfant.

 

Ces trois armes du faible en recherche d’audience, ont, à, au moins, deux reprises, été utilisés contre Aschkel Levy, à qui l’on doit beaucoup, ou contre moi-même, soit, au prix de gros, les deux à la fois, dans le très court laps de temps de ces dernières semaines.


Et ces armes n’ont pas été utilisées par un groupe ou parti « d’extrême-droite » dont nous critiquions la posture ou les idées, ni directement, par un membre facile à situer dans les catégories politiques comme « adversaire » ou « ennemi ». N’importe quel politique le sait depuis Machiavel ou les Borgia : celui qu’il faut éliminer ou, comme il s'y prend, diaboliser en priorité, ce n’est pas l’ennemi d’en-face : le vrai danger réside chez le proche. Ou, qui trop embrasse mal étreint.


Ces techniques sont employées, dans le cadre de la libération pulsionnelle de l‘animosité que nous voue fidèlement un prétendu « journaliste » (une corporation dont il faut d’urgence réviser tous les codes déontologiques) qui n’émargerait qu’à une seule source et pas n’importe laquelle, dans l’ordre de la proximité ou de l’affectif, puisqu’il s’agirait de Drzz.info ( ?!!!). Nooon? Et si.


-je donne un aperçu de ma coopération avec ce site, un peu plus bas, pour lequel j’avais passé accord afin de traiter exclusivement, les questions iranienne et iraquienne, en particulier en traduisant des documents, articles ou en interviewant d’éminents spécialistes (Laurent Murawiec z ‘l, notamment). Des oppositions caractérielles ont sapé les bases de cet accord.- Drzz.info a été repris, il y a peu, par Jean-Patrick Grumberg, membre de la CCI France-Israël et chroniqueur à temps partiel sur diverses cybergazettes où nous avons eu l’occasion de nous côtoyer et même, de lier, un temps.  Et on est tous passé à autre chose, n’est-ce pas Jean-Patrick ?- Une clarification, de la part de la « direction » à géométrie variable, s’imposerait. Mais elle reste aux abonnés absents.


Lorsque je mets « journaliste » entre guillemets, à propos de M.Garroté, c’est, à ma connaissance, que vous n’obtiendrez jamais le moindre indice d’une participation quelconque de ce personnage : à un journal, un magazine, une véritable interview, rien dans le genre qu’on appelle de « journalisme d’investigation », aucune information factuelle ou objective, émanant de cette sorte, en dehors de ce site où il se commet, depuis 2006 pour exprimer ses rejets. Généralement, il copie-colle différents éléments recueillis par d’autres auteurs, agences ou journalistes de renom, ajoute, « je cite » et se complait ainsi dans l’autosatisfaction, en ajoutant : « qui pense comme moi » (en inversant le sens original de l’acte créateur de textes : c'est l'auteur qui pense comme lui (!), pas lui qui est en manque d'inspiration et se rabat sur qui pense à sa place). On comprend donc comment le ressentiment naquit chez lui et voilà tout simplement pourquoi nous n’avons jamais souhaité travailler avec lui sur aucun document.

 

Le genre fantaisiste est parfaitement autorisé, il ne nous viendrait pas à l’idée de nous priver des « fous du Roi » comme disait Marek Halter, un autre Altermondialiste, ayant côtoyé les Grands de ce monde. Garroté, quant à lui, est resté collé à ses sandales de hippie. Nous n'avons eu avec lui, aucun débat d'idées, juste des oppositions de personne : c'est ce qu'il nomme "Think-Tank"...

 

Oui, Miguel Garroté, c’est un autre style, plus « déluré », plus « branché », voyez. Certes, on lui accorderait difficilement le prix Femina de l’élégance stylistique ou à l’égard de la gente féminine, pour sa dernière œuvre majeure : « Fa te Faiiiire Voutre, Marine L.P ! », dont les accents gothiques ne sont pas sans réminiscences avec le vocabulaire du djeun de banlieue. Populiste jusqu’au style glauque et gore, il le revendique donc, « en-dessous de la ceinture » est son procédé de campagne, son éthique de conviction, le sigle de son « Think-Tank », y compris envers les dames, qu’on apprécie ou pas, mais c’est un autre registre, politique, celui-là. Bref, il donne de lui-même l’image de ce qu’il prétend combattre, en offrant à ses détracteurs les bâtons pour se faire battre. Voilà ce que signifiait et signifie toujours notre critique du style comme de tout ce que dégage le personnage extrême-gauche de Garroté.

 

 Le Miguel Garroté, qui se nourrit de glands, depuis 2006, dans les forêts lointaines et monts du Valais, ne se débarrasse jamais des origines de son engagement politique :

 

Formé très jeune dans les camps de propagande de l’Organisation de Libération de la Palestine, dans les années 80, il a, en cours de route, changé de casaque, mais pas de technique : il lui aurait manqué un SAS de décompression ou de désintoxication... Mais en tel cas, sûrement est-ce l'ensemble du disque dur et les zones-réflexes qui restent à changer.

 

Voilà ce qu'en dit un ancien commentateur du site DRZZ, K. censuré par Garroté, car ne se conformant pas à sa ligne absconse de pensée : 

http://www.juifdesouche.com/?p=403

 

 

Puisqu’il ne souhaite plus publier mes commentaires, j’aimerais m’adresser directement à lui et lui dire que je sais pertinemment que les élites juives que je dénonce ne sont pas haïs par les antisémites pour ce qu’elles font, mais pour ce qu’elles sont, et que, chez l’antisémite, le Juif n’est pas haï pour ses actions, mais pour sa simple présence sur Terre. Je sais faire cette distinction et je ne fais donc pas leur jeu, car si haine envers Kouchner, Attali et Cohn-Bendit il y a chez moi, c’est par ce que j’estime, en tant que Français, qu’ils sont nuisibles à la France, et j’estime également, en tant que Juif, qu’ils ont nui aux Juifs du peuple. C’est la laideur bourgeoise et la laideur gauchiste qui me répugnent. Mon but est de tenter de dépasser, de m’extirper de ma propre identité de Juif français et de tenter de voir plus loin que « est-ce qu’ils sont pour les Juifs, quelles sont leurs positions sur les Juifs, pourquoi ne sont-ils pas judéocentrés, veulent-ils nous anéantir…« . Cela, bien que non-Juif vous-même, vous avez du mal à le concevoir. Sachez M.Garroté, que je me méfie autant des philosémites de votre genre que des antisémites que l’on peut trouver sur Fdesouche. Car se dire philosémite ou antisémite, c’est déjà ressentir le besoin de se définir par rapport à l’autre, c’est la preuve de l’incapacité de se définir par soi-même et de la présence d’un complexe d’infériorité vis-à-vis d’eux (la haine et l’admiration étant ses symptômes), et ce genre de personnes nous ont démontré à travers l’histoire qu’elles pouvaient très vite, une fois déçues par le peuple juif qu’elles fantasmaient et admiraient, une fois remises à leurs places en tant que non-juifs, basculer dans l’antisémitisme le plus virulent, comme en témoignent le blog de Boris le Lay, ancien « sioniste » et philosémite engagé et le comportement des socialistes (à l’époque philosémites) pendant la Seconde Guerre mondiale.

C’est pourquoi je persiste à dire que j’ai infiniment plus confiance en des gens comme Guillaume Faye*, qui n’ont NI amour, NI admiration, NI haine envers les Juifs, et qui considère les Juifs comme des hommes ordinaires, qu’en des philosémites ou des « sionistes » comme vous, dont le judéo-centrisme témoigne d’un important manque de personnalité et de possibilités de se définir par vous-même.

 

 

Délation, mensonge, diffamation, calomnie, tout doit y passer et c’est ainsi qu’il nous rabâche les oreilles et, par là-même, nous convainc si mal de sa foi et de sa philosophie, dite de « l’anthropologie judéo-chrétienne » si charitable, on en jugera…. Ok, bien, mais selon quelles modalités ? … L’ancien antisioniste-antisémite s’est changé en philo-sioniste-philosémite et cette transformation est douloureuse, contradictoire, prend parfois des allures de rechutes dans la peau du loup-garou-té.

 

aTeenWolf.jpg

 

Les motivations de sa soudaine métamorphose d’anti- en philo- sont restées obscures malgré quelques tentatives de justification : sur la route de Damas, comme Paul de Tarse, il aurait rencontré D. sous les traits de militaires libanais (?)… Ensuite, il aurait lu Jacques Maritain…. Cela demeure fort succinct et rudimentaire, quasi magico-religieux. Enfin c'est ce qu'expliquent ses longues tirades de quant-à-soi consacrées à sa vie, son oeuvre, sur "son" site.

 

C’est ainsi, à propos de délation, telle que l’OLP la lui a enseignée, qu’il y a moins d’un mois et avec l’assentiment de son patron -textes reproduits en page personnelle de Facebook-, il a rédigé un premier pamphlet contre, non point : le site d’Aschkel Lévy, ou ses idées, mais bien évidemment, contre sa personne. Il a prétendu qu’elle aurait fait circuler vers une longue mailing—list de toutes les communautés liées à l’information, des avis personnels dépréciatifs sur lui-même, celui qui l’emploie, et Guy Millière.

 

Avez-vous reçu ce courriel, lu cet article d’Aschkel Lévy ou en avez-vous entendu parler avant que Michel Garroté ne tâche de vous convaincre qu’il n’en pouvait plus », le pauvre petit chéri, par son article entièrement dédié : « ça suffit, Aschkel Lévy » ? Y a-t-il un seul témoin qui puisse en attester ? Je vais vous surprendre, mais étant donné, que moi-même, proche collaborateur, il me semble, n’ai jamais été destinataire d’un tel courrier ou article que par son biais, je ne vois pas comment des dizaines de personnes auraient pu en être destinataires, comme il le prétend.

 

les_couloirs_du_temps_les_visiteurs_ii_1

 

Garroté est furax. Mais pourquoi tant de haine ?

 

Ces rumeurs sont tout droit sorties de l’imagination stérile de notre Ivanhoé du Valais ! A moins que son compagnon d’armes et seigneur, l’autre Visiteur, n’ait quelque chose à ajouter, ces propos publics restent donc à connotations calomniatrices et diffamatoires. Au pire aurait-il s’agi d’un courrier privé sur "coup de gueule" comme il dit, qui en ce cas, relève uniquement de cette sphère et n’a donc pas à figurer dans le domaine public en loi française, internationale et nétiquette. Mais, le Garroté est anti-éthique.

 

En commentaires de son "article" vomitoire, il prétend que les mêmes messages circulent contre Europe-Israël, où nos articles sont quotidiennement présents. Ces accusations de plans ourdis par la méchante sorcière Aschkel contre JM Moskowicz sont encore lisibles sur la toile, allez vérifier. Soit JM Moskowicz et moi-même sommes totalement crédules et ingénus, soit Garroté ment. Et pourquoi?

 

« Va te faire foutre, Marine Le Pen »... Ne vous inquiétez pas, il manifeste les mêmes symptômes de la maladie de Gilles de La Tourette, avec d’anciennes "amies" !. Soit, encore, il est gravement perturbé sur le plan de l’inhibition et c’est avec les femmes qu’il a un compte à régler. Mais cela, Thierry, ne nous regarde pas.  

 

60281itssquare.jpg

 

Ensuite, il prétend, qu’Aschkel, israélienne, archéologue et conférencière en histoire à l’université Bar-Ilan, aurait, en quelque sorte, une double-vie, si j’ai bien interprété les fantasmes de son roman d’espionnage :

 

vp912vkc.jpg

Ziva David, alias Aschkel Levy dans le subconscient gare-aux-tiens.


 2456966103_small_2.jpg

Mieux comme ça? Bon...

 

Israélienne = « espionne », c’est bien connu dans les rangs des gauchistes altermondialistes de l’OLP, cela n’a jamais fait un pli. C’est ce qu’on raconte en Egypte, en Arabie Saoudite, en Iran… ou chez Garroté : bientôt il hallucinera un aigle sioniste se posant sur ses montagnes ou un requin sioniste bondissant du Lac de Genève…

 aigle-espion-mossad.jpg

 Le Garroté a toujours une armée des ombres en Borsalino et par-dessus noir au col relevé qui le suit partout de nuit, dans les ruelles froides et pavées du Valais, en allant à la cueillette de l’@-mental, (pour préparer la fondue, benêt).

 

L’origine de la rumeur (du délit rituel, blood libel en anglais) est toujours intéressante. Garroté qui n’a pas la moindre antenne nulle part, la moindre source extérieure d’information, ce qui est encore la preuve de son grand professionnalisme en tant que « journaliste », faisait des pieds et des mains pour qu’Aschkel devienne, en quelque sorte, sa correspondante privilégiée sur les évènements en Israël. Il aurait enfin eu quelque chose à dire en matière sioniste. Pas terrible pour un prétendu « pro-Sioniste » ou approchant, de n’avoir que très peu connu la drague des jolies filles sur  la Tayelet de Tel Aviv, une à deux fois au cours des 30 dernières années de sa vie (depuis son passage de l'OLP à l'autre bord). J'étais présent dans le Sud, au moment de Plomb Durci, je me souviens de ces vaines tentatives qui sont demeurées lettre morte, Aschkel se plaignant de son insistant harcèlement. Ne souhaitant lui en dire plus, il devient clair que cette discrétion à son endroit ne peut être interprétée que comme le signe de « quelque chose de louche ».

 

chat-louche-02.jpg

sp0300R9.jpg

 


Voilà donc toute l’étendue de la rage qu’il entretient contre notre amie et qui l’autorise à répandre la rumeur orléane.

 

Garroté, a essayé de pousser quelques portes dans les milieux que l’on appelle de « Hasbara » ou approchant, mais voilà, il s'est fait collé aux premiers tests élémentaires de sincérité et n’a jamais pu franchir les barrières du premier galop. Sciemment ou non, cela a donc réactivé ses premières armes à fourbir et il a décidé de tenter de salir ou de« saborder » ces méchants qui se passaient de ses services.

 

Et c’est ainsi que la critique de la médiocrité expressive d’articles tels que « Va te faire Foutre, Marine Le Pen », lui a déplu. Ils desservent, pourtant, totalement l’objectivité et la critique, entrent typiquement dans le jeu de la « diabolisation », sans analyser un contexte, un contenu ou des alliances. Garroté s’est donc permis de repartir en vrille sur un autre article nominatif à accent diffamatoire (en "santé mentale"), contre moi-même et contre Aschkel, bien évidemment :

 

« J’en connais des, ils ou elles … qui devraient se faire soigner », etc. Balbutie t-il, avec difficulté, sans doute sous l'effet d'anxiolitiques.

 

Non, la diabolisation ne peut servir d’argument contre les uns, mais devoir être épargnée aux autres, tout le monde doit en profiter, c'est l'époque des soldes.

 

 Elle n’est, en aucun cas, une forme quelconque de critique des idées, nous le faisons savoir à nos amis comme à nos ennemis, nous essayons de conserver, dans un monde et des professions qui ont perdu tout point de repère moral, un peu de sens de la mesure.

 

Lorsque l’on dit qu’il « ferait mieux de se taire », il me semble que le sous-entendu est à peu près clair, dans la façon dont le diabolisateur Garroté construit et répand des légendes sur celles et ceux qui, refusant de travailler avec un individu dénué de morale et de principes, se voient donc ainsi devenir l’objet obsessionnel de son acrimonie….

 

La divulgation, la calomnie, le mensonge, les prétentions frustrées ne sont pas notre tasse de thé. Un diabolisateur chronique n’est pas un ami quelconque du lent travail de décryptage de l’actualité que nous servons ici. Aschkel à sa façon et moi à la mienne. Peu importe que l’on cartonne ou pas dans les stats, l’objectif principal n’est pas là.

 

 

Le DRZZ que nous avons aimé et servi est celui-ci. C'est donc à ce message d'adieu que nous nous en tiendrons :

 

A venir sur le blog drzz : interview de laurent murawiec

A venir sur le blog drzz : interview de laurent murawiec

Article - 24/06/08 - A venir sur le blog drzz : interview de laurent murawiec - Entretien (à venir) avec laurent murawiec, diplômé de la Sorbonne, ancien conseiller du Ministre de la Défense…

Interview exclusive : laurent murawiec (2)

Interview exclusive : laurent murawiec (2)

Article - 01/07/08 - Interview exclusive : laurent murawiec (2) - INTERVIEW EXCLUSIVE "LE BLOG DRZZ" Entretien réalisé par Marc Brzustowski pour le compte du blog drzz Nom laurent murawiec …

Interview exclusive : laurent murawiec (3)

Interview exclusive : laurent murawiec (3)

Article - 04/07/08 - Interview exclusive : laurent murawiec (3) - INTERVIEW EXCLUSIVE "LE BLOG DRZZ" Entretien réalisé par Marc Brzustowski pour le compte du blog drzz Nom laurent murawiec …

Interview exclusive : laurent murawiec (1)

Interview exclusive : laurent murawiec (1)

Article - 29/06/08 - Interview exclusive : laurent murawiec (1) - INTERVIEW EXCLUSIVE "LE BLOG DRZZ" Entretien réalisé par Marc Brzustowski pour le compte du blog drzz Nom laurent murawiec …


C’était en mai 2008, Laurent Murawiec nous confiait en aparté, après une bonne heure et demie depuis Washington -à éclater son forfait-,  devoir être traité pour une « maladie ».

 

La mesquinerie qui nous est aujourd’hui dévolue ne saurait, là non plus, franchir certaines portes, de la décence et de la dignité. Si Monsieur Garroté en manque totalement, il y a des codes dans n’importe quelle profession et des usages de l’Internet qu’un enfant de dix ans saurait appliquer avec un peu de constance éducative.

 

Une nouvelle et ultime fois Monsieur Grumberg : faites le bien comprendre à votre ramasseur de balles, pendant vos matches de tennis : nous n’avons pas les mêmes valeurs, ce personnage manifestant partout son absence de déontologie.

 

MB.

 La NCIS pourra compter sur McGee

JP Grumberg jeune

Bibliographie sommaire sous ce nom : Lorsqu’on tape le nom de l’auteur dans la recherche sur DRZZ, voilà ce que l’on trouve, en plus des facéties de Garroté à son sujet. Ce par quoi celui-ci, autant que le « bleu-bite » Grumberg se doivent, de conserver un minimum de retenue. S’ils l’ont perdue, les choses devront se régler ailleurs :


lgpp30041say-hello-to-my-little-friend-a

 

 

http://www.drzz.info/article-18503654.html : Mardi 8 avril 2008La presse sabote Bassorah

http://www.drzz.info/article-16984211.html : Controverse à propos d'Iran-Resist.org

http://www.drzz.info/article-18152165.html Comment l'amérique vainc l'iran en irak

 

http://www.drzz.info/article-18295146.html Irak : offensive contre l'armée du Mahdi

 

http://www.drzz.info/article-24495784.html : L'ultime combat au crépuscule, par Eli Lake

 

http://www.drzz.info/article-29256427.html L’anti-sionisme n’est-il que haine à l'état pur?

Mardi 17 mars 2009 L’anti-sionisme n’est-il que haine à l'état pur?

Bien sûr. Il est plus nocif que l’antisémitisme, en menaçant les vies et la paix au Moyen-Orient.

Par Judéa PEARL 

http://www.drzz.info/article-25001553.html Vendredi 21 novembre 200 Un Iran nucléaire ?

http://www.drzz.info/article-18380570.html Espionnage nucléaire : gênantes révélations.

http://www.drzz.info/article-17328380.html Vendredi 7 mars 2008Le droit d'ingérence est-il une idéologie périmée ou à géométrie variable?

http://www.drzz.info/article-15772902.html Deuxième réaction : 

http://www.upjf.org/actualitees-upjf/article-13655-119-4-nicolas-sarkozy-choisi-son-camp-nest-pas-celui-disrael-macina.html

 

* Guillaume Faye : Après son retour sur la scène politique et intellectuelle, Guillaume Faye sera vivement critiqué par Alain de Benoist qui dénoncera l'« extrémisme » de ses prises de position actuelles4.

Plus que par les anciens de la Nouvelle droite, Guillaume Faye se trouvera, au fil du temps, en butte aux attaques de certains milieux catholiques traditionalistes, des nationalistes révolutionnaires et des négationnistes. Ces attaques concerneront ses liens — réels ou supposés — avec la communauté juive et le sionisme.

En 2004, Le Journal de la France courtoise de Serge de Beketch publia le script d'une discussion enregistrée à l'insu de Guillaume Faye et laissant à penser qu'il ne croyait nullement à ce qu'il écrivait et qu'il était en contact avec le journaliste Serge Moati. Serge de Beketch accusa alors publiquement Guillaume Faye d'être « un agent provocateur et un imposteur ».

Cette polémique fut notamment relayée par des personnalités et sites liés au courant nationaliste-révolutionnaire. Ceux-ci considèrent Guillaume Faye comme le théoricien de l'« extrême droite nationale-sioniste[réf. nécessaire] » et le qualifient régulièrement d'agent d'influence sioniste dans leurs publications. Guillaume Faye riposta en dénonçant dans son livre La Nouvelle question juive5 Alain de Benoist, Christian Bouchet et Alain Soral comme « ayant ataviquement l'esprit femelle du collabo » vis-à-vis de l'islam et des immigrés.

La parution de ce livre relança la polémique. Guillaume Faye y avouant avoir eu des contacts avec des organisation sionistes6 et usant de termes durs à l'encontre des négationnistes fut dénoncé par des représentants de cette dernière tendance, comme Robert Faurisson7 et Jürgen Graf8.

Les positions de Guillaume Faye sur la question juive ont suscité des controverses au sein de l'extrême droite : Pierre Vial a ainsi fait connaître son éloignement de Faye9 et l'équipe du trimestriel Réfléchir et agir, a publié un communiqué le dénonçant10.

En novembre 2009, Guillaume Faye a très brièvement été membre du bureau directeur de l'Alliance pour les libertés, groupe « pro-occidental » créé par Jean-François Touzé.

 


Partager cet article
Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 14:56



 

 

BANN PEREZ

[NDLR- On se demande comment le brave Zecchini va s'en sortir maintenant que les palestiniens admettent que leur enquête a été baclée, et reconnaissent qu'ils ont menti...  dernier article de l'affaire publié dans le dossier ICI ]

Merci Victor pour ta vigilance

 

 

Laurent Zecchini et Le Monde à l’ouvrage

par Victor Perez

 

On ne le répétera jamais assez ! La plupart des journalistes œuvrant sur le conflit proche-oriental orientent leurs lecteurs vers de l’anti-israélisme primaire. Leur mode de pensée est entravé par une indigeste ‘’analyse’’ prête à l’emploi qu’ils ont ingurgité avant de se rendre sur les lieux. Une ‘’analyse’’ manichéenne qui a décidé définitivement que l’Israélien est le mal personnifié.

 

Laurent Zecchini en est. Le correspondant du quotidien Le Monde en Israël a encore frappé intellectuellement les lecteurs de ce journal immonde. Dans un article « Polémique sur les circonstances de la mort de la Palestinienne Jawaher Abou Ramah » (1), il a pu répandre jusqu’à plus soif son ‘’talent ’’ le long des colonnes mises à sa disposition pour le bien du palestinisme qui le transcende et non pas en faveur d’une enquête rigoureuse sur le sujet choisi et dont les lecteurs payeurs sont en droit d’attendre. A lire son article, nul ne doutera de la version qu’il supporte.

 

C’est ainsi que le correspondant affirme d’emblée que « Dans cette tragique et sombre histoire, il n'y a qu'une certitude : Jawaher Abou Rahmah, une Palestinienne de 36 ans, est décédée, samedi 1er janvier, à l'hôpital de Ramallah ».

 

Il est donc évident pour ce reporter que la mort de cette femme est directement liée à la manifestation contre la clôture de sécurité àBilin. Tellement sûr de lui, qu’il la juge dès le départ « tragique et sombre ». Pour lui, il n’existe pas l’ombre d’un doute que les deux événements ne soient pas des faits séparés !

 

Il poursuit : « Les circonstances de sa mort suscitent une polémique croissante en Israël, mêlant les militants du mouvement contre la "clôture de sécurité" (le "mur" de séparation) qui coupe la Cisjordanie, une presse israélienne parfois très partisane, et des responsables de l'armée prompts à instrumentaliser une vérité qui les arrange ».

 

Selon ses propres termes, si « parfois » la presse israélienne est « très partisane » on peut en déduire qu’elle ne l’est pas toujours ! Aveu involontaire qui dévalorise sa qualification de cette presse. Par ailleurs, il aurait été intéressant que le journaliste nous indique l’état de la presse non pas française dont chacun sait combien elle est atteinte mais ‘’palestinienne’’ ! Notamment dans l’affaire qui le préoccupe et nous cite, au nom de la déontologie professionnelle, quelques médias intègres attestant d’une partl’instrumentalisation vérifiée des dirigeants de l’Autorité palestinienne ou de sa police, ou affirmant le doute quant à la responsabilité de Tsahal dans la mort de la ‘’palestinienne’’ ! Médias qu’il aura du mal à trouver mais pas les déclarations, entre autres, de Saëb Arékat dénonçant si vite les « crimes de guerre » israéliens !

 

Autres exemples ‘’d’impartialité’’ :

 

-« Le 4 septembre 2007, la Cour suprême d'Israël a statué en faveur des habitants de Bilin, ordonnant à l'armée d'en modifier le tracé, qui prive le village de 60 % de ses terres agricoles. Cette injonction, comme les précédentes, est restée lettre morte ».

 

Ses lecteurs ne sauront évidemment pas que la portion de la clôture actuelle sera démantelée dès lors que celle qui se construit en remplacement sera terminée. En revanche, ils imagineront sans peine sous la conduite de ce journaliste ‘’intègre’’ la liste interminable des jugements que l’armée israélienne ignore. Un journaliste cependant bien en mal de commencer la dite liste.

 

-« Plusieurs éditorialistes de la presse populaire ont fait chorus, stigmatisant les "gauchistes radicaux et anarchistes de Bilin", qui cherchent à fabriquer "un autre Mohammed Al-Dura", du nom de ce jeune palestinien de 12 ans, tué en septembre 2000, au début de la seconde Intifada, et devenu l'un des symboles de la résistance palestinienne ».

 

Prendre parti pour une ou l’autre des versions alors que cette affaire A-Dura n’a jamais été tranchée publiquement par une commission indépendante -réclamée de surcroît par la partie opposée à Charles Enderlin- dénote un parti-pris flagrant. Ecrire la version de ‘’l’assassinat’’ de l’enfant Mohamed A-Dura -sous-entendu par les israéliens- dans un article est donc preuve de peu de sérieux quant à la rigueur exigée par la profession à tout journaliste.

 

Mais pour Laurent Zecchini, l’essentiel n’est pas tant dans la publication de la nouvelle controverse que dans le martèlement de vérités toutes faites. On ne peut s’étonner ensuite, que des lecteurs pétris par des certitudes, gobées le long d’articles nauséeux, assurent dans les commentaires que «  Les militaires israéliens ont un comportement qui rappelle de plus en plus celui en vigueur dans les dictatures fascistes. Le fait d'essayer de masquer la vérité sous un déluge d'informations mensongères montre qu'ils ne sont pas capables d'assumer leur comportement barbare de puissance occupante. Condamnés par l'ONU et par l'ensemble des pays démocratiques, les Sionistes continuent, sans état d'âme, la mise en place du Grand Israël, au mépris de tous les peuples qui les entourent ». (Claude Danglot 09/01/11 - 14h58).

 

Le Monde et ses petites mains ont le résultat escompté. Gageons qu’ils ne s’arrêteront pas en si ‘’bon chemin’’.

 

Victor PEREZ ©

 

 

Liens :

 

(1)   http://www.lemonde.fr/proche-orient/article/2011/01/08/polemique-sur-les-circonstances-de-la-mort-d-une-palestinienne-a-ramallah_1462644_3218.html

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 14:54

 

 

Le Dossier

Flag de désinfo

 

 

Bi'lin - Mort de la "manifestante" : Les palestiniens avouent avoir menti - A quand un démenti des agences de presse francophones ?

 

Par Shraga BLUM

 

 

 

 

L’Affaire « Abou Rahma » était en train de devenir un nouvelle Affaire « A-Dura ». Depuis quelques jours, Palestiniens et ONG de gauche – israéliennes comme étrangères – tiraient à boulets rouges sur Israël, pour « la mort atroce d’une manifestante due à une grenade lacrymogène lancée par des soldats de Tsahal à Bil’in ». Une « martyre » de plus dans l’escarcelle de propagande des Palestiniens.

Depuis le début, Tsahal soutenait que la version palestinienne était tronquée, et que cette femme n’était pas morte à cause du gaz lacrymogène. Les Palestiniens avaient refusé qu’une équipe médicale mixte israélo-palestinienne examine le corps de la défunte. Tout comme dans l’Affaire A-Dura.

Vendredi, le Commandant de la Division Judée-Samarie, Lieutenant-Colonel Nitzan Alon a annoncé « que les Palestiniens sont revenus sur leurs affirmations, et ont confirmé la version de Tsahal selon laquelle la femme était morte des suites d’un cancer et d’anomalies dans le traitement médical qu’elle a subi, et non à cause de l’inspiration de gaz lacrymogène ». La femme était rentrée chez elle après la manifestation sans blessure ou lésion particulière et était décédée le lendemain. Mais très rapidement, comme il est de coutume, une nouvelle légende sur la « barbarie israélienne » commençait déjà à courir, immédiatement relayée par les ONG israéliennes de gauche qui courent aveuglément après chaque information de source palestinienne.

Mis au pied du mur, les Palestiniens ont dû finalement avouer leur mensonge qu’ils attribuent maintenant « à une enquête trop rapidement menée » (!!!)

Mais il faudra voir dans les jours qui viennent si les médias palestiniens retirent Jahwar Abou Raham de la liste des « martyrs »…

 

Partager cet article
Repost0
10 janvier 2011 1 10 /01 /janvier /2011 11:40


img041107-1214.jpg

 

http://www.lucien-sa-oulahbib.info/article-j-64665583.html

Alain Duhamel, lundi 10 janvier 7h45 sur RTL, explique finalement l'activité permanente d'Al Keida par l'intervention américaine en...Irak, alors que l'islamisme radical existe depuis des décennies, et qu'en Irak Saddam avait monté lui-même des groupes de guerilla, tout en payant 25000 dollars chaque attentat suicide en Israël. Alain Duhamel ne veut pas seulement s'occuper uniquement de cuisine électorale franco-française, où il excelle, il prétend aussi analyser les méandres de la stratégie islamiste, allant jusqu'à reprendre les arguments indépassables de Régis Debray (l'islamité aurait remplacé l'arabité alors que les deux sont les faces d'une même médaille).

Idem pour un Jean-Jacques Bourdin sur RMC lundi 10 janvier 7h20 qui en vient au final à parler de "terrorisme du Sahel" distinct du " terrorisme afghan" alors que l'AKMI responsable des diverses prises d'otages au Niger est affilié à Al Keida dont la base principale se situe à la frontière pakistano-afghane et la stratégie mise au point bien avant 2003 (on dirait parfois que le 11 septembre 2001 n'a jamais existé pour certains).

Pendant ce temps le terrorisme anti-social des dictatures arabes tue en Tunisie et en Algérie.

Mais Duhamel et Bourdin ne sont pas les seuls à être silencieux (pour l'instant sans doute) sur cette question. Avez-vous entendu parler d'une intervention du porte parole du PS, Mélanchon ? le Mrap ? Une manif en vue ? L'ambassade tunisienne prise d'assaut par des foules en colère quittant un moment les pavés de rue Myrha pour exprimer un quelconque soutien ? Eh non !  

Des dizaines sont assassinés en Tunisie ? Ils ne sont pas palestiniens ou arabes israéliens donc pas intéressants.

Et qu'en est-il de la situation délétère en Egypte, au Pakistan ? Est-ce la faute des USA et du conflit israélo-palestinien ?

Hubert Védrine et Pascal Boniface disent oui...

Mais vont-ils aussi indiquer que les supporteurs de l'assassin du gouverneur du Penjab ont manifesté dimanche 9 janvier pour réclamer sa libération au sein d'une vaste mobilisation visant à empêcher la réforme de la loi sur le blasphème contre l'islam ?

Une chrétienne avait été assassinée sur la base de cette loi d'où la protestation du gouverneur du Penjab qui a payé de sa vie.

Nos grands connaisseurs de la raison islamique et de la cause, unique, de sa colère actuelle en ont-ils parlé ? Ce serait étonnant. Hormis la presse nord américaine bien sûr qui en même temps ne s'honore pas du moins certains organes parmi elle en suspectant des partisans de Sarah Palin et du tea party d'être derrière l'assassin de la congressiste en Arizona alors qu'il serait plutôt de tendance anarchiste. La presse anglo-saxonne est plus professionnelle, mais elle partage les mêmes illusions sur les pays dominés par l'arabo-islamisme et le pan-islamisme (Iran, Liban) en plaquant sur eux des considérations savamment entretenus par leurs élites : le vrai islam dominerait ces pays, mais il est dévoyé par les méchants islamistes, alors qu'en réalité ces derniers reprochent deux choses : les pays concernés ne sont pas assez islamistes, il faut aller plus loin, et les dirigeants de ces pays détournent l'argent du pétrole et du tourisme pour se remplir les poches au lieu de former des combattants pour combattre les juifs et les croisés ; il s'avère que cette dernière revendication a toujours été fidèle aux premiers enseignements de Mahomet : éliminer toute présence juive et chrétienne en Arabie et dans tous les pays conquis, puis conquérir le monde. Duhamel pense que cela a peu de chances de se réaliser. Sans doute. Sauf que dans la guerre d'usure qui se profile depuis l'arrivée au pouvoir des khomeynistes en Iran on peut observer que le Pakistan est en voie de basculer (tout en cherchant à entraîner le Cachemire, l'Inde) l'Algérie a failli le faire dans les années 90 et les braises sont encore chaudes, l'Egypte est à deux doigts, l'Afghanistan est toujours en suspens, idem pour l'Irak (heureusement que les Kurdes veillent et que la majorité des Shiites s'opposent aux khomeynistes) la Turquie commence à basculer, le Soudan, la Somalie, le Nigéria, le Yemen, la Tunisie, l'Indonésie reste en suspens, bref il existe bien plus de pays dominés par l'islam en situation de basculement vers une révolution islamique que vers une révolution démocratique puisque les islamistes ont réussi à se donner une base sociale comme actuellement en Egypte.

N'oublions pas que les partisans de Khomeyni étaient minoritaires en 1979 lors du renversement du Shah. Démocrates et communistes étaient majoritaires. Et pourtant les pan islamistes ont réussi à s'imposer comme éléments fédérateurs, idem en Egypte comme ce fut le cas en Algérie ; à ne pas en douter c'est le cas en Tunisie et de façon flagrante au Pakistan. Depuis l'effondrement de l'empire ottoman et devant l'absence d'une critique radicale des fondamentaux islamiques, l'islam incarnerait la solution pour certains alors qu'il est le problème pour ces sociétés de plus en plus en retard comparé aux sociétés asiatiques et sud-américaines (du moins celles qui ne sont pas dominés par le néo-bolivarisme, ce castrisme indigène qui ne peut qu'amener à l'éclatement des pays qu'il veut contrôler, Bolivie, Venezuela, Equateur...).

En tout cas des dizaines d'êtres humains sont assassinés en Tunisie ? Ils ne sont pas palestiniens ou arabes israéliens donc pas intéressants.

http://www.lucien-sa-oulahbib.info/article-j-64665583.html

http://www.lapouledechainee.fr/?p=134

http://www.resiliencetv.fr/?p=8423

Partager cet article
Repost0
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 14:04

 

S'agissant d'Israël, les médias déforment les faits - Un exemple

par Daniel Pipes
4 janvier 2011


http://fr.danielpipes.org/blog/2011/01/israel-medias-deforment-faits

Version originale anglaise: Media Distortion about Israel - One Example
Adaptation française: Anne-Marie Delcambre de Champvert

Soyez le premier de vos amis à indiquer que vous aimez ça.

Mark Lavie, longtemps reporter de l'Associated Press en Israël, devrait connaître une ou deux choses à propos de la politique dans ce pays. Mais il titre aujourd'hui "le parti travailliste d'Israël : Nous allons quitter s'il n'y a aucun progrès vers la paix», ceci, à propos des tensions dans la coalition au pouvoir

Une sortie effectuée par le parti travailliste, un parti modéré se trouvant mal à l'aise aux côtés des faucons dans la coalition au pouvoir, pourrait fragiliser la majorité parlementaire du Premier ministre Benjamin Netanyahu et obliger à faire une élection. Ce serait marginaliser les efforts de paix au Proche-Orient pour des mois.

Ces deux phrases contiennent beaucoup de mots lourds de sens tendancieux («modéré», « efforts de paix »), mais ce qu'il convient vraiment de noter, c'est que Lavie écrit plus tard dans le même article:

Même si Netanyahu perdait les 13 sièges du parti Travailliste, sa majorité parlementaire resterait intacte, quoique tout juste. En comptant le propre parti Likoud de Netanyahu, les cinq partis bellicistes de sa coalition, cela ferait 61 sièges dans un parlement de 120 sièges, une toute petite majorité, même si le Parti travailliste quitte.

Non seulement Lavie se contredit ici – serait-ce la chute du gouvernement oui ou non? - Mais il fait plusieurs autres erreurs. Pour commencer, il omet de mentionner que:

  • Netanyahu pourrait solliciter l'Union nationale, un parti de droite avec quatre sièges, dans la coalition.
  • Les coalitions étroites sont la règle dans la politique israélienne et de grandes coalitions comme celle de Netanyahu sont l'exception.
  • Les coalitions de 61 ont été stables pendant des années dans le passé.
  • Yitzhak Rabin a fait passer les Accords d'Oslo en 1993 avec seulement 61 voix.
  • Kadima, le parti majoritaire à la Knesset, a éclaté à partir du Likoud ; Netanyahu pourrait comme perspective diviser Kadima et reprendre 10 autres sièges.
  • Si de nouvelles élections avaient lieu, les sondages laissent fortement supposer que le Likoud et les partis affiliés gagneraient des sièges. Voici un simple sondage du 5 décembre 2010, avec les sièges parlementaires actuels entre parenthèses:

32 [27] Likoud
26 [28] Kadima
18 [15] Yisrael Beiteinu
08 [13] Parti Travailliste
09 [11] Shass
05 [05] Yahadut Hatorah
03 [03] Jewish Home/ PNR
02 [03] Meretz
04 [04] Union nationale
03 [00] Parti Centriste dirigé par Yair Lapid
10 [11] Partis arabes

En faisant un simple calcul arithmétique, les partis de la coalition qui maintenant contrôlent 61 sièges, obtiendraient, si ces chiffres s'avèrent être vrais, le contrôle de 67 sièges dans une nouvelle Knesset.

Commentaires:

(1) Les grands médias, même l'autrefois fiable Associated Press, induisent en erreur alors même qu'ils informent sur le sujet d'Israël.

(2) Heureusement, il y a CAMERA, le Comité pour l'exactitude des reportages sur le Moyen-Orient, en Amérique, et HonestReporting.com dans les affaires de journalisme partial, incompétent et de mauvaise foi.

Thèmes connexes:  Israël, Médias Il est permis de reposter ou de faire suivre ce texte pour autant qu'il soit présenté dans son intégralité et accompagné de toutes les informations fournies à propos de son auteur, de sa date et son lieu de publication et de son URL originale.

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 23:15

 

Chers lecteurs, Aidez-nous à réagir

 

Nous remercions l'équipe europe-israel, site partenaire, d'avoir formuler

cette lettre type

 

Contre les mensonges, diffamations, propagandes des "palestiniens" que faisons-nous

en Europe ?

>Des Palestiniens de nouveau pris en flagrant délit de diffamation?

Action canadienne contre la désinformation

>La mort de la palestinienne à Bilin - Un Faux (hoax) palestinien -

Conférence de presse des FDI sur la mort d'Abou Rahma -

>La palestinienne tuée à Bilin n'était pas à la manifestation, d'après

son cousin, L'A.Palestinienne refuse catégoriquement de collaborer

à l'enquête - Rumeur de crime d'honneur

>Bilin -Des menteurs au service de malfaiteurs !!

Désinformation d'Euronews, du Monde/AFP et de Reuters -

Comme d'hab !

 

 

Cette nouvelle année vient à peine de débuter que les Palestiniens

nous ont servi dès le 2 janvier un mensonge énorme afin de faire

une nouvelle fois condamner Israël.

En effet, tous les médias occidentaux, toujours prompts à

diffuser des informations destinées à condamner Israël  sans jamais en

vérifier les sources, ont annoncé la mort d’une femme palestinienne, 

 Jawaher Abu Rahma, âgée de 36 ans, prétendument tuée en absorbant

un gaz lacrymogène près du village de Bil’in, Judée-Samarie.

Après en quête de l’armée israélienne, il s’est avéré que cette femme 

n’a pas participé à la manifestation en question.

Des sources connaissant le dossier affirment qu’à la différence

de faits-divers semblables dans le passé, le rapport concernant les

blessures d’Abu-Ra’hma est arrivé en retard et contenait des

détails embarrassants.

Selon le rapport médical, nulle cause claire et nette de la mort

n’était mentionnée, l’enterrement a eu lieu grâce à une procédure

accélérée, et nulle autopsie n’a été réalisée.

L’information révèle également qu’Abu Rahma a été traitée avec

une quantité inhabituelle de médicaments, utilisés en cas de

traitement antipoison, surdose médicamenteuse, ou leucémie.

De plus, le rapport de sa famille selon lequel elle a été

« blessée par un gaz israélien » n’a pas été corroboré

par une autre source. L’armée israélienne a aussi découvert que 

la défunte a été traitée récemment dans un hôpital palestinien, 

un fait qui n’a pas été mentionné dans les rapports médicaux.

L’armée israélienne a enfin prouvé que Jawahel Abu Rahma est morte

d’un cancer du poumon ou de leucémie.

L’Autorité palestinienne a rapidement sauté sur l’histoire pour fustiger

Israël. « Nous condamnons ce crime abominable de l’armée

d’occupation israélienne dans Bilin contre des personnes prenant

part à une manifestation pacifique et nous qualifions ceci de

crime de guerre israélien contre notre peuple » a déclaré

Saeb Erekat, le négociateur de l’Autorité palestinienne à l’AFP.

Et comme à leur habitude tous les médias occidentaux,

dès lors où il s’agit de fustiger Israël, ont relayé cette information.

Merci à Aschkel.info d’avoir été la première à soulever ce

nouveau lièvre et de nous avoir tenu informé en temps réel de

l’évolution de l’enquête.

Europe Israël estime qu’il est temps de réagir face à cette absence totale

de scrupule des médias français pour relayer n’importe quoi permettant de

condamner Israël.

C’est pourquoi nous avons fait une lettre type que nous vous demandons

d’envoyer à tous les médias soit par email, soit par courrier postal.

Vous pouvez télécharger la lettre type ici au format PDF

Vous pouvez télécharger la lettre type ici au format WORD

Envoyez cette lettre partout où vous pouvez.

Voici une liste des rédactions, des journaux, des télévisions, des radios :

Adresses des Gouvernements de la France,de la Belgique,

l’Union Européenne et des Organisations Internationales

Adresses de télévision et radio francophones
(La France et La Belgique)

Adresses des Journaux francophones
(La France et La Belgique)

AFP : pour réagir

COORDONNEES DES PRINCIPAUX MEDIAS FRANCAIS

 – CRIF — MIDI PYRENEES

Pour les non-internautes la liste des téléphones des rédactions

à imprimer et à faire suivre…(cliquer ici)

emails des rédactions pour réagir rapidement pour envoyer

un email de protestation
cliquer sur l’adresse ci-dessous du média en cause et…

 

Directeur de L’information de RFI :gilles.schneider@rfi.fr

Directeur de la rédaction de RFI :henri.perilhou@rfi.fr

RTL

michele.claveau@rtl.fr

maxence.petitjean@rtl.fr

isa@funradio.fr

arthur@funradio.fr

TELESPEC@tf1.fr

webmaster@tf1.fr

redac@tf1.fr

pylautrou@lexpress.fr

dired@lexpress.fr

pasplaireatoutlemonde@france3.fr

franceeuropeexpress@france3.fr

Le Monde

rousset@lemonde.fr

webmaster@lemonde.fr

international@lemonde.fr

mediateur@lemonde.fr

 

info@ap.org

dupuy@liberation.fr

etranger@liberation.fr

soule@liberation.fr

moise@liberation.fr

colonna@liberation.fr

hufnagel@liberation.fr

christophe.lurie@radiofrance.com

philippe.thureau-dangin@groupe-expansion.com

redaction@nouvelobs.com

afpjer@netvision.net.il

nicosie.redaction@afp.com

AFPSXB@AFP.com

contact@afp.com

info@afp-direct.com

er-direction-redaction@wanadoo.fr

info@leparisien.presse.fr

France 2

mediateurinfo@france2.fr

contact@france2.fr

 

auditeurs@radiobfm.com

reagir@rpr.org

france2@elronet.co.il

actualite-admin@fr.yahoo-inc.com

onpppatlm@yahoo.fr

lesommier@parismatch.com

contre_intox@e-mail.com

christophe.deroubaix@humanite.presse.fr

journal@marianne-en-ligne.fr

LCI

permanent@lci.fr

jtjour@lci.fr

journal18h@lci.fr

grandjournal@lci.fr

22hminuit@lci.fr

aemoutet@pourensavoirplus.com

redactions@bayard-presse.com

cathy.nivez@grolier.fr

sudinfos@club-internet.fr

courrier@europe1.fr

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis