Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
9 janvier 2011 7 09 /01 /janvier /2011 10:38

 

ANALYSE-A-LA-UNE

 

Opération de comm. d’une affligeante banalité, exposée par Marine Le Pen aux bobos de l'upper-class post-sioniste dans Haaretz

 

Par Marc Brzustowski

 

Pour © 2010 lessakele et  © 2010 aschkel.info

 

Comment (re-) devenir fréquentable, lorsqu’on risque de subir le préjugé défavorable des « dérapages » verbaux de Papa, dans l'arène nationale ? C’est un peu l’équation qu’est parvenue à résoudre à peu de frais, Marine Le Pen, auquel le journal post-sioniste en chute d’audience Haaretz, s’est empressé de fournir une tribune.

On sait, en effet, que le quotidien n’a pas de mots assez durs contre sa propre société, l’armée qui la défend et le gouvernement actuellement aux affaires. Il est impliqué dans l’organisation de « fuites » de dossiers confidentiels, de la part d’Anat Kam, une soldate en manque de rébellion contre son pays,  délivrées à l’un de ses journalistes, Uri Blau, exilé un moment au Londonistan et rattrapé par le "Fisc" de la défense du territoire.


On se souvient également que les pages de cette multinationale de la globalisation post ou antisioniste (associée aux journaux Le Monde, The Guardian, etc.) étaient parvenues à piéger Alain Finkielkraut, en 2005, en maquillant et détournant par des titres fracassants, ses remarques sur les émeutes ethniques de la même année. Cette manipulation avait valu au philosophe d’être poursuivi en France par le MRAP et consorts pour « racisme », excusez du peu.


C’est donc sur cette plateforme qu’Haaretz et son invitée, Marine Le Pen, ont décidé de surfer. Cette étrange association aurait pu avoir de quoi surprendre, mais le calcul politique « gagnant-gagnant » (on croirait du Royal, mais c’est du Le Pen !) doit bien être pris pour ce qu’il est : une collusion de cynisme gauchiste israélien et de mauvaise foi pré-électorale, pour la candidate frontiste :


En peu de mots : « Le véritable racisme, s'entend et se lit tous les jours dans le quotidien d'Israël » ! « Comparativement, le FN historique est une « blanche colombe », qui plus est, amoureuse de la paix de Shalom Akhshav et de ceux qui « refusent de servir dans les Territoires » pour défendre "les colonies"…

Voilà ce qu’on peut retenir en conclusion de cet exercice de style, qui nage dans les eaux troubles de l’alliance de la carpe et du lapin, pour mieux tirer parti de la fibre antisioniste en vogue dans l’actualité internationale.


Les bénéfices nets pour les petits caporaux à plume du Haaretz consistent à afficher que l’Etat Sioniste ne disposerait plus du moindre capital de légitimité morale pour se permettre la plus petite remarque à l’encontre des héritiers de l’extrême-droite européenne, mais que l'inverse n'est plus vraie. Touché au cœur par la récente Loi frappant de transparence les financements obscurs des ONG israéliennes qui font profession de délégitimation contre Tsahal et contre l’Etat, le Haaretz se « venge » avec les moyens du bord : adouber les arguties d'une nationaliste française en affirmant sa plus grande fréquentabilité, plutôt que de devoir rendre des comptes à l’Etat sur lequel on crache. Novlangue quand tu nous tiens !

 

Marine Le Pen et Haaretz gèrent ainsi leurs contradictions respectives en se renforçant mutuellement : l’une n’a besoin que d’affirmer l’héritage paternel globalement inchangé [« le bilan globalement positif » disait-on au Parti Communiste], en s’appuyant sur le fait que l’antisionisme est la valeur la mieux partagée du monde et qu’il ne saurait être connecté à « l’antisémitisme ». Si jamais dérapage il y a pu y avoir dans le passé, elle n’a nul besoin de l’assumer et personne ne songerait, du reste, à lui en demander des comptes personnellement. Sauf les esprits un peu tordus, à droite ou à gauche, qui, comme Pierre Moscovici, perçoivent un « lien génétique » (?) entre sa mouvance et la réaction à la Révolution de 1789, qui écarterait la fille de tout Républicanisme. Du « délit de Sale gueule » ou de patronyme.


Marine Le Pen avait déjà pris fait et cause pour les Jihadistes du Mavi Marmara, dans les Nouvelles Dépêches d'Alsace, au lendemain (3 juin 2010) de l’assaut mortel contre la flottille turque, taxant l’acte de « piraterie israélienne en haute-mer ». Indifférente aux manipulations de l’Autorité Palestinienne, puisque Mahmoud Abbas refuse, en violation de tous les accords passés, de poursuivre les négociations, elle « récidive » en condamnant comme une "erreur israélienne », la poursuite de la construction des implantations, qu’elle taxe de « colonies », dans la terminologie la plus pure employée par le Quai d’Orsay. Elle revendique le droit légitime de critiquer un gouvernement (c'est du Boniface), tout en se gardant de la moindre trace « d’antisionisme » dans son discours, puisque, paraît-il, le Front aurait toujours été favorable à l’existence d’un état juif.

 

Elle plaque le modèle d’intégration française -dont les réussites sont, ô combien! méritoires, à l’heure actuelle ! - d’un état « de tous ses citoyens », pour fustiger au passage les récents appels de Rabbins à transmettre le patrimoine national à des coreligionnaires susceptibles de conserver cette nature « d’Etat juif » et démocratique.

Car Marine Le Pen l’ignore certainement, n’ayant pas eu le temps d’étudier sérieusement une carte au-delà des Alpes, mais Israël se trouve situé au Moyen-Orient, là où tous les états environnants sont arabo-musulmans et dictatoriaux. Elle ne perçoit rien et ne veut rien percevoir des risques attenant à « l’état binational », permettant, demain, de pousser à la disparition des communautés juives, comme c’est actuellement le cas des minorités chrétiennes, coptes, maronites, syriaques et autres "dhimmis" massacrés en Orient. Elle ne comprend pas, parce qu’elle préfère surfer sur le chaos et les peurs primaires que de rechercher et de reconnaître des modèles politiques viables, que le Sionisme offre au monde, particulièrement en Orient, un mode de résolution des conflits et que c’est bien pour cette raison que l’Islamisme radical ou modéré refuse d’en entendre parler ! Autrement dit, au royaume des borgnes, qui sont les reines?


Elle prend également ses distances avec les dirigeants de l’ancienne « extrême-droite » européenne, de la Liga Norte (Gianfranco Fini), du Vlaams Belang, du FPÖ de Sträche, dans les pas d’un Geert Wilders, véritable ami de toujours d’Israël, qui ont trouvé un terrain d’entente commun avec le combat d’Israël contre l’Islamisme. Ainsi ne prend t-elle pas le moindre risque vis-à-vis des éternels complotistes présents au Front ou dans son sillage, qui dénoncent ces accointances comme une « allégeance au Credo shoatique » (dans le ton Dieudonné-Soral), chez ceux qui se reconnaissent une parenté dans la défense d’Israël contre le Jihad global, d’obédience salafiste ou turque de l’AKP, en Europe centrale ou du Sud. En toute neutralité, on ne peut en revenir, chez elle en tout cas, que sur le caractère mutuellement exclusif de tout nationalisme, faisant qu'elle préfère s'entendre avec les positions post- ou antinationales chez autrui pour mieux prôner l'assimilation-dissolution et de l'Etat et des populations "disputées"...


Lui dire que préférer l’AKP ou l’IHH à l’intervention, même musclée, des commandos du Sayeret, c’est faire le lit de l’islamisation des Balkans ne servirait de rien avec cette débutante en géopolitique de l’Europe. Ele reste dans la courte vue clientéliste. Et, last but not least, elle peut ainsi manger aux râteliers de l’extrême-gauche, qui partage les mêmes extases conspirationnistes de la connexion entre le cosmopolitisme de l’argent, le libéralisme et l’ascendance juive, telles qu’on retrouve ces thèses au NPA, à alterinfo voire aux marges du PS.

Après tout, cela donne une bonne radiographie de l’état des forces en présence en Europe, la Droite encore populiste et donc « extrême » française, se targuant d’exception culturelle. Un "extrémisme" désormais dilué dans le politiquement correct, élections obligent.


En matière de politique étrangère, il faut donc chercher la plateforme du FN dans cette sorte de contrat en réhabilitation, offert par la « zone grise » (post/anti-) en Israël, pour mieux gagner des franges entières d’indécis, déçus par l’islamisation progressive de groupes altermondialistes en France et en Europe. Ils partagent globalement la même focalisation sur « le rôle des Juifs » dans le capitalisme ou les médias, et un amour démesuré pour la patrie éternelle des Palestinistes du Hamas ou de l’IHH.


Chez Marine Le Pen, tout n’est affaire que de fard et de maquillage. Cela n’a même plus le goût provocateur du Jean-Marie, qu’on finirait presque par regretter : mieux vaut une ennemi déclaré de la mémoire juive en Europe qu’une pâle copie, ce "Canada Dry", juste assez correct pour chercher audience à gauche. Elle est suffisamment intelligente pour ne pas tomber dans les travers enseignés par son père (elle avait « claqué la porte » au moment où « l’occupation allemande n’était pas une épreuve aussi terrible que cela » ou Oradour-sur-Glâne, une quasi-balade de santé, pour le mentor des anciens collaborationnistes en mal de réhabilitation).


Rétive à tout aggiornamento, hier ou aujourd'hui, elle réédite que la reconnaissance par Chirac d’une implication d’un gouvernement à qui le Parlement avait donné les pleins pouvoirs, était, là encore, une « erreur ». Elle ne le dira pas, mais, de fait, les Juifs de France sont alors complices d’une concurrence en repentances qui défigurerait le sens global de l’histoire de ce pays. Là encore, elle ne sait pas faire la différence entre histoire objective et manipulation politique par les « Indigènes de la République » ou autres groupuscules instrumentalisés par l'Organisation de la Conférence Islamique. Marine est étrangère à toute complexité, surtout propagatrice des messages simplistes qui seuls peuvent « faire mouche » du coche en politique française.

Parce qu’elle n’a pas tort sur des problèmes d’envahissement des espaces publics, à l’interne, elle peut continuer de prospérer sur les mêmes poncifs politiques qui lui offriront un écho dans la très banale majorité des médias et opinion à travers le monde. Elle est réfractaire à une quête quelconque de vérité sur les faits, sans laquelle il ne saurait y avoir la moindre « légitimité ».


Il lui est plus facile de se trouver une oreille compatissante à l’extrême-gauche en révolte contre l’Etat d'Israël, que de se construire des connaissances solides sur les dossiers étrangers à fortes répercussions en Hexagone.


Ainsi le FN restera t-il ce parti protestataire qui joue à ne plus faire autant peur qu'avant à la gente bien-pensante à Paris, tout en s’alignant et donc, s’aliénant les voix de la Doxa « ultra-orthodoxe post ou/et antisioniste » dans les médias.


On ne saurait, pour autant, passer sous silence, les dérapages réels et indélicatesses hors-propos, ceux-là, de chroniqueur se croyant habilité à parler pour autrui et qui n’oppose que l’insulte à la manœuvre pour justifier son salaire. Tout de go, Miguel Garroté, en restant charitable à son endroit, ferait mieux d’apprendre à se taire que de servir la soupe, à peine réchauffée, à ceux qui n’attendent que cela : http://www.drzz.info/article-va-te-faire-foutre-marine-le-pen-par-michel-garrote-64493229.html . Suite à quoi, Nationspresse s’en délecte : http://www.nationspresse.info/?p=120829 . On existe comme on peut. Pas en notre nom !

 

En conclusion : une affligeante banalité des propos, tant à l’extrême-gauche israélienne qu’à la droite de l’échiquier français, avec les mêmes billevesées. Y compris chez qui se glorifierait d'être étiqueté comme "porte-parole de l'extrême-droite sioniste", ce qui est encore hommage du vice à la petite vertu. 

Partager cet article
Repost0
8 janvier 2011 6 08 /01 /janvier /2011 18:25

Copie-de-venise-20030026.jpgCertains "intellectuels" et autres "journalistes" en phase terminale (BHL, PPDA, Régis Debray, Dominique Souchier) s'accrochent par tous les crocs, toutes les griffes pour ne pas se faire oublier, alors qu'ils n'ont rien à dire de plus que d'habitude, et le meilleur moyen d'y arriver consiste à taper sur l'Amérique (ou de la sermonner, voire de la piller par plagiat interposé) jusqu'à par exemple mettre sur le dos de Bush 2003 le sort actuel des chrétiens d'Orient.

Il fallait oser, Régis Debray l'a fait au micro de Dominique Souchier (le samedi 8 janvier 2011 à 9h15). Alors que la situation n'a cessé de se détériorer depuis la fin des années 80, (depuis le début de la révolution khomeyniste en plein boom au Liban actuellement) et que la situation des Coptes ou encore l'actuelle rupture au Pakistan (semblable à celle en Algérie dans les années 90) n'a rien à voir avec Bush, ni même avec Israël, contrairement à ce qu'en pense Debray évidemment.

Il a dit aussi à ce même micro complaisant que l'Occident aurait "détruit l'arabisme" alors que toute la région en crève, sans parler de l'Afrique du Nord dont la jeunesse bouge encore, il y a même eu un mort en Algérie, (et même un second) la faute à Bush, Israël ?... La France bien sûr !

Pendant ce temps un Debray invité par un Souchier un nombre innombrable de fois (innombrable) continue à déblatérer des idioties en pack de six (que dirait-il si le 11 septembre avait eu lieu en 2005...pis bien sûr )il les débite en choeur avec les Védrine, Boniface, Dumas...

Les Anglo-saxons, de la même tendance, Obama en guise de médaille, disent certes la même chose, y ajoutent les facteurs socio-économiques en principaux facteurs, comme en France, mais parfois quelques soubresauts apparaissent sur la situation de ces pays, ou au Pakistan. Pas en France. Tout est bien scellé en France. Le Quai y veille. Hormis la récente affirmation du Président de la République sur l'épuration religieuse, réfutée bien sûr par Régis Debray, et aussi par la pratique au jour le jour. Deux autres français viennent d'être kidnappés au Niger. Mis sur le compte du "terrorisme" bien sûr. Pas du tout sur l'incompatibilité entre les régimes d'essence arabo-islamique (et maoïste) avec la démocratie bafouée insultée vouée aux gémonies par les ex-adorateurs du totalitarisme rouge.

Et avec la même suffisance, la même obséquieuse idée que le problème c'est l'existence de l'Occident, nos idiots utiles continuent leur travail de sape en parfaite cinquième colonne...tout en criant à la une au loup "d'extrême droite" bien sûr dès que la moindre critique leur est adressée. C'est bien huilé, cela marche. Pendant ce temps Atlandide (l'Europe) s'enfonce peu à peu, disparaît dans le puits sans fond de l'Histoire. 

Par Lucien S.A Oulahbib  
Partager cet article
Repost0
5 janvier 2011 3 05 /01 /janvier /2011 10:49
L'UMP part favorite dans les circonscriptions de l'étranger 

 

http://www.lefigaro.fr/politique/2011/01/04/01002-20110104ARTFIG00702-l-ump-part-favorite-dans-les-circonscriptions-de-l-etranger.php


Par Jean-Baptiste Garat, Sophie Huet
05/01/2011 | Mise à jour : 08:35
Réactions (5

INFOGRAPHIE - Plusieurs ministres ou anciens ministres, dont Christine Lagarde, pourraient tenter en 2012 de décrocher l'un des onze sièges de députés représentant les Français expatriés. 


Cliquez sur l'aperçu pour agrandir l'infographie.

C'est l'une des principales nouveautés des prochaines législatives. En 2012, les Français résidant à l'étranger seront appelés pour la première fois à voter pour leurs onze représentants à l'Assemblée. Un membre du bureau politique de l'UMP le reconnaît sans ambages: «C'est une occasion à ne pas manquer pour nous.» Et pour cause. Sur quelque 1,3 million de Français inscrits sur les registres consulaires, seuls 340.000 ont voté à la dernière présidentielle. Mais ceux-ci se sont fortement prononcés pour Nicolas Sarkozy avec 54% des suffrages. Dans certaines des circonscriptions découpées par le gouvernement Fillon, ce vote tourne au plébiscite avec plus de 60% des suffrages. «Il faut tout de même relativiser, tempère le secrétaire national de l'UMP en charge des élections, Alain Marleix. La projection des résultats de 2007 sur certaines circonscriptions ne donne qu'une avance de quelques centaines de voix.» C'est vrai pour la troisième circonscription qui regroupe le Royaume-Uni, l'Irlande, les Pays baltes et leurs voisins scandinaves où 142 voix seulement séparent Nicolas Sarkozy de Ségolène Royal.


Mais le découpage d'autres circonscriptions joue plutôt en faveur de l'UMP si l'on se réfère toujours aux résultats de 2007. L'adjonction de Monaco dans la circonscription qui comprend l'Espagne, le Portugal et Andorre renforce l'avance de Nicolas Sarkozy de 51 à 54%. Les électeurs vivant en Israël, qui ont plébiscité l'actuel président de la République en 2007 avec près de 90% de leurs suffrages, font basculer à droite la circonscription qu'ils partagent avec l'Italie, la Grèce et la Turquie alors que sans eux, elle se serait prononcée à 53% pour Royal. «Nous avons établi ces circonscriptions en suivant les mêmes règles et avec le même soin que celles des autres Français», se défend Marleix qui a préparé la carte électorale quand il était secrétaire d'État à l'Intérieur. «Sociologiquement, les Français expatriés sont de toute façon plus proches de l'UMP que du PS», concède un expert du dossier qui estime ainsi que «neuf circonscriptions devraient revenir à la droite et deux à la gauche».


Pas étonnant, dès lors, qu'elles suscitent de l'appétit à droite. Gérard Pélisson, président de l'influente Union des Français de l'étranger, groupe majoritaire au sein de l'Assemblée des Français de l'étranger, se dit surpris «par le nombre étonnamment modeste des candidatures». Mais à l'UMP, on en a recensé «plus d'une cinquantaine». Parmi elles, quelques «têtes d'affiche» qui permettront un coup d'éclairage sur ces futures élections encore confidentielles. Christine Lagarde «est intéressée - et nous l'a fait savoir - par la première circonscription», qui regroupe les États-Unis et le Canada. Mais la ministre de l'Économie pourrait trouver sur son chemin Guy Wildenstein, héritier de la dynastie des marchands d'art et soutien de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007, tout juste réélu à l'Assemblée des Français de l'étranger.


Autre membre du gouvernement tenté, Thierry Mariani, qui souhaite troquer les quelque 950 kilomètres carrés de sa circonscription du Vaucluse contre les 50 millions de kilomètres carrés de la 11e circonscription qui comprend l'essentiel du continent asiatique et l'Océanie. «C'est une aventure nouvelle. Il y a tout à faire, tout à inventer. La campagne va démarrer véritablement en 2011. Il faudra définir des règles spécifiques en matière de transports, car certaines circonscriptions sont immenses, et fixer des plafonds de dépenses, qui ne peuvent pas être les mêmes qu'en métropole», explique Mariani, secrétaire national de l'UMP en charge des Français de l'étranger.


Le directeur de cabinet de Luc Chatel au ministère de l'Éducation, Philippe Gustin, est lui pressenti pour la 7e circonscription qui regroupe l'Allemagne et les pays d'Europe centrale. On parle aussi de l'ancien garde des Sceaux, Pascal Clément (dont la circonscription dans la Loire a été redécoupée), de Dominique Paillé pour la circonscription Benelux, de l'ancien ministre chiraquien Jacques Godfrain ou de l'ancien juge d'instruction Alain Marsaud battu aux législatives de 2007 dans la Haute-Vienne. L'UMP, compte tenu de la taille des circonscriptions, souhaite en tout cas boucler des pré-investitures dès ce printemps. «Il faut que nos candidats aient le temps de faire campagne pour certains dans plusieurs dizaines de pays», explique un responsable du parti présidentiel. Mais des pré-investitures seulement pour ne pas tomber sous le coup de la législation des frais de campagne qui peuvent remonter un an avant la date de l'élection. 

Partager cet article
Repost0
4 janvier 2011 2 04 /01 /janvier /2011 14:44

 

http://www.crif.org/?page=articles_display/detail&aid=23104&returnto=accueil/main&artyd=10

Commentaires

Reflexions sur l’affaire Pederzoli, par Richard Prasquier


04/01/11
imprimer cet article envoyer à un ami
- - Thème: Crif

 

 

La bonne, la très bonne nouvelle : Mme Pederzoli est affectée comme professeur d’histoire au prestigieux lycée Henri Poincaré à Nancy, la meilleure solution possible, compte tenu de l’impossibilité pratique de retourner dans son lycée Loritz d’origine. De plus, il est noir sur blanc écrit dans le communiqué adressé à la presse par le Recteur qu’elle pourra continuer à effectuer les voyages d’élèves à Auschwitz. D’ailleurs aucune des incriminations contre Mme Pederzoli devant la commission administrative paritaire, dont l’avis, consultatif mais obligatoire,  avait précédé l’arrêté préfectoral ne contenait d’allusion à la façon dont elle enseigne la Shoah. Mme Pederzoli sort donc la tête haute de ces mois éprouvants, marqués par une suspension et un rapport d’inspecteurs qui avait soulevé de telles critiques que le Ministre de l’Education Nationale lui-même l’avait, décision exceptionnelle, partiellement désavoué sur le sujet de l’enseignement de la Shoah (je répète volontairement ce terme qui a eu le don d’exaspérer les inspecteurs).
 
Reste que Mme Pederzoli reçoit une sanction (niveau 2 sur 4, précise le communiqué) qui restera dans son dossier. L’enseignante considère qu’elle n’a commis aucune faute et que les accusations portées contre elle ne sont que des prétextes. Peut-être, aidée de son remarquable avocat, Maitre Terquem, va-t-elle utiliser l’une  des voies de recours  légales qui s’offrent à elle. Par ailleurs une plainte a été déposée contre un syndicat de proviseurs qui avait pris des positions en flèche contre Mme Pederzoli.  L’affaire n’est donc pas finie, notamment dans son volet disciplinaire.
 
En ce qui concerne le volet éducatif, il n’est pas sans importance de savoir si Mme Pederzoli pourra, comme cela avait été implicitement prévu, enseigner effectivement aux élèves de Henri Poincaré et qu’elle pourra effectivement exercer son dynamisme et ses compétences dans la préparation des voyages de mémoire. Autrement dit, qu’elle ne serait pas mise au placard. Nous y serons attentifs.
 
Nous connaissons plusieurs cas où l’enthousiasme de professeurs à enseigner la Shoah à leurs élèves a entrainé des réactions hostiles de certains de leurs collègues ou auprès de la hiérarchie locale. Il y a là des histoires humaines inacceptables et affligeantes vis-à-vis de l’idée élevée que nous  continuons de nous faire du système éducatif. Ces histoires doivent toutes être analysées dans le détail, car il est très facile, très attirant, mais très injuste de généraliser sur la base de situations individuelles elles-mêmes disparates. Nous avons discuté avec le ministère des dossiers qui nous paraissaient le plus problématiques et nous attendons que des solutions soient trouvées. Oui, je le répète, je pense que l’enseignement de la Shoah est en danger s’il ne se confronte pas à ses nouveaux défis et aux problèmes de l’avenir, dont l’effacement inéluctable des témoins n’est pas le moindre. Mais répétons-le : cet enseignement est exemplaire dans notre pays, il est porté par des hommes et des femmes dont l’engagement est admirable et il est soutenu sans faille par les autorités, à commencer par le plus haut niveau de l’Etat.
 
Photo : D.R.
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 23:24

bruxrome0064.jpgRoland Dumas, piètre sieur, petit marquis de pacotille, sous Talleyrand malgré ses bottes de sept lieues sonnantes et trébuchantes, Dumas, "parrain" de la Putain de la République (il lui faisait lire Bataille pour la rendre plus malléable) qui nie désormais "la vérité officielle du 11 septembre" (et il paraît que les négateurs sont légions) soutient le tyranneau socialiste national ivoirien en compagnie du petit Machiavel Vergès bien connu comme avocat idéologue des causes inhumaines, il nie lui aussi, par exemple le génocide des Khmers.

Quelle est la réaction de la classe politico-médiatique que le monde entier nous envie ? Rien. Nihil.

 Imaginez maintenant qu'un des Le Pen se soit risqué à ce genre d'affabulation (et Jean Marie en serait bien capable lui l'admirateur de Saddam) il y aurait eu explosion, les faces cramoisies des suppôts mrapistes et autres lampistes SOS PS se seraient rués vers les micros pour hurler au loup. Mais là rien. Nihil. Dumas peut roucouler tranquille à Abdijan en compagnie d'un "oreiller" fourni par le tyranneau qui commence pourtant à massacrer sec.

Qu'en penser ? Pendant ce temps on tue du chrétien. On prépare des attentats partout. Qui "on" ? Mais "le" terrorisme international bien sûr, c'est-à-dire la CIA et le Mossad bien entendu comme le pensent beaucoup. Car tout est lié : nions le 11 septembre, boycottons Israël, rampons dans la fiente des tyrans s'époumonant au nom du Peuple, continuons à infantiliser, victimiser, les "terroristes" incapables car ignorants du vrai que seuls bizarrement certains occidentaux ou habitant parmi eux sont censés détenir. 

La vérité ? Mais les nouveaux Bouvard et Pécuchet, Dupont et Dupond, Dumas et Vergès la détiennent. Comment peut-on en douter ?...

Par Lucien S.A Oulahbib  
Partager cet article
Repost0
30 décembre 2010 4 30 /12 /décembre /2010 11:16
Ps : je laisse en l'état la dépêche publiée par le Nouvel Obs., sans intervention sur les termes et catégories employés, tels "qu'extrême-droite", etc. Et notamment, le fait que le bloc identitaire soit, ou non, à l'origine des "Assises sur l'Islamisation", dont il était participant, l'organisation et l'initiative en revenant essentiellement à "Riposte Laïque" et quelques autres courants d'idées. Le fait de lui imputer cet évènement consiste à coincer dans les cordes tout débat laïque et républicain sur des questions qu'interdit l'islamiquement correct ambiant. CQFD.
http://tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20101229.OBS5421/le-bloc-identitaire-va-porter-plainte-contre-bernard-henri-levy.html

L'organisation d'extrême droite veut poursuivre en diffamation le philosophe qui l'a qualifiée de "groupuscule néonazi".

L'organisation d'extrême droite Bloc identitaire annonce, mercredi 29 décembre, dans un communiqué qu'elle porte plainte pour diffamation contre le philosophe Bernard Henri-Lévy, après son éditorial du Point du 23 décembre, dans lequel il qualifie Bloc identitaire de "groupuscule néonazi".

Sur le même sujet

Le Bloc identitaire reproche également à Bernard Henri-Lévy de lui imputer dans ce même texte la tentative d'assassinat de Jacques Chirac le 14 juillet 2002.

Le 18 décembre, Bloc identitaire avait organisé à Paris des "Assises contre l'islamisation de l'Europe". Le maire de Paris avait demandé l'interdiction de ce colloque et le préfet de police avait mis "solennellement en garde" les organisateurs contre tout risque de dérapage.

Partager cet article
Repost0
27 décembre 2010 1 27 /12 /décembre /2010 07:40
Sarkozy : "Israël n'est pas plus fort que les Palestiniens"

 

Par TOVAH LAZAROFF 
23.12.10
digg del.icio.us facebook

Selon un nouveau câble publié par WikiLeaks, le président français Nicolas Sarkozy a délivré trois messages forts au Premier ministre Binyamin Netanyahou au cours de leur rencontre à Paris en juin 2009 :
"Vous pensez que vous avez le temps, mais vous n'en avez pas".
"Vous pensez que vous avez une solution alternative, mais vous n'en avez aucune".
"Vous pensez que vous êtes plus fort que les Palestiniens, mais vous ne l'êtes pas."

Nicolas Sarkozy. 
PHOTO: AP , JPOST

Ces sombres projections formulées par Sarkozy ont été transmises aux autorités américaines installées à Paris peu avant une réunion avec Patrice Paoli, directeur du pôle Afrique du Nord et Moyen-Orient au ministère des Affaires étrangères français.

Ce dernier aurait confié à ses interlocuteurs américains que la France a été déçue par le discours réservé de Netanyahou à l'université Bar-Ilan (juin 2009). Discours dans lequel le Premier ministre avait pour la première fois accepté publiquement le principe d'un Etat palestinien démilitarisé.

Le gel des implantations, une question clé

Selon Paoli, la France a soutenu les efforts des États-Unis pour parvenir à un accord de paix entre Israël et les Palestiniens et veut faire pression sur l'Etat hébreu pour obtenir un gel sur les constructions dans les implantations.

Au cours d'une visite à Paris en juin 2009, le ministre de la Défense Ehoud Barak avait confié à des responsables français qu'Israël avait scellé un "accord secret" avec les États-Unis qui l'autorisait à poursuivre la croissance naturelle des implantations, ajoute Paoli.

Selon ce dernier, la crédibilité de l'administration Obama sera jugée à sa politique à l'égard des implantations. Pour un responsable du ministère français des Affaires étrangères Ludovic Pouille, qui a également assisté à la réunion avec les officiels américains, la question des implantations est un élément clé dans le monde arabe.

"Les Arabes considèrent que les progrès réalisés sur ce sujet sont essentiels. L'Arabie saoudite et l'Egypte semblent obsédés par la question", aurait-il déclaré selon WikiLeaks.

Partager cet article
Repost0
24 décembre 2010 5 24 /12 /décembre /2010 09:50

 

 

 

L’IMPUISSANCE PUBLIQUE.

- Gabriel Lévy

 

 

Pour aschkel.info et lessakele.

 

Merci Gabriel pour l'envoi de ce texte

 

 

22 décembre 2010

 

Il n’est un secret pour personne que la prétendue puissance publique est un « tigre de papier ». Les présidents et les gouvernements successifs le savent, les élus nationaux le savent, les citoyens le savent.

 

Depuis 50 ans, et probablement plus encore aujourd’hui, les gouvernants sont des marchands d’illusion. A cet égard, ils n’ont rien inventé depuis les mises en scène de Potemkine : des façades en papier mâché pour laisser croire à un pouvoir auquel ils ne croient pas eux-mêmes. Non seulement, ils créent l’illusion, mais ils offrent des leurres pour détourner l’attention de nos concitoyens.

 

Le Grenelle de l’environnement, les conférences de Copenhague et de Cancun, autant de « machins » pour prétendre juguler un hypothétique réchauffement climatique dont les conséquences apparaitraient en 2050, alors que, hic et nunc, l’état est impuissant à corriger les conséquences du gel, celles-ci bien réelles, pour des milliers de passagers dans les aéroports, et, pire encore,  pour le monde des sans-abris. Or, sommes-nous assurés que d’ici cette date lointaine de 2050, les gens qui nous gouvernent auront empêché la survenue d’un risque infiniment plus « polluant » pour la planète, celui des bombes thermonucléaires aux mains de quelques illuminés ? Les leurres de l’écologie sont contraignants dans notre vie quotidienne, probablement inefficaces et, surtout, ils sont loin d’être gratuits.

 

Que reste-t-il de l’immigration prétendument choisie ? Un leurre encore, mais comme ces choses étaient bien dites. Pourtant la solution est connue : la nationalité française se transmet par la filiation ou par la naturalisation, personne ne trouvant anormal que le nom patronymique et la religion se transmettent ainsi.

 

L’immigration clandestine ? Elle n’existe que parce que des millions d’euros, voire des milliards, servent de pompe aspirante. Ne pouvons-nous pas réduire ces avantages distribués le plus souvent sans réel contrôle ? Le « pouvoir » a aussi le génie des fausses solutions, celles qui consistent, pour éviter cette immigration, à déverser des flots d’argent public dans le sable : coopération, subventions, voire fournitures militaires, construction de châteaux en Espagne comme la mythique Union Pour La Méditerranée…Rien d’autres que les façades offertes au regard de Catherine II de Russie ! Le courage manque, mais le calcul électoral, lui, est présent.

 

La « laïcité positive », c’est-à-dire celle bien réelle, et non une laïcité vague comme l’entendait naguère le président. Mais le « pouvoir » peut-il encore l’imposer ? La réponse étant négative, il ourdit des leurres, pour participer à l’édification de mosquées.

 

La sécurité et la sûreté sont restées des rêves d’électeurs, car plus aucun délinquant, ou futur délinquant, ne croit à la rigueur de la justice… sauf les contrevenants au stationnement.

 

La politique étrangère. Des fourmis qui se déplacent dans tous les sens, des missionnés qui parcourent la terre entière, l’appauvrissement des  Français au profit des dirigeants de machins, de trucs, de choses, comme l’ONU, l’UE, l’UNESCO, l’UPM pour ne citer que ceux-là. Des conférences dans nos palais nationaux, l’entretien de fonctionnaires de pays étrangers, la livraison d’armes, pour tenter de nous convaincre que la voix de la France est entendue alors que ce n’est que « le gargouillis d’un filet d’eau dans une gouttière rouillée », que sa diplomatie ne compte aucun succès. La tricherie du traité de Lisbonne se solde par des charges supplémentaires, mais que la parade est belle ! La crise financière n’est pas terminée et le risque de défaillance de la monnaie est devant nous. Aucun des conflits auxquels la France (pas plus du reste que les Etats-Unis) comptait apporter la solution (Proche-Orient, Afrique) n’ont pris fin. Quant aux « coups » comme les libérations des infirmières bulgares et de Madame Betancourt, ces leurres ont eu un prix politique et financier élevé sans qu’aucun d’entre nous ne s’y laissât prendre.

 

A défaut de courage, les gouvernants adoptent pour devise un aphorisme : « ces choses qui nous échappent, faisons semblant d'en être l'instigateur... ». Plus personne ne les croit, mais avons-nous d’autre choix ?

Partager cet article
Repost0
22 décembre 2010 3 22 /12 /décembre /2010 23:16
 

http://www.lefigaro.fr/culture/2010/12/20/03004-20101220ARTFIG00501-l-offensive-culturelle-du-qatar.php

Mots clés : 

Par Lena Lutaud
20/12/2010 | Mise à jour : 18:50
Réactions (12)
L'extérieur du Mathaf. (Mathaf: Arab Museum of Modern Art)
L'extérieur du Mathaf. (Mathaf: Arab Museum of Modern Art)

L'émirat, qui développe une ambitieuse politique de musées à Doha, fait de la France son partenaire privilégié.

Lundi soir, des dizaines d'invités se pressaient place de l'Étoile, à l'hôtel Landolfo Carcano, siège de l'ambassade du Qatar. Dans les salons en lambris dorés avec mosaïques au sol et fresques de nymphes alanguies, Son Excellence Mohamed al-Kuwari a décoré le dessinateur Jean Plantu et Amirouche Laïdi, président du club Averroes, du prix «Doha capitale culturelle arabe». Ce soir, l'ambassadeur décorera les poètes André Miquel, Bernard Noël et Adonis. De Jack Lang à Jean Daniel, en passant par Dominique Baudis, Edmonde Charles-Roux, Renaud Donnedieu de Vabres et Anne Roumanoff, un total de 66 personnalités françaises de la culture auront été décorées par le Qatar en 2010. Toutes sont reparties avec un chèque de 10.000 €.

Commande à Jean Nouvel pour un nouveau musée national à Doha, projet d'une chaîne satellitaire al-Jazira en français, rachat du catalogue Miramax (700 films dont Pulp Fiction et No Country for Old Men), ouverture d'une galerie d'art et d'une librairie au Royal Monceau… Jamais le Qatar n'a lancé un programme culturel aussi intense en dehors du monde arabe qu'en 2010. Doha veut «se distinguer des autres pays arabophones par une politique de la culture ouverte à la modernité», estimait Mohammed Arkoun, professeur émérite d'islamologie appliquée à la Sorbonne, récemment disparu.

Si la plupart des initiatives ont eu lieu en France à grand renfort de réceptions données à l'ambassade, au Pavillon Dauphine et chez Maxim's, c'est que «la France est le chef de file de la culture occidentale et, pour nous, Paris est la capitale de la culture européenne», explique le ministre de la Culture du Qatar, le docteur Hamad Bin Abdulaziz al-Kuwari. Ce week-end, l'émirat a lancé Oryx FM, une radio émettant en français 24 heures sur 24. Cet automne, la famille royale a aussi financé l'exposition Murakami.

 

Génération, 2010, de Khaled Takreti.(Khaled Takreti and the Ayyam Gallery/Mathaf)
Génération, 2010, de Khaled Takreti.(Khaled Takreti and the Ayyam Gallery/Mathaf)

 

 

 

 

 

 

 

 

 

«Il y a un an, un intermédiaire m'a fait savoir que la fille du cheikh, la princesse al-Mayassa bint Hamad bin Khalifa al-Thani, qui préside l'équivalent de la Réunion des musées nationaux (RMN), le Qatar Museum Authority, était intéressée par un mécénat, confie Jean-Jacques Aillagon, président du Domaine national de Versailles. La cheikha voulait financer un événement universel et avait été impressionnée par la visibilité de l'exposition Jeff Koons.» La collaboration s'est si bien passée que Jean-Jacques Aillagon se rendra à Doha en janvier 2011. «Mécénats, partenariats, accueil de jeunes Qatariens pour les former aux métiers d'art à Versailles… les Idées de collaborations ne manquent pas», explique-t-il. Nul doute que Dominique de Villepin, grand ami du couple royal et administrateur du Qatar Museum Authority, pourra apporter son aide.

Cette intense accélération de la diplomatie culturelle vient compléter les excellentes relations que le Qatar entretient avec la France, au niveau diplomatique, militaire, judiciaire, sportif et économique. Premier dirigeant arabe à être reçu par l'Élysée dès mai 2007, le cheikh est l'interlocuteur privilégié de la France au Moyen-Orient. Outre l'arrivée de HEC et d'une antenne de Saint-Cyr à Doha, les contrats en cours sont nombreux. Après l'ouverture du Royal Monceau cet automne, avec une luxueuse salle de cinéma de cent places, une galerie et une librairie d'art pointue, le Qatar, déjà propriétaire du Majestic et du Gray Albion à Cannes, inaugurera un quatrième palace, le Peninsula, à Paris en 2012.

D'ici là, on s'attend à trouver des capitaux qatariens pour financer la transformation de l'Hôtel de la Marine en hôtel, avec galeries d'art et salles de vente. Après le prix de l'Arc de Triomphe, le Qatar pourrait aussi racheter le club de foot de la capitale, le PSG, avant d'organiser la Coupe du monde de football en 2022. Cette politique s'explique aussi par la francophilie de l'élite qatarienne. Dans une région dominée par les Britanniques, c'est un point essentiel. «Plusieurs personnalités, dont Son Altesse le cheikh Jouan ben Hamad al-Thani, ont fait des études en France», souligne Monique Papon, présidente du groupe d'Amitié France-Qatar au Sénat. L'exemple vient de très haut. Le cheikh et la cheikha Mozah possèdent le splendide hôtel d'Évreux, place Vendôme, et une propriété au-dessus de Cannes.

Partager cet article
Repost0
20 décembre 2010 1 20 /12 /décembre /2010 21:17

 

 

 

La montée du FN est le symptôme, pas le remède à la lâcheté de la nomenklatura politique face à un phénomène qu’elle s’est, jusqu’à présent, refusé à prendre à bras le corps pour s’en tenir à des mesurettes, comme la loi sur la Burqah. Depuis des années, d’autres hommes politiques, Geert Wilders, des femmes de courage : Wafa Sultan, Ayaan Hirsi Ali, Bat Ye Or, des sites ont relayé la transformation de ce visage de l’Europe et simplement soutenu que le débat devait avoir lieu, par tous les moyens démocratiques existants : en France, on ne sait pas débattre ni se poser les questions qui dérangent, aussi les évolutions ou contre-évolutions ne se font qu’à coups de rapports de force, ou par la voix déresponsabilisante, consistant à glisser un bulletin de vote dans l’urne jusqu’à la prochaine fois. En attendant, on est quitte, croit-on, au quotidien. Et bien justement : non. Alors, parfois, on se repasse un petit coup d’électrochoc pour s’amuser à se faire peur : on s’invente des épouvantails, on crie au loup. C’est ce à quoi joue un prétendu camp républicain qui ne fait que reculer, jour après jour : en demandant à sa police de ne pas intervenir quand le drapeau est brûlé, en concédant les espaces républicains, quartiers, écoles, à la loi de la Jungle ou à la menace contre les profs et à des démonstrations de force revendicatives comme ces prières de rue.
  
En ce qui nous concerne, nous sommes conscients qu’une partie encore conséquente du noyau dur de cet électorat voue les Juifs aux gémonies et continue de tenir strictement le même discours que l’extrême-gauche, son alter-ego sur nombre de préoccupations qui nous tiennent à coeur. Soral, Dieudonné, ont pu, sans encombres, y faire de l’entrisme. Qui se ressemble s’assemble.
  
Mais on peut aussi se poser la question suivante : depuis ces dix dernières années, est-ce bien le FN qui tend à pousser les Juifs dehors, en France, sur les marges de ses écoles, de ses médias? Ou un discours convenu de la diabolisation, du politiquement correct, voire des manifestations de masse dans les rues d’Europe ou les discours déjà capitulards d’élites européennes qui n’ont pas le moindre scrupule à demander aux Juifs de “quitter les Pays-Bas” (Fritz Bolkestein)? Et, demain, l’Europe entière puisque ce qui vaut pour l’un vaut pour l’autre des 27. On se demande, après ça, ce que pourrait ajouter d’autre, la fille d’un Tribun dont les sorties antisémites (“le Détail”, “Durafour-Crématoire”...) défrayaient la chronique. A-t-on jamais entendu plus “xénophobe” ou anti-sémite que ce qu’a dit, soit par constat, soit par défaitisme, le très européen ancien commissaire Fritz Bolkestein?
  
Une autre partie de cet électorat commence à comprendre que là n’est pas le problème qui se pose à elle pour les générations à venir, pour ses enfants, pour son école, pour ses valeurs, mais bien le piétinement de sa propre identité, quartier après quartier, rue après rue. Ce parti reste une valeur-refuge pour le vote protestataire dans la tourmente et la crainte de la “mondialisation”, dont les ressorts et les principales instances de décision échappent à la plupart. Il n’a pas grand-chose à proposer sur le fond, sur l’économie (plus d'Etat? Mais ne sont-ce pas les vieilles recettes de Tante Martine?), la politique étrangère ou tout autre sujet de fond. Il rassemble des classes sociales aussi hétéroclites qu’exsangues de véritable culture nationale bouillonnante, attractive et intégratrice.
  
Dans un cas comme dans l’autre, cela n’annonce rien de bon. “On” a laissé faire, qu’”on” ne vienne pas ensuite se plaindre des mises en garde de ceux qui sonnent "le tocsin".
   
En tout état de cause, mettre le doigt sur un problème réel, hebdomadaire, de l’absence de toute retenue dans la revendication politique et pratique, dans un sens, d'islamisation, dans l'autre, de Balkanisation et de libanisation du territoire, ne fait pas de Marine Le Pen, pour cette phrase et cette phrase-là seulement, la responsable du malaise que suscite le simple fait de nommer les choses. Nous ne nous associerons pas à la curée, nous ne hurlerons pas au loup avec ceux qui l’appellent à coeur et à cri parce que cela leur donne un “combat”, celui de l’hypocrisie contre la “provocation” –que choisir? Abstention!-  Toutes réserves quant à l’opportunité électoraliste étant égales par ailleurs. Car ces prières de rue sont connues depuis fort longtemps. Ni l’ancien Ministre de l’Intérieur, l"'intrépide" Daniel Vaillant, lâche quant il s’agissait de simple antisémitisme, dans les années 2000-2002, ni Bertrand Delanoë, ne se sont jamais inquiétés du ressentiment de leurs concitoyens à ce propos. De quoi auraient-ils peur, maintenant?
 
La voix de la République doit être réinstaurée et se faire entendre haut et clair sur ces espaces comme sur tout autre sous sa juridiction.

Aschkel&Gad

 

 

 

LA LIBERTE QUI CAPITULE

 JOSE CASTANO

 

« La liberté qui capitule, ou le pouvoir qui se dégrade, n’obtient point merci de ses ennemis » (Chateaubriand – « Mémoires d’outre-tombe »)


 

            Rien ne saurait mieux actualiser la situation à laquelle nous sommes désormais confrontés, que ces mots de Chateaubriand. Il a fallu que Marine LE PEN soit créditée  de 27% d’opinions favorables, que 17% des électeurs  déclarent vouloir voter pour elle au premier tour de la présidentielle de 2012, et une émission télévisée « A vous de juger » dont elle est sortie grandie en dépit de journalistes déstabilisants… pour qu’un consensus virtuel de diabolisation de l’intéressée s’établisse aussitôt au sein de la nomenklatura  politico-médiatique française. Il a fallu, trois jours plus tard, vendredi 10 décembre, une phrase sortie d’un discours d’une heure trente, pour que du virtuel l’on passe au concret et que, de Martine Aubry à JF Copé, en passant par le MRAP, la Ligue des Droits de l’Homme, le Collectif Contre l’Islamophobie en France (qui ont porté plainte pour « incitation à la haine raciale », rien que ça !) et les associations prétendues humanitaires,  s’instaure une polémique parfaitement réfléchie consistant à condamner et fustiger sans la moindre retenue le « vrai visage » de Marine Le Pen. Quelle était cette phrase : «Il y a quinze ans on a eu le voile, il y avait de plus en plus de voiles. Puis il y a eu la burqa, il y a eu de plus en plus de burqa. Et puis il y a eu des prières sur la voie publique (...) maintenant il y a dix ou quinze endroits où de manière régulière un certain nombre de personnes viennent pour accaparer les territoires. Je sui désolée, mais pour ceux qui aiment beaucoup parler de la Seconde Guerre mondiale, s’il s’agit d’en parler, on pourrait en parler… Certes, y a pas de blindés, y a pas de soldats, mais c’est une occupation tout de même… « Si nous ne pouvons plus rien pour les morts d'hier, nous pouvons encore empêcher les souffrances demain, et c'est notre rôle ». Et c’est ce mot « occupation » qui a déclenché un raz de marée politico-médiatique… ce seul mot qui a permit à nos « élites » de crier « haro sur l’extrême droite ! » et de se lancer à l’assaut du processus de « dédiabolisation » entrepris par le FN, que le politologue, Dominique Reynié, analyse de la sorte : « Les Français ne perçoivent plus seulement le FN comme un parti d’extrême droite mais comme un parti populiste et populaire transcendant la droite et la gauche ».


Dès lors, récriminations, amalgames, délation, médisance et démagogie ont pris le pas sur toute autre considération. L’occasion était trop belle de porter un coup « fatal » à « l’extrême droite » et de réfréner l’ardeur des électeurs tentés par le vote FN… Et, en quelques heures, une levée de boucliers que l’on croyait révolue envahit les ondes, les journaux et enrichit les commentaires… Pensez-donc ! « La « bête immonde » est revenue ! »… « C’est bien la fille de son père ! »… et voilà que les « moralistes » s’en donnent à cœur joie…


            Pour le Parti socialiste, Marine Le Pen montre le « vrai visage de l'extrême droite française ». Ses déclarations « relèvent de la haine et de l'ignorance ». Il s'agit d'une «provocation de plus destinée à attiser la haine », s'est indigné le secrétaire national Patrick Mennucci. Harlem Désir, député PS européen, issu du trotskisme et Pierre Moscovici, député du Doubs, ont estimé que les propos de Marine Le Pen pourraient relever des tribunaux. « On ne peut pas transiger sur les valeurs avec le Front national », a déclaré ce dernier en marge de la convention du PS sur « l'égalité réelle », dans le XIIIe arrondissement de Paris. «Marine Le Pen, parfois certains la présentent comme le visage humain du Front national ou une simple droite républicaine un peu plus radicale : ce dérapage rappelle que le Front national fonctionne à la provocation et que c'est un parti dont le patrimoine génétique n'est pas inscrit dans les valeurs républicaines », a expliqué Moscovici.


            Pour l'ancien ministre des Affaires européennes, Marine Le Pen, par ses propos sur les musulmans, « a rappelé qu'elle était porteuse d'une logique profondément discriminatoire et donc pour moi anti-républicaine ». Martine Aubry s'est dite « choquée » par ces déclarations. Interrogée par l'AFP en marge de la convention sur « l'égalité réelle », la patronne du PS a déclaré : « Marine Le Pen reprend les accents de son père dans des buts purement clientélistes et en renvoyant aux marges de notre République des hommes et des femmes qui ont toute leur place et qui ont le droit de croire comme on a le droit de ne pas croire ou d'avoir une autre religion ».


            Dans un communiqué commun, Kader Arif, Stéphane Le Foll, Bruno Le Roux, membres du Bureau national, et Faouzi Lamdaoui, membre du Conseil national du Parti socialiste, estiment que la vice-présidente du FN a « dépassé le racisme primaire et l'islamophobie populiste »… « Marine Le Pen sort l'oriflamme fasciste, elle déborde son père sur le terrain de l'extrémisme. Le lepenisme jette le masque et montre, au grand jour, le visage hideux qu'il veut donner à notre pays », ajoutent-ils. Que de haine dans ces propos !


            Arnaud Montebourg a évoqué samedi 11 décembre 2010 la mémoire de son grand-père, un « Arabe d'Algérie qui aimait et servait la France ». Le député socialiste répondait à « l'injure » de Marine Le Pen en ces termes : « Je veux répondre à Mme Le Pen en évoquant la mémoire de mon grand-père, un Arabe d'Algérie qui a combattu l'armée d'occupation nazie parce qu'il servait et aimait la France »… « Cette déclaration est une injure à ceux qui, arabes, africains, musulmans ou non, sont morts pour la France, ceux-là même qui ont libéré le territoire national pendant que votre père, madame le Pen, trouvait des circonstances atténuantes à l'occupation nazie ». Pour votre gouverne, Monsieur Montebourg, sachez que le père du signataire de ce texte, après avoir été démobilisé en 40 suite à la victoire éclair allemande, s’est engagé en 42 au sein de l’Armée d’Afrique dans les Tabors marocains, ces mêmes hommes qui ont conquis de haute lutte Monte-Cassino.  De novembre 1942 à mai 1945, la France métropolitaine a fourni 580 000 hommes (1,7% de la population) aux armées de la libération, contre 134 000 Algériens (1,2% de la population indigène) et 120 000 Pieds-noirs (12% de la population française d’Algérie). Le taux de mobilisation des Français d’Algérie fut donc dix fois supérieur à celui des indigènes. Quant aux pertes par rapport aux effectifs, elles furent de 8% chez les Pieds-noirs et de 5% chez les Algériens. Ce sont les Français d’Algérie (que vous méprisez par ailleurs) qui ont payé de très loin le plus lourd impôt du sang pour la libération de la France. N’oubliez jamais cela et revoyez votre copie Monsieur le candidat aux Primaires socialistes !


Quant au Parti Communiste, le secrétaire national Pierre Laurent déclare : « Le PCF demande la condamnation des propos injurieux et racistes » de Marine Le Pen…  « Le Front national est une formation politique xénophobe dont le discours fascisant, raciste et négationniste a été de nombreuses fois condamné par la justice », ajoute-t-il. Il considère également que « le service public audiovisuel ne doit pas se déshonorer en faisant la promotion d'un discours raciste et xénophobe qui fait honte à notre pays »… « En comparant les prières de rue des musulmans à l'Occupation pendant la seconde guerre mondiale, continue le responsable communiste, Marine Le Pen déplace les frontières de l'ignobleSes déclarations soulèvent le cœur »… « Le Pen père et fille sont prêts à toutes les provocations, surtout les plus répugnantes pour assouvir leur soif de pouvoir », estime-il. « Ils ont pour seul mot d'ordre la haine de l'autre, ce qui n'est jamais que la haine de l'Homme ». Belle leçon de morale d’un parti que l’on surnomme « le parti aux 100 millions de morts » !


            Ce même jour, Marine Le Pen a précisé à Reuters, qu’elle n'avait pas fait référence spécifiquement à l'occupation allemande pendant la Seconde guerre mondiale mais à toute forme d'occupation. « Mes propos ne constituent en aucune manière un dérapage mais bien une analyse tout à fait réfléchie basée sur une banale constatation d’une réalité physique et juridique »…« J'aurais pu aussi parler de l'occupation par les Anglais à l'époque de Jeanne d'Arc », a-t-elle déclaré. « Ce que j'ai dit, c'est que ceux qui pratiquent les prières sur la voie publique se comportent comme des occupant », a-t-elle encore précisé. Accordant un entretien à l'AFP dans lequel elle enfonce un clou déjà bien planté. « S’agissant du terme « Occupation », je persiste et je signe mais ceux qui ont cru pouvoir déformer cette hyperbole, en indiquant que j’aurais comparé les musulmans aux nazis sont des menteurs et des manipulateurs »… « Oui, il y a occupation et il y a occupation illégale », estime-t-elle. « Je réitère qu'un certain nombre de territoires, de plus en plus nombreux, sont soumis à des lois religieuses qui se substituent aux lois de la République ». « J'ai bien dit qu'il ne s'agissait pas d'une occupation militaire (…) « Il n’y a dans la constatation d’une occupation ni atteinte à la liberté de culte », « ni islamophobie », « ni discrimination (...) J'ai voulu glorifier l'esprit de résistance qui fait qu'on doit s'opposer à l'occupation du territoire. Cela a été le cas dans toute notre histoire », ajoute-t-elle avant de se placer en gardienne de la tolérance : « J'entends de plus en plus de témoignages sur le fait que dans certains quartiers, il ne fait pas bon être femme, ni homosexuel, ni juif, ni même français ou blanc ».


Et la raison de cette profusion de déclarations haineuses, c’est le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé qui, le 11 décembre lors du conseil national de son parti, nous la donne en déclarant : « Nous sommes en danger du point de vue électoral. Le FN connait incontestablement une montée régulière depuis ces derniers mois. »… Voilà l’aveu flagrant qui a déclenché cette tempête médiatique ! Ne soyons, dès lors, guère surpris de l’attitude de ce dirigeant qui, redoutant qu’un 21 avril 2002 à l’envers se reproduise, a clairement défini la nouvelle stratégie inspirée par la nature du danger immédiat que représente le FN… stratégie également mise en œuvre par les partis de gauche dans l’attente d’une nouvelle « union sacrée »… ce qui rend vivante la déclaration de ce grand Français que fut le Bachaga Boualam : « En France on punit ceux qui sonnent le tocsin et on laisse en liberté ceux qui allument l’incendie ». Cependant, les uns et les autres devraient s’inspirer de la conduite et des déclarations du ministre algérien des Affaires religieuses et des Wakfs, Bouabdallah Ghlamallah, qui vient de relancer l'interdiction de pratiquer la prière, celle du vendredi notamment, en des endroits publics, situés, pour être plus précis, à proximité des mosquées. Il arrive, en effet, que pendant la prière hebdomadaire du vendredi, plusieurs dizaines de fidèles s'agglutinent à l'extérieur des mosquées pour accomplir leur devoir religieux à même les trottoirs. Ce genre de constat est visible notamment dans les mégapoles du pays, à l'instar d'Alger où les mosquées ne désemplissent pas chaque vendredi. « Seulement, ce n'est pas là une raison, insiste le ministre des Affaires religieuses, pour tolérer les rassemblements des fidèles au niveau des endroits environnants aux lieux de culte. » Il a indiqué : « Seul l'intérieur des mosquées est fait pour les prières et si celui-ci est rempli de pratiquants, les autres fidèles n'ont qu'à prier chez eux et non pas dehors ». Faut-il juste rappeler que le fait de prier en des lieux publics a toujours été une pratique interdite, en Algérie, par la loi en vigueur. Néanmoins, les autorités ont jusque-là fait preuve de souplesse vis-à-vis de l'application de cette loi. Ghlamallah semble désormais décidé à en finir avec cette souplesse, en faisant valoir l'application de la loi dans toute sa rigueur. C'est du moins ce qu'il a soutenu, le 19 juillet 2010, lors d'un point de presse qu'il a animé à Dar El Imam de Mohammadia (El Harrach) où il a présidé la cérémonie de clôture de deux journées d'étude organisées à l'intention des nouveaux imams et morchidate. (Source : quotidien francophone « Le Temps »).


Et pendant que les islamo-collabos continuent de déverser leur trop plein de haine et de lyncher Marine Le Pen, les rues de certaines villes françaises sont condamnées à l'heure de la prière, sans autorisation préfectorale ; la circulation est effectuée par des individus qui subtilisent les fonctions des agents de la circulation, en mettant en travers de la chaussée leur propre véhicule. Il est interdit à ce moment à toute personne, non musulmane, de passer à pied dans cette zone sous peine d'insultes et d'agressions. Et pendant ce temps… les islamistes montent au créneau et montrent leur vrai visage : celui du fascisme politico-religieux, sans que les « bonnes consciences » que nous venons d’entendre, ne réagissent ou s’émeuvent le moins du monde… Sur leur site, ils laissent passer les commentaires les plus extrémistes, comme celui-ci, qui prend toute sa saveur, après le premier attentat suicide commis sur un pays européen, en Suède « Si ils cautionnent le clash, on va la jouer comme du temps du prophète (saws) ! Envoyons leur des hommes qui aiment la mort plus que eux n’aiment la vie. »


En conclusion, si le FN ne cesse de grimper dans les sondages, ne doit-on pas voir là le désaveu du peuple français envers la politique de Nicolas Sarkozy ? N’est-ce pas le signe d’un échec contre sa politique aggravant le chômage, l’immigration et l’insécurité ? En réalité, les électeurs ne sont-ils pas lassés de ces hommes politiques qui se partagent régulièrement le pouvoir et qui, inexorablement, enfoncent la France dans un abîme de calamités ? Et ces matamores devraient s’inspirer de cette mise en garde de Chateaubriand où l’on pourrait bien attribuer le rôle de l’innocent à Marine Le Pen : « Ce n’est pas de tuer l’innocent comme innocent qui perd la société, c’est de le tuer comme coupable ». A méditer…

                                                                                                                                                               José JOSE CASTANO

 

  Voici l’objet de la controverse : Prière musulmane illégale : Rue Myrha - Paris 18ème ...  Filmé le 10 décembre 2010 ... sans commentaires !

Cliquez sur cette image : ?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d046412:51?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641                        ?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641  Rue Myrha : Les prières continuent et les haut-parleurs sont désormais à plein volumeRue Myrha : Les prières continuent et les haut-parleurs sont désormais à plein volume

                                                                                                                       

… et aussi sur : 

 

http://www.google.fr/url?sa=t&source=video&cd=1&ved=0CDwQtwIwAA&url=http%3A%2F%2Fwww.youtube.com%2Fwatch%3Fv%3DWt14QNUF0Lc&rct=j&q=priere%20musulmans%20dans%20les%20rues&ei=MPIDTeSBEIf34ga849nwCQ&usg=AFQjCNHN6NcOnsRnXm-nu9fDf_WQYlqDWw&sig2=R-D_Q1KgvS_wg0ecjpWvpQ&cad=rja


Peut-on assimiler la diffusion de ces vidéos à de « l’incitation à la haine » ?

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

- Conférence de presse de Marine Le Pen du 13 décembre :http://www.dailymotion.com/video/xg3wdw_conference-de-presse-de-marine-le-pen_news


-o-o-o-o-o-o-o-


- Les mosquées en France : http://www.youtube.com/watch?v=fA2YsjKlmAA&feature=player_embedded


 

http://echodupays.kazeo.com/L-OEIL-DE-CAIN/52-IMAMS-DEBARQUENT-EN-FRANCE,a1898490.html


- Haute trahison : Pendant que nos Soldats combattent et meurent en Afghanistan... Pendant que de plus en plus de Français sont lynchés dans la rue... Pendant qu'une guerre civile ethnique est à nos portes...  Pour lire la suite cliquez ici

 

-o-o-o-o-o-o-o-

o-o-o-o-o-o-o-o-

Quand les "antiracistes" officiels affichent ouvertement leur racisme. Pour lire la suitecliquez ici

- Et aussi : 

 

http://echodupays.kazeo.com/LA-PROVOCATION-EST-UNE-INFRACTION,a1865981.html

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

- Le 30 Avril, dans un discours prononcé à Istres, Michel Vauzelle, président de la région PACA, a déclaré : "Je suis fier d'être le président d'une grande région musulmane".

http://fr.altermedia.info/general/vauzelle-est-fier-detre-le-president-dune-grande-region-musulmane_29954.html

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

- Islamisation de la France : « Combien de temps allons-nous tenir ? » - Cliquez :  ?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d046417:24?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641?ui=2&ik=2810334fc4&view=att&th=12d04641

 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

- Alors que les médias rappellent quotidiennement l’enlèvement de deux journalistes en Afghanistan et qu’un comité de soutien a été créé pour leur libération, nous rappelons également que depuis le 19 mars 1962, cela fera, au 31 décembre 2010, 17714 jours que des milliers de Français d’Algérie ont été enlevés dans la plus grande indifférence sans que les « bonnes consciences » de ce monde n’élèvent la moindre protestation. Ne les oublions pas.


-o-o-o-o-o-o-o-

 

Pour revoir tous les articles de José CASTANO, cliquer sur : - Mes Articles -

 

Ses ouvrages, cliquez sur : -Ma Bibliographie –

 

Ses conférences, cliquez sur : - Mes Conférences –

 

Sa biographie, cliquer sur : - Ma Biographie -

 


 

-o-o-o-o-o-o-o-

 

Article 19 de la Déclaration Universelle des Droits de l'Homme :


"Tout individu a droit à la liberté d'opinion et d'expression, ce qui implique le droit de ne pas être inquiété pour ses opinions et celui de chercher, de recevoir et de répandre, sans considérations de frontières, les informations et les idées par quelque moyen d'expression que ce soit"

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis