Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 22:36
Re-Establishing The Cold War Connection?  
By Stephen Brown
FrontPageMagazine.com | Friday, August 29, 2008

With its victory sealed over Georgia, Russia is starting to make life uncomfortable for another American ally.

 

Last week’s two-day meeting in the southern Russian city of Sochi between Syrian leader Bashir al-Assad and Russia’s President Dimitri Medvedev is causing Israel no little concern. Syria was the second country after Belarus to publicly support Russia for its actions in Georgia, and Assad pulled no punches in backing its former Cold War ally.

 

“I want to express my support for the Russian position in Abkhazia and South Ossetia,” said the Syrian president. “…We oppose attempts to tarnish Russia’s position.”

 

As his reward, Assad hurried to Russia, his third trip there since taking power in Syria in 2000, to negotiate an arms deal for the modern weapons his military so desperately needs. During his visit, he told a Russian newspaper he intended, above all, to push for armaments purchases. But while a Russian spokesman admitted weapons sales were a topic of discussion between the two leaders, no firm commitment was allegedly made.

 

Medvedev had phoned Olmert before Assad had arrived at the Russian president’s Black Sea residence, most likely to reassure the Israeli prime minister about the upcoming meeting. And Russian Foreign Minister Sergei Lavrov said last Thursday his government was prepared to supply Syria only with “defensive weapons.” Despite Russian assurances, however, Olmert appears to be to taking no chances and is now planning to travel to Russia himself in early September.

 

The reason for Israel’s disquiet is that it fears Russia may sell Syria the surface-to-surface Iskander missile. Israel is still technically in a state of war with Syria, and both Israel and America believe Syria’s possession of such an advanced weapon would upset the balance of power in the region, since all of Israel would now be within the new missile’s striking range. Moreover, unlike the old Scud missiles currently in the Syrian arsenal, the Iskander is reported to be extremely accurate.

 

Russia probably regards selling arms to Syria as a form of retribution against Israel. Moscow was angry Israeli companies, with government approval, had been training Georgian troops before the war and providing them with vehicles and explosives. Israel claims, however, it refrained from selling tanks to Georgia at Russia’s request and hopes Moscow will reciprocate in respect to any of its requests concerning Syria.

 

Russia had already concluded a $900 million arms sale agreement with Syria last year. While it did not include any Iskander missiles, probably due to Israeli and American warnings, Syria received 50 of the modern Pantsyr-SIE anti-aircraft missiles. This Syrian purchase is not surprising since, in 2006, the Israeli air force had humiliated Assad by buzzing his seaside summer house to pressure Syria and its ally, Hamas, to release Israeli soldier Gilad Shalit, whom Hamas had kidnapped.

 

Israel has good reason, though, to block any Syrian purchase of conventional Russian armaments, defensive or otherwise, because Syria is a close ally of Hezbollah, Israel’s enemy in the 2006 Lebanon war. In that conflict, Israel believes anti-tank missiles Russia had sold earlier to Syria were then transferred to the Shiite terrorist organization. In Hezbollah’s hands, they wound up costing an estimated 50 Israeli soldiers their lives.

 

Currently, Syria’s military consists of aging equipment from the Soviet era and poses no great threat to Israel’s forces. The Syrian economy is almost as decrepit as its army, preventing any great modernization program. Along with last year’s arms sale, Russia also forgave most of Syria’s US $13.4 billon Cold War debt, which it probably could not repay anyways.

 

This time round, it is believed Syria will pay for any arms Russia is willing to sell by granting the Russian navy a base on its Mediterranean coast, like it did during the Cold War. Moscow had already expressed an interest in having its navy return to the Mediterranean.

 

By seeking Russian weapons and inviting Moscow back into the region it had vacated in 1991, Syria is hoping to offset from the strong, Israeli-American nexus. European and American pressure had forced Syria to withdraw from Lebanon in 2004. A revived Kremlin would provide Syria with leverage in such events and in peace negotiations with Israel. Indirect peace talks between the two countries are currently underway under Turkish government supervision. 

 

Syria is also taking advantage of the recent American-Polish anti-missile agreement, and Russian antagonism, to re-establish a Russian presence within its borders. In protesting the accord that would see American missiles based in Poland, Medvedev used perhaps the strongest language of any Russian leader since the end of the Cold War, saying there will be a military response. Spotting an opportunity, Syria immediately offered to allow Moscow to deploy missiles on its territory.

 

Medvedev was undoubtedly happy that Syria rushed to offer its support to Russia in the Georgian war, defying Washington’s threatened attempt to isolate it. In befriending Syria, Russia is continuing its policy of developing relations with countries that are not part of the perceived American “hegemony”, such as those that belong to the Shanghai Cooperation Organization (SCO). Russia also expects SCO support for its Georgian war actions at its meeting this Thursday in Tajikistan.

 

But with the Moscow Peace Conference coming up in November, Russia probably will not make any rash moves involving Syria that could jeopardize its outcome. Achieving an Israeli-Palestinian peace, the subject of the conference, where so many have failed in the past would be a coup Moscow could not resist, especially so soon after the Western-led, international condemnation it had incurred from the Georgian conflict.

 

Selling arms to dictatorships like Syria is a questionable move for Russia. Besides making a close American ally nervous, it also calls into question Syria’s commitment to the current peace talks with Israel. But since Vladimir Putin made it clear in the Georgian war he intends to follow his own path internationally, uncomfortable days for American allies have probably just begun.


Stephen Brown is a contributing editor at Frontpagemag.com. He has a graduate degree in Russian and Eastern European history. Email him at alsolzh@hotmail.com.
Partager cet article
Repost0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 19:26
The Most Popular Governor

Alaska's Sarah Palin is the GOP's newest star.


by Fred Barnes
07/16/2007, Volume 012, Issue 41

Juneau
The wipeout in the 2006 election left Republicans in such a state of dejection that they've overlooked the one shining victory in which a Republican star was born. The triumph came in Alaska where Sarah Palin, a politician of eye-popping integrity, was elected governor. She is now the most popular governor in America, with an approval rating in the 90s, and probably the most popular public official in any state.

Her rise is a great (and rare) story of how adherence to principle--especially to transparency and accountability in government--can produce political success. And by the way, Palin is a conservative who only last month vetoed 13 percent of the state's proposed budget for capital projects. The cuts, the Anchorage Daily News said, "may be the biggest single-year line-item veto total in state history."

As recently as last year, Palin (pronounced pale-in) was a political outcast. She resigned in January 2004 as head of the Alaska Oil and Gas Conservation Commission after complaining to the office of Governor Frank Murkowski and to state Attorney General Gregg Renkes about ethical violations by another commissioner, Randy Ruedrich, who was also Republican state chairman.

State law barred Palin from speaking out publicly about ethical violations and corruption. But she was vindicated later in 2004 when Ruedrich, who'd been reconfirmed as state chairman, agreed to pay a $12,000 fine for breaking state ethics laws. She became a hero in the eyes of the public and the press, and the bane of Republican leaders.

In 2005, she continued to take on
 
the Republican establishment by joining Eric Croft, a Democrat, in lodging an ethics complaint against Renkes, who was not only attorney general but also a long-time adviser and campaign manager for Murkowski. The governor reprimanded Renkes and said the case was closed. It wasn't. Renkes resigned a few weeks later, and Palin was again hailed as a hero.

Palin, 43, the mother of four, passed up a chance to challenge Republican senator Lisa Murkowski, the then-governor's daughter, in 2004. She endorsed another candidate in the primary, but Murkowski won and was reelected. Palin said then that her 14-year-old son talked her out of running, though it's doubtful that was the sole reason.

In 2006, she didn't hesitate. She ran against Gov. Murkowski, who was seeking a second term despite sagging poll ratings, in the Republican primary. In a three-way race, Palin captured 51 percent and won in a landslide. She defeated former Democratic governor Tony Knowles in the general election, 49 percent to 41 percent. She was one of the few Republicans anywhere in the country to perform above expectations in 2006, an overwhelmingly Democratic year. Palin is unabashedly pro life.

With her emphasis on ethics and openness in government, "it turned out Palin caught the temper of the times perfectly," wrote Tom Kizzia of the Anchorage Daily News. She was also lucky. News broke of an FBI investigation of corruption by legislators between the primary and general elections. So far, three legislators have been indicted.

In the roughly three years since she quit as the state's chief regulator of the oil industry, Palin has crushed the Republican hierarchy (virtually all male) and nearly every other foe or critic. Political analysts in Alaska refer to the "body count" of Palin's rivals. "The landscape is littered with the bodies of those who crossed Sarah," says pollster Dave Dittman, who worked for her gubernatorial campaign. It includes Ruedrich, Renkes, Murkowski, gubernatorial contenders John Binkley and Andrew Halcro, the three big oil companies in Alaska, and a section of the Daily News called "Voice of the Times," which was highly critical of Palin and is now defunct.

One of her first acts as governor was to fire the Alaska Board of Agriculture. Her ultimate target was the state Creamery Board, which has been marketing the products of Alaska dairy farmers for 71 years and wanted to close down after receiving $600,000 from the state. "You don't just close your doors and walk away," Palin told me. She discovered she lacked the power to fire the Creamery Board. Only the board of agriculture had that authority. So Palin replaced the agriculture board, which appointed a new creamery board, which has rescinded the plan to shut down.

In preserving support for dairy farmers, Palin exhibited a kind of Alaskan chauvinism. She came to the state as an infant, making her practically a native. And she is eager to keep Alaska free from domination by oil companies or from reliance on cruise lines whose ships bring thousands of tourists to the state.

"She's as Alaskan as you can get," says Dan Fagan, an Anchorage radio talk show host. "She's a hockey mom, she lives on a lake, she ice fishes, she snowmobiles, she hunts, she's an NRA member, she has a float plane, and her husband works for BP on the North Slope," Fagan says. Todd Palin, her high school sweetheart, is a three-time winner of the 2,000-mile Iron Dog snowmobile race from Wasilla to Nome to Fairbanks. It's the world's longest snowmobile race.

Gov. Palin grew up in Wasilla, where as star of her high school basketball team she got the nickname "Sarah Barracuda"
 
for her fierce competitiveness. She led her underdog team to the state basketball championship. Palin also won the Miss Wasilla beauty contest, in which she was named Miss Congeniality, and went on to compete in the Miss Alaska pageant.

At 32, she was elected mayor of Wasilla, a burgeoning bedroom community outside Anchorage. Though Alaskans tend to be ferociously anti-tax, she persuaded Wasilla voters to increase the local sales tax to pay for an indoor arena and convention center. The tax referendum won by 20 votes.

In 2002, Palin entered statewide politics, running for lieutenant governor. She finished a strong second in the Republican primary. That fall, she dutifully campaigned for Murkowski, who'd given up his Senate seat to run for governor. Afterwards, she turned down several job offers from Murkowski, finally accepting the oil and gas post. When she quit 11 months later, "that was her defining moment" in politics, says Fagan.

Her campaign for governor was bumpy. She missed enough campaign appearances to be tagged "No Show Sarah" by her opponents. She was criticized for being vague on issues. But she sold voters on the one product that mattered: herself.

Her Christian faith--Palin grew up attending nondenominational Bible churches--was a minor issue in the race. She told me her faith affects her politics this way: "I believe everything happens for a purpose. In my own personal life, if I dedicated back to my Creator what I'm trying to create for the good . . . everything will turn out fine." That same concept applies to her political career, she suggested.

The biggest issue in the campaign was the proposed natural gas pipeline from the North Slope that's crucial to the state's economy. Murkowski had made a deal with the three big oil companies--Exxon, BP, ConocoPhillips--which own the gas reserves to build the pipeline. But the legislature turned it down and Palin promised to create competition for the pipeline contract.

She made three other promises: to end corruption in state government, cut spending, and provide accountability. She's now redeeming those promises.

Palin describes herself as "pro-business and pro-development." She doesn't want the oil companies to sit on their energy reserves or environmental groups to block development of the state's resources. "I get frustrated with folks from outside Alaska who come up and say you shouldn't develop your resources," she says. Alaska needs to be self-sufficient, she says, instead of relying heavily on "federal dollars," as the state does today.

Her first major achievement as governor was lopsided passage by the legislature of the Alaska Gasline Inducement Act, which is designed to attract pipeline proposals this summer. The state is offering $500 million in incentives, but the developer must meet strict requirements. The oil companies have said they won't join the competition.

Palin's tough spending cuts drew criticism from Republican legislators whose pet projects were vetoed. But her popularity doesn't appear threatened. "It's not just that she's pretty and young," says Dittman. "She's really smart. And there's no guile. She says her favorite meal is moose stew or mooseburgers. It wouldn't shock people if that were true."

Fred Barnes is executive editor of THE WEEKLY STANDARD.



Partager cet article
Repost0
29 août 2008 5 29 /08 /août /2008 19:03
L’Emir du Barhein appelle les Juifs à revenir, Franck Olivier
Cela ne s’invente pas… (Menahem Macina).
Imprimer    Envoyer à un ami 

28 août 2008


Texte repris du site de Un écho d’Israël.

 

Lors d’une rencontre avec des anciens membres de la communauté juive de l’émirat, à Londres, mi-août, le souverain du Barhein, Hamad bin Issa Al Khalifa, a appelé les Juifs à revenir dans la principauté.

Hamad bin Issa a déclaré qu’il espérait voir revenir les Juifs nés au Barhein, qui ont quitté l’émirat dans les années 1950 après la création de l’Etat d’Israël, ainsi que leurs descendants. Fayssal Folad, le représentant international des droits de l’homme au Barhein, a déclaré que la principauté était respectueuse des conventions internationales et des droits de l’homme. Les Juifs qui reviendront seront citoyens à part entière.

L’émir Hamad bin Issa a nommé, il y a deux mois, ambassadrice du Barhein à Washington, la députée, Hoda Ezra Nounou. C’est la première fois dans l’histoire du pays qu’une femme juive se voit confier un tel poste. On compte aujourd’hui dans l’émirat six familles juives, soit une quarantaine de personnes.

Les juifs du Barhein sont arrivés dans l’émirat vers les années 1920 en provenance d’Iran et d’Irak. Plus tard des émigrants du Yémen sont venus les rejoindre. La communauté juive du Barhein comptait un peu plus de 400 membres vers la moitié du XXe siècle. La majorité d’entre eux ont immigré ensuite en Angleterre et quelques-uns sont venus en Israël.

De plus, le souverain de l’émirat, continuant la tradition de sollicitude de son père envers les Juifs, a subventionné les travaux de restauration de la synagogue de Manama (la capitale) et a récemment accordé des visas de touristes à une délégation israélienne.

 

Franck Olivier


© Un écho d’Israël

 

Mis en ligne le 29 août 2008, par M. Macina, sur le site upjf.org
Partager cet article
Repost0
28 août 2008 4 28 /08 /août /2008 18:37
Transmis par Sebaneau, aujourd'hui, 28/08 autour de 11h :

h
ttp://docs.google.com/Doc?id=dc2m8p62_303ddvps9f7 http://pasta.cantbedone.org/pages/3tJGKF.htm http://www.frontpagemag.com/Articles/ReadArticle.asp?ID=6553

 Lettre ouverte au Président Bush,
par Vladimir Boukovsky et Elena Bonner
, FrontPageMagazine.com, 10 mars 2003

Cher M. le Président,

... Notre propre expérience, sous un régime aussi détestable que celui de l'Union soviétique, nous a appris que la liberté est une des rares choses qui valent la peine qu'on se batte et meure pour elles. Et plus tôt nous le ferons, mieux cela vaudra parce que de tels régimes, comme l'histoire l'a prouvé encore et encore, ne nous laissent d'autre choix que de les affronter et de les détruire parce qu'ils sont, par leur nature même, aussi bien oppressifs à l'intérieur qu'agressifs à l'extérieur. De même, nous ne comprenons pas pourquoi il serait si important d'obtenir encore une résolution de plus du Conseil de Sécurité, si cela ne passait pas pour l'être dans le cas beaucoup moins évident ,de la campagne de l'OTAN contre la Yougoslavie en 1999. Tout de même, le régime de Milošević fait pâle figure à côté de celui de Saddam. Cependant, pourquoi serait-il nécessaire de lutter pour cette noble cause en s'alliant avec des États qui, pour l'essentiel, ne sont pas différents de celui de Saddam Hussein et de l'ancienne Union soviétique ? Pourquoi devrions-nous cautionner la quasi-extermination de certains peuples pour en libérer d'autres ? N'est-ce pas un prix inacceptable à payer pour l'avantage douteux que de telles alliances peuvent nous apporter ? Ce qui est en cause est, évidemment, la Russie.

Contrairement à la croyance populaire en Occident, celle-ci n'est pas sur le chemin de la démocratie ni du libéralisme. Les dernières élections présidentielles vous montrent quel genre de démocratie ce pays s'est donné, les électeurs ayant eu le choix entre un dirigeant communiste et un colonel du KGB. C'est cela, les élections à la russe. En fait, c'est le KGB qui a gagné. Après 10 ans de tentatives de réforme hésitantes et timorées, on lui a rendu le pouvoir, une fois de plus, et il a fait très vite pour réimposer son autorité dans tout le pays, de même que pour réinstaller les anciens symboles de l'Union soviétique : l'hymne national et, dans l'armée, le drapeau rouge. L'un après l'autre, les derniers médias indépendants ont été fermés.

Pendant dix ans, nous n'avions pas eu de prisonniers politiques ; maintenant, nous en avons. Plusieurs personnes sont déjà en prison pour avoir protesté contre la guerre en Tchétchénie, ou contre des crimes que l'armée y a commis, ou contre la pollution par les déchets nucléaires militaires. Aujourd'hui, la Tchétchénie est une des plaies purulentes de notre pays : sous les yeux de nombreux observateurs internationaux, on commet un véritable génocide contre ce petit peuple sans défense. Il existe un grand nombre de rapports bien documentés sur ce qu'on appelle les "zatchistki" (opérations de nettoyage), où la population de villages entiers est enfermée dans des camps de filtration, torturée et assassinée, et où ne peuvent survivre que ceux pour qui la famille a payé une rançon.

Aujourd'hui, en Russie, la corruption est une chose d'un autre monde. Ce n'est plus de la corruption, c'est un système où le KGB (qui s'appelle maintenant le FSB) dirige la plus grande partie du crime organisé : du racket, du trafic de drogue, des ventes d'armes et des assassinats sur commande. En fait, il est devenu quelque chose comme un syndicat du crime, assez proche du fameux S.P.E.C.T.R.E. des films de James Bond. Et pourtant, au départ de l'effort pour créer une coalition anti-terroriste, le Premier ministre britannique Tony Blair, sans nul doute en consultation avec Washington, est allé en Russie pour y accueillir ce nouvel allié. Il a exprimé son plaisir de voir que dans cette guerre la Russie se tiendrait enfin aux côtés de l'Occident, disant notamment, a-t-il dit, "parce que la Russie a une si grande expérience dans la lutte contre le terrorisme" Nous n'avions jamais cru que nous vivrions assez longtemps pour entendre des propos pareils de la part d'un politicien occidental de premier plan. C'est presque aussi odieux et ridicule que de dire que l'Allemagne a une vaste expérience dans la manière de traiter les juifs. C'est la Russie qui, sous son ancienne incarnation d'Union soviétique, a pratiquement inventé le terrorisme politique moderne, l'élevant au rang de politique d'État. D'abord, pour mater sa propre population, puis pour étendre son influence dans l'ensemble du monde. Leur "expérience" dans le traitement du terrorisme musulman est encore plus spectaculaire. Comme vous le savez certainement, ils ont armé Saddam pendant des décennies, lui fournissant entre autres des installations pour la guerre biologique. Un autre pays, l'Afghanistan, est probablement un exemple encore plus approprié. Il n'y a guère de doute dans notre esprit que l'état actuellement lamentable de ce pays, y compris l'émergence du mouvement Taliban, y est la conséquence directe de la "Révolution d'avril" inspirée par les Soviets en 1978 puis, après son échec, de l'invasion soviétique de 1979 qui a déstabilisé le pays et l'a plongé dans le cauchemar d'une guerre civile de 20 ans. Est-ce cela, l'expérience que l'Occident cherche à partager ? Mais, bien sûr, cette citation de Tony Blair était beaucoup plus qu'une exécrable idiotie. Elle entendait signaler un changement de l'attitude occidentale vis-à-vis de la conduite des Russes en Tchétchénie. Avant le 11 septembre, la critique occidentale du génocide qu'ils y commettent, si modérée et étouffée qu'elle pût être, avait encore pour effet de retenir les maîtres de la Russie. Désormais, après avoir fait de la Russie un partenaire de la coalition, on n'a plus aucun frein de ce genre. Qui plus est, on déclare que cette guerre insensée, génocidaire, contre un petit peuple serait une expérience dont l'Occident devrait s'inspirer.

Si c'est aujourd'hui le cas, quelqu'un peut-il nous expliquer pourquoi Slobodan Milošević est toujours en prison à La Haye ? En toute justice, il faudrait le relâcher et lui décerner un Prix Nobel de la paix, parce que son "expérience dans la lutte contre le terrorisme" en Bosnie et au Kosovo n'est guère différente de l'expérience russe en Tchétchénie, avec cette différence que ses exploits sur le terrain pâlissent si on les compare aux atrocités russes [pâlissent parce qu'ils sont anciens ; autrement, ils sont tout à fait comparables]. Ceci, cependant, n'a été qu'un début. Le danger du "partenariat" avec des régimes criminels est qu'ils n'ont de cesse qu'ils ne fassent de vous un complice de leurs exactions. Lentement mais sûrement, les maîtres de la Russie contraignent leurs partenaires occidentaux à accepter leurs crimes en Tchétchénie comme faisant partie d'un combat commun contre le terrorisme. Votre gouvernement a déjà cédé à cette pression et inscrit un certain nombre de groupes tchétchènes sur votre "liste noire" d'organisations terroristes internationales, alors que vous ne savez rien sur elles si ce n'est ce que le KGB vous raconte. Tout à coup, les polices occidentales se sont transformées en sortes de garçons de courses pour le KGB, étant obligées d'arrêter toute personne que Moscou désigne comme "terroriste", et d'entreprendre une procédure d'extradition, même si la personne en question est, comme Ahmed Zakaïev, un représentant parfaitement connu du gouvernement légitime des Tchétchènes. Si cela doit continuer, Monsieur le Président, vous pouvez nous compter tous sans hésiter au nombre des terroristes : étant donné que M. Poutine, votre nouvel ami, a officiellement défini comme terroriste quiconque soutient les Tchétchènes, nous entrons tous dans la définition. Ainsi, la première victime de cette guerre non encore déclarée, son premier "dommage collatéral", est le principe fondamental sur lequel votre pays a été construit, enchâssé dans la déclaration d'Indépendance de votre pays, comme le Droit d'un pays de se soulever contre un gouvernement tyrannique ou une occupation étrangère. Et nous voilà complètement désorientés : George Washington était-il un terroriste ou un combattant pour la liberté ? Dans cette guerre morale, il n'y a rien de plus dangereux que l'approche de la "Realpolitik", qui nous a apporté tant de désastres dans le passé. Après tout, Osama ben Laden n'est-il pas le produit secondaire d'un "mariage de raison" comparable conclu dans le passé? N'est-ce pas également vrai de Saddam Hussein ? Et n'est-il pas exact que, même encore aujourd'hui, vos nouveaux "partenaires" comme la Russie vendent en secret de l'équipement militaire aux pays de l'Axe du Mal ? Les États-Unis apprendront-ils jamais cette leçon, ou vont ils toujours nourrir de nouveaux ennemis pendant qu'ils en combattent d'autres? Dans quelques jours, M. le Président, des millions de par le monde seront collés devant leurs écrans de télévision, absorbés par le drame spectaculaire de la guerre moderne, et perdront de vue l'image plus large. Éblouis par la puissance de feu, fascinés par les "armes intelligentes" en action, nous ne pourrons qu'épisodiquement nous demander : "pourquoi le gouvernement US n'est-il pas aussi intelligent que les armes dont il dispose ? Pourquoi rend-il toujours les choses si difficiles à ceux qui le soutiennent, même lorsqu'il combat pour une juste et noble cause ?" Mais lorsque la poussière retombera, et qu'avec elle Saddam Hussein se sera évanoui, il restera une question bien plus troublante encore : "-- était-ce une victoire ou était-ce une défaite ?" Veuillez agréer, … Vladimir Boukovsky et Elena Bonner.

Vladimir Boukovsky est un ancien dissident soviétique qui a passé douze ans dans les prisons, camps de travail et hôpitaux psychiatriques de l'URSS en raison de son combat pour la liberté, et dont l'oeuvre comprend "Et le vent reprend ses tours," "Cette lancinante douleur de la liberté" et "Jugement à Moscou". Elena Bonner est une ancienne dissidente soviétique, une militante des Droits de l'homme, et la veuve du Prix Nobel de la Paix Andrei Sakharov.
Partager cet article
Repost0
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 07:08

Par Dan Ben-Ami
Rubrique: Actualité
Publié le 24 août 2008 à 09:23

Après le conflit sur le rôle d’Israël en GEORGIE un nouveau dossier émerge qui va accroître encore les tensions entre les deux pays :

“La Russie, soucieuse de restaurer sa présence en Terre Sainte, négocie avec Israël la restitution de la majestueuse Maison Sergueï, un bien de la famille impériale Romanov, construite au XIXè siècle à Jérusalem pour y accueillir les pèlerins orthodoxes”.

Selon armenews.com : “Depuis 1948, date de la création de l’Etat hébreu, l’édifice est notamment occupé par des services du Ministère israélien de l’Agriculture et d’autres sociétés qui le louent, en théorie à vie, à l’institution chargée de la gestion des biens classés comme “abandonnés” en Israël.

Inaugurée en 1890, la Maison Sergueï est alors un hôtel cinq étoiles accueillant des pèlerins aristocrates ou grand-bourgeois venus de Russie, à l’époque première puissance européenne à organiser un pèlerinage de masse, avant même la France qui lui emboîtera le pas un peu plus tard.

L’édifice est situé dans le “domaine russe”, un terrain de près de sept hectares cédé par les Ottomans à l’Empire russe après la Guerre de Crimée de 1854-1856. C’est le premier quartier chrétien à être construit hors des murailles de la Vieille Ville de Jérusalem.

“Il s’agit de restaurer notre héritage historique en Terre Sainte” et de rendre au bâtiment sa vocation initiale en accueillant des pèlerins russes de plus en plus nombreux, affirme à l’AFP Anatoli Yurkov, chargé d’affaires de l’ambassade de Russie à Tel-Aviv”.—

Copyrights : armenews.com

Source: http://www.armenews.com

Partager cet article
Repost0
25 août 2008 1 25 /08 /août /2008 06:58


http://www.robertamsterdam.com/france/2008/08/


« Khodorkovski: les nouvelles accusations sont "une grosse sottise" | Main | Robert Amsterdam: "Le nihilisme légal se porte bien" »

Russie: Demande de libération anticipée refusée pour Khodorkovski

chodor.jpg

L'AFP a diffusé ce matin cette dépêche qui rend compte de la décision négative des juges concernant la demande de libération conditionnelle de Mikhaïl Khodorkovski. La décision des juges fera l'objet d'un appel. Cette décision illustre, selon Robert Amsterdam, le fait que "le nihilisme juridique se poursuit en Russie", avec des jugements rendus en fonction de critères politiques et non judiciaires.

Un tribunal de la ville de Tchita en Sibérie a rejeté vendredi une demande de libération anticipée de l'ex-PDG de la compagnie pétrolière russe Ioukos et détenu le plus célèbre de Russie, Mikhaïl Khodorkovski, près de cinq ans après son arrestation, ont déclaré ses avocats. "Le tribunal a pris la décision de refuser la demande. Ce jugement peut faire l'objet d'un appel dans les 10 jours", a indiqué la juridiction, citée par les agences de presse Interfax et Ria Novosti. Les avocats de l'ancien homme le plus riche de Russie ont aussitôt annoncé leur intention de contester le jugement. "Nous allons bien entendu faire appel de cette décision", a déclaré l'un des défenseurs, Iouri Schmidt, cité par Interfax. La raison invoquée par le tribunal est "complètement artificielle", a ajouté un autre avocat, Guenri Reznik, à la radio Echo Moscou. "Khodorkovski ne s'est pas repenti et ne s'est pas engagé sur la bonne voie", a déclaré pour sa part le procureur, Alexeï Fedorov, lors de l'audience. Le tribunal de Tchita, qui a suivi l'avis du Service fédéral russe d'application des peines (FSIN), a estimé qu'il n'y avait pas de "véritables preuves" de l'amélioration de la conduite de M. Khodorkovski et relevé dans son dossier plusieurs infractions à caractère disciplinaire. Condamné à huit ans de prison en 2005 pour fraude fiscale, à l'issue d'un procès inspiré selon de nombreux observateurs et experts par le Kremlin, M. Khodorkovski peut bénéficier d'une libération anticipée dans la mesure où il a purgé la moitié de sa peine en octobre 2007. En outre, il a été inculpé début 2007 de "détournement de biens à très grande échelle". En juin, le parquet russe l'a accusé de blanchiment de 28 milliards de dollars (18 milliards d'euros) et de "vol" de presque 350 millions de tonnes de pétrole. Dans une interview publiée vendredi par le quotidien financier russe Vedomosti, M. Khodhorkovski a critiqué le système judiciaire russe: "Le taux d'acquittements dans nos tribunaux est 100 fois inférieur aux chiffres mondiaux. A l'étranger, il y a un acquittement sur 5-10 affaires, chez nous un sur 500-1.000", a affirmé l'ex-patron de Ioukos. Il écrit aussi qu'il "n'envisage pas de revenir dans le secteur pétrolier, ni de contester les décisions judiciaires illégales à l'égard de la compagnie Ioukos" après sa libération. Emprisonné en Sibérie, à 6.000 kilomètres de Moscou, M. Khodorkovski pourrait aussi bénéficier d'une grâce présidentielle, mais le nouveau chef de l'Etat russe Dmitri Medvedev, l'a exclu.
|
Partager cet article
Repost0
23 août 2008 6 23 /08 /août /2008 08:22
http://docs.google.com/Doc?id=dc2m8p62_289sjsx3nh8 http://pasta.cantbedone.org/pages/Gkbk32.htm http:autourdelaliberte.blogspot.com/2007/08/gary-kasparov-et-don-Putin.html

"DON PUTIN" par Gary Kasparov, "Wall Street Journal", août 2007

Nous, dans l'opposition russe, avons dit depuis longtemps que nos problèmes à nous deviendraient rapidement ceux du monde entier. En effet, la mafia ne reconnaît pas les frontières. Lorsque Vladimir Putin est parvenu au pouvoir en 2000, la question brûlante sur toutes les lèvres était : "Qui est Putin?" Désormais, elle est devenue « Quelle est la nature de la Russie de Putin ? » Le régime a pourtant été remarquablement cohérent dans son comportement, et cependant les dirigeants Occidentaux et les médias paraissent toujours surpris du manque de considération de M. Putin pour leur opinion. Sans cesse nous les entendons s'exclamer, "Mais comment Putin ne se rend-il pas compte de l'image désastreuse que donnent ses actes?" Lorsqu'une journaliste en vue est assassinée [Anna Politkovskaïa], lorsqu'un homme d'affaires d'opposition est emprisonné [Khodorkovsky], lorsqu'une société étrangère est spoliée de ses investissements en Russie [BP], lorsque des manifestants pour la démocratie sont battus par la police [Oleg Kozlovsky], lorsque les ressources naturelles en énergie sont utilisées en tant que moyens de pression ou lorsque des armes russes et des techniques balistiques sont vendus à des États qui parrainent le terrorisme comme la Syrie et l'Iran, ce qu'il faut se demander c'est au contraire quel type de gouvernement perpétue de telles pratiques ? Le régime du Kremlin fonctionne avec un système de valeurs totalement différent de celui des nations occidentales, qui s'efforcent de comprendre ce qui se passe derrière la moyenâgeuse forteresse du Kremlin. Le gouvernement de M. Putin est unique dans l'Histoire. Ce Kremlin est en partie oligarchique avec sa bande numériquement restreinte de dirigeants opulents, tous liés entre eux. C'est aussi en partie un système féodal, divisé en fiefs semi autonomes et dont les serfs privés de Droits se font copieusement pressurer. Le tout est badigeonné d'un vernis démocratique tout juste suffisamment rutilant pour justifier l'appartenance au G8 et garantir la tranquillité de l'argent des oligarques dans les banques Occidentales. Cependant, si vous souhaitez comprendre en profondeur le régime de Putin, je peux vous recommander quelques lectures. Ce ne sont pas celles de Karl Marx ni d'Adam Smith. Il n'y a rien non plus d'utile dans les oeuvres de Montesquieu voire de Machiavel, même si l'auteur que j'ai en tête est bien d'origine Italienne. Laissez aussi de côté, pour l'heure «La Doctrine du fascisme» de Mussolini et tout le rayon consacré aux sciences politiques. Dirigez-vous plutôt vers la fiction, et prenez les œuvres complètes de Mario Puzo. Si vous êtes pressé de devenir un expert sur le gouvernement de Russie, vous pouvez même trouver les adaptations de l'œuvre de M. Puzo en film. La trilogie du «Parrain» est en effet une bonne entrée en matière, mais ne négligez pas pour autant «le Dernier Don», «Omertá» et «Le Sicilien». La toile d'araignée des trahisons, le secret, les lignes floues qui délimitent ce que sont l'Etat, les affaires et le crime – tout est là, dans les livres de M. Puzo. Un historien qui étudie le Kremlin y trouve des éléments de l'état corporatiste de Mussolini associé aux juntes Latino-américaines et à la machine pseudo démocratique du Parti Révolutionnaire Institutionnel mexicain. Un lecteur de Mario Puzo discerne plus clairement la manière de gouverner de M. Putin : sa hiérarchie stricte, le chantage, l'intimidation, le culte du secret et par dessus tout l'objectif de maintenir le flux des recettes. En d'autres termes, c'est une mafia. Si un membre du cercle restreint se lève contre le Capo, c'est au prix de sa vie. Naguère l'homme le plus riche de Russie Mikhaïl Khodorkovsky souhaitait faire fonctionner sa société pétrolière Youkos selon les règles du droit et non comme un rouage de la KGB S. A. de Putin. C'est pourquoi il s'est rapidement retrouvé dans une prison sibérienne, sa société démembrée, pillée et engloutie par les appareils de la mafia d'état que sont Rosneft et Gazprom. Le cas Yukos est vite devenu un modèle. Les sociétés privées sont absorbées par l'État, tandis que celui-ci investit à son tour dans des entreprises privées. Alexandre Litvinenko était un agent du KGB qui avait rompu avec le code d'honneur du système en s'exilant en Grande-Bretagne. Pire, il a violé l'Omertá en se confiant à la presse, allant jusqu'à publier des livres sur la méthode et les objectifs de Putin et de ses hommes de main. Au lieu d'être embarqué de force dans une mortelle partie de pêche, à la façon désuète du «Parrain», il a été assassiné à Londres dans ce qui demeurera comme le premier cas de terrorisme nucléaire. On sait que le Kremlin refuse désormais d'extrader le principal suspect de cet assassinat. M. Putin ne peut concevoir que la Grande-Bretagne compromette ses intérêts à cause de la perte d'une seule vie humaine. Dans son monde où tout est négociable, il s'agit d'un concept totalement incompréhensible. La morale et les principes ne sont que des jetons sur la table de jeu du Kremlin. Il n'y a pas de malentendu autour du cas Litvinenko, on y parle seulement deux langues étrangères l'une à l'autre. Dans le monde civilisé, certaines choses sont sacro-saintes. La vie humaine ne se trouve pas sur la même table de jeu que le business et la démocratie. Mais pour M. Putin, c'est au contraire un jeu sans limite. Le Kosovo, le bouclier anti-missiles, les oléoducs, le programme nucléaire Iranien et les droits démocratiques ne sont justes que des cartes à jouer. Après des années passées à se moquer, sans conséquences internationales, des lois en Russie, personne ne doit être surpris désormais de l'attitude de M. Putin aussi en matière de relations internationales. L'individu que l'on accuse de l'assassinat d'Alexandre Litvinenko, Andreï Lougovoï, signe des autographes en public et les médias russes le soutiennent, eux qui ne font rien sans l'approbation du Kremlin. Sept années durant, l'Occident a tenté de changer le Kremlin avec des bonnes paroles, s'imaginant apparemment pouvoir d'intégrer M. Putin et sa bande dans le système diplomatique et commercial de l'Occident. Mais c'est le contraire qui s'est produit, car la mafia corrompt tout ce qu'elle touche. Le Kremlin ne change pas de méthode, il les impose au monde extérieur, et reçoit un sceau de légitimité de la part des dirigeants et des entreprises occidentales, tout en les rendant complices de ses crimes. Avec la hausse des prix de l'énergie, passer des accords avec le Kremlin devient une offre que vous ne pouvez pas refuser. Gerhard Schröder ne pouvait s'empêcher de faire des affaires avec Putin selon les termes de celui-ci et, après avoir facilité un accord sur le pipeline de la mer Baltique lorsqu'il était chancelier, il a récupéré un bon boulot chez Gazprom après avoir quitté ses fonctions à la tête de l'Allemagne. Silvio Berlusconi est lui aussi devenu un partenaire en affaires de Putin, se permettant même de prendre la défense de son ami russe lors d'un meeting de l'Union Européenne à propos des crimes commis en Tchétchénie et de l'emprisonnement de Khodorkovsky, puis plaisantant à l'attention de Putin : « Je devrais être ton avocat ! » Et maintenant voilà Nicolas Sarkozy qui soutient la cause de Total à propos des gisements de gaz de Chtokmann. M. Sarkozy peut-il élever le ton en public en faveur de la Grande-Bretagne, après avoir conclu de grands accords au téléphone avec Putin? Il devrait savoir que si Gordon Brown propose à son tour de laisser tomber l'affaire Litvinenko, Total sera peut-être sacrifiée au profit de British Petroleum. Nous, dans l'opposition russe, avons dit depuis longtemps que nos problèmes à nous deviendraient rapidement ceux du monde entier. En effet, la mafia ne reconnaît pas les frontières. Pour le Kremlin, le terrorisme nucléaire est tout à fait concevable s'il sert ses intérêts. L'expulsion de diplomates et la restriction des visites internationales n'auront que peu d'impact. Ce qu'il faudrait plutôt limiter, ce sont les visites de l'élite russe à ses propriétés en Occident. Paradoxalement, ils préfèrent garder leur argent là où ils peuvent faire confiance à l'état de droit. Ils ont dépensé tant aux sports d'hiver dans les Alpes qu'ils ont récemment décidé, et obtenu, de faire venir les Jeux Olympiques d'hiver en Russie. Il n'y a pas de raison d'arrêter de faire des affaires avec la Russie. Mais la réalité, c'est que la mafia prend sans donner. M. Putin a compris qu'en négociant avec l'Europe et l'Amérique, il pouvait toujours obtenir de l'argent contre de simples promesses de réformes. M. Lougovoï pourrait ainsi très bien se faire mettre en vente à son tour.
Partager cet article
Repost0
22 août 2008 5 22 /08 /août /2008 23:16
Jewish World Review  22 août 2008 / 21 Menachem-Av 5768

La Russie Grommèle, L’OTAN Miaule


Par Charles Krauthammer

http://www.jewishworldreview.com/cols/krauthammer082208.php3

Adaptation française* de Sentinelle 5768
©
 
Lisez les cinq premiers paragraphes de la déclaration de l’OTAN sur l’invasion russe de la Géorgie, et vous ne trouverez pas une seule allusion sur qui a envahi qui. La déclaration est presque comique d’impartialité. « Nous déplorons toutes les pertes de vies », déclara-t-elle, comme pour déplorer un accident d’autobus. Et, elle « exprime sa grave préoccupation sur la situation de la Géorgie ». Situation, pensez-vous !

Ce n’est qu’au paragraphe six que l’OTAN, alliance de 26 nations représentant 900 millions de personnes et près de la moitié du PNB mondial, dégaine sa puissante épée, déclarant bravement « l’action militaire russe » - non pas l’agression, non pas l’invasion, pas même l’incursion, mais « l’action », n’est « pas en accord avec son rôle de gardien de la paix ».

Ayant lancé une redoutable tautologie en direction de Moscou, quelle action de plus accomplit la Plus Grande Alliance de Tous les Temps ? Elle annule la prochaine réunion du Conseil OTAN-Russie.

C’est tout. Pas de dissolution du G-8 (groupe des démocraties industrielles avancées). Pas de blocage à l’entrée de la Russie dans l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC). Pas de suspension de la participation aux Jeux Olympiques d’Hiver de 2014 à Sotchi (à 24 km de la frontière géorgienne). Pas de déclaration de soutien au gouvernement Saakashvili.

Rappelez-vous : Il n’est pas question d’une action militaire, seulement de mesures – non douloureuses pour l’Occident – qui affecteraient significativement la Russie. A l’époque soviétique, la Russie n’y prêtait guère attention parce qu’elle était au centre d’un système autarcique fermé sur lui-même, qui comprenait 15 Républiques soviétiques, toutes en Europe de l’Est, et un ensemble de colonies outremer. Avec tout cela envolé, la Russie post-soviétique est infiniment plus dépendants du système international. Elle présente des points de pression politique et économique. Pourtant avec la Géorgie occupée, ses infrastructures détruites et sa capitale assiégée, l’OTAN n’a pris aucune de ces mesures.

La télévision russe vante déjà «un craquement dans le camp de l’OTAN ». C’est plus encore un abîme. Le ministre des affaires étrangères britannique, David Milbrand, écrivant dans le ‘Times’ de Londres, s’oppose à l’idée même de l’expulsion de la Russie du G8 – mesure parfaitement calibrée et déjà bien en retard. Et un diplomate allemand dit que la question de la Géorgie n’aurait pas due être portée devant l’OTAN en premier lieu, mais plutôt devant l’Organisation pour la Sécurité et la Coopération en Europe (OSCE), organisme consultatif totalement édenté, et devant les Nations Unies, où l’inaction est garantie par le veto russe.

A leur crédit, les Français ont essayé de faire quelque chose. Malheureusement le président Nicolas Sarkozy a été piégé par Moscou. L’article V de l’accord de cessez-le-feu qu’il a négocié, donnant à la Russie le droit « de prendre des mesures supplémentaires de sécurité » à l’intérieur des frontières de la Géorgie, est un chèque en blanc pour l’occupation russe.  

Tout ça pour la vieille Europe. L’Europe nouvelle, avec des souvenirs plus frais de l’oppression russe, n’a pas été aussi molle. Les présidents des républiques baltes (plus l’Ukraine et la Pologne) ont adressé massivement à Tblissi l’expression de leur solidarité avec le gouvernement Saakachvili. L’Ukraine a menacé la flotte russe de la perte de sa base navale en Crimée, et a même offert de détourner deux anciennes stations de radars soviétiques vers l’Occident. Et la Pologne a abandonné ses tergiversations sur les détails d’une batterie de défense antimissiles, tombant d’accord presque en une nuit sur les conditions américaines.  

L’Europe de l’Est comprend les enjeux en Géorgie. C’est la dernière cible. Les objectifs de la Russie sont clairs :

(1) Couper l’Ossétie du Sud et l’Abkhazie de la Géorgie pour les incorporer à la Russie ;
(2) Faire tomber le gouvernement pro-occidental de la Géorgie et
(3) Intimider les pays d’Europe de l’Est pour les ramener dans la sphère d’influence russe.

L’objectif  N°1 est presque atteint. La Géorgie ne récupèrera jamais ses provinces. Elles seront bientôt absorbées par la Russie.
L’objectif N°3 a eu l’effet inverse, pour l’instant. Les pays d’Europe de l’Est se sont ralliés à la Géorgie – et aux Etats Unis.
L’objective N° 2 demeure en la balance. Les tanks russes ont coupé la Géorgie par moitié. Son plus grand port a été mis à sac. Sa capitale est isolée. La Russie démontre par toutes les manières possibles qu’elle restera en place, en maintenant de points de contrôle et un contrôle ultime.

Si ces conditions se poursuivent, la Géorgie sera étranglée et le président Mickheil Saakachvili tombera, pour être remplacé par un client docile avec lequel la Russie offrira de traiter avec magnanimité. Moscou aura démontré sa capacité à détruire un régime voisin pro-occidental sans invasion de grande envergure, ni occupation, avec une résistance zéro de l’OTAN. Les dirigeants de l’Europe de l’Est observeront ce résultat sous le choc, repenseront à leur mouvement réflexe en direction de l’Occident et, avec le temps, commenceront de s’accommoder aux ambitions russes. Chaque objectif russe aura été atteint.  

Voilà pourquoi tant de choses dépendent des quelques semaines à venir, le temps d’une pression maximale sur le gouvernement Saakachvili. Le but de cette guerre est de démoraliser et de dominer l’Europe de l’Est. Son résultat dépend entièrement d’un seul développement : que la Russie réussisse à faire tomber ce qu’elle appelle avec mépris « le régime de Tbilissi ». Il y a bien plus que le destin de la Géorgie en jeu.
Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 10:19
Jewish World Review  14 août 2008 / 13 Menachem-Av 5768

Comment arrêter Poutine

Par Charles Krauthammer

http://jewishworldreview.com/cols/krauthammer081408.php3

Adaptation française de Sentinelle 5768
©

Le cessez-le-feu négocié par le président de la France vaut moins qu’il n’y paraît. Ses modalités continuent d’évoluer à mesure que l’armée russe continue de bouger. La Russie a depuis occupé Gori (justement, lieu de naissance de Staline), coupant effectivement la Géorgie en deux. La route vers la capitale, Tbilissi, est ouverte, mais apparemment, le premier ministre Vladimir Poutine a temporairement choisi de parvenir à ses objectifs grâce à la pression militaire, et avec l’acquiescement occidental plutôt que par une occupation sans fard.

Ses objectifs sont clairs. Ils vont au-delà du détachement de l’Ossétie du Sud et de l’Abkhazie de la Géorgie et de leur absorption au sein de la Russie. Ils vont au-delà de la destruction de l’armée géorgienne, laissant le pays à la merci de la Russie. Le véritable objectif est la finlandisation de la Géorgie par le renvoi du président Mikheil Saakashvili et son remplacement par une marionnette russe.

Ce qui explique l’arrêt par Poutine de l’armée russe (pour l’instant) à peu de distance de Tbilissi. Ce que chacun ne voit pas dans les termes du cessez-le-feu c’est que toutes les futures étapes – retraits des troupes, arrangements territoriaux, forces de maintien de la paix – devront toutes être négociées entre la Russie et la Géorgie. Mais la Russie déclare qu’elle ne parlera pas à Saakashvili. Aussi le changement de régime devient le premier pré-requis pour tout mouvement sur tous les fronts. Ce sera le refrain de Poutine dans les prochains jours. Il compte sur l’Europe pour mettre la pression sur Sakashvili pour démissionner et / ou s’enfuir pour « donner une chance à la paix ».

La Finlandisation de la Géorgie donnerait à la Russie le contrôle du pipeline Bakou-Tbilisi-Ceyhan, qui est la seule voie significative en direction de l’ouest pour le pétrole et le gaz de la mer caspienne qui ne passe pas par la Russie. Les pipelines sont les lignes de vie économiques pour d’anciennes républiques soviétiques telles que Le Kazakhstan et l’Azerbaijan, qui ne vivent que des exportations d’énergie. Moscou deviendrait le maître du bassin de la Caspienne.

Soumettre la Géorgie a un effet additionnel. Il alarme les anciens satellites de la Russie
– Etats baltes et en Europe de l’Est – sur ce qui arriverait s’ils se rapprochaient trop de l’Occident. C’est la première étape pour rétablir l’hégémonie russe dans la région.

Que faut-il faire ? Soyons réalistes.
Il n’y a rien à faire militairement. Ce que nous pouvons faire, c’est modifier les calculs coûts / bénéfices de Poutine.

Nous ne sommes pas sans ressources. Il y a un ensemble de mesures à déployer si la Russie ne s’en tient pas à ses engagements de cessez-le-feu :

1. Suspendre le conseil OTAN-Russie établi en 2002 pour contribuer à rapprocher la Russie de l’Occident. Faire savoir clairement que la dissolution suivra de près la suspension. Le conseil confère un siège à la Russie à la table de l’OTAN. Message : envahir des démocraties voisines fait perdre le siège.

2 – Interdire l’entrée de la Russie dans l’Organisation Mondiale du Commerce (OMC).

3 – Dissoudre le G-8. La dictature de Poutine a depuis longtemps transformé en farce la présence de la Russie dans ce groupe de démocraties libérales, mais personne ne voulait contrarier l’ours en l’expulsant. Ce n’est pas nécessaire. Les sept démocraties se retirent tout simplement. (Et si Silvio Berlusconi d’Italie, qui a marqué sa sympathie à Poutine dans l’aventure en Géorgie, veut rester, il peut avoir un dîner annuel du G-2 avec Poutine). Ensuite, immédiatement, annoncer la reconstitution du G-7 originel.

4 – Annoncer un boycott des USA et de l’Europe des Jeux Olympiques d’hiver de 2014 à Sochi. Agir autrement serait obscène. Sochi est à 24 kms de l’Abkhazie, l’autre province géorgienne tout juste envahie par la Russie. Les jeux deviendront une compétition captivante entre les équipes de bobsleigh russe, biélorusse et jamaïcaine.

Toutes ces mesures (sauf la dissolution du G-8, qui devra être irréversible) seraient sujettes à révision suivant les agissements russes – le plus important et au minimum, son retrait total des troupes de Géorgie jusqu’à l’Ossétie du Sud et à l’Abkhazie

La mesure la plus cruciale et inconditionnelle, cependant, est celle-ci : réaffirmer notre soutien au gouvernement de Saakashvili et déclarer que son renvoi par les Russes conduirait à la reconnaissance d’un gouvernement en exil. Cela serait instantanément compris pour nous comme un fondement légal pour fournir et soutenir une résistance géorgienne contre tout régime installé par les Russes.

Le président Bush pourrait compter sur sa relation personnelle étroite avec Poutine pour lui adresser une copie du film très divertissant (et de la plus haute fiction) « Charlie Wilson's War », pour rappeler à Vlad notre capacité à faire saigner la Russie. Poutine n’aurait pas besoin de rappels de la capacité des Géorgiens, et de la longue histoire pour en faire de même aux envahisseurs.

Bush a besoin de se rattraper pour son moment de mini-Katrina quand il s’attarda à Pékin, exultant avec notre équipe de volleyball de plage, pendant que Poutine s’envolait pour l’Ossétie du Nord diriger l’invasion d’un pays voisin. Bush envoie la secrétaire d’Etat Condoleezza Rice en France et en Géorgie. Ce n’est pas trop tôt. Sa tâche doit être de présenter ces sanctions, d’obtenir l’accord de l’Europe sur autant de points que possible, et de commencer à les imposer, en les calibrant selon le comportement russe. Et le plus important de tous, empêcher l’Europe de chanceler sur la survie du gouvernement démocratiquement élu de Géorgie.

Nous avons des cartes en mains. Nous devons les jouer. L’enjeu est très important.
Partager cet article
Repost0
21 août 2008 4 21 /08 /août /2008 09:55
Sacrifier un allié à la pensée magique
 
Evelyn Gordon, JERUSALEM POST                                                                                   Aug. 20, 2008


Adaptation française* de Sentinelle 5768
©

Il faut accorder du crédit au Parti Kadima pour sa loyauté : alors que l’administration Bush détruisait tout reste de crédibilité, et minait ses propres intérêts nationaux, en abandonnant un allié loyal et stratégiquement important à la merci fragile de la Russie, le parti dirigeant en Israël décida qu’il ne pouvait pas permettre que ses amis américains supportent seuls la disgrâce : eux aussi, allaient trahir la Géorgie aux dépens des intérêts du pays. Aussi, à la minute où la Russie l’envahissait – juste au moment où la Géorgie avait le plus besoin d’armes – Israël, qui avait jusqu’alors été un fournisseur proéminent de la Géorgie, stoppa toutes ses expéditions d’armes.

On pourrait légitimement se demander comment cela a affecté l’intérêt national. Après tout, Israël a désespérément besoin de l’aide russe sur plusieurs questions cruciales, depuis le programme nucléaire de l’Iran jusqu’au réarmement du hezbollah, et Israël n’a en rien besoin de l’aide de la Géorgie. De plus, la Russie a clairement fait connaître son mécontentement face aux ventes d’armes à la Géorgie. Ainsi Kadima a fait apparemment le choix de realpolitik correct.

Le problème est que, selon les officiels du gouvernement eux-mêmes, non seulement le pays a reçu un appel sans équivoque pour cesser les expéditions, mais encore la Russie a répété explicitement qu’elle poursuivrait sa politique anti-israélienne, que Jérusalem vende ou non des armes à la Géorgie. Ainsi Israël n’a rien gagné en trahissant la Géorgie, tout en affectant deux intérêts secondaires mais pourtant significatifs.

La Russie nuit actuellement aux intérêts vitaux d’Israël d’au moins quatre manières ; d’abord, c’est le principal opposant à des sanctions diplomatiques contre le programme nucléaire de l’Iran ; Elle a usé de son veto au Conseil de Sécurité pour assurer que toutes les sanctions approuvées à ce jour soient trop édentées pour modifier le comportement de l’Iran, rapprochant ainsi Israël d’un choix inconfortable entre un Iran nucléaire et une frappe militaire au bénéfice incertain mais aux coûts certains.

Ensuite, la Russie a activement facilité le programme nucléaire de l’Iran en construisant et en fournissant  du combustible pour le réacteur de Busher. Troisièmement, Elle planifie de fournir des missiles anti-aériens S-300 avancés, qui rendraient toute frappe militaire israélienne beaucoup plus dangereuse. Et enfin, elle fournit déjà de l’armement sophistiqué à la Syrie, que Damas partage avec le hezbollah. Ainsi tout ce qui pourrait modifier le comportement de la Russie sur ces quatre points vaudrait vraiment la peine pour Israël.

Cependant les officiels du gouvernement ont déclaré aux media locaux la semaine dernière qu’alors que la Russie s’est plainte à plusieurs reprises des ventes d’armes à la Géorgie en réponse aux réclamations d’Israël sur ces questions, elle a aussi refusé de passer un marché. Au contraire, elle a constamment déclaré que sa stratégie politique actuelle était non négociable.

Cependant, le gouvernement a décidé d’arrêter unilatéralement les expéditions d’armes à la Géorgie dans l’espoir que, malgré les déclarations contraires et répétées de Moscou, les Russes pourraient encore changer d’avis. Comme un officiel l’a formulé : « Le jour où nous voudrons empêcher un futur accord avec l’Iran, nos mains doivent être propres ». En d’autres mots, le gouvernement a sacrifié des biens concrets sur l’autel de la pensée magique.

Mais comme la Géorgie ne détient rien dont Israël ait vraiment besoin, quels biens le pays a-t-il sacrifié ? La réponse à cette question est double.

D’abord, trahir un allié aux heures du plus grand besoin nécessite toujours d’en payer le prix : cela dissuade de futurs alliés, en leur montrant qu’une alliance avec Israël ne paie pas. Et l’effet est aggravé quand la trahison est en faveur d’une partie qui, comme Vladimir Poutine de Russie, a été constamment hostile aux intérêts d’Israël : cela démontre que non seulement se lier d’amitié avec Israël ne paie pas, mais œuvrer contre lui si, parce qu’il va alors chercher à vous apaiser.

D’accord, Israël a déjà trahi des alliés en faveur d’ennemis tant de fois que l’on pourrait penser qu’un exemple de plus ne fera pas de différence. Songez seulement, par exemple, à son abandon de l’Armée du Sud Liban (ALS) aux mains du hezbollah ; à sa négligence budgétaire persistante des communautés druzes loyales, dans le temps où il alloue des fonds supplémentaires aux communautés arabes qui rejettent l’existence même de l’Etat d’Israël ; ou à sa volonté de relâcher des centaines de prisonniers du hezbollah et du Hamas tout en refusant d’en libérer une dérisoire vingtaine à notre allié régional le plus fiable, la Jordanie.

Pourtant, comme toute mauvaise habitude, chaque répétition rend seulement l’habitude plus difficile à chasser – et toute tentative de la chasser doit commencer quelque part. La décision de se tenir aux côtés de la Géorgie malgré le mécontentement de la Russie aurait pu signaler aux acteurs plus proches du foyer qu’Israël commençait à repenser ce modèle autodestructeur de comportement. Et justement parce que la Russie a fait savoir clairement qu’elle poursuivrait sa politique hostile sans considération des relations d’Israël avec la Géorgie – signifiant que soutenir cet allié en particulier n’entraîne aucun coût – cela aurait constitué un point de départ aisé et unique.

Le second bien qu’Israël a sacrifié, c’est sa réputation de fournisseur d’armes crédible. Après tout, qui voudrait acheter des armes à un pays qui suspendra les expéditions au moment même où vous en avez le plus besoin ? Et du fait de l’importance locale de l’industrie d’armements pour la sécurité nationale, cela n’est pas insignifiant.

Israël a développé à l’origine une industrie d’armements parce que d’autres pays suspendaient couramment leurs expéditions quand il en avait le plus besoin. Au cours des quatre dernières décennies, il a largement remplacé la doctrine de l’autosuffisance par la dépendance aux armes américaines, mais repose encore sur sa propre industrie aussi bien pour des solutions à des problèmes ignorés par les compagnies américaines – Israël par exemple a commencé à développer un équipement antiterroriste urbain spécialisé, bien avant que les USA ne le fassent – et pour des équipements que Washington refuse de lui vendre.

Cependant, Tsahal n’est pas un assez gros client pour soutenir une industrie d’armement sophistiquée reposant sur son armée seule. Ainsi pour être viable financièrement, l’industrie doit exporter. Et cela ne sera pas possible si elle développe une réputation de rupture des approvisionnements au moment où le client en a le plus besoin.

Si la Russie avait bien voulu arranger Israël sur l’une de ses principales préoccupations, on aurait pu arguer que le bénéfice du sacrifice de la Géorgie dépassait son coût. Mais encourir le coût sans rien gagner en échange, simplement avec l’espoir illusoire que la Russie pourrait alors avoir assez de gratitude pour sacrifier ce qu’elle considère comme ses intérêts stratégiques pour notre bénéfice, c’est pure folie.

Mais alors, que pourriez-vous attendre de plus d’un gouvernement qui a largement bâti sa politique étrangère sur l’espoir qu’en jetant des steaks aux tigres, cela les transformerait finalement en végétariens ?
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis