Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 février 2012 1 06 /02 /février /2012 08:31
Dernière minute : Les bombadements aériens et de l'artillerie auraient repris ce matin, sur le quartier de Bma Amro, à Homs. On signale déjà déjà plus de dix tués. Les bâtiments s'effondrent les uns sur les autres..
Syrie : le régime détient et exploite un "permis de tuer russe". Au moins 56 morts ce dimanche
dimanche 5 février 2012 - 23h32
Logo MédiArabe.Info

Le veto russe et chinois au Conseil de sécurité est considéré par le régime de Bachar Al-Assad comme un « permis de tuer » qu’il utilise contre le peuple révolté. Après près de 430 morts et plus de 1.300 blessés en 48 heures (vendredi et samedi), la répression a fait 28 morts parmi les civils, ce dimanche. A Homs, qui panse encore ses plaies, 23 personnes ont été tuées, dont deux femmes et trois enfants. Deux autres personnes, un garçon de 14 ans et une femme, ont été abattus à Daraya (Rif Damas). Trois autres ont péri sous les balles des forces du régime à Idlib, dont une fillette de 12 ans.

Par ailleurs, les combats entre l’Armée Syrienne Libre et les les forces du régimes se poursuivent sporadiquement. Ce dimanche, sept militaires ont été tués à Taldou et Houla, dans la province de Homs, et deux transports de troupes ont été détruits. A Idlib, un violent accrochage entre déserteurs et loyalistes a fait 14 morts dans les rangs du régime. A Zabadani, un véhicule de l’armée régulière a été détruit et ses trois occupants ont été tués.

Cette nuit, la télévision « Al Arabiya » cite les Comités de coordination de la révolte syrienne, selon lesquels un nombre important de militaires aurait fait défection, ce soir, et aurait rejoint l’Armée Syrienne Libre, dans la province d’Idlib. Cette information n’est pas encore confirmée, et aucun détail concernant le nombre des nouveaux déserteurs n’est encore disponible.

Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 21:27

 

 

Maj. Gen. Ashraf Rifi Internal Security col.Wissan28.1.112

Les chefs de la Sécurité intérieure libanaise : Maj.-Gen. Ashraf Rifi, Col. Wissam al-Hassan

 

Le Président syrien Bachar al Assad a chargé ses escadrons de la mort de la mission de tuer les hauts responsables du renseignement et de la sécurité, ainsi que certains membres du gouvernement libanais, qu’il soupçonne d’aider les insurgés et les agents saoudiens et qataris à transférer clandestinement des combattants et des armes dans le pays, pour combattre son régime. Les sources anti-terroristes de Debkafile rapportent qu’une escouade de tueurs libanais a été capturée durant la troisième semaine de janvier par la police libanaise chargée de la sécurité. Ses membres ont confessé avoir reçu de l’argent liquide, des armes, des explosifs et une liste de cibles, de la part des renseignements de l’armée syrienne, avec des instructions précises sur la méthode d’assassinat de deux cibles : le Directeur Général de la sécurité intérieure libanaise, le Général-Major Ashraf Rifi et son adjoint, le Colonel Wissam al-Hassan, chef de sa branche information.

 

L’équipe a reçu l’instruction de piéger deux voitures à la bombe, chacune chargée d’une tonne d’explosifs devant être déclenchés à distance. On leur a dit que ces voitures seraient conduites par des routes différentes vers l’endroit d’une rencontre secrète de toutes les branches du renseignement libanais dans les quartiers-généraux de la sécurité intérieure, dans le quartier chrétien d’Ashrafieh de Beyrouth. Deux rues étroites sur le côté les amèneraient près de leur destination et c’est là que les voitures piégées devraient être placées.

 

C’était exactement la même méthode employée pour assassiner l’ancien Premier ministre libanais Rafiq Hariri, en février 2005.

 

Cependant, peu avant qu’ils ne se préparent à se rendre à la rencontre de l’équipe, une agence étrangère clandestine a averti les deux officiers libanais du piège mortel qui les attendaient. L’information, selon nos sources, couvrait également la localisation des voitures piégées et les positions de l’équipe qui devait frapper. Samedi 28 janvier, le Général Rifi et le Colonel Al-Hassan assistaient à une conférence de presse, lors de laquelle Rifi a révélé un complot visant à assassiner son adjoint, sans dévoiler l’identité de son instigateur, ni que lui-même faisait partie des cibles.

 

Les sources de Debkafile à Beyrouth expliquent qu’il n’a pas osé désigner la source du complot ni les résultats de son enquête, parce les gens au Liban vivent dans une peur extrême à l'égard du bras long du régime Assad et de sa propension à la violence.


Mais les hautes personnalités libanaises prennent actuellement des mesures de sécurité extra- ordinaires pour se protéger, ainsi que leurs familles, des conspirations syriennes d’assassinats en cours.

 

Et, effectivement, vendredi 3 février, le Général Rifi a averti le député libanais Sami Gemayel, l’un des dirigeants du Parti chrétien de la Phalange (Kataëb), dont deux de ses parents, Pierre et Amin, ont été assassinés, de faire attention, parce que des tueurs étaient lancés à ses trousses, dans sa ville de résidence d’Ain Safsaf, dans les montagnes de Mattan.

 

Le chef des renseignements libanais n’a pas osé révéler qui était derrière le complot. Mais nos sources anti-terroristes rapportent que l’avertissement lui-même indiquait que le maître-espion libanais est à la tête de l'afflux de renseignements sur la liste noire que Bashar al Assad a esquissé pour le Liban.

 

DEBKAfile Reportage exclusif  5 février 2012, 6:16 PM (GMT+02:00) 

 
Adaptation Marc Brzustowski
Partager cet article
Repost0
5 février 2012 7 05 /02 /février /2012 12:59
Syrie: douze personnes, dont neuf militaires tués dimanche en Syrie
  
AFP | 05/02/2012 | 13h09

Douze personnes, dont trois civils et neuf militaires ont été tuées dimanche en Syrie, au lendemain du double veto de la Chine et de la Russie à un projet de résolution de l'ONU condamnant la répression en Syrie, selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH).

Neuf militaires syriens ont été tués dans la nuit de samedi à dimanche lors d'affrontements avec des déserteurs dans le nord-ouest du pays, a rapporté l'OSDH, dans un communiqué.

Selon cette organisation basée au Royaume-Uni, les neuf militaires de l'armée régulière ont été abattus lors de trois incidents distincts à Jebel al Zaouia, dans la province d'Idleb (nord-ouest) au cours desquels 21 autres soldats ont été blessés.

Selon l'OSDH, de violents combats opposaient également dimanche matin des soldats syriens à des déserteurs à Hara, une localité de la province Deraa (sud), mais aucun bilan n'était disponible à ce stade.

Par ailleurs, trois civils, dont un enfant de 14 ans, ont été tués par les forces de sécurité dans trois incidents séparés à Idleb, Homs (centre) et dans la province de Damas, selon la même source.

Ces violences se sont produites au lendemain du double veto de la Chine et de la Russie à un projet de résolution du Conseil de sécurité de l'ONU condamnant la répression en Syrie, quelques heures après un bombardement particulièrement meurtrier contre la ville contestataire de Homs (centre).

Selon l'opposition syrienne, le "massacre" de Homs, qui a coûté la vie à plus de 230 civils, est l'épisode le plus meurtrier depuis le début de la révolte populaire en mars 2011.

Damas a démenti avoir bombardé Homs, surnommée "la capitale de la révolution" et accusé l'opposition d'avoir elle-même incité des "groupes terroristes" à pilonner la ville pour influencer le vote à l'ONU.

Les violences en Syrie avaient fait samedi 48 morts, dont 24 civils et 18 soldats de l'armée régulière, selon l'OSDH. 
Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 21:30
Syrie : après le massacre de vendredi, près de 100 morts ce samedi, le régime profitant du veto russo-chinois (actualisation permanente)

Pour suivre l’actualité, actualisez la page

samedi 4 février 2012 - 01h32, par Mediarabe.info - Rome

 

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2102

 

Logo MédiArabe.Info

Après une nuit "rouge de sang", qui a fait plus de 350 morts et 1.200 blessés à Homs, l’Armée Syrienne Libre décrète la mobilisation générale pour riposter au massacre. Elle menace de frapper des cibles stratégiques à Damas. L’ASL accuse le régime d’avoir obtenu le feu vert russe pour éliminer le peuple. Le Parlement arabe appelle à expulser les ambassadeurs syriens dans les pays arabes.

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

Pour suivre l’information minute par minute, veuillez actualiser cette page en permanence (heure de Rome)

Samedi 4 février 2012 - 21h20 - Le président français veut créer le groupe des amis de la Syrie. Le président français, Nicolas Sarkozy, cité par la télévision « Al Arabiya », a vivement dénoncé le veto de la Russie et de la Chine. Le président français a appelé les pays amis de la Syrie à former le groupe des amis de la Syrie, afin de trouver une solution à la crise syrienne.

Samedi 4 février 2012 - 21h09 - Le Conseil National Syrien veut explorer des pistes en dehors des Nations Unies. Alors que les dirigeants du Conseil National Syrien (CNS) dénoncent l’alliance mafieuse entre les régimes russe et syrien, et l’alliance entre les deux régimes totalitaires syrien et chinois, et affirment que le double veto de Russie et de Chine vise à pérenniser ces alliances. De son côté, Burhane Ghalioun, président du CNS, affirme que l’opposition doit explorer les autres pistes sans passer par le Conseil de sécurité. Rappelons que les pays du Golfe ont vivement critiqué les positions de Moscou et de Pékin, prévenant que leurs relations avec la Russie et la Chine pourraient en souffrir. Selon plusieurs observateurs, l’Arabie saoudite et ses partenaires au sein du CCG pourraient recourir aux pressions économiques et énergétiques en guise de rétorsion.

Samedi 4 février 2012 - 21h04 - Près de 100 morts ce samedi. Parallèlement au veto de la Russie et de la Chine, qui a empêché le Conseil de sécurité de voter une résolution condamnant la Syrie, et profitant de ce blocage, le régime syrien a amplifié la répression ce samedi, faisant entre 95 et 102 morts selon les sources. Pour la première fois, les hélicoptères de combat ont participé au pilonnage de Zabadani et Madaya, soumises également aux bombardements de l’artillerie, dont les batteries ont été placées sur le versant est de la montagne séparant la Syrie du Liban. Selon plusieurs sources, le régime utilise des munitions à fragmentation semblables à celle utilisées par Israël contre Gaza et le Liban.

Samedi 4 février 2012 - 14h15 - Le ministre russe des Affaires étrangères à Damas, mardi prochain. Selon la télévision « Al Arabiya », le ministre russe des Affaires étrangères, et le chef des renseignements russes, se rendent à Damas mardi prochain pour rencontrer Assad. On ignore s’il s’agit d’une visite de soutien au régime ou au contraire d’une tentative de médiation, en prévision d’un lâchage de Bachar Al-Assad. Selon les observateurs, la première option serait à l’heure actuelle, la plus probable, sauf un coup de théâtre de dernière minute au Conseil de sécurité.

Samedi 4 février 2012 - 13h37 - Hama craint un nouveau massacre semblable à celui qui a endeuillé Homs. Plusieurs quartiers de la ville de Hama, qui commémorait hier le 30ème anniversaire du massacre de 1982 (30.000 à 45.000 morts), redoute aujourd’hui une attaque semblable à celle qui a visé Homs, la nuit dernière. D’autant plus que plusieurs quartier de Hama sont encerclés et décrétés zones fermées par les forces du régime. Des dizaines de personnes, dont des enfants, ont déjà été arrêtées par les miliciens du régime, dans le cadre de sa politique « d’épuration », récemment évoquée par le ministre de l’Intérieur, s’inspirant du vocabulaire nazi.

Samedi 4 février 2012 - 13h34 - Tunis demande à l’ambassadeur syrien de quitter le territoire immédiatement. Selon la télévision « Al Arabiya », la Tunisie a demandé à l’ambassadeur syrien de quitter son territoire immédiatement. Selon la même source, le président tunisien Mounsef Marzouki, retire la reconnaissance tunisienne du régime syrien de Bachar Al-Assad en réaction à la poursuite du génocide en Syrie. Marzouki affirme que la seule solution à la crise syrienne réside dans le départ de Bachar Al-Assad.

Samedi 4 février 2012 - 13h30 - Un déploiement massif des forces du régime dans le quartier Barza à Damas. Selon les comités de coordination de la révolte syrienne, le régime syrien a massivement déployé ses forces dans le quartier Al-Barza à Damas. Le régime craint un soulèvement de la population de Damas, après celui d’Alep. L’entrée en dissidence de ces deux principales villes signifie la fin du régime.

Samedi 4 février 2012 - 13h25 - La Tunisie décide d’expulser l’ambassadeur syrien. Selon la télévision « Al Jazeera », le gouvernement tunisien a décidé d’expulser l’ambassadeur de Syrie à Tunis, en guise de protestation contre le massacre commis par le régime de Damas à Homs. Selon « Al Jazeera », le président du Parlement arabe a aussi appelé tous les pays arabes à expulser les représentants du régime criminel de Bachar Al-Assad.

Samedi 4 février 2012 - 12h32 - Des manifestations à Homs pour dénoncer le massacre. Des manifestations géantes se déroulent en ce moment à Homs, notamment dans le quartier Al-Khaldiyeh, théâtre, la nuit dernière d’un véritable massacre. Des dizaines de milliers d’habitants manifestent contre le régime et s’apprêtent à enterrer leurs morts, alors que les recherchent se poursuivre pour retrouver les victimes ensevelies sous les décombres.

Samedi 4 février 2012 - 12h26 - Des combats à Daraya. Selon la télévision « Al Arabiya », des combats opposant l’armée du régime et l’Armée Syrienne Libre se déroulent en ce moment à Daraya, une ville de la province de Rif Damas, située au nord de la capitale. Par ailleurs, l’opposant Obeïda Nahhas affirme que « le régime syrien avait informé la Russie de l’opération de Homs, qui doit se poursuivre pendant au moins cinq jours. La Russie s’est ainsi rendue complice du massacre en bloquant les négociations au Conseil de sécurité autour d’une résolution onusienne sur la Syrie ».

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 20:50

 

1639044 3 5b55 des-victimes-du-bombardement-qui-a-vise-le 7

 

Le bombardement syrien a fait des centaines de morts à Homs

 

 

L’Occident et la Russie ont connu une épreuve de force de première importance, samedi 4 février, au sujet de la résolution de la Ligue Arabe appelant Assad à démissionner et à permettre la formation d’un gouvernement d’unité nationale. Le Président américain Barack Obama a exigé une prise de position de l’ONU contre « la brutalité implacable » du Président syrien  et un vote avant la fin de la journée. Sa proposition soumise au vote a été défaite par les vetos de la Russie et de la Chine.

 

Protest outside UN

 

 

Les sources moscovites accusent cette résolution d’être destinée à paver la voie pour une guerre en Iran et une tentative de renverser le régime de Téhéran.

 

Les sources militaires de Debkafile révèlent que les Russes ont appuyé leur ligne dure contre l’Occident, en mettant sur le pied de guerre leurs unités des Force de Réaction Rapide SOBR (alias Spetsnaz), dans les bases de la Mer Noire, prêtes à s’envoler pour la Syrie et d’aller y défendre Damas. Une dimension de Guerre Froide a été injectée dans la crise syrienne, qui tourne rapidement à la guerre interconfessionnelle entre les Alaouites (Chi’ites) dirigeant la Syrie et la majorité des Sunnites. La dimension régionale est fournie par l’opposition entre l’Iran et la Syrie contre la Turquie et les Arabes du Golfe.

 

 

 

L’annonce faite plus tôt par le ministre des affaires étrangères russe Serguei Lavrov, qu’il se rendrait en visite à Damas mardi prochain 7 février, avec le chef des services de renseignements russes à l’étranger, Mikhaïl Fradkov était destinée à obtenir un nouveau délai de grâce de trois jours pour en finir avec l’opposition, avant un éventuel cessez-le feu ordonné par l’ONU.

 

 

Cela dit, les Etats-Unis et les puissances occidentales ont refusé d’attendre les prochains excès syriens pour prendre position, après que différentes sources aient rapporté, plus tôt, samedi, que les troupes syriennes avaient bombardé le secteur de Khaldiyeh à Homs, tuant environ 350 personnes, selon les estimations sur place et blessant quelques 1500 personnes, dans le pire bombardement militaire durant près de 11 mois de soulèvement.

 

Les responsables du gouvernement syrien ont nié cette responsabilité, accusant des “hommes armés” de massacrer les civils. Les sources du renseignement de Debkafile notent que le geste de Moscou, consistant à envoyer le chef du renseignement extérieur à Damas, aux côtés de ministre des affaires étrangères est soutenu par le renfort de la présence du seul porte-avions russe dans le port de Tartous, l’Amiral Kouznetsov, avec deux destroyers et une force de la marine.

 

 

A part quelques brigades turques jalonnées le long de la frontière syrienne, l’Occident ne maintient aucune troupe dans le voisinage de la Syrie, depuis que l’armée américaine s’est retirée d’Irak, en décembre dernier. Les Etats-Unis ont présenté un front ferme au Conseil de Sécurité de l’ONU, samedi, avec le Président Obama insistant pour que le Conseil vote le texte de la Ligue Arabe, sans plus de délai ou modifications pour accommoder Moscou et que le président syrien démissionne, après son « agression indicible » contre Homs. Les lignes dures arrêtées par Washington et Moscou au sujet de la crise syrienne ont provoqué une épreuve de force rude autour du « Printemps Arabe », en tant que tel, où la Russie a durci le ton depuis que l’OTAN a aidé les rebelles libyens à renverser Mouammar Khadafi.

 

Le Premier ministre russe, Vladimir Poutine, qui se présente pour son troisième mandat en tant que Président, dans la période du mois en cours, et le Président Dmitry Medvedev apparaissent être déterminés, même au prix d’une intervention militaire, à ne pas laisser l’OTAN et les Etats Arabes répéter le scénario libyen à Damas. Le Président Obama a relevé le gant qu’ils ont jeté samedi. Si les Russes continuent à faire obstruction au rôle des Etats-Unis, des Européens et des Arabes dans leur appui à la révolte arabe et aux Frères Musulmans, les Etats-Unis, les Européens et les Arabes du Golfe vont probablement redoubler d’efforts pour renverser Bachar al Assad.

 

DEBKAfile Special Report February 4, 2012, 7:51 PM (GMT+02:00) 

Adaptation Marc Brzustowski
Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 19:18
Syrie : le massacre à Homs, Hama et Zabadani. Plus de 350 morts en une nuit (actualisation permanente)

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2102

Pour suivre l’actualité, actualisez la page

samedi 4 février 2012 - 01h32, par Mediarabe.info - Rome

Logo MédiArabe.Info

Après une nuit "rouge de sang", qui a fait plus de 350 morts et 1.200 blessés à Homs, l’Armée Syrienne Libre décrète la mobilisation générale pour riposter au massacre. Elle menace de frapper des cibles stratégiques à Damas. L’ASL accuse le régime d’avoir obtenu le feu vert russe pour éliminer le peuple. Le Parlement arabe appelle à expulser les ambassadeurs syriens dans les pays arabes.

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

Pour suivre l’information minute par minute, veuillez actualiser cette page en permanence (heure de Rome)

Samedi 4 février 2012 - 14h15 - Le ministre russe des Affaires étrangères à Damas, mardi prochain. Selon la télévision « Al Arabiya », le ministre russe des Affaires étrangères, et le chef des renseignements russes, se rendent à Damas mardi prochain pour rencontrer Assad. On ignore s’il s’agit d’une visite de soutien au régime ou au contraire d’une tentative de médiation, en prévision d’un lâchage de Bachar Al-Assad. Selon les observateurs, la première option serait à l’heure actuelle, la plus probable, sauf un coup de théâtre de dernière minute au Conseil de sécurité.

Samedi 4 février 2012 - 13h37 - Hama craint un nouveau massacre semblable à celui qui a endeuillé Homs. Plusieurs quartiers de la ville de Hama, qui commémorait hier le 30ème anniversaire du massacre de 1982 (30.000 à 45.000 morts), redoute aujourd’hui une attaque semblable à celle qui a visé Homs, la nuit dernière. D’autant plus que plusieurs quartier de Hama sont encerclés et décrétés zones fermées par les forces du régime. Des dizaines de personnes, dont des enfants, ont déjà été arrêtées par les miliciens du régime, dans le cadre de sa politique « d’épuration », récemment évoquée par le ministre de l’Intérieur, s’inspirant du vocabulaire nazi.

Samedi 4 février 2012 - 13h34 - Tunis demande à l’ambassadeur syrien de quitter le territoire immédiatement. Selon la télévision « Al Arabiya », la Tunisie a demandé à l’ambassadeur syrien de quitter son territoire immédiatement. Selon la même source, le président tunisien Mounsef Marzouki, retire la reconnaissance tunisienne du régime syrien de Bachar Al-Assad en réaction à la poursuite du génocide en Syrie. Marzouki affirme que la seule solution à la crise syrienne réside dans le départ de Bachar Al-Assad.

Samedi 4 février 2012 - 13h30 - Un déploiement massif des forces du régime dans le quartier Barza à Damas. Selon les comités de coordination de la révolte syrienne, le régime syrien a massivement déployé ses forces dans le quartier Al-Barza à Damas. Le régime craint un soulèvement de la population de Damas, après celui d’Alep. L’entrée en dissidence de ces deux principales villes signifie la fin du régime.

Samedi 4 février 2012 - 13h25 - La Tunisie décide d’expulser l’ambassadeur syrien. Selon la télévision « Al Jazeera », le gouvernement tunisien a décidé d’expulser l’ambassadeur de Syrie à Tunis, en guise de protestation contre le massacre commis par le régime de Damas à Homs. Selon « Al Jazeera », le président du Parlement arabe a aussi appelé tous les pays arabes à expulser les représentants du régime criminel de Bachar Al-Assad.

Samedi 4 février 2012 - 12h32 - Des manifestations à Homs pour dénoncer le massacre. Des manifestations géantes se déroulent en ce moment à Homs, notamment dans le quartier Al-Khaldiyeh, théâtre, la nuit dernière d’un véritable massacre. Des dizaines de milliers d’habitants manifestent contre le régime et s’apprêtent à enterrer leurs morts, alors que les recherchent se poursuivre pour retrouver les victimes ensevelies sous les décombres.

Samedi 4 février 2012 - 12h26 - Des combats à Daraya. Selon la télévision « Al Arabiya », des combats opposant l’armée du régime et l’Armée Syrienne Libre se déroulent en ce moment à Daraya, une ville de la province de Rif Damas, située au nord de la capitale. Par ailleurs, l’opposant Obeïda Nahhas affirme que « le régime syrien avait informé la Russie de l’opération de Homs, qui doit se poursuivre pendant au moins cinq jours. La Russie s’est ainsi rendue complice du massacre en bloquant les négociations au Conseil de sécurité autour d’une résolution onusienne sur la Syrie ».

Samedi 4 février 2012 - 12h05 - Homs ramasse ses martyrs. Les habitants de Homs tentent de retrouver des survivants sous les décombres des immeubles détruits sur les occupants, la nuit dernière. L’armée du régime ayant bombardé la ville au mortier de calibre 240 mm. Plus de 300 obus se sont abattus sur la ville en moins de deux heures. Le bilan communiqué ce matin de ce massacre fait état de 337 morts et plus de 1400 blessés. La télévision syrienne dément que l’armée ait bombardé la ville, et accuse les télévisions arabes de comploter contre le régime et de lui attribuer ce pilonnage pour influencer le Conseil de sécurité. Selon les médias officiels syriens, les images des cadavres diffusées par l’oppositions sont trafiquées, et qu’il s’agit de citoyens enlevés et assassinés par les groupes terroristes...

Samedi 4 février 2012 - 12h03 - Les communautés syrienne et arabe manifestent à New York. Des centaines de ressortissants syriens et arabes appellent à manifester devant le siège des Nations unies à New York, pendant la réunion prévue cet après-midi (15h00 GMT), afin d’exercer des pressions sur le Conseil de sécurité et le pousser à prendre ses responsabilités face au génocide en cours en Syrie. La Russie continue à bloquer le projet de résolution.

Samedi 4 février 2012 - 11h57 - Des manifestants envahissent les ambassades et consulats syriens dans plusieurs pays. Parmi les représentations diplomatiques et consulaires syriennes envahies ou encerclées par les opposants syriens, en réaction au massacre de la nuit dernière à Homs, figurent les ambassades et consulats en Grèce (où 12 syriens et un irakien ont été arrêtés par la police grecque), Egypte, Etats-Unis, Allemagne, Jordanie, Koweït et Grande-Bretagne.

Partager cet article
Repost0
4 février 2012 6 04 /02 /février /2012 18:42

 

 

Syrie : le massacre en cours à Homs, Hama et Zabadani. Plus de 260 morts en une nuit (actualisation permanente)

 

Pour suivre l’actualité, actualisez la page

 

http://www.mediarabe.info/spip.php?article2102

 

 

samedi 4 février 2012 - 01h32, par Mediarabe.info - Rome

Logo MédiArabe.Info

Après une nuit "rouge de sang", qui a fait plus de 250 morts et 700 blessés à Homs, l’Armée Syrienne Libre décrète la mobilisation générale pour riposter au massacre. Elle menace de frapper des cibles stratégiques à Damas. L’ASL accuse le régime d’avoir obtenu le feu vert russe pour éliminer le peuple.

Tip A Friend  Envoyer par email impression Imprimer cet article 

Pour suivre l’information minute par minute, veuillez actualiser cette page en permanence (heure de Rome)

Samedi 4 février 2012 - 04h36 - Une forte explosion à Hama. La télévision « Al Arabiya » cite à l’instant le centre d’information de la révolution syrienne selon lequel une très forte explosion vient de se produire à Hama, sur la route d’Alep. Le centre d’information ne précise ni la nature de l’explosion, ni les dégâts qu’elle aurait causés, encore moins la cible visée.

Samedi 4 février 2012 - 04h10 - Des déserteurs vengent Homs à Banyas. Selon des sources syriennes, des déserteurs ont attaqué des positions de l’armée et des milices syriennes à Baniyas, sur la côte syrienne. Les cibles ont été touchées, mais aucun bilan des attaques n’a été communiqué.

Samedi 4 février 2012 - 03h46 - Des blessés parmi les manifestants à Arihah (Idlib) Les forces du régime ont tiré à balles réelles sur un rassemblement nocturne organisé à Arihah, dans la province d’Idlib, en soutien avec Homs et Zabadani, endeuillées par plus de 350 morts. L’opposition syrienne affirme que plusieurs manifestants ont été blessés.

Samedi 4 février 2012 - 03h17 - De violents combats sont signalés à Harasta Selon la télévision « Al Jazeera », de fortes explosions ont été entendues dans la région de Harasta, dans la province de Rif Damas. Celle ville, située à une quinzaine de kilomètre au nord de Damas, serait le théâtre de violents combats entre l’Armée Syrienne Libre et les forces du régime.

Samedi 4 février 2012 - 03h05 - Les forces du régime enlèvent les blessés et kidnappent les cadavres à l’hôpital Selon la télévision « Al Jazeera », « les forces du régime ont investi l’hôpital Al-Amal (Espoir) à Homs. Ils ont enlevé plusieurs blessés qui y étaient admis, et ont emporté les cadavres des victimes ». Il ne fait pas de doute que cette opération vise à empêcher la diffusion des images du massacre. Les opposants syriens craignent que ces victimes ne soient enterrés dans des fosses communes.

Samedi 4 février 2012 - 02h59 - Le régime utilise des obus de 240 mm à Homs et Zabadani Selon plusieurs sources, le régime a utilisé des armes lourdes contre Homs et Zabadani, dans le but de détruire et de tuer. Des obus de 240 mm se sont abattus sur les immeubles, détruisant plusieurs bâtisses et faisant plus de 350 morts dans les deux villes, dont 250 dans la seule ville de Homs.

Samedi 4 février 2012 - 02h52 - « Idlib se révolte et se libère » Après la dispersion des manifestations qui se sont déroulées durant la journée de vendredi, et pendant la soirée, les informations venues de Homs annonçant le massacre à grande échelle commis par le régime ont relancé la mobilisation. Selon plusieurs sources concordantes, « plus de 30.000 hommes de la ville et de la province d’Idlib se sont alors révoltés. Ils ont pris les armes et ont attaqué les positions de l’armée et de la milice du régime. Ces derniers se sont enfuis ». Les mêmes sources affirment que la province d’Idlib est sur le point de se déclarer « zone libre ».

Samedi 4 février 2012 - 02h48 - Deux attaques à Damas L’Armée Syrienne Libre affirme avoir attaqué et détruit deux positions tenues par les forces du régime, peu après minuit, dans le quartier Al-Qidam, à Damas.

Samedi 4 février 2012 - 02h41 - Le massacre de Homs fait rougir les Israéliens Selon plusieurs témoins syriens, « le massacre commis cette nuit à Homs dépasse, par son ampleur, les massacres commis par Israël contre tous les Arabes. Même à Qana, au Liban (1996, opération Raisins de la colère), l’armée israélienne n’a pas atteint ce degré de cruauté. Assad a fait rougir les Israéliens ». Selon les mêmes sources, le bilan de la tuerie s’este encore alourdi, atteignant 250 morts. De nombreux blessés risquent de succomber à leurs blessures, faute de soins.

Samedi 4 février 2012 - 02h37 - Les opposants envahissent l’ambassade syrienne en Grèce Selon la télévision « Al Jazeera », des manifestants syriens en Grèce ont envahi l’ambassade de Damas à Athènes. Ils ont remplacé le drapeau syrien (imposé par le parti Baath) par celui adopté par la révolution (le drapeau de l’indépendance).

Samedi 4 février 2012 - 02h23 - L’ASL encercle le siège de la Sûreté de l’Etat à Zabadani L’Armée syrienne libre semble avoir mis ses menaces à exécution. Après avoir attaqué le siège des renseignements de l’armée de l’air à Homs, elle affirme encercler le siège de la Sûreté de l’Etat (la police politique du régime) à Zabadani.

Samedi 4 février 2012 - 02h20 - Des Syriens et des Jordaniens manifestent à Amman Des centaines de ressortissants syriens en Jordanie, ainsi que des Jordaniens, manifestent en ce moment devant l’ambassade de Syrie à Amman, pour dénoncer le massacre de Homs, l’attaque contre Hama, l’offensive à Zabadani et le pilonnage des villes de Rif Damas.

Samedi 4 février 2012 - 02h14 - Des appels à manifester à travers la Syrie L’opposition appelle le peuple syrien révolté à se mobiliser, après le massacre de cette nuit, et à manifester à travers le pays. Grâce à cette mobilisation, et des manifestations géantes permanentes, les révoltés comptent faire plier le régime, qui donne déjà des signes de faiblesse, notamment sur le plan économique.

Samedi 4 février 2012 - 02h11 - L’ASL bombarde le siège des renseignements à Homs Dans un communiqué publié cette nuit, l’Armée Syrielle Libre affirme avoir attaqué aux armes légères et moyennes et aux roquettes RPG le siège des services de renseignement de l’armée de l’air, situé sur le rond point de l’air à Homs. L’Attaque, qui se veut une riposte au massacre commis cette nuit, a provoqué un incendie dans le bâtiment.

Samedi 4 février 2012 - 02h07 - Les forces du régime attaquent HamaPlusieurs sources concordantes affirment, cette nuit, que les forces du régime ont lancé une attaque contre la ville de Hama, notamment par le sud et l’est. Plusieurs dizaines de chars d’assaut et de blindés sont impliqués dans cette offensive.

Samedi 4 février 2012 - 02h05 - L’opposition syrienne s’en prend aux ambassades de Damas L’opposition syrienne a annoncé cette nuit qu’après le massacre de Homs, des militants ont investi et occupé, cette nuit, plusieurs ambassades du régime. Il s’agit notamment de l’ambassade de Syrie à Amman (Jordanie), à Berlin (Allemagne) et au Caire (Egypte).

Samedi 4 février 2012 - 01h55 - L’Armée Syrienne Libre capture 19 soldats à Homs L’ASL a diffusé un enregistrement montrant les 19 soldats capturés à Al-Khaldiyeh, à Homs. Parmi ces captifs figurent plusieurs militaires alaouites. L’ASL affirme qu’ils sont bien traités, car elle refuse de tomber dans le piège du régime qui cherche à donner une connotation confessionnelle au conflit. L’ASL promet de les remettre à un employé de l’ambassade de Russie à Damas, dans trois jours.

Samedi 4 février 2012 - 01h50 - Burhan Ghalioun appelle à la création d’un fonds de reconstruction de la Syrie Le président du Conseil National Syrien (CNS) propose la création d’un fonds pour reconstruire la Syrie et aider la population, qui a tout perdu. Il invite les Européens et les pays arabes à contribuer à ce fonds.

Samedi 4 février 2012 - 01h43 - Burhan Ghalioun affirme que l’arrêt de la violence passe par le départ de Bachar Al-Assad Le président du Conseil national syrien, Burhan Ghalioun, interrogé cette nuit par la télévision « Al Arabiya », affirme que le seul moyen de mettre un terme à la violence en Syrie est le renversement du régime. L’arrêt du crime passe par le départ du criminel Assad. Il a ajouté que le peuple syrien est déterminé à en finir avec le régime. Face à la révolution populaire, le régime recourt au terrorisme de masse. Ce qui atteste que ses heures sont comptées.

Samedi 4 février 2012 - 01h40 - Des appels aux dons de sang à Homs La population de Homs, endeuillée par des bombardements intensifs (230 morts et 700 blessés), lance des appels urgents aux dons de sang pour sauver les blessés, d’autant plus que ces victimes sont soignées dans les hôpitaux de fortune installés dans les maisons privées. Car les miliciens du régime, et certains membres du corps médical achèvent les blessés dès leur admission dans les hôpitaux publics.

Samedi 4 février 2012 - 01h36 - L’Armée Syrienne Libre menaceAmmar Al-Wawi, l’un des commandants de l’Armée Syrienne Libre, affirme que le régime de Bachar Al-Assad est décidé à éliminer tout le peuple. Il vient de distribuer à ses unités et à ses miliciens, déployés autour de Homs, de Hama et de Deraa notamment, des masques à gaz. Ce qui laisse croire que le régime veut recourir à des armes de destruction massive. Mais l’ASL affirme que depuis cette nuit, il n’y a plus de place au dialogue et menace de bombarder Damas et tous les postes de commandement du régime et ses fiefs. L’ASL demande à la population de Damas de s’éloigner de ces cibles.

Samedi 4 février 2012 - 01h28 - L’Armée Syrienne Libre accuse Ammar Al-Wawi, l’un des commandants de l’Armée Syrienne Libre (ASL) accuse, cette nuit, directement la Russie et certains pays voisins (Iran, Liban, Irak) par leur implication, et indirectement la Ligue arabe et la communauté internationale par leur inaction, d’avoir donné le feu vert à Assad pour massacrer le peuple syrien.

Samedi 4 février 2012 - 00h57 - Le Conseil de sécurité se réunira samedi à 15h00 GMT, après le massacre de 230 personnes à Homs Le Conseil de sécurité des Nations Unies doit se réunir samedi à 15h00 (GMT) pour tenter de voter une résolution relative à la Syrie. Mais pour éviter le veto de la Russie, la Ligue arabe (le projet de résolution étant présenté par le Maroc) et les Occidentaux ont dû vider la résolution de son contenu. La Russie refuse en effet de mettre un terme au massacre en cours en Syrie (le deux régimes alliés mènent un seul et unique combat). La réunion de samedi interviendra ainsi après le massacre commis cette nuit à Homs, où le bilan vient de s’alourdir à 230 morts et 700 blessés.

Samedi 4 février 2012 - 00h49 - De violents combats à Zabadani La télévision « Al Arabiya » cite, à l’instant, le centre d’information de la révolution syrienne, selon lequel de violents combats se déroulent en ce moment entre les forces du régime, qui ont lancé une offensive contre la ville de Zabadani, et l’Armée syrienne libre, qui la défend après l’avoir « libérée » la semaine dernière.

Samedi 4 février 2012 - 00h44 - Le bilan s’alourdit à Homs. 200 morts et plus de 700 blessés cette nuit Les comités de coordination de la révolte syrienne revoit à la hausse le bilan du pilonnage de Homs par les forces du régime. Désormais, les bombardements, qui se poursuivent sans discontinue, ont fait 200 morts et plus de 700 blessés. Ce bilan pourrait encore s’alourdir d’autant plus que de nombreux blessés, ne sont pas secourus, risquent de succomber à leurs blessures ou aux hémorragies. Les cadavres sont entassés dans les rues et sous les décombres. Assad semble tenir sa promesse : faire oublier la criminalité de son père.

Samedi 4 février 2012 - 00h30 - L’armée du régime lance une vaste offensive à l’est de Damas Selon les informations en provenance de Syrie, les forces du régime ont lancé, cette nuit, une vaste offensive contre les villes de la banlieue est de Damas. L’attaque vise notamment la Ghouta, Sebqa, Jesreen, Kafar Batna, et Harmala. Pendant ce temps, les négociations au Conseil de sécurité de l’ONU butent sur l’opposition russe. Les opposants syriens accusent Moscou de bloquer toute résolution, afin de permettre au régime de reconquérir le terrain perdu, au prix de centaines de morts. Ce qui explique la violence de l’attaque contre Homs et contre Rif Damas, lancées cette nuit. Depuis la soirée, 138 personnes ont été tuées à Homs, et plus de 500 autres ont été blessés. Les appels au secours lancés par la population restent vains, les ambulances ne peuvent s’aventurer dans la ville soumise aux violents bombardements, et les miliciens achèvent les blessés dès leur admission aux hôpitaux.

Samedi 4 février 2012 - 00h09 - Plus de 138 morts et 500 blessés. A avec la boucherie de Homs, Bachar Al-Assad veut faire regretter son père ! Selon un nouveau bilan, relayé à l’instant par la télévision « Al Arabiya », l’attaque menée par les forces du régime dans le cadre de sa politique de terre brûlée, a fait au moins 138 morts et plus de 500 blessés. Depuis trois heures, plusieurs quartiers de Homs sont violemment bombardés à l’artillerie lourde et les mortiers de gros calibres. Le pilonnage a commencé dans la soirée après une importante manifestation nocturne. Selon les témoins, les cadavres jonchent le sol, et les ambulances ne parviennent pas à évacuer les victimes. D’ailleurs, les miliciens du régime encerclent plusieurs hôpitaux de la ville pour achever les blessés qui y seront admis. De ce fait, les opposants syriens soulignent, ironiquement, que « Bachar Al-Assad veut faire pire que son père et le faire regretter, faisant allusion au massacre de Hama commis il y a 30 ans jour pour jour. Mais la différence qu’en 2012, les Syriens disposent de caméras, de téléphones et d’internet. Assad ne peut plus massacrer à huis clos et nous ne nous laisserons pas faire. Assad finira comme Kadhafi », concluent-ils.

Vendredi 3 février 2012 - 23h47 - Nouveau bilan du massacre de Homs : 40 morts et 168 blessés Selon un nouveau bilan établi par le comité général de la révolte syrienne, l’attaque menée cette nuit contre le quartier Al-Khaldiyeh, à Homs, par l’armée du régime syrien, fait désormais étant de 40 morts et 168 blessés. Ce bilan s’ajoute aux 38 personnes déjà tuées dans la répression durant la journée de vendredi.

Vendredi 3 février 2012 - 23h33 - Le régime commet un massacre à Homs et s’apprête à attaquer Al-Zabadani Le comité général de la révolte syrienne affirme ce soir que le régime de Bachar Al-Assad a commis un véritable massacre, cette soirée, dans le quartier Al-Khaldiyeh à Homs. Selon l’opposition, les forces du régime ont tué 25 personnes et en ont blessé 150 autres. Ce massacre coïncide avec le 30ème anniversaire du massacres de Hama, en 1982. De son côté, le Rassemblement des libéraux de Damas, un groupe opposant au régime, affirme que l’armée du régime commence son assaut, cette nuit, contre la ville de Zabadani, dans la province de Rif Damas. Plusieurs dizaines de chars d’assaut avaient été massées dans la région depuis plusieurs jours, en prévision de cette attaque. Rappelons que les milieux proches de Bachar Al-Assad, notamment ses alliés libanais, affirment depuis plusieurs jours que « le régime se prépare à éradiquer la révolte ». Des sources syriennes ajoutent à cet égard que « le régime a demandé à la Russie de couvrir politiquement son offensive tous azimuts, et qui pourrait faire jusqu’à 400 morts par jour. Moscou lui aurait suggéré de ne pas dépasser 100 morts par jour pour éviter de susciter une forte émotion internationale ». La diplomatie russe craint de ne pas pouvoir soutenir Damas dans une telle situation.

Mediarabe.info

Partager cet article
Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 23:17
Syrie : la contestation touche désormais la province d’Ar-Raqqah. L’ASL intercepte de nouveaux Iraniens à Idlib

http://www.mediarabe.info/spip.php?breve3707

jeudi 2 février 2012 - 22h09
Logo MédiArabe.Info

Selon plusieurs sources, la province syrienne d’Ar-Raqqah (ou al-Rakka), l’une des plus calmes jusque-là grâce aux chefs de tribus « achetés » par le régime , (Bachar Al-Assad y a célébré la fête d’Al-Adha en novembre dernier), a connu ce jeudi d’importantes manifestations hostiles au régime. Les opposants ont marché sur le complexe administratif et sur le siège des services de renseignements de l’armée de l’air. Ils ont arraché un portrait géant de Bachar Al-Assad et tentent, ce soir, de détruire une statue de Hafez Al-Assad, pour célébrer à leur façon le 30ème anniversaire des massacres de Hama. Les forces du régime tentent de disperser les manifestants, utilisant des bombes lacrymogènes et des gaz toxiques. Par ailleurs, le régime masse ses forces autour de Zabadani, et accentue ses pressions sur la région de Deraa. Ce jeudi, au moins 17 personnes ont été tués dans la répression.

Notons que l’Armée syrienne libre (ASL) affirme ce soir avoir arrêté sept Iraniens, qui s’ajoutent à la vingtaine déjà interceptés. Les derniers iraniens ont été capturés dans la région d’Idlib alors qu’ils tentaient de rejoindre une caserne de l’armée du régime. L’ASL avait laissé entendre, ces derniers jours, qu’elle était disposée à échanger ces Iraniens, membres des Gardiens de la Révolution, contre des officiers arrêtés par le régime.

Partager cet article
Repost0
2 février 2012 4 02 /02 /février /2012 23:14
Syrie : 17 soldats syriens capturés par l’ASL à Homs, qui échappe désormais entièrement au régime

http://www.mediarabe.info/spip.php?breve3709

jeudi 2 février 2012 - 22h36
Logo MédiArabe.Info

La télévision « Al Arabiya » affirme, à l’instant, que la « brigade Al-Farouk », relevant de l’Armée Syrienne Libre (ASL), vient de s’emparer d’une importante position détenue par l’armée du régime, dans le quartier Al-Khaldiyeh à Homs. Les déserteurs, qui ont pris d’assaut cette position, ont réussi à capturer 17 soldats loyalistes et à contrôler le dispensaire d’Al-Khaldiyeh.

D’autres sources confirment la capture de 17 militaires syriens par l’ASL, mais affirment qu’il s’agit surtout de membres de la Sûreté de l’Etat (police politique), dont un haut officier. Les mêmes sources ajoutent que la position d’Al-Khaldiyeh était la quatrième position qui tombe ce jeudi entre les mains de l’ASL. De ce fait, la ville de Homs est désormais libérée, après la chute des derniers barrages qui la morcelaient.

Partager cet article
Repost0
1 février 2012 3 01 /02 /février /2012 19:50

 

Ana Maria Luca, 1er février  2012   


russia420-02112041225 (Copier)

Le porte-avions russe Kuznetsov à quai dans le port de Tartus, le long de la mer Méditerranée. (AFP photo)

 

Il y a de la fierté, il existe des intérêts militaires stratégiques, et puis il y a le business. Quand elle parle de la Syrie, la Russie sous-entend tout cela ensemble. Les analystes affirment que le soutien inébranlable de la Russie à l’égard de la Syrie, au Conseil de Sécurité de l’ONU est une combinaison de tradition diplomatique d’opposition aux Etats-Unis, de craintes d’un changement de leadership au Kremlin et de fieffé entêtement.

La Syrie est resté l’allié le plus important que la Russie conserve au Moyen-Orient, bien que certains analystes basés à Damas pensent que le régime du Président Bachar al Assad est loin d’être un grand partenaire de Moscou en affaires.

“Certains des accords spectaculaires annoncés récemment résonnent comme des effets de posture, plutôt que comme quoi que ce soit de décisif », a confié l’analyste de l’International Crisis Group Peter Harling à Now Lebanon. « La Russie peut, cependant, fournir les munitions et les pièces détachées dont le gouvernement syrien a besoin pour soutenir sa répression [du soulèvement] », ajoute t-il.

Mais Harling dit encore que, depuis des années, les accords d’armement entre la Russie et la Syrie, sont largement symboliques. « Récemment, Moscou a prêté plus d’attention et jouit de relations plus étroites avec Jérusalem qu’avec Damas, et a été attentive à ne pas s’aliéner Israël. Les responsables syriens ont typiquement exprimé leur déception, à chaque rétention d’armes ou lorsqu’elles étaient livrées incomplètes. Pour sa part, le régime Assad n’a jamais été un client prospère, et les choses ne vont pas aller en s’améliorant”, précise t-il.


Mais Israël, client qui dispose de plus d’argent, n’est pas désireux d’offrir à la Russie ce que peut faire la Syrie, en termes de stratégie militaire. L’accès de la Russie à la Mer Méditerranée correspond au havre syrien de Tartous. Tous les autres alliés dont disposait Moscou ont disparu depuis longtemps : l’Egypte a expulsé les Russes dans les années 1970, l’ancienne Yougoslavie s’est dissoute dans les années 1990, et Mouammar Khadafi a été renversé en Libye l’an dernier.

A la mi-janvier, l’unique porte-avions russe, l’Amiral Kuznetsov, a rendu une visite haute en couleur à Tartous, ce qui a été interprété comme un signe de soutien au Régime Assad.

Les contrats d’affaires militaires entre la Russie et la Syrie ne sont pas tout-à-fait négligeables, comparés aux autres pays du Moyen-Orient. Loin du niveau de l’Inde, qui est le plus grand consommateur d’armes russes et e loin, la Syrie achète encore 7% des exportations d’armes de la Russie, selon le Centre d’Analyse des Stratégies et Technologies, un Think-Tank basé à Moscou. (Cependant, l’Iran, a consommateur essentiel d’armes russes, n’est pas mentionné dans la liste du Think Tank).

Le dernier contrat entre Damas et Moscou qui a fait l’actualité et suscité l’indignation de l’Occident, a été signé en décembre 2011, lorsque la Russie a accepté de vendre à la Syrie 36 avions Yak-130 pour une valeur de 500 millions de $. Bien que de nombreux analystes aient paniqué, ces avions ne sont pas des chasseurs de combat, mais des deux-places destinés à entraîner les pilotes, et ils ont un usage limité comme bombardiers légers sur de petites zones de guerre. Plus que tout, aucun de ces avions n’est prêt d’être livré de sitôt, puisque le fabriquant russe veut d’abord voir l’argent syrien avant qu’il ne commence à assembler les avions.

Cependant, la Russie a realize plusieurs livraisons d’armes à la Syrie. En décembre 2011, l’agence de presse russe Interfax révélait que Moscou avait livré 72 missiles de croisière supersoniques Yakhont SS-N-26 sol-mer à Damas, avec deux systèmes de défense des côtes Bastion terre-mer. Le contrat, signé en 2007, est estimé à une valeur de 300 millions de $. Au cours de ces dernières années, on rapporte que Moscou a fourni à la Syrie 36 systèmes de défense anti-aérienne de courte portée Pantsir SIE montés sur camions et huit  avions de combat intercepteurs MIG-29SM. La Syrie veut aussi furieusement obtenir des missiles sol-sol tactiques Iskandar-E, de haute précision et présumés être parmi les systèmes les plus avancés de ce type dans le monde.

Mais tout est en place pour la négociation, et plusieurs personnalités de l’opposition syrienne ont déjà approché des diplomates russes pour leur assurer que, même en cas de changement de régime, la Syrie continuera encore à faire des affaires avec Moscou. Le Président du Conseil National Syrien, Burhan Ghalioun a rencontré l’Ambassadeur russe à l’ONU, Vitaly Churkin, pour promettre à Moscou que ses intérêts en Syrie seraient préservés, indifféremment du sort réservé à Assad. «  Nous les avons rassurés sur le fait que nous restons attentifs à poursuivre la relation historique envers la Russie », a-t-il déclaré aux journalistes à New-York. « J’en appelle à la Russie, qui entretient des relations historiques prolongées avec le peuple syrien, pour qu’elle empêche le régime Assad d’exploiter le soutien russe dans le seu but de poursuivre son oppression ».

Marah Bukaï, une femme écrivain et militante américano-syrienne, a confirmé à Now Lebanon, que l’opposition reste ouvert à entamer des relations avec la Russie, et bien que les diplomates russes semblent très déterminés à se tenir auprès d’Assad, elle pense qu’il y a encore de l’espoir pour une résolution à l’ONU. « Je suis sûre que la Russie ne tiendra pas cette position très longtemps, à présent. On a observé quelques évolutions dans leur position », a t-elle affirmé. « Les Russes ne peuvent pas s’isoler du monde entier. Ils savent que leurs intérêts stratégiques se trouvent du côté du peuple syrien. Je pense qu’ils travaillent à produire une décision de dernière minute, comme ils l’ont fait dans le cas de la Libye », a-t-elle dit.

Pour Harling, “Une partie du problème provident du fait que l’Occident a dupé la Russie en permettant un changement de régime en Libye, sous le couvert ‘une intervention humanitaire. Mais, il y a un soupçon plus général à propos des motivations de l’Occident dans la région toute entière, qu’ils pensent avoir déjà subi suffisamment de désordres », affirme t-il.

“La Russie veut obtenir la stabilité, craint le renforcement du pouvoir des Islamistes, et souhaite jouer un rôle visible. Elle pense qu’elle peut faire tout ce qui précède en soutenant le statuquo. Bien qu’elle ait peu d’intérêts significatifs en Syrie elle-même, elle a en a encore moins dans la région, et, par conséquent, a peu à perdre en prenant des décisions impopulaires ».



http://www.nowlebanon.com/NewsArticleDetails.aspx?ID=359381#ixzz1l9FTAN2B 

Adaptation : Marc Brzustowski.

 


Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis