Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 16:17

 

 

 

Les dirigeants du Qatar sont directement responsables des crimes du Trocadéro

On apprend à l’instant que l’absence de forces importantes de police au Trocadéro est due à « une demande des Qataris qui ne voulaient pas qu’il y ait des policiers visibles » !

Ecoutez la déclaration stupéfiante de Jean-Jacques Urvoas, le « Monsieur Sécurité » du PS, qui vient de faire cet aveu sur RMC, dans l’émission « Carrément Brunet » :

On comprend la réaction stupéfaite et scandalisée du présentateur Eric Brunet : « Attendez, ce sont les Qatari maintenant qui se substituent au Préfet de police ? Je ne savais pas que c’était l’émir du Qatar qui dirigeait la police française ! »

Ainsi, François Hollande et Jean-Marc Ayrault laissent-ils à présent notre pays être dirigé par les dictateurs islamofascistes du Qatar, qui, du haut de leur tas de pétrole immérité, ordonnent à notre police de laisser les racailles musulmanes détruire Paris !

http://ripostelaique.com/trocadero-barbarie-des-racailles-et-trahison-de-manuel-valls.html

Repost 0
14 mai 2013 2 14 /05 /mai /2013 10:43

 

 

PSG : happening (« bousculade ») réussi au Trocadéro

 

Du pur art brut : un scooter incrusté dans une pharmacie (selon RTL) et les caill-ra bien sûr qui posent devant cette oeuvre d'art contemporain, pas aussi spectaculaire que les Twins, certes, dont l'effondrement avait ravi Stockhausen(qui s'y connaît en art contemporain) mais sponsorisée tout de même par vos impôts (via les diverses allocations) et aussi bientôt vos smartphones ; la "bousculade" (dixit Valls) a ainsi tenu ses promesses, avec en sus un drapeau algérien vu sur l'échafaudage du parvis des droits de l'Homme (ci-dessus) et des maillots marqués "emirates"…

Que peut faire justement le Qatar ? Évoquer l'impérialisme et le néolibéralisme comme causes du "malaise des banlieues" seraient un peu court et surtout déjà fait en 2005 (avant aussi). Envoyer donc plutôt  des escouades d'imams dans les banlieues plutôt que Laurent Mucchielli, et pourquoi pas ? D'ailleurs ce dernier n'a-t-il pas noté dans un texte récent (étudié dans mon dernier livre) que le retour de l'islam dans les banlieues aurait permis de ralentir le trafic de drogue dans certains quartiers — on le voit en effet ces temps-ci à Marseille :-)

En fait, les damnés de la nouvelle terre médiatique ont voulu rentrer dans le poste de TV, d'autant qu'une estrade ouverte paradait devant eux alors que ce sont eux les stars bien sûr, des centaines de thèses, des livres, des myriades d'émissions leur sont consacrés, mais tout reste en place, tout hormis un peu de peinture vite écaillée : MJC avec un discours misérabiliste, collège unique, travail, entreprises diabolisées  par les potes de Mucchielli, machines obsolètes dans certains lycées pro, ne parlons pas des "facs poubelles" comme les gauchistes disaient eux-mêmes dans les années 80, pas étonnant que la culture des gangs fasse recette et de temps en temps fasse une "installation" grande nature en appliquant à grande échelle les principes de destruction du soi du moi du genre personnifiés dans cette belle bagnole et han !, manque plus que les viols comme au Caire, mais il est vrai que les filles ne sont pas légion comme fans du PSG, ce nouvel agent art brut happening grandiose, c'était bô ! bobo vraiment, on en redemande ! allo quoi !!!

 


Le Trocadéro, à Paris, lundi en fin d'après-midi. Le Trocadéro, à Paris, lundi en fin d'après-midi. © Thibault Camus / AP, Sipa

 

 

 

Stockhausen : le 11 septembre, "la plus belle oeuvre d'art...".

Repost 0
13 novembre 2012 2 13 /11 /novembre /2012 13:06

 

 

 

http://www.lefigaro.fr

Mots clés : 

Par Jean-Marc LeclercMis à jour le 13/11/2012 à 09:35 | publié le 12/11/2012 à 19:28 Réactions (214)
Vol de portable. Depuis mai 2012, les atteintes aux personnes et aux biens ont respectivement augmenté de 5,1 % et 1,1 %.
Vol de portable. Depuis mai 2012, les atteintes aux personnes et aux biens ont respectivement augmenté de 5,1 % et 1,1 %. Crédits photo : JEGAT MAXIME/PHOTOPQR/LE PROGRES

INFOGRAPHIE - Beauvau fait face à une explosion des crimes et délits. Le Figaro a eu accès aux statistiques.

L'affaire se corse pour le gouvernement Ayrault. Alors que le ministre de l'Intérieur, Manuel Valls, sauvait la mise à son camp, par une communication habile sur le front de la délinquance et de l'immigration, voici que tombent les chiffres d'octobre pour son ministère. Et les données incontestables auxquelles Le Figaro a eu accès sont catastrophiques. Tout se dégrade en matière de crimes et délits. Le mois dernier, les violences (presque 44 000 faits) ont augmenté de près de 9 %, et même de 24,9 % en zone gendarmerie! Les atteintes aux biens, cambriolages et autres vols (presque 190 000 faits) ont crû, dans le même temps, de 8 % et les infractions économiques et financières (presque 29 000 faits) de près de 18 %.

Dans le détail, les violences crapuleuses, celles commises pour acquérir un bien, ont grimpé de 8,5 %, les effractions de résidences principales et secondaires de 16,4 %, celles commises dans les locaux commerciaux de 17,9 %. Quant à la criminalité organisée, celle qui commet les faits par définition les plus graves, comme les vols à main armée, elle se manifeste dans des proportions en hausse de 7,4 %. Du jamais-vu depuis les années Jospin-Vaillant. La délinquance générale aura donc enflé de 8 % en un mois. Qu'on le divise par tranche ou que l'on présente dans sa globalité, octobre 2012 est un cauchemar sur le plan statistique.

S'agit-il d'un mois «atypique»? Par souci d'objectivité, Le Figaro a souhaité remonter en arrière pour livrer une présentation semestrielle des résultats gouvernementaux dans la lutte contre la délinquance (voir notre graphique). Et le bilan est plutôt mitigé. Depuis mai 2012, les atteintes aux personnes et aux biens ont respectivement augmenté de 5,1 % et 1,1 %. Quant aux escroqueries, elles affichent une baisse de 9,8 %. Mais celle-ci a une explication qui n'est guère flatteuse: depuis des mois - et cela a commencé sous la droite -, les fraudes aux moyens de paiement via Internet sont subtilement écartées des tableaux officiels, sur instruction des procureurs qui ont demandé de ne plus prendre les plaintes quand il n'y a pas dépossession physique de la carte bancaire, alors que le commerce électronique et ses aléas ne cessent de croître. Cette supercherie a été maintes fois dénoncée par l'Observatoire de la délinquance.

Au final, il y a bien un phénomène d'accélération dans la dégradation des indicateurs des faits constatés. Elle est particulièrement perceptible depuis trois mois, concernant les violences, notamment contre les forces de l'ordre, avec 2 570 agents victimes de plus pour le seul moins d'octobre. Le Figaro avait révélé (nos éditions du 24 octobre dernier) que 38 membres des forces de l'ordre sont blessés chaque jour en France.

Fin de la «politique du chiffre»

Pour Bruno Beschizza, ancien patron du syndicat de policiers Synergie-Officiers et actuel conseiller régional UMP de Seine-Saint-Denis, «cette banalisation des atteintes aux porteurs de l'uniforme signifie qu'une barrière a cédé».

La fin de la «politique du chiffre» signifie-t-elle que les forces de l'ordre ont levé le pied. Pas à en juger par le nombre des blessés, en tout cas.

C'est que tout n'est pas noir dans le bilan d'étape de Manuel Valls. Ainsi, lors de ce terrible mois d'octobre, le nombre de mis en cause a augmenté de 8 %, avec plus de 111 000 suspects appelés à rendre des comptes à la justice.

Manuel Valls a-t-il à craindre des chiffres? Dans son discours du 19 septembre dernier, à l'École militaire de Paris, il a assuré vouloir, par de futures réformes, «franchir une étape vers plus de fiabilité de la statistique publique de la délinquance, et de sincérité dans son maniement». Certains policiers de haut rang s'étonnaient même de l'entendre professer à la tribune que mieux prendre en compte la délinquance, c'est accepter les éventuelles hausses, sans se voiler la face. La séquence a commencé avant les réformes.


 

 

LIRE AUSSI:

» Violences contre les forces de l'ordre: 38 blessés par jour

» Sécurité: Valls abandonne la «politique du chiffre»

» Zones de sécurité prioritaires: le difficile pari de Manuel Valls

» Bloquer son mobile volé avec le numéro IMEI (Le Particulier)

Repost 0
8 novembre 2012 4 08 /11 /novembre /2012 20:08

 

Xavier Lemoine : "La République court à la catastrophe !"

SOCIÉTÉ

 

 

 

*

 

Une étude menée pendant un an, notamment à Montfermeil, en Seine-Saint-Denis, révèle que les préceptes de l’islam remplacent de plus en plus les valeurs républicaines dans nos banlieues. Le maire de Montfermeil, Xavier Lemoine (UMP), réagit à ce constat en lançant un cri d’alarme.

http://www.francesoir.fr

Xavier Lemoine, maire de Montfermeil
Xavier Lemoine, maire de Montfermeil SIPA/JEROME MARS

FRANCE-SOIR L’étude de l’Institut Montaigne (lire encadré) affirme que l’islam a pris le pouvoir dans nos banlieues. Partagez-vous cette analyse ?
XAVIER LEMOINE Oui ! Je le dis depuis des années. L’islam s’est implanté dans nos quartiers. On en prend enfin conscience. Sauf que les remèdes avancés par l’Institut Montaigne – mettre plus d’argent dans les quartiers – ne sont pas les bons. De l’argent, depuis trente ans, on en a mis beaucoup dans les banlieues. Le problème, c’est que la République n’a eu aucune exigence vis-à-vis des populations accueillies. Installées en France, beaucoup d’entre elles continuent à vivre et à se comporter comme dans leurs pays d’origine, avec leurs langues et leurs coutumes, refusant nos valeurs, notre histoire et notre culture.

F.-S. Avez-vous des exemples ?
X. L. Dans ma ville, on a dépensé des sommes énormes pour que les populations étrangères s’intègrent. Mais des familles qui vivent en France depuis 10, 20 ou 25 ans ne parlent toujours pas français. Elles ne souhaitent pas s’intégrer, et la République laisse faire. Résultat : une multitude de communautés ethniques vivent chez nous en totale autarcie, entre elles, en dehors de nos règles et de nos valeurs.

F.-S. Notre pays est pourtant très attaché à ses valeurs républicaines !
X. L. Oui, mais par angélisme on a laissé ces communautés s’organiser entre elles. Sous prétexte de respecter leurs cultures, on n’a pas exigé le respect de notre culture. On a été pris en otages. Ce que je dis, ce n’est ni du racisme ni de la discrimination. C’est du bon sens. Il faut défendre les valeurs qui ont fait la France.

F.-S. Refuser de s’intégrer, ça veut dire quoi ?
X. L. Par exemple, ne pas parler français. La plupart des enfants des quartiers ne parlent pas français à la maison. Ils parlent la langue et ils regardent la télévision du pays d’origine de leurs parents. Dans les cours de récréation de ma ville, il y a 40 à 50 nationalités différentes. Et, là encore, chacun parle la langue d’origine des parents. Les mercredis et les samedis, ces mêmes enfants sont pris en charge par les écoles coraniques ou les associations tenues par leurs ambassades. Les établissements publics sont de moins en moins utilisés.

F.-S. Quelles conséquences pour ces jeunes ?
X. L. Elevés dans leurs ghettos communautaires, ils n’adhèrent pas à nos valeurs. Et quand ils arrivent dans le monde du travail, ils ne sont pas « employables ». Ce n’est pas une question de formation, mais de « savoir être », de comportement, de codes sociaux.

F.-S. Quelles conséquences pour notre pays ?
X. L. C’est l’éclatement de la République ! Les politiques, les associations et les médias doivent comprendre que nous ne sommes pas au pays des Bisounours. Récemment, un imam est venu me voir et il m’a dit : « Monsieur le maire, en 2014 vous serez peut-être encore réélu, mais en 2020 ce sera nous. C’est mathématique, car nous serons majoritaires. »

F.-S. Je ne comprends pas…
X. L. Cet imam faisait allusion au basculement démographique qui, selon lui, se produira en France. Déjà, en Seine-Saint-Denis, que constatons-nous ? Sur le 1,5 million d’habitants recensés, 500.000 sont titulaires d’une carte de séjour, 500.000 sont français en vertu du droit du sol ou des naturalisations et donc sans aucune ascendance française, les 500.000 autres, Français ayant des ascendances françaises, plutôt vieillissants et « déménageants ». Or le taux de natalité des deux premiers tiers est le double de celui du dernier tiers. C’est inéluctable, la bascule démographique s’accomplit, comme le décrit très bien Christopher Caldwell dans son récent livre, Une révolution sous nos yeux.

F.-S. On aborde là un sujet tabou. Que proposez-vous ?
X. L. La France doit exiger trois choses de la part des populations qui s’installent chez nous : la connaissance du français, la connaissance et le respect de nos coutumes, et la connaissance et le respect de notre histoire. Actuellement ce n’est pas le cas, et c’est dangereux. Nous n’enseignons même plus notre histoire à l’école. Il est temps d’être lucide et responsable.

F.-S. Que faire si certains refusent de se plier à vos trois exigences ?
X. L. J’ai été récemment au Danemark et en Suède. Là-bas (des pays culturellement plutôt à gauche), les étrangers ont six mois pour apprendre la langue du pays, ses valeurs fondatrices et son histoire. Si vous ne possédez pas ces trois éléments essentiels, vous n’avez pas accès au numéro d’immatriculation qui vous donne droit à la Sécurité sociale, aux aides sociales, au logement, au travail.

F.-S. En France, imposer ces trois critères aux étrangers, est-ce possible ?
X. L. Bien sûr que c’est possible ! C’est même indispensable, si nous croyons en nos valeurs. Quand j’en parle en privé avec des élus de gauche, ils sont d’accord avec moi. Sur le terrain, les maires de gauche font le même constat que moi. Ils ont déjà fait évoluer le discours du PS… mais ils n’osent pas encore le dire publiquement. Le plus lucide et courageux d’entre eux, c’est Manuel Valls, bien mal récompensé par les résultats des primaires.

L’Institut Montaigne

Cette étude, intitulée Banlieue de la République, a été publiée par l’Institut Montaigne, un groupe de réflexion sur l’évolution à long terme de notre société. Il regroupe des universitaires, des hauts fonctionnaires, des représentants de la société civile, des syndicalistes, des chercheurs, des chefs d’entreprise. Institut indépendant, il bénéficie d’un budget annuel de 3 millions d’euros, alimenté uniquement par des dons privés.

Propos recueillis par Patrick Meney
C'est sur France Soir ! 

 

Repost 0
2 octobre 2012 2 02 /10 /octobre /2012 08:11

 

L’action du Qatar en France continue d’intriguer la classe politique

 

http://www.lorientlejour.com


 
OLJ/AFP | 02/10/2012

Après avoir investi dans le secteur sportif, sur le marché de l’art et être entrée dans le capital du pétrolier Total et du groupe de luxe LVMH, le Qatar s’intéresse depuis fin 2011 aux banlieues françaises, auquel il voulait dédier à l’origine un fonds de 50 millions d’euros. Archives AFP
Après avoir investi dans le secteur sportif, sur le marché de l’art et être entrée dans le capital du pétrolier Total et du groupe de luxe LVMH, le Qatar s’intéresse depuis fin 2011 aux banlieues françaises, auquel il voulait dédier à l’origine un fonds de 50 millions d’euros. Archives AFP
INVESTISSEMENTS L’idée d’une commission d’enquête parlementaire commence à faire son chemin.

Les projets d’investissements du Qatar en France, dans le secteur sportif ou pour relancer l’activité dans les banlieues, suscitent des interrogations dans la classe politique, où l’idée d’une commission d’enquête parlementaire commence à faire son chemin.


Après avoir investi dans le secteur sportif, au Paris Saint-Germain (football et handball) et dans l’achat de droits de diffusion TV, sur le marché de l’art et être entrée dans le capital du pétrolier Total et du groupe de luxe LVMH, la petite monarchie pétrolière et gazière du Golfe s’intéresse depuis fin 2011 aux banlieues françaises, auxquelles elle voulait dédier à l’origine un fonds de 50 millions d’euros.

L’initiative a été reportée avant les élections en France, afin d’éviter son instrumentalisation politique. La chef de file de l’extrême droite, Marine Le Pen, avait notamment accusé le Qatar « d’investir massivement » sur une base communautaire dans les banlieues, où vivent de nombreux musulmans.

 


La nouvelle majorité cherche désormais à modifier les contours de cette initiative, en s’orientant plutôt, selon le gouvernement, vers « un fonds franco-qatari », financé par l’État et le privé, destiné à l’ensemble des territoires déshérités pour aider à y créer de l’emploi. Son montant n’est pas encore fixé.


« Un partenariat stratégique est en train de se jouer entre nos deux pays en effet », a confirmé le ministre du Budget, Jérôme Cahuzac, qui n’a pas voulu s’étendre sur le sujet. « Par principe, quand une négociation est en cours, la moindre des choses – c’est de la politesse mais peut-être aussi de l’habileté – est qu’une des deux parties n’en dise rien de ce qu’(elle) en pense », a-t-il ajouté. « Ce partenariat stratégique n’a pas été initié par nous, peut-être est-il poursuivi sous notre autorité », a-t-il ajouté, précisant que « la gauche, au moins autant que la droite, a le sens de l’État et de l’intérêt du pays ».


À droite, plusieurs figures ont exprimé dimanche leurs interrogations, même si c’est durant le quinquennat de Nicolas Sarkozy que les liens entre la France et le Qatar se sont resserrés. L’ex-ministre Bruno Le Maire s’est ainsi dit « favorable » à l’idée d’une commission d’enquête parlementaire sur les investissements du Qatar en France, proposée par son collègue député Lionel Luca. Les investissements étrangers en France, « ça pose question, cela ne va pas de soi que le Qatar puisse investir à coups de dizaines de millions d’euros dans le sport, les quartiers, sans qu’on comprenne très bien la stratégie de long terme », a jugé M. Le Maire.


Son ancienne collègue du gouvernement, Nathalie Kosciusko-Morizet, a abondé dans son sens sur le plateau de Canal+. « L’investissement étranger doit être recherché, mais, surtout dans ces conditions qu’on sent un peu ambiguës, il doit être encadré », a-t-elle estimé. « Moi, je veux savoir quelles sont les conditions d’engagement de ces fonds. Est-ce qu’il va y avoir un droit de regard public ? Est-ce qu’on va savoir où va l’argent, comment c’est contrôlé ? » a poursuivi la députée.


Des précautions qui ne suffisent pas au député souverainiste Nicolas Dupont-Aignan, vivement opposé à l’entrée de capitaux qataris dans les cités.
« Pauvre pays où une puissance étrangère, je dirais la même chose si c’était les États-Unis ou le Japon, vient intervenir dans nos affaires intérieures. Mais où est tombée la France pour accepter ça ? c’est fou ! » s’est exclamé le député non inscrit (ex-UMP, droite).

 

Pour mémoire

Offensive du Qatar sur le marché de l’art

Repost 0
30 août 2012 4 30 /08 /août /2012 10:12

 

 

France : Une élue marseillaise en appelle à l'armée

      

http://www.lorientlejour.com

 

[PS : il faut remonter jusqu'à Beyrouth pour obtenir une info sérieuse sur l'état de guerre civile larvée et de Libanisation qui règne à Marseille et certains territoires perdus de la République... Toute ressemblance avec des situations existantes ou ayant existé...]

 
Reuters | 30/08/2012 | 10h41


Une sénatrice socialiste de Marseille prône le recours à l'armée et le retour du service militaire pour enrayer les règlements de comptes sur fond de trafic de drogue qui ensanglantent la ville.

 

Deux nouvelles fusillades ont fait deux morts en moins d'une semaine dans la cité phocéenne, portant à 19 le nombre de règlements de comptes enregistrés depuis le début de l'année dans les Bouches-du-Rhône (voir )

 

 

 

 

"Les tueries qui se succèdent à Marseille deviennent une attraction médiatique nationale", déplore Samia Ghali, sénatrice PS et maire des 15 et 16e arrondissements, qui recouvrent des quartiers sensibles du nord de la ville.

"La vérité, c'est qu'aujourd'hui le premier employeur des jeunes dans certaines cités, c'est le trafic de stupéfiants. Si rien ne bouge, on se dirige tout droit vers un système à l'américaine avec des gangs qui se font la guerre sur des territoires où la loi n'a plus court", ajoute-t-elle dans un entretien que publie jeudi le quotidien régional La Provence.

 

Si elle estime que la création de zones de sécurité prioritaires est un "premier pas", elle juge aussi que seul un recours à l'armée peut ramener le calme dans les cités "gangrenées par la drogue".

"Aujourd'hui, face aux engins de guerre utilisés par les réseaux, il n'y a que l'armée qui puisse intervenir. Pour désarmer les dealers d'abord. Et puis pour bloquer l'accès des quartiers aux clients comme en temps de guerre, avec des barrages. Même si cela doit durer un an ou deux", dit-elle.

 

La sénatrice socialiste s'élève avec véhémence contre ceux qui, dans les rangs de la gauche, réclament la dépénalisation de la consommation de cannabis. "Je ne supporte pas ces pseudo-gauchos-intellos-bobos qui vous disent que fumer un chichon ce n'est pas grave. Moi, j'ai grandi dans une cité, je sais ce que c'est que les dégâts de la drogue", dit-elle.

 

Pour sortir les plus jeunes des cités durement touchées par la crise économique, Samia Ghali demande le rétablissement du service militaire. "Je propose de rétablir une forme de service militaire qui permettrait à des jeunes déscolarisés, sans emploi, sans formation de sortir de leur quartier, et même de quitter Marseille pour huit mois, un an", précise-t-elle.

La sénatrice PS dit enfin travailler sur un texte législatif qui "permettrait d'accorder un crédit d'impôts aux foyers qui s'équipent de caméras de surveillance".

Repost 0
8 juillet 2012 7 08 /07 /juillet /2012 11:10

Depuis l'élection de Normal 1er, un vent d'impunité et de toute-puisance règne dans les mêmes milieux que la censure politiquement correcte empêche de nommer clairement. Le Nord, travaillé par des décennies de Socialisme façon Aubry offre une grande vulnérabilité à ces attaques répétées contre l'ordre public... 

 

 

France : des blessés lors d’une fusillade dans une discothèque

dimanche 8 juillet 2012 - 10h20
Logo MédiArabe.Info

Une personne qui s’est vu refuser l’entrée dans une discothèque à Bertry, près de Cambrai, dans le nord de la France, a ouvert le feu dimanche matin avec un fusil. Il a fait plusieurs blessés, a-t-on appris auprès des pompiers et de source proche de l’enquête. Selon un dernier bilan des secours relayé par les gendarmes, les coups de feu ont fait une dizaine de blessés légers, qui ont été dirigés vers l’hôpital de Cambrai. La personne a pris la fuite à bord d’un véhicule. La personne éconduite à l’entrée de la discothèque « le Vamos » a ouvert le feu à trois reprises, selon la source proche de l’enquête. Celle-ci n’était pas en mesure de préciser si les faits se sont déroulés à l’intérieur ou à l’extérieur de l’établissement. Cette fusillade intervient une semaine après une autre fusillade aux abords d’une discothèque de Lille, qui a fait deux morts et six blessés. Dans cette affaire le tireur présumé et son complice présumé ont été arrêtés vendredi en Espagne. (Agences).

Repost 0
1 juillet 2012 7 01 /07 /juillet /2012 20:29

 

http://www.jeanmarcmorandini.com

Discothèque de Lille: Voici le visage de Fayçal Mokhtari, le tueur présumé en fuite !


0
 
 
 
 

L'homme qui a tiré cette nuit à l'entrée de la discothèque Le Theatro, rue Gambetta à Lille, est connu des services de police. Il a pris la fuite en voiture avec un complice.

La police vient de lancer un appel en diffusant son nom mais aussi son visage.

Le tireur présumé, Faycal Mokhtari, est de Tourcoing. Il a 32 ans et il est connu pour divers faits de délinquance, vols, violences, trafic, abus de confiance selon la Voix du Nord...

La police s'est rendue à sa dernière adresse tourquennoise connue ce matin, mais il n'y était pas. Il pourrait avoir passé la frontière belge car selon certains éléments il dispose d'une adresse à Bruxelles.

Le procureur de Lille indique que «la mobilisation des services de police et de justice est totale » et que «tous les moyens sont mis en oeuvre pour le tireur soit interpellé le plus rapidement possible».

«Tous les services de police sont mobilisés pour sa recherche», a-t-il précisé.

En fuite avec un complice. Le suspect a pris la fuite à bord d'une voiture dans la quelle se trouvait une autre personne.

Le véhicule recherché est une C5 break. «Un seul individu a fait feu. Il s’est ensuite enfui à bord d’un véhicule, qui était conduit par un autre homme», a indiqué une source proche de l'enquête.

 

Repost 0
22 mai 2012 2 22 /05 /mai /2012 17:57

Créteil: un centre culturel juif attaqué

AFP Mis à jour le 22/05/2012 à 10:49 | publié le 22/05/2012 à 10:14 Réactions(33)

Deux malfaiteurs armés ont attaqué hier soir un centre culturel juif à Créteil (Val-de-Marne), menaçant les personnes qui s'y trouvaient afin de se faire remettre de l'argent, a-t-on appris de source policière.


Les deux hommes, cagoulés et gantés et disposant chacun d'une arme de poing, ont fait irruption vers 22h00 dans ce centre culturel situé 10 rue Albert-Einstein à Créteil. Les braqueurs ont menacé un élève qui étudiait la Torah avant de s'en prendre au directeur du centre, auquel ils ont extorqué ses cartes de crédit, l'argent qu'il avait sur lui et la montre de valeur qu'il portait. Le duo a ensuite pris la fuite. L'enquête est confiée à la police judiciaire du Val-de-Marne.

Repost 0
9 mai 2012 3 09 /05 /mai /2012 20:35

VIOLENCE URBAINE: UN ETAT DES LIEUX

 

By: William RACIMORA, Vice-président de l’ESISC

Date:02-05-2012

This article is also available in: df

 


En 1950, 30% de l’ensemble de la population mondiale vivait en ville. Aujourd’hui plus de la moitié de la population réside dans les agglomérations urbaines, et cette tendance à la concentration de l’habitat tend à se maintenir. Dans les pays développés, le taux d’urbanisation atteint déjà 75% de la population totale. La ville est un espace privilégié doté d’un fort pouvoir d’attraction parce qu’il offre un accès aisé aux services et au marché de l’emploi. Mais c’est également un lieu où s’expriment les tensions sociales et où apparaissent des formes de violence spécifiques.

De quoi parlons-nous ?

Etant donné le phénomène mondial d’augmentation de la population urbaine, on peut logiquement en déduire que les violences de toutes natures sont appelées à connaître une croissance proportionnelle dans les villes. Ce premier constat, élémentaire pour ne pas dire simpliste, ne rend pas compte de la réalité multiple d’une « violence urbaine » qui se décline en modalités distinctes et d’intensités très variables : émeutes urbaines cycliques aux Etats-Unis, crise nationale de novembre 2005 ou encore rituel des voitures incendiées en France, contrôle de favelas brésiliennes par des gangs armés,  sentiment d’insécurité, etc.

De nombreuses approches empiriques et/ou théoriques de la « violence urbaine » proposent de la différencier de la délinquance classique en proposant une typologie centrée sur des actions qui ne poursuivent pas, du moins pas prioritairement ou uniquement, un objectif de lucre. On y trouve, pêle-mêle, les actes de vandalisme, les violences en bande associées à l’idée de domination spatiale (un quartier, un trottoir, un hall d’entrée d’immeuble, etc.) ou encore des agressions symboliques et/ou physiques dirigées contre des cibles institutionnelles (bâtiments scolaires, forces de l’ordre, pompiers, etc.). Ce type d’approches considère les émeutes de grande ampleur comme le degré supérieur de la « violence sociale » en cela qu’elles réunissent différents paramètres significatifs : augmentation généralisée du sentiment d’insécurité y compris chez les populations éloignées des émeutes, médiatisation très importante pouvant concourir à entretenir la dynamique de la violence, affrontements généralisés avec les forces de l’ordre, apparition de tactiques de guérilla urbaine, etc.

Full version in PDF format here: 

http://www.esisc.net/TEWN/pdf/64296113_VIOLENCE%20URBAINE.pdf

 

Repost 0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis