Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
24 juin 2010 4 24 /06 /juin /2010 07:46

 

 

c.salomon

 

 

 

(Sur l’air de la Cucaracha :)

 

 

« Les médias français mentent, les médias français mentent … »

 

Par Claude-Salomon Lagrange

pour aschkel.info et lessakele

 

 


 

 

 

 

 

 

 

Pour ceux qui n’auraient jamais encore entendu parler de Radio-Paris, c’était une Radio qui avait été réquisitionnée par les Allemands pendant l’occupation pour en faire, en zone occupée, l'outil principal de sa propagande, dès le 18 juillet 1940.

Disposant de moyens financiers importants, cette radio allemande en langue française recruta de nombreux journalistes collaborationnistes et antisémites.

 

C’était politiquement très correct déjà à cette époque. Pourtant Israël n’était pas encore restauré, il n’y avait pas encore de lutte pour les territoires, le Hamas n’existait pas, donc pas de blocus ni de « flottille humanitaire » pour secourir, surtout pas les Juifs qui y vivaient déjà et qu’Amin al-Husseini, mufti de Jérusalem (dont la petite nièce n’est autre que Leïla Shahid) impatient de s’occuper de diffuser et d'étendre l’idéologie national-socialiste en Palestine, offrait ses services à Hitler en créant un parti national-socialiste arabe en Palestine pour participer à la « solution finale ».


Radio-Paris était, entre autres, dirigée par le père de qui vous savez, le chanteur Renaud qui se définit comme anarcho tout ce qu’on veut, mais atteint surtout d’un « antisionisme rabique ». Fidélité aux ancêtres oblige. Qu’est-ce que vous voulez, on ne choisit certes pas ses aïeux, mais on peut décider de leur ressembler. A moins que ça soit par atavisme.

Papa Renaud portait l’uniforme Waffen SS, et le pépé était en tenue du PPF de Jacques Doriot pendant l'Occupation. A écouter la légende familiale pendant les soirées, ça doit marquer.

Les opposants et les résistants étaient si peu nombreux au début à l’occupation nazie, qu’ils écoutaient plutôt la BBC qui moqua cette radio devenue collaborationniste en chantant pour son indicatif  la ritournelle : « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand » sur l'air de la Cucaracha (un chant révolutionnaire d'Amérique latine). (vidéo ci-dessus)


C’est à Pierre Dac que l’on doit le générique de « Radio Paris ment, Radio Paris ment, Radio Paris est allemand ».

 

Mais ce n’est pas de Renaud dont je suis venu vous parler, même si de nombreux antisémites sont hébergés à  gauche ou l’extrême gauche comme lui, puisqu’il n’est guère plus nécessaire de se proclamer d’extrême droite pour éructer sa haine des Juifs. La gauche et l’extrême gauche leur assure l’hébergement.


D’aucuns vont trouver sans doute que j’exagère. D’autres exemples ?


Sans vouloir m’attarder sur « l’odieudonné » qui fait des navettes entre extrême gauche et extrême droite, je l’évoque seulement parce que lui a compris, comme son pote A.Soral qui est passé du Parti communiste au Front national, que les totalitarismes, qu’ils soient d’extrême droite et d’extrême gauche ou vert fascislamiste, sont comme des jumeaux « hétérozygotes ». Ils ont certes des différences entre eux, mais ils ont en commun de prétendre assurer le bien des leurs et le malheur des autres, contre l’ennemi de classe ou l’ennemi de race : la mort comme remède au nom d‘« idéaux élevés ».


Je vous citais plus tôt Doriot qui avait tracé la voie de ce qu’est la « mobilité » en idéologie. D’une extrémité à une autre, il n’y a que 180° à parcourir dans un sens ou un autre.

 

Qui a vu encore la diatribe de R. Dumas contre Elisabeth Lévy à l’émission jaculatoire à l’endroit d’Israël de Frédéric Taddéi, journaliste et animateur télé, parait-il, sur la Troisième chaine.


R. Dumas s’adressant à E. Lévy commence par mettre en garde contre un risque de « diffusion de l’antisémitisme partout ». Là, on se dit, il n’est pas si grave le sénile .


Puis R. Dumas est pris d’un raptus agressif qui est une impulsion brusque, entraînant comme un passage à l'acte immédiat, antisémite, pour affirmer « c’est chez nous que ça viendra, ça me rappelle avant guerre quand ‘Monsieur’ Hitler qui occupait et que c’est notre auto défense (…) Les dictatures d’avant guerre allaient dans les eaux territoriales exactement comme Israël (…) et à E. Lévy d’insinuer que « la manière dont elle défend Israël, elle doit avoir des bribes d’Hitler, et qu’elle devrait s’en souvenir » ! « Et qu’il y aura un jour, une coalition, comme il y a eu en Espagne » pour bouter Israël. »


Est-ce qu’avec l’âge chez cet homme les digues psychiques ne supportent plus la poussée du refoulé antijuif ?

 

On me rétorquera qu’en France l’anti judaïsme « vieille France » est une tradition bien transmise au Quai d’Orsay. C’est même l’une des références centrales et un produit précieux du terroir.

Et Taddeï venant à la rescousse de R. Dumas reformule pour énoncer que « le procédé est le même » !

Pour rappel, R. Dumas a été Ministre des Relations extérieures et des Affaires étrangères sous la Présidence socialiste de F. Mitterrand. Il est toujours socialiste, avec ou sans guillemets. Et je n’ai pas entendu les cris d’orfraie qui avaient valu à GeorgesFrêche son éviction du Parti socialiste.


Faut-il en déduire que le Parti socialiste se reconnaît davantage dans les propos de R.Dumas et moins dans ceux de G. Frèche ?

 

J’en viens aux médias français pour commenter comment, en quelques lignes, au nom d’une prétendue protection de la biodiversité de ce que la planète compte de pervers, ils participent à formater et à conditionner l’opinion publique dans la haine des Juifs en les laissant éructer sans aucune limite.


Je ne ferai pas de raccourcis outranciers en comparant les médias français d’aujourd’hui à Radio-Paris de cette sombre époque, mais leur comportement actuel pose question à tous les démocrates et à toutes personnes animées d’une éthique sur les risques de réitération des mêmes phénomènes dont la potentialité existe. 

A quel nouveau type de totalitarisme encore furtif, et pour combien de temps encore, les médias français s’assujettissent et se font la courroie de transmission des idéologies les plus nauséabondes ?

 

En revanche, oyez, oyez, braves Français lecteurs, auditeurs et téléspectateurs, les médias français font de la rétention sélective sur l’information.


A ceux qui ne l’auraient pas su faute de couvertures par les médias « officiels », savez-vous que  mardi 22 dans Paris s’est tenu une manifestation en faveur de la libération du franco-israélien Guilat Shalit emprisonné depuis quatre années par les hordes barbares du Hamas dans leurs geôles à Gaza ? L’ensemble des médias, comme s’ils s’étaient passés le mot, n’en ont rien dit.


Près de 15000 manifestants juifs, intellectuels, honorèrent de leur présence sur cette place du Trocadéro baptisée « Parvis des Droits de l’Homme » pour témoigner de leur solidarité à Guilat SHALIT, sa famille, puis à Israël.


Israël vilipendé à longueur de communiqués et de revues de presse, insulté par les mensonges par omission des médias comme nous le voyons à l’œuvre dans ce nouvel exemple, quand ce n’est pas par le fait des mauvais traitements de l’information qui touche cette partie du monde.


En ne relayant pas sciemment cette information qui concerne le maintien en captivité d’un citoyen qui est aussi Français, ces médias soudain mutiques participent activement et sans scrupules à désinformer les Français.


Les médias unanimement ont décidé que cette manifestation ne valait pas la moindre couverture.

 
Pensez
 donc, une manifestation où l'on chante aussi la Marseillaise, où l’on brandit aussi des drapeaux français sans les brûler, où il n’y a pas de slogans appelant à la haine de quiconque, où aucune voiture n’est incendiée, où aucun magasin n’est vandalisé ni pillé, les médias ne veulent pas de ça.

 

Dans une même logique d’ostracisation d’Israël et de ses citoyens, et par effet de ricochets et d’amalgames des citoyens Français juifs, les médias français dédaignent les conséquences des relais propagandistes qu’ils assurent aux islamistes et à leurs soutiens en France à qui ils assurent une libre expression de leur haine.

 

Par le silence des médias quand il leur faut parler et énoncer les faits tels qu’ils sont en réalité, par leur matraquage médiatique qui alimente la haine d’Israël et des Juifs partout où ils vivent, ils démontrent une fois de plus une complaisance aveugle et coupable devant un péril qu’ils ne veulent voir.

 

Pour paraphraser Pierre Dac, on pourrait dire que « dans les médias, parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler en négatif d’Israël sont les deux principes majeurs de ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l’ouvrir ».

 

« Les médias français mentent, les médias français mentent … »

 

 

 

dossier censure-copie-2


 
Partager cet article
Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 09:38



Logiques de guerre +Appel du 18 juin 2010 aux journalistes

20/06/10.

Alors que l'Egypte aurait sécurisé samedi 19 juin 2010 le passage par Suez de navires de guerre américains et israéliens (rappelons en passant que l'Arabie Saoudite a autorisé le survol de son territoire par les alliés), on se prépare maintenant aux attaques islamistes au moyen de flottilles kamikazes programmées pour la semaine qui commence.

"Il est assez clair que les passagers à bord des bateaux des deux pays [Turquie et, peut-être, Liban] ont l’intention de forcer Tsahal à les tuer"

A lire l'article de Caroline B. Glick :


Dans ce contexte, nous reproduisons ici notre appel du 18 juin 2010.


------------- APPEL DU 18 JUIN 2010 AUX JOURNALISTES FRANCAIS ----------------

La tension internationale autour de l'affaire de la flottile "Free Gaza" et la réception par l'opinion française de ces événements nous conduisent à lancer cet appel.  Les politiques et les journalistes français, tous partis et tous médias confondus, peuvent facilement avoir accès à de nombreux documents éclairant l'incident meutrier de la première flottille : situation des marchés à Gaza, détournements des marchandises par le Hamas, nature terroriste et antisémite des groupes islamistes Hamas et IHH, films israéliens et photos prises par les combattants islamistes sur le Marmara, chants de guerre antisémites des islamistes ayant formé le voeux de mourir "en martyr" sur le Marmara, apologie de la Shoah lancée par ces mêmes guerriers en réponse aux appels radio de la marine israélienne, suivi des cargaisons soit-disant "humanitaires" bloquées par le Hamas, position de l'Egypte, rôle de l'Iran, campagnes antisémites de la Turquie,... 

Or, politiques et journalistes français, tous ou presque se comportent comme s'ils avaient délibérément choisi de ne rien connaître du dossier qu'ils prétendent instruire à charge contre Israël.

Aujourd'hui 18 juin 2010, j'appelle donc en particulier les journalistes de notre pays à appliquer enfin réellement leurs propres règles déontologiques y compris quand il s'agit d'Israël. La vérité finit toujours par triompher, et ce sera encore le cas cette fois-ci. Même si pas un seul député français ne s'est opposé à ce que l'assemblée nationale ne se transforme en tribunal d'Israel sans avocat, "il faut raison garder" se disent aussi de plus en plus de citoyens de notre pays, juifs ou non, de gauche comme de droite, qui se rendent compte de l'obsession anti-israélienne ambiante et refuse d'y céder. Les avertissements confus, pour ne pas dire contradictoires avec les condamnations précipitées d'Israël qu'ils avaient eux-même émises, qui émanent ces jours-ci de plusieurs ministres européens des affaires étrangères (Le Monde de la semaine dernière), montrent du moins que les responsables ne sont pas dupes. Il est urgent de se défaire du poison idéologique que forme le mélange du mensonge et de la bêtise, poison qui s'étale aujourd'hui à pleines pages dans les journaux du pays. Aux journalistes eux-mêmes de rejeter ce poison en enquêtant sur la manière dont eux-mêmes et les institutions qui les emploient se sont livrées, des semaines durant, au nom de l'émotion mais sans enquête ni reflexion à une véritable lapidation médiatique d'Israël. Qu'ils en soient convaincus, avec ou contre eux, la vérité finira par être entendue ! 

Vive la presse, vive la politique, vive la France !

Anatole Zed



Partager cet article
Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 08:34

 

 

Merci Albert

Pour Aschkel.info et Lessakele

 

 

La Désinformation Marque la Fin de la Démocratie

 

Par Steve Ambler, Barry Babin, Pierre Balloffet, Richard Bastien, Germain Belzile, Jean-Charles Chebat, Ginette Dubé, Claude Dubois, Jean-Marie Gélinas, MichaelLaughrea, Jacques Picard; membres du Groupe Vérité, paix et justice, groupe de réflexion voué à la défense des valeurs de la démocratie libérale et à la transparence de l'information.

Publié par Revue Égards 

mercredi 16 juin 2010

 

La façon dont les faits reliés à la tragique aventure de la flottille dite « Free Gaza » ont été rapportés, nous rappelle la Pravda, icône de la presse stalinienne : cette flottille, affrétée par une organisation charitable (IHH), aurait transporté des pacifistes et des biens civils à la population affamée de Gaza. Elle aurait été attaquée illégalement dans les eaux internationales, ce qui serait contraire au droit maritime international. Ces affirmations médiatiques sont entièrement fausses et voici pourquoi.

1. Une organisation charitable, l’IHH ?
Le juge français Jean-Louis Bruguière, spécialiste de la lutte antiterroriste, a montré que l’IHH avait aidé al-Qaeda à Milan, en Bosnie, en Tchétchénie et en Afghanistan et dans « la tentative d'attentat visant l'aéroport de Los Angeles ». Le Danish StudiesInstitute soulignait pour sa part que le gouvernement turc avait découvert en décembre 1997 que l’IHH avait acheté des armes destinées à des organisations islamistes radicales. Pour le gouvernement de Chypre, l’IHH est une organisation terroriste et il lui refuse l’accostage de ses bateaux.

2. Des passagers pacifiques et pacifistes ?
a) Le journaliste arabe André Abu Khalil, de la chaîne Al-Jazira, a déclaré à Reuters que ces pacifistes ont saisi quatre marines israéliens et les ont blessés grièvement, lorsque ceux-ci envoyaient des balles de peinture.
b) Ces pacifistes chantaient : « ô Juifs, l’armée de Mohammed revient », évoquant le massacre de la dernière tribu juive d’Arabie par les troupes de Mahomet. On entendait aussi « 
Go back to Auschwitz » et « Don't forget 9/11 ».
c) L’IHH a recruté une cinquantaine de mercenaires parfaitement entraînés, lesquels devaient lyncher ou kidnapper les marines israéliens sur les bateaux.
d) Selon le quotidien officiel de l’autorité palestinienne, Al-Hayat al-Jadida, trois des quatre Turcs voulaient s’offrir en martyrs.
e) Bill Ayers et Bernadine Dohrn, cofondateurs du mouvement terroriste américain des
Weathermen, responsable d’une série d’attentats dans les années 70, étaient du nombre des pacifistes.
f) Le samedi 5 Juin, le 
Rachel Corrie a débarqué ses marchandises destinées à Gaza dans le port israélien d’Ashdod. Sans violence. Comme quinze autres bateaux auparavant.

3. La population de Gaza affamée ?
a) Le journaliste danois de gauche, Steffen Jensen s’attendait à voir à Gaza de longues files d’attente de pauvres hères affamés; il y voit à la place des marchés pourvus de légumes frais, lait, œufs, volailles, etc. (voir les photographies de Jensen:http://www.steffen-jensen.dk/dan/blogartikler/134--mere-mangel-pa-arbejde-end-pa-mad/). L’essence ne manque pas non plus. Tout entre à Gaza après avoir passé les contrôles de sécurité.
b) Le lendemain des incidents, le Hamas a fermé ses portes aux camions qui apportaient aux Gazaouis les marchandises de ces bateaux.
c) La situation à Gaza contraste avec celle de la Cisjordanie gouvernée par le Fatah, singulièrement plus prospère; ce qui souligne la responsabilité du Hamas à Gaza.

4. Illégal, l’arraisonnement ?
Selon trois éminents juristes, les professeurs Alan Dershowitz de l’Université Harvard, Ed Morgan de l’Université de Toronto et Craig Scott de l’Université York, la légalité du blocus ne fait aucun doute, car depuis trois ans, 10 000 missiles ont été tirés depuis Gaza sur Israël.

5. La Turquie, innocente victime ?
a) Pour le politicologue turc Cengiz Aktar, le grand perdant politique de cette tragédie est la Turquie. Avant que le régime turc ne s’islamise, il se voulait un modèle de modernité pour les musulmans et collaborait étroitement avec les États de la région, dont Israël. La Turquie est depuis devenue le premier soutien du Hamas, et non pas du peuple palestinien, toujours selon Aktar.
b) L’islamisation radicale de la Turquie a conduit à des exactions dont ont été victimes les minorités juives et chrétiennes, la dernière en date étant l’évêque catholique, MgrPadovese. Le négationnisme turc à l’égard du génocide arménien est aussi renforcé par l’islamisation. L’Union européenne ne saurait accueillir une Turquie compromise avec des organisations terroristes.

6. À qui profite la désinformation ?
L’affaire du Mavi Marmara permet de chauffer à blanc le nationalisme turc et de détourner l’attention du Kurdistan, qui menace de faire sécession. L’IHH visait non pas à aider Gaza, mais à embarrasser ceux des dirigeants turcs qui favorisent encore des liens forts avec l’Occident, de façon à islamiser le régime turc. Le reste est la littérature de gare qui nous tient lieu d’informations médiatiques.

Partager cet article
Repost0
22 juin 2010 2 22 /06 /juin /2010 08:03

 

 

Aschkel et Gad

pour aschkel.info et lessakele.

 

 

Chers Lecteurs, agissez contre la désinformation,

 

 

dossier-censure-copie-2.jpg

 

 

L'affaire récente de la Flottille a donné libre cours à une censure systématique de la part de grands journaux en vue (Le Figaro, Le Parisien...). Pendant ce temps, d'autres(JDD) fabriquaient des articles remaniés plusieurs fois pour propos des acteurs et légendes de photos inexacts.
 
On constate un large relâchement des normes de publication, allant dans le sens de l'émotion première et d'une sélectivité de l'indignation fabriquée par les éditeurs,
- où les agressions antisionistes les plus basses se voient largement autorisées et non contestées par ces journaux,
-où l'argumentaire rationnel perd sa place et sa légitimité.
 
D'autre part, après cette mise à l'index des lecteurs de sensibilité juive ou proches de la communauté, on osera parler de "repli communautaire", alors qu'il est largement préfabriqué par le mépris des rédactions.
 
Doit-on parler avec Shmuel Trigano, de véritable "campagne antisémite" (LIRE) L'ostracisme est patent, dans tous les cas de figure.
 
Nous contacterons des experts en déontologie journalistique et en conseil juridique pour examiner ce point sur le moyen terme des différentes campagnes de délégitimation d'Israël et des Diasporas.
Aschkel et Gad

 

 

Contactez la rédaction : aschkeletgad@gmail.com

Une mise à jour de vos commentaires censurés et vos alertes sur les cas de désinformation flagrante sera faite régulièrement.

 

commentaires-sur-censure.jpg

 

Articles

 

 

Banalisation de la Légion d’Honneur et déshonneur pour la Presse

 

 

Petit dictionnaire des idées reçues

Par Laurent Murawiec à Washington
Mardi 24 juillet 2009


 


Bébé : futur sioniste. Cible légitime.



 

AFP : agence de presse chargée de la propagande extérieure de l’Autorité palestinienne. (Voir aussi Reuters).

Aide (arabe) : en additionnant les annonces officielles arabes annoncées à l’occasion des sommets arabes et islamiques, l’aide versée aux Palestiniens depuis 1948 se monte à 794 milliards de dollars.

Aide internationale : voir dans la Bible la manne envoyée du Ciel. Ici, le Ciel est remplacé par les ONG et organisations internationales, et permet de ne jamais se soucier des contraintes imposées par la réalité (budgets, déficits, etc.).

Al-Andalus : Paradis terrestre. Démonstration irréfutable que l’impérialisme islamique est une bénédiction pour tous, et que tout le monde l’adore. Ne jamais mentionner les pogromes commis par les Almohades et les autres, contre des Juifs et des chrétiens, ni l’infériorité constitutive qui les frappait.

Ambulance : camionnette revêtue des insignes du Croissant rouge. Elle a pour fonctions principales : (1) le transport de terroristes vers les lieux d’un attentat, (2) le transport d’armes, (3) l’exhibition télévisée (voir : CNNBBCFrance 2, etc.) au cas où elle a été atteinte par un projectile, et (4), le cas échéant, le transport des blessés (s’en procurer de faux si on n’en a pas de vrais sous la main et arriver à l’hôpital dans un vrai show son et lumière, après avoir prévenu les media susnommées). A ne jamais oublier, plus généralement, dans les mises en scène de douleur palestinienne.

Amnesty International : un Palestinien tue un Juif : quelles bonnes raisons le Juif a-t-il donné au Palestinien pour justifier son acte ? Cf. rapport d’Amnesty International no. 943/b/5 « 43 bonnes raisons » !

Amour de la vie : faiblesse méprisable des Juifs et des chrétiens.

Arabe : victime incarnée de l’impérialisme, du colonialisme et de l’exploitation (voir aussi : comptes en Suisse).

Arafat (Yasser) : Personnage de cirque au remarquable talent de ventriloque, d’illusionniste et de prestidigitateur. Tueur sans scrupules. Grand talent de papier tue-mouche sur lequel s’engluaient les idiots utiles.

Armée arabe : corps militaire aux fonctions variées : (1) se faire écraser par les armées adverses, (2) massacrer la population civile de son pays, (3) absorber un tel niveau du PNB qu’il ne reste plus rien pour le reste des besoins, sauf pour les kleptocrates au pouvoir.

Assassinat : (1) acte israélien ignoble ; (2) nom inadapté donné par la presse sous domination des Juifs à l’élimination d’un bourreau sioniste.

Auschwitz : « Les Allemands ne pardonneront jamais Auschwitz aux Juifs » a dit le psychiatre Zvi Rex. De même, les élites françaises ne pardonneront jamais Vichy aux Juifs.

Barre (Raymond) : Français innocent. Fonctionnaire pour qui la défense du parti du fonctionnariat passe toujours avant toute autre considération.

Barrière de sécurité (« mur ») : good walls make good neighbors, (« les bons murs font les bons voisins ». Ndlr.) sauf au Moyen Orient. Empêche regrettablement le libre accès palestinien aux Juifs à exterminer. (« Shocking ! » - une journaliste de la BBC).

Barrière israélienne : crime suprême - coupe en deux des vergers - qui justifie à lui seul la re-convocation du Tribunal de Nuremberg.

BBC : « Mais évidemment, vous ne pouvez pas soutenir sérieusement qu’Israël ne se conduit pas comme un Etat nazi… ? ». Question objective posée par une présentatrice équilibrée de la BBC au cours d’un débat télévisé courtois.

Bébé : futur sioniste. Cible légitime.

Bet’ selem : organisation qui se consacre à tendre l’autre joue des autres.

Blonde : chez la femme, couleur de cheveux favorite des jihadis candidats au meurtre, pour l’heure de la gratitude d’Allah.

Bôle-Richard (Michel) : Victime incurable de troubles oculaires : témoin d’un crime qui identifie catégoriquement l’assassin comme la victime. A le nerf optique si endommagé qu’il a été embauché comme photographe par Le Mondemais pourrait tout autant faire l’affaire à l’Agence Reuters (voir plus haut).

Bombe : expression anxieuse de griefs et de frustrations diverses.

Bourreau : caractère héréditaire, état natif de l’Israélien ; voir les Protocoles des Sages de Sion et lire Edgar Morin.

Bousquet (René) : tueur de Juifs méthodique, mais il ne leur en voulait pas pour autant.

Budget : de quoi ? Vous rigolez ? On est à Ramallah (Gaza) ici ?

Camp (palestinien) : Partout ailleurs, un « camp de réfugiés » est une ville de toile faite de tentes et plantée sur la boue ou la poussière. Un « camp » de « réfugiés » palestiniens n’est pas un camp, n’a pas de tentes et n’abrite pas de réfugiés : c’est une ville en dur, avec des rues, des immeubles élevés, etc. Il abrite des Palestiniens parqués de force par leurs « frères arabes » et arnaqués par les « leaders » palestiniens. N’invoquer que le misérabilisme victimaire. Cameraman, SVP, pas trop de plans sur ces immeubles – il faut faire dans le style bidonville.

Capitulations : à partir du XVIème siècle, immunités et privilèges concédés à la France, puis à d’autres nations « franques » par le Sultan d’Istanbul dans ses domaines (au pluriel). Plus récemment, état normal des relations euro-arabes (au singulier).

Caricatures : voir émeutes.

Chabot (Arlette) : personnalité télévisuelle (France 2) ; comme l’état-major de l’Affaire Dreyfus, est en possession de toutes les preuves qu’il faut mais n’en montrera aucune, ce qui contribue, évidemment, à asseoir sa crédibilité (référence : Mohammed al-Dura).

Chirac (Jacques) : patient victime d’une maladie honteuse (arabophilie galopante avec morpions islamophiles) ; vient de perdre son immunité. Ancien propagateur d’odeurs devenu lui-même odoriférant. Transformateur de l’adage : « L’argent n’a pas d’odeur. »

Communauté internationale : entité amorphe dont la fonction principale est de condamner Israël et accessoirement les Etats-Unis. Mot-mélasse dans lequel la pensée s’englue.

Complot : sécrétion naturelle du monde non-arabe et non-musulman, qui n’ont qu’une seule passion : les détruire par les moyens les plus tordus.

Crime de guerre : activité de routine des Israéliens (voir : doigt palestinien coincé dans la porte et vociférations ultérieures).

Crime de guerre : notion a priori totalement et radicalement inapplicable à quiconque est palestinien ou même arabe.

Dhimmi : statut passionnément convoité par les chrétiens, les Juifs, les zoroastriens et autres Sabéens, en terre conquise par l’Islam. Comprend l’humiliation systématique, de nombreuses interdictions, empêchements et infériorités. Il faut être non-Musulman pour adorer ce statut (« Ils sont fous, ces Roumis… »).

Diplomate : confectionneur de plats moyen-orientaux dont toutes les recettes commencent par : « jeter: Israël dans l’eau bouillante » (var. : « dans le four. »)

Djihad : combat spirituel et intérieur qui consiste principalement à massacrer Juifs, chrétiens, hindouistes et musulmans dont la tête ne revient pas au Djihadiste.

Enderlin (Charles) : Scénariste et producteur de fictions. Capable de transformer le vivant en mort ; de faire apparaître et disparaître les cicatrices ; d’empêcher les blessures par balles de guerre de saigner. Journaliste à l’objectivité sans faille. Modèle professionnel de Jacques Chirac et des journalistes français. Détenteur de rushes invisibles, mais néanmoins accablants. Les montrera le jour suivant la Saint-GlinGlin 2019, à cause d’une clause signée avec les acteurs, MM. Al-Dura père et fils.

Enfants : futurs suicidés s’ils sont « palestiniens ».

Envoyé spécial : toujours disponible au bar du grand hôtel pour partager ses tuyaux avec ses collègues, qui les ont reçus des mêmes sources. Aurait pu écrire son papier avant d’arriver, sauf le prénom (Ahmed) du chauffeur de taxi, qui permet de donner un visage humain à la souffrance palestinienne.

Etats-Unis : l’impérialisme incarné ; toujours exiger plus de subventions de leur part, et qu’ils traitent sur un pied d’égalité leurs amis et leurs ennemis.

Fatah : organisation modérée dont le credo (Brigades des Martyrs d’al-Aqsa) est de tuer beaucoup de Juifs. On notera la différence radicale avec le Hamas, dont l’objectif est de tuer beaucoup de Juifs.

Finkielkraut : (Alain) : Coupable. Le faire taire.

Frères musulmans : matrice du Hamas ; l’extermination des Juifs est à son programme. Ne pas faire attention, c’est un artifice purement rhétorique pour mobiliser les masses.

Frustration (souvent usité en ajoutant « et colère ») : condition infantilisante attribuée au Palestinien par les victimologues. Ailleurs, les êtres humains agissent sur une base politique, ils font des choix plus ou moins rationnels. Dans les territoires, ce sont les émotions primitives qui sont censées devoir tout déterminer.

Garaudy (Robert) : spécialiste du grand écart : rien de ce qui est antisémite ne lui aura été étranger.

Gauche : a enfin pu, pour l’essentiel, se débarrasser de cette aberration temporaire que fut sa brève sympathie pour Israël. On respire.

Gauchiste : s’est pris pour un Juif allemand pendant cinq minutes, il y a fort longtemps. Cela n’a heureusement pas duré. S’est rattrapé depuis.

Gaza : a la « densité démographique la plus élevée du monde ». Cliché journalistique inepte mais fréquent. Les chiffres officiels : Gaza, 3 823 habitants par kilomètre carré, Paris XIème arrondissement : 41 053 hab./km2, Kowloon (Hongkong) : 1,9 millions/km2.

Genet (Jean) : la trajectoire la plus courte du SS au Palestinien : le sur-place.

Guerre des Six Jours : grande victoire syro-égyptienne, durant laquelle les chars israéliens furent lamentablement incapables de couvrir les derniers 50 kilomètres qui les séparaient de Damas et du Caire.

Hamas : organisation charitable ; pourvoyeur de services sociaux pour les Palestiniens ; vecteur de La Rage et de La Frustration. Partisan irréductible de l’extermination des Juifs et d’Israël. Ne traiter le fait que comme exagération rhétorique bien compréhensible de la part des Victimes.

Hitler : n’en a pas fait assez. Mais ce qu’il a fait, mazette ! Objet d’admiration éperdue dans le monde arabo-musulman, lequel n’est pas anti-Sémite « puisque les Arabes sont des Sémites. ». Allez, encore une rafale !

Holocauste : n’a jamais eu lieu. A eu lieu mais de façon bien moindre que ne le prétendent les Juifs. Grand mensonge inventé par les Juifs pour dominer le monde. Cf. le grand historien Ahmadinejad et le très grand historien David Irving. Voir Sigmund Freud : vous ne m’avez jamais prêté ce chaudron, d’ailleurs je vous l’ai rendu, et il était percé.

Honneur : (voir aussi dignité), valeur absolue qui détermine le comportement au détriment de tout le reste. « L’honneur des Arabes », « l’honneur de l’Islam ». Exige, en particulier, le meurtre des filles, sans parler du meurtre des autres. Comportement toujours respectable parce que culturellement « authentique ».

Houri : 1/72ème de la récompense spirituelle des combattants. Virginité garantie, grâces rendues à Allah !.

Human Rights Watch : a beau mentir qui vient de loin.

Impérialisme : action magique menée à distance et secrètement, qui permet d’expliquer le tohu-bohu et l’arriération qui règnent au Moyen Orient et la totalité des turpitudes commises par les classes dirigeantes. « C’est à cause de l’impérialisme que… ».

Innocent : catégorie inexistante hors le monde musulman.

Irving (David) : grand historien anglais, persécuté par les Juifs.

Islam : religion de Paix, sauf tout le temps et partout, pour des raisons hautement justifiées.

Islamophobie : ne pas se prosterner devant la moindre manifestation de l’Islam. Suggérer, même à mots couverts, la moindre relation entre Islam et terreur est « islamophobe ». Insinuer, même prudemment, un lien entre émeutes de banlieues et religion d’origine ou de souche des perpétrateurs est ultra-islamophobe.

Jeningrad : Grenouille que les media objectifs (BBCAFPReutersLe Monde) avaient essayé de faire aussi grosse qu’un bœuf. La grenouille a explosé, non sans avoir, auparavant, fidèlement servi la Cause pendant quelques semaines. Les bovins n’en sont pas encore revenus : la farce dure d’habitude plus longtemps.

Jérusalem : troisième lieu saint de l’Islam, premier lieu saint du Cliché journalistique. Comme le disaient feu Yasser Arafat et feu le roi Fayçal d’Arabie, il n’y a jamais eu de présence juive dans la ville. Curieuse manie des Juifs d’y voir leur unique lieu saint.

Juifs : toupet infernal de dhimmis, qui, au lieu de se prosterner humblement prétendent résister à la Nation d’Allah. Du jamais vu ! Le châtiment devrait être exemplaire.

Lelong (Père) : prêtre d’une bonté si angélique qu’il sourit béatiquement sous la torture infligée aux autres.

Le Monde : journal clérical pratiquant de confession laïco-islamique. Bêtisier permanent de la génuflexion islamophile.

Liban : pays que la France aime tellement qu’elle l’a laissé aux tendres soins de la Syrie et de l’Iran (« responsabilités historiques… liens affectifs… communauté culturelle… francophonie. »).

Massacre : au cas où un attentat a (temporairement, inexplicablement) retenu l’attention de la « communauté internationale » à cause du trop grand nombre de bébés israéliens tués, expliquer que le massacre « ne sert pas l’image [ou : les intérêts] de la cause palestinienne ». Suggérer, de plus, que le Mossad ou le Shabak (Le Service de Sécurité Général. Ndlr.) étaient impliqués.

Massignon (Louis) : islamologue, inspirateur intellectuel de la « politique arabe de la France ». L’avait lui-même lancée dans les bordels homosexuels du Caire.

Mazen (Abou, dit Mahmoud Abbas), auteur d’une thèse de doctorat remarquée à l’Université Patrice Lumumba de Moscou ; y analysait le document qui prouvait l’existence d’un maléfique complot juif à travers les âges (Cf.Protocoles des Sages de Sion). Depuis, s’est mué en modéré.

Mein Kampf : Excellente pédagogie quant à la nocivité des Juifs. En vente dans toutes les bonnes librairies arabes. Les nouvelles éditions moyen-orientales intitulent la traduction : Djihad.

----------

 

Ahmadinejad : nabot, profession : tortionnaire. Essaie de faire avaler des amphétamines au Mahdi. Confond vecteurs balistiques et virilité. A besoin d’un rasoir, mais en ferait probablement usage sur quelqu’un d’autre.

Arabie saoudite : pays bienfaiteur de la démocratie occidentale, puisqu’il finance une grande partie des campagnes électorales de nombreux partis au pouvoir.

CIA : agence de renseignement américaine spécialisée dans la boulette, le loupé, l’erreur d’analyse, l’aveuglement, les prétentions illimitées, le désir de protéger son fromage de toutes ses forces ; a, de plus, installé au pouvoir les militaires syriens (1949), le colonel Nasser (1952). S’est trompée sur tous les événements depuis 1949. On comprend qu’elle soit l’épouvantail de la Gauche et de l’extrême-gauche.

Civil : milicien armé décrit par des « témoins palestiniens » et les « sources médicales » de Gaza à un reporter occidental, surtout une fois qu’il a été cabossé par l’armée israélienne.

Cypel (Sylvain) : lauréat du Concours Lépine, section journalisme d’investigation, sous-section : inventions pures et simples.

Droit de retour : n’est pas un droit, et, pour ses bénéficiaires supposés, ne serait pas un retour. Imitation absurde de La Loi du retour. Destinée à établir une fictive similarité entre Juifs et Palestiniens.

Emeute : forme de critique littéraire ou artistique (voir : caricatures de Mahomet).

Fisk (Robert) : Il n’y a pas un mensonge que ce propagandiste anglais n’ait promulgué afin de mieux propager la vénération de ses idoles palestiniennes. Titulaire de la chaire Joseph Goebbels du reportage à l’Université de Bir-Zeit.

Ha’aretz : hallucination collective dominante dans les régions septentrionales de Tel-Aviv, et qui met des lunettes roses devant les yeux des spectateurs.

Intellectuel : “Il faut être un intellectuel pour croire des choses de ce genre : nul homme normal ne pourrait être aussi stupide ». George Orwell.

Intellectuel égyptien : l’examen qui certifie cette qualité comprend les épreuves suivantes : 
-         vocabulaire : insultes antisémites 
-         histoire : Protocoles des Sages de Sion ; Œuvres de David Irving 
-         littérature mondiale : Mein Kampf 
-         classiques : Arthur Rosenberg, Le Mythe du XXème siècle 
-         apprendre par cœur : Œuvres de Sayyid Qutb 
-         géopolitique : œuvres d’Ignacio Ramonet, Emmanuel Todd, etc. 
-         travaux pratiques : servilité envers le pouvoir, niveaux I à X.

Islam (2) : religion qu’il est interdit de critiquer, de moquer, de caricaturer, d’éplucher, d’analyser, de censurer, de réprouver, de ridiculiser, de railler, de parodier, de dédaigner, de croquer, de désapprouver, de flétrir, de blâmer, de condamner, tous délits constitutifs d’ « islamophobie » et qui vous mènent, de fatwa en menace, à tomber victime de la Religion de Paix. En bref, nul n’a le droit de parler de l’Islam, sauf les Musulmans extrémistes, et quiconque l’ose le fait à ses risques et périls.

Israel (2) : objet dont l’existence seule (a) condamne l’ensemble du monde arabe à l’hystérie éternelle et au sous-développement permanent ; (b) complique fâcheusement le triomphe autrement inévitable de la politique arabe de la France.

Libération : quotidien consacré à l’art de faire le malin et à créer ainsi un monde de post-modernité qui prolonge artificiellement la vigueur des soixante-huitards qui ont passé leur date de péremption.

Livni (Tsipi) : croit encore sincèrement être ministre des Affaires Etrangères d’Israël.

« Modérés » : partisans de tuer un certain nombre de Juifs tout de suite et les autres plus tard (voir : Arabie saoudite).

« Sous commandant Marcos » : n’a pas grand chose à voir avec le Moyen-Orient. Caricature chère aux cœurs de Gauche, inconsolables depuis la retraite de Guignol et la mort de Staline. Che Guevara en farce.

Monde diplomatique : Marquis de Norpois, Che Guevara, Jacques Mesrine, José Bové, Jean-Luc Godard, Felix Dzerjinsky, Tartuffe.

Moubarak (Président) : Vous mettrait toute l’Egypte en prison, si elle ne l’y était déjà. Mendiant qui insulte ses protecteurs américains et pratique un chantage permanent envers eux. Momie élue par les momies. Vise les 103% aux présidentielles de 2024.

Nasser (Gamal Abdel) : Président égyptien, fondateur de l’OLP en 1964.

Peres (Shimon) : avait signé des traités de coopération économique avec Sargon III, Nabuchodonosor, Amine el-Hajj al-Husayni. Toujours prêt à en signer d’autres.

Qaradawi (Cheikh) : Islamiste modéré courtisé par le département d’Etat des Etats-Unis, le MI-6 britannique, le Quai d’Orsay : en effet, ses fatwas ne sont des « licences de tuer » qu’envers les Israéliens, les militaires américains et quelques autres catégories négligeables. Ouf, on respire.

Saïd (Edward) : abandonna son existence fictive d’Egyptien de souche chrétienne aux Etats-Unis pour accéder à une identité inventée de Palestinien : un pseudo-faux. Application bien léchée des théories de son mentor Michel Foucault : il n’y a pas de vérité, il n’y a que des perspectives. Lanceur de cailloux fournis par le Hezbollah : ce jour-là, il se cassa un ongle.

Salami (tactique du) : expression inventée par le chef communiste hongrois Mátyás Rákosi pour illustrer la méthode suivie pour détruire les forces non-communistes et s’emparer de la totalité du pouvoir. Comparable, le porc en moins, à la « stratégie des étapes » suivie par Yasser Arafat et le monde arabe envers Israël.

Seale (Patrick) : quand le roi psychopathe jette un os à ronger au chien jaune au poil ras qui se traîne à ses pieds, le canin s’appelle Searle (voir : histoire récente de la Syrie).

Streicher (Julius) : « C’est notre père à tous ! » Influent professeur émérite à l’Institut arabe de journalisme (Le Caire et Beyrouth).

Suicide : Action interdite par l’Islam mais rendue licite et désirable par l’assassinat simultané d’un ou de nombreux juifs (en Irak, faute de Juifs, le chiite fera l’affaire).

Violence (la) : force impersonnelle qui s’empare du Moyen-Orient avec la force d’un phénomène naturel, surtout quand un groupe palestinien s’attaque à des civils israéliens. L’unique solution pour mettre un terme à « la violence » : des concessions israéliennes.

 

http://www.menapress.com/article.php?sid=1814
http://www.menapress.com/article.php?sid=1815


Partager cet article
Repost0
16 juin 2010 3 16 /06 /juin /2010 15:17

 

http://www.causeur.fr/affaire-al-doura-enderlin-suite-mais-pas-fin,6584

Affaire Al Doura-Enderlin, suite mais pas fin…

Publié le 14 juin 2010 à 06h00 • 80 réactions • Imprimer

L’info n’aura fait ni les gros titres des JT de France2, ni de ceux de Canal. Déclenchée il y a dix ans avec la diffusion le 30 septembre 2000 par France 2 d’un reportage de Charles Enderlin – semblant montrer la mort d’un enfant palestinien dans les bras de son père – “l’affaire Al Doura” vient de connaître un rebondissement important : Canal + vient d’être condamné pour diffamation à l’encontre de Philippe Karsenty pour le reportage que la chaîne a diffusé le 24 avril 2008. Il s’agit d’un documentaire réalisé par la société TAC PRESSE mettant en parallèle les révisionnistes des attentats du 11 septembre et ceux qui s’opposent à France2 et Charles Enderlin dans le cadre de l’affaire al Doura et notamment Philippe Karsenty. Ce dernier a été présenté par Stéphane Malterre, l’auteur du film, comme chef de file de la “croisade” conte Charles Enderlin, visant à le dénigrer et nuire à sa carrière, dans le cadre d’un mouvement d’opinion extrémiste et radical.

Selon la cour, Stéphane Malterre était en possession de tous les éléments ayant suscité, au niveau international, le doute sur la réalité de la scène de la mort de Mohamed al Doura, mais il ne les a même pas évoqués dans son reportage. “Dans ces conditions, concluent les juges, au regard du choix du sujet en cause pour illustrer le propos de l’émission et du traitement de celui-ci, la légitimité du but poursuivi n’est pas établie et, en tout état de cause, les défendeurs [Canal + et TAC PRESSE] ne justifient pas de la fiabilité de l’enquête nécessaire à l’admission du fait justificatif de la bonne foi. En conséquence, Philippe Karsenty est recevable et bien fondé en son action.”

Le prochain rendez-vous dans l’affaire est la décision de la cour de Cassation: condamné en correctionnelle pour diffamation contre Charles Enderlin et France2, Karsenty a été relaxé le 21 mai 2008 par la cour d’appel. Suite à ce résultat, Charles Enderlin France2 s’étaient pourvus en cassation.

Gil Mihaely

Partager cet article
Repost0
15 juin 2010 2 15 /06 /juin /2010 22:15

 

 

Merci Rachel pour l'envoi de ce texte
Théorie de l’hypocrisie généralisée.

Rachel ISRAEL

Pour Aschkel.info et Lessakele

mardi 1er juin 2010

 


 
Un de ces innombrables articles en français, écrits au venin antiisraélien qui, décidément, aura été le sceau de l’époque post-shoah qu’il nous est donné de subir, affirmait hier que les israéliens tremblaient de peur à l’approche de « la flottille de la paix ».

Sur le pont d’un élément de cette flottille, on pouvait apercevoir un fond d’orants sur leurs tapis de prière, puis quelques silhouettes noires voilées des pieds à la tête apparemment abîmées dans la lecture de livres édifiants, plus près encore de la caméra, un pope, lui aussi concentré sur quelque écrit sacré, peut-être le célèbre Mgr Capucci en personne, ami et collaborateur de l’OLP du temps de sa splendeur terroriste, et alentour, des hommes arborant tous le keffiéh arafatien, puis enfin, micro en main, une député israélienne appartenant à un des partis arabes de la Knesset, qui commentait sur un ton hystérique chaque évènement du départ « pour libérer Gaza »et des délais l’ayant précédé : image annonçant clairement la couleur vert Hamas-Hizbolla et contredisant les explications réitérées des médias de ce qu’il s’agissait d’une expédition purement humanitaire.

Hélas, loin d’avoir peur, Israël crut dans ces explications, fournies aussi par les instances turques qui permirent l’affrètement des bateaux, et loin d’envoyer, comme on le raconte ce soir sur les télévisions internationales, des soldats armés pour détourner les six bâtiments vers le port israélien d’Ashdod, Tzahal ne se prépara qu’à une action semblable à la dispersion de manifestants pacifiques, ce qui signifie que les soldats qui prirent d’assaut les bateaux, après que le bateau-leader ait refusé de détourner sa route, avaient pour ordre de ne pas utiliser d’armes tant que leur vie ne serait pas en danger, et que, pour la plupart, ils ne portaient pas d’armes. Mais lorsque les premiers atteignirent le pont du bateau-leader, ils furent attaqués par les « pacifistes humanitaires » à coup de barres de fer et divers objets lourds, l’un fut poignardé, les autres échappèrent au lynchage en se jetant à l’eau, et deux furent blessés par balles. Les soldats respectèrent néanmoins les consignes de retenue pendant 40 minutes, ce qui n’aurait été fait dans une aucune autre armée, et ce n’est qu’ensuite que ceux qui en avaient firent usage de leurs armes.Les images filmées des combats sont dénuées de toute ambiguïté quant à ce scénario.

Cependant, bien entendu, ces images ne sont prises en compte par pratiquement aucun des médias internationaux, appliqués à répéter au contraire la version des médias arabes, avec les mots, d’abord énoncés en turc et en perse, de « barbarie »et de « crime contre l’humanité ». Note mathématique intéressante : quand il s’agit d’Israël, le crime contre l’humanité s’applique à des chiffres de plus en plus petits, puisque on en est là à neuf morts et 45 blessés. Mais l’essentiel de cette opération « pour les droits de l’homme » n’est-il pas depuis le début de faire monter encore d’un cran la haine antisraélienne, aussi délirante que les accusations judéophobes médiévales ? Car enfin, bien que personne ne veuille l’entendre, Gaza n’est pas affamé, on vient même d’y construire une piscine olympique, l’argent déversé par l’UNRWA, l’UE, l’Iran et l’Arabie Saoudite sert à l’achat d’armes variées et diverses quand il n’échoue pas dans les comptes bancaires des chefs du Hamas, et d’ailleurs, Gaza fut-il affamé qu’il lui suffirait, pour améliorer son sort, de rendre le soldat israélien séquestré Guilad Shalitt !

Mais ce que l’on appelle actuellement de l’information l’est si peu qu’hier, 30 mai 2010, le Journal de 20h de France 2 a pu réussir le tour de force de rappeler, une fois de plus, comme si c’était l’unique conflit au monde, les morts, les blessés, les dégâts causés par l’attaque israélienne sur Gaza il y a un an et demi, sans jamais prononcer le nom de Guilad Shalitt et sans jamais évoquer les huit années de pluie quotidienne de missiles du Hamas sur Sdéroth et ses environs auxquelles cette attaque répliquait ! Il va sans dire qu’il était impensable d’ajouter que malgré les rodomontades du Hamas, la leçon avait été comprise et les missiles à peu près totalement stoppés. Cela ressemble à la curieuse logique de Régis Debray, toujours présenté comme un « grand philosophe », mais dont le diagnostic psychiatrique d’autisme prononcé à l’encontre d’Israël pour avoir érigé « des murs afin de ne plus voir l’autre »- dixit dans une émission télévisée littéraire de France 2- n’envisage pas qu’il puisse s’agir, pour ce pays, d’une réaliste tactique de défense de sa population après quatre années d’un terrorisme palestinien sanglant au coeur des villes à coups d’hommes-bombes : comme quoi l’autisme peut se trouver partout !

Le même Debray est cautionné par « son ami » Elie Barnavi, comme lui porteur de l’auréole de la bien-pensance gaucho-humanisto-universaliste,- lequel Barnavi partage l’initiative du récent et bruyant Appel à la Raison, dit Jcall car d’esprit obahamien, avec le gratin des intellectuels juifs européens,- lesquels, probablement inquiets de devoir quelque sombre matin s’affronter à l’antisémitisme des médias ou des banlieues, si ce n’est aux deux à la fois, et d’en perdre leur statut alors même qu’ils rêvent de devenir tous des Attali, s’activent à se dédouaner de toute collusion avec la politique officielle israélienne en délégitimant allègrement la démocratie d’un Etat dont les citoyens, d’après eux, seraient immoraux et suicidaires, donc atteints de perversité et de troubles mentaux : voici un enchaînement de faits qui, certes, ne constitue pas du tout un complot, mais désigne fortement une tendance généralisée à céder au mauvais air du temps qui, 65 ans après l’horreur nazie, - désolée, on ne peut pas déjà faire comme si la Shoah n’avait pas existé et la passer sous silence pour ne pas agacer les propalestiniens !-, replace Israël-Etat au centre des obsessions haineuses, et avec lui, bientôt, tout Juif qui, sur Israël, ose opposer les réalités aux fantasmes, la chronologie au discours idéologique, et le contexte historique au « choc des images ».

Comment en suis-je arrivée de « la flottille de la paix » bourrée de collaborateurs du Hamas et du Hizbolla, à une pétition arrogante qui renforce la condamnation systématique d’Israel dans une Europe qu’elle appelle à hurler avec les loups ? Par l’impression que tous ces phénomènes se rejoignent, se conjuguent, sont issus d’un même mouvement souterrain qui, parti de l’Iran vers la Syrie et le Hizbolla avec les conséquences qu’apporta la seconde Guerre du Liban, constatant qu’Israël est militairement indestructible, sème maintenant, via les groupes antisystèmes, anarchistes, tiers mondialistes, et leurs idiots outils, les germes de sa délégitimation : délégitimation essentielle,( la Shoah serait une manipulation, les pionniers sionistes auraient « volé les terres arabes », les juifs ne seraient qu’une religion, à supposer que le peuple juif existe !), juridique,( sa création par l’ONU en 1947 serait artificielle, cet État serait le seul à ne pas se plier aux lois internationales), politique,( il s’agirait d’une entité de type nazi, basée sur un apartheid, dernier vestige du colonialisme), et moral, puisque les termes répétitifs de « massacres », « crimes contre l’humanité », « génocide », ce soir de « barbarie », « pirates », « folie », lui sont exclusivement réservés. Et ce, alors que tout le monde sait ce qu’il feint d’ignorer, à savoir les multiples massacres qui ensanglantent l’Afrique, l’Orient, le Caucase, l’Asie, sans parler des persécutions ethniques en terres musulmanes, du terrorisme menaçant la planète, des tortures et emprisonnements arbitraires infligés aux opposants de régimes comme l’iranien, le syrien, le libyen, le nord-coréen, le chinois, passons-en et des meilleurs ! Mais le bouc émissaire préféré d’une telle hypocrisie généralisée reste très traditionnellement le Juif en son avatar sioniste, - c’est à dire, ironie suprême, non plus le Juif errant, mais l’israélien rentré dans ses pénates ! Comme quoi les prétextes peuvent changer, seul importe le résultat.

Que la Turquie, récemment devenue la grande alliée de l’Iran dictatorial et fanatique, ait mis au point ce piège, ne devrait pas tant nous étonner ; que l’Iran, acculé par l’approche des sanctions liées à sa course à la bombe atomique, cherche par tous les moyens à détourner de lui les feux de la rampe en enflammant Israël, soit à l’une de ses frontières libanaise ou syrienne, soit à présent par la mer, devrait nous être une évidence. Qu’il s’agisse d’un terrorisme qui étend ses tentacules par le biais des groupes propalestiniens occupés, en Occident, à fomenter des boycotts antisraéliens économiques, juridiques, universitaires, à traîner des personnalités officielles israéliennes devant des tribunaux internationaux plus ou moins légitimes, à soulever les opinions publiques par des manifestations de rues, à Paris, Londres, Milan, Madrid, etc..., où l’on entend « Mort aux Juifs » et Israël assassin »à l’ombre des bannières de l’islamonazisme, à en contaminer les campus du même Occident, tandis que la presse et l’Internet se transforment en machines a décerveler et à manipuler contre Israël, -tout ceci devraient nous mobiliser et définitivement nous faire perdre notre incroyable naïveté ! Y compris contre cette partie des citoyens arabes israéliens qui , ayant la chance de jouir de la démocratie du pays qu’ils haïssent, hurlent ce soir au « crime de guerre », exigent que l’ONU condamne en hâte l’éternel coupable de tout ,et s’adonnent à leurs habituelles menaces mégalomaniaques. (Le cheik islamiste Sala’h était, d’après sa famille, ce matin, mort sur le bateau, puis, à midi, blessé, sans qu’elle puisse le localiser, et ce soir, enfin, il s’avère qu’il a toujours été sain et sauf : voici un petit paradigme de la fiabilité des discours des ennemis d’Israël.)

Comme toujours, la majorité des médias israéliens, politiquement corrects, nous a promis toute la journée des lendemains qui tremblent. Pour ma part, je considère qu’Israël ne peut se permettre de céder sur aucun des droits inhérents à sa souveraineté. Et que tout bateau, baptisé ou pas « humanitaire », doit être repoussé avec détermination. Mon souci est pour nos soldats qui nous permettent de vivre et de dormir normalement malgré les incessantes tentatives terroristes à toutes nos frontières. Mon mépris va à ce groupe de donneurs de leçons aux étiquettes angéliques et aux effets mortifères, plus encore quand il s’agit de Juifs qui connaissent, ou devraient connaître, la condition existentielle de leur peuple et n’hésitent pourtant pas à l’affaiblir au nom de leurs opinions, si ce n’est de leurs intérêts. Mais j’avoue que ce qui continue à me sidérer, c’est l’hypocrisie exponentielle de l’ensemble de nations qui ont pratiqué ou, pis, pratiquent actuellement, impunément, la tyrannie et le meurtre de masse, et le dénient en l’attribuant à Israël !

En fin de compte, être appelé barbare par les barbares n’est-il pas un subtil honneur ?

 

flotille

Partager cet article
Repost0
11 juin 2010 5 11 /06 /juin /2010 09:36

 

http://www.desinfos.com/spip.php?page=article&id_article=19089

Canal + et la société de production TAC PRESSE viennent d’être condamnés pour diffamation à l’encontre de Philippe Karsenty pour le reportage que la chaîne cryptée a diffusé le 24 avril 2008.

vendredi 11 juin 2010


 
Les juges ont considéré que les propos tenus dans le reportage de Canal + « visent incontestablement  » Philippe Karsenty et « lui imputent d’utiliser Internet pour manipuler l’information afin de servir les intérêts de groupes extrêmes, particulièrement radicaux ». Les juges affirment que « le fait imputé à Philippe Karsenty de falsifier l’information afin de dénigrer Charles Enderlin et nuire à sa carrière, dans le cadre d’un mouvement d’opinion extrémiste et radical, et de répandre ainsi une rumeur ne reposant sur aucun élément tangible porte incontestablement atteinte à l’honneur et à la réputation de Philippe Karsenty ».

Ils ajoutent : «  Les pièces versées aux débats démontrent un manque d’objectivité exclusif de la bonne foi alléguée, en établissant que Stéphane Malterre [l’auteur du reportage] était en possession de tous les éléments ayant suscité, au niveau international, le doute sur la réalité de la scène de la mort de Mohamed al Doura, qui ne sont même pas évoqués dans le reportage ; étant précisé que lors de la diffusion litigieuse du 24 avril 2008, l’intégralité de ces éléments avaient été rendus publics pour avoir été débattus devant la 11ème chambre de la cour d’appel de Paris, le 27 février 2008.  »

Le Tribunal poursuit : « Participe du manque d’objectivité la mise en cause de Philippe Karsenty, comme chef de file de la « croisade » conte Charles Enderlin, sans fournir le moindre élément quant à l’évolution de sa position initiale au regard des déclarations du journaliste et du caméraman puis la directrice de France 2… ».

Les juges concluent « Dans ces conditions, au regard du choix du sujet en cause pour illustrer le propos de l’émission et du traitement de celui-ci, la légitimité du but poursuivi n’est pas établie et, en tout état de cause, les défendeurs [Canal + et TAC PRESSE] ne justifient pas de la fiabilité de l’enquête nécessaire à l’admission du fait justificatif de la bonne foi.

 

En conséquence, Philippe Karsenty est recevable et bien fondé en son action. »

Bertrand Méheut, la SA Canal + et la société TAC PRESSE sont condamnées in solidum.

 

 

Philippe Karsenty déclare : «  Par ce jugement, la justice française vient à nouveau palier les manquements de nombreux médias français.

Canal + avait diffusé un documentaire de 52 minutes réalisé par la société TAC PRESSE le 24 avril 2008 mettant en parallèle les révisionnistes des attentats du 11 septembre et ceux qui s’opposent à France 2 et Charles Enderlin dans le cadre de l’affaire al Doura, au premier rang desquels j’étais représenté en grand orchestrateur de la manipulation.

Pour mémoire, France 2 avait diffusé le 30 septembre 2000 un reportage de Charles Enderlin semblant montrer la mort d’un enfant palestinien, Mohamed al Doura, dans les bras de son père. En fait, le reportage de Charles Enderlin était une pure et simple mise en scène ; ce que la décision de la cour d’appel de Paris du 21 mai 2008 m’autorise à l’affirmer.

J’aurais pu laisser passer le reportage de Canal + sans réagir, au nom de la liberté d’expression. C’est ma tendance naturelle.

Néanmoins, j’ai porté plainte contre Canal et TAC PRESSE parce que leur documentaire n’était ni anodin, ni innocent puisqu’il a été diffusé le 24 avril 2008 alors que le verdict du procès qui m’opposait à France 2 et Charles Enderlin était attendu un mois plus tard, le 21 mai 2008.

Ce film, et sa programmation par Canal +, auraient pu peser sur le cours de la justice si les juges de la cour d’appel de Paris s’étaient laissés influencer.

Je ne pouvais donc laisser passer ce documentaire diffamatoire sans réagir.  »

Isabelle WEKSTEIN avocat de Philippe KARSENTY se félicite de cette excellente décision : « Notre argumentation a été largement suivie. Le Tribunal retient la diffamation pour cinq des six passages poursuivis. Les juges considèrent notamment que l’accusation de manipulateur de l’information imputée à Philippe Karsenty pour servir d’obscurs intérêts extrémistes et radicaux porte atteinte à son honneur et à sa considération. Il est intéressant de relever que Le Tribunal tient à rappeler l’existence d’éléments ayant suscité au niveau international, le doute sur la réalité de la scène de ma mort de Mohamed Al Doura ».

Voici 3 liens permettant de visionner le reportage diffusé par Canal + qui vient d’être jugé diffamatoire :

 

1ère partie <http://www.dailymotion.com/video/x5kc44_rumeurs-intox-les-nouvelles-guerres_news>

2ème partie <http://www.dailymotion.com/video/x5kd1c_rumeurs-intox-les-nouvelles-guerres_news(la section qui concerne l’Affaire al Dura commence à la 19ème minute de cette deuxième partie et se prolonge dans la suivante)

3ème partie <http://www.dailymotion.com/video/x5kdk3_rumeurs-intox-les-nouvelles-guerres_news>

 

Pour mémoire, le reportage de Canal + jugé diffamatoire affirme que Philippe Karsenty :

- « est un faussaire de l’information » ;

- « fait pression sur les journalistes pour qu’ils s’autocensurent » ;

- « manipule l’information pour servir des intérêts politiques inavouables et condamnables qui n’ont rien à voir avec la manifestation de la vérité  » ;

- « se sert du réseau mondial d’Internet pour induire en erreur, falsifier et travestir des faits afin de servir « une cause » et pour compromettre la réputation acquise d’un journaliste afin de lui nuire, en propageant une idéologie condamnable » ;

- « a violemment et massivement insulté le journaliste Charles Enderlin  » ;

- « a des opinions politiques extrémistes au nom desquelles il se permet de remettre en cause les dires d’un journaliste » ;

- « est à la tête d’un mouvement d’opinion et de lutte ayant pour seul objet de nuire à Charles Enderlin et à sa carrière  » ;

- « utilise toutes sortes de stratagèmes et autres procédés bas et déloyaux pour parvenir à ses fins  » ;

- « répand sur le réseau mondial d’Internet de fausses informations, de fausses images et de faux documents » ;

- « dénigre un journaliste respecté et respectable sans avoir la moindre preuve de ses dires » ;

- « est un membre actif et partisan d’une doctrine politique aux conséquences immodérées » ;

- « force les journalistes à faire de la délation de leurs confrères, à tout le moins de retenir leurs propos » ;

- « menace les journalistes afin de les empêcher de divulguer certaines informations ».

Partager cet article
Repost0
9 juin 2010 3 09 /06 /juin /2010 18:35

 

 

 

 

Fauxtographie: Reuters fait disparaître un autre couteau et une mare de sang ?

philosemitismeblog

Reuters manipule les photos façon Palywood ? encore une photo retouchée ! Décidément cela devient une marque fabrique !
Reuters n'aime pas les pacifistes terroristes !
Article de la première photo retouchée
>Encore une manipulation de Reuters sur une photo de l'agression d'un soldat par les terroristes de la flottille
Une deuxième photo "recadrée" ?
Pour les explications et les liens voir little green footballs Another Cropped Reuters Photo Deletes Another Knife - And and a Pool of Blood
La photo version Reuters:
La photo telle qu'elle figure sur le site de l'association islamiste turque IHH (avec couteau et mare de sang):
Disparition
Reuters prend parti
Par ABE SELIG 
08.06.10

 

http://fr.jpost.com/servlet/Satellite?cid=1275377888430&pagename=JFrench/JPArticle/ShowFull

La blogosphère est en émoi. Lundi, des allégations selon lesquelles l'agence de presse Reuters aurait coupé des détails embarrassant sur des photos relatives à l'incident de la flottille pour Gaza, ont été mises à jour.


PHOTO: IDF , JPOST

Les images, publiées la veille dans le quotidien turc Hürriyet, montrent un soldat de Tsahal, ensanglanté, assailli par des activistes du Mavi Marmara. Mais quand les photos sont publiées par Reuters, les blogueurs crient immédiatement au scandale. Les images ont été délibérément rognées. Sur l'une des images, le couteau a été supprimé, sur une seconde, du sang a disparu.

Charles Johnson, fondateur du blog qui a pris note de ces différences s'indigne. "La majorité des gens considèrent que la présence du couteau est fondamental pour la compréhension du contexte. Il existe une énorme controverse autour de la question des armements des militants. Recadrer une photo de façon à supprimer le couteau semble une politique éditoriale très étrange !"

Dimanche, une autre photographie recadrée fait la vedette. Cette fois elle met en scène un des commandos mis à terre sur le pont du Mavi Marmara et des passagers, debout au-dessus de lui. Un couteau-scie est clairement visible dans la main de l'un des passagers, tandis que du sang coule sur l'une des rampes du navire. Cependant, sur le plan publié par l'agence internationale de presse, aucun de ces détails n'est visible. "Une fois, ce peut être une marque d'incompétence ou de négligence", admet Johnson. "Deux fois, cela prouve que quelqu'un chez Reuters, coupe délibérément ces détails."

Partager cet article
Repost0
8 juin 2010 2 08 /06 /juin /2010 09:02

Fort décevant Daniel Pipes, qui ne fait que rabacher et tirer de vieilles ficelles qu'on a bien fini par entendre sans amener un seul point un tant soit peu innovant. Les erreurs permettent, soit de condamner indistinctement, soit d'en tirer des enseignements profitables, même à grands frais. Daniel Pipes a choisi de demeurer  descriptif, constatatif, elliptique, de rejeter la faute sur les cercles dirigeants et d'appeler cela "stratégie".

 

 

 

http://fr.danielpipes.org/blog/2010/05/flottille-de-la-liberte-gaza

Partager cet article
Repost0
6 juin 2010 7 06 /06 /juin /2010 21:53

 

 

MISE EN SCENE REUSSIE POUR NOURRIR LE MENSONGE DE L’OPRESSION DES GAZIOTES

 

Par Maître Bertrand Ramas-Muhlbach

 

pour http://lessakele.over-blog.fr et www.aschkel.info 

 

 

Ce 6 juin 2010, c’est le cargo portant le nom « Rachel Corrie » (américaine tuée dans la bande de Gaza en 2003), affrété par une organisation irlandaise qui a été intercepté par la marine israélienne au large de la bande de Gaza. Le Ministre des  Affaires étrangères Avigdor Liberman avait effectivement prévenu deux jours plutôt qu’il n’était pas question pour ce navire d’accoster, la bande de Gaza étant placée sous embargo. Ce bateau, qui devait en fait accompagner la flottille humanitaire internationale arraisonnée ce 31 mai 2010, transportait à son bord de l’aide humanitaire et des passagers de marque : l'Irlandaise Mairead Maguire, 66 ans, prix Nobel de la paix et un ex-haut responsable de l'ONU, Denis Hallida. L’opération s’est déroulée sans violence quand bien même le navire a, dans un premier temps, refusé d’obtempérer.

Cette nouvelle opération participe en fait d’une campagne  parfaitement mensongère, destinée à installer dans les esprits qu’Israël est responsable du cycle de violence au proche Orient, qu’il opprime le peuple palestinien et qu’il s’oppose à la création de deux Etats pour deux peuples. Les thèmes de la presse internationale au cours de cette première semaine du mois de juin 2010, n’ont laissé planer aucun doute sur la question. Il en est par exemple ainsi de « l’assaut par l’armée israélienne contre la flottille de la liberté », de « l’attaque d’un convoi humanitaire interdit par le droit international », de « l’appel des députés européens à lever le blocus de la bande de Gaza » (élément fondamental, indispensable et nécessaire du processus de paix israélo-palestinien), de « l’impossibilité de s’approvisionner pour l’un des territoires les plus densément peuplés de la planète où 80% de la population vit en dessous du seuil de pauvreté et qui ne vit que de l’aide internationale » (L’Union Européenne apportant la plus grande contribution), de l’interdiction d’y faire entrer du ciment indispensable pour construire (ou plutôt reconstruire) des bâtiments comme des logements, des hôpitaux ou des écoles. Ont également été abordés « la situation inhumaine, contraire au droit humanitaire » (d’autant plus intolérable qu’une proportion de 50 % de la population à Gaza est constituée d’enfants qui ne sont pour rien dans le conflit,) « la violence israélienne qui entretient la violence, la peur et la révolte et favorise les extrémistes », voire encore le cas des « victimes tuées par balles à bout portant » (alors que le bateau turc naviguait dans les eaux internationales). 

L’assaut israélien apparait donc comme un nouvel acte terrible, une tragédie qui s’ajoute à celles qui ont lieu depuis 62 ans alors que le peuple palestinien de Gaza ne demande qu’à vivre, à exporter ses produits (il ne s’agit pas des roquettes qassam et autres missiles sur le territoire israélien), à faire grandir et à éduquer ses enfants (non pas dans la haine des juifs). Le chef de la diplomatie de l’union européenne Catherine Ashton a alors réclamé le lancement d’une enquête internationale sur les actes de ces commandos israéliens disproportionnés par rapport à la défense des victimes pacifistes, qu’ils avaient les moyens de neutraliser sans tuer. De même, le Ministre français  des Affaires Etrangères Bernard Kouchner s’est déclaré « profondément choqué par les conséquences tragiques de l’opération militaire israélienne » tout en condamnant « l’emploi d’une telle violence » et en appelant une réponse politique urgente pour solutionner la situation intenable à Gaza.

La solution qui apparait aux yeux de tous consiste alors à mettre fin à cette spirale de  violence, à lever immédiatement et de façon inconditionnelle ce blocus qui permettra enfin la mise en place de deux Etats voisins indépendants et souverains.

Israël est une nouvelle fois discrédité sur la scène internationale par sa violence et son obstination à refuser l’évidence pendant que la Turquie incarne désormais le leader progressiste du monde musulman qui soutient la cause palestinienne tout en alliant tradition et modernité, laïcité et respect des valeurs religieuses. Il n’a donc pas été question cette semaine, de parler de l’occupation du Nord de Chypre par les forces turques, de la dévastation par l’armée turque de multiples sites archéologiques et religieux, de l’emprisonnement de centaines de chypriotes qui ont disparu dans les prisons turques, ou encore de l’édification par les autorités turques d’un mur coupant l’ile en deux parties. De même, comme la violence est du côté israélien, l’appel du mouvement islamiste palestinien à l’endroit des arabes et des musulmans à un soulèvement devant les ambassades d’Israël, a été évoqué comme une simple réponse symbolique à ce déferlement de violence israélienne. Il est même apparu normal qu’à Istanbul, on entende les fidèles à la sortie de la mosquée scander «  A bas israël », « vas t en de la Palestine », « vive l’intifada globale », « fermeture de l’ambassade sioniste », pendant que le Président turc Abdullah Gul déclarait que les relations entre la Turquie et Israël ne seraient plus jamais les mêmes.

De même, il est fait le moins de publicité possible sur les combats qui ont lieu depuis quelques jours dans le centre du sinaï, et qui opposent les forces égyptiennes aux combattants des tribus bédouines qui font passer des armes pour al quaida dans tout le moyen orient et bien évidemment, à destination du Hamas de la bande de Gaza.

Ainsi, les gaziotes sont présentés comme doublement punis, par le bourreau israélien d’une part, et par la répression locale mise en place par le mouvement Hamas. A aucun moment il n’est évoqué le choix démocratique des gaziotes pour ce mouvement (Hamas) qui appelle à la destruction d’Israël, et qu’ainsi ils ne sont pas les victimes d’une oppression politique qui les dépasse mais bien les acteurs de sa mise en place.

En réalité, si le programme politique du Hamas a pour unique objectif la destruction de l’entité juive au moyen de la guerre, avec un emploi matériel et humain de toutes les forces, les énergies les potentialités pour mener à bien cette mission dont la dimension est religieuse, les raisons en sont multiples.

Il a tout d’abord les raisons matérielles puisque le nombre de palestiniens vivant sur la bande de Gaza exige la conquête des terres de l’Etat hébreu. Par ailleurs, la motivation est géopolitique puisqu’il est impossible de créer un Etat palestinien avec une enclave coincée entre le territoire égyptien et l’Etat juif. Le combat s’inscrit également dans une logique religieuse puisque dans la vérité de l’Islam, la religion de Mahomet doit embrasser le monde, les juifs étant pour leur part maudits par le Ciel. Enfin, il y a une raison qui tient à la fierté dans la mesure où les palestiniens sont nés avec la Charte palestinienne de 1968 qui a, pour la première fois mentionné le peuple arabe palestinien en modifiant celle de 1964. or, si les palestiniens renonçaient à l’objectif consistant dans la libération de la Palestine, cela reviendrait à admettre qu’ils se sont trompés depuis 62 ans et qu’ils doivent oublier ce qu’ils nomment « leurs droits ».

Les palestiniens se verraient alors contraint d’agir comme de nombreuses personnes qui résident en pays musulmans, à savoir quitter l’endroit qu’ils occupent pour aller vivre dans les pays occidentaux où la vie est sensiblement plus confortable en terme de revenus, d’accès aux soins, ou encore de liberté d’expression… En bref, ils devraient tout bonnement quitter ce petit bout de terre qui n’est autre que la porte d’entrée de leur rêve.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis