Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 08:55

 

L'Arabie saoudite
17:45 05/03/2011
LE CAIRE, 5 mars - RIA Novosti

L'Arabie saoudite a interdit tous les rassemblements de protestation et manifestations, annonce samedi la télévision d'Etat, se référant au ministère saoudien de l'Intérieur.

Les forces de l'ordre prendront toutes les mesures pour empêcher de violer l'ordre public, lit-on dans le communiqué du ministère qui réaffirme l'interdiction de manifester.

La révolte dans le monde arabe gagne timidement l'Arabie saoudite, surtout l'est à majorité chiite du pays, où se concentre essentiellement la production pétrolière du premier exportateur mondial de brut. Les chiites constituent environ 10% de la population du royaume sunnite.

Se plaignant de marginalisation, ils ont récemment défilé en petit nombre contre le pouvoir, en réclament l'instauration d'une monarchie constitutionnelle en lieu et place d'une monarchie absolue.

Ces derniers mois, nombre de pays du Proche-Orient et d'Afrique du Nord sont embrasés par de violentes protestations populaires contre les régimes en place. Ce soulèvement a déjà balayé les régimes tunisien et égyptien.

Des troubles massifs se poursuivent à présent au Yémen. Des manifestations antigouvernementales se sont aussi déroulées en Algérie, au Bahreïn, en Irak, en Jordanie, au Maroc et en Oman.

Des accrochages particulièrement acharnés entre les opposants du régime et l'armée, épaulée par des mercenaires africains, ont eu lieu en Libye où, selon les ONG et les médias, on pourrait déjà compter jusqu'à 6.000 victimes.

 

 


L'Arabie saoudite prévient qu'elle ne tolérera pas de manifestations

LEMONDE.FR avec Reuters | 05.03.11 | 20h31

lemonde.fr


Les autorités saoudiennes ont fait savoir, samedi 5 mars, qu'elles ne toléreraient aucune manifestation à la suite des rassemblements limités qui se sont produits ces derniers jours dans le royaume. "La législation du royaume interdit totalement toutes sortes de manifestations, marches et sit-in", a rappelé le ministère de l'intérieur, précisant que les forces de sécurité étoufferaient toutes formes de troubles à l'ordre public.

Au cours des derniers jours, des manifestants membres de la minorité chiite ont défilé dans l'est de la péninsule et, selon des opposants, une petite manifestation – fait rare – s'est déroulée vendredi dans une mosquée de Ryad. Les chiites, qui habitent pour la plupart dans l'est, contigu de Bahreïn où leurs coreligionnaires se révoltent depuis des semaines contre la dynastie sunnite, se plaignent de discriminations et réclament la libération de détenus incarcérés sans jugement.

LARGE COALITION

A la fin du mois dernier, peu avant son retour après trois mois de soins et de convalescence aux Etats-Unis et au Maroc, le roi Abdallah a annoncé pour 37 milliards de dollars de mesures sociales pour apaiser la grogne.

Premier exportateur mondial de brut, le royaume wahhabite n'affronte pas un mécontentent comparable à celui qui a emporté depuis le début de l'année les autocrates tunisien Zine El-Abidine Ben Ali et égyptien Hosni Moubarak. Mais le principal allié des Etats-Unis au Moyen-Orient n'est pas épargné par l'agitation qui balaye le monde arabe et affecte, outre la Libye, ses alliés traditionnels que sont le Yémen, Bahreïn, la Jordanie et Oman.

Une pétition sur Facebook en faveur de manifestations a recueilli plus de 17 000 adhérents. Une coalition large de libéraux, islamistes modérés et chiites réclame des élections dans un pays qui ne dispose pas de Parlement élu.

Partager cet article
Repost0
6 mars 2011 7 06 /03 /mars /2011 08:52

 


 

 

Bahreïn: les manifestants encerclent la capitale
20:25 05/03/2011
MOSCOU, 5 mars - RIA Novosti


Des milliers d'opposants chiites ont formé un cercle autour de la capitale de Bahreïn, Manama, rapportent samedi les médias occidentaux.

Des hommes, des femmes et des enfants se tenant le bras ont encerclé Manama pour protester contre la discrimination des musulmans chiites. La police n'a pas tenté de disperser la manifestation, selon la source. 

Le royaume, peuplé à 75% de chiites et gouverné par une dynastie sunnite, est en proie depuis près de deux semaines à des troubles populaires d'envergure qui ont déjà coûté la vie à six manifestants. L'opposition chiite revendique plus de droits et un changement fondamental de la situation politique actuelle.

Un vent de protestation souffle depuis le début de l'année sur plusieurs pays du Proche-Orient et d'Afrique du Nord. Les troubles ont déjà provoqué la chute des régimes tunisien et égyptien.

Partager cet article
Repost0
4 mars 2011 5 04 /03 /mars /2011 07:50

USA - Sentiments mitigés après la rencontre entre Obama et les leaders de la communauté juive

 

 

www.israel-infos.net

 


par David Koskas

 
Le journal Jewish Telegraphic Agency a interrogé les Présidents des grandes associations juives invités à la Maison Blanche par Obama pour une réunion autour d'Israël, du processus de paix et des bouleversements qui traversent le Moyen-Orient.

D'après les leaders juifs, Obama a indiqué lors de la réunion que le Président de l'Autorité Palestinienne Mahmoud Abbas souhaite laisser une empreinte dans l'Histoire en édifiant l'État Palestinien, et qu'il serait prêt à accepter une offre décente si elle se présentait.

Il aurait ajouté que "les Palestiniens ne sont pas convaincus que le gouvernement Netanyahou soit sérieux au sujet des concessions territoriales", et que les parties juives de Jérusalem resteraient israéliennes dans tout accord de paix, mais que les parties arabes passeraient aux Palestiniens.

Les impressions des participants, aux affinités politiques diverses, diffèrent quant à la position d'Obama vis-à-vis d'Israël.

Plusieurs d'entre eux ont rapporté que le président américain a laissé entendre que l'avancement du processus de paix repose sur l'État hébreu, certain allant jusqu'à confier qu'ils ont ressenti une "énorme hostilité envers Israël".

Un des présidents juifs a même indiqué au Jewish Telegraphic Agency que "plusieurs personnes ont eu l'impression que leurs plus grandes peurs à propos d'Obama et Israël étaient confirmées".

D'autres invités ne partagent pas ces opinions, et ont qualifié la réunion de positive, trouvant Barak Obama "attentionné" et "ouvert" dans ses remarques. L'un d'entre eux a déclaré au journal que selon lui Obama "a affirmé à nouveau son soutien à Israël, et qu'il l'a fait plutôt bien". "Je ne pourrais interpréter aucune de ses paroles dans un sens anti-israélien ou même opposé à Israël", a-t-il ajouté.

Un des plus anciens présidents d'association a résumé ainsi les différences d'opinion de ses collègues : "Les gens qui aimaient Obama vont probablement continuer à l'aimer, et ceux qui avaient des réserves à son sujet ont auront probablement davantage".

Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 21:16

 

http://www.20minutes.fr

Les diplomates du Conseil de Sécurité de l'ONU votent une résolution sur la situation en Libye, lors d'une réunion à New York, le 26 février 2011.

Les diplomates du Conseil de Sécurité de l'ONU votent une résolution sur la situation en Libye, lors d'une réunion à New York, le 26 février 2011. REUTERS/ JOSHUA LOTT

DÉCRYPTAGE - A côté de l'option militaire, d'autres choix s'offrent aux occidentaux pour faire pression sur le régime de Kadhafi...

Il faut, selon les ministres des Affaires Etrangères anglais et français, faire «tout ce qui est en leur pouvoir pour augmenter la pression sur le régime Kadhafi et parvenir à mettre fin à la violence». Mais quelles sont les options dont dipose la communauté internationale pour peser face à Mouammar Kadhafi, qui a réaffirmé mercredi que «le sang coulerait à flot en cas d’intervention étrangère sur le sol libyen»? 20minutes.fr fait le point.

L’action militaire, en discussion, possible mais pas imminente

La communauté internationale, principalement les membres de l’Otan, mais également d'autres pays alliés des Etats-Unis, discutent d'options militaires concernant la Libye. Cependant, si des bâtiments de l’US Navy sont sur zone, le département d'Etat n'a toujours pas fait de demande d'intervention, et les navires pourraient n'être utilisés que pour escorter un effort humanitaire. Car non seulement les Etats-Unis ne sont pas prêts à envahir la Libye comme ils l’ont fait en Irak, indique Bruno Tertrais, chercheur à la Fondation pour la recherche stratégique, mais en plus de nombreux alliés sont contre l’option militaire.

Ainsi, «la France, pour ce qui la concerne, ne pense pas que dans le contexte actuel une intervention militaire des puissances de l'Otan serait bien reçue au sud de la Mediterranée et qu'elle pourrait être contre-productive», a estimé ce jeudi Alain Juppé. Idem du côté de l’Allemagne. Son ministre des Affaires Etrangères, Guido Westerwelle, a indiqué: «Nous ne participerons pas et nous ne débattrons pas d'une intervention militaire.»

La zone d’exclusion aérienne en débat

Pire, il a ajouté que l’Allemagne estimait que la situation n'était pas mûre pour décider de l'imposition d'une zone d'exclusion aérienne en Libye, ou «no fly zone», c’est-à-dire l’interdiction de vol de l’aviation de Kadhafi pour éviter les attaques contre les révolutionnaires et/ou les civils. La Ligue Arabe a également dit être  opposée à une intervention militaire directe, mais a indiqué mercredi qu’elle était partisane de la mise en place d’une zone d'exclusion au-dessus de la Libye, en coordination avec l’Union Africaine. La France et la Grande-Bretagne ont pour leur part indiqué ce jeudi qu’elles étaient d'accord pour oeuvrer à la planification d'une zone d'exclusion aérienne dans le pays, «compte tenu des menaces brandies par le colonel Kadhafi» et «si la menace de l'utilisation de la force contre les populations se concrétisait au cours des prochains jours».

Le ministre anglais des Affaires étrangères, William Hague, a toutefois souligné qu'il ne s'agissait pour le moment que de «préparatifs», et non d'un feu vert pour lancer une telle opération. En effet, la mise en place d’une «no fly zone» suppose le déploiement d’un dispositif militaire conséquent, difficile alors que certains sont engagés sur d’aurtes fronts, dans le contexte de crise économique et de restriction budgétaire. De plus, de hauts responsables militaires américains ont indiqué que la mise en place d'une zone d'exclusion aérienne serait «extraordinairement compliquée». Une résolution émise par les Nations Uniespermettrait d’obtenir un soutien juridique, mais la Chine et la Russie y sont opposées.

La piste de la médiation vénézuélienne

Autre piste, à laquelle le leader libyen a donné ce jeudi son accord: l’offre du président du Venezuela Hugo Chavez, sont principal allié en Amérique Latine, qui se propose de mettre en place une médiation avec les révolutionnaires libyens pour résoudre la crise politique que connaît le pays. Le ministre venezuelien des Affaires Etrangères, Nicolas Maduro, aurait discuté de l’offre avec Amr Moussa, le dirigeant de la Ligue Arabe. Ce «plan» incluerait des émissaires d’Amérique Latine, d’Europe et du Moyen-Orient pour atteindre un compromis entre les deux parties.

Problème: Mustafa Abdel Jalil, désormais à la tête du pendant politique des révolutionnaires, a indiqué qu’il refusait totalement l’idée de discussions avec Kadhafi. Et Paris et Londres ont également rejeté la proposition, le ministre français des Affaires Etrangères Alain Juppé indiquant: «Ce que nous demandons, c'est que (le colonel Kadhafi) s'en aille (...) Une médiation visant à permettre au colonel Kadhafi de se succéder à lui-même n'est évidemment pas la bienvenue.»

La pression juridique

Ultime atout de la communauté internationale, juridique celui-là, suggéré par  Hasni Abidi, directeur du Centre d'études et de recherche sur le monde arabe et méditerranéen (Cermam)  à Genève et professeur invité à Paris 1: lancer une enquête sur l’attentat de Lockerbie et demander l’arrestation de Mouammar Kadhafi, après les révélations de l'ancien ministre libyen de la Justice Mustafa Abdel-Jalil, qui a affirmé que Kadhafi avait personnellement ordonné l'attentat de 1988.

Le colonel Kadhafi, ses fils et les membres de son premier cercle pourraient également être tenus pour responsables des crimes commis par leurs forces de sécurité, selon le procureur de la Cour pénale internationale (CPI), Luis Moreno-Ocampo, qui a ajouté que la CPI devrait délivrer ses mandats d'arrestation dans quelques mois.

 Bérénice Dubuc
Partager cet article
Repost0
3 mars 2011 4 03 /03 /mars /2011 21:13
Tunisie : Foued Moubazaa annonce des élections en juillet
jeudi 3 mars 2011 - 20h15
Logo MédiArabe.Info

http://mediarabe.info

Dans un discours retransmis par la télévision « Al Arabiya », le président intérimaire tunisien, Foued Moubazaa, convoque les Tunisiens à élire le Conseil national constitutif, un scrutin qui aura lieu le 24 juillet 2011. Le Conseil aura la mission de rédiger une nouvelle constitution. Cette en gage la Tunisie dans une période transitoire, en totale rupture avec le passé, affirme Moubazaa. Le président invite les Tunisiens à se remettre au travail, pour redresser le pays et relever les défis locaux et régionaux qui le menacent. A noter que le choix de la date du scrutin n’est pas fortuit. Le 24 juillet correspond à un jour près à la date de la proclamation de la République tunisienne, en 1957.

© Nos informations, analyses et articles sont à la disposition des lecteurs. Pour toute utilisation, merci de toujours mentionner la source « MediArabe.info »

Partager cet article
Repost0
2 mars 2011 3 02 /03 /mars /2011 13:29

 

 

 

Flash - Les bâtiments de l'US Navy approchent de la Libye ...- Israël HAYOM

Par Aschkel - © 2011 www.aschkel.info

 

 

 

marines-dans-le-canal-de-suez2.jpg

 

Images d'archives

Marines-dans-le-canal-de-Suez.jpg

 

 

http://digital-edition.israelhayom.co.il/Olive/ODE/Israel/Default.aspx?href=ITD/2011/03/02

 

 

Les deux batiments de la marine américaine (US Navy) remontent le canal de Suez vers les côtes libyennes où ils sont attendus.

 

Il s'agit de l'USS Ponce et de l'USS Kearsarge avec plusieurs centaines de marines à bord et avions de combat, et matériel amphibie.

Ils franchiront le canal  vers 16.00 heure locale.

Ces forces pourraient intervenir dans le cadre, non pas de missions de combat, mais plutôt dans le cadre de missions humanitaires et de soutien.

 

Les drapeaux de la Lybie ont été descendus des ambassades de Libye à Londres et de Washington.

 

Pendant ce temps Téhéran et Pékin  répriment très violemment les manifestants - (article suivant)

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 08:01

קרב בלימת המהפכה. מרוקו

 

Le Roi du Maroc envisage de limoger le gouvernement

titre original : 

 

מלך מרוקו מתכנן לפטר את הממשלה

 

http://www.inn.co.il/News/News.aspx/216029

 Par Aschkel -  © 2011 www.aschkel.info

La vague de protestation dans le monde arabe suscite également des inquiétudes pour le monarque chérifien qui devrait annoncer un nouveau gouvernement dirigé par une personnalité indépendante.

 

Mohamed IV a peur d'une insurrection dans son pays, qui provoquerait le renversement du régime. Il envisage des changements gouvernementaux.

Des sources bien informées ont dit a Al-Quds, que le roi du Maroc envisage de remplacer le gouvernement dirigé par le chef du parti "Alasseatkelal" (indépendance), Abbas Alfasi par une personnalité indépendante et des représentants de partis représentés au Parlement.

 

Le Roi a mandé Alsrkawe, le ministre de l'intérieur, de rencontré les chefs de partis représentés au parlement pour entendre leurs opinions sur la formation d'un gouvernement d'union nationale. Il a demandé aux chefs de partis de lui préparer leurs suggestions en matière de réformes politiques en conformité avec la loi notamment électorale pour préparer les élections prévues en 2012

 

Partager cet article
Repost0
27 février 2011 7 27 /02 /février /2011 07:58

 

 

Le sultan d'Oman procède à un remaniement gouvernemental, Bahrein le remaniement ne plait pas à l'opposition

Le sultan d'Oman, Kabous ben Saïd, a procédé samedi à un remaniement gouvernemental dans "l'intérêt public" une semaine après une première manifestation en faveur de réformes politiques.Lire la suite l'article

Alors que les rassemblements de ce type sont extrêmement rares dans ce petit Etat du Golfe où les partis politiques sont interdits, un demi-millier de manifestants se sont de nouveau réunis samedi pour exiger des mesures en faveur de la démocratie et des emplois.

Ils ont bloqué la circulation et brisé des feux tricolores dans la grande ville industrielle de Sohar.

D'après l'agence officielle de presse Ona, le sultan a changé six ministres par décret samedi. Ce remaniement a été effectué dans "l'intérêt public", a souligné Ona sans plus de précisions, et il ne concerne pas les ministres présents de longue date.

De nombreux régimes arabes ont récemment pris des initiatives de politique intérieure à la lumière des révolutions en Egypte et en Tunisie et de la contestation de nombreux autres gouvernements dans la région.

A Sohar, les manifestants ont réclamé que la Choura, un conseil consultatif élu de 84 membres, soit dotée de pouvoirs législatifs, ont rapporté des témoins.

Ils ont scandé des slogans tels que "Nous exigeons le départ des vieux ministres corrompus", "Nous voulons des emplois" et "Nous voulons la démocratie".

"Cela dure depuis des heures maintenant. Ils se trouvent au carrefour du Globe et ils bloquent la circulation", a déclaré Mohamed Soumri, un habitant.

La police n'est pas intervenue, selon plusieurs témoins.

Environ 300 personnes avaient déjà manifesté à Mascate, la capitale, le 19 février pour réclamer des réformes politiques.

Quelques jours plus tôt, le sultanat avait augmenté de 43%, à 520 dollars par mois, le salaire des travailleurs du secteur privé.

Saleh al Chaibani; Bertrand Boucey pour le service français

 

 

Bahrein: le remaniement ministériel ne satisfait pas l'opposition
Dans les rues de Manama, samedi 26 février 2011.
Dans les rues de Manama, samedi 26 février 2011.
Reuters/Caren Firouz
ParRFI

Le roi de Bahrein a procédé ce samedi 26 février 2011 à un remaniement ministériel et changé les attributions de cinq de ses ministres tout en les gardant au gouvernement. Ce remaniement intervient près de deux semaines après le début de révoltes populaires. Un geste jugé insuffisant aux yeux des manifestants, qui réclament beaucoup plus.Ils étaient encore plusieurs milliers à défiler ce samedi, alors qu'un opposant chiite radical, jusque-là en exil à Londres, Hassan Mouchaimaa est rentré au pays pour rejoindre le mouvement d'opposition à la famille royale des Khalifa.

Les concessions faites par le pouvoir ce samedi 26 février 2011 visent à répondre à une partie des revendications de l'opposition. Celle-ci dénonce notamment les discriminations à l'égard de la majorité chiite dans les services publics, d'où le remplacement des ministres de la Santé et du Logement qui pourraient désormais revenir à des personnalités chiites.

Mais les attentes des manifestants vont bien au-delà. Inspirés par les soulèvements en Tunisie, en Egypte, en Libye, ils s'en prennent aujourd'hui très directement au Premier ministre cheikh Khalifa, oncle du roi, en place depuis quarante ans. Ils veulent une nouvelle Constitution, et réclament la fin du système en place concentrant le pouvoir entre les mains d'une élite sunnite, sous le règne de la dynastie al-Khalifa depuis 200 ans.

 

Ce samedi, les manifestants ne sont pas restés cantonnés à la place de la Perle, épicentre de la contestation, ils se sont dirigés vers les bureaux du Premier ministre et ont organisé un rassemblement devant le siège du ministère des Affaires étrangères, au centre de la capitale Manama, appelant au départ du roi Hamad et à la chute du régime.

Partager cet article
Repost0
25 février 2011 5 25 /02 /février /2011 08:13

Difficile de faire la part des choses entre les effets d'annonce et les mesures effectives qui seraient arrêtées, sachant que le début des évènements date de plus de dix jours et qu'on commence seulement maintenant à envisager d'agir... 

 

Par Diane Fink - Jeudi 24 février 2011 à 15:23

http://www.guysen.com

 

Après le discours du président Obama, dans lequel il a condamné le scandaleux bain de sang que fait subir M. Kadhafi à son peuple, un fonctionnaire européen a déclaré à al-Quds al-Arabi que les avions de l'OTAN et des Etats-Unis pourraient recevoir l'ordre d'abattre les avions libyens.

 

Les forces de l'OTAN pourraient s'en prendre aux forces armées toujours fidèles au colonel Kadhafi si les avions libyens continuent à bombarder les manifestants anti-gouvernementaux a rapporté jeudi le média al-Quds al-Arabi, citant les propos d'un haut fonctionnaire européen.

La source a déclaré que les avions de l'OTAN et ceux des américains, stationnés en Italie, pourraient recevoir l'ordre d'abattre les avions libyens et que la guerre électronique contre ces derniers a peut-être déjà commencé.

Les forces de l'OTAN pourraient également lancer des attaques aériennes sur la Libye ou encore tirer des missiles à partir des bateaux de guerre positionnés dans les eaux internationales, non loin de Tripoli. Les caches d'armes de l'armée libyenne pourraient eux aussi être ciblés, a ajouté la source.

Le président américain, Barack Obama, a souligné, tard dans la journée du mercredi 23 février, dans un discours que la Libye avait violé les normes internationales et a affirmé prendre les choses en main via son équipe sur place. M. Obama entend sanctionner le pays producteur de pétrole pour lui signifier le mécontentement mondial face à l'attitude du gouvernement envers les manifestants.

"Il est impératif que les nations et les peuples du monde entier s'expriment d'une seule et même voix", a déclaré le président américain dans son premier discours public depuis le début des violences en Libye.

Le Département d'Etat a pour sa part envisagé le gel des avoirs libyens, y compris ceux du colonel Kadhafi, parmi d'autres sanctions. Certains juristes ont proposé d'exclure les Libyens des couloirs aériens.

"La souffrance et le bain de sang sont scandaleux et inacceptables", a ajouté M. Obama lors de son discours à la Maison Blanche. La Secrétaire d'Etat américaine, Hillary Clinton, était aux côtés du président américain. "Ces actes violent les normes internationale et chaque standard de la décence commune. Cette violence doit cesser", a insisté le chef d'Etat américain.

Le Wall Street Journal a informé jeudi 24 février que Washington craignait que le colonel Kadhafi n'utilise du gaz moutarde et d'autres armes chimiques contre les manifestants anti-gouvernementaux. Le journal citait un haut fonctionnaire américain selon lequel Tripoli maintient le vieillissement des missiles Scud B ainsi que cent tonnes de concentré d'uranium classique et une grande quantité d'armes conventionnelles.

Toujours selon le quotidien "les hauts fonctionnaires américains en poste, et les anciens, ont déclaré dans des interviews que les opérations de contre-prolifération menées par Washington en Libye au cours de la dernière décennie ont eu des résultats positifs, notamment le démantèlement d'un programme naissant d'armes nucléaires à Tripoli et son stockage de missiles Scud C. mais le niveau d'instabilité dans la région et l'histoire brutale qu'a écrite le colonel Kadhafi, continuent d'obliger les Américains à se concentrer sur les armes et les agents chimiques qu'elle a toujours".

Un haut fonctionnaire a été cité, rapportant "lorsque vous avez un type aussi irrationnel que Kadhafi et qui a à sa disposition un important stock d'armes, c'est toujours un problème. Mais nous n'avons pour l'heure constaté aucune utilisation de gaz moutarde ou autre arme chimique".

Dans le même temps, le groupe d'Al Qaïda au Maghreb islamique (AQMI) a condamné le leader libyen et exprimé sa solidarité avec le peuple libyen, a rapporté le site de surveillance des sites islamiques SITE.

L'AQMI a accusé le colonel d'engager des mercenaires africains et de leur ordonner de tirer sur les populations à partir des avions qu'il met à leur disposition, précise SITE.

Les terroristes ont ensuite exhorté les intellectuels et les journalistes à soutenir le peuple oppressé.

Des protestations massives ont balayé les pays du Moyen-Orient ces dernières semaines, menaçant ainsi le règne de 41 ans du colonel libyen.

Toujours jeudi 24 février le Comité du peuple libyen pour la Sûreté générale a appelé les protestataires à se rendre avec leurs armes et et offert des récompenses pour ceux qui informaient sur les dirigeants des manifestations. Cette annonce a été diffusée par la télévision d'Etat libyenne.

La sécurité libyenne a réprimé les manifestants anti-gouvernementaux et les heurts se sont propagés dans toutes la capitale après avoir éclaté dans l'est du pays, là où est produit le pétrole.

"Celui qui rend ses armes et exprime ses remords sera exempté de poursuite légale. Le comité appelle les citoyens à coopérer et à informer ceux qui ont mené la jeunesse ou leur a fournit l'argent, l'équipement ou les intoxiquer avec des substances illicites ou des pilules hallucinatoires", décalrait le communiqué.

Le comité a également précisé que la coopération serait financièrement récompensée.

"Une récompense monétaire sera donnée à tous ceux qui contribuent ou informent sur les manifestants", ajoute le communiqué.
Partager cet article
Repost0
24 février 2011 4 24 /02 /février /2011 08:57

 David Cameron British Prime Minister David Cameron (L) greets the Emir of Qatar, Sheikh Hamad bin Khalifa al Thani at 10 Downing Street on October 26, 2010 in London, England. The Sheikh is on a two day State visit to the UK, the first since his last in 1985, which is seen as important in strengthening already strongly established business links with one of the Gulf States most financially powerful nations.

« L’hirondelle » David Cameron : Les dirigeants arabes manipulent les Palestiniens comme un moyen de diversion

 

 

Nous voudrions rendre un très bref hommage à l’honnêteté et à la lucidité du Premier Ministre britannique, David Cameron. Son Ministre des Affaires étrangères, William Hague, a été plus prompt à condamner les massacres en Libye que les autres diplomaties, américaine surtout, française ensuite.

 

Surtout, Le Premier British s’est permis de déclarer l’inimaginable, il y a encore quelques semaines, et pas n’importe où, puisqu’il a fait cette déclaration au Qatar, pays interlope, qui joue de ses bonnes relations bancaires (notamment à la City :  Royal Bank of ScotlandLloyds Banking Group - côtée au NYSE: LYG, pour les dernières prises de parts de son Fonds Souverain) et gazières avec tous les acteurs régionaux : Iran, Arabie Saoudite, Occidentaux (une base américaine est déployée sur son sol) et même Israël…


 

 

En effet, David Cameron a déclaré, mercredi que « certains dirigeants moyen-orientaux utilisent le conflit israélo-palestinien comme un moyen de diversion pour détourner l’attention de leurs régimes oppressifs. Dans trop de pays du Moyen-Orient, certains dirigeants disent à leur peuple : «  Soyez en colère à ce sujet –« La Palestine »- mais, surtout, ne vous mettez pas en colère contre le fait que vous viviez dans une société privée d’ouverture [et de perspectives] ».


 

 

Faire cette déclaration dans la cité-état-siège de la chaîne Al-Jazeera, qui souffle le chaud et le froid dans l’opinion des masses arabo-musulmanes, il faut un certain courage et une certaine élégance. D'autant, lorsque d'autres diplomaties sont devenues des agences du commerce extérieur VRP, s'interdisant toute prise de position sur les "droits de l'homme" qui pourrait entraver la "bonne marche des affaires", pour une poignée de Rafales ou de centrales nucléaires civiles qu'on ne parvient, au final, même pas à fourguer.

 

D’autre part, tous les historiens s’accordent sur le rôle instigateur de la Grande-Bretagne dans les origines du conflit, que ce soit à l’égard d’Israël, en promettant tout et son contraire, un foyer national juif et un "livre blanc", des Saoudiens à ménager pour leur pétrole, mêmes double et parfois triple-discours en Iran, en Syrie, etc.

 

Une hirondelle n’annonce pas le printemps des diplomaties, mais dans le marasme général, dans lequel s’enfoncent certains, lors de dîners du CRIF, où l'on se plaît à marteler les mêmes doctrines ineptes devant un parterre béat, on ne peut que saluer l’anticonformisme britannique, en la circonstance.

 

Loin de nous l’idée que comme les repentances tardives à l’endroit du « multiculturalisme », peu à peu, l’idée ferait son chemin et serait dupliquée en cascade par d’autres décideurs-clés. Néanmoins, on aspire trop à un changement de narratif dans la région pour ne pas reconnaître une « bonne parole », lorsqu’elle advient.

 

Gad

Pour © 2011 lessakele  

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis