Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
10 décembre 2008 3 10 /12 /décembre /2008 19:47
Un entretien sans ostracisme avec le "cauchemar" de Bibi : Moshé Feiglin qui, hier, tenait des propos radicaux. Met-il du politiquement correct dans son moteur électoral? Ou l'idée d'approcher les premiers cercles du pouvoir tend t-elle à le rendre un tant soit peu plus "realpolitik"? Netanyahou, en quête de légitimité au Centre-Droit pour assurer la défaite de Kadima, appelle son propre parti à isoler ceux qui risquent de propager des propos incendiaires. Feiglin envisage t-il que sa survie au sein du premier carré dépend du lissage d'une image plus "modéréé" qu'elle ne le fut si l'on se réfère à des écrits ou discours précédents? C'est à cet exercice périlleux qu'il s'est essayé lors d'un entretien avec Ynetnews....
Feiglin: State should demand loyalty of Arab citizens

Moshe Feiglin grants Ynet an exclusive interview following victory in Likud primaries, in which he secured 20th slot on roster, and says there is room to consider withdrawal from UN, as well as eradication of Waqf from Temple Mount

Photo: Yaron BrennerFeiglin: Preserve Jewish values  Photo: Yaron Brenner

Amnon Meranda

Published:  12.10.08, 14:10 / Israel News
Moshe Feiglin, who landed the 20th slot on the Likud roster recently, told Ynet about his views on Israel's most pressing issues in an exclusive interview Wednesday. His aspirations for the State's future include
Netanyahu's Nightmare
 
Netanyahu still pushing to oust Feiglin / Attila Somfalvi
 
Election of rightist list and propulsion of Moshe Feiglin to realistic slot on Likud roster have party brass, including Netanyahu, losing sleep. Efforts to run Feiglin off continue though court appeal
Full Story
 
regaining control of the Temple Mount and perhaps withdrawal from the UN, but not the expulsion of the Arab population.

 

What should the boundaries of this country be?

"Just as it says in the Likud's constitution: The State should reign over all of the parts of Israel currently in our hands, as we have done in the Golan Heights."

 

Should Gush Katif be rebuilt?

"I think so, but I know there is no use in returning to Gaza if the public does not believe this region belongs to us. Entering Gaza today means killing our soldiers senselessly… As long as we don't see this place as our own and want to return in order to build it and to stay there, there is no use going back.

 

"This is also true for the issue of the Qassams. As long as we don't have faith that this country is ours there can be no military solution, not for the Qassams or anything else."

 

The opinions Feiglin expressed differ from those he has previously presented, calling for the "elimination of Arab hope". In a document published by the Jewish Leadership Movement, over which he presides, Feiglin wrote that "if their hope is to expel us, the elimination of their hope will come when we clarify that we hold all of Israel forever. The elimination of Arab hope will thus eradicate Arab terror."

 

'Expel Waqf from Temple Mount'

Despite the dangers it involves, Feiglin believes Israel should act aggressively to secure the Temple Mount. "We just have to get the Waqf out of there and leave only the Israel Police," he says.

 

Should Arabs then be allowed to continue to pray there?

"The Torah says the house of God will be open to all nations – not just Arabs but all of the world's nations."

 

Though Feiglin has previously trumpeted the idea of transferring all of the Arabs out of Israel, despite admitting that the idea was not practical in times of peace, he has since toned down his message in this respect.

 

Should the Israeli Arabs be transferred out of Israel?

"Of course not, nor the Arabs of Judea and Samaria. We need to create a situation in which those who are loyal to us can find their place here, and those who are not are encouraged to find another place."

 

How should the State regard the Israeli Arabs?

"The State should demand that its Arab citizens be loyal to the State of Israel as a Jewish State. The current situation, in which Azmi Bishara still carries Israeli identification and enjoys all of the privileges involved, is maddening."


Temple Mount  Photo: Reuters
   

 

'Israel UN's punching bag'

What do you think about Israel's global relations? Should we disengage from the UN?

"I think that when most of the decisions made by the UN are anti-Israeli, and Israel has essentially become the UN's punching bag, then we should consider joining countries such as Switzerland, which doesn't feel any particular need to be members of the UN."

 

What do you think about the peace with Egypt? Should it be canceled?

I don't think you can cancel something that never existed… I think Sadat was right. We're not eating hummus in Damascus but neither are we doing so in Cairo. The difference is that in the Golan Heights we have a more peaceful region, and in the south we are being forced to fortify Ashdod."

 

'Separate religion from State'

The Jewish Leadership Movement's website has linked Israel's success to its connection with "the God of Israel," presenting religion as an essential condition for the continued existence of the State. However, Feiglin has since taken an uncompromising stance on the separation of religion and state.

 

What should be the Rabbinate's place in Israel's leadership?

"It should be in no way involved in politics."

 

Should the laws of the Torah become the laws of the State?

"I am thoroughly opposed to the idea of a Halacha state. I do want to see the laws of the State reflect its national values, however."

 

What is a Jewish state in your opinion?

"A Jewish state is a state that has adopted Jewish values as its fundamental values… It means being faithful to all of the sacred values thanks to which we have continued to exist, returned to Israel, and established this State."

 

Who should be seated in the High Court?

"Judges that represent the collective values of the nation… We need a system that is similar to the American system, in which a Supreme Court justice undergoes a public hearing, a system that eventually creates judges that represent the nation's values, and not those of the extreme Left."

 

What should the education system look like?

"We must stress the issue of Jewish heritage. We need to make sure every child here can recite the prayer 'Shema Israel', get to know the basic texts in the Torah, and as Hanukkah is approaching, know who the Maccabees were – and not just the basketball team."

 

Since his plunge into politics Feiglin has had to deal with many public inquiries into his often controversial opinions. When asked about claims that he has presented a fascist stance, Feiglin responded: "The fact that on the one hand people berate me for calling for conscientiousness and on the other hand call me a fascist shows that they are not truly examining my opinions, but rather spewing slander."
Partager cet article
Repost0
9 décembre 2008 2 09 /12 /décembre /2008 19:09
Le Likoud a annoncé les résultats officiels de ses primaires tôt mardi matin à Tel-Aviv

Jerusalem Post édition Francaise

mardi 9 décembre 2008

Gideon Saar devient donc le numéro deux de la liste du parti à la Knesset après le président du Likoud Benyamin Netanyahou, et devant le député Gilad Erdan. Reuven Rivlin, lui, prend la quatrième place de la liste suivi par l’ancien ministre des Sciences Bennie Begin.

Derrière eux on trouve successivement Moshe Kahlon, puis le député Silvan Shalom, suivi de l’ancien chef d’Etat-major Moshe Yaalon, à la huitième place de la liste.

Le neuvième de la liste likoud à la Knesset est le député Youval Steinitz, qui devance Limor Livnat qui elle se place à la treizième, Dan Meridor (17e place) et Moshe Feiglin (20e).

L’ancien général de réserve Ouzi Dayan a été le dernier nom annoncé, à la 42e position.

Selon de récents sondages, le Likoud pourrait véritablement balayer les prochaines élections législatives. Ceux du parti qui se situent en début de liste sont susceptibles d’obtenir des positions gouvernementales importantes.

Netanyahou, qui s’exprimait après l’annonce des résultats, a déclaré : "Chers amis, aujourd’hui nous avons choisi une nouvelle direction pour le pays."

Il a poursuivi en annonçant qu’environ 50 000 membres du Likoud sont allés voter durant la journée de lundi "parce qu’ils savent qu’Israël doit relever des défis difficiles aujourd’hui, que ce soit dans le domaine économique, de la sécurité ou diplomatique."

Ces problèmes "attendent des réponses", a-t-il continué, précisant que liste du Likoud pour la Knesset était "une liste qui représente Israël."


Les articles sur le même thème
Politique intérieure
Partager cet article
Repost0
4 décembre 2008 4 04 /12 /décembre /2008 08:22

Par Jacques Bendelac à Jérusalem
Rubrique: Actualité
Publié le 4 décembre 2008 à 06:53


La rumeur courait à Jérusalem depuis quelques jours.

Aujourd’hui, c’est le très sérieux Wall Street Journal qui prend le relais: le Gouverneur de la Banque d’Israël, Stanley Fischer, est candidat à la présidence de la banque centrale de New York, la “New York Fed”.

Stanley Fischer remplacerait Timothy Geithner, qui vient d’être nommé Secrétaire au Trésor de Barack Obama.

Stanley Fischer a accumulé une longue expérience internationale, comme ancien haut fonctionnaire au FMI et vice-président de Citygroup, avant d’être nommé en 2005 à la tête de la Banque d’Israël et de faire son aliya à Jérusalem.

A la fois brillant et discret, Fischer a fait preuve d’un grand pragmatisme dans toutes ses décisions liées à la politique monétaire.

Depuis le début de la crise financière, il a montré beaucoup de sang froid et de détermination, n’hésitant pas à tourner le dos à la politique libérale qu’il a toujours prônée.

Récemment, il s’est fait remarqué en abaissant le taux d’intérêt à son niveau le plus bas de l’histoire financière d’Israël et en rachetant massivement des dollars à bas prix, permettant par là de gonfler les réserves en devises du pays.

Nul doute que si la rumeur se confirmait, le départ de Fischer pour New York serait une perte sèche pour l’économie israélienne.

Partager cet article
Repost0
3 décembre 2008 3 03 /12 /décembre /2008 04:11
H'assidisme authentique, H'assidisme dévoyé…
par Shraga Blum
mardi 2 décembre 2008 - 14:49

http://www.a7fr.com/article/60293.htm

Les traumatismes laissés dans le peuple juif par les épisodes des mystiques faux-messies, Sabbataï Tzvi ou Jacob Frank, ainsi que par les massacres de Chmielnitzki, avaient poussé les instances juives du 17e siècle à recentrer la vie juive sur l’étude des textes et une certaine vision académique du vécu juif, mais souvent dénués de spiritualité et de joie, et réservée par la force des choses à une élite intellectuelle.


Lorsque naquit le Hassidisme au 18e siècle, plus qu’un mouvement religieux, ce fut avant tout une impulsion populaire qui se voulait en rupture avec le Judaïsme rabbinique de l’époque, et qui voulait restaurer certaines valeurs fondamentales de la vie juive quelque peu délaissées par les élites de l’époque : joie, ferveur, amour du prochain, entraide. Les Maîtres du Hassidisme mirent d’abord en opposition la dialectique casuistique, la halakha stricte et une certaines austérité d’un côté, avec la mystique, la spiritualité intérieure et la joie de vivre de l’autre, ce qui donna lieu à un véritable schisme entre les Hassidim et leurs opposants, appelés stricto sensu « Mitnagdim », qui les accusaient de réduire le Judaïsme à un pur folklore. Plus tard, certains grands Maîtres, tel le « Tsemah’ Tsedek » de la dynastie Loubavitch, tentèrent une synthèse afin que le mouvement hassidique n’aille pas trop loin dans sa volonté de « révolutionner la vie juive ».


Presque trois siècles plus tard, le monde hassidique est loin d’être homogène. Les circonstances historiques locales, les personnalités et les enseignements des Maîtres de chacune des nombreuses branches ont donné naissance à d’innombrables manières « d’être Hassid ».


Tout près de nous, les terribles attentats de Bombay ont permis de mettre en exergue deux manières totalement antinomiques de concevoir et vivre la H’assidout.


En quelques jours, le peuple juif entier a pu être le témoin du rôle primordial que joue la H’assidout Habad dans le tissu social juif planétaire. Les héros malgré-eux de cette horrible tragédie, en l’occurrence le Rav Gavriel Holtzberg z.l. et sa femme Rivka z.l., faisaient partie de ces milliers de h’assidé H’abad qui avec un dévouement et une abnégation sans pareils, acceptent de vivre dans des environnements souvent difficiles, dans le seul but de constituer un phare et une source de chaleur pour tout Juif qui se trouve dans les régions parfois les plus reculées – résident comme touriste. L’amour du prochain, pratiqué corps, âme et biens par les adeptes du Rabbi de Loubavitch, sont l’incarnation pure de ce que voulaient les fondateurs du H’assidisme : « Quel que soit le Juif, où qu’il soit, et quel que soit son degré de pratique, il est mon frère. Et pour cela, je dois l’aimer et l’aider ».


Aimer et accueillir n’importe quel Juif, même s’il professe des idées totalement opposées aux miennes, est l’une des devises de H’abad, et c’est la raison pour laquelle, le sort a voulu que soient assassinés ensemble, dans ce même local de Beit H’abad de Bombay, le couple H’abad Holtzberg z.l., et Aryeh Leib Teitelbaum z.l. , membre du courant h’assidique Satmar.


Dès la confirmation de la mort des neuf Juifs, le gouvernement israélien a proposé ses services pour le rapatriement des corps et pour leur accorder des funérailles nationales. Le fait que le courant Satmar ait pour étendard une opposition radicale au Sionisme n’aurait pas du, en de telles circonstances dramatiques, jouer un rôle dans ces événements, ni même être mis en avant.


Or, l’unité de sentiments créée par ce carnage aveugle a été brisée par la « montée aux barricades » de la famille de la victime, appuyée par les responsables de la H’assidout Satmar, contre le souhait d’Israël de considérer les victimes de l’attentat comme « victimes du terrorisme », et de financer leurs obsèques. Dans un communiqué d’une rare violence adressé au ministre Yaakov Edery, responsables des Cérémonies officielles, la famille déclarait lundi : « Nous ne voulons pas que l’Etat d’Israël se mêle de notre deuil, Aryeh Leib Teitelbaum z.l. n’était pas un émissaire sioniste envoyé par Israël, et cet Etat n’a pas le droit de ‘danser autour de son cadavre’. Un enterrement sioniste serait une profanation de la mémoire du défunt» !!!


La famille demandait également « à ce que le cercueil ne soit pas couvert d’un drapeau israélien, et qu’aucun officiel israélien ne soit présent à l’aéroport pour accueillir la dépouille».


Shmouel Pappenheim, membre de cette H’assidout, allait même jusqu’à accuser Israël « de vouloir profiter des corps de victimes exposés avec le drapeau pour montrer au monde entier que l’Etat d’Israël est victime du terrorisme du Jihad, ce que notre mouvement refuse catégoriquement ». « Il était citoyen américain, et ce n’est pas parce qu’il habitait en Israël que l’Etat a le droit de l’utiliser ainsi » insistait Pappenheim.


Pourquoi tant de haine ? Les Hassidé Satmar se sont ils posés la question du peu d’importance aux yeux des terroristes de la subtile controverse idéologique qui secoue le monde religieux à propos du sionisme ? Et si ce malheureux Aryeh Leib Teitelbaum s’était mis à supplier les terroristes en criant ‘I am not a Zionist ! I am against Zionism ! ’, aurait-il été épargné pour autant ? Et enfin, l’Etat d’Israël, dans toute son imperfection, n’est-il pas aujourd’hui le plus grand et le plus authentique représentant et responsable du peuple juif toutes tendances confondues ?


H’abad et Satmar sont deux façades antithétiques du H’assidisme. Les premiers privilégient l’amour, les seconds la rigueur. Les premiers rapprochent de la Thora, les seconds, hélas, repoussent. Les premiers font abstraction de ce qui divise ou sépare, les seconds font fi de ce qui nous rassemble et nous unit.


Et au moment où ce commun destin juif se fait au prix de violence et de sang, il aurait exigé plus de compassion de la part de cœurs juif, et non pas de rajouter encore de la haine à la haine.


« Ahavat Israël ! »



Reçu pourtant cette nuit d'un site dont on ne saurait mettre en doute l'orientation résolument  Sioniste : Debkafiles : un appel pour venir en aide à ceux-là même qui refusent toute aide de l'Etat d'Israël... Ne souhaitant pas entrer dans ce genre de controverses absurdes, nous laissons au mouvement Satmar la responsabilité de ses récriminations hors du temps et souhaitons qu'un jour une étincelle de Lumière puisse le rappeler à l'ordre de la solidarité envers ses frères, à la façon dont l'Etat, certes imparfait, d'Israël tâche simplement de le faire... La victime, quelle que soit son obédience, laisse 8 enfants derrière lui. Le reste de la polémique, il l'aura emporté dans sa tombe en connaissant le même sort que ses hôtes, Rav Gabriel Hotlzberg z"l et sa femme Rivka, enceinte de 6 mois. Ils se parlaient au moment des faits, Satmar pourrait, un jour, suivre son exemple et  apprendre à en faire autant :




Because you are a registered member of the Debka.com e-mail list, you are
receiving this advertiser sponsored e-mail. Offers such as today's enable us
to provide and improve our services. No endorsement of advertiser products
or services, real or implied, is intended

8 little children were left alone, they need our help!!
Partager cet article
Repost0
29 novembre 2008 6 29 /11 /novembre /2008 19:15


Je publie cette traduction réalisée par JP Bensimon, d'objectif-Info, du texte-cadre rédigé par Uzi ARAD, directeur de l'institut de politique et de stratégie de IDC, à Herzlyia, et ancien directeur du renseignement au Mossad. Ce texte, en effet, trace les grandes lignes du programme du Likoud, à quelques encâblures des élections anticipées qui se dérouleront le 10 février 2009.





Likoud : faire ce qui est réalisable, Uzi Arad


Faire ce qui est réalisable © 2007, 2008 Objectif-info.fr.

par Uzi Arad pour Bitterlemons.org le 24 novembre 2008


http://www.objectif-info.com/index.php?id=1099#


Par
Thème : Proche-Orient
Titre Original : Doing what is doable

Traduction : Objectif-info



L'approche de Benyamin Netanyahou sur l'avenir du processus de paix israélo-arabe semble déterminée par un certain nombre de considérations. En premier lieu, le désir d'avancer et d'enregistrer dans la mesure du possible des progrès réels, l'enlisement étant tout simplement inacceptable.

En second lieu, les progrès ne peuvent advenir que dans l'espace qui leur est rationnellement autorisé. Rechercher une avancée qui se situe au delà de ce qui est réalisable serait un exercice futile ; ne pas saisir des occasions là où elles surgissent serait tout aussi erroné.

Troisièmement, du point de vue d'Israël, le progrès ne peut pas être défini autrement que comme une avancée vers la paix et la sécurité. Sans cela il y aurait quelque chose d'anormal. Ainsi, quatrièmement, ce qui est d'une importance critique c'est de juger avec pertinence quel est le registre, quel est l'espace le plus large où l'avancée est réalisable.

Cette approche pratique est tout à l'opposé de l'objectif récent, ambitieux mais manifestement irréaliste d'un accord sur le statut final en une année, comme certains l'ont imaginé. De quelque manière que l'on envisage les choses, le terrain politique n'est tout simplement pas mûr pour la conclusion d'un accord sur le statut final. Comme l'attestent les résultats de cette vaillante entreprise les négociateurs ont laissé en l'état les questions les plus épineuses et les plus délicates que sont Jérusalem et les réfugiés.



Jérusalem est actuellement unifiée et a pour vocation de se développer et de prospérer comme capitale d'Israël et lieu saint des trois religions monothéistes. Quand surgit l'idée de l'amputer d'une partie d'elle-même pour en revenir au statu quo ante révolu depuis longtemps, c'est le signe d'un grave échec de l'imagination qui est contraire à l'éthique israélienne et juive.

Sur la question des réfugiés, non seulement il n'y aura pas de retour de Palestiniens en Israël mais il est également nécessaire d'appliquer le principe d'équité sur la question des compensations. Si les Arabes palestiniens peuvent recevoir des compensations, il en est de même des réfugiés juifs des terres arabes, qui sont aussi rangés par les Nations Unies dans la catégorie des réfugiés, comme l'indique la résolution 242 du Conseil de sécurité des Nations Unies.



Pire encore, du point de vue d'Israël, les efforts déployés par l'actuelle direction politique pour parvenir au statut final se sont principalement traduits par des concessions, sans beaucoup de réciprocité du coté palestinien. L'absence de réciprocité est une faille critique supplémentaire des négociations sur le statut final.

Il est donc plus réaliste dans les circonstances actuelles de tirer de cette expérience les leçons appropriées, et de mettre un terme au culte de la "conclusion finale", c'est-à-dire à l'approche selon laquelle nous sommes en passe de trouver d'un coup une solution à tout et de mettre un terme au conflit sur un claquement de doigts.

Que faire d'autre alors ? Il faut définir un certain nombre "d'espaces" pour des avancées réalisables. Le premier espace, qui semble politiquement le moins fantaisiste et qui est susceptible de rencontrer l'approbation internationale la plus large, est la promotion d'activités économiques et de projets qui pourrait rapidement améliorer des conditions d'existence dans les territoires palestiniens. De tels projets ont été préconisés par l'émissaire du Quartet, Tony Blair, par Benyamin Netanyahou, par des responsables israéliens et palestiniens, par des entrepreneurs et des institutions internationales. Il existe une liste conséquente d'initiatives économiques qui pourraient être mises en oeuvre rapidement et produire des résultats manifestement positifs si elles sont portées, de concert et avec vigueur, par les Palestiniens et les Israéliens. Elle se traduiraient par des créations d'emplois, une élévation des revenus et une croissance économique plus rapide pour les Palestiniens. Bien qu'elles ne puissent se substituer aux progrès politiques, ces initiatives auraient sûrement un effet positif sur d'éventuelles avancées.



En tout état de cause, le dialogue politique doit certainement se poursuivre entre les Palestiniens et des Israéliens. Bien qu'au point où nous en sommes les questions relatives au statut final ne peuvent pas être résolues, un certain nombre d'autres sujets relevant du domaine civil ou de la sécurité doivent être abordés; ils enregistreront des améliorations si l'on procède de façon graduelle. Une spirale ascendante pourrait ainsi se mettre en place et s'avérer plus constructive avec le temps. Il faut encourager l'édification d'institutions au sein de l'Autorité palestinienne, promouvoir l'autorité de la loi et le renforcement des forces de police. Cependant, il est réaliste de considérer que la sécurité et le combat contre le terrorisme doivent rester à la charge des israéliens.

En effet, le terrorisme et l'extrémisme demeurent les plus sérieux obstacles sur la voie de la paix et de la sécurité. Venir à bout du Hamas est un défi commun des Israéliens et des Palestiniens modérés. Évidemment, aussi longtemps que Gaza demeurera sous le contrôle du Hamas, aussi longtemps qu'il exercera une influence considérable en Cisjordanie et sur la politique palestinienne en général, toute perspective de progrès politiques substantiels sera sérieusement compromise.



C'est au niveau régional ou infra régional que semble résider un autre espace de manoeuvre diplomatique susceptible d'aboutir à des progrès tangibles. Netanyahou et d'autres personnalités politiques préconisent depuis longtemps que les deux pays qui ont fait la paix avec Israël et qui partagent des frontières avec ce pays et avec les territoires palestiniens, à savoir la Jordanie et l'Égypte, soient davantage impliqués dans ces questions. Certaines des idées économiques évoquées dans l'éventail de la politique israélienne, du président Pérès à Netanyahou, se rapportent à des projets d'infrastructure qui exigent indubitablement une coopération internationale étendue.

Au delà de ces suggestions, il semble qu'il y ait place pour un nouveau cadre régional multilatéral. Il pourrait prendre à son compte les options de la "paix économique", dont certaines supposent une coopération régionale étendue jusqu'au Golfe. En fait, il semble que parmi tous les "paquets" des négociations multilatérales qui ont été conduites dans les années 90, celui de l'économie (et de l'eau) soit le plus prometteur. Le paquet des réfugiés serait le plus adapté pour débattre des compensations complémentaires évoquées plus haut. Le paquet régional sur la sécurité serait le terrain d'une diplomatie active, qui partirait du fait que de nombreux pays du monde arabe modéré, les pays du Golfe y compris, sont face à la menace d'un Iran potentiellement nucléaire, avec toutes les conséquences en termes de déstabilisation.



En effet, le sujet le plus pressant et le plus important, qui exige d'accomplir des progrès, n'est ni le problème palestinien ni le problème syrien, mais la neutralisation de la menace iranienne. Ce n'est pas seulement parce que c'est le problème le plus sérieux et potentiellement le plus dangereux mais également parce qu'il se projette sur le conflit israélo-arabe. Plus l'Iran est menaçant, plus ses appendices, le Hamas et le Hezbollah, sont forts et plus la perspective d'une solution pacifique du problème israélo-arabe s'éloigne.

L'Agence internationale de l'énergie atomique a révélé pas plus tard que la semaine dernière que l'Iran a désormais produit assez de matériau nucléaire pour fabriquer, au prix d'un enrichissement supplémentaire, une seule bombe atomique. Il est donc urgent de focaliser son attention, en premier lieu, sur l'atténuation de la menace iranienne. C'est seulement quand cela sera acquis que l'influence des groupes commandités par l'Iran se réduira et que la perspective de progrès d'envergure vers la solution du conflit israélo-arabe s'améliorera sensiblement.



Le professeur. Uzi Arad est directeur de l'institut de politique et de stratégie de IDC, à Herzlia. Il a été le conseiller de politique étrangère du premier ministre Benyamin Nétanyahou et avait précédemment servi de nombreuses années dans le Mossad, où sa dernière fonction était celle de directeur du renseignement.

Les documents figurant sur le site sont libres de droits, et peuvent être reproduits sans demande préalable, mais avec mention de la source.
Partager cet article
Repost0
24 novembre 2008 1 24 /11 /novembre /2008 09:08
Exclusif : Le propriétaire de la maison de Hébron expose les preuves de son acquisition

InfoLive.tv

dimanche 23 novembre 2008

En coopération avec « Le p’tit HEBDO », Infolive.Tv a rencontré en exclusivité le propriétaire juif de la maison de Hébron dont la haute cour de justice a ordonné l’évacuation de ses habitants israéliens la semaine dernière. Celui-ci présente également pour la première fois les documents qui prouvent la légalité de son acquisition.

Partager cet article
Repost0
22 novembre 2008 6 22 /11 /novembre /2008 20:44
Jabotinsky's grandson to vie for place on Likud list


Published:  11.22.08, 20:01 / Israel News


Ze'ev Jabotinsky, the grandson of famed Zionist and revisionist leader Ze'ev Jabotinsky, will run in upcoming Likud primaries, in an attempt to score a spot of the party list.

 

Jabotinsky announced his intentions to Likud chairman Benjamin Netanyahu. (Attila Somfalvi and Amnon Meranda)

Netanyahu's 'shopping spree' continues; grandson of famed Zionist leader to vie for place on Likud list

Attila Somfalvi

Published:  11.22.08, 21:00 / Israel News


Jabotinsky's grandson joins Likud Photo: GPO  


Bibi's 'shopping spree' continues: Ze'ev Jabotinsky, the grandson of famed Zionist and revisionist leader Ze'ev Jabotinsky, will run in the upcoming Likud primaries, in an attempt to win a spot on the party list ahead of the upcoming general elections.

 

Jabotinsky announced his intentions to Likud Chairman Benjamin Netanyahu. Bibi is expected to officially present Jabotinsky during a press conference at Likud headquarters in Tel Aviv.

 

Netanyahu has been engaging in talks with Jabotinsky for a while now, and Ynet has learned that the two figures recently agreed on the latest move. The Likud leader is apparently interested in maintaining the positive momentum created in the past two weeks, after other "stars" joined the party.

 

The figures who joined Likud recently include former Knesset Member Benny Begin, former Minister Dan Meridor, former Police Commissioner Asaf Hefetz, IDF Major General (Res.) Uzi Dayan, and former Chief of Staff Moshe (Bogi) Yaalon.

 

The latest polls show the Likud gaining strength, with Netanyahu's latest additions apparently helping him open up a wider lead vis-à-vis his main rival, Kadima's Tzipi Livni.

According to a Yedioth Ahronoth poll published Friday, Likud would win the elections with 32 Knesset seats compared to Kadima's 26. According to the survey, Shas would win 11 seats, while Labor would only secure eight seats.

 

Amnon Meranda contributed to the story

 

Partager cet article
Repost0
20 novembre 2008 4 20 /11 /novembre /2008 08:42
Survey: Likud growing in strength, Labor collapsing

Benjamin Netanyahu's list of prominent recruits, including former MKs Begin, Meridor, former IDF chief and former police commissioner, apparently boosting Likud's popularity

Photo: Yaron Brener
Netanyahu with Meridor. Moving up Photo: Yaron Brener
 
Photo: AP
Kadima's Livni. Losing momentum  Photo: AP
 
Photo: Yaron Brener
Labor's Barak. Going downhill  Photo: Yaron Brener


Ynet

Published:  11.20.08, 08:59 / Israel News

If the general elections were to be held today, the Likud would have won with 32 Knesset seats, whereas Kadima would have received only 26 mandates, a new survey published in Yedioth Ahronoth on Thursday revealed.

 

The poll, conducted by the Dahaf Institute among a representative sample of 500 respondents, gave the Labor Party a mere eight mandates.

 

The survey was held several days after Likud leader Benjamin Netanyahu presented a list of prominent public figures who decided to join the party, including former Knesset members Dan Meridor and Benny Begin, former IDF chief Moshe Yaalon and former Police Commissioner Assaf Hefetz.

 

A previous Dahaf poll, held in October 27, gave the Likud 27 Knesset seats, Kadima 29 and Labor 11.


In the current survey, Shas received 11 seats, and so did the Arab parties. Yisrael Beiteinu got nine mandates and the haredi parties and Meretz are both predicted to win seven seats.

 

The new rightist movement founded by the National Religious Party received only six mandates in the survey.

Partager cet article
Repost0
17 novembre 2008 1 17 /11 /novembre /2008 22:11
Comme nous avions pu vous l'annoncer dès le 1er novembre, en créditant de fiable une information de Dekafiles,
http://lessakele.over-blog.fr/article-24319046.html

L'ancien chef d'Etat-Major Moshé "Booguy" Yaalon rejoint le Likoud pour se présenter aux élections législatives, sur la base de son projet personnel en matière de relations avec les Palestiniens, exposé récemment dans un autre article :

http://lessakele.over-blog.fr/article-24752955.html

Il ne manque plus que la confirmation d'une autre figure de proue, Nathan Sharansky, son complément naturel à la diplomatie, pour que la liste proposée à l'époque (1/11/08) soit quasi-complète, à l'exception notable d'Effi Eytam, pressenti, volontaire pour y entrer, mais finalement mis de côté par Netanyahou pour ne pas trop charger la barque à "droite"...

21:18
 L'ancien chef d'état-major Moshe Yaalon a transmis au chef du Likoud Binyamin Netanyahou qu'il rejoignait la grande formation de droite et serait candidat pour avoir une place sur la liste qui se présentera aux élections législatives.  (Guysen.International.News)
Photo: Niv CalderonYaalon - Newcomer Photo: Niv Calderon
Yaalon tells Netanyahu will join Likud

After a lengthy period of indecision, former chief of staff informs Likud chairman he intends to vie for position on party's roster ahead of general elections. Formal press conference to be held on Tuesday

Photo: Yaron Brener
Netanyahu - Recruiting talent Photo: Yaron Brener


Amnon Meranda

Published:  11.17.08, 20:00 / Israel News

Off the fence and into politics: Former IDF Chief of Staff Moshe Yaalon has informed Likud Chairman Benjamin Netanyahu that he intends to contend for a spot on the party's roster in the upcoming primaries ahead of the general elections.

 

Yaalon and Netanyahu are expected to hold a joint press conference on Tuesday to announce the move.

 

Yaalon has held talks with top-ranking Likud officials for some time now, but refrained from giving his final answer until now. He won't be the only fresh face in the Likud lineup though, as Netanyahu has courted both new and veteran public figures to join (or rejoin) the party. In recent days former MKs Benny Begin and Dan Meridor have both announced they intend to return to the Likud fold.

 

The party suffered a blow on Monday after former Minister Uzi Landau announced he is walking out on Likud to join Avigdor Lieberman's Yisrael Beitenu.

 

"The common denominator for all Likud members is the desire for peace and security," Netanyahu said at a party rally in Tel Aviv on Sunday.

"Instead of running from terrorism, we will fight it. And alongside this we will hold negotiations based on realism, while maintaining our interests," he said.

 

The Likud chief, who confirmed that the party's primary elections will be held December 8, also laid out his economic plan, saying "we will create more jobs and when the time comes provide a security net for the citizens' pension funds."

Partager cet article
Repost0
13 novembre 2008 4 13 /11 /novembre /2008 21:38
Israël : le Likoud favori des sondages

Source : AFP - Le Figaro

jeudi 13 novembre 2008

Le Likoud, la principale formation de l’opposition de droite israélienne menée par Benjamin Netanyahu, devance le parti centriste au pouvoir de Tzipi Livni à moins de trois mois des élections anticipées. Selon ce sondage publié par le quotidien gratuit Israel Hayom, le Likoud obtiendrait 33 mandats sur 120 contre 12 dans le parlement actuel si le scrutin avait lieu aujourd’hui. Le Kadima reste stable avec 28 mandats (contre 29) alors que le parti travailliste s’effondre avec 11 députés (contre 19).

Les ultra-orthodoxes du Shass sont crédités de 10 mandats (contre 12), les partis arabes restent stables avec 10 députés, tandis qu’Israel Beitenou, une formation d’extrême droite recule à 7 députés (contre 11) et le Meretz, un parti d’opposition de gauche recueille 7 mandats (contre 5).
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis