Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
2 septembre 2010 4 02 /09 /septembre /2010 08:01

 

 

Les alliés israéliens de Washington


Caroline Glick , the Jerusalem Post | Adaptation française de Sentinelle 5770

mercredi 1er septembre 2010

desinfos.com


 
La Gauche israélienne sait que peu importe combien son projet politique est rejeté à toute force par le public, le gouvernement des USA soutiendra ses membres. Alors que le Premier ministre Benyamin Netanyahou se rend à Washington pour un autre round mort-né de discussions avec le dirigeant du Fatah Mahmoud Abbas, organisé par le président des USA Barack Obama, il sera probablement préoccupé par une question

Ce ne sera par l’exigence d’Obama d’interdire aux Juifs de construire des synagogues, des écoles et de foyers à Jérusalem, en Judée et Samarie. Netanyahou ne se demandera pas pendant combien de temps Abbas pourra tenir le rôle de ‘président palestinien’ avant que son peuple ne le chasse. Le mandat d’Abbas s’est achevé en janvier 2009.

Le dirigeant élu d’Israël pensera à l’Iran. Il se demandera comment le gouvernement des USA réagira s’il envoie les Forces Aériennes d’Israël (FAI) bombarder les installations nucléaires de l’Iran. Les USA permettront-ils aux avions de chasse des FAI de survoler l’espace aérien irakien contrôlé par les USA ? Ou Obama suivra-t-il le conseil de son mentor en politique étrangère Zbigniew Brzezinski pour donner l’ordre aux Forces aériennes des USA de descendre ces avions de chasse, d’abandonner l’alliance USA-Israël et d’adopter un nouveau rôle de protecteur du programme des armes nucléaires de l’Iran ? Alors que Netanyahou se demande si l’on peut faire confiance aux USA, d’autres Israéliens dorment profondément la nuit en sachant que ‘Uncle Sam’ dispose de leur soutien.

La Gauche israélienne sait que peu importe combien son projet politique est rejeté à toute force par le public, le gouvernement des USA soutiendra ses membres et financera ses projets. Cette semaine en préparation des discussions, ‘l’Initiative de Genève’ ouvertement subversive, a lancé une campagne de relations publiques de plusieurs millions de dollars visant le public.

Son objectif est de persuader les Israéliens que le Fatah est un partenaire légitime pour la paix. La campagne est financée par ‘USAID’.   Selon le journal ‘Yediot Aharonot’, ‘l’Initiative d e Genève’ a engagé Ron Asulin, l’un des principaux metteurs en scène du pays, pour scénariser et diriger des reportages commerciaux dépeignant des membres du Fatah déclarant aux Israéliens qu’ils sont des partenaires de paix crédibles. ‘L’Initiative de Genève’ a invité Alon Goldstein du ‘Yediot’ à visualiser les sessions d’enregistrement à Ramallah.   Son article, publié dimanche, est un clin d’oeil fascinant à la boutique de propagande de la Gauche. Goldstein écrit comment Asulin a dit à Saeb Erekat du Fatah de commencer sa déclaration par le mot « shalom », « ça sera efficace » a promis Asulin. 

Parmi ses autres réalisations, Erekat a joué un rôle majeur dans les accusations diffamatoires de l’AP en 2002 dans lesquelles lui et ses camarades ont accusé Israël de massacres dans le camp de réfugiés de Jénine pendant l’Opération « Bouclier Défensif ». Il a déclaré sur CNN qu’Israël avait tué « plus de 500 personnes », et à prétendu que 300 avaient été enterrées dans des fosses communes.   En réalité, les pertes palestiniennes dans cette bataille se sont montées à 54 ; environ 90 % d’entre eux étaient des combattants. 23 soldats de Tsahal ont été tués. Les seuls massacres ont été les attentats suicides à la bombe qui ont tué environ 500 Israéliens – dont 80 % étaient des civils – dans les mois précédents ‘Bouclier Défensif’.   Non seulement Erekat n’a jamais rétracté ses déclarations, mais il les a répétées. 
Mais ne vous inquiétez pas. Il a dit “shalom” plutôt agréablement.

Le suivant sur la liste des porte-parole financés par les USA, l’homme fort du Fatah Jibril Rajoub, qui a été essentiel dans le montage d’une alliance opérationnelle entre le Fatah et le Hamas et facilité la guerre terroriste contre Israël il y a dix ans. Durant les années 90 hurlantes, Rajoub a recruté assidûment des membres du Hamas dans sa Force de Sécurité Préventive en Judée et Samarie.

Tout récemment, le 10 mai, il est apparu sur la télévision palestinienne et a dit : « Construire une école et jeter un grenade à main, selon moi, c’est de la résistance. Je construis l’école de façon à renforcer les motivations de mon peuple, comme l’un des divers aspects de la résistance, et quand il faut jeter une grenade ou lancer une roquette, je ferai cela aussi bien, du fait de ma croyance dans la victoire inévitable de ma cause et de son bien-fondé ».   La semaine dernière, les USA l’ont payé pour être filmé en déclarant aux Israéliens que nous devrions lui faire confiance. Ce n’était pas une mince affaire. Selon le ‘Yediot’, « Asulin a dû travailler dur » pour obtenir que Rajoub dise le mot « partenaire ».   Puis il y a le chef de la propagande du Fatah Yasser Abed Rabbo. Comme ministre de la culture et de l’information de Yasser Arafat, c’est Abed Rabbo qui mit fin à la liberté de la presse par l’AP peu après son établissement en 1994. Sous son règne, journalistes et rédacteurs étaient emprisonnés et battus, les journaux étaient fermés et les imprimeries étaient incendiées. En 2002, Abed Rabbo surpassa Erekat dans ses condamnations trompeuses d’Israël. Il accusa Israël de « creuser des fosses communes pour 90 Palestiniens du camp de réfugiés de Jénine ».

En 2001, il ordonna aux media de l’AP d’arrêter de filmer les célébrations de masse des attaques du 11 septembre aux USA.   Malgré sa longue carrière de propagandiste, Asulin a dû se censurer à cause de lui. Il dut convaincre Abed Rabbo d’arrêter de pointer son doigt devant la caméra. « Quand vous pointez votre doigt, vous me mettez vraiment en garde. Vous faites des menaces ».

Cela vaut la peine de s’arrêter un instant pour observer la nature de ‘l’Initiative de Genève’ financée par les USA, et qui joue les prolongations pour présenter au public un tableau totalement déformé de la réalité. C’est l’invention subversive la plus réussie en Israël – de l’ancien ministre de la justice et ancien dirigeant du Parti Meretz Yossi Beilin.   Beilin est l’architecte de tous les désastres stratégiques majeurs d’Israël depuis 17 ans. Il a été l’architecte des désastreux ‘Accords d’Oslo’ de 1993 qui ont intronisé Arafat comme un partenaire de paix et lui ont conféré le pouvoir d’entamer une campagne terroriste et de guerre politique qui s’est poursuivie longtemps après sa mort en 2004.   Beilin est l’architecte des désastreuses négociations de Taba en 2000 dans lesquelles le Premier ministre Ehud Barak, engagé dans un conflit, a offert à Arafat le Mont du Temple alors que les hommes d’Arafat assassinaient des Israéliens sur les routes, dans des autobus et des cafés.

En 2002 Beilin a oeuvré avec Colin Powell du Département d’Etat pour dessiner la soi-disant Carte Routière pour la paix au Moyen-Orient. Ce document a été le plus anti-Israël jamais adopté par un gouvernement des USA. Le gouvernement Sharon parvint en grande partie à faire échouer l’initiative en convaincant le président George W. Bush d’accepter que les exigences draconiennes du document ne pouvaient être exécutées qu’après que les Palestiniens auraient suspendu leur guerre terroriste.   Ses ambitions vérifiées par la violence incessante des Palestiniens, Beilin trouva un autre support pour saper son gouvernement. En 2003, il créa un partenariat avec le gouvernement suisse et l’Union Européenne en fondant ‘l’Initiative de Genève’. L’initiative était une tentative ouverte pour subvertir la capacité légale du gouvernement de conduire la politique étrangère. Beilin et Abed Rabbo rassemblèrent leurs partisans à Genève, tinrent des « négociations » mises en scène, et signèrent un « accord » selon lequel les Israéliens se pliaient à toutes les exigences palestiniennes et les Palestiniens les remerciaient. Le directeur de cabinet d’Ariel Sharon Dov Weissglas déclara dans un entretien en 2005 que Sharon était si hanté par cet affront qu’il fut convaincu de devoir s’engager dans le retrait de Gaza.   Avec le retrait du Sud Liban en 2000 – que Beilin dirigea aussi – le retrait de Gaza restera dans les annales de l’histoire d’Israël comme la plus grande bourde stratégique jusqu’à ce jour.

Sans surprise, le public a une sombre opinion de Beilin et de ses semblables. C’est pourquoi lors des dernières élections, Meretz a été pulvérisé comme représentant d’une force politique. Il ne gagna que trois sièges à la Knesset.   Mais Beilin et ses partisans ne s’en soucient guère.   Ils ne s’essaient à gagner le public en aucune manière. De nombreuses manières, ils sont le côté pile du Fatah. Exactement comme le Fatah n’est le représentant légal de personne, de même ils ne sont le représentant légal de pratiquement personne. Et de même que le Fatah dirige à travers un mélange de tyrannie et de corruption, de même ils cherchent à dicter le chemin d’Israël à travers un mélange de corruption et de subversion politique.

La toute nouvelle campagne de ‘l’Initiative de Genève’ était loin de ne démontrer que le profond mépris de la Gauche pour le Peuple d’Israël cette semaine.   Pendant la semaine, plus de 50 activistes d’extrême Gauche qui servaient de doublures d’acteurs, d’écrivains et de professeurs titulaires ont signé des lettres promettant de ne pas jouer au théâtre [de l’implantation] d’Ariel.

Comme Ariel est au-delà des lignes d’armistice de 1949, pour ce qui concerne ces artistes autoproclamés, ses résidents n’ont pas droit d’assister à des spectacles. D’un autre côté, comme l’acteur Doron Tabori, l’un des signataires, l’a mis en avant lors d’une apparition sur la chaîne de la Knesset, l’idée même que l’Etat puisse envisager de mettre fin au financement de son œuvre à la lumière de cette position discriminatoire est la preuve que ses critiques sont tous « fascistes et racistes ». Tabori est loin d’être isolé.   Son rejet de la légitimité de la critique du public et la diabolisation de ses critiques sont la marque étalon de la Gauche.

Prenez le Pr. Zeev Sternhell de l’université hébraïque par exemple. Il a publié un éditorial de Une dans le journal ‘Haaretz’ conseillant aux Palestiniens de limiter leurs actes meurtriers contre les Israéliens vivant au-delà des lignes d’armistice. Comme il le formule : « Il n’y a pas de doute sur la légitimité de la résistance armée dans les territoires eux-mêmes.

… Si les Palestiniens avaient du bon sens, ils concentreraient leur lutte contre les implantations… et s’abstiendraient de poser des bombes à l’ouest de la Ligne Verte. »

Dimanche, en réponse à la récente campagne du mouvement étudiant ‘Im Tirtzu’ contre la politique antisioniste de l’université Ben Gourion et du département de gouvernance, Sternhell a écrit un nouvel article dans ‘Haaretz’. Sous le titre : « Seule la force arrêtera la force », il a menacé le gouvernement. Si celui-ci continue de soutenir ‘Im Tirtzu’, si ses membres maintiennent leur appel à renvoyer les professeurs financés par l’Etat, et qui appellent au boycott d’Israël, alors les professeurs israéliens devraient œuvrer à fomenter un boycott international.   Comme il l’a dit : « Toute tentative de nuire au statut d’un conférencier pour des raisons politiques se heurtera à une réponse ferme de la faculté universitaire d’Israël. La réaction attendue de la communauté internationale, y compris un possible boycott, n’en sera pas moins douloureuse ».   C’est du fait de groupes tels les Sternhell et les Tabori que des groupes comme ‘l’Initiative de Genève’ ont tiré leur fondement.   Dimanche, Charles Krauthammer a écrit [ICI]au sujet de l’abandon par le public américain de la Gauche politique et culturelle. Plutôt que d’envisager la possibilité que le public puisse avoir raison, il a écrit que la Gauche américaine répond à la répudiation de ses compatriotes américains en les diabolisant comme une bande d’intolérants.

Krauthammer conclut que la Gauche paiera dans les urnes en novembre pour son agression contre la société américaine. Comme il le formule : « Une rétribution est due aux élites arrogantes dont le mépris non dissimulé pour la masse des mal lavés les empêche de prêter une once de pensée de valeur à ceux qui osent s’opposer à eux ». Il a certainement raison pour l’Amérique. Mais leurs camarades en Israël ne souffriront pas une si totale défaite.   Alors que les dirigeants élus d’Israël en sont à se demander si les USA se tiendront derrière le pays au moment du plus grand besoin, les semblables de Beilin et Sternhell savent qu’ils peuvent compter sur Washington, qu’il pleuve ou qu’il vente.      caroline@carolineglick.com

Partager cet article
Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 11:44

 

 

 

Les autres a propos

A propos par Aschkel

Pour aschkel.info et lessakele.

 

Petit voyage dans les méandres du double langage russe, eh oui il n'ya pas que les arabes et notoirement Ma'hmoud ABBAS et sa clique qui détiennent le don d'embrouiller er brouiller les pistes.

 

 

 

Je vous ai signalé hier un article paru de la presse russe, ou l'art de prendre les gens pour des imbéciles ! constatez par vous même !

 

Cette réaction russe, donc, par rapport à ce message de Nétanyahu


>>Netanyahu à Poutine : Stoppez la vente à la Syrie d’armes sophistiquées qui menaceront Israël

 


Sergueï Prikhodko, conseiller du président russe
Sergueï Prikhodko, conseiller du président russe
17:00 28/08/2010
© RIA Novosti. Sergei Kompanichenko
MOSCOU, 28 août - RIA Novosti

Sergueï Prikhodko, conseiller du président russe, a qualifié de fausse l'information de certains médias israéliens concernant la position de Moscou quant au respect de ses engagements envers la Syrie en matière de coopération technique militaire.

"Ces derniers temps, certains médias israéliens propagent une information qui dénature la position de la Russie quant au respect de ses engagements devant la Syrie, notamment en matière de coopération technique militaire. Je tiens à souligner que la Fédération de Russie respecte à la lettre tous les ententes enregistrées entre Moscou et Damas", a déclaré samedi devant les journalistes le conseiller du chef de l'Etat russe.

"La politique en matière de coopération technique militaire avec les pays étrangers est définie par le président de la Russie, correspond totalement à tous les engagements pris auparavant et n'est dirigée contre aucun pays tiers", a souligné M.Prikhodko.

On lit dans certains médias israéliens que l'Etat hébreu mène des négociations avec la Russie en essayant d'empêcher la vente d'armes modernes à la Syrie, notamment des missiles antinavires supersoniques. C'est ce qu'a écrit notamment vendredi le journal Haaretz citant un responsable haut placé israélien.

 Israël est surtout préoccupé par la possible vente de missiles de croisières antinavires Yakhont. Tel Aviv craint que ces missiles ne soient transmis au Hezbollah.

Ben voyons !

 

La Russie vendra des missiles à la Syrie
Lundi 30 août 2010 à 09:53

guysen

 

Israël essaie d’empêcher la vente d’armement russe sophistiqué à la Syrie, mais sans succès
Un proche conseiller du president Medvedev vient mettre un terme aux spéculations en affirmant que la Russie tiendra ses promesses et livrera des missiles de croisière supersoniques à Damas. De quoi inquieter durablement les Israéliens.

Alors que le journal "Haaretz" annonçait vendredi que le Premier ministre Benyamin Netanyahou avait demandé à son homologue russe Vladimir Poutine de stopper la vente de missiles de croisière supersoniques P-800 Yakhont à la Syrie, qui pourraient sérieusement menacer la sécurité des navires de guerre israéliens en Méditerranée, un proche du président Medvedev a affirmé que la Russie comptait aller jusqu'au bout de cette vente. 
 
A Jérusalem, on redoute que les missiles russes ne soient transmis au Hezbollah et on espère encore pouvoir empêcher cette livraison.
ou encore ça !
Le croiseur Variag
Le croiseur Variag
15:03 02/08/2010
© RIA Novosti. Vitaly Anjkov
MOSCOU, 2 août - RIA Novosti

La Marine russe compte déployer après 2012 des bâtiments de guerre lourds et des porte-aéronefs dans l'ancienne base navale soviétique de Tartous, en Syrie, a déclaré lundi dans une interview à RIA Novosti l'amiral Vladimir Vyssotski, commandant en chef de la Marine de guerre russe.

"Nous allons sans aucun doute développer la base de Tartous. Nous y aménagerons d'abord un point de stationnement avant d'y créer une base navale. La première étape de développement et de modernisation s'achèvera en 2012. Elle prévoit des mesures qui permettront d'y déployer des bâtiments de guerre lourds - des croiseurs" et navires porte-aéronefs, a indiqué l'amiral.

La base de Tartous est la seule base navale russe à l'étranger, ex-URSS exclue. Elle a été créée conformément à un accord intergouvernemental soviéto-syrien de 1971. La 5e escadre soviétique de la Méditerranée, stationnée à Tartous, a été dissoute en 1991 et les navires de guerre russes ont rarement fait escale en Syrie après cette date.

A l'heure actuelle, la base de Tartous comprend deux appontements flottants, un atelier de réparation, puiseurs dépôts, des casernes et d'autres installations.

 

ou encore !

 

Syrie: la base navale russe prête à accueillir la flotte de la mer Noire
Syrie: la base navale russe prête à accueillir la flotte de la mer Noire
20:56 23/04/2010
© RIA Novosti. Alexey Fedoseev
MOSCOU, 23 avril - RIA Novosti

 

L'ancienne base navale soviétique de Tartous, en Syrie, est prête à accueillir la flotte russe de la mer Noire, a annoncé vendredi le chef du Centre russe de prévisions militaires Anatoli Tsyganok lors d'un duplex Moscou-Kiev.

"La Russie se préparait à retirer sa flotte de Crimée (avant la signature le 21 avril d'un accord prolongeant sa présence en Ukraine de 25 ans après 2017-ndlr.). Nous avons déjà aménagé une base à Tartous, nous la moderniserons et la flotte russe de la mer Noire sera également stationnée en Syrie", a indiqué l'expert.

En juillet dernier, deux remorqueurs russes ont acheminé un nouvel appontement flottant à Tartous où une base navale soviétique a été aménagée pendant les années 1980 conformément à un accord intergouvernemental de 1971. La 5e escadre soviétique de la Méditerranée, stationnée à Tartous, a été dissoute en 1991 et les navires de guerre russes ont rarement fait escale à Tartous après cette date.

Une autre base de la flotte sera construite le port russe de Novorossisk en 2020, selon l'expert. Toutefois, elle "peut accueillir les navires militaires russes seulement en été. En hiver, il est difficile d'y stationner en raison de vents forts et de givre. Les navires risquent d'être bloqués par la glace", a ajouté M.Tsyganok.

Commentant l'accord du 21 avril prolongeant le bail de la base navale russe en Ukraine, l'expert a noté que les relations russo-ukrainiennes devaient ressembler à celles entre les Etats-Unis et la Grande-Bretagne. Si la Russie achète le porte-hélicoptères français Mistral, elle pourrait lancer la production des navires de ce type à Nikolaïev, en Ukraine. Les chantiers navals de Nikolaïev ont construit des porte-hélicoptères et porte-avions pour la Marine soviétique.

Et pour parfaire le tout !

 

(Des contrats gigantesques d'armement signés avec le lybien)

 

 

 16/01/2009

 

 

MOSCOU, 16 janvier - RIA Novosti. L'information relayée par certains médias russes sur l'intention de Moscou de créer des postes de stationnement naval au Yémen, en Syrie et en Lybie est fausse, a déclaré vendredi à RIA Novosti le porte-parole de la Marine de guerre russe Igor Dygalo.

 

 

"Cette information n'est pas officielle et n'émane pas de la Marine russe, elle n'a donc rien à voir avec la réalité", a-t-il indiqué.

Vendredi même le chef adjoint de l'Etat-major général Anatoli Nogovitsyne avait déclaré à RIA Novosti qu'il était prématuré de citer les pays qui pourraient accueillir des postes de stationnement naval russes. Dans le même temps, l'Etat-major général des forces armées russes a soutenu l'idée de la Marine de guerre russe concernant la nécessité de la création des bases navales russes à l'étranger.

 

 

Selon certains médias russes, la Russie disposera d'ici quelques années de postes de stationnement naval à Socotra (Yémen), à Tartous (Syrie) et à Tripoli (Libye).

 

 

 

Conclusion : La russie vend des armes massivement aux ennemis d'Israël les plus féroces au Proche et Moyen Orient, installe une (plusieurs) centrale nucléaire et l'inaugure à la barbe de tout le monde malgré les sanctions, se positionne et actionne des leviers un peu partout............A se demander qui est GOG ?

 

Mais, mais parole de russe ce n'est pas vrai !

Partager cet article
Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 08:02

 

Le Président Obama est le meilleur allié du retour des Républicains aux affaires. L'écart qu'il est parvenu en très peu de temps à creuser en leur faveur relève du jamais-vu de mémoire de sondeurs, le plus abbyssal jamais constaté par Gallup, depuis 1942 (en pleine guerre). L'ancien record était de 5 points. Ici : le double.

 


GOP Takes Unprecedented 10-Point Lead on Generic Ballot

 

http://www.gallup.com/poll/142718/GOP-Unprecedented-Lead-Generic-Ballot.aspx

 

Republicans also maintain wide gap in enthusiasm about voting

by Frank Newport

PRINCETON, NJ -- Republicans lead by 51% to 41% among registered voters in Gallup weekly tracking of 2010 congressional voting preferences. The 10-percentage-point lead is the GOP's largest so far this year and is its largest in Gallup's history of tracking the midterm generic ballot for Congress.

2010 Trend: Candidate Preferences in 2010 Congressional Elections, Based on Registered Voters

These results are based on aggregated data from registered voters surveyed Aug. 23-29 as part of Gallup Daily tracking. This marks the fifth week in a row in which Republicans have held an advantage over Democrats -- one that has ranged between 3 and 10 points.

The Republican leads of 6, 7, and 10 points this month are all higher than any previous midterm Republican advantage in Gallup's history of tracking the generic ballot, which dates to 1942. Prior to this year, the highest such gap was five points, measured in June 2002 and July 1994. Elections in both of these years resulted in significant Republican gains in House seats.

Largest Republican Advantages in Gallup's Generic Ballot for Congress, Midterm Elections, Among Registered Voters

Large leads on the generic ballot are not unprecedented for Democrats. The widest generic ballot lead in Gallup's history was 32 points in the Democrats' favor, measured in July 1974, just prior to Republican President Richard Nixon's resignation over the Watergate scandal. This large margin illustrates Democrats' historic dominance over Republicans in registered voters' party identification in the decades since World War II. Democrats controlled the House of Representatives continually between 1955 and 1995, and routinely held generic ballot leads in the double digits during that period.

Republicans Have 25-Point Lead on Enthusiasm

Republicans are now twice as likely as Democrats to be "very" enthusiastic about voting, and now hold -- by one point -- the largest such advantage of the year.

Enthusiasm About Voting in 2010 Congressional Elections by Party, Weekly Averages: % Very Enthusiastic, Among Registered Voters

Republicans usually turn out in higher numbers in midterm elections than do Democrats, and Gallup's likely voter modeling in the final weeks of an election typically reflects a larger GOP advantage than is evident among registered voters. The wide enthusiasm gaps in the GOP's favor so far this year certainly suggest that this scenario may well play itself out again this November.

Bottom Line

The last Gallup weekly generic ballot average before Labor Day underscores the fast-evolving conventional wisdom that the GOP is poised to make significant gains in this fall's midterm congressional elections. Gallup's generic ballot has historically proven an excellent predictor of the national vote for Congress, and the national vote in turn is an excellent predictor of House seats won and lost. Republicans' presumed turnout advantage, combined with their current 10-point registered-voter lead, suggests the potential for a major "wave" election in which the Republicans gain a large number of seats from the Democrats and in the process take back control of the House. One cautionary note:Democrats moved ahead in Gallup's generic ballot for several weeks earlier this summer, showing that change is possible between now and Election Day.

Explore more Gallup data relating to the upcoming congressional midterm elections, including Gallup's complete generic ballot trend since 1950, in our Election 2010 key indicators interactive.

Survey Methods

Results are based on telephone interviews conducted as part of Gallup Daily tracking survey Aug. 23-29, 2010, with a random sample of 1,540 registered voters, aged 18 and older, living in all 50 U.S. states and the District of Columbia, selected using random-digit-dial sampling.

For results based on the total sample of registered voters, one can say with 95% confidence that the maximum margin of sampling error is ±4 percentage points.

Interviews are conducted with respondents on landline telephones and cellular phones, with interviews conducted in Spanish for respondents who are primarily Spanish-speaking. Each daily sample includes a minimum quota of 150 cell phone respondents and 850 landline respondents, with additional minimum quotas among landline respondents for gender within region. Landline respondents are chosen at random within each household on the basis of which member had the most recent birthday.

Samples are weighted by gender, age, race, Hispanic ethnicity, education, region, adults in the household, cell phone-only status, cell phone-mostly status, and phone lines. Demographic weighting targets are based on the March 2009 Current Population Survey figures for the aged 18 and older non-institutionalized population living in U.S. telephone households. All reported margins of sampling error include the computed design effects for weighting and sample design.

In addition to sampling error, question wording and practical difficulties in conducting surveys can introduce error or bias into the findings of public opinion polls.

For more details on Gallup's polling methodology, visit http://www.gallup.com/.

Partager cet article
Repost0
31 août 2010 2 31 /08 /août /2010 07:52

 

http://www.israelvalley.com/news/2010/08/31/28493/

 ISRAËL SOMMET MÉDITERRANÉEN – LES PRÉSIDENTS SARKOZY ET MOUBARAK PROPOSENT LA TENUE D'UN SOMMET DE L'UNION POUR LA MÉDITERRANÉE EN NOVEMBRE PROCHAIN; CE SOMMET AURAIT POUR BUT DE FAIRE AVANCER LES PERSPECTIVES DE PAIX AU PROCHE-ORIENT.

AUG 201031

Par J.B.
Rubrique: Coopération
Publié le 31 août 2010

 

medEn route vers la Maison blanche, le président Hosni Moubarak a fait hier une escale à Paris où il a rencontré le président français Nicolas Sarkozy. Les deux chefs d’Etat ont proposé la tenue d’un sommet de l’Union pour la Méditerranée (UPM) afin de faire avancer les perspectives de paix au Proche-Orient. Ce sommet devrait avoir lieu le 20 novembre prochain et il réunirait tous les protagonistes du conflit au Proche-Orient, y compris Israël.

Lors d’une conférence de presse commune à Paris avec le président égyptien, le président français Nicolas Sarkozy a déclaré: « Nous avons proposé avec le président Moubarak que puisse se tenir aux alentours de la mi-novembre un sommet de l’Union pour la Méditerranée auquel participeraient l’ensemble des intervenants nécessaires pour obtenir la paix au Proche-Orient ».

L’Union pour la Méditerranée (UPM), dénommée aussi « Processus de Barcelone », est une organisation intergouvernementale à vocation régionale. Elle a été fondée à l’initiative du président français Nicolas Sarkozy, le 13 juillet 2008, dans le cadre de la présidence française de l’Union européenne. L’organisation est destinée à donner un nouveau souffle au processus de Barcelone, partenariat liant l’Europe aux pays riverains de la Méditerranée.

L’UPM, dont le siège est hébergé à Barcelone, rassemble des États riverains de la mer Méditerranée et l’ensemble des États membres de l’Union européenne (UE). Elle compte donc 44 membres: les 27 membres de l’Union européenne ainsi que l’Albanie, l’Algérie, la Bosnie-Herzégovine, la Croatie, l’Égypte, Israël, la Jordanie, le Liban, le Maroc, la Mauritanie, Monaco, le Monténégro, l’Autorité palestinienne, la Syrie, la Tunisie, la Turquie et la Ligue arabe.

Les principaux buts de l’organisation sont essentiellement d’ordre énergétique et environnemental: les principaux sujets abordés sont l’eau, l’énergie et la protection de l’environnement. A l’inverse, des sujets moins consensuels, comme le conflit israélo-palestinien, sont généralement écartés des débats.

Partager cet article
Repost0
30 août 2010 1 30 /08 /août /2010 19:51

 

 

La Grèce remplacera-t-elle la Turquie, ancienne alliée stratégique d'Israël dans le Bassin méditerranéen ? Dans une certaine mesure, oui, mais pas complètement. La Grèce peut fournir un espace aérien à l'armée israélienne pour l'entraînement de ses avions de combat.


PHOTO: AP , JPOST

Elle peut également augmenter ses achats d'équipements militaires de pointe et étendre les échanges d'informations sensibles. Athènes représente déjà une alternative pour les 400 000 touristes israéliens qui avaient pour habitude de remplir les très confortables et peu coûteux hôtels turcs. Elle offre également de nombreuses opportunités, aussi bien pour les accros au shopping à moindre coût que pour les amateurs de sites antiques, avec son Acropole.

Le Premier ministre Binyamin Netanyahou avait tous ces paramètres en tête lorsqu'il s'est embarqué pour un voyage officiel de deux jours à Athènes, la semaine dernière. Cette visite, première du genre pour un Premier ministre israélien en fonctions, faisait écho à celle de son homologue grec, George Papandréou, un mois plus tôt. L'emploi du temps de Netanyahou comprenait aussi bien la visite d'un navire grec fabriqué en Israël, que des entretiens avec des responsables militaires et diplomatiques ainsi qu'avec Papandréou lui-même.

Moins d'influence sur le monde arabe...

La Grèce présente, certes, quelques inconvénients dont Netanyahou est probablement conscient. Sa population est largement moins nombreuse que celle de la Turquie : 12 millions contre 63 millions. Donc un potentiel économique réduit.

Historiquement, Athènes a maintenu des relations diplomatiques de circonstances, sans être particulièrement cordiales, avec Israël. Ce qui s'explique par les liens commerciaux qui l'unissent aux pays arabes, ainsi qu'une gauche très active qui ne cache pas son soutien aux Palestiniens. D'un autre côté, le fait que la Grèce a lutté contre l'Allemagne nazie et subi son occupation doit être gardé à l'esprit comme un facteur de coalition [la Turquie était restée neutre jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale]. Politiquement, Athènes a beaucoup moins d'influence sur les Etats arabes qu'Ankara.

La Turquie, elle, est un Etat majoritairement musulman, même si sa constitution plaide pour une sécularisation du politique comme du social.
Le parti islamique au pouvoir à Ankara, dirigé par le Premier ministre Recep Tayyip Erdogan, aspire à rétablir l'ancienne hégémonie de l'Empire ottoman sur la région. À savoir replacer Bagdad, Damas, Beyrouth, Jérusalem et le Caire dans sa sphère d'influence, au moins en matière de politique étrangère.

... mais une place bien ancrée à l'UE

Pour ce qui est des atouts : la Grèce est un Etat-membre de longue date de l'Union européenne, organe multinational qui représente un intérêt vital pour Israël. L'Etat hébreu serait même très heureux de l'intégrer si on lui en donnait l'opportunité. Les Grecs servent également d'intermédiaires discrets pour les exportations israéliennes vers les pays arabes.

Il faut aussi souligner l'engagement religieux profond de la Grèce en Terre sainte. L'Eglise grecque orthodoxe est l'un des principaux propriétaires terriens d'Israël. Sans compter que des milliers de ses pèlerins affluent chaque année en Israël, notamment au moment de Noël ou de la Pâques orthodoxe.

Jérusalem semble aujourd'hui vouloir tourner le dos à la Turquie au profit de la Grèce - spécialement depuis les déclarations hostiles d'Erdogan suite à l'arraisonnement de Tsahal du 31 mai dernier sur le Mavi Marmara. Ce qui pourrait bien causer du tort à Ankara. Ce choix a d'ores et déjà privé la Turquie de son rôle de médiateur dans la région (entre la Syrie et Israël par exemple). Les Etats-Unis ont également menacé Ankara de différer son approvisionnement en équipements militaires et de se voir exclure des efforts de la communauté internationale pour empêcher l'Iran de développer son programme nucléaire.

Partager cet article
Repost0
24 août 2010 2 24 /08 /août /2010 16:04

 

 

OBAMA ABANDONNE LE MOYEN ORIENT

Le plan du président en vue du rapprochement avec l'Islam s'écroule

et il n'a aucune alternative

 

Par Guy Bechor, chroniqueur

www.YnetNews.com émanation de yédiot Ah'oronot du 12/08/10

Traduction par Albert Soued, http://soued.chez.com pour www.nuitdorient.com

Voir aussi les 50 derniers articles de www.nuitdorient.com

 

Après des dizaines d'années d'intense activité américaine dans la région – pressions, plans, accords, médiation, menaces, diplomatie, concessions, idéologie et doctrines – un silence assourdissant s'installe soudain. Le président en exercice aux Etats-Unis disparaît du paysage moyen oriental, créant un vide puissant.

Les régimes arabes haïssaient GW Bush, mais le craignaient, et ils étaient par conséquent prudents. Pour eux, Obama n'existe pas, tout simplement. La Syrie se permet d'ignorer les Etats-Unis et il en est de même de l'Iran, d'al Qaeda, du Hezbollah et même d'Erdogan et d'autres. L'affaire de la flottille en est un exemple. Obama aurait dû aussitôt envoyer son Secrétaire d'Etat à Ankara et à Jérusalem pour mettre fin rapidement à l'esclandre. Mais personne n'est venu et la région en a beaucoup souffert.

 

Dans le temps, les pays modérés – Egypte, Arabie, Maroc, Jordanie, -- et même l'Autorité Palestinienne auraient accouru à Washington pour coordonner leur position, recevoir des instructions et engager des consultations. Aujourd'hui ils ne prennent même plus la peine de le faire, car ce serait en pure perte. Ils ont le sentiment que le jeune président ne comprend pas leur problème. Alors qu'en est-il ?

Tout le monde a l'impression qu'Obama parle mais n'agit pas. B Disraeli disait en son temps: "Ne discutes jamais,… obtiens des résultats". Obama n'a aucun résultat à montrer au Moyen Orient, car il est très fort dans les discours, avec des mots précieux, et des slogans creux – or dans la région, les régimes arabes n'aiment pas les discours intellos et les phrases bien agencées et il est perçu comme un intellectuel dans le mauvais sens du mot. Un signal est venu du Président égyptien Moubarak qui n'est pas venu accueillir Obama au Caire en juin dernier, lors de son discours aux Musulmans, quand il cherchait à tourner une page nouvelle dans les relations américano-musulmanes. Moubarak savait que cela se terminerait mal et il n'est même pas apparu dans la salle où Obama parlait.

 

Mauvais calcul d'Israël (1)

Alors qu'il se rapproche de son mi-mandat, le plan d'Obama de rapprochement avec l'Islam a échoué et il n'en a pas un autre, pas de programme, pas de direction. Il est impuissant contre l'Iran et les dures sanctions imposées par le Congrès à Téhéran ont été votées contre sa volonté. L'Iran sait qu'il ne donnera pas l'ordre de l'attaquer. S'il avait été le président Bush, Téhéran aurait été plus inquiet aujourd'hui. En attendant, comme B Obama a annoncé le retrait des troupes Us d'Irak, le terrorisme sunnite reprend de plus belle, plus violent, plus brutal que jamais.

 

Obama pensait que s'il s'éloignait un peu d'Israël, il gagnerait la sympathie du camp arabe modéré. Or le résultat est amer: il a à la fois perdu Israël et déstabilisé le camp modéré arabe. D'ailleurs il n'y a plus de camp modéré, le Qatar et la Jordanie regardent ailleurs pour se protéger, de même que le Liban et l'Autorité Palestinienne.

 

La politique du président américain a joué un rôle dans l'affaiblissement du camp modéré. Au Moyen Orient la faiblesse ne paie pas et l'Amérique a cédé la place du fort à l'Iran qui devient de plus en plus menaçant et on ne voit personne pour protéger les états du Golfe. Mais il n'y a pas que l'Iran; aujourd'hui la Turquie a pris une voie radicale et tente de former une alliance des "durs" dans la région, cherchant à remplir le vide laissé par les Etats-Unis

 

Il faut savoir que c'est un membre du Parti Démocrate – B Obama -- qui a mené à cette situation de confusion et de brutalité au Moyen Orient. Bush avait commencé cette évolution en demandant aux pays arabes un peu plus de démocratie – ce qui était manifestement une erreur pour la région — mais Obama fait pire, il les laisse seuls et c'est une erreur dans l'autre sens.

 

Une vague de répression se déchaîne à travers le Moyen Orient. Arrestations, tortures, activistes qui disparaissent, médias menacés, prisons surchargées, tout cela parce que l'Amérique est absente et ne joue plus son rôle de puissance protectrice. Le vide entraîne des forces négatives, et ces forces grossissent et deviennent de plus en plus provocatrices.

Alors un avertissement: pour ceux qui fuient le Moyen Orient, ce même Moyen Orient les hantera toujours.

 

Note de la traduction

(1) La traduction ne partage pas tout à fait l'opinion de Guy Bechor. Obama n'a pas forcément abandonné le Moyen Orient. Il est encore enlisé aux limites (Afghanistan-Pakistan) cherchant à s'en dégager, comme il l'a fait pour l'Irak. Ne laisse-t-il pas le Moyen Orient volontairement aux forces extrêmes radicales, seules forces de l'Islam qui ont une chance de s'imposer dans la région à terme ?

Par ailleurs Israël ne souhaite pas continuer à subir les pressions d'Obama et son retrait serait donc le bienvenu, s'il se poursuivait. Reste à savoir quel est le meilleur calcul pour Israël, interventionnisme américain ou dégagement de la région ? Notre point de vue est que l'intervention occidentale a toujours été néfaste à la région dans le passé. Mais pour neutraliser l'Iran, Israël peut-il agir seul ? Tout le monde en doute.

 

 

 

Partager cet article
Repost0
23 août 2010 1 23 /08 /août /2010 10:47

 

http://www.israelvalley.com/news/2010/08/23/28432/

FRANCE ISRAËL - L'AMBASSADEUR DANIEL SHEK DEVRAIT RESTER EN FRANCE ENCORE QUELQUES MOIS. SELON LE SITE BAKCHICH SON SUCCESSEUR YOSSI GAL APPREND LE FRANCAIS !

AUG 201023

Par IsraelValley Desk
Rubrique: Actualité
Publié le 23 août 2010

 

entrepreneurVrai ? Faux ? Selon bakchich.info : “En poste depuis 2006, l’ambassadeur d’Israël en France, Daniel Shek, ne reverra pas la Terre promise en août, comme il le souhaitait, mais plutôt en novembre. Les progrès en français de son successeur désigné, malgré des cours accélérés, ne sont pas assez probants. Même en diplomatie, difficile de conclure sans bien manier la langue…”.

Yossi Gal est actuellement le directeur général du Ministère des Affaires étrangères à Jérusalem. Il a servi dans différentes représentations israéliennes à l’étranger: il a notamment été porte-parole de l’ambassade israélienne à New York puis Ambassadeur aux Pays-Bas. Dans ses fonctions au Ministère des Affaires étrangères à Jérusalem, Yossi Gal a traité de nombreux dossiers « chauds »: le nucléaire iranien, les relations avec l’Union européenne, les négociations avec l’Autorité palestinienne, etc. Yossi Gal n’avait pas été le seul candidat au poste à Paris, mais il semblait être le candidat préféré d’Avigdor Libermann.

BIO EXPRESS : Ambassador Yossi Gal Deputy Director General for Economic Affairs, the Ministry of Foreign Affairs. Joined the diplomatic service in 1975 and since then has held senior positions in Israel and abroad. Served as Israel’s Ambassador to the Netherlands, spokesman of the Israeli Embassy in Washington D.C., and Director of the Ambassador’s Office in Washington, D.C. Graduated from the Hebrew University of Jerusalem.

Partager cet article
Repost0
21 août 2010 6 21 /08 /août /2010 21:48

 

 

Netanyahou et Abbas contraints de négocier
par Jacques BENILLOUCHE

D'un côté Netanyahou cède pour obtenir le soutien d'Obama contre le programme nucléaire iranien et de l'autre Abbas cède aux pressions économiques.
La reprise des négociations directes entre le gouvernement israélien et l'autorité israélienne annoncée officiellement par l'administration américaine vendredi 20 août est une victoire à la fois pour Barack Obama et les pays arabes modérés alliés des Etats-Unis, notamment l'Arabie Saoudite. Les pourparlers directs devraient commencer dans deux semaines après une invitation par la Maison Blanche adressée aux Palestiniens et aux Israéliens afin de discuter de la création d’un Etat palestinien. Barack Obama veut une manifestation de prestige à Washington pour lancer les pourparlers qui devraient durer un an. Mahmoud Abbas se rend aux négociations résigné. Il est très isolé parmi les dirigeants palestiniens qui estiment qu’il s’agit pour lui d’un «suicide politique». Mais il compte ouvertement sur une «surprise militaire qui attend le Proche-Orient» pour s’extraire de ces discussions......

Lire la suite directement sur le site Slate.fr :
http://www.slate.fr/story/26329/netanyahou-abbas-israel-palestine-contraints-negocier

--
Jacques BENILLOUCHE
http://benillouche.blogspot.com/
Partager cet article
Repost0
13 août 2010 5 13 /08 /août /2010 09:09

 

 

 

 

logo arié

pour aschkel.info et lessakele

Bravo à notre ami ARIé

 

 

les textes sur B.H.Obama

LOGOOBAMA

 

Question: qu’est ce qui sépare la première photo de la seconde ? La réponse est simple: près de 40 ans.

2008, une bourgeoise entre deux âges tient la main de la future First Lady, pour haranguer la foule des Démocrates, afin qu’il se mobilisent pour le candidat Obama; la seconde montre une délinquante photographiée dans ses jeunes années par la Police. Il s’agit de Bernardine Dohrn, de son vrai nom Ohrnstein, mais son père préfère déjudaïser son nom alors que sa fille fréquente encore le collège.

En 1969 Bernardine Dohrn et son petit copain Bill Ayers, qui a figuré dans la liste des 10 personnes les plus recherchées par le FBI, créent une organisation anti américaine dont le but est de détruire le Gouvernement américain en usant des moyens les plus violents possibles. Elle s’appelle Weather Underground. Entre 69 et 75 cette organisation terroriste fait sauter des commissariats de police et autres immeubles gouvernementaux. Manque de bol, trois camarades sont tués à Greenwich Village par une bombe mal ficelée. Un autre membre du groupe, Katy Boudin, se fait attraper par la police alors qu’elle dévalisait un camion de transport de fonds Brinks; le couple Dohrn Ayers adpopte son enfant. Tout cela est digne de la bande à Baader, version américaine. Après l’horrible assassinat par Charles Manson de Sharon Tate, alors enceinte de 8 mois, Bernardine prononce cette oraison funèbre: « Contentez vous de creuser (la tombe), ils ont tué ces cochons et puis ils ont planté une fourchette dans le ventre de cochon de Tate. Sauvage ». Plus tard, son mari a prétendu que la remarque de sa femme se voulait « ironique » et que son objectif était une prise de position politique anti bourgeoise.

Lorsqu’on pose la question à Dohrn si elle est socialiste elle répond qu’elle se considère comme une communiste révolutionnaire. Elle n’hésite pas à affirmer que les Afro-Americains ne sont qu’une colonie à l’intérieur des Etats-Unis, qu’il y a lieu d’affranchir par tous les moyens, se rangeant ainsi aux thèses les plus extrémistes prônées par Malcolm X et consorts.

Après leurs années de gangstérisme, Dohrn et son mari se rangent des voitures, du moins de celles qui peuvent le conduire en prison. A préciser que tous les deux possèdent un Doctorat. Aujourd’hui Bill Ayers est professeur au College Of Education de l’Université de Chicago, où il porte les titres de Distinguished Professor of Education etSenior University Scholar. Dohrn n’est pas acceptée au Barreau, car elle refuse de s’excuser pour ses actes de terrorisme domestique passés. Cela ne l’empêche pas de travailler dans un cabinet d’avocats Sidley & Austin, où elle rencontre vraisemblablement Michelle LaVaughn Robinson, la future Madame Obama, avant qu’elle ne rencontre l’élu de son cœur. Certains, tel Steeve Diamond, considèrent que Bill Ayers et Barack se sont rencontrés à Chicago lors d’une bataille pour la reforme des Public Schools . Quoiqu’il en soit, le nouveau couple Michelle et Barak sympathisent avec les vieux chevaux de retour, au point que le Sénateur Obama dédicace le livre de Bill Ayers. Les mauvaises langues prétendent qu’Obama, piètre écrivain, a confié à Bill le soin de rédiger son livre « Les rêves de mon père ».

Enfin, c’est dans la maison des Ayers, en 1995, qu’Obama rencontre Alice Palmer, Sénateur de l’Illinois, décidée à courir sa chance au Congrès (où elle se plante) et qui intronise Barack Obama pour lui succéder au Sénat, où il est élu en 1997. L’envolée politique d’Obama a commencé dans le nid douillet de deux terroristes

Cela n’empêche pas Obama de prendre, officiellement, ses distances avec le couple sulfureux. Ce qui n’est manifestement pas le cas de Michelle (voir photo plus haut). Certains continuent à ne pas comprendre pourquoi Hillary Clinton, lors de sa lutte contre Obama, pour la nomination Démocrate, n’a pas exploité à son avantage les liens entre Obama et Ayers. L’Histoire nous l’apprendra un de ces quatre.

Cette histoire d’amitiés troubles, entre l’homme le plus puissant de la planète et des communistes révolutionnaires hyper violents, et autres Pasteurs, genre Jeremy Wright, qui prônent la destruction de l’Amérique blanche, ne présente pas un intérêt majeur, dans la mesure où elles sont archi connues, du moins par ceux qui ont envie de les connaître ; et ils ne sont pas légion dans notre bonne France, où la côte d’Obama continue de culminer au firmament des attitudes positives. Elle n’aurait même pas mérité un article; seulement voilà il y a une suite. Les Ayers-Dohrn ne se sont pas rangés des voitures et continuent à nuire – du moins selon mon point de vue – à Israël, en se transformant en idiots utiles du Hamas.

Faites un test : Googelisez les noms de William Ayers et de son épouse Bernardine Dohrn, et croisez les avec le mouvement de Free Gaza qui, entre autres, ont envoyé la flottille pour la « paix », avec, à son bord, des médicaments périmés et la ferme intention d’enquiquiner Israël; but atteint. Bernardine et Bill sont parmi les plus fervents et actifs organisateurs de Gaza Libre et n’hésitent pas de payer de leur personne.

Les anciens terroristes de Weather Underground, malgré tout ce que l’on dira, ont une ligne téléphonique directe connectée sur le bureau d’Obama, qui souscrit, et certainement, soutient leurs initiatives anti israéliennes. Ils ont participé au voyage Free Gaza en janvier. Leur objectif était d’obliger les Égyptiens de leur permettre de passer à Gaza avec 1.300 camarades partisans du Hamas Je soutiens par ailleurs que Michelle, la grande copine de Bernardine est mouillée autant que son mari dans cette affaire.

Obama a décidé de changer de tactique, et certainement pas de stratégie: il fait des risettes à Netanyahou, il se sert de Cameron pour pourfendre Israël à sa place, il propose à l’Iran de refaire un tour de piste de négociations malgré toutes les sanctions votées, il condamne l’Union Européenne de ne pas intégrer la Turquie en son sein. Bref, il continue à nuire grandement mais il se la joue machiavélique, en attendant les prochaines élections au Congrès.

Les journaux, Fox News, les sites américains, regorgent d’informations sur les liaisons dangereuses d’Obama, avec une véritable maffia, aujourd’hui cryptocommuniste et carrément ultra islamiste, au point qu’il est pratiquement impossible de rapporter toutes les sources qui m’ont servi à rédiger cet article. Il est vrai qu’Obama a ordonné d’abolir les termes « Terrorisme Islamique » et « Terrorisme Jihadiste »; donc cela n’existe pas, n’est ce pas ?

Partager cet article
Repost0
12 août 2010 4 12 /08 /août /2010 19:49

 

 

Emir Kir, ministre socialiste belge, est-il un sous-marin
des islamistes turcs de l'AKP d'Erdogan ???
C’est la question posée par certains en Turquie et que le journaliste d’investigation Mehmet Koksal relaye aujourd’hui sur son site Parlamento.com
 
L’ingérence d’Emir Kir (PS) et de Resul Tapmaz (SP.A) indispose les élus d’Emirdag

by mehmet koksal on 12 August 2010

Emir Kir (PS) a-t-il été dispensé de service militaire en échange de propagande pour l'AKP ?

Cet été 2010, le lobbying politique en faveur du référendum constitutionnel turc d’Emir Kir (secrétaire d’Etat bruxellois – PS) et de Resul Tapmaz (échevin SP.A à Gand) a récemment déclenché une grosse polémique dans l’arrondissement d’Emirdag (Anatolie centrale) qui compte un nombre important de vacanciers belgo-turcs devant participer à la votation populaire en Turquie. Les électeurs turcs sont invités à approuver ou rejeter d’importantes modifications constitutionnellesAKP (Parti de la Justice et du Développement – parti gouvernemental islamo-conservateur), un projet qui est fortement combattu par les partis d’opposition comme CHP (Parti Républicain du Peuple, parti kémaliste social-démocrate), MHP (Parti d’Action Nationaliste, extrême droite) et boycotté par le BDP (Parti de la Paix et de la Démocratie, parti pro-kurde). (réformes de l’appareil judiciaire, des droits syndicaux, de l’appareil militaire, de la vie privée, du statut des fonctionnaires, …) proposées par le gouvernement

 Le journal local Emirdaggazetesi rapporte ainsi les propos de Salih Sel (président du parlement provincial d’Afyonkarahisar) datant du 07/08/2010 qui remercie “Emir Kir de nous aider dans nos activités [de soutien] au référemdum“. Lors d’une rencontre datant du 04/08/2010 avec le bourgmestre AKP d’Emirdag, l’échevin socialiste flamand Resul Tapmaz (SP.A) a notamment déclaré publiquement qu’il allait voter ‘OUI’ au projet constitutionnel de l’AKP lors de son passage à la frontière avant de rejoindre la Belgique.

Dispense de service militaire contre propagande ?

Ces prises de position politique et publique des mandataires socialistes belgo-turcs provoquent d’importants remous au sein de la classe politique locale d’Emirdag. Ainsi Ceylan Morca, président du MHP d’Emirdag, se demande si “la propagande d’Emir Kir a un quelconque rapport avec la faveur que le Président de la République turque lui a faite en le dispensant de service militaire ? (…) Nous avons le plus grand respect pour l’opinion privée de nos compatriotes qui vivent à l’étranger mais Emir Kir se comporte comme un ministre AKP en menant campagne dans les journaux ici et précisant toujours qu’il va voter ‘OUI’. Le fait qu’il joue un rôle aussi actif nous laisse penser certaines choses. Nous aussi nous avons des fédérations et des associations en Belgique mais nous n’avons jamais demandé à nos frères de voter de telle ou telle manière. Emir Kir fait ici de la propagande comme un ministre AKP et on ne peut s’empêcher de se demander si ces efforts de propagande ne sont pas liés à sa dispense de service militaire accordée par le Président de la République. Concernant Resul Tapmaz, je rappelle qu’il est échevin à Gand et pas à Emirdag, je l’appelle à garder un certain devoir de réserve“.

Cemil Dogan, président de mosquée à Anderlecht, critique également dans le même journal l’ingérence des mandataires PS-SP.A en Turquie. “On se demande au nom de qui ces mandataires belges prennent position, ces personnes se comportent comme s’ils étaient des députés de l’AKP. Déjà qu’ils ont été élus à certaines places [en Belgique] grâce à notre soutien mais je ne trouve pas normal qu’ils prennent aujourd’hui la parole ici comme des élus AKP. Evidemment qu’ils sont libres d’avoir une opinion personnelle mais ce n’est pas normal qu’ils fassent de la propagande de cette manière“.

(PARLEMENTO – INDEPENDENT NEWS AGENCY)

http://parlemento.com/elections/lingerence-demir-kir-ps-et-de-resul-tapmaz-sp-a-indispose-les-elus-demirdag/

 

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis