Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
4 juin 2010 5 04 /06 /juin /2010 07:56

 

On reconnaîtra là le portrait de la classe politique française et européenne, démagogue et penchant toujours dans le sens de l'opinion, à commencer par sa diplomatie, par opposition au comportement mesuré de l'Administration américaine, pour une fois. 

 

http://philosemitismeblog.blogspot.com/2010/06/

JEUDI 3 JUIN 2010

Condamner Israël d'abord et poser des questions après (peut-être)
Source: article de Stephen Pollard dans Jewish Chronicle (Gaza analysis: These were not 'peace protesters')

C'est déprimant, mais pas le moins du monde surprenant, que l'attitude universelle à l'égard d'Israël est comme toujours de "condamner d'abord et poser des questions après (voire pas du tout)". 

A en juger par la couverture médiatique de ce qui s'est passé la nuit dernière, on dirait que l'armée israélienne a attaqué pour le plaisir d'attaquer un groupe de militants de la paix sans défense, en tirant au hasard et en se comportant comme des barbares. 

Les détails complets de ce qui s'est passé doivent encore être établis. Mais ce que nous savons c'est que les autorités israéliennes ont d'abord invité la flotille à décharger sa cargaison dans un port afin de vérifier qu'il ne contenait pas de produits interdits. Lorsque la demande a été repoussée, Tsahal a averti qu'elle ne devait pas poursuivre leur course. Cette demande fut également ignorée. Les soldats ont alors abordé les navires, et c'est à partir de ce moment qu'on ne sait pas qui a agit en premier. Tsahal a dit que les soldats avaient été attaqués, ceux à bord du navire donnent une version opposée. Mais au fur et à mesure que les faits sont connus, plus il devient clair - et c'est un euphémisme - que les militants de la paix n'étaient certainement pas des âmes pacifiques prises au dépourvu par l'intervention de l'armée israélienne. 

Parce qu'ils ne sont pas des pacifistes inoffensifs mais des militants anti-israéliens purs et durs. A leur départ de Chypre, ils ont été filmés en chantant des chansons à la gloire de l'intifada et en applaudissant au massacre des Juifs. Et parmi les groupes, le plus important, est l'organisme de "bienfaisance" turc 
IHH, qui a des liens inextricables avec le Hamas et soutient des groupes jihadistes radicaux. [...]" (Le chef du Hamas aux Pays-Bas est un organisateur de la flotille anti-israélienne)
Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 23:23

 

flotille

 

 

 

La flottille, la réalité et la politique-fiction 
02/06/2010 
Weiner Reid Justus, Steven Aiollo, et Zachary D.Lewis 

jcpa-lecape.

Les informations successives diffusées par les chaines de radio et de télévision et les manchettes de la presse internationale ont braqué l'attention sur "la violence et la disproportion" du raid de la marine israélienne  contre la "flottille de liberté" au large de Gaza.

Les reportages qui ont précédé les contacts entre les forces de la marine israélienne et les activistes du mouvement (FGM) de la flottille demeurent controversés. Mais derrière l'écran de fumée et le tintamarre médiatique  se cachent des accusations portant sur les véritables « luttes » des Gazaouis et les réalités sur le terrain.

Contrairement aux idées perçues, la vie quotidienne dans la bande de Gaza est loin d’être un enfer sur terre. En fait, « les activistes » cherchent à acheminer des tonnes de matériaux et de produits inutilement et sans fondement, et il s’agit bien d’une provocation humanitaire frauduleuse. Cet article démontre a l'appui de  preuves basées sur des faits que la situation a à Gaza est bien différente sur le terrain et il réfute les allégations et les manipulations selon lesquelles il existe une « crise humanitaire ».

L'utilisation  des tunnels de contrebande et la quantité incroyable d’aide qu'ils peuvent avoir accès, rejette  tout besoin humanitaire  dont celle d'une "flottille pacifiste".

Contrairement au mythe répandu affirmant que la bande de Gaza est « un territoire dont la population est la plus dense de la planète ». Nous avons fait la comparaison avec d'autres villes dans le monde et les résultats sont éloquents. On  constate selon le "Statistical Abstract of the United States" de 2009, que la densité de la population de la bande de Gaza est de 11,165/par km ²carré. Mais par contre et d'une manière significative, les agglomérations suivantes ont une densité de population beaucoup plus élevée : Monaco (42,690/par km², Singapore (17,751) Hong Kong (17,536) et Macao avec une densité de population  de 51,786 – près de cinq fois plus que la bande de Gaza.

Selon un rapport de la "CIA World Factbook", la population Gazaouie est relativement en  bonne santé et instruite. En 2009, l’espérance de vie était de 73.42 ans, supérieure à la Russie (66.03), les Bahamas (69.92) l’Inde (66.09), l’Afrique du Sud (48.98) l’Egypte (72.12) et l'âge de la moyenne mondiale de 66.12. De même, à Gaza le taux de mortalité infantile est inférieur (18.35/1000 naissances vivantes) que la Chine (20.25), que l’Egypte (27.26) que l’Iran (35.78), l’Afrique du Sud (44.42) l’Inde (50.78) et que la moyenne mondiale qui est de 44.13.

En ce qui concerne l’alphabétisation à Gaza et contrairement aux articles de la presse condamnant Israël et brossant un tableau sombre et sans avenir, le chiffre est impressionnant, il atteint  les 92.4%, un taux qui est beaucoup plus élevé que celui de l’Inde (61%) l’Egypte (71.4%) l’Arabie Saoudite (77.8%) et la moyenne mondiale de 82%.

Les restrictions et les sanctions imposées aux  frontières avec l’Egypte et  Israël ont créé une économie souterraine par le biais  d'une infrastructure de tunnels utilisés pour la contrebande de marchandises  entre Gaza et l’Egypte. On aurait pu croire tout naturellement que ces tunnels acheminent surtout des produits alimentaires de base, eh bien, pas nécessairement… A travers ces "étroits tunnels" on achemine des armes, des cigarettes, de la drogue, et des prostituées... Ces marchandises  sont destinées à des toxicomanes affamés, et non à un peuple mal nourri.

Pour être tout à fait précis, il est vrai que toutes les marchandises importées via les tunnels ne sont pas si petites. Le 7 avril 2010, la BBC a  diffusé un reportage intitulé, « le commerce florissant de contrebandiers de nouvelles voitures dans les tunnels de Gaza". Au moment où des ONG s'alarment et lancent des appels pour récolter des fonds pour contribuer à « la crise humanitaire imminente », il semble, que certains Gazaouis se préoccupent en priorité d'approvisionner la population de voitures neuves…Un homme d’affaires, Ahmed Bahaloul, a même déclaré "Je suis en détresse, je souhaite obtenir une nouvelle voiture et je n'en trouve pas à Gaza. Que puis-je faire? Je veux à tout prix changer mon ancienne voiture. » Faisant écho à cette déclaration, le concessionnaire des voitures Mercedes à Gaza city a condamné le blocus d’Israël en déclarant avec superbe : « Israël a empêché d’importer de nouvelles voitures… nous sommes actuellement dans un vrai désastre. » 

Une fois encore, rappelons des faits: les Gazaouis continuent à bénéficier d’un niveau d’aide et de soutien sans précédent. Ainsi, les Palestiniens sont les bénéficiaires des plus importants per capita pour l'aide étrangère. Les chiffres sont bouleversants. Depuis 1993, les Palestiniens ont reçu plus de 1.3milliard de dollars d’assistance économique américaine via seulement les projets USAID. L’institut de Washington pour la nouvelle politique du Proche-Orient a souligné qu’en 2002, sur la base des prix actuels ; les Palestiniens en Cisjordanie et à Gaza ont reçu plus de deux fois le montant de l’aide en dollars américains que celle prévue par le plan Marshall pour les quatre années qui ont suivi la Seconde Guerre mondiale. De 2005 à 2010, la Banque mondiale a versé plus de 270 millions de dollars aux territoires palestiniens dont la majorité de ces fonds a été destinée à Gaza. Pour comparaison, Haïti ; le pays le plus pauvre dans l’hémisphère occidental a reçu moins de la moitié soit 126millions de dollars pour la même période. Haïti, qui vit nul le doute une « crise humanitaire grave » a reçu financièrement moins que la moitié de ce qui a été versé à la Cisjordanie et à Gaza. Ceci malgré le fait que la population de Haïti est trois fois plus grande que celle de Gaza.

Israël a également déployé des efforts considérables pour assurer le bien être des résidents de la bande de Gaza. Il a fondé une infrastructure efficace de coordination et liaison (ACL) où les représentants des forces de l’armée israélienne  et des ministères  travaillent jour et nuit pour protéger l’accès et l'acheminement de produits de base, de médicaments et des sources d’énergie.

La réalité  de la situation  à Gaza est mise en évidence par le fait que les contrebandiers mettent l’accent sur la contrebande de matériel au lieu de se préoccuper des produits alimentaires nécessiteux.

En analysant les faits nous pouvons affirmer catégoriquement qu’il n’y a pas de crise humanitaire à  Gaza et il est évident que les activistes de « la flottille de liberté » recourent à des procédés malhonnêtes et induisent gravement en erreur les médias, les chancelleries et les donateurs d'ONG. Se faisant passer pour des défenseurs des droits de l’Homme, ces " activistes" mettent en évidence et au devant de la scène leur propre politique radicale en se moquant éperdument du bien être du peuple palestinien. Ils sont capables de sacrifier n'importe quoi et à n'importe quel prix et moyen pour pouvoir délégitimer Israël.

En conclusion, les « activistes » de la « Flottille de liberté » et leurs partisans ont choisi un combat de politique-fiction.
 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 09:09

 

 

Source : Causeur
 
Gaza : piège en eaux troubles

Humanitaires contre inhumains ? Hum

Gil Mihaely

Publié le 2 juin 2010 

Comme d’habitude quand il s’agit du conflit israélo-palestinien, l’émotion semble interdire tout calme examen des faits. Il s’agit donc de tenter de comprendre ce qui s’est passé et surtout de recenser les différents choix qui étaient offerts aux décisionnaires israéliens. Après quoi, ceux qui le souhaitent auront tout loisir pour condamner et faire part de leur profonde indignation.

Il faut partir du blocus israélo-égyptien imposé à Gaza avec le soutien de la Communauté internationale depuis qu’en 2007 le Hamas a pris le contrôle du territoire et refuse avec constance d’accéder aux exigences minimales de la Communauté internationale – reconnaissance d’Israël, renoncement à la lutte armée, acceptation des accords d’Oslo.

Dès lors qu’Israël et l’Emirat de Gaza (c’est ainsi qu’à Ramallah on nomme le gouvernement du Hamas) sont en état de guerre, cette mesure sévère voire draconienne – mais tout de même moins que des bombardements – peut se comprendre. Quant à son utilité et à la capacité d’Israël de l’appliquer dans l’état actuel de son crédit diplomatique international, j’émets des doutes que je réserve pour un autre article.

Israël a donc décidé de bloquer la libre circulation des personnes, capitaux et marchandises vers une entité déclarée hostile et qui ne manque pas une occasion d’en donner des preuves détonantes. Par-dessus le marché, Israël prend la décision de concert avec l’Egypte, sans laquelle un tel blocus serait impossible.

Côté aérien, pas de problème particulier pour le moment. Mais si l’on examine les dimensions terrestre et maritime, c’est un vrai casse-tête. Si Israël parvient à boucler presque hermétiquement sa frontière avec la bande de Gaza, les douze kilomètres de frontière avec l’Egypte sont loin d’être étanches. Entre la misère de la troupe égyptienne – véritable prolétariat militaire -, les tensions avec les tribus bédouines du Sinaï et la culture du bakchich, les capacités du Caire dans ce domaine sont restreintes.

Mais c’est le blocus maritime qui, faute d’obstacle naturel, se révèle le plus compliqué à mettre en œuvre et les “flottilles humanitaires” – terme désormais consacré – savent parfaitement exploiter cette faiblesse. Les marines modernes sont faites pour régler les problèmes de loin, très loin, et l’abordage des navires ennemis a longtemps été réservé aux films d’époque, jusqu’au détournement en 1985 du paquebot Achille Lauro par le FPLP. Puisqu’il est hors de question de couler un navire qui ne vous tire pas dessus à l’artillerie, dans le cas où un vaisseau ignorerait les ordres de la marine imposant le blocus, les options de cette dernière sont limitées : laisser passer, endommager la capacité de manœuvre du vaisseau ou bien l’aborder pour en prendre le contrôle.

Le premier choix a un avantage : zéro risque. Mais l’inconvénient, c’est que l’autre côté gagne doublement la partie : la première fois avec son entrée triomphale dans le port de Gaza, la deuxième lorsqu’il quitte Gaza – avec le risque par exemple d’une exfiltration de Gilad Shalit vers des pays où il sera hors de portée de Tsahal. Il faut ajouter que cette option – “laissons-les passer et ils se lasseront quand les médias s’en désintéresseront” – a été testée sans le moindre effet et que l’Egypte s’y est formellement opposée.

Endommager les navires et les empêcher de manœuvrer (en neutralisant les hélices par exemple), c’était perdre le contrôle de la situation. À la dérive, les vaisseaux auraient pu, au fil des jours, devenir les héros d’un long feuilleton, aggravé de risques supplémentaires, comme l’intervention d’autres navires ou une urgence médicale à bord. La seule option raisonnable était donc l’abordage.

Une fois choisi le modus operandi, il fallait décider de l’heure et de l’endroit de l’intervention. Il fallait commencer l’abordage loin des côtes pour empêcher un scénario d’accostage pendant l’opération. Deuxième contrainte : agir la nuit pour jouer sur l’effet de surprise et bénéficier de l’avantage des appareils de vision nocturne. C’est pourquoi la deadline pour l’intervention se situait environ une heure avant l’aube. La flottille se trouvait à ce moment-là à 70 milles nautique de Gaza, soit à quatre heures de navigation de sa destination. Attendre aurait signifié agir en plein jour et peut-être trop près des côtes.

Restait à définir les règles d’engagement. L’expérience de précédentes flottilles laissait penser que les militants qui se trouvaient à bord étaient plutôt non-violents. Aussi les commandos ont-ils reçu l’ordre de se comporter en CRS plutôt qu’en gendarmes du Raid. C’est peut-être aussi la raison pour laquelle des grenades lacrymogènes n’ont pas été utilisées : s’il s’agissait de déloger du pont quelques manifestants opposant une résistance passive, pourquoi risquer des problèmes respiratoires chez les gens âgés présents à bord ? À trop vouloir rendre proportionnelle l’usage de la force, les militaires israéliens ont été rapidement débordés et se sont retrouvés en danger de mort. Pire encore, profitant de la pagaille, des militants auraient pu s’emparer d’un soldat blessé ou isolé et le prendre en otage en s’enfermant dans une cabine. Dans les autres cinq vaisseaux de la flottille, l’approche “CRS” du problème a montré son efficacité. Il ne faut pas oublier non plus que les hommes de cette même unité ont déjà abordé et pris le contrôle de navires utilisés par des trafiquants d’armes sans causer de pertes. Le problème était donc bien le passage d’un mode CRS/manifestants au mode commando/terroristes.

Pour autant, il n’est pas si facile de parer à ce genre d’éventualité quand le parti d’en face peut, lui, jouer sur les deux tableaux ? Le militant humanitaire pacifiste peut s’armer de couteaux, de haches ou de barres de fer pour redevenir simple activiste de droits de l’homme une fois les armes lâchées. Ceux qui admettent que le Hamas n’a pas complètement raison et qu’Israël n’est pas à 100 % dans son tort feraient bien de réfléchir à cette question.

 

 

Partager cet article
Repost0
3 juin 2010 4 03 /06 /juin /2010 08:06

 

Merci à Danilette ! 

 

 

 

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 22:02

 

 

Edition spéciale –Flottille de la « paix » : Questions-réponses 
Mercredi 2 juin 2010

1- La caution humanitaire ?

Le propriétaire du navire sur lequel se sont produits les incidents, le Mavi Marmara est une ONG turque l’IHH (Insani Yardim Vakfi, "le fonds humanitaire de soutien"). Un rapport du Centre d'Information sur les Renseignements et le Terrorisme daté du 26 mai 2010, soit 5 jours avant l’incident est consacré à l’ IHH, le titre de ce rapport est le suivant : « IHH, qui joue un rôle central dans l'organisation de la flotte vers Gaza, est un fonds de secours humanitaire turc à orientation anti-occidentale islamique radicale. En plus de ses activités philanthropiques légales, il soutient des réseaux islamiques radicaux, y compris le Hamas et, du moins dans le passé, des éléments du jihad mondial. » Lire le rapport complet du CIRT sur l IHH.

 « L'orientation d'IHH est radicale islamique ainsi que anti-américaine et l'organisation est proche des Frères Musulmans (le mouvement-mère du Hamas). » Lire ou relire la Charte du Hamas.

Une organisation controversée à l’origine de la flottille pour Gaza  article de France 24 du 2 juin 2010

2-Le comportement des forces armées ?

Le Président de l’Etat Shimon Peres a exprimé sa fierté mardi 1er juin, aux soldats de la marine qui ont participé à l’arraisonnement des navires de la flottille de Gaza et qui ont agi de manière inhabituellement humaine.
« Pourquoi ont il été battus ? Car ils ne voulaient tuer personne. Toute autre armée aurait sortie son arme et tiré. Ici nous avons vu des soldats exemplaires qui ont préféré être blessés eux-mêmes plutôt que de blesser qui que ce soit d’autre. » 

Les passagers du Mavi Marmara attaquent l’armée israélienne avant que les soldats montent à bord. (Vidéo)

 

Armes découvertes sur le Mavi Marmara (Photo : Porte-Parole de Tsahal)

3 – La légalité du blocus martime

 Un blocus maritime est engagé sur la côte de Gaza. Ce blocus est imposé car une situation de conflit armé existe entre Israël et le régime du Hamas qui contrôle Gaza et qui bombarde constamment des cibles civiles dans le sud d'Israël avec des armes clandestinement acheminées aussi par voie maritime.

Le blocus de Gaza est une mesure légitime et reconnue par le droit international en cas de conflit armé.

Au vue de l'intention publiquement déclarée des participants de la flottille de violer le blocus naval, Israël a exerce son droit conformément à la loi internationale qui l’autorise à le faire respecter.

4-Désastre humanitaire ?

En dépit des attaques du Hamas …

 Sans tenir compte des attaques du Hamas, Israël maintient un corridor continu pour faire circuler l’aide internationale pour le transfert des denrées périssables et emballées à destination de Gaza. Ce couloir humanitaire est utilisé par des organisations internationales reconnues par les Nations Unies et la Croix-Rouge.

Plus d’un million de tonnes de marchandises humanitaires ont pu pénétrer à Gaza via Israël ces 18 derniers mois soit environ une tonne d’aide pour chaque homme, femme ou enfant de Gaza.

 Les denrées alimentaires et autres fournitures sont expédiées par Israël à Gaza six jours sur sept soit par l’intermédiaire d’organisations internationales soit par le biais du secteur privé…
Lire la suite

      
 
 

Voir le Myth and Fact (en anglais)

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 14:59

 

 

Source : CICAD

Arraisonnement de la «flottille au secours de Gaza» – L'ASI demande des éclaircissements sur les événements et réfute toute condamnation unilatérale d'Israël


Communiqué de presse de l'ASI, publié hier:

«L'Association Suisse-Israël (ASI) s'étonne de la condamnation immédiate irréfléchie d'Israël.

Avant d'attribuer la faute d'avoir arrêté la "flottille au secours de Gaza" aux forces armées israéliennes, il importe d'examiner tous les éléments en présence. Il n'est par exemple pas encore établi que c'est l'armée israélienne qui a initié le recours à la force. Il est encore souhaitable de tenir compte des faits suivants:

1. Depuis des semaines, le gouvernement israélien propose de prendre en charge et de distribuer lui-même les marchandises apportées par la flottille, et avertit des graves conséquences qu'aurait toute tentative de forcer le blocus naval. Il est connu de chacun que le blocus a pour but de prévenir toute contrebande d'armes. La réaction armée d'Israël est donc la réponse à une provocation préalable.

2. Depuis des années, Israël autorise les livraisons à la bande de Gaza de marchandises indispensables à la population. Ainsi, plus d'1 million de tonnes – une tonne par habitant – de produits alimentaires et de secours ont été délivrés.

3. La "flottille au secours de Gaza" n'était pas et n'est pas nécessaire; elle a été exclusivement conçue et mise sur pieds en tant que démonstration et provocation.

4. Quiconque prend le risque, malgré les avertissements. de s'approcher de périmètres d'opérations armées met intentionnellement en danger tous les participants présents.

Le département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a demandé la mise sur pied d'une commission d'enquête internationale. L'Association Suisse-Israël attend des autorités suisses qu'elles tiennent compte de l'ensemble des données pertinentes dans l'expression de leur avis.»

Source: ASI - mardi 1er juin 2010

Partager cet article
Repost0
2 juin 2010 3 02 /06 /juin /2010 10:34

 

Israël, l'éternel Coupable,

  

Par

Thérèse ZRIHEN-DVIR

  

Le monde entier est sens dessus dessous depuis l'abordage de la flottille, prétendue humanitaire, pour Gaza par les commandos de la marine Israélienne. Devant les neuf morts et quelques blessés des deux côtés, l'Europe s'enflamme, les USA plissent le front, et le monde arabe et ses adulateurs s'insurgent, brûlent les drapeaux, convoquent les ambassadeurs pour consultation et certains même coupent les relations diplomatiques avec Israël. Un véritable désastre.

  

Cette flottille est apparemment d'une importante si vitale pour le monde entier, puisqu'elle réussit à entraîner dans son sillage la mise en cause des règles de sécurité de tous les pays du monde… C'est effarant ce qu'une poignée de pro-palestiniens réussissent à provoquer sur tous les continents.

 

Il est cependant bien étrange et choquant que des crimes contre l'humanité se perpétuent chaque jour et chaque minute sur plusieurs continents (Darfour, Sri Lanka, Rwanda, Jamaïque,  Thaïlande...), comptant des milliers, voire des millions d'êtres froidement assassinés, et que personne ne le sache, ne cherche à le savoir ni à s'en inquiéter. L'ONU est impassible, aucune enquête n'est suggérée et encore moins mise en œuvre… et ainsi le monde continue sa petite mécanique routinière qui n'est autre que celle de placer en permanence Israël sous une loupe démesurément grossissante et menacer ou mettre en cause son existence.

 

BRAVO AU MONDE LIBRE, JE VOUS SALUE LES HYPOCRITES, JE VOUS TIRE MON CHAPEAU.

 

ASSEZ! Nous avons vu ce que pèse votre justice, votre sens de l'humanité, votre équité, votre droiture et surtout votre conscience.

 

Une flottille infiltrée  par une centaine de terroristes, de proches d'Al Qaida, d'antisémites et d'antisionistes s'approche dangereusement de l'espace maritime israélien et le monde souhaite ardemment que les israéliens se plient et s'offrent en martyre????

 

Imaginez cette même flottille face à n'importe quel autre pays du monde! Elle aurait simplement essuyé une salve de sommation et ensuite, si elle ne s'y conformait pas,  une volée de torpilles qui l'aurait coulée en légitime défense. Or la légitimité pour Israël n'existe pas, n'a jamais existé et existe encore moins depuis l'avènement à la présidence d'Obama. A la fois, on reconnaît (ou pas) cet Etat du bout des lèvres, et de l'autre, on cherche à le placer en permanence sous tutelle internationale. 

 

Israël devrait cesser de trembler, de plier, de se sentir coupable, pour les bonnes raisons qu'il ne l'est pas. Seul l'armateur, les supplétifs en armes et le navigateur principal du Marvi Marmara le sont. C'est sans doute "choquant" pour les bonnes âmes, mais l'entité "Hamas" n'est reconnue par aucune instance internationale et en aucun cas un "gouvernement légitime". 


Israël devrait refuser toute enquête et commission d'enquêtequi ne soit pas de son seul ressort en tout incident et se concentrer surtout sur sa sécurité et celle de ses citoyens.


Nous avons déjà vu combien ces commissions sont intègres et non biaisées, avec le cas de celui qui envoya sans remords 28 Noirs sud-africains à la potence, Richard Goldstone et a soutenu de tout son poids le Régime inique l'Apartheid. Nous avons eu de la peine à constater la déréliction totale de la droiture et de la justice, remplacée par une magnanimité intolérable envers la perversion, la corruption et le mal, dont celui appelé terrorisme. Nous avons surtout assisté à la peur viscérale engendrée par l'Islam radical qui gangrène l'Occident et se retournera demain contre lui. Si ce n'est déjà fait.


Il est temps de s'avouer que le monde prétendu libre a lamentablement échoué dans sa mission de conserver l'équilibre intègre de la justice internationale, que l'ONU est devenu le repaire du radicalisme islamique et qu'enfin les USA suivent malencontreusement la meute domptée et apeurée de l'Occident.

 

 

Thérèse Zrihen-Dvir

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

Partager cet article
Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 23:19

 

 

Les autres A Propos en cliquant

A propos par Aschkel

 

 

 

Gaza :le chœur des pleureuses devraient la mettre en veilleuse ! 

Par Frédéric SROUSSI

 

freds

 

 

Les pleureuses de GazaECOUTER ICI-copie-1

pour Aschkel.info et Lessakele

Ils sont tous accablés , les yeux larmoyants : Des activistes supporters du terrorisme palestiniens appartenant à la prétendue « flottille de la paix »ont été abattus alors qu’ils s’étaient attaqués à des soldats israéliens venus les arraisonner calmement. 

Oui, le monde est en émoi ! Les cireurs de babouches professionnels occidentaux sont en larmes : politicards et journaleux, collabos de la première heure, stigmatisent avec ardeur l’opération navale de l’armée israélienne. Presque pas un mot pourtant sur les fanatiques pro-Hamas et pro-Hezbollah qui ont organisé cette flotille de la haine. 

Presque pas un mot non plus sur l’identité et l’affiliation de la principale ONG turque qui a organisé ce coup de force. Cette organisation soi-disant caritative et qui se nomme avec grandiloquence "la Fondation pour les droits de l’homme, les libertés et les secours humanitaires (IHH)'' est proche du groupe terroriste fanatique palestinien Hamas, grand pourvoyeur de kamikazes et spécialiste du lancer de roquettes sur les hommes, femmes et enfants du sud d’Israël.

Mais alors, l’hypocrisie occidentale n’a donc aucune limite ? Je rappelle à toute fin utile que le 21 février 2010, les forces de l’Otan, cette belle machine de combat occidentalo-turque massacrait 33 civils afghans dont quatre femmes et 1 enfant dans la province de Daykundi (qui se trouve au centre de l’Afghanistan). 33 civils massacrés par La Force internationale de l’Otan (Isaf) qui commettait une fois de plus un crime de guerre patent contre des afghans qui n’avaient pourtant aucun lien avec les Talibans. L’Otan a reconnu la «bavure» comme elle la nomme. Ainsi, le général américain Stanley MacChrystal commandant en chef de l’US. Forces Afghanistan avait alors exprimé « son extrême tristesse pour la perte de vies innocentes ». 

Les journaleux du monde occidental, les politicards véreux et antisémites ont pourtant à l’époque jeté un voile pudique sur ce crime de guerre d’une gravité extrême. Ceux qui se taisent lorsque l’Otan occidentalo-turque massacre tranquillement des civils en Afghanistan sont ceux qui aujourd’hui ouvrent leur grande gueule de sycophantes haineux pour nous expliquer qu’Israël aurait commis un «acte abominable» en arraisonnant une flottille composée de supporters du terrorisme islamique !

Alors, un bon conseil, regardez en face vos graves turpitudes et foutez la paix à Israël ! 

 

flotille


Partager cet article
Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 23:14

 

 

 

 

recadrages.jpg 

 

 

Gaza... comme du papier musique

 

Par Jacques Sayag

pour Aschkel.info et Lessakele

 

J’espère bien qu’il n’ait pas un seul ami d’Israël capable de se réjouir du drame qui vient de se dérouler aux larges des côtes gazaouies. Apprendre que des gens meurent sans s’en émouvoir est le propre de cultures rétrogrades et barbares qui nous sont étrangères.

 

Les israéliens ne sont pas montés sur leurs terrasses, que je sache, pour une danse du scalp avant l’apéritif !

 

D’ailleurs, il n’est pas impossible que ce soit de l’autre côté, du côté où l’on crie au crime, à la violation des lois élémentaires de l’humanité, que l’on y trouve quelque avantage : médiatique, politique, diplomatique et, même, pourquoi ne pas le dire, esthétique d’une certaine manière.

 

Une telle affirmation peut faire grincer les dents des bonnes âmes. Mais que voit-on d’autre, depuis, que le frénétique épanchement de la haine d’Israël d’un orchestre qui ne parvient jamais à masquer son désir le plus morbide de voir se créer, pour ses propres fins, de belles opportunités.

 

La flottille, avec ses “Allah Akbar” d’humanitaires d’une sobriété pour le moins tendancieuse, n’avait rien d’une croisière paisible décidée à rapprocher deux peuples qui se déchirent. Pourquoi le rappeler, chacun le sait.

 

Sous le prétexte fallacieux d’apporter à Gaza ce dont la ville regorge déjà, les  bateaux n’avaient aucune autre ambition que d’amener l’Etat Hébreu à réagir. “ Quelle que soit la réaction des sionistes, cette opération est déjà une victoire”, disait Ismaël Haniyeh voilà quelques heures à peine. Son “quelle que soit” prouve que la préparation de l’événement avait tenu compte de tous les développements possibles. Décidément, le martyre a quelque chose d’insane, et la conception que se font ces messieurs de la politique un goût de perversion.

 

Quant à la Turquie d’Erdogan, elle demeure la Turquie d’Erdogan. Faut-il encore s’étonner que ce premier ministre continue de sermonner Israël avec aussi peu de référence au souvenir d’une alliance stratégique que l’on imaginait immuable ? Quoi qu’il en soit, les pauvres Kurdes de ses montagnes sauront qu’ils peuvent maintenant faire appel à des convois humanitaires.

 

Gageons qu’Erdogan ne bougera pas, ne serait-ce que pour donner l’exemple. Lui qui condamne, vocifère, insulte Israël comme s’il avait à tenir quelque honteuse promesse d’alcôve.

 

Ne bougeront pas, non plus, c’est évident, les armées occidentales, qui, à des milliers de kilomètres de chez elles, font régner paix et démocratie au pays des taliban. Les mères, les enfants, et tous les paysans qui soutiennent, souvent sans la moindre arme en main, leurs frères dans l’Islam, pourront aussi demander une aide d’urgence.

 

Ni Ban Ki Moon, ni Ashton, et encore moins Bernard Kouchner, ne trouveront rien à redire si des dizaines de camions bravaient les barrages de nos soldats aux frontières afghanes.

 

C’est donc ce 31 mai 2010 que les nations, dans leur quasi unanimité, décrètent qu’entre deux pays qui se font la guerre il en ait toujours un que l’on doit ménager. Autant que ce ne soit pas celui des Juifs.

 

Dans un récent article, j’écrivais qu’il ne fallait pas se tromper : ce n’est pas à une délégitimation d’Israël à laquelle on assiste mais à l’émergence d’un nouveau type de négationnisme.

 

Si l’on veut bien reconnaître à Israël le “droit” à l’existence, on lui nie celui d’une souveraineté non-concertée. Le pays doit rendre des comptes à tout le monde et à n’importe qui même lorsqu’il s’agit de se défendre.

 

Hier c’était des juifs de Diaspora qui voulaient lui donner des leçons de morale, aujourd’hui  c’est la terre entière qui s’y met, voulant lui imposer d’ouvrir ses frontières et ses eaux à ceux qui appellent à sa disparition.

 

Rien ne dit que demain, on n’exigera pas du Peuple Israélien qu’il fabrique lui-même de la corde pour se prendre.

 

Jacques Sayag.

Partager cet article
Repost0
1 juin 2010 2 01 /06 /juin /2010 23:12

 

 

blocus
Gaza : la misère des Palestiniens sert de carburant à la propagande du Hamas. Le gouvernement refuse l’aide humanitaire si elle passe par Ashdod
mardi 1er juin 2010 - 18h51
Logo MédiArabe.Info

Selon la télévision « Al Arabiya », les Palestiniens de Gaza, qui dénoncent le blocus israélien qui les affame et qui se soulèvent contre l’attaque de la flottille de la paix, refusent aujourd’hui de recevoir la cargaison de cette flottille par voie terrestre, en transitant par le port d’Ashdod. Pour empêcher toute livraison d’armes ou de matériel militaire, Israël avait en effet proposé que l’aide humanitaire soit déchargée dans ses ports, que la nature de la marchandise soit vérifiée, puis livrer par camions à Gaza. Les activistes pro-palestiniens, européens et arabes, ont tenu à forcer le blocus et à provoquer l’armée israélienne. C’est du moins ce que confirme l’attitude du Hamas, qui refuse la marchandise par camions.

De la même façon, les Palestiniens dénonçaient le blocus égyptien et la fermeture de la frontière à Rafah. Aujourd’hui, le Caire a décidé d’ouvrir la frontière. Mais le Hamas a refusé de laisser passer les biens et les personnes prétextant que les conditions n’étaient pas réunies pour assurer la sécurité, promettant que le point de passage sera disponible demain. Cette attitude du Hamas prouve, si besoin était, que la population de Gaza est l’otage du Hamas, et que la misère des Palestiniens est encore et toujours le carburant de la campagne médiatico-politique.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis