Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 11:55

 

 

facebook-censure,H-A-287038-13 (Copier)

 

 

 

Par Khaled Abu Toameh


7 février 2012 at 4:45 am

 

Les forces de sécurité de l’Autorité Palestinienne, soutenus par les Etats-Unis, et appartenant à Mahmoud Abbas et Salam Fayyad surveillent les activités des Palestiniens sur Facebook pour s’assurer qui nul ne les critique.

L’Autorité Palestinienne veut que les Palestiniens n’écrivent que des choses agréables aux oreilles de leurs dirigeants. La critique ne devrait être exclusivement réservée à Israël. Ceux qui ne parviennent pas à maintenir leurs orteils du bon côté de la ligne rouge se retrouveront soit sous les barreaux soit perdront leur emploi.

Les dirigeants palestiniens redoutent la puissance des réseaux sociaux, particulièrement à la lumière de ce qui s’est passé en Tunisie, en Egypte, en Libye et en Syrie.

Les prises de mesures autoritaires des cercles dirigeants palestiniens contre les utilisateurs de Facebook sont perçues comme des mesures préventives pour empêcher que « Le Printemps Arabe » ne s’infiltre dans la Bande Occidentale de Judée-Samarie.

Rami Samara, un journaliste palestinien de Ramallah, s’est retrouvé, la semaine dernière, soumis à interrogatoire de deux différentes agences de sécurité, dans la Bande : le renseignement militaire et les renseignements généraux.

Samara a été détenu, alors qu’il était au travail, dans les bureau de l’agence de presse officielle de l’OLP, Wafa. Son crime : un commentaire qu’il a posté sur sa page Facebook.

Son commentaire concernait une déclaration diffusée par le Comité Exécutif de l’OLP, tenant Israël pour responsable de l’échec des récentes discussions israélo-palestiniennes en Jordanie.

Samara écrivait, dans son commentaire sarcastique : “Ok, fini de plaisanter, à présent. « L’Unique cercle dirigeant du Peuple Palestinien » croit-il vraiment que ce communiqué lui vaut comme autorisation de pouvoir se rassoir dans son fauteuil, de rallumer les radiateurs et de boire le café et le thé dans ses confortables bureaux à Ramallah ? »

Le journaliste a raconté qu’il avait été interrogé séparément par les deux forces des renseignements à Ramallah, au sujet de son commentaire et de ses activités sur le site du réseau social. Il a été relâché quelques heures plus tard, à la suite des vigoureuses protestations de la part d’autres journalistes et d’organisations des Droits de l’homme.

Samara est le second journaliste palestinien à être la cible des forcesde sécurité fidèles à Abbas et Fayyad, à cause de Facebook.

Il y a environ un an, Mahmoud Hamameh, un producteur TV de Bethlehem, a été détenu durant 50 jours, après avoir comparé, sur Facebook, Abbas à un acteur syrien qui incarnait un « traitre » dans un feuilleton mélo populaire syrien.

Cette semaine, une femme palestinienne s’est également plaint qu’elle avait aussi été soumise à un interrogatoire, à cause d’un commentaire qu’elle avait posté sur sa page Facebook. Elle a déclaré avoir été interrogée par une autre agence de sécurité –la Sécurité Préventive – qui appartient également à Abbas et Fayyad.

A cause de la répression des utilisateurs de Facebook, de nombreux Palestiniens de la Bande Occidentale de Judée-Samarie, réfléchissent, aujourd’hui, à deux fois avant de poster un commentaire susceptible de mettre en colère les maîtres de l’Autorité Palestinienne à Ramallah.

      Big Brother is watching you!
Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 07:14
Syrie : appel aux hommes d’affaires arabes à financer les rebelles
mardi 7 février 2012 - 18h42
Logo MédiArabe.Info

Le Conseil national syrien (CNS) et l’Armée syrienne libre (ASL) ont appelé les hommes d’affaires syriens et arabes à financer les opérations menées par les rebelles contre le régime de Bachar al-Assad, selon un communiqué commun diffusé mardi. Nous lançons un appel chaleureux aux hommes d’affaires syriens et arabes pour participer de manière directe et efficace au financement légitime des opérations d’auto-défense et de protection des zones civiles menées par l’ASL, lit-on dans le communiqué. Le CNS est la principale formation de l’opposition et l’ASL revendique quelque 40.000 combattants et mène des opérations contre les forces du régime syrien. Les moyens disponibles actuellement ne suffisent pas pour faire face aux attaques du régime qui reçoit un soutien en armes et en munitions et du financement de forces régionales et internationales, poursuit le communiqué, en référence notamment à l’Iran, la Russie et la Chine, alliés de Damas. Le CNS et l’ASL ont également lancé un appel au peuple syrien à résister. Cet appel intervient alors que le clan Assad procède à des opérations d’extermination des civils en prenant d’assaut des quartiers entiers à Homs (centre), Zabadani (près de Damas) et Jabal al-Zaouia (nord-est), faisant des centaines de mort et des milliers de blessés, indique le communiqué. Nous allons continuer à fournir toute l’aide et le soutien possibles aux habitants et aux révolutionnaires en Syrie, ainsi qu’aux soldats et officiers qui ont pris parti pour la révolution, ont affirmé le CNS et l’ASL. (AFP).

Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 07:10
Syrie : l’armée attaque les quartiers de Karm el-Zeitoun et Sittine à Homs. Les druzes auraient rejoint la révolte
mardi 7 février 2012 - 21h15
Logo MédiArabe.Info

Selon les comités de coordination de la révolte, citées par la télévision « Al Arabiya », les forces du régime syrien attaquent ce soir la ville de Homs, après une quatrième journée d’intenses bombardements. L’armée loyaliste tente notamment de reprendre le contrôle des quartiers de Karm El-Zeitoun et de la Rue de Settine. La télévision « Al Jazeera » souligne son côté que de violentes explosions et des tirs nourris sont entendus dans la région de Tal Kalakh, près de la frontière libanaise. Depuis une semaine, le régime a massé plus de 70 chars d’assaut dans la région de Tal Kalakh, considérée comme un carrefour stratégique reliant Homs au centre, Damas au sud-est et la côté à l’ouest, ainsi que Tripoli et Baalbek au Liban. Ce déploiement avait inquiété les Libanais, qui craignaient une opération contre les régions libanaises frontalières, dans une fuite en avant. Au contraire, les Syriens y voyaient la préparation d’une vaste opération contre Homs, en contournant la ville à travers Tal Kalakh. Ce soir, c’est cette dernière qui semble la cible.

Par ailleurs, les forces du régime ont attaqué le quartier Marjah à Alep, ce soir, selon la télévision « Al Arabiya », qui ajoute que d’importantes manifestations ont eu lieu à Souwaida, au sud de Damas. Les forces du régime encerclent plusieurs ruelles pour les disperser et ont enlevé plusieurs blessés. Ahmed Hajeri, un leader druze local, a téléphoné à Bachar Al-Assad. Selon le fils de Hajeri, son père s’est entretenu personnellement avec le président et lui a demandé de retirer ses forces de la province, menaçant de la mettre à feu et à sang. La situation tend progressivement vers un calme précaire. Assad redoute en effet le soulèvement des Druzes et met tout en place pour acheter leur allégeance à travers son agent druze libanais Weäm Wahhab qui recrute et arme ses coreligionnaires au profit d’Assad.

Partager cet article
Repost0
8 février 2012 3 08 /02 /février /2012 07:04

Décryptage de Dario S. Rome


Le régime syrien perd le pari des minorités. Alaouites, Druzes et Kurdes se soulèvent à leur manière

Alaouites et Druzes prennent leur distance avec le clan Assad. Les Kurdes optent pour la création d’un conseil économique kurde

 

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2105


mercredi 8 février 2012 - 00h38, par Dario S. (Rome)

Logo MédiArabe.Info

Des activistes kurdes viennent de lancer une initiative à l’adresse des hommes d’affaires, des industriels et des commerçants kurdes syriens, en Syrie et à l’étranger, afin de constituer un conseil économique kurde et de venir en aide à la communauté. s’agit-il d’un premier pas vers une sorte d’autonomie ?

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

Les auteurs de l’initiative estiment que « la communauté kurde en Syrie traverse une période difficile et subit les effets dramatiques de la situation économique dégradée ». Dans leur communiqué, les auteurs ajoutent : « Nous, en tant qu’hommes d’affaires kurdes, avons décidé de lancer une initiative consistant à créer un conseil économique kurdes, regroupant les hommes d’affaires, les industriels et les commerçants aisés, à l’intérieur de la Syrie et à l’étranger, afin de soutenir notre peuple kurde, sur le plan humain, social, culturel, et médiatique ».

Le texte invite « tous ceux qui se se sentent impliqués, qui sont intéressés et que leur situation le leur permet, à s’inscrire auprès de la commission de préparation, afin de discuter du projet et de fixer la date du congrès constitutif et le pays hôte de ce congrès ».

Les initiateurs du conseil économique kurde invite également les individus aisés, désirant participer à ce vaste projet d’avenir, le premier du genre, à y contribuer, d’autant plus que le conseil aura besoin de toutes les compétences et expertises pour mener à bien sa mission et offrir au peuple kurde les meilleures conditions de vie décente.

Pour contacter la commission de préparation, deux numéros de téléphone et deux adresses électroniques sont disponibles :

Aux Emirats Arabes Unis : Haval Afrini / E-mail : havalafrini@hotmail.com / Tel : 00.971.554716501

En Arabie saoudite : Newroz Yezidi / E-mail : newrozyezidi@hotmail.com / Tel : 00.966.504418851

Un pas vers une sorte d’autonomie ?

Cette initiative est une première historique particulièrement significative. Elle atteste de la dégradation de la situation déjà précaire des Kurdes. Cette communauté, faut-il le rappeler, a été victime de l’arabisation forcée adoptée par le Baath depuis 1963. Plus de 150.000 kurdes avaient alors été privés de leur nationalité, donc spoliés et écartés de l’administration. N’étant plus syriens sur le papier, ils ont été privés de leurs terres et interdits de donner des prénoms kurdes à leurs enfants. A cette situation s’est ajoutée la « ceinture arabe », décidée par le régime du Baath, consistant à vider les localités frontalières avec l’Irak et la Turquie de leurs habitants kurdes, et à les remplacer par des colons arabes. Cette politique visait à séparer les Kurdes de Syrie de leur coreligionnaires en Irak et en Turquie, et d’empêcher toute tentative d’union des Kurdes, d’autonomie ou d’indépendance.

Pire encore, en mars 2004, les kurdes ont mené une première intifada à Qamichli, après que les forces du régime aient tué une trentaine des leurs lors d’un match de foot. Leur amertume fut grande après l’échec de leur soulèvement, proportionnellement à leur déception. Ils ont regretté que la population syrienne ne se soit pas soulevée avec eux. Cette déception dicte leur prudence à s’engager collectivement dans la révolte actuelle. Depuis le déclenchement de celle-ci, en mars 2011, le régime a promis de réhabiliter les Kurdes dans la nationalité, en vain. Il a évité de les réprimer pour ne pas provoquer leur soulèvement. En effet, ce n’est que le 3 février, commémorant les massacres de Hama, que des miliciens du PKK, arborant des portrait d’Abdallah Oçalan, ont prêté mains forte au régime contre les kurdes à Afrin, au nord-ouest d’Alep, dans une tentative manifeste de diviser les kurdes entre-eux.

Si le refus kurde de s’engager collectivement dans la révolte ne signifie aucunement leur alignement sur le régime, la création du conseil économique kurde atteste d’une prise de distance à l’égard de Damas. Il s’agirait d’un pas vers une sorte d’autonomie de facto.

Echec de la théorie des minorités, chère au régime

Les Kurdes rejoignent ainsi les intellectuels alaouites qui prennent leur distance avec le régime, et multiplient les appels à l’arrêt de la répression. Ils insistent sur la nécessaire dissociation entre le clan Assad, qui a confisqué le pouvoir au nom de la communauté, et le reste de la communauté. De même, les Druzes se sont soulevés à Souwaida, ce mardi, en dépit des efforts considérables menés à travers le druze libanais de service, Weäm Wahhab, pour les maintenir sous la coupe du régime.

La théorie chère au régime, et qui le présente comme le garant des minorités, est ainsi battue en brèche. Prise par Bachar Al-Assad en otage, les minorités, y compris alaouite, viennent de se libérer, déclenchant sans doute le compte à rebours de sa chute.

Dario S.

Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 19:23

 

 

Special to WorldTribune.com

 

NICOSIE — Le Président Bachar al Assad a lancé ce que l’opposition appelle une campagne de contre-insurrection soutenue pour terrasser la révolte qui traverse la Syrie de part en part.

 

 

Pendant ce temps, des déserteurs mentionnent un certain épuisement au sein du régime Assad qui, le 7 février, a prévu de mener des consultations de haut niveau avec le Kremlin. Le ministre russe des affaires étrangères, Sergueï Lavrov a annoncé que lui-même et son chef des services de renseignements extérieurs, Mikhaïl Fradkov, devaient arriver à Damas. 


 

mid syria-tank-300x169 (Copier)

 

Un tank des forces syriennes se déplace le long d’une route durant des affrontements avec des déserteurs de l’Armée syrienne dans la zone de Rastan, dans la province de Homs/AP

 

 

Des sources de l’opposition affirment qu’Assad a approuvé un plan dans lequel seraient engagés quelques 30 000 soldats de l’Armée syrienne et de la Garde Républicaine pour attaquer les bastions soupçonnés d’abriter les rebelles. Ils expliquent que la première phase de l’opération a eu lieu à Homs, au début février, lors de laquelle 350 personnes ont été tuées en moins d’une journée.

 

“Ce qui s’est déroulé à Homs et Zabadani était destiné à tester la faisabilité de ce plan”, a commenté le porte-parole de l’opposition, Ahmed Ramadan, “Cette campagne va maintenant, progresser dans l’escalade »

 

Et encore, on dit de l’armée syrienne qu’elle a fait preuve d’une piètre performance dans les opérations contre les rebelles, particulièrement lors des combats dans les banlieues de Damas. Ces sources affirment que l’échec de l’armée syrienne a déclenché des tensions au sein des cercles dirigeants du régime, particulièrement entre le plus jeune frère d’Assad, Maher et le Colonel Hafez Makhlouf, un officier à un poste de commandement dans le Directoire Général de la Sécurité.

 

Un général de l’armée syrienne, qui a fait défection, Mustafa Al Sheik, a déclaré que le Régime Assad, malgré la récente intensification de ses opérations, est de plus en plus épuisé. Al Sheik pense que le régime pourrait s’effondrer en quelques semaines, à cause d’une pénurie de ses ressources.

 

 

“L’armée s’effondrera au cours du mois de février”, a déclaré Al Sheikh au journal britannique The Telegraph. « Les raisons en sont les carences en personnel dans l’armée syrienne, qui, même avant mars 2011, n’excédait pas 65% de son potentiel. La proportion des équipements qui étaient parés au combat n’excédait pas ce niveau non plus, du fait d’un manque de pièces détachées.

 

Al Sheik a estimé que la préparation au combat de l’armée syrienne a baissé jusqu’à 40%, en matière d’équipement et à 32% en ce qui concerne le personnel combattant. Il a expliqué que le régime essayait de compenser en recrutant des combattants alaouites, particulièrement au sein de la milice Shabiha.

 

“Mais l’armée est incapable de poursuivre ainsi au-delà d’un mois”, a affirmé Al Sheik. « Certains éléments de l’armée tendent la main à l’Armée Syrienne Libre pour qu’elle les aide à déserter ».

 

 

Ramadan, un officier responsable de l’information pour le Conseil National Syrien, a exposé les plans du régime Assad pour reprendre le contrôle des secteurs détenus par les rebelles, le long des frontières de Jordanie, du Liban et de la Turquie. Il a déclaré que la première phase de l’opération militaire, aidée par l’Iran et la Russie, a duré cinq jours et s’est concentrée sur des villes détenues par les rebelles, telles qu’Alep, Homs, Idlib, Rastan et Zabadani. « Nous avons des informations crédibles qui confirment que des rencontres de haut niveau se sont tenues dans le cadre du commandement des opérations militaires, qui planifie la campagne pour le régime », détaille Ramadan.

 

 

Le commandement militaire est décrit comme reposant sur cinq dirigeants du régime et des commandants. Ramadan a expliqué que les unités sélectionnées pour l’opération de Campagne Intensive comprenait la 4ème Division de l’armée, la 5ème Division, la Garde Républicaine, aussi bien que sur les unités des opérations spéciales.

 

Ramadan n’a pas cite les sources de ses informations. On dit que le CNS, lié aux Frères Musulmans, aurait accès aux commandants sunnites dans l’armée et les forces de sécurité.

 

Ces sources ont révélé que le régime planifiait de soutenir la campagne de grande intensité en déployant au moins 2000 hommes de troupe par opération quotidienne. Elles ont ajouté que la campagne intensifiait les missions le long des villes frontalières de Syrie, à Ain el Beida et Khirbet Al Joz, où les échanges de tirs ont détruit des maisons jusque dans la province d’Hatay en Turquie.

 
Adaptation Marc Brzustowski


Partager cet article
Repost0
7 février 2012 2 07 /02 /février /2012 15:06

 

Allemagne : deux espions syriens présumés, arrêtés à Berlin
mardi 7 février 2012 - 13h47
Logo MédiArabe.Info

Les agents du Parquet fédéral allemand ont interpellé ce mardi à Berlin deux espions syriens présumés, rapporte le service de presse du Parquet dans un communiqué. Selon le Parquet, « Mahmoud el A. (âgé de 47 ans, est citoyen du Liban et d’Allemagne) et Akhram O. (34 ans, est un ressortissant syrien), sont soupçonnés d’avoir surveillé durant plusieurs années des membres d’opposition syrienne en Allemagne pour le compte des services de renseignement syriens ». Selon le quotidien français Le Figaro, les domiciles de six autres personnes soupçonnées de participation à la surveillance des opposants ont également été perquisitionnés, mais la police n’a pas procédé à leur arrestation.

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:45

La guerre médiatique se poursuit, mais Damas « ne sait plus mentir » !!

« Permis de tuer » russo-chinois à la Syrie : Paris s’indigne… en vidéo. La France est dans le collimateur de la Syrie

L’offensive militaire se poursuit à Homs et Zabadani, et la campagne médiatique vise la France

lundi 6 février 2012 - 12h00, par Dario S. (Rome)

Logo MédiArabe.Info

Interrogé par la radio française « Europe 1 », le ministre français de la Défense, Gérard Longuet (UMP), n’a pas mâché ses mots en commentant le double veto russe et chinois aux Nations unies. Longuet ne s’est pas trompé, puisque le régime syrien a repris ses massacres ce lundi matin, fort du « permis de tuer » que Moscou et Pékin lui ont délivré au nez et à la barbe de la communauté internationale.

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

Pour Gérard Longuet, « c’est une honte pour les pays qui refusent d’assumer les responsabilités. Franchement, il y a des cultures politiques qui méritent des coups de pied au cul ». « Accepter qu’un dictateur puisse fonctionner tranquillement, c’est honteux pour les gouvernements qui l’acceptent ». Le ministre de la Défense a ajouté que « chacun doit être en face de ses responsabilités, il faut réveiller ceux qui acceptent le conformisme, et le conformisme qui ferme les yeux sur la dictature sanglante, ce n’est pas acceptable ».

Fort du « permis de tuer », le régime syrien a repris ce matin son offensive sur Homs et Zabadani, faisant en quelques heures plus de 30 morts et des dizaines de blessés. Mais l’offensive syrienne se déroule également sur le front médiatique. La propagande syrienne affirme que « la Russie détient des documents compromettants pour les Etats-Unis et la France, et elle les a exploités contre les Occidentaux aux Nations Unies ». Selon la version syrienne, « l’armée libanaise (aux ordres de Damas) a récemment arrêté des agents français au Nord du Liban, à la frontière syrienne. Ils étaient chargés d’entraîner les terroristes et de les envoyer en Syrie. Du matériel sensible, d’écoute, de brouillage électronique et de transmission, a également été saisi et détruit. Ce matériel est financé par le Qatar et l’Arabie ». Selon Damas, « le chef de la diplomatie russe a menacé de révéler des informations scandaleuses pour l’Occident, si celui-ci persiste à présenter sa réolution au Conseil de sécurité ».

Le régime syrien, dernier survivant de l’idéologie de Staline, aux côtés de la Corée du Nord, invente les mensonges pour justifier le massacre de la population, sous couvert de lutter contre le « complot planétaire » fomenté contre la Syrie. Mais plusieurs facteurs discréditent la version syrienne et ridiculisent leurs auteurs :

D’abord, Beyrouth affirme qu’aucune saisie importante n’a été réalisée dans la région frontalière de Wadi Khaled, et qu’aucune arrestation de clandestins n’a eu lieu (qu’ils soient des terroristes Syriens ou des instructeurs Français).

Ensuite, l’armée libanaise a mené son opération dans la soirée de vendredi dernier, soit à la veille de la réunion du Conseil de sécurité. Comment, dans ce cas, la Russie a-t-elle pu menacer de révéler le scandale avant même que l’armée libanaise ne se soit déployée dans le Nord ?

Enfin, pourquoi l’armée libanaise aurait-elle détruit le matériel saisi, alors qu’il constituerait la pièce à conviction par excellence ?

Le double drame syrien c’est que, premièrement, le régime a perdu la boussole et « ne sait plus mentir », rompant avec sa légendaire capacité de désinformation ; deuxièmement, et c’est encore pire, le régime et ses partisans finissent par croire à leurs propres mensonges...

Dario S.

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:43
Syrie : le colonel Sanan Chaabane aurait été tué dans les combats de Zabadani

http://www.mediarabe.info/spip.php?breve3748

lundi 6 février 2012 - 13h05
Logo MédiArabe.Info

La violence de l’attaque menée par les forces du régime contre Zabadani et Madaya (Rif de Damas) redouble d’intensité, attestant de la nervosité extrême du régime. Celui-ci multiplie les bombardements aveugles, prenant même pour cible les civils réfugiés dans les mosquées. Ce qui a justifié, ce matin, la défection de huit chars et de leurs équipages. Malgré ses intenses pilonnages, l’armée ne parvient pas encore à percer les lignes de l’Armée Syrienne Libre, qui inflige d’importants dégâts aux forces du régime. Ce lundi, des activistes syriens affirment en effet que parmi les militaires tués lors de ces combats à Zabadani figure le colonel Sanan Chaabane, le frère de Bouthaïna Chaabane, ancienne ministre et actuellement conseillère médiatique du président Assad (elle est chargée, de ce fait, d’organiser la désinformation).

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:40
Syrie : création du « Conseil Suprême Révolutionnaire » qui absorbe l’Armée Syrienne Libre
lundi 6 février 2012 - 13h38
Logo MédiArabe.Info

La multiplication des désertions de hauts officiers, dont des généraux, aurait imposé une réorganisation de l’Armée Syrienne Libre (ASL), de façon à pouvoir « absorber » les nouveaux arrivants, dont le nombre est appelé à croître dans les jours et semaines à venir. De plus en plus d’officiers, « bouleversés par les massacres de civils et les viols ordonnés par le régime pour terroriser la population et étouffer la contestation », se disent prêts à « rejoindre les déserteurs à la première opportunité ». Leur passage à l’acte dépend de la mise en sécurité de leurs proches, pour éviter toute vengeance du régime. Cette réorganisation est désormais chose faite avec la création du « Conseil Suprême Révolutionnaire » (CSR), qui s’attribue la mission de « libérer la Syrie du règne de Bachar Al-Assad ». L’Armée Syrienne Libre (ASL), dont la mission était de protéger les civils et les manifestations pacifiques, est absorbée par le CSR. Ce qui atteste d’un changement de tactique. Les déserteurs passent ainsi de la défensive à l’offensive. Le CSR est commandé par l’officier déserteur le plus gradé, le général Mustafa Ahmed Al-Cheïkh. Le porte-parole de l’ASL, le commandant Maher Al-Naïmi, est maintenu comme porte-parole de la nouvelle armée.

Syrie : trois hauts officiers tués et 19 soldats capturés à Idlib
lundi 6 février 2012 - 13h14
Logo MédiArabe.Info

Selon des sources concordantes, l’Armée Syrienne Libre (ASL) a attaqué une position de l’armée régulière, lundi matin à l’aube, dans la localité de Bara, dans la province d’Idlib. Trois officiers (général, un capitaine et un lieutenant) auraient été tués dans l’opération, et 19 soldats auraient été capturés.

Partager cet article
Repost0
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 13:16

Le choix de l’Inde en faveur du Rafale critiqué par Pékin

4 février 2012 – 14:03

http://www.opex360.com/2012/02/04/le-choix-de-linde-en-faveur-du-rafale-critique-par-pekin/

 

Depuis plus de 60 ans, les relations entre l’Inde et le Pakistan se caractérisent par une rivalité qui ne s’est jamais éteinte. Depuis 1947, année de leur indépendance, ces deux pays se sont affrontés militairement à trois reprises, notamment à cause du Cachemire. Cette situation les a conduits à se doter de l’arme nucléaire.

Autre adversaire de l’Inde : la Chine, par ailleurs alliée proche du Pakistan. Là, ce sont des différends territoriaux qui empoisonnent leurs relations, lesquels viennent s’ajouter à une rivalité pour la suprématie régionale.

Aussi, pour parer à toute éventualité, les militaires indiens ont adopté une doctrine dite de « double front », laquelle doit leur permettre de se défendre contre le Pakistan, mais aussi contre la Chine, notamment dans le nord de l’Himalaya.

D’ailleurs, d’après le directeur du renseignement national américain, James Clapper, qui a livré une estimation devant une commission du Sénat, la semaine passée, si l’armée indienne ne croit pas à un conflit imminent avec la Chine, il n’en reste pas moins qu’elle se renforce afin de se préparer à « un conflit limité le long de la frontière avec la Chine » et « travaille de façon à répondre auc capacités de projection chinoises dans l’océan indien ».

C’est donc dans ce contexte qu’il faut replacer la sélection de l’avion de combat français Rafale par New Delhi, dans le cadre de l’appel d’offres MMRCA (Medium Multi-Role Combat Aircraft), lequel vise à remplacer les MiG-21 actuellement en service au sein de ses forces aériennes.

L’on peut comprendre l’armertume de Londres et de Berlin, qui ont poussé la candidature de l’Eurofighter, l’appareil qui était en finale contre le Rafale à l’issue des évaluations de l’armée indienne. Mais ces deux capitales ne sont les seules : Pékin a aussi sévèrement critiqué la sélection de l’avion français par New Delhi.

Un article publié par la version en ligne du Quotidien du Peuple, qui est l’organe de presse officiel du Comité central du Parti communiste chinois, n’y va pas avec le dos de la cuillère.

« Un fois qu’elle (ndlr, l’Inde) disposera de ces avions de chasse, son armée de l’air sera renforcée, elle se sentira plus forte et plus hardie et elle aura alors l’audace et la témérité de d’affronter, de rivaliser et de se mesurer avec ses rivaux et adversaires potentiels et traditionnels : le Pakistan et la Chine » écrit ainsi le Quotidien du Peuple.

Et le journal de continuer dans la même veine : « l’Inde est en train de dépenser des dizaines de milliards de dollars US afin d’optimiser les armements de ses armées, ce qui selon elle est nécessaire pour faire face au ‘défi permanent’ lancé par les parties pakistanaise et chinoise, alors qu’en réalité cela provoque la course aux armements qui ne cesse de gagner en intensité. Et c’est justement à ce moment-là que la France vend à l’Inde 126 avions de chasse Rafale et son geste encourage celle-ci et excite et aiguillonne son appétit et son ambition de devenir une grande puissance militaire tout en intensifiant ses visées agressives et expansionnistes, ce qui constitue une sérieuse menace pour la paix et la stabilité en Asie ! ». Rien de moins.

Cependant, l’auteur de l’article semble avoir oublié l’opacité et la progression à deux chiffres du budget militaire chinois depuis plusieurs années, le développement d’armes spatiales, de missiles supersoniques antinavires et de l’avion furtif J-20 ainsi que la remise en état du porte-avions Varyag, dont a du mal à voir en quoi il pourrait servir uniquement à protéger les côtes chinoises.

La dernière bordée de cette publication du comité central du Parti communiste chinois vise spécifiquement Paris. « Dans notre monde actuel où la situation internationale est en évolution constante et où les conflits régionaux se produisent sans cesse et à tout moment, la vente effrénée, outrancière et sans retenue d’armes par la France ne peut que provoquer la préoccupation de la communauté internationale qui s’en inquiète gravement et sérieusement » estime-t-elle. Bien entendu, la Chine ne vend jamais d’armes… C’est à se demander où la Corée du Nord et l’Iran se sont procurés leurs missiles « made in China »… Si le Pakistan avait acheté des avions français, en lieu et place de l’Inde, l’on peut parier que la réaction chinoise aurait été toute différente…

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis