Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
17 février 2013 7 17 /02 /février /2013 09:58

Le père de Bob Marley serait juif

15 février 2013 |
 

 

Transmis par Sewa 

 

Le Magazine Tablet affirme que la grand-mère paternelle de Bob Marley serait une jamaïcaine blanche juive d’origine syrienne qui s’appelait Ellen Broomfield !

bob_marleyLe père de Bob Marley s’appelait Norval et serait le fils d’Ellen Broomfield.

Norval Marley est né en Jamaïque en 1885 et, au moment où il était avec Cedella, la mère de Bob Marley, il aurait eu 60 ans.

La relation de Norval Marley avec Cedella, la mère de Bob, n’aurait pas duré longtemps car Narval est mort d’une crise cardiaque quand Bob Marley avait 12 ans.

En tout cas, Bob en aurait 68 aujourd’hui et cette découverte explique peut-être l’histoire d’amour entre les juifs et Bob Marley, ce qui n’est pas un secret.

Et puis Bob a aussi chanté des tubes planétaires comme « Exodus » ou « Iron Lion Zion » ou encore « Redemption Song».

Mais rappelez-vous : Ziggy Marley, le fils de Bob, en concert à Tel-Aviv le 19 juillet 2011, s’était confié au Yediot Aharonot et disait se sentir très proche d’Israël ; pas étonnant, puisque Ziggy est marié à Orly, née en Israël, et le couple a trois enfants : une fille nommée Juda Victoria, un garçon appelé Gédéon, et un autre Abraham Sélassié.

Ziggy Marley déclarait que, n’ayant pas d’autre choix, il célébrait les fêtes juives et était « très jaloux » de la culture juive. « L’histoire de notre connexion aux racines d’Israël, David, Salomon, remonte bien avant que je ne rencontre ma femme », disait-il . « Mon père et ma culture rastafari ont un lien étroit avec la culture juive. J’ai un lien fort avec les juifs depuis que, jeune enfant, je lisais l’Ancien Testament ».

« La culture rastafari a un lien très fort avec Hailé Sélassié, un descendant du roi Salomon. Alors forcément, le lien avec le judaïsme est essentiel pour les rastafaris. »

Ziggy a donc des enfants juifs et a maintenant peut-être une autre raison de se sentir proche d’Israël, puisque son arrière-grand-mère serait juive ! La boucle est bouclée.

Alors, on écoute encore une fois « Exodus », pour la route !

vsw id= »BWw_gP0vDfE » source= »youtube » width= »620″ height= »490″ autoplay »no »]

H.P. Benhamou – Tel-Avivre.com

http://tel-avivre.com/2013/02/15/scoop-le-pere-de-bob-marley-serait-juif/

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
14 décembre 2012 5 14 /12 /décembre /2012 13:29

 

Nécrologie

 

France : L'alpiniste et homme politique Maurice Herzog est mort

 

 

Taille plus grande Taille plus petite Envoyer à un ami Imprimer
 
AFP | 14/12/2012 | 14h05

Maurice Herzog, premier vainqueur de l'Annapurna et ancien secrétaire d'Etat à la Jeunesse et aux Sports sous la présidence de Charles De Gaulle, est décédé à l'âge de 93 ans, a-t-on appris vendredi auprès de la Fédération française de la Montagne et de l'Escalade.

 

"Je vous confirme la mort de Maurice Herzog", a déclaré par téléphone à l'AFP un responsable de la FFME, qui tenait l'information du cabinet du maire de Chamonix, ville dont Herzog fut maire de 1968 à 1977.

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
1 août 2012 3 01 /08 /août /2012 10:59

PS : on n'insistera pas trop sur le non-sens, qui porterait interdiction de tatouage comme image indélébile à même la peau, manifestation d'esclavage. 

Tatouages : les stars choisissent l’hébreu

Les tatouages en hébreu ont la cote. Il y a deux jours, les tatouages en hébreu des nageurs français Fabien Gillot et Frédéric Bousquet ont fait trembler Internet. Un buzz mondial sur les réseaux sociaux. L’athlète devenait alors champion olympique du relais 4 x 100 mètres nage libre aux Jeux Olympiques de Londres. Mais la tendance des tatouages en hébreu dépasse bien les frontieres de l’Hexagone.

David Beckham, Justin Bieber, Victoria Beckham, Madonna, Britney Spears, Christina Aguilera. Les stars raffolent de plus en plus des tatouages en hébreu et s’adonnent volontiers à mettre en valeur une partie de leur corps en l’ornant d’écritures mystiques, ou non.

Justin Bieber : Le pieux

Lors de son voyage en Israël en avril 2012, la nouvelle idole des jeunes s’est fait tatouer sur le flanc gauche “Yeshoua”, qui veut dire “Jésus” en hébreu. La nouvelle star confie avoir choisi ce tatouage car il se dit chrétien et croyant. Des amis disent même qu’il recite le “Shema Israël” (prière capitale dans la religion juive) avant une épreuve et que cette priere lui porte toujours chance. Il a fait de ce tatouage un hommage a sa mère qui l’a élevé apres son divorce avec son père ainsi qu’à son manager Scooter Braun, d’origine juive.

 

 

Le couple Beckham : Belle preuve d’amour

“Je suis à mon bien-aimé et mon bien-aimé est mien”, célèbre déclaration du roi Salomon dans le Cantique des Cantiques, est tatoué sur le dos de Victoria et sur le bras gauche de David Beckham.

 

 

 

 

 

Madonna : La mystique

La reine de la pop est une amoureuse de la culture israélienne et de la tradition juive en général. Fervente adepte du Kabbalah Center de Los-Angeles, en Californie où elle étudie la mystique juive. A l’occasion de la sortie du James Bond “Meurt un autre jour”, la reine s’est faite tatouer sur le bras droit le mot “Love” transcrit avec des caractères hébraïques. Elle arbore son tatouage fièrement dans le clip de son tube “Die Another Day”. Pour certains, ce tatouage n’est pas seulement une transcription du mot anglais “Love” (amour) avec des caractères hébraïques, mais un des nombreux noms de D ieu dans la Kabbale. Autrement, la madone ne manque pas non plus d’afficher dans tous ses concerts des inscriptions hébraïques sur écran géant, notamment lors de l’ouverture de son show qui commence par une prière en hébreu, puis enchaîne avec “Girl Gone Wild”, et de son interprétation de “Like A Prayer” lors de sa dernière tournée mondiale : The MDNA Tour.                                    

Britney Spears : L’inspirée

Fin 2008, la princesse de la pop s’est faite tatouer un des autres nombreux noms de D.ieu selon la Kabbale sur la nuque. Avec son amie Madonna, Britney fréquente aussi tres souvent le Kaballah Center de Los Angeles duquel elle dit trouver sa “force intérieure”.

 

 

 

 

Fabien Gillot et Frederic Bousquet: les champions olympiques

Les deux nageurs Olympiques connaissent bien Israël et c’est àTel Aviv qu’ils ont fait leurs tatouages.
Hommage au texte du Talmud pour l’un, inscription des prénoms de ses fréres et soeurs pour l’autre, les muscles déployés hier ont laissé apercevoir ces quelques lettres saintes sur les biceps de Fabien Gilot.
בלעדיהם אני כלום.
Qui signifie : sans eux je ne suis rien

 

 

 

 

 

Christina Aguilera : Amoureuse deux fois

Elle porte deux tatouages en hébreu : un sur son bras gauche où figure les initiales “JB”, littéralement ”YB” car le son “J” n’existe pas en hébreu. Et un autre dans le bas de son dos, la phrase du Cantique des Cantiques : “Je suis a mon bien-aimé et mon bien-aimé est mien”, à l’instar du couple Beckham”.

 

 

 

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
10 mars 2011 4 10 /03 /mars /2011 09:09

 

http://miseentrentaine.wordpress.com/2011/03/09/galliano-ressort-il-la-taille-ss/

Galliano ressort-il la taille SS ?

« I love Hitler »
« People like you would be dead. Your forefathers would all be f****** gassed. »
« Dirty Jew, you should be dead. »
« Dirty Jew face »

Voila, comment en quelques secondes on envoie satelliser sa carrière de créateur de mode.  Alors Galliano antisémite ? raciste (puisque il y a quand même un asiatique  dans la plus récente affaire qui s’est aussi fait insulté) ? en un mot « Vade Retro Gallianas » ? Je n’ai pas trouvé mieux pour résumer la situation que la déclaration de Giorgio Armani qui a dit : »You can’t expect exemplary behaviour from an eccentric man like him« . Et ce dernier point mériterait davantage l’attention que les insultes de Galliano.

Le monde de la mode, comme celui des grands artistes en général est fascinant à plus d’un titre et d’abord parce qu’il présente une faune d’individus ‘originaux’. Mais leur impertinences et leur ego sur-dimensionnés étaient pour la plupart le moteur à leur créativité et , en conséquence, la société en général leur passait énormément de choses. Quelque part ils sont de fait  au dessus des lois du commun. Au dessus de la grouillante plèbe qui les sacre aussi vite qu’elle s’en débarrasse.
Combien d’excès, ou d’infractions claires à la loi sont rayés avec un embarras à peine simulé ?
Allez, je me lance : L’art absout l’artiste saoul…

Il y a évidemment des exceptions mais, elles concernent pour la plupart et à ma connaissance que des « artistes » ou des gens de lettres qui ont leur talent bien inférieur à la taille de leurs chevilles. Tenez, Marc Edouard Nabe, qui aurait pu devenir autre chose que la larve fétide que l’on connait, en a fait les frais, lui qui devant Pivot avouait détester et vomir le genre humain. Apparemment, les « gens » ne lui ont pas pardonné. A voir le résultat on est tenté de dire qu’ils ont bien fait…

Concernant Galliano, la limite semble aussi être dépassée. Mais ce qui me gêne à mon tour c’est qu’on le condamne sur de l’accessoire (sans jeu de mots) et que l’on en oublie l’essentiel.

Car, à la fin, une épave totalement ivre, pourrait bien éructer ce qui lui chante, qui oserait lui en tenir rigueur ?
Revoyez les images: Galliano est torché, c’est un fait. Et ce n’est pas la première fois. Il est fort à parier en outre que l’alcool soit possiblement la moins grave de ses addictions; le milieu de la mode n’étant pas réputé pour être l’autel de la sobriété – à tous niveaux.

Ce n’est pas ce qu’il a dit, pardon, ce qu’il a répété à plusieurs mois d’écart qui est scandaleux.
Car c’est le discours d’un paumé qui cherche à provoquer: Quoi de plus provocant, subversif, scandaleux que de louer Hitler et de vouloir l’extermination des juifs ? Je suis même étonné qu’il n’ait pas craché sur Israël – mais cela aurait pu être le cas à d’autres occasions qui n’auraient pas été filmées ou dont les victimes se seraient fait une raison en ne portant pas plainte.
Tout ceci n’est finalement que secondaire dans cette affaire. Inacceptables, scandaleux, intolérables, ces propos alcoolisés ne devraient pas faire réagir autant.
In Vino Veritas ? certes mais dans son cas, je trouve, il y a pire, et pour le coup personne ne le remarque. Car la culpabilité de Galliano est fondée mais pas pour les raisons que l’on croient.  Oui, Galiano est coupable pour deux raisons, principales cette fois.

La première, évidemment, c’est de n’avoir pas présenté ses excuses immédiatement. Notre société nourrie de christianisme raffole des mea culpa maxima. Haro sur le muet ! Tout mutisme est systématiquement transformé en fait aggravant. En l’occurrence ici c’est très justifié: voici un homme qui évolue dans un monde de diversité ou, parmi tant d’autres, les juifs sont un des maillons de la chaîne (en or bien bling-bling pour suivre les tendances gallianesques). Ses insultes sont tout bonnement suicidaires. Mais son manque d’excuse est criminel. Pensez à Mel Gibson qui a su pendant quelque temps faire illusion auprès des médias après ses dérapages en expliquant humblement ses problèmes conjugaux et sa dépendance à l’alcool. Rappelez-vous juste de Dieudonné qui est parvenu, encore plus fort, à se faire passer auprès de ses confrères pour plus blanc que neige pendant plusieurs semaines, gémissant même d’être victime d’une cabale…

Dans notre monde occidental, ne pas s’excuser tout de suite d’une faute est plus grave que de la commettre.

La deuxième raison est liée au statut de l’artiste. John Galliano est loué pour être un provocateur (souvenez-vous de son défilé s’inspirant des sans-abris, associer la misère noire au luxe éclatant), un subversif, un artiste qui ne craint pas de choquer. Il est, avec d’autres, souvent qualifié de border line.
L’expression de son art peut-elle être au-dessus des convenances et parfois de la Loi ?

Oui vont vous répondre tous les défenseurs de l’Art, de la liberté culturelle et les pseudo-anarchistes de salons parisiens.

Mozart était excentrique, Baudelaire odieux, Dali bon pour l’internement.
Et que dire Françoise Sagan, toxicomane impénitente mais jamais emprisonnée ?

Mais cette connivence que j’évoquai au début apparaît de moins en moins supportable. La célébrité, voire le talent reconnu et adulé, ne peuvent plus, ne doivent plus jouer le rôle de l’anneau de Gygès, celui qui confère l’immunité totale.
Galliano n’est pas un néo-nazi, ni un fasciste. C’est un pauvre type, qui a dû nourrir à de multiples reprises des réflexions scabreuses sur le IIIe Reich et son Führer, car on ne sort pas des insultes aussi construites, même en état d’ébriété avancé. Galliano est dans un ‘bad trip’, certes, mais il reste et demeure un citoyen soumis aux lois, comme tout le monde. Le fait qu’il ait repeté à plusieurs reprises ces immondices soulignent son sentiment de puissance et d’intouchabilité.

Je suis John Galliano et vous n’êtes rien. Je suis le Créateur de Mode et je foule aux pieds la Justice. Mon excentricité supplante vos valeurs.
C’est cette attitude qui doit être éradiquée chez tous nos artistes qui placent leur ‘génie’ au dessus de la dignité humaine et de l’égalité citoyenne.
Les déclarations scandaleuses n’en sont qu’une manifestation.

 

Souhaitons que cette fois l’on soigne la fièvre et qu’on ne se contente pas de réparer le thermomètre…

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 08:22

VANESSA PARADIS SE PRODUIRA LE 11 FÉVRIER PROCHAIN À TEL AVIV. LA STAR FRANÇAISE ENVISAGE DE SE RENDRE EN ISRAËL AVEC SES NOMBREUX "AMIS" DU SHOWBIZ

DEC 201023

http://www.israelvalley.com/news/2010/12/23/29622/israelvalley-people-vanessa-paradis-se-produira-le-11-fevrier-prochain-a-tel-aviv-la-star-francaise-envisage-de-se-rendre

 

 

 

Par Mickael Finkelstein
Rubrique: People
Publié le long

 

Vanessa ParadisJohnny Depp et Vanessa Paradis avaient annoncé leur prochaine visite en Israël il y a plusieurs mois, mais ce qui devait être un petit voyage en famille est en train de virer au convoi de célébrités ! Vanessa Paradis doit se produire en février en concert à Tel Aviv et elle devrait arriver 2 jours plus tôt avec son petit ami, le célèbre acteur Johnny Depp. L’actrice/chanteuse a également prévu de ramener d’autres amis, notamment Karl Lagerfeld, Isabelle Adjani et Bambou , etc…

C’est donc un véritable bal de star qui s’annonce en Israël pour les prochains mois : "Il y a une longue liste de VIP de la musique et du cinéma attendues ici ", a déclaré David Stern, le producteur responsable du spectacle de Vanessa Paradis. 


Stern a bien entendu refusé de divulguer les noms de stars prévues, mais a laissé entendre que ce sera un événement prestigieux.

Pour rappel, la chanteuse et actrice française Vanessa Paradis va se produire en février prochain en Israël, pour la première fois.

L’artiste française est très connue des Israéliens, notamment depuis son tube “Joe le taxi”, régulièrement diffusé à la radio israélienne. “Ca fait deux ans que je rêve de la faire venir ici, c’est un grand moment pour le public francophone et israélien”, expliquait en octobre M. Stern à l’AFP.

M.F

 

 

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
15 décembre 2010 3 15 /12 /décembre /2010 20:13

 

 

NATALIE PORTMAN,

Matière grise de DIOR


 

Natalie-portman-1

 

La nouvelle Miss Dior Chérie, qui vient de signer son premier contrat avec la griffe de luxe, aime Philip Roth et a lu Houellebecq.

Paru le 15.12.2010 , par Virginie Mouzat, envoyée spéciale à New York

http://madame.lefigaro.fr/beaute/en-kiosque/3463-natalie-portman-matiere-grise-de-dior/1

Un contrat énorme. Un contrat en or. « Pour trois ans », affirme-t-on chez Dior. Digne des plus gros transferts du football. Le chiffre scotchant de 28 millions – vrai ? faux ? – laisse rêveur. Dollars ou euros ? À ce stade, peu importe. Personne ne confirme. Ni n’infirme. Elle aurait échappé à Armani et à d’autres. En avril dernier, dans les bureaux de Brillstein Entertainement Partners, agents surpuissants à Hollywood, elle a tout simplement dit oui à Dior, l’air de rien, dans un trench, pas coiffée, ni maquillée ni parfumée. Elle dira plus tard, « pour moi, le parfum, ce n’est pas quotidien, c’est une certaine façon de s’habiller ». Elle a quitté la pièce et laissé les parties en présence se débrouiller avec le côté technique… et financier.


 

À New York, où les journalistes du monde entier ont été conviés à rencontrer l’héroïne de Black Swan, dernier opus de Darren Aronofsky (sur les écrans français le 9 février), les rumeurs vont bon train. Stéphane Marais, maquilleur star, qui lors des deux journées d’interviews ne la quitte pas d’un pas pour assurer son look, avec Orlando Pita, le coiffeur non moins célèbre, lâche en off, entre deux « touch up » : « Dieu sait si on voit des belles filles dans ce métier, mais elle, elle a quelque chose en plus, une humanité, une gentillesse et une intelligence ! » Pita confirme : « Elle est accessible, naturelle, normale, un vrai être humain. » Marais ajoute : « Et, en plus, elle va en vacances en Bretagne…»


 

Une star hollywoodienne en Bretagne ! Ça lui ressemble, elle dont les premiers souvenirs olfactifs « proviennent des confiseries vendues sur la plage, en Israël, ou du baume à lèvres cheap à la fraise », du temps, pas si lointain, de son enfance. Francophile, la comédienne a même « adoré le bal des pompiers à la Bastille, le 14 juillet dernier ».

Aucun tabloïd n’a jamais pris en défaut cette miniature délicate. Comme elle le confirmera maintes fois pendant la session de « Q & A » (questions and answers) avec les journalistes, Natalie est attachée aux valeurs familiales, à une stabilité affective, etc. Déjà, à 13 ans, après le tournage américain de Léon de Luc Besson (The Professional aux États-Unis), elle décide, pour protéger ses proches, de lâcher son nom de famille, Hershlag, pour celui de sa grand-mère, Portman. En tête à tête, elle dévoile qu’elle a négocié dans le contrat Dior une participation à une action humanitaire favorisant le microcrédit pour les femmes dans les pays défavorisés. Too sweet pour être vrai ?


 

Entre Bardot et Beauvoir, pourquoi choisir ?

L’actrice de 29 ans a étudié la psychologie à Harvard et à l’Université de Jérusalem. « Cela me permet d’enrichir mes rôles. Mes parents, bien sûr, se méfiaient beaucoup de ce métier qui engendre des personnalités excessives, une vie déséquilibrée avec tous les clichés qu’on connaît. Je me suis battue avec eux pour les convaincre que c’était ce que je voulais faire. » Il n’y aura pas de syndrome Shirley Temple pour Natalie. Sa mère, peintre, Gémeaux du 9 juin, comme sa fille née en 1981 à Jérusalem, l’a bien compris. Le père est médecin. Émigrée à Long ­Island lorsque Natalie a 3 ans, la famille est francophile, ouverte à toutes les cultures.



D’ailleurs, son boyfriend depuis un an n’est autre que celui qui l’a formée à la danse et accompagnée dans certaines scènes de Black Swan, le talentueux Français Benjamin Millepied, au sommet du gotha des chorégraphes et danseur principal du New York City Ballet. Natalie n’en dira pas un mot. Mais les livres, oui, elle adore en parler. On croit rêver. Comme si ce contrat avec cette Miss Idéale marquait l’avènement, au sein des écuries beauté de toutes les marques mondiales, de la matière grise, et pas uniquement le gris Dior de l’avenue Montaigne. Entre Bardot et Beauvoir, pourquoi choisir ?


 

Une posture morale et intellectuelle anti-Kate Moss, qui, elle aussi, vient de signer chez Dior Parfums pour le rouge à lèvres Dior Addict. Lorsque Natalie dit qu’elle a lu Houellebecq, on manque de tomber de la chaise Louis XVI savamment placée à un mètre du canapé tendu de rose dragée où la Miss trône telle une poupée. Mademoiselle Parfaite s’intéresse à The French auteur non parce qu’il a eu le Goncourt, mais, depuis Les Particules élémentaires, qui l’ont intriguée, convenant tout de même qu’elle a été « un peu déroutée par la désespérance du livre ». Le côté sombre de Black Swan ne nuira pas à la fraîcheur de Portman. Au contraire. La critique Mary Pols dans le Time du 13 décembre prédit que, de la même façon qu’Aronofsky a changé la vision de Mickey Rourke grâce à son film The Wrestler, Black Swan « agira probablement de la sorte pour Portman ».



Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
14 octobre 2010 4 14 /10 /octobre /2010 12:14

 

 

 

http://tendances-prestige.com/mode/hava-mond--et-dieu-crea-la-femme.html

 

Par Valérie Bitton

 

http://lessakele.over-blog.fr/article-10188333.htm

Hava Mond : Et Dieu créa la femme…

par Valérie Bitton

 

 

Rares sont les Israéliennes qui ont réussi à se hisser au rang de Top Model international. La plus connue de toutes est sans conteste Bar Refaeli. Mais une autre jeune fille, dénommée Hava Mond, fait désormais aussi la couverture des plus prestigieux magazines de mode et défile pour les plus grands.


A la différence près que vous ne la trouverez pas enlaçant Léonardo Di Caprio dans les magazines people, pour la simple raison que Hava a choisi de vivre en pratiquant pleinement son judaïsme, pari ô combien difficile dans le monde de la mode.

De l'école religieuse de Tsfat aux podiums de Londres

L'histoire de Hava est à l'image d'un conte de fées. Née en 1984 dans une famille religieuse pratiquante, Hava grandit dans la vieille ville de Tsfat (Safed), puis fréquente l'école religieuse pour filles de la ville. Ses parents, Peter et Pamela, originaires de Grande-Bretagne, se rencontrent  après avoir tous deux émigré en Israël, où ils se marient. Si elle se voyait faire plus tard du droit ou encore étudier la criminologie, le sort en a décidé autrement. A l'âge de 16 ans, alors qu'elle voyage à Londres avec sa mère, elle est remarquée par un agent de la célèbre agence de mannequins Elite qui lui propose de devenir mannequin. Elle refuse cette alléchante proposition et rentrera en Israël poursuivre ses études. Mais l'agent n'a pas l'intention de s'en tenir là, il garde ses coordonnées et la rappelle dès qu'elle atteint la majorité. Une fois de plus, elle refuse la proposition, et fait son "Shirout léumi", le service civil que les jeunes filles religieuses effectuent en Israël à la place de l'armée. Ce n'est qu'après cette période qu'elle accepte enfin de venir à Londres pour faire ses premiers pas dans le monde du mannequinat et entamer une carrière qui allait la conduire tout droit vers le succès.

"Je suis restée la même"

Hava  se retrouve alors projetée devant les objectifs des photographes. Mais tandis que d'autres auraient renoncé à leurs valeurs, la jeune fille n'oublie pas ce qu'elle est, et malgré la difficulté en raison des contraintes que lui imposent son métier, elle poursuit la pratique du judaïsme et fixe dès le départ ses règles : pas de photos en sous-vêtements, ni en maillots de bain, et pas de séances de photos le shabbat. "Au début, confie t-elle lors d'une interview au magazine israélien Yediot Aharonot, j'ai essuyé pas mal de critiques, et je reconnais que celles-ci me touchaient. Je n'aime pas cette étiquette de "mannequin religieuse" que certaines filles dans le milieu me collent. J'ai ma propre vérité et je suis restée la même. S'il m'arrive de porter des jupes courtes ou de dévoiler un bras, cela ne m'empêche pas de prier, et le fait qu'une fille soit couverte de la tête aux pieds n'en fait pas pour autant quelqu'un de plus religieux ou de meilleur que moi".

Ainsi, pour Hava (appelée parfois Eva en Europe), une journée ne débute pas sans qu'elle fasse la prière du matin. De même, elle ne mange que de la nourriture cachère (c'est-à-dire conforme à la loi juive), et ce même si cela doit parfois l'obliger à ne rien avaler de la journée. "Il m'est arrivée de refuser une campagne de plusieurs dizaines de milliers de dollars parce que le contrat prévoyait des séances de photos le samedi, affirme t-elle, comme la fois où j'ai dû refuser de poser pour une célèbre marque de parfum car le shooting avait lieu en Turquie un samedi. Ce jour là, c'est Kate Moss qui a finalement été choisie".

Au début, la mère de Hava l'accompagnait toujours lors de ses déplacements à l'étranger. "Je me souviens d'un jour où je devais me rendre en compagnie de cinq autres filles à l'étranger pour un défilé, se souvient Hava, amusée. Nous ne savions pas ce que nous allions devoir porter, et ma mère, angoissée à l'idée que je puisse être dénudée, n'a pas cessé de faire sa prière durant tout le trajet en avion. A l'arrivée, on nous a demandé de nous habiller. Maman, assise dans la salle, se décomposait au fur et à mesure qu'elle voyait sortir les filles, l'une vêtue d'une robe transparente et une autre en mini-jupe qui ne dissimulait rien, jusqu'à ce que mon tour vienne et qu'elle me découvre, au bord du malaise, dans une superbe longue robe fourreau noire de chez Ralph Lauren qui me couvrait de la tête aux pieds!"

Puis les contrats s'enchaînent à travers l'Europe et Hava pose et défile pour les plus grands : French Connection, Calvin Klein, Chanel, Yves Saint Laurent, Laura Ashley. Les photographes se l'arrachent, et elle fait la couverture des plus prestigieux magazines de modes, tels que Cosmopolitan, Marie Claire, Vogue, Glamour, In Style, The Times, ou encore Harvey Nichols Magazine. Elle prête aussi son image à la maison Armani pour sa ligne de jeans, à la marque Pantène en raison de sa magnifique chevelure et à la non moins célèbre marque de cosmétiques Loréal.

Aujourd'hui, à l'aube de ses vingt-six ans, Hava est l'égérie de la marque Discrète et perçoit un cachet de 40 000 dollars. Si elle a un appartement à Londres et un petit ami, elle a conservé ses valeurs et en dépit de son refus de poser dénudée, elle continue d'être l'un des Top models les plus convoités actuellement en Europe.

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
11 octobre 2010 1 11 /10 /octobre /2010 17:07

 

 

ISRAËL FEMMES RALLYE - DESERT QUEEN, EXPÉDITION EN JEEP À TRAVERS LE DÉSERT DANS LE SUD D’ISRAËL, UNIQUEMENT RÉSERVÉ AUX FEMMES, AURA LIEU DU 27 OCTOBRE AU 2 NOVEMBRE 2010.

OCT 201011

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Culture
Publié le 11 octobre 2010

 

L'orealDes dizaines de femmes en provenance du monde entier sont attendues pour participer à une expédition annuelle à travers le désert. Desert Queen associe l’idée d’une aventure sous forme de compétition de Jeep 4RM (roues motrices) et l’opportunité de partager la beauté du paysage du désert du sud d’Israël.

Organisé par Geographical Tours et avec la participation du Ministère du Tourisme Israélien, cette expédition en Jeep fait partie d’un projet visant à organiser par la suite des rallyes Desert Queen internationaux.

Cette année, l’itinéraire de 7 jours, permettra aux concurrents de découvrir la région du désert du sud d’Israël, y compris Mitzpe Ramon, Nahal Baral et Moa, et une journée d’orientation est prévue le 26 octobre.

En plus de la traditionnelle compétition de Jeep, Desert Queen 2010 inclura un projet écologique unique dans le désert. Chaque voyage est basé sur un convoi de Jeep 4X4 dans lequel une équipe exclusivement féminine, se charge de décrypter l’itinéraire à travers un terrain difficile.—

http://www.malka-net.co.il/

Source: http://ambisrael.wordpress.com/category/israel-autrement/

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
2 octobre 2010 6 02 /10 /octobre /2010 21:00

 

http://www.israelvalley.com/news/2010/10/01/28788/

 ISRAËL USA CINEMA - DISPARITION DE TONY CURTIS : DE SON VRAI NOM BERNIE SCHWARTZ IL EST NE AU SEIN D'UNE FAMILLE JUIVE ORIGINAIRE DE HONGRIE -

OCT 201001

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Actualité
Publié le 1 octobre 2010

 

cinemaLa presse israélienne a réservé de nombreux articles à la disparition de Tony Curtis. Le célèbre acteur américain est mort à Los Angeles à 85 ans à son domicile à Henderson (Nevada). De son vrai nom, Bernie Schwartz, Curtis était né dans le Bronx au sein d’une famille juive très modeste d’origine hongroise (son père était tailleur), et avait entamé sa carrière cinématographique dans les années 1950, avec des rôles importants dans « Le Grand Chantage », « Les Vikings », « Spartacus » et « Certains l’aiment chaud ».

Il était devenu très populaire notamment grâce à son duo avec Roger Moore dans la série mythique « Amicalement vôtre ». En tout, il aura tourné dans plus d’une centaine de films et séries.

Acteur incontournable des années 1950 et 1960, il est entré dans la légende du cinéma. Habitué aux rôles de playboy dans des comédies légères, il a su toutefois montrer qu’il était capable d’assurer un registre dramatique, notamment dans L’Étrangleur de Boston. Retiré du cinéma, il s’adonnait principalement depuis les années 1980 à la peinture et à la photographie.

Source: Aroutz 7 et IsraelValley

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article
17 septembre 2010 5 17 /09 /septembre /2010 15:03

 

 

Soldate de Tsahal, mannequin et actrice à Hollywood

 

http://ambisrael.wordpress.com/2010/09/15/soldate-de-tsahal-mannequin-et-actrice-a-hollywood/

 

Selon le réalisateur d’Hollywood, Joël Schumacher, Esti Ginzburg « devrait jouer
une James Bond girl ».
Il entrevoit en effet, un brillant avenir pour la jeune star israélienne de son nouveau film. «Elle est incroyable et je l’admire, a-t-il déclaré au Yedioth Ahronoth.

Si cela ne tenait qu’à Joël Schumacher, qui a travaillé avec les plus grandes stars de Hollywood – de Julia Roberts et Demi Moore à Nicole Kidman – Esti Ginzburg, soldate israélienne, aurait un très bel avenir dans la capitale du cinéma.

Après avoir dirigé Ginzburg dans son nouveau film « Twelve », Schumacher pense qu’ »avec son allure et avec beaucoup de détermination, elle pourrait sans aucun doute avoir une carrière à Hollywood ».

« Après avoir pris des cours de théâtre, vous verrez qu’elle ira loin dans la vie. Je pense qu’elle devrait être une James Bond girl. Elle pourrait jouer ce rôle à merveille. »

« Twelve » traite de la vie d’adolescents riches et gâtés à New York.
Esti, qui n’a aucun mal à combiner le service militaire dans l’armée israélienne et une carrière internationale de mannequin et d’actrice, illumine le film aux côtés de Chase Crawford de la série « Gossip Girl », qui joue un trafiquant de drogue, du rappeur 50 Cent et d’Emma Roberts, la nièce de Julia Robert. Esti joue le rôle de Sara, une très belle jeune fille belle occupée à planifier son 18ème anniversaire.

« C’est un film sur la culture occidentale actuelle », explique Schumacher, « à propos des jeunes qui s’habillent comme des adultes et veulent être cool, mais qui en fait sont encore des enfants. Ils sont sophistiqués, d’une part, mais doivent encore développer les sens adultes. « 

« Même s’ils ont grandi dans des conditions très privilégiées, ils se sentent parfois isolés et peu sûrs. C’est une génération qui a grandi avec Internet et la publicité rapide grâce à la télé-réalité. C’est aussi un film sur de mauvais parents – ceux qui sont surtout préoccupés par eux-mêmes et leurs carrière et ne sont pas présents dans la vie de leurs enfants. « 

Comment avez-vous découvert Esti Ginzburg?
« Un directeur de casting de New-York m’a parlé d’une jeune mannequin vivant en Israël, et n’ayant pas d’expérience d’actrice, mais qui semblait très intéressante. J’ai organisé une réunion avec Esti, et quand elle est entrée dans la chambre j’ai été saisi par sa beauté. Dieu, elle est tellement incroyable. J’ai pensé qu’elle conviendrait pour le rôle de Sara. « 

« Esti a une sorte de douceur, et j’ai pensé qu’elle apporterait son innocence au personnage et nous aiderait à éviter le stéréotype de la blonde stupide. Après qu’Esti soit venue deux fois à New-York  pour l’audition, j’ai été heureux de lui offrir le rôle. « 

Schumacher ne cesse de louer sa jeune découverte. « Esti a un rôle merveilleux dans le film et je l’admire tout simplement », dit-il. « Durant le tournage, les acteurs sont devenus une petite famille, et Esti a été comme une mère juive – elle cuisinait et nous préparait des repas tout le temps. Je voudrais avoir une fille comme elle. Elle est charmante et pas du tout gâtée. « 

A-t-elle partagé des expériences de son service militaire?
« Oui, elle m’a même envoyé une photo d’elle tenant un fusil. Alors je lui ai dit: C’est exactement ce dont le monde a besoin, une fille blonde qui sache tirer. Chase Crawford et moi étions un peu inquiets à son sujet et craignions qu’elle se retrouve au combat en première ligne. Je n’ai pas cessé de la harceler et de lui téléphoner en Israël et je me suis seulement calmé quand j’ai compris qu’elle n’était pas une soldate combattante. »

Le film «Twelve» porte le nom d’une nouvelle drogue dangereuse à laquelle les jeunes de Manhattan ont pris goût.
« J’ai, moi-même, durant une trop longue pèriode de ma vie, été concerné par la toxicomanie et l’alcoolisme » admet-il.
  »Quand j’étais jeune, nous étions très naïfs au sujet des drogues. Elles sont aujourd’hui très faciles d’accès. Le malheur est que la plupart des toxicomanes savent combien les drogues peuvent être destructrices et choisissent pourtant d’en prendre et de développer une dépendance. »

Joël Schumacher, qui vient de fêter son 71ème anniversaire, est né dans un quartier pauvre de New York. Sa mère était une Juive suédoise, et son père un baptiste du Tennessee. Il a perdu son père à l’âge de quatre ans.
«Mon père se sentait malade, alors ils l’ont emmené à l’hôpital, dit-il. «Il est mort le lendemain et je ne l’ai jamais revu. »

Comment sa mort a-t-elle affecté votre vie?
« Je ne sais pas, parce que les enfants ont tendance à faire avec les choses qu’ils connaissent bien, et je ne sais pas ce que c’est que de grandir avec un père. Si j’avais été plus agé quand il est mort, j’aurais pu comprendre la perte, mais je n’ai pas eu la possibilité de construire une relation adulte, ni avec mon père ni ma mère, qui était occupée à travailler dur. Je me suis habitué à vivre ma vie sans mes parents, alors j’ai des amis qui sont comme famille. J’ai simplement créé une nouvelle famille. « 

Vous sentez-vous connecté à vos racines juives?
« Quand mon père est mort, ma mère n’a pas eu le temps de s’occuper de sa foi, parce que tout ce dont elle se souciait dans la vie était de travailler pour subvenir à nos besoins. Donc en dehors de ma bar-mitsva, je n’ai pas été élevé comme un Juif. Je me souviens aussi que nous allions parfois chez mon oncle à Pâques pour le Seder. »

Avez-vous déjà visité Israël?
« Oui. En 1977, j’ai visité Rome, et un producteur qui fut l’un de mes meilleurs amis m’a appelé et m’a invité à la bar-mitsva de son petit frère qui devait avoir lieu en Israël. Alors je suis venu en Israël. J’ai passé trois semaines et j’ai visité de nombreux lieux : Safed, la Mer Morte, Massada, Jérusalem et Tel-Aviv.

« J’ai eu assez de temps pour apprendre à connaître le pays, et je l’ai trouvé merveilleux, inspirant et très courageux. Cette visite date d’il ya longtemps, et je suis certain que tout est différent aujourd’hui. Je veux revenir et j’ai reçu beaucoup d’invitations, mais cela ne s’est pas encore produit parce que je travaille presque tout le temps. »

Source : Ynet 

Repost 0
Published by Gad - dans Jet Set
commenter cet article

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis