Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
21 avril 2011 4 21 /04 /avril /2011 07:18
Mohammed Bouazizi, un inconnu entré dans l'histoire

par Daniel Pipes
National Review Online
20 avril 2011

http://fr.danielpipes.org/9701/mohammed-bouazizi-entre-dans-histoire

Version originale anglaise:Mohammed Bouazizi, Historical Figure
Adaptation française: Johan Bourlard

Soyez le premier de vos amis à indiquer que vous aimez ça.

Le 17 décembre 2010, l'immolation par le feu d'un obscur Tunisien, Mohammed Bouazizi, a déclenché à travers le Moyen-Orient une tempête politique qui fait toujours rage. Son histoire, telle que rapportée initialement, présente certaines imprécisions. Maintenant que les faits et leurs conséquences sont mieux établis, il est utile d'examiner la façon dont les soulèvements dans la région ont débuté.

Mohammed Bouazizi, un inconnu entré dans l'histoire.

(L'exposé qui suit s'appuie sur de nombreuses sources et particulièrement sur l'article de Marc Fisher, «In Tunisia, act of one fruit vendor unleashes wave of revolution through Arab world» (« En Tunisie, l'acte d'un vendeur de fruits déclenche une vague révolutionnaire à travers le monde arabe »), paru dans leWashington Post.)

Située au centre de la Tunisie et peuplée de 40 000 habitants, Sidi Bouzid, petite ville sans histoire (sauf le fait d'avoir donné son nom à la «Bataille de Sidi Bouzid» qui, pendant la Deuxième Guerre mondiale, opposa non loin de là les Allemands aux troupes américaines), a été le théâtre improbable du drame.

Sidi Bouzid, petite ville située loin des sentiers battus.

Là, comme partout ailleurs en Tunisie sous l'ère Ben Ali, la police exerçait sa domination sur les civils. Ils considéraient surtout le marché où Mohammed Bouazizi vendait des fruits comme, pour reprendre la description imagée de Fisher, « leur aire de pique-nique personnelle, prenant des sacs entiers de fruits sans même faire un signe de tête en guise de paiement. Les flics prenaient un réel plaisir à soumettre les vendeurs à toutes sortes d'humiliations, leur imposant des amendes, leur confisquant leurs balances et allant même jusqu'à leur demander de porter les fruits volés dans les voitures de police. »

Célibataire de 26 ans dont le travail constitue laprincipale ressourced'une famille sans père de huit personnes, Bouazizi est victime de ces prédations. Le jour fatal du 17 décembre à 10 heures du matin, il vient comme d'habitude installer, sans autorisation, sa charrette de fruits sur le marché. Au passage, deux agents de police – dontFadiya Hamdi, une femme de 36 ans qui a servi 11 ans dans l'armée – se mettent à se servir de fruits sur son étalage.

L'agent de police Fadiya Hamdi, celle qui a provoqué Bouazizi.

L'oncle de Bouazizi s'interpose pour le défendre et, après être parvenu à calmer les deux agents, se rend auprès du chef de police, le priant de leur dire de laisser Bouazizi tranquille. D'accord avec lui, le chef téléphone à Hamdi, la réprimande et lui ordonne de ne pas harceler le jeune homme.

Furieuse, l'agent Hamdi se rend au marché aux fruits et va trouver Bouazizi. Elle lui confisque un panier de pommes et le dépose dans sa voiture. Au moment où elle revient pour prendre d'autres fruits, Bouazizi tente de l'en empêcher mais selon Ala al-Din al-Badri, qui tenait l'étalage voisin, « elle a poussé Mohammed et l'a frappé avec sa matraque. »

Folle de rage, Hamdi parvient à prendre la balance de Bouazizi et quand celui-ci s'interpose à nouveau, Hamdi et deux autres agents le jettent au sol et lui confisquent d'autres articles en plus de la balance.

Bouazizi, en pleurs, les supplie : « Pourquoi me faites-vous ça ? Je suis juste quelqu'un qui veut simplement travailler. » C'est alors qu'en plein marché, sous le regard d'une cinquantaine de personnes environ, se produit l'acte qui va embraser le Moyen-Orient : Hamdi gifle Bouazizi.

Humilié, Bouazizi se rend à la mairie de Sidi Bouzid pour se plaindre auprès d'un fonctionnaire. On lui répond : « Non, tout le monde est en réunion. Rentre chez toi et oublie ça. » Cependant, au lieu de laisser tomber, il retourne auprès des autres vendeurs et annonce son intention de protester contre l'injustice et la corruption en s'immolant par le feu. À 11h30, tenant parole, il s'asperge d'un liquide inflammable, saisit une allumette et prend feu.

Bouazizi s'immolant par le feu.

Les tentatives pour le sauver au moyen d'un extincteur qui ne marche pas échouent. On fait alors appel à la police qui, comme on pouvait s'y attendre, ne répond pas. Au bout d'une heure et demie, arrive enfin une ambulance. Bouazizi, qui survit à cette épreuve du feu, est finalement transféré vers un hôpital de grands brûlés près de Tunis.

À Sidi Bouzid, des heurts éclatent. Filmés et diffusés sur Facebook, ils provoquent des troubles à l'échelle locale puis nationale. L'agent Hamdi est arrêtée. Le 28 décembre, le président Ben Ali se rend à l'hôpital au chevet de Bouazizi, grièvement brûlé, puis reçoit sa famille dans le bureau présidentiel.

Le président Ben Ali s'est senti contraint de rendre visite à Mohammed Bouazizi à l'hôpital.

Le 4 janvier, Bouazizi meurt des suites de ses brûlures. Sesfunéraillesqui ont lieu près de Sidi Bouzid, attirent une foule impressionnante de 5000 personnes qui scandent : « Adieu, Mohammed, nous te vengerons. Aujourd'hui c'est nous qui te pleurons, demain nous ferons pleurer ceux qui t'ont fait mourir. » Sa tombe devient un lieu de pèlerinage.

Le souvenir de Bouazizi reste vivant.

Comme annoncé, Mohammed Bouazizi est effectivement vengé. Son acte de désespoir a d'ores et déjà conduit au renversement de deux tyrans (en Tunisie et en Égypte), provoqué deux guerres civiles (en Libye et au Yémen) et déstabilisé deux gouvernements (au Bahreïn et en Syrie). C'est grâce à internet que cet inconnu est entré dans l'histoire.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 10:30

 

 

Blague dans le style Obama : Je conitnue de prier pour une paix entre Israël et ses voisins !!!

 

Nous nous espérons que ce Monsieur, par son incompétence, arrête de mettre le balagan dans la région

 

 - Obama continue "à prier" pour une paix entre Israël et ses voisins.

 

Le président des Etats-Unis Barack Obama a affirmé vendredi continuer "à prier" pour une paix entre Israël et ses voisins et réitéré son soutien à la sécurité de l'Etat hébreu dans un message à l'occasion de la Pâque juive.


Célébrée lundi prochain, la Pâque, "avec ses riches traditions et rites, dit à chaque génération de se souvenir de son passé, tout en appréciant la beauté de la liberté et la responsabilité qu'elle induit", a écrit M. Obama dans ce message adressé "à tous ceux qui célèbrent la fête sacrée de la Pâque".


"Cette année, ces instructions anciennes se reflètent quotidiennement dans les titres de la presse, au moment où nous sommes les témoins d'histoires modernes de transformation et de libération en train de se produire au Moyen-Orient et en Afrique du Nord", a ajouté le président, en allusion aux révoltes populaires qui ont renversé les régimes tunisien et égyptien, et font encore rage au Yémen, en Libye ou en Syrie.


"Sur fond de changement, nous continuons à prier pour une paix entre Israël et ses voisins, tout en réitérant notre engagement durable à la sécurité d'Israël", a-t-il affirmé.


Mercredi, le porte-parole du département d'Etat, Mark Toner, avait assuré que les Etats-Unis allaient "mieux se concentrer" sur leurs efforts de paix au Proche-Orient.


La dernière tentative américaine de relancer le dialogue israélo-palestinien en vue d'une solution à deux Etats est enlisée depuis septembre dernier, et le refus d'Israël de reconduire un gel de la colonisation dans les territoires occupés.


La secrétaire d'Etat, Hillary Clinton, a annoncé mardi une prochaine définition de la politique américaine dans la région par le président Obama.


M. Toner a toutefois laissé entendre qu'il s'agirait plus de "redoubler d'efforts", selon ses termes, en vue de ramener les parties aux négociations, que de prendre une nouvelle initiative à proprement parler.

.la-croix.

Partager cet article
Repost0
17 avril 2011 7 17 /04 /avril /2011 10:09

 

N.Elgrably-Levy-copie-1.jpg

 

Elections Canada - Pollution électorale

Par Nathalie Elgrably-Lévy

© 2011 www.aschkel.info

 

 

À chaque élection, il y a des incontournables. Le débat des chefs et l’avalanche de promesses en sont des exemples. Il y a aussi les lamentations quant au faible taux de participation lors du vote, particulièrement chez les jeunes. Certes, à peine 58,8 % des Canadiens s’étaient présentés aux urnes lors des élections de 2008, ce qui constitue le taux le plus bas de l’histoire du pays. 


Pour contrer le phénomène, les candidats, les médias et les intervenants de tout acabit nous encouragent à aller voter. Élections Canada y va de son slogan « Voter, c’est choisir son monde », tandis que des vedettes, comme la chanteuse Nelly Furtado et le groupe montréalais Arcade Fire, nous font la morale et nous conjurent de faire notre « devoir de citoyen ». Pour faire passer le message, on nous culpabilise en insistant sur le fait que nos ancêtres se sont battus pour le droit de vote, que des millions de personnes dans le monde en sont encore privées, que voter est la quintessence de l’implication sociale, qu’il y va de la santé de la démocratie, etc.


Soyons clairs. Voter, c’est donner son appui à un candidat qui prendra ensuite des décisions qui influenceront nos vies. Il s’agit donc d’un geste important qu’il est nécessaire de prendre au sérieux.  Si tous les électeurs prenaient la peine de se renseigner sur les partis et leurs candidats, si chaque vote était le produit d’une réflexion et d’un choix éclairé, l’acte de voter prendrait tout son sens et il serait alors justifié de l’encourager.


Or, comme la politique ne pourra jamais intéresser tout le monde, il y aura toujours des électeurs peu informés qui choisiront un candidat en ignorant presque tout de lui et de sa plateforme. S’il est bon de voter, tous les votes ne sont donc pas nécessairement bons. Certains peuvent même constituer une forme de pollution électorale. Il ne s’agit pas de blâmer les électeurs qui ne suivent pas la politique, mais simplement de souligner une réalité. Cependant, de ce constat découle une question qui mérite d’être posée : en quoi la démocratie est-elle avantagée lorsqu’on encourage le vote d’électeurs qui ignorent tout des enjeux électoraux et qui sont plutôt indifférents quant à l’issue de l’élection? Veut-on vraiment que la destinée du pays soit influencée par des électeurs qu’on a harcelés pour qu’ils se présentent aux urnes et qui finiront par choisir un candidat en fonction de leur humeur du moment?


Bien entendu, il est hors de question d’empêcher qui que ce soit de faire entendre sa voix. Par contre, peut-on cesser de solliciter la participation de ceux qui n’apprécient pas suffisamment la politique pour se renseigner convenablement? On ne doit pas participer au processus électoral uniquement pour le principe de poser un geste qui symbolise la démocratie.


Voter n’est pas une obligation, c’est un droit. C’est aussi le seul moment où le simple citoyen peut influencer la gouvernance. D’ailleurs, ne nous répète-t-on pas que chaque vote compte? Si tel est le cas, l’action citoyenne ne doit pas se limiter à cocher un nom sur un bulletin de vote sans trop savoir pourquoi. Par respect pour la démocratie, pour le processus électoral, et pour l’ensemble de la population, quiconque entend se prévaloir de son droit de vote a le devoir moral de s’informer correctement. En revanche, celui qui se désintéresse de la politique a raison de s’abstenir de voter, et on ne devrait pas tenter de le convaincre du contraire!

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 13:55

Comme nous venons de le dire, les Cercles diplomatiques occidentaux, notamment français par alliance et lointains réseaux depuis toujours, sont les complices des massacres des clans maffieux-terroristes syriens. Le Quai d'Orsay devra en payer la facture... ou, changer, une fois encore, son fusil d'épaule! :

Les témoignages sont accablants, la Diplomatie Française se fait porte-parole du Tyran contre son peuple, contre les journalistes étrangers (Reuters) et pour le "recoupement des tuyaux crevés" de la Moukhabarat tortionnaire...

Eric Chevallier, proche du Satrape Rami Makhlouf, dont les avoirs sont gelés aux Etats-Unis.

 

Lire l'Editov : Israéliens, Saoudiens, Libanais, mis au poteau d’exécution par Assad

 

MEMRI Middle East Media Research Institute

 

Dépêche   fr. n° 246

 

L´ambassadeur de France en Syrie défend Bashar Al-Assad

 

Eric Chevallier : les médias amplifient les événements en Syrie

 

Le 14 avril 2011, le journal syrien Al-Watan publie l´information suivante : Lors d´une conférence sur l´eau et l´énergie qui s´est tenue le 13 avril 2011 à l´hôtel Sheraton de Damas, en présence de 17 grandes entreprises françaises, l´ambassadeur de France en Syrie, M. Eric Chevallier, a accusé les médias d´amplifier les événements en Syrie. Il a estimé que les amis devaient se soutenir mutuellement en ces temps difficiles et que le peuple syrien, qui traversait l´une des périodes les plus difficiles de son histoire, avait besoin de vrais amis pour lui apporter leur soutien.

 

Il s´est déclaré très heureux de la présence des sociétés françaises en Syrie, les a remerciées pour leur appui en cette période difficile et a appelé au renforcement des liens entre la France et la Syrie.[1]

Eric Chevallier : Il faut donner du temps au président syrien

Le jour même, Georges Malbrunot rapportait sur son blog du Figaro[2] : "Les télégrammes diplomatiques envoyés par l’ambassadeur de France en Syrie, Eric Chevallier, suscitent de nombreuses critiques au Quai d’Orsay… ´Eric Chevallier explique qu’il faut donner du temps au président syrien, et qu’il ne faut pas exclure que des mains étrangères soient derrière les manifestations´, ajoute un autre diplomate de haut-rang…

Un autre grief est adressé à Eric Chevallier… L’ambassadeur a invité à déjeuner à la résidence de France Rami Makhlouf, le cousin de Bashar al-Assad, connu pour être ´la pompe à finances´ du régime baassiste, et dont le nom est régulièrement conspué par les manifestants… L’administration américaine a gelé depuis 2006 les avoirs de Rami Makhlouf aux Etats-Unis. Le cousin germain de Bashar al-Assad possède la compagnie de téléphonie Syriatel, une compagnie aérienne, les boutiques ´Free taxe´ aux postes frontières du pays, et il est également le représentant d’une importante société française en Syrie… En fait, c’est le président Bashar al-Assad, qui lors de s a présentation des lettres des créances à l’automne 2009, lui aurait soufflé d’ ´élargir le cercle des gens que l’ambassadeur de France devrait recevoir."

"Il se serait fait le porte-parole du régime, prétendant que les révoltes de Deraa et Lattaquié sont manipulées depuis l´étranger et que les médias mentent sur la réalité"

Ce n´est pas la première fois que les positions que M. Eric Chevallier suscitent la polémique ; un article de Sadik H. homme d´affaires franco-syrien établi en Syrie, paru le 4 avril 2011 sur Rue 89[3], rapportait les faits suivants : "L´ambassadeur de France [Eric Chevallier] a convoqué cette semaine le personnel diplomatique et consulaire et, d´après des témoins, a dévoilé une position inquiétante. Il se serait fait le porte-parole du régime, prétendant que les révoltes de Deraa et Lattaquié sont manipulées depuis l´étranger et que les médias mentent sur la réalité, il aurait d´ailleurs mis sur le compte du manque de professionnalisme le renvoi du directeur de l´agence Reuters par les autorités."

Eric Chevallier : "des ressortissants non-syriens, sans être majoritaires, sont impliqués dans ces combats"

Le lendemain, l´ambassadeur de France adressait une réponse au site d´information, où il démentait les propos qui lui avaient été attribués[4] : "…concernant les événements de Deraa… J´ai clairement souligné les responsabilités des forces de sécurité, et ne me suis pas prononcé sur l´hypothèse d´une participation étrangère… concernant la situation à Lattaquié… J´ai évoqué, sur la base de très nombreux éléments collectés de sources différentes et fiables, que des ressortissants non-syriens, sans être majoritaires, étaient impliqués dans ces combats…  j´ai indiqué, que, contrairement à des informations diffusées notamment sur la base d´une dépêche de l´agence Reuters, il n´y avait pas eu trois morts dans la commune de Mou´adamiyeh, dans les environs de la capitale. Et j´ai indiqué que nous avions confirmation que l´auteur de la dépêche lui-même ne reprenait plus cette information à son compte.

J´ai aussi corrigé d´autres informations erronées, tout en soulignant que j´étais intervenu auprès des autorités syriennes pour que les journalistes étrangers puissent être beaucoup plus nombreux pouvoir travailler en Syrie…"

 
 
Pour adresser un email au MEMRI ou faire une donation, écrire à : memri@memrieurope.org.

 

Pour consulter l´intégralité des dépêches de MEMRI en français et les archives, libres d´accès, visiter le site www.memri.org/french.

 

Le MEMRI détient les droits d´auteur sur toutes ses traductions. Celles-ci ne peuvent être citées qu´avec mention de la source.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
15 avril 2011 5 15 /04 /avril /2011 09:31

Sénat américain : résilier le rapport Goldstone

Il y a 46 minutes - Juif.org
Sénat américain : résilier le rapport Goldstone
Le sénat américain a approuvé jeudi a l’unanimité une résolution qui demande a l’organisation des Nations Unies d’annuler le rapport Goldstone sur l’opération Plomb Durci dans la bande de Gaza en décembre 2008 et janvier 2009.
 
La résolution invite le conseil des droits de l’homme « à tenir compte du revirement de l’auteur sur les principales conclusions du rapport Goldstone, d’annuler le rapport, et de reconsidérer les autres actions du conseil en ce qui concerne les conclusions du rapport. »
 
La résolution invite le secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, à faire « tout ce qui est en son pouvoir pour remédier aux dommages causés a la réputation d’Israël » et de « reformer » le conseil des droits de l’homme, de sorte qu’il arrête de régulièrement critiquer Israël de manière injuste et disproportionnée.
 
Plus tôt jeudi, trois co-auteurs du rapport ont déclaré qu’ils se tiennent fermement derrière leur travail, et ont rejeté les récents appels à réexaminer ou à rétracter le document.
 
« Le rapport contient des conclusions faites après un examen diligent, indépendant et objectif de l’information liée aux événements faisant partie de notre mandant, et une évaluation minutieuse de sa fiabilité et de sa crédibilité, » ont-ils dit. « Nous nous tenons fermement derrière ces conclusions, » a écrit le trio dans une lettre publiée dans le journal The Guardian.
 
Les trois membres de la commission, l’avocat pakistanais Hina Jilani, l’anglaise Christine Chinkin (aussi de nationalité australienne) et le colonel (en retraite) Desmond Travers (Irlande), se sont exprimés après que leur ancien président, le juge Richard Goldstone, ait écrit un article dans le Washington Post le 1er avril en disant que « si j’avais su alors ce que je sais maintenant, le rapport Goldstone aurait été une autre document ».
 
Dans cet article, Goldstone a écrit que le rapport a, à tort, accusé Israël de cibler intentionnellement des civils à Gaza durant l’opération Plomb Durci.
 
Il a aussi écrit qu’Israël avait enquêté, de manière transparente et de bonne foi, sur les allégations formulées dans le rapport Goldstone, alors que le Hamas « n’a rien fait ».


Partager cet article
Repost0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 15:14

 

 

Dossier chantage et etat palestinien

 

BANN PEREZ

 

Qu’adviendra t-il suite à l’Assemblée Générale annuelle onusienne de 2011 ?

Victor Perez

 

A entendre les observateurs et politiques israéliens de gauche, l’Assemblée générale prochaine de l’ONU sera un « désastre » pour l’état d’Israël. La reconnaissance de la ‘’Palestine’’ dans les « frontières de 1967 » sera, paraît-il un « tsunami politique » pour l’état juif qui sera, alors, considéré légalement comme ‘’occupant’’. D’où la décision de Benjamin Netanyahou, selon le quotidien de gauche Haaretz, d’envisager des concessions pour tenter de contrer la résolution à venir. Des concessions qui seront, de toute façon, jugées insuffisantes par l’Autorité palestinienne.

 

Admettons, pour l’exercice, que ce nouvel état soit, finalement, reconnu par la communauté nationale.

Pourrait-on alors concevoir que l’Onu, et à travers cette organisation les Occidentaux ‘’épris’’ de justice, de droits de l’homme et de valeurs universelles, exige un retrait israélien sans autres formalités et accepte, par exemple, l’idée d’un état judenrein ?

Est-il imaginable qu’il soit dit que la veille ville, et donc le premier lieu saint du judaïsme, passe aux mains ‘’palestiniennes’’ et ne sois plus d’accès libre aux Juifs ? 

Est-il concevable que la sécurité de l’état juif soit entre les mains du Hamas entre autres ?

Est-il plausible de voir exiger, de surcroît, d’'Israël un couloir unissant les deux rives de la ‘’Palestine’’ ?

 

Sauf à prendre parti ouvertement contre l’état juif, et donc faire acte d’antisémitisme, ces quelques questions non exhaustives démontrent que suite à cette décision onusienne, la seule démarche réaliste restera encore la négociation directe. Et au vu du gain majeur ‘’palestinien’’ obtenu par cette résolution, la communauté internationale sera donc contrainte de se pencher sérieusement sur les revendications israéliennes afin que la ‘’Palestine’’ ne soit plus un « territoire occupé ».

 

A commencer par les frontières définitives, qui devront être « sûres », et les grands blocs d’implantations. Les Israéliens seront alors en force pour exiger leurs pleines propriétés au grand dam des ‘’palestiniens’’ qui s’y refusent. En effet, qui s’avisera d’exiger le démantèlement de villes comme Ariel contenant plusieurs milliers d’habitants ?

 

La sécurité ne saurait, quant à elle, être confiée à d’autres qu’aux Forces de Défenses Israéliennes. Les forces internationales, s’étant retirées de la bande de Gaza en courant en 2007 ou se montrant incapables d’empêcher le Hezbollah de se réarmer, confirmeront cette nécessité vitale pour la pérennité de l’état juif.

 

Tout retrait territorial d’Israël sera également conditionné à une déclaration admettant la fin du conflit, par sa reconnaissance comme état du peuple juif et par l’abandon de l’exigence d’un retour de « réfugiés » en son sein. Qui s’avisera, là encore, d’imposer à l’état juif une immigration forcée ? De surcroît de plusieurs dizaines de milliers d’individus, étrangers à la culture du pays et revanchards !

 

On le voit, au moins sur tous ces sujets, les ‘’Palestiniens’’ devront céder s’ils désirent jouir librement de leur état. Ce qui sera, alors, considéré comme un échec par l’oumma au vu de leur refus permanent de l’existence d’un état à caractère juif.

 

Ne doutons pas que les ‘’Palestiniens’’ tenteront, face à ce dilemme, de pousser les puissances à contraindre Israël, par des sanctions, des résolutions et des procès à la cour internationale de se retirer tout simplement. Une troisième intifada pourra même être envisagée pour ce faire.

 

Un retrait unilatéral toutefois très difficile à imaginer, sauf à voir les opinions occidentales, notamment le peuple américain, accepter l’éradication programmée de l’état juif. Et cela reste, pour le moment, encore de la science fiction

 

Le peuple israélien étant dans sa très grande majorité pour une ‘’’Palestine’’ à ses côtés et non pas à sa place ne doit pas s’inquiéter outre mesure de la future décision onusienne. La balle sera alors dans le camp ‘’palestinien’’. 

 

A eux, et à eux seuls, de prouver, alors, qu’ils sont réellement pour « deux états pour deux peuples ». Ce qui est loin d’être le cas actuellement.

 

Victor PEREZ ©

Partager cet article
Repost0
13 avril 2011 3 13 /04 /avril /2011 10:06

 

http://www.israelvalley.com

ISRAELVALLEY. LOVE STORY ISRAËL-GRECE. UN CONSEIL DES MINISTRES COMMUN GRÈCE-ISRAËL AURA LIEU EN MAI À JERUSALEM, PRÉSIDÉ PAR LES PREMIERS MINISTRES PAPANDRÉOU ET NETANYAHU.

APR 201112

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Tourisme
Publié le 12 avril 2011

 

Les Premiers Ministres Papandréou et NetanyahuSignature d’un Protocole de coopération touristique Grèce-Israël. Un Protocole gréco-israélien de coopération touristique a été signé cette semaine au Musée de l’Acropole entre le ministre de la Culture et du Tourisme, Pavlos Geroulanos, et son homologue israélien, Stas Misezhnikov, en visite en Grèce. MM. Geroulanos et Misezhnikov se sont engagés à renforcer et à augmenter les flux touristiques entre la Grèce et Israël, ainsi qu’à soutenir par tous les moyens la ligne aérienne directe Tel Aviv-Thessalonique, assurée par la compagnie “Flying Carpet”.

Pour ce qui est de la branche de la croisière, les deux ministres s’engagent à encourager les autorités publiques et privées impliquées, afin d’avoir des profits mutuels. Notons que 50.000 visiteurs israéliens avaient choisi la croisière pour visiter la Grèce en 2010.

Concernant le tourisme religieux, MM. Geroulanos et Misezhnikov sont convenus de créer des “itinéraires spéciaux”, ainsi que plus généralement de fournir des facilités aux agents de voyage souhaitant s’activer dans diverses formes de tourisme présentant une demande et ayant un intérêt commun pour les deux pays.
Le tourisme culturel a aussi figuré à l’agenda, puisque la Grèce et Israël constituent, selon les ministres, un “pont” de grande valeur culturelle dans tout le bassin oriental de la Méditerranée.

De plus, il a été convenu de la création de “paquets touristiques” communs aux deux pays, lesquels s’adresseront à des marchés, tels que la Russie, la Chine, l’Inde, les Etats-Unis et le Japon. Le Protocole de coopération met l’accent également sur l’importance des investissements dans le secteur du tourisme, d’où la nécessité d’une collaboration étroite axée sur une information constante concernant les opportunités d’investissement dans les deux pays.

Les deux ministres annonceront prochainement la 4e commission mixte sur la coopération touristique, qui se tiendra en Israël.

Rappelons qu’un Conseil des ministres commun Grèce-Israël aura lieu en mai à Jerusalem, présidé par les premiers ministres des deux pays, MM. Papandréou et Netanyahu. Le resserement d’une coopération Grèce-Israël déjà étroite dans le secteur du tourisme est évidente, bien que l’année dernière les arrivées en provenance d’Israël ont enregistré une hausse de 57% par rapport à 2009, et une augmentation moyenne de 18% en janvier 2011 et de 33% en fevrier 2011.

A partir du 15 mars, la companie “Flying Carpet” effectue des vols direct desservant la ville de Thessalonique, lesquels se multiplieront à l’occasion de la Pâque juive. Sont prévus également pour Paques orthodoxe des vols à destination des îles de Rhodes (Dodécanèse) et de Crète (Sud de l’Egée), ainsi que Kos, Santorin (Cyclades) et Corfou (mer Ionniène).

Source: http://web.ana-mpa.gr/anafrench/articleview1.php?id=12771

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 17:46

 

Politiquement-incorrect-en-France-copie-1.jpg

Merci Gabriel, 

 

 

LA FRANCE EST-ELLE DEVENUE LE  BRAS ARME DE L’ONU ?

 

Par Gabriel Lévy

pour © 2011 www.aschkel.info

11 avril 2011

 

On nous répète à satiété que la France ne fait pas la guerre, ni en Côte d’Ivoire, ni en Lybie, ni ailleurs ; qu’elle exécute les missions que l’ONU lui confie.

 

Ainsi, il ne lui suffisait plus d’être l’un des trois ou quatre premiers contributeurs financiers au fonctionnement de cette institution, elle lui fournit aussi notre armée.

 

Or, il n’y a rien de glorieux à se mettre au service d’une institution non démocratique, partisane, impuissante, mais toujours perverse.

 

Non démocratique :

·         un pays, une voix, c’est ainsi que la voix du sultanat du Brunei vaut celle de la France,

·         moins d’un tiers des pays qui y sont représentés disposent d’un régime démocratique,

·         un organisme supranational à fondement religieux (Organisation de la Conférence Islamique) dispose du vote de 57 états sur 192,

·         Mahmoud Ahmadinejad, ne s’y est pas trompé, quand, sous un tonnerre d’applaudissements, il a dit à l’occasion de la sortie des pays démocratiques : "Ceux qui ont quitté la salle ne constituent qu'une petite minorité et une petite minorité peut-elle imposer sa loi aux peuples du monde ?"

·         la Commission des droits de l’homme de l’ONU a été dirigée par la Libye, et elle est en fait conduite par des états comme l’Iran, ou Cuba…. Elle ne sert qu’à promouvoir la haine entre des « Nations désunies » (1). Quant aux droits de la femme, leur persécution reste toujours violente…

Partisane :

·         l’assemblée générale de l’ONU obéit à des votes automatiques lorsqu’il s’agit de condamner, à tous propos et hors de propos, deux états,

·         elle prétend que le blasphème est un crime….

Impuissante :

·         la résolution « pétrole contre nourriture » n’avait permis que des malversations, au demeurant faites au profit d’un ambassadeur de France ;

·         les massacres au Darfour, au Congo, et dans tant d’autres pays n’ont jamais pris fin, les massacreurs ayant le champ libre malgré les inculpations inutiles du tribunal pénal international ;

·         la force FINUL au Liban, dont la France a suscité la création (résolution 1702)  et fourni le contingent de soldats le plus important, a couvert le réarmement prohibé du Hezbollah par la Syrie et l’Iran, et sa prise effective du pouvoir dans ce pays …

Nous avons bien compris la conséquence du « multilatéralisme » :désormais la politique étrangère de la France devra être au préalable soumise à l’approbation des institutions internationales, telles que l’ONU ou l’UE.

 

Et nous aurons en définitive  à choisir entre la paralysie et des actions contestables. Car pourquoi la Libye et la Côte d’Ivoire, et pas le Yémen, la Syrie et l’Iran, des pays qui, n’entendant pas les « conseils »  habituels de la France et du secrétaire de l’ONU prescrivant « d’agir avec modération », tuent allégrement leurs populations ?

 

Il est clair que nous faisons une guerre en Côte d’Ivoire, avec des moyens que la France se garde de qualifier, selon son expression coutumière, de « disproportionnés », celle qu’elle réserve aux pays qui défendent l’intégrité de leur territoire et la sécurité de leur population contre le terrorisme.

 

Cette guerre, comme toutes les guerres dites asymétriques, s’accompagne de victimes collatérales et de bavures. Ainsi « notre allié » ivoirien se livre-t-il aussi à des massacres que nous tentons de minimiser. Le spectre du Rwanda - M. Juppé était alors ministre des affaires étrangères - devrait nous inquiéter. Avons-nous fait à l’époque le bon choix et le faisons nous aujourd’hui ? Cette guerre a des causes à la fois tribales, ethniques et religieuses… mais, pour l’occident, « mieux vaut avoir tort avec Mahomet que raison avec Jésus » ?

 

1-      « Les Nations Désunies. Comment l’ONU enterre les droits de l’homme ». Malka Marcovich (2008).

Partager cet article
Repost0
12 avril 2011 2 12 /04 /avril /2011 11:25

 

 

 

 

Stephen HARPER nous répond

 

Chers lecteurs,

 

Haîm Ouizemann a écrit une lettre a Stéphen Harper en reconnaissance de son soutien à l'etat d'Israel et à ses citoyens.

>LETTRE DE RECONNAISSANCE A MONSIEUR STEPHEN HARPER PREMIER MINISTRE DU CANADA

 

Nous, habitants d'Aschékon et de la région, avons été particulièrement sensibles à ses déclarations amicales.

 

Les sites aschkel.infolessakeleradio-shalom.ca, et europe-israel par le biais de son président Jean-Marc Moskowicz avons proposé à 'Haim de se joindre à lui, et c'est ainsi que Dora Marrache a lu sa lettre sur les ondes de radio-Shalom Montréal.

Nous remercions Robert Lévy.Directeur de Radio-Shalom Montréal

 

une lettre a entête Aschkel.info/Lessakele et une autre au nom de l'association Europe-Israël ont été envoyées au premier ministre du Canada Monsieur Harper ainsi qu'à l'ambassade du Canada ici en Israel

 

 

 

Pour info nous avons écrit une Lettre à Ban Ki moon, le type, trop occupé a dénigrer Israël, n'a pas daigné nous répondre.

 

La marche sera encore longue et les hommes politiques et états qui prennent ce risque médiatique du soutien inconditionnel à Israël et sa population, chaque fois que leur existence est en danger doivent savoir que jamais les habitants de ce pays ne les abandonneront, car c’est pour eux, la défense et la promotion des valeurs démocratiques que nous nous battons.

 

Les hommes politiques réellement responsables sont trop rares en Occident et sont continuellement sous la pression d’agitateurs de BDS sur les campus. Comme ce fut le cas, l’autre jour, lors du passage du Dr Emmanuel Navon, dans le cadre d’une conférence sur la délégitimation d’Israël, à l’Université du Québec à Montréal .

 

les mots de Stephen Harper nous touchent et nous encouragent à poursuivre, jusqu’à ce que les infâmes campagnes de diabolisation, initiées à l’occasion du hoax mondial commis par le Juge Goldstone, soient retirées des instances de l’ONU et des espaces publics du véritable débat démocratique.

 

Ci-jointe la réponse du Premier Ministre Canadien Stephen Harper.

 

 

  reponse du premier ministre du Canada Stephen Harper a la l reponse du premier ministre du Canada Stephen Harper a la l

 

 

 

clique

Partager cet article
Repost0
3 avril 2011 7 03 /04 /avril /2011 16:17

Alassane Ouattara, « candidat élu par la ‘Communauté Internationale’ ».

Par Simon Frajdenrajch, analyste

Tout d’abord, cet extrait de dépêche dans Le Monde en ligne du jour :

LEMONDE.FR avec AFP | 03.04.11 | 08h21  •  Mis à jour le 03.04.11 | 09h48

http://www.lemonde.fr/afrique/article/2011/04/03/massacres-dans-l-ouest-les-pro-ouattara-mis-en-cause_1502414_3212.html#ens_id=1476585&xtor=RSS-3208

« Lundi, au lancement d'une offensive sur le sud qui les a conduits en quelques jours jusqu'aux bastions du président sortant Laurent Gbagbo à Abidjan, les Forces républicaines (FRCI, pro-Ouattara) ont attaqué Duékoué, carrefour stratégique de l'ouest. Après de très durs combats, la ville est tombée mardi aux mains des FRCI, mais vendredi soir, le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a créé un choc en annonçant, sur la base d'informations recueillies sur place, qu'"au moins 800 personnes" avaient été tuées à Duékoué dans cette seule journée. Il évoquait sans plus de précision des "violences intercommunautaires". »

Nous y voilà : il s’agit de « violences intercommunautaires".

M. Alassane Ouattara est certes un honorable ancien haut fonctionnaire du FMI (le même organisme que pilote DSK). M. Laurent Gbagbo est certes un potentat peu présentable.

Mais que personne ne vienne prétendre que les élections dans un pays d’Afrique subsaharienne (pas plus qu’en Afrique du Nord d’ailleurs !) se pratiquent aujourd’hui sur les bases démocratiques dans le sens où nous l’entendons dans nos pays d’Occident  où ce ne sont pas seulement des bulletins de vote qui sont décomptés, mais aussi une histoire politique qui donne du sens à la compétition entre les Partis et leurs candidats.

En Afrique – et après y avoir travaillé dix ans pour une industrie privée, je crois pouvoir en parler plus savamment que bien de nos journalistes – l’élection se fait sur une base TRIBALE : un village, une région, votent pour un candidat, non pas parce qu’il représente vos idées politiques et défend au mieux vos intérêts, mais parce qu’il appartient à votre CLAN, à votre TRIBU, voire à votre RELIGION.

Voilà pourquoi, lors des élections en République de Côte d’Ivoire (RCI), dans la moitié Nord du pays, musulman, toutes les voix sont allées à Alassane Ouattara – alors que dans le Sud, à majorité chrétienne et/ou animiste, les voix sont allées en majorité vers Laurent Gbagbo.

Que de chaque côté, il y ait eu ‘bourrage des urnes’, c’est une pratique tellement courante qu’il n’est même pas nécessaire d’y insister.

Mais le résultat de tout cela, c’est que l’autoproclamée « Communauté Internationale » s’est permis de s’immiscer dans cette élection truquée, en adoubant son candidat favori, sans s’occuper de savoir s’il était bien l’élu des urnes. Outre cet abus d’autorité, cette fameuse ‘Communauté Internationale’, innocemment ou bien de façon tout-à- fait volontariste selon moi, fait progresser la cause de l’islam du Nord vers le Sud de l’Afrique sub-sahélienne, comme cela s’observe également dans le pays le plus peuplé d’Afrique Noire, le Nigéria (120 millions d’habitants), presque limitrophe de la RCI.

Cette allégeance à la progression de l’Islam, partout en Afrique, mais aussi en Europe, a quelque chose de préoccupant : nos dirigeants politiques ont tellement peur de déplaire aux communautés musulmanes implantées de fraîche date dans notre vieille Europe vermoulue, qui a oublié ses racines judéo-chrétiennes, qu’ils interdisent tout débat, notamment sur l’islam et la laïcité.

Dernier exemple en date de cette déférence du trouillomètre à zéro : la LICRA, à laquelle j’ai appartenu jadis, ô brièvement, qui appelle le président de la République à annuler le débat réduit à  deux heures, voulu par J.F. Copé à l’Assemblée.

Au-delà de la France, cette peur de l’islam a gagné la majorité des pays d’Europe de l’Ouest, GB et Allemagne comprises. Mais aussi hélas les USA, que l’on pouvait croire demeurés le dernier bastion de l’Occident.

La politique étrangère des USA depuis l’installation de Barack Obama à la Maison Blanche permet d’affirmer que le 44ème président de la 1ère puissance du monde est un crypto-musulman qui fait tout son possible pour abaisser le rang de son pays, et ouvrir les vannes à la conquête du monde par l’islam et ses hordes.

Ce ne sont pas seulement sa filiation – né d’un père musulman kényan – et son éducation – plusieurs années passées dans une madrassa à apprendre la récitation du coran en d’Indonésie, d’où est issu le second mari de sa mère. C’est aussi sa fréquentation pendant 20 ans d’un pasteur un peu particulier à Chicago, qui terminait tous ses sermons par « God Damn America » (‘Que D.ieu maudisse l’Amérique’ !) plutôt que « God Bless America’ comme il se doit.

Ce long conditionnement n’a pas pu ne pas laisser de traces. Mais Barack Obama est un homme supérieurement intelligent : il sait que son programme de sape de l’Amérique et de destruction de l’Occident, pour y substituer le règne de l’islam, ne peut pas s’accomplir en un seul mandat, ni sans tromperie.

Les exemples de sa complaisance envers les pires régimes du monde islamique montrent la direction qu’il veut imprimer à la politique étrangère des USA, et le coup de barre sur notre civilisation.

Entre autres exemples :

Les diverses flatteries dont il entoure le régime de la mollahcratie génocidaire iranienne, plutôt que d’aider vigoureusement l’opposition démocratique à renverser ce régime féroce et génocidaire.

Le retour d’un ambassadeur en Syrie AVANT la mise en place de la cour internationale de justice qui doit statuer sur les responsabilités dans l’assassinat de l’ancien Premier ministre libanais Rafik Hariri, et la courte échelle faite au Hezbollah pour s’emparer des leviers du pouvoir au Liban, autrefois pilier de l’Occident au Proche-Orient. 

Ses courbettes très déférentes lors de sa visite au roi d’Arabie saoudite : on n’en ferait pas plus devant le Pape.

Son ‘discours du Caire’ au monde musulman, pleine de pommade, d’onguents et de déférence, sans jamais demander de compte sur la responsabilité de ce monde arabe dans le terrorisme international.

Obama est assez orgueilleux pour se prendre pour une espèce de nouveau Messie, pas moins.

Pourrons-nous l’arrêter à temps ?

Sommes-nous conscients qu’en parlant au nom d’une soi-disant ‘Communauté Internationale’, nos dirigeants ne sont que des pantins apeurés qui parviennent à nous faire prendre les vessies pour des lanternes, et à armer le bras de tyrans encore plus désastreux que ceux qu’ils prétendent remplacer.

Le règne de l’islam doit-il s’installer pour plusieurs siècles de ténèbres et de sharia, comme la « très Sainte Inquisition » instaurée au milieu du XIVème siècle, qui ne recula qu’à l’époque des ‘Lumières’, soit quatre longs siècles plus tard. L’inquisition ne fut abolie officiellement que vers 1850…

Est-ce de cela que nous rêvons pour nos petits enfants ? N’avons-nous pas la responsabilité de nous battre pour leur éviter ces malheurs ? 

Simon Frajdenrajch, le 03 avril 2011

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis