Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
20 septembre 2011 2 20 /09 /septembre /2011 08:56

France – Palestine/ONU – Ce qu’en pense la France ! A quoi sert un « Etat palestinien » ?

Sarkozy-Abbas

La diplomatie française n’a pas encore défini sa position concernant la demande d’adhésion d’un Etat palestinien à l’ONU, attendue ce vendredi.   »On verra à ce moment-là ce qu’on fera. » Voilà ce que répondait Nicolas Sarkozy,….

 



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1YTPf7XtB
Partager cet article
Repost0
19 septembre 2011 1 19 /09 /septembre /2011 08:19

Etat palestinien: aucun vote – ni veto – dans l’immédiat – Les règles à l’ONU – Explications

Face à ceux qui s’emballent à l’idée d’un vote majeur à New York, il n’est peut-être pas inutile de rappeler les procédures à l’ONU (et la force d’inertie de l’organisation)….

 



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1YNPox4NI
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 16:08

Gaz et pétrole : Erdogan renvoyé dans ses cordes par les sous-marins russes !

La Russie envoie des sous-marins nucléaires pour patrouiller dans les eaux chypriotes. 

La Russie a envoyé deux sous-marins nucléaires pour patrouiller dans les eaux de l’Est de la Méditerranée autour de Chypre et renforcer ainsi les droits de l’île d’explorer les ressources de gaz et de pétrole présentes sous la mer, dans ses eaux territoriales, selon une information de http:///www.defencenet.gr, citant un porte-parole du Ministère russe des Affaires étrangères…



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1Y7mGToRc
Partager cet article
Repost0
16 septembre 2011 5 16 /09 /septembre /2011 13:22

Obama et ses conseillers – Objectif détruire Israël

« Si il y a une chose qui peut être mise au crédit de  l’administration Carter , c’est la création de la nouvelle vague de terrorisme islamiste, qu’elle soit sunnite, opérant à partir de l’Afghanistan, ou chiite, opérant à partir de l’Iran. L’administration Carter a lâché Israël et mis sa «foi» dans les terroristes musulmans, qui ont ensuite mené une guerre à l’Amérique, même pendant que Carter était en poste. Obama …

 



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1Y76PRO00
Partager cet article
Repost0
15 septembre 2011 4 15 /09 /septembre /2011 18:19

Netanyahou s’adressera à l’Assemblée Générale avant la tentative de l’AP.

COMMUNIQUES ISRAEL FLASH

Le Premier Ministre s’envolera vers New York avant l’appel historique des Palestiniens à un Etat. « Israël ne bénéficie pas d’une bonne écoute à l’Assemblée Générale, c’est pourquoi j’ai décidé d’y aller et de dire la vérité », a-t-il déclaré…



Lire la suite: http://www.israel-flash.com/#ixzz1Y2SkMmga
Partager cet article
Repost0
11 septembre 2011 7 11 /09 /septembre /2011 17:03

Obama/Palestiniens – Quelle est la plus grosse bourde d’Obama ?

Comment Obama a « induit en erreur » les arabo-palestiniens

Si quelqu’un doit être tenu responsable de la décision de l’Autorité palestinienne de demander à l’Onu de la reconnaissance d’un Etat palestinien le long des lignes de 1967, c’est le président américain Barack.H.Obama et son conseiller au Moyen-Orient

[Lire la suite »]

Partager cet article
Repost0
6 septembre 2011 2 06 /09 /septembre /2011 21:18

OBAMA – Pompier ou pyromane ?

Par Nathalie Elgrably-Lévy

Economiste senior
Institut économique de Montréal

Le discours sur la situation de l’emploi et de l’économie que doit prononcer ce soir le président Obama devant le Congrès est attendu avec impatience. Pourtant, le contenu en est assez prévisible.

[Lire la suite »]

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 23:41

POT POURRI POLITIQUE sans PERIODICITE ni PRIORITE

 

Albert Soued et www.nuitdorient.com – N° 41 - le 4 septembre 2011

 

Jordanie

- Ce pays a subi les interruptions successives de l'approvisionnement en gaz égyptien du fait des attentats islamistes au Sinaï. La Jordanie a des réserves d'uranium et envisagerait de stabiliser la fourniture et le prix de l'électricité en ayant recours à l'énergie nucléaire.

- En Septembre il rejoindra les 6 pays du Conseil de Coopération du Golfe, début d'une confédération diplomatique et militaire arabe. La Jordanie a signe le traité de non prolifération nucléaire, mais son partenaire dans le CCG, l'Arabie, ne cache pas sa volonté d'obtenir l'arme nucléaire, si l'Iran y parvient.

 

Arabie saoudite

Deux chroniqueurs saoudiens - Khalaf Al-Harbi libérale, du quotidien saoudien Okaz, et Fawaz Al-'Ilmi, du quotidien saoudien Al-Watan - ont publié des articles comparant la situation d'Israël à celle des pays arabes. Al-Harbi a estimé que le secret du succès d'Israël réside dans son régime démocratique et son respect des droits de ses citoyens -- "Le secret de la survie d'Israël, en dépit de tous les grands défis auxquels il a dû faire face, réside dans la démocratie et le respect de la valeur de l'individu… Le secret de l'effondrement des pays arabes, l'un après l'autre, réside dans la dictature et l'oppression de l'individu " -- alors que Al-'Ilmi écrit que la prospérité d'Israël était due à son investissement dans l'éducation et la science – "Grâce aux travaux du Centre médical Hadassah, 60% des Arabes qui ont besoin de transplantations trouveront des donateurs au sein de leurs familles, et que 90% des demandes de greffes de moelle osseuse sont pour des enfants arabes souffrant de maladies héréditaires dues aux mariages consanguins, … Le nombre d'études publiées soit 12 études par 10.000 habitants place Israël à la première place mondiale …" Il faut noter que ces articles sont un phénomène très rare dans la presse du gouvernement saoudien.

Egypte

- Sheihk A'del Shehato, un dirigeant des Frères Musulmans et un "jihadiste" récemment libéré de prison, est devenu une composante importante de la nouvelle Egypte. Il vient de déclarer que les églises devaient être détruites, et les Chrétiens exterminés, afin de faire appliquer la loi musulmane, la sharia'h.
- Houssam Al-Shaer, directeur du Syndicat des sociétés de tourisme a déclaré que les 13 milliards $ de revenus du tourisme étaient menacés du fait des règles que le nouveau pouvoir cherche à imposer, l'interdiction de l'alcool et des maillots de bain en public.

 

Liban

Avec 23 membres, Talal Hamia, un officier du Hezbollah, vient de créer à Cuba, une cellule opérationnelle, dans l'opération dite "Affaire des Caraïbes". S'ajoutant à celles installées au Paraguay, au Brésil et au Vénézuela, cette base logistique a pour but le renseignement par l'infiltration et l'établissement de faux documents. Elle a un budget initial de 1,5 million $ et prépare un attentat contre des intérêts israéliens. Rappelons qu'à la demande l'Iran, la cellule du Brésil aurait saboté l'avion d'Air France partant de Rio abîmé en mer. Le Hezbollah s'appuie sur la communauté libanaise shiite installée en Amérique latine.

 

Turquie

- En 1974, le 1er ministre turc Erdogan avait écrit une pièce antisémite qui avait été jouée dans différents endroits de Turquie avant d’être retirée à la demande du parti politique auquel il appartenait, et qui craignait d’être déclaré hors-la-loi du fait de son antisémitisme. La pièce de théâtre en question décrivait les juifs de la même manière que le faisait Hitler dans ses écrits. Dans les années 1970-80, Erdogan rejoignait un groupe musulman extrémiste qui prônait le Jihad mondial et déclarait à plusieurs reprises "que son objectif était la disparition de l’Etat d’Israël". En 1988, époque où la Turquie était encore laïque et pro-occidentale, Erdogan fut envoyé en prison pour dix mois pour "incitation contre l’Occident et les juifs", ayant fait sienne la profession de foi des maîtres de l’islamisme turc "Les mosquées sont nos casernes, les coupoles nos casques, et les minarets nos baïonnettes", pour dire que la construction de mosquées et les migrations font partie d'une stratégie d'islamisation de l'Europe.

- L'Archevêque émérite de Smyrne, Giuseppe Germano Bernardini, raconte une conversation qu'il a eue avec un dirigeant turc musulman, lors d’un Synode des évêques en 1999. Cet homme lui aurait dit : "Grâce à vos lois démocratiques, nous vous envahirons. Grâce à nos lois religieuses, nous vous dominerons"

- Le rapport des Nations unies sur le raid israélien contre une flottille à destination de la bande de Gaza en 2010 juge légal le blocus israélien de l'enclave. Il estime également que la force utilisée par l'armée israélienne lors de l'abordage du "Mavi Marmara" était "excessive et déraisonnable" et que Tsahal s'est heurtée à une "résistance organisée et violente de la part d'un groupe de passagers". La Turquie a rappelé son ambassadeur de Tel Aviv, et a rompu toute relation militaire, Israël refusant les excuses demandées et la levée du blocus de Gaza.

 

Gaza

L'ingénieur Abou Sissi, spécialiste en missiles et roquettes depuis 2002, a été enlevé à Kiev par le Mossad en février et sera jugé en Israël pour appartenance à une organisation terroriste, meurtre et fabrication d'armes notamment. Il aurait révélé que les études et les examens des terroristes avaient lieu à l'intérieur de mosquées, les documents distribués ne faisant aucune mention du Hamas. Les élèves allaient ensuite s'entraîner en Syrie, au Yémen, au Soudan et en Iran.

 

Autorité palestinienne

Le président Mahmoud Abbas a exprimé son soutien à Omar Hassan el Bashir, président du Soudan (du Nord), accusé de génocide au Darfour par la Cour Criminelle Internationale. Il a envoyé un message personnel par l'entremise d'un membre du Comité Central du Fatah, Azzam al Ahmad: "Le peuple palestinien est aux côtés de notre pays frère, le Soudan, pour tout ce qu'il souhaite et de la manière qu'il le souhaite". Un haut dirigeant du Fatah, Tayeb al Rahim, a affirmé que la sécession du Sud Soudan était un complot des Etats-Unis et d'Israël qui cherchent à profiter des ressources pétrolières…

Sud Soudan

Le ministre des Affaires Étrangères Deng Alor Koul a promis de voter contre la résolution reconnaissant un état indépendant appelé Palestine, à l’Assemblée Générale de l'Onu, et le président Salva Kiir a décidé d'installer l'ambassade du Sud Soudan à Jérusalem.

 

Israël

- Pour parer à toute menace d'envahissement de sa frontière nord par des civils syriens en septembre, Tsahal a disséminé des mines anti-personnel tout le long du Golan, entre la clôture de sécurité et la ligne alpha, marquant la frontière avec la Syrie

- Après les attentats près d'Eilat, le 1er ministre Benyamin Netanyahou a déclaré: "Nous tous étions témoins aujourd'hui d'une tentative d’escalade des actes de guerre terroriste, des attaques depuis le Sinaï. S'il y a quelqu'un qui croit que l'État d’Israël laissera passer cela, il se trompe. Je veux ici émettre un principe - quand les citoyens d'Israël sont attaqués, nous répondons immédiatement et avec force. Ce principe a été mis en œuvre aujourd'hui. Ceux qui ont donné l'ordre d'assassiner nos citoyens, tout en se cachant dans la bande de Gaza, ne sont plus parmi les vivants… Si les organisations terroristes croient qu'elles peuvent attaquer nos citoyens et s'en tirer à si bon compte. Elles vont bientôt apprendre qu’elles se trompent. Nous leur en ferons payer le prix, un très lourd tribut".

- Le nouveau tramway de Jérusalem avec ses 24 stations, s’étire sur 14 kilomètres et doit véhiculer 100 000 passagers/jour. Dans un premier temps, treize trains Citadis, livrés par Alstom, desserviront toutes les douze minutes les habitants de la capitale, puis d’ici quelques semaines, toutes les 4 minutes. Les nombreuses pannes et incidents du démarrage ont incité l'exploitant à proposer la gratuité pendant une quinzaine de jours.

 

Etats-Unis

- Le célèbre présentateur américain, Glenn Becq, un souffrant devenu mormon il y a 12 ans, a parlé à Jérusalem à un auditoire de 1400 personnes, discours relayé à des millions de télénautes dans le monde : "En Israël, il y a plus de courage sur un seul kilomètre carré qu’il n’y en a sur tout le territoire de l’Europe. En Israël, il y a plus de courage chez un seul soldat que dans l’ensemble des cœurs froids de tous les bureaucrates des Nations Unies".

- Le président B H Obama, au plus bas dans les sondages pour sa réélection en 2012, a accordé la médaille la plus prestigieuse du pays, "la médaille Présidentielle de la Liberté" à l'archevêque sud-africain Desmond Tutu. Tutu a mené une campagne de boycott des produits israéliens, a convaincu l'université de Johannesbourg de cesser ses relations avec l'Université Ben Gourion, préconise un embargo sur les armes destinées à Israël. Il va inaugurer au Cap la 3ème session du Tribunal anti-israélien Russell (après Barcelone et Londres), pour accuser Israël d'"apartheid sioniste".

- La représentante de Floride, Ileana Ros-Lehtinen, présidente du Comité des Affaires Etrangères de la Chambre est décidée à empêcher certains pays de voter pour la création unilatérale d'un état palestinien à travers les Nations Unies. Elle a présenté un projet pour bloquer tout financement américain à l'Onu d'un pays qui voterait en faveur de l'élévation du statut diplomatique palestinien à l'Onu. Il faut rappeler que les Etats-Unis financent 22% du budget de l'Onu et 25% du coût des "soldats de la paix"

- "On aurait dû y penser plus tôt" s'indigne un professeur de l'Université Princeton. Des investissements ont été faits dans la recherche et le développement de l'enrichissement de l'uranium par laser, en lieu et place de la centrifugation, lente et très coûteuse. Et voilà que General Electric annonce que son système marche depuis deux ans et cette société demande l'autorisation de construire une centrale basée sur la technologie "laser". Sauf que si cette technologie aisée à mettre en œuvre est divulguée, elle sera à la portée de n'importe quel état voyou ou groupe terroriste.

- Pendant tout le mois de Ramadan, le président B H Obama s'est dépouillé de sa bague d'alliance et de sa montre sous le prétexte qu'elles étaient "en réparation". En effet il est interdit aux Musulmans de porter des bijoux pendant ce mois de jeûne.

 

Grande Bretagne

Il ressort des statistiques établies que les émeutiers arrêtés viennent souvent de familles monoparentales: une mère, plusieurs enfants de pères différents, livrés à eux-mêmes, sans père au foyer. Ces "familles" subsistent grâce à des allocations multiples. La valeur travail en est absente, tout comme l’idée de responsabilité …. Plus qu’une disparition simple des normes, il vaut mieux parler ici de systèmes normatifs incompatibles les uns avec les autres et devant coexister au sein d’un ensemble auquel rien ne les rattache. Le gouvernement Cameron a pris des mesures draconiennes en infligeant de lourdes peines de prison à ces délinquants et en supprimant les allocations.

 

Economie mondiale

Cicéron en l'an 55 avant l'ère courante écrivait: "Le budget doit être équilibré, le Trésor doit être regarni, la dette publique doit être réduite, l'arrogance des dirigeants doit être tempérée et contrôlée, et l'assistance aux terres étrangères doit être réduite, pour éviter que Rome ne soit en faillite. Les gens doivent apprendre à travailler, au lieu de vivre de l'assistance publique…". Qu'avons-nous appris depuis 2066 ans ?

 

 

Partager cet article
Repost0
3 septembre 2011 6 03 /09 /septembre /2011 21:20

Politique étrangère fondée sur des clichés


Adaptation française de Sentinelle 5771 ©


La loi Ros-Lehtinen montre que la politique étrangère aux USA est désormais une bataille entre ceux qui croient aux faits et ceux qui font confiance aux clichés.

     

     

La représentante au Congrès des USA Ileana Ros-Lehtinen, présidente de la Commission des Affaires Etrangères du Congrès, a déclenché une tempête politique cette semaine. Mardi, Ros-Lehtinen a introduit le projet de loi sur la Transparence, la Responsabilité et la Réforme des Nations Unies. S’il est adopté comme loi, il introduirait des restrictions rigoureuses pour le financement des USA au budget de l’ONU.

Actuellement, les USA financent 22 % du budget général de l’ONU. Ce budget est adopté par l’Assemblée Générale sans être supervisé par les USA. La part de 22 % du budget provenant des USA n’est pas volontaire, ce qui signifie que les USA ne peuvent exercer aucune influence sur la manière dont les fonds de ses contribuables sont dépensés.

Si le projet de loi Ros-Lehtinen est adopté, l’ONU aura deux ans pour mettre en pratique des réformes budgétaires qui pourraient rendre volontaire au moins 80 % du financement de son budget. Si l’ONU ne fait pas les réformes requises, le gouvernement des USA se verra enjoint de retenir 50 % des allocations non volontaires de son budget à l’ONU.

Au-delà de cette exigence ambitieuse pour une réforme budgétaire de l’ONU, le projet de loi comprend plusieurs actions spécifiques dirigées contre les institutions de l’ONU qui font progresser les projets politiques anti-Américains et anti-Israël.


Le projet de loi Ros-Lehtinen retirerait le financement du Comité des Droits de l’Homme de l’ONU jusqu’à l’abrogation de sa résolution anti-Israël permanente, et l’interdiction aux pays qui soutiennent le terrorisme et font l’objet de sanctions du conseil de Sécurité de l’ONU d’y participer en tant que membres. Il interdirait aussi aux USA d’être de membre du Haut Comité pour les Réfugiés de l’ONU jusqu ‘à ce que ces réforme soient mises en pratique.

La loi Ros-Lehtinen retire tout financement aux activités de l’ONU liées au rapport diffamatoire Goldstone, et au processus antisémite de “Durban”. Elle réduit largement le financement des USA à l’UNWRA [organisme d’aide permanente de l’ONU aux ‘Réfugiés palestiniens’], infiltrée de membres d’organisations terroristes, et le met sous condition. Les installations de l’UNWRA sont couramment utilisées pour planifier, exécuter, inciter au terrorisme contre Israël et endoctriner des Palestiniens à chercher la destruction d’Israël.

La loi prête une attention particulière au plan de l’Autorité Palestinienne d’obtenir un vote du Conseil de Sécurité et de l’Assemblée Générale de l’ONU en faveur d’un Etat palestinien à la fin de ce mois. La loi supprimera le financement des USA à toute agence ou organisme de l’ONU qui élèvera la mission palestinienne à l’ONU de quelque manière à la suite du vote de l’Assemblée Générale en faveur d’une telle élévation de sa représentation.


La loi Ros-Lehtinen, qui dispose de 57 parrains, fournit des explications détaillées sur la façon dont les agences de l’ONU visées nuisent aux intérêts des USA. Elle note que la participation des USA depuis 2009 au Conseil des Droits de l’Homme de l’ONU [UNHRC] n’a eu aucun impact sur le projet politique anti-Israël et anti-Américain de l’UNHRC. Les USA ont été incapables de modérer en aucune manière les actions et résolutions de l’UNHRC, y compris ses décisions de former la commission Goldstone et d’adopter les conclusions du rapport Goldstone, et son soutien permanent à l’organisation des conférences antisémites de ‘Durban’ dans lesquelles Israël est attaqué et diffamé comme Etat illégitime et raciste.

La loi note que, en dépit des efforts des USA pour étendre sa supervision sur les méthodes d’embauche de l’UNWRA, celle-ci continue d’embaucher des membres d’organisations terroristes. La loi apporte une longue liste d’employés de l’UNWRA qui ont perpétré des attaques terroristes.


Ignorant l’évaluation fondée sur des faits des échecs de l’ONU, l’administration Obama a rejeté le projet de loi Ros-Lehtinen. S’adressant à la revue ‘Politico’, une source du gouvernement a éreinté la loi, en déclarant : « Ce projet de loi est démodé, fatigué et franchement peu réceptif au rôle positif joué par l’ONU ».


La porte-parole du département d’Etat Victoria Nuland a attaqué le projet de loi : « Il sapera sérieusement notre position internationale et affaiblira dangereusement l’ONU comme instrument faisant avancer les objectifs de la sécurité nationale des USA ».

Depuis sa prise de fonction, Barack Obama a pris des mesures concertées pour placer l’ONU au sommet de son projet de politique étrangère. A travers ses dires et ses actes, Obama a montré qu’il croit que les USA doivent minimiser l’amplitude dans laquelle ils opèrent indépendamment de l’ONU sur la scène mondiale.

Obama et ses conseillers donnent quatre arguments pour soutenir leur vision de l’ONU pour remplacer effectivement les USA en tant que dirigeant de la planète. D’abord, ils disent que les USA ne peuvent pas agir unilatéralement sur la scène mondiale.

Deuxièmement, ils insinuent que des opérations entreprises hors de la couverture de l’ONU sont en quelque sorte illégitimes.


Pour soutenir cette affirmation, ils laissent entendre que la raison pour laquelle les USA se sont enlisés en Irak depuis l’invasion en 2003 était qu’ils n’ont pas reçu de mandat spécifique du Conseil de Sécurité pour l’envahir. A l’opposé, ils soulignent que l’opération actuelle en Libye sanctionnée par le conseil de Sécurité, et la Guerre du golfe en 1991 sanctionnée par le Conseil de Sécurité ont été couronnées de succès. Et ils attribuent le succès de ces missions à leur conduite sous l’égide de l’ONU.


Le troisième argument, qui se situe clairement dans la déclaration de Nuland, est que pour avoir une crédibilité dans les affaires internationales, les USA ne doivent pas jeter leur poids à l’ONU. S’ils objectent trop vigoureusement à la façon dont les choses sont faites, ou placent leur soutien à l’ONU sous condition d’actions de l’ONU, alors tous les autres membres de l’ONU seront humiliés et refuseront de coopérer avec les USA.

Le dernier argument qu’ils défendent est reflété dans la déclaration d’une source anonyme de l’administration livrée à ‘Politico’. Tout simplement à leurs yeux, essayer de tenir pour responsable l’ONU de ses actes est démodé. Dans le monde d’aujourd’hui, la responsabilité est vieux jeu. Et celui qui ne comprend pas cela est tout bonnement « hors jeu, démodé, fatigué ».

Tous ces arguments sont faux. Dans le premier exemple, il est tout simplement faux que les USA soient incapables d’agir unilatéralement. En dehors de l’Arabie saoudite en 1991 et du Koweït en 2003, les USA n’ont pas eu besoin de partenaires en Irak. Parmi tous les participants non Américains dans les campagnes militaires des USA en Irak et en Afghanistan, seule la Grande Bretagne a eu un impact sur le combat. Et franchement, les USA se seraient assuré de la coopération de l’Arabie saoudite, du Koweït et des Britanniques sans jamais impliquer l’ONU.

De fait, aussi bien sous les administrations Démocrate et Républicaine, les USA ont fréquemment agi avec succès en dehors du cadre de l’ONU. En 1999, l’administration Clinton n’a pas pu obtenir l’accord du Conseil de Sécurité de l’ONU pour combattre au Kosovo, et donc elle a ignoré l’ONU et a combattu aux côtés de ses alliés de l’OTAN.

Les USA disposent de 21 armées alliées aux côtés de leurs forces en Irak, malgré le fait que l’opération ait été conduite hors de la couverture du Conseil de Sécurité de l’ONU.

L’initiative de Sécurité contre la Prolifération [PSI, en anglais] lancée par les USA en 2003, est sans doute l’effort multilatéral le plus réussi des USA pour prévenir la prolifération des armes de destruction massives. En opérant totalement en dehors du cadre de l’ONU, cette PSI compte 98 membres.

Comme dans les deux opérations majeures réalisées de mémoire récente par une force issue des résolutions du conseil de Sécurité de l’ONU, le jury demeure hors jeu dans les deux cas. Du fait des restrictions du conseil de Sécurité sur la mission de la Guerre du Golfe persique en 1991, les USA ont permis à Saddam Hussein de rester au pouvoir après le retrait de ses forces d’invasion du Koweït.

Dans les 12 années séparant cette Guerre et la Guerre d’Irak en 2003, Saddam a tué des centaines de milliers d’Irakiens qui – sous la pression des USA – essayaient de le renverser. Il a exploité les sanctions du Conseil de Sécurité pour affamer son peuple dans des objectifs de propagande alors que lui et ses complices s’enrichissaient grâce aux contrats corrompus dénommés « pétrole contre nourriture » de l’ONU.

Si Saddam avait été renversé en 1991, son remplacement par un régime pro-occidental à la suite aurait pu être mis en place plus doucement à un coût beaucoup moindre pour les USA et le Peuple irakien.

De même pour la Libye, des rapports de Tripoli indiquent que les critiques de la mission de l’ONU avaient raison. En renversant Mouammar Khaddafi, les USA ont apparemment autorisé une situation dans laquelle tout régime qui suivra sera probablement dominé par des forces politiques et militaires alignées sur al Qaïda et alliées avec l’Iran.

L’affirmation selon laquelle les USA perdront en influence dans les affaires internationales s’ils sont perçus comme autoritaires par leurs homologues, les Etats nations à l’ONU, est pareillement dénuée de fondement. La dure vérité est que personne ne se plie à l’ONU simplement parce que c’est l’ONU. Les Etats sont raisonnablement et durablement opportunistes dans leur coopération avec l’ONU. Ils soutiennent l’ONU quand il soutient leurs intérêts et ils ignorent l’ONU quand il s’oppose à leurs intérêts.


Les Etats ne s’opposent pas aux USA à l’ONU parce qu’ils les jugent autoritaires. Ils s’opposent aux USA à l’ONU parce qu’ils croient que cela sert leurs intérêts nationaux de s’opposer aux USA et à ses intérêts.

C’est à cause d’intérêts qui se confrontent, non pas au comportement des représentants des USA, que l’administration Obama échoue à exercer la moindre influence sur le projet politique de l’UNHRC, en dépit de son engagement à chercher la « négociation ».


Des intérêts nationaux qui se confrontent sont la raison qui expliquent l’échec de l’administration Obama à s’assurer le soutien du conseil de Sécurité de l’ONU pour tout ce qui touche à des mesures efficaces contre le programme d’armements nucléaires de l’Iran.


Le dernier argument de l’administration des USA – savoir qu’il est démodé d’exiger que l’ONU cesse de faire avancer la cause des ennemis des USA – n’est pas seulement affligeant et insultant. Il démontre aussi la culture qui motive le gouvernement américain à s’accrocher à son projet politique centré sur l’ONU malgré son échec évident et répété.

Comme la réfutation facile de tous les arguments de l’administration le démontre clairement, le projet politique n’est pas un produit de la pensée rationnelle. C’est le produit d’un mode de pensée endémique dans les universités d’où Obama et ses conseillers sont issus. Ce mode de pensée est piloté par des clichés jamais remis en question et qui sont servis comme un raisonnement sophistiqué. Cela comprend des perles conventionnelles comme « la gouvernance mondiale », la « révolution Twitter », « le multilatéralisme » et « l’interdépendance ».

Ces clichés sont devenus des articles de foi imperméables aux faits et à la réalité. Par conséquent, ceux qui y adhèrent ne reconnaîtront jamais leur échec à se livrer à leurs prémisses utopiques. Au lieu de cela, ils s’attaquent à tout ceux qui soulignent leur échec comme des vieilles lunes « démodées », et « fatiguées », manquant trop de sophistication pour comprendre le monde.

Nous observons cette attitude à l’oeuvre dans les aspects de la politique étrangère d’Obama. Par exemple, Obama est arrivé à son poste avec l’idée que la raison pour laquelle tous les efforts jusqu’à ce jour pour parvenir avec succès à un accord de paix entre Israël et les Palestiniens avait échoué, c’était parce que les Palestiniens ne faisaient pas confiance aux USA pour « délivrer » Israël. Pour remédier à ce problème perçu, Obama a constamment cherché à « mettre la pleine lumière » entre les USA et Israël. Cette politique a échoué de façon abyssale, comme le montre la tentative actuelle de l’AP à l’ONU. Pourtant l’administration continue de s’y accrocher, parce que reconnaître son échec impliquerait de renoncer à un cliché.

De même, la politique du gouvernement américain de chercher un compromis avec l’Iran a porté la mollacratie au seuil de l’arsenal nucléaire ; elle l’a encouragé à réprimer violemment les protestataires pour la démocratie pro-Américains ; à étendre son influence en Irak et en Afghanistan ; à s’emparer du Liban ; et à faire des avancées en Egypte, en Libye et au-delà. Pourtant, malgré tout cela, l’administration américaine refuse d’admettre que sa stratégie politique est mauvaise et d’en adopter une plus efficace, parce que ce faisant, cela impliquerait de reconnaître que « chercher à négocier » n’est pas la panacée promise.

On s’attend à ce que la loi Ros-Lehtinen soit bloquée par le Sénat contrôlé par les Démocrates, avant qu’Obama n’ait l’opportunité d’y opposer son veto. C’est grand dommage parce que la loi ferait progresser les intérêts des USA et la cause de la liberté. C’est grand dommage parce que cela montre que le débat sur la politique étrangère aux USA est désormais une bataille entre ceux qui croient aux faits et ceux qui font confiance aux clichés.

caroline@carolineglick.com  

Partager cet article
Repost0
2 septembre 2011 5 02 /09 /septembre /2011 13:56

 

 

Nucléaire - carte dynamique des armes nucléaire dans le monde

 

 

Allez on s'accrohe ! et on y va pour un petit tour du monde

Pas de panique c'est effrayant !

 

      Cliquez sur la carte

nucleaire-dans-le-monde.jpg

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis