Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 23:17
"Pas d'illusions" pour Obama
Imprimer|E-mail|Partager: digg del.icio.us facebook

L'administration américaine espère contrer la montée en puissance des courants radicaux en démontrant que certaines situations de "rancune légitime", telles que le conflit israélo-palestinien, peuvent être résolues par la diplomatie et la démocratie. Telles sont les aspirations du président américain Barack Obama, selon le spécialiste du contre-terrorisme à la Maison Blanche, John Brennan.

Le président américain, Barack Obama.
Photo: AP , JPost

L'ancien chef de mission de la CIA (Central Intelligence Agency) au Proche-Orient, devenu conseiller d'Obama en matière de sécurité intérieure et de contre-terrorisme, a pris la parole, jeudi, devant le Centre pour les Etudes internationales et stratégiques de Washington.

Brennan a d'abord répondu à tous ceux qui reprochent à Obama de se montrer trop indulgent et de ne pas avoir correctement évalué les risques du terrorisme aujourd'hui. "Le président Obama n'a aucune illusion quant à l'imminence et la sévérité de cette menace", a-t-il déclaré.

Il a précisé, par ailleurs, que les individus sans espoirs d'éducation, de travail et de stabilité sont plus enclins à verser dans des idéologies dangereuses telles que celle d'Al-Qaïda. "La violence extrémiste et les attaques terroristes sont souvent la manifestation d'un très long processus enraciné dans le désespoir, l'humiliation et la haine."

C'est précisément pour cette raison, a-t-il poursuivi, que les Etats-Unis comptent affronter ces menaces non seulement via l'option militaire, mais à travers "une campagne politique, économique et sociale visant à répondre aux besoins fondamentaux et aux griefs légitimes d'individus parfaitement ordinaires".

Brennan a notamment évoqué les stratégies de groupes comme le Hezbollah et le Hamas, qui s'appuient sur leurs propres campagnes sociales pour attirer de nouveaux partisans.

Afin de contrer ces efforts, les Etats-Unis doivent "démontrer que certaines rancunes légitimes peuvent être résolues par la voie diplomatique, le dialogue et le processus diplomatique". Faisant ensuite référence au conflit israélo-palestinien, Brennan conclut : "l'administration américaine poursuit activement les négociations en vue d'une solution à deux Etats, Israël et la Palestine, évoluant côte à côte dans la paix et la sécurité."

Partager cet article
Repost0
8 août 2009 6 08 /08 /août /2009 22:56

Friday, August 7, 2009 Poll: Jewish Democrats support Netayahu's position on settlement construction over Obama's 52%:37%


WHERE OBAMA BREAKS WITH JEWISH DEMS

By DICK MORRIS & EILEEN MCGANN --The New York Post

 

http://www.nypost.com/seven/08072009/photos/barack_obama.jpg

 

Last updated: 3:31 am August 7, 2009 Posted: 2:30 am August 7, 2009

www.nypost.com/seven/08072009/postopinion/opedcolumnists/where_bam_breaks_with_jewish_dems_183347.htm

JEWISH Democrats strongly agree with the Israeli position and dis agree with
President Obama's on issues such as a Palestinian state, settlement
construction and trading land for peace. Does the president realize he's at
risk of a break with an important part of his base?

A phone survey (sponsored by the Traditional Values Coalition and conducted
by Global Marketing Research Services on July 22-24) of 500 American Jews
who self-identified as Democrats exposes broad disagreement with Obama's
Middle East policies.

Asked to choose between the Obama view that "if Israel could settle its
dispute with the Palestinian refugees and give them a nation of their own,
that the Arabs would live in peace with Israel" and the Israeli government
view that "the Arabs will never live in peace with Israel and that giving
them a nation of their own will just make them stronger," Jewish Democrats
sided with the Israeli view by 52 percent to 20 percent.

On the contentious issue of construction in existing West Bank settlements,
Democratic Jews also sided with Israel more than with Obama. The survey
asked for agreement with Obama when he "says that it is very important that
Israel not expand its settlements on the West Bank so as not to alienate the
Palestinians," or with Israel that "it should be allowed to build new homes
in existing settlements but not to start new ones" -- and got 52-37 backing
for the Israeli view.

Democratic Jews still strongly back Obama in general, with 92 percent
reporting that they approve of the job he is doing as president. But 44
percent feel that "Obama is naive in thinking he can make peace with the
Arabs," while only 37 percent disagree.

Nearly half of Jewish Democrats still reject the idea that Obama is biased
against Israel: In all, 49 percent said he wasn't and 16 percent said he
was -- but a significantly large number, 35 percent, said they were
undecided.

By 58-16, Jewish Democrats agree that "Obama is doing a good job of
promoting peace in the Middle East." But they share Israeli Prime Minister
Netanyahu's skepticism about trading land for peace, the cornerstone of the
"road map" to a settlement laid out in the 1990s.

Only 27 percent feel that "President Obama is right that Israel should agree
to let the Palestinians form their own country and return the West Bank to
them. This would defuse the hatred in the Middle East, reduce terrorism and
help America, the Palestinians, and Israel live in peace."

But 55 percent disagree, preferring the statement: "President Obama is naive
in thinking that the Palestinians would make peace, whatever they say. They
will just use the new land as a base to attack Israel like they did in
Gaza."

On the issue of Iran, Jewish Democrats are confused. While they agree, by
67-8, that "if Iran gets nuclear weapons, it will use them to destroy
Israel," only 14 percent said it was "very likely" that "Israel could be
destroyed by an Iranian nuclear attack in the next 10 years." Another 37
percent called it "somewhat likely" and 40 percent said "unlikely."

Only 40 percent said they thought Obama is doing a good job in his efforts
to "stop Iran from developing nuclear weapons." At the same time, by 15-62,
they disagree that "Israel should bomb Iran to stop them from developing
nuclear weapons."

Yet, only 38 percent felt that there "is a real chance that Iran can be
stopped from developing a bomb without an Israeli attack."

Jewish Democrats heartily approve of Israel and most of its policies and
emphatically reject any moral equivalence between the Jewish state and the
Palestinian refugees:

* 92 percent have a favorable opinion of Israel; just 17 percent have a
positive view of the Palestinian refugees.

* By 81-6, they agree that "Israel is a democracy and has a free political
system."

* They agree that "it is very important that Jews have a country of their
own, considering their history of persecution" by 86-7.

* Emphatically, by 9-75, they reject the claim that "Israel has become a
bully, pushing its Arab neighbors around."

* By 14-55, they disagree with the accusation that "the Israeli Army and
Mossad are guilty of human-rights abuses." Rather, they say by 59-14 that
"the Israeli Army and Mossad go out of their way to avoid hurting
civilians."

* Asked if "Israel is always trying to grab more land and throw out the
Palestinians who live there," Jewish Democrats disagree by 11-73. And they
also disagree with the charge that "Israel is intolerant of its neighbors
and does not do enough to get along with them in peace" by 13-70.

The pro-Israeli mindset of Jewish Democrats is most evident on the basic
question of who's to blame for the Arab-Israeli conflict. By 60-20, they
agree that "if the Arabs lay down their weapons, there would be no more war.
It is just their desire to destroy Israel that creates the conflict."
Likewise, they agree by 83-6 that "if Israel were to lay down its weapons,
the Arabs would destroy it."

The fervency of their support for Israel suggests that Obama may suffer real
political damage among a core Democratic constituency if he continues his
current policies.

Partager cet article
Repost0
7 août 2009 5 07 /08 /août /2009 12:56

Israel and the ‘realists’

By Caroline B. Glick



http://www.JewishWorldReview.com |
Voices in America calling for downgrading US relations with Israel seem to multiply by the day. One of the new voices in the growing anti-Israel chorus is the Atlantic's well-respected military affairs commentator Robert Kaplan. This week Kaplan authored a column for the magazine's online edition entitled, "Losing patience with Israel." There he expressed his support for the US to downgrade its relations with Israel while pressuring Israel to allow Iran to acquire nuclear weapons and facilitate the establishment of a Judenrein Palestinian state.

Although Kaplan's piece adds nothing new to the current pile-on against Israel, it is a relatively concise summary of the so-called "realist" view of Israel and for that reason it is worth considering his arguments. As Kaplan sees things, the US's experiences in Iraq and Afghanistan in the eight years since the Sept. 11 attacks have transformed America's interests and goals in the Middle East. The frustrations in Afghanistan and the combat losses in Iraq have rendered "the search for stability, rather than democracy, paramount, and created a climate in which interests are to be valued far more than friends."

The notion that friends and interests may actually not be in conflict is roundly rejected by Kaplan, particularly in the case of Israel. Kaplan gives three reasons that the US's alliance with Israel no longer serves its interests. First, he repeats the familiar "realist" claim that the only way for the US to build good relations with the Muslim world is by distancing itself from Israel.

Second, he argues that after Sept. 11, the US was wrong to believe that it shares common interests with Israel. Whereas Israel's interests would be served by preventing Iran from acquiring nuclear weapons, in Kaplan's view, the US can afford to look on a nuclear-armed Iran with indifference. On the other hand, an Israeli attack on Iran's nuclear installations can place US forces in Iraq at risk. Hence, as far as Kaplan is concerned, US interests are best served by allowing Iran to become a nuclear power and preventing Israel from doing anything to stop Iran from becoming a nuclear power.

The third reason that Kaplan views Israel as a strategic liability to the US in this new era of "realism" is because it is no longer a strong military power. As he put it, Israel's failure to defeat Hizbullah and Hamas in its recent wars in Lebanon and Gaza "reduced its appeal."

Like his anti-Israel colleagues in Washington, Kaplan claims that his is a "realist" approach to the region. But this is untrue. The realist foreign policy doctrine assumes that all nations' foreign policies reflect their national interests rather than their sentiments. That is, in determining their foreign policies, states are not motivated by their passions, but by rational choice.

Beginning in the first Bush administration, Arabists like former US secretary of state James Baker began co-opting the realist label. In so doing, they sought to obfuscate their sentimental pro-Arab views of Israel behind the veneer of rational choice. Specifically, they popularized the anti-realist notion that due to their emotional rejection of Israel, Arab and Muslim states will not support America unless it puts the screws in Israel.

The realist foreign policy doctrine rejects this notion out of hand. Given its assertion that states base their foreign policies on unsentimental assessments of their national interests, true realists would argue that there is no rational bar to enemy states sharing the same allies if doing so advances their national interests. And they would be correct. Indeed, examples of such behavior abound.

India and Pakistan are enemies and yet they both ardently seek closer ties with the US. So too, China has massively expanded its ties to the US since 1971 despite US sponsorship of Taiwan.

The same is also the case with the Arabs and Israel. Contrary to the Arabists' impassioned claims, the waxing and waning of America's relations with Arab states over the years has borne little to no relation to the state of America's relations with Israel.

The US and the Saudis have been strategic allies for upwards of seventy years. These ties have been based on their mutual interest in the free flow of Saudi oil. US-Saudi ties have been consistently maintained regardless of the vicissitudes of Washington's views of Jerusalem, or even of Washington's views of Saudi Arabia.

In 1972, when Egyptian president Anwar Sadat kicked the Soviet military out of Egypt and began moving Egypt towards the US, the US was rapidly expanding its strategic ties to Israel. Sadat's decision to switch Cold War camps was a product of his own assessment of Egypt's national interests.

In December 2003, Libya paved the way to renewing its diplomatic relations with the US by agreeing to disarm from its illicit nuclear program. Libya's action came at a time of unprecedentedly warm US-Israel relations. Libyan dictator Muammar Khadafi made his move because of the US invasion of Iraq, not because of US ties to Israel.

All of these examples disprove the Arabists' most ardently held conviction. And the fact that this conviction is so easily refuted raises the question of why the belief that the US's alliance with Israel harms its ability to maintain and expand its alliances with Muslim and Arab states holds such currency today. The fact that US President Barack Obama and his senior foreign policy advisors are themselves Arabists no doubt is a significant contributing factor to the increased popularity of fake realism. But their hostility towards Israel doesn't explain how Israel's adversaries continue to successfully hide their Arabist ideology behind the "realist" label.

The sad truth is that for the past sixteen years, the greatest champion of the view that Israel is a strategic liability rather than a strategic asset for the US and that the US gains more from a weak Israel than a strong Israel has been Israel itself. Successive governments in Jerusalem from the Rabin-Peres government to the Barak, Sharon and Olmert governments all embraced the Arabist view that regional stability and hence Israeli security is enhanced by a weakened Israel. Ehud Olmert's much-derided 2005 assertion that "We are tired of fighting, we are tired of being courageous, we are tired of winning, we are tired of defeating our enemies," was simply a whiney affirmation of Israel's leaders' embrace of the Arabist worldview.

Kaplan cited Israel's incompetent handling of the war with Hizbullah in 2006 and its bungling of the campaign against Hamas in Gaza this past December and January as proof of the Arabist claim that it is a strategic burden. What he failed to recognize was that the Olmert government made a clear decision not to win those wars. Doing so would have exposed as folly the government's central assertion that Israel is better off being weak than strong. In light of this, it is obvious that the Arabist desire to see Israel weakened is not supported by Israel's performance in Lebanon and Gaza. Israel's performance in Lebanon and Gaza was a consequence of its leaders' adoption of the Arabist worldview. Had they rejected it, the results of those wars would likely have been much different.

So too, Israel's leaders' adoption of the Arabist view caused the Rabin-Peres government to empower and legitimize terrorists from Fatah and the PLO in the 1993 Oslo accord. It similarly convinced the Barak government to surrender of south Lebanon to Hizbullah in 2000, and it persuaded the Sharon government to surrender of Gaza to Hamas in 2005. In each case, buying into the Arabist view that stability is enhanced through Israeli weakness rather than strength, Israel exacerbated regional instability and imperiled its own citizens by empowering its enemies at its own expense. Most devastatingly, the Sharon and Olmert governments imperiled Israel's very survival by deciding from 2003 through 2008 to trust the US, Europe and the UN to prevent Iran from acquiring the means to destroy the Jewish state.

Today with Iran on the cusp of a nuclear arsenal, Fatah openly calling for a renewal of the Palestinian jihad against Israel, Hizbullah pointing its expanded missile arsenal at Tel Aviv and Dimona, and the Obama administration, with the help of an ever-expanding chorus of foreign policy "realists" advocating full-blown appeasement of both Iran and the Palestinians at Israel's expense, it is clear that the time has come for Israel to end the Arabist charade. The time has come for Israel to stop being an engine of its own demise.

The Netanyahu government has a clear choice before it. On the one hand, it has Defense Minister Ehud Barak calling for business as usual. This week Barak recommended that Israel preemptively surrender to the Obama administration and accept its demand that Israel capitulate to Fatah. On the other hand, Ministers Yuli Edelstein and Yisrael Katz pointed out that at its leadership conclave in Bethlehem, Fatah exposed itself as an implacable enemy of Israel. Both Edelstein and Katz demanded that the government stop pretending Fatah leader Mahmoud Abbas is a moderate who is interested in peace and expose him for the fraud that he is.

Edelstein and Katz are right. It is vital for Israel to stop catering its foreign policy rhetoric to the preferences of its Arabist camp. Prime Minister Binyamin Netanyahu must courageously acknowledge that Fatah remains a terrorist organization dedicated to Israel's violent demise. But more important than harsh words about Fatah are actions against Iran. With a growing international consensus that Iran has passed the point of no return on its nuclear program and will produce nuclear bombs in the next six to twelve months if left to its own devices, it is clear that as far as Iran is concerned, words are of no value today. Only actions count.

Israel's willingness and capacity to effectively strike Iran's nuclear installations will be the ultimate proof that Arabists like Kaplan are wrong to castigate Israel as a strategic burden. By freeing itself, the region and the world from the threat of a nuclear armed Iran, Israel will strike a blow not only at Iran's ability to wipe it off the map, but at the threefold contentions of the false realists.

An Israeli strike would prevent a regional nuclear arms race by freeing Arab states of the need to develop their own nuclear arsenals and so prove that a strong Israel enhances regional stability. An Israeli strike will rebuild Israel's eroded deterrent posture and put paid the notion that Israel is no longer a military power to be reckoned with. And the destruction of Iran's nuclear capacity will weaken Iran's military posture throughout the region and so weaken its terror proxies from Iraq to Lebanon to Gaza to Afghanistan. In short, a successful Israeli strike on Iran's nuclear installations will demonstrate to real rather than fake realists that a strong Israel is indispensible to regional stability and international security.

In 1995, Kaplan published a critical book about the Arabist elite at the State Department in which he condemned their simplistic foreign policy outlook. No doubt an Israeli body-blow to the Arabist worldview will compel Kaplan and other new members of the anti-Israel camp to reconsider their views.


Every weekday JewishWorldReview.com publishes what many in Washington and in the media consider "must reading." Sign up for the daily JWR update. It's free. Just click here.

Interested in a private Judaic studies instructor — for free? Let us know by clicking here.

 

JWR contributor Caroline B. Glick is the senior Middle East Fellow at the Center for Security Policy in Washington, DC and the deputy managing editor of The Jerusalem Post. Comment by clicking here.
Partager cet article
Repost0
6 août 2009 4 06 /08 /août /2009 07:28

L'affaire apparaît d'autant plus présomptueuse, dans la pure tradition monarchique du fait du Prince, que le cas a été rejugé et que la décision des Juges militaires est tombée précisément en début de semaine dernière. On n'imagine même pas l'Etat d'Israël faire pression sur la France dans le cas du procès du gang des Barbares sans que les foules boboïdes, le syndicat de la Magistrature, les journaux de la pensée unique du Nouvel Obs. et de Marianne, se lèvent de leur fauteuil Louis XV et hurlent au scandale diplomatique.

Par contre, Netanyahou ne s'est pas gêné pour rappeler la différence incomparable de traitement de Guilad Shalit, parce que Juif, que même la Croix-Rouge ne peut pas simplement visiter, alors que cet homme est malade. Rappelons qu'Hamouri a été condamné selon les confessions de projet d'attentat qu'il a lui-même faite aux enquêteurs, qu'il est récidiviste et sans regret. D'un autre côté, la demande du Président français aurait pu paraître logique, dans la mesure où il s'y serait engagé auprès de la mère du prisonnier légal vivant dans d'excellentes conditions d'accueil. Mère qui n'espère plus que la libération de Guilad Shalit comme occasion de revoir son fils plus tôt que prévu. Mais le plus inquiétant est qu'un homme pour lequel on aurait voté parce qu'il donnait l'illusion d'une certaine fermeté, ploie littéralement, à en croire Ynet reprenant le Figaro, sous les pressions des groupements idéologiques pro-palestiniens et islamo-fascistes. Lesquels se permettraient de faire des parallèles douteux entre les conditions de vie de l'Otage Guilad et la vie 5 étoiles de la racaille que la France n'aura pas su garder chez elle, Hamouri, potentiel tueur de Juifs... Et s'il avait projeté d'assassiner un dignitaire religieux français, qu'en aurait-il été? Israël rend service à la France en la prémunissant contre des assassinats ciblés sur son propre territoire, et en faisant garderie de racaille que la France ne parvient plus à traiter comme il se doit dans ses propres banlieues. Hyperlaxisme??? Ou est-ce l'influence d'Obama qui le  rend aussi conciliant qu'un chewing-gum? La Présidence n'aurait plus l'énergie suffisante pour envoyer proprement paître les amis terroristes de Damas et conserver son impartialité dans les conflits territoriaux ou judiciaires du Proche-Orient. Cela s'explique, à partir du moment où l'on commence à compromettre la qualité de son entendement dans des symétries douteuses ("antisémitisme et "islamophobie", droit d'existence des Juifs dans des quartiers à majorité arabe de Jérusalem...). C'est, ni plus ni moins, que de céder au chantage terroriste. Nous souhaitons, néanmoins, un prompt rétablissement au Président, de façon à ce qu'un repos bien gagné lui apporte ultérieurement plus de perspicacité et de clairvoyance sur les affaires de terrorisme made in France :

Sarkozy asks Netanyahu to free Palestinian terrorist

After massive pressure from pro-Palestinian groups, French leader asks Israel to release man convicted of plotting to kill Rabbi Ovadia Yosef

Ynet

Published:  08.05.09, 22:55 / Israel News

In a letter to Prime Minister Benjamin Netanyahu, French President Nicolas Sarkozy requested that Israel release a Palestinian terrorist who holds an Israeli identity card and French citizenship "as a gesture of good will."

 

Salah Hassan Hamori, of the Popular Front for the Liberation of Palestine, was arrested by the Shin Bet security agency for his part in the plot to assassinate Shas' spiritual leader Rabbi Ovadia Yosef in 2005.

French daily Le Figaro said Wednesday that Sarkozy's plea followed massive pressure from pro-Palestinian groups in France to work toward releasing Hamori. In his letter the French president said Hamori "has a chance of being rehabilitated in the future."

 

Channel 2 reported that Hamori's mother recently met with Sarkozy on the matter.

 


 

The pro-Palestinian groups in France want Sarkozy to equate the status of the convicted terrorist to that of captive IDF soldier Gilad Shalit, who also holds French citizenship.

 

Shalit was kidnapped into Gaza by Palestinian terrorists on June 25, 2006.



Dans une lettre adressée au premier ministre israélien Netanyahu, le président français demande qu'Israël fasse preuve de bonne volonté en relâchant Salah Hassan Hamouri. Ce dernier est un terroriste né en France et arrêté par la police alors qu'il planifiait un attentat contre un leader religieux et homme politique israélien (le leader du Shass).

Hamouri, membre du Front de Libération de la Palestine (classifiée comme organisation terroriste par l'UE, les USA et même la Russie) et vit actuellement dans une prison "5 étoiles". Une prison où les droits de visite sont autorisés, où il a une télévision privée, un accès à la presse quotidienne, des cours pour passer un examen et, s'il le souhaite l'assistance de la Croix Rouge et d'un avocat.

Par l'entremise non-officielle d'un responsable israélien, la réponse du Premier Ministre de l'Etat Hébreu ne s'est pas faite attendre:

"Puisque vous voulez que nous libérions un terroriste, faites libérer Guilad Shalit. Dans la seconde où il sera libre, Hamouri sera expulsé vers la France."

Guilad Shalit est toujours retenu en otage par les islamistes du Hamas depuis 1138 jours. Il n'a aucun accès à des soins hospitaliers, aucune visite n'est permise, aucun avocat n'a pu le rencontrer. Guilad est, je le rappelle, également un citoyen Français.


La différence de traitement entre Hamouri et Shalit est simple: Israël est une démocratie. Elle a enfermé Hamouri pour des faits précis. Le Hamas, lui, tente d'imposer une dictature islamiste à Gaza.

 

Ci-dessous, une lettre envoyée par l'Elysée à une sénatrice du Nord. Elle date d'avril 2009. Dans sa requête la sénatrice avait réclamé des pressions sans commune mesure sur Israël pour que Jérusalem relâche Hamouri... Elle avait également réclamé plus de soutien pour Hamouri et moins pour Shalit. La réponse Elyséenne avait été parfaite. Depuis, que s'est il passé du côté de l'Elysée?

http://www.humanite.fr/local/cache-vignettes/L502xH701/ReCab_SARKOZY_pour_HAMOURI_0001.jpg

http://www.humanite.fr/local/cache-vignettes/L520xH734/ReCab_SARKOZY_pour_HAMOURI_0002-037e1.jpg

Par JSS

Salah Hamouri restera en prison
Par Joanna Maman pour Guysen International News
Jeudi 30 juillet 2009 à 16:35

 
La justice militaire israélienne a rejeté la demande de libération de Salah Hamouri. Ce franco-palestinien âgé de 24ans, a été condamné à sept ans de prison en Israël pour son appartenance au Front populaire de libération de la Palestine (FPLP) et sa coopération à un projet d’attentat.

La nouvelle est tombée en début de semaine. Il n’y aura pas de remise de peine pour Salah Hamouri. Ce jeune franco palestinien incarcéré depuis mars 2005, avait été condamné en avril 2008 à sept ans de prison pour sa participation à un projet d’attentat contre le rabbin Ovadia Yossef, et son adhésion au FPLP.

Depuis 2001, une loi israélienne autorise les détenus ayant purgé les deux tiers de leur peine à faire une demande de révision. La demande de libération pour bonne conduite déposée par l’avocat de Salah Hamouri a été refusée. La Commission de recours, réunie dans la prison de Gilboa au nord d’Israël, a estimé que Salah Hamouri ne pouvait bénéficier d'un allégement de peine en raison de son statut de ’’récidiviste’’.
 
Fils de Denise Guidoux, française originaire de Bourg-en-Bresse et d’Hassan Hamouri, résident de Jérusalem-Est, le jeune homme avait déjà été emprisonné cinq mois pour avoir collé des affiches anti-israéliennes, puis quatre mois parce qu'il se trouvait au domicile d'une personne recherchée par l'armée. Aux yeux des autorités israéliennes le jeune homme est considéré comme dangereux. En effet, S. Hamouri est accusé d'avoir eu l'intention d'assassiner le rabbin Ovadia Yossef, chef du parti orthodoxe séfarade « Shaas ».
 
La mère du jeune homme a déclaré qu’elle attendait plus d’efforts de la part du gouvernement français. Reçue le 25 juin dernier par le conseiller du Proche-Orient auprès de Nicolas Sarkozy, Boris Boillon lui a assuré que le président de la République avait envoyé une lettre au Premier ministre israélien Benyamin Netanyahou pour lui demander ''un geste de clémence''.
 
Le porte-parole du ministère israélien des Affaires étrangères rappelle que Salah Hamouri a été condamné ''sur la base de sa propre confession'', et qu'il n'a pas fait appel de la décision. Le jeune Franco-Palestinien aurait accepté le jugement, pour éviter d'écoper d'une peine plus lourde.
 
Salah Hamouri attendra 2011 pour sortir de prison. ’’Sauf si Guilad Shalit est libéré’’ affirme sa mère qui voudrait comparer le cas de son fils à celui du soldat franco-israélien en otage à Gaza depuis plus de trois ans… ’’Si celui-ci est libéré, alors peut-être que Salah sortira’’…  L’échange de prisonniers, que les Palestiniens pourraient négocier avec les Israéliens, serait son ’’seul espoir
Partager cet article
Repost0
5 août 2009 3 05 /08 /août /2009 23:28

Russie-Israel : un conflit d’envergure

Depuis la chute de l’URSS et la reprise des relations diplomatiques entre la Russie et Israël, on aurait pu s’attendre à un axe important entre les deux pays qui ont beaucoup à partager. Pourtant, la relation apparaît sur plusieurs niveaux comme tendue, voire chaotique. Plusieurs éléments importants rentrent en compte pour expliquer cela : la relation privilégiée entre la Russie et la Syrie, la participation active d’Israël a l’offensive géorgienne et en toile de fond la forte relation américano-israélienne.

Israël est le seul pays hors CEI (Communauté des Etats indépendants) possédant un foyer national russe important : plus du quart de la population d’Israël parle russe, est de culture russe et puise ses informations sur la situation dans le monde dans les médias israéliens et russes. De plus, plusieurs projets bilatéraux intéressants dans les domaines de l’énergie, l’informatique, les télécommunications, l’armement et surtout la coopération dans le domaine de la lutte anti-terroriste ont vu le jour. « En 2007, le volume du commerce entre la Russie et Israël a atteint 2,5 milliards de dollars », a constaté M. Saltanov, le vice-ministre russe des Affaires étrangères. Il est à noter aussi que la position géopolitique unique de la Russie peut permettre de débloquer la situation entre Israël et l’Iran, empêchant que la confrontation ne parvienne à un stade irréversible. Pourtant, malgré la volonté affichée, surtout par Israël, d’un partenariat solide entre les deux forces, les relations se dégradent rapidement et font craindre une issue des plus défavorables, à savoir un conflit armé par procuration comme cela eu lieu lors de la Guerre des 6 jours. Si la Russie soviétique avait ses raisons de pousser les pays arabes à la guerre contre Israël dans le contexte de Guerre Froide, les raisons, cette fois, sont multiples :

La forte implication d’Israël dans le conflit avec la Géorgie

Le poids que les Etats-Unis ont tenu dans ce conflit est connu de la communauté internationale. Pourtant, Israël a joué un rôle plus important mais plus discret pour s’éviter les foudres russes. L’année dernière, la Géorgie a engagé des firmes israéliennes de sécurité privées, plusieurs centaines de conseillers militaires (presque 1000) pour former les forces armées géorgiennes aux tactiques de commando, d’air, de mer, blindée et d’artillerie de combat. Ces sociétés ont aussi dispensé une instruction sur l’intelligence militaire et la sécurité. Tbilissi a également acheté beaucoup d’armes et de systèmes de guerre électronique à Israël. Il existe ainsi une profonde coopération militaire entre les deux pays, en particulier dans le domaine des drones, du matériel de vision nocturne et des roquettes. Les experts parlent de contrats de plus de 250 millions de dollars par an, mais cela est sûrement très en dessous de la vérité compte tenu de la censure militaire qui prévaut en Israël. Devant les premières protestations Russe, Israël a décidé, il y a environ un an, l’arrêt des ventes d’armes « offensives » en se concentrant, officiellement, sur du matériel « défensif » et des conseils militaires. Israël a choisi surtout de mettre un terme à ses ventes d’armes à la Géorgie, tout juste une semaine avant que la Géorgie n’attaque l’Ossétie du Sud. A l’évidence, les Israéliens savaient ce qui allait arriver, et ils ne voulaient pas y être mêlés.

Quels intérêts les Israéliens avaient à interférer dans une guerre qui ne peut aujourd’hui que leur apporter des problèmes ? Les premières raisons sont bien évidemment économiques : Israël a un pan considérable de son économie consacrée à la défense. Elle voit donc dans la vente d’armes et de conseils militaires un moyen de tirer profit d’un avantage qu’elle a développé. Le fait que deux ministres Georgiens, de la Défense et de la Réintégration, soient juifs, israéliens et maîtrisent parfaitement l’hébreu a favorisé les événements. Mais la raison principale est bien plus secrète, la Géorgie apparaît surtout comme une place très importante en ce qui concerne l’acheminement du pétrole et du gaz vers Israël. Cette dernière n’ayant pas beaucoup de voisins à travers lesquels elle peut acheminer des ressources naturelles, elle utilise le BTC pipeline (Baku-Tbilisi-Ceyhan) passant par le Turkménistan, l’Azerbaïdjan, la Géorgie et la Turquie. Pour Israël, cela s’est révélé être un moyen de défendre ses intérêts stratégiques en ne dépendant pas de la Russie. La présence israélienne en Géorgie, à l’instar de la présence américaine, avait précisément pour but de faire obstacle à la réémergence de la Russie.

L’importance de la relation américano-israélienne

Plusieurs éléments font penser en ce moment à un « remake » de la Guerre Froide : deux blocs se distinguent assez clairement. Un bloc occidental composé des Américains, des Européens et d’Israël, s’oppose à un groupe dans lequel on retrouve la Russie, l’Iran voire la Chine, le Venezuela et la Syrie. L’installation du bouclier anti-missile américain en Pologne, la guerre entre la Géorgie et la Russie, l’entrée envisagée de l’Ukraine dans l’OTAN, sont autant de sujets qui attisent les crispations entre les deux blocs et font apparaître des jeux de puissance pour établir (ou rétablir dans le cas de la Russie) les réseaux d’influence. Pour la Russie, l’enjeu géopolitique reste le même depuis la guerre expansionniste qu’avait menée le Tsar Nicolas 1er en 1854 : l’accès aux mers chaudes, pour mieux contrôler les frontières de l’Europe de l’Est, et celles du Moyen-Orient. Le Moyen-Orient apparaît comme une région stratégique et risque de devenir, comme au plus fort moment de la Guerre Froide, une zone d’affrontement entre les deux blocs. Dans une logique belliqueuse de base, où « l’ennemi de mon ennemi devient mon ami », Israël risque de faire les frais d’un conflit auquel elle n’était pas réellement mêlée. Ces deux raisons permettent d’expliquer pourquoi la Russie a décidé de « punir » Israël et de se rapprocher de ses ennemis arabes, en particulier la Syrie.

La vente d’armes russes à la Syrie

Un rapport privilégié a existé entre la Russie et la Syrie pendant la Guerre Froide. Ces relations qui s’étaient estompées avec la chute de l’URSS redeviennent assez conséquentes. Il semble évident que les deux pays y ont tout à gagner : La Russie voit en la Syrie un avant poste lui permettant de jouer un rôle prépondérant au Moyen-Orient et la Syrie trouve un intérêt à ce qu’un grand pays la soutienne alors que ses relations avec les Etats-Unis sont conflictuelles. En tant que membre permanent du Conseil de Sécurité, la Russie a la possibilité d’émettre un veto et ainsi bloquer les initiatives de l’ONU. Plusieurs événements témoignent du rapprochement qui a lieu entre ces deux pays : l’annulation quasi intégrale de la dette contractée par la Syrie auprès de URSS (14,5 milliards de dollars), la base de Tartous qui devient une importante base de la marine russe et surtout la vente massive d’armes russes à la Syrie. Ces achats d’armes, financés par l’Iran, rapportent environ 1,5 milliard de dollars par an et ce chiffre pourrait augmenter jusqu’à atteindre 5 milliards en cas de ventes de matériels plus sophistiqués. La Russie s’est longtemps contentée de vendre des armes pas trop menaçantes pour Israël. Comme le disait le président russe : « nous serons prêts à vendre à la Syrie ces armes qui ont avant tout un caractère défensif et ne violent aucunement l’équilibre stratégique des forces dans la région ». Pourtant, depuis peu le discours vient de changer. Le ministre des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov, a annoncé que la Russie était prête à vendre de nouveaux types d’armement à la Syrie. Moscou serait prêt à fournir le missile sol-sol Iskander, modèle très sophistiqué des Skuds, très précis, d’une porté de 300 km (donc couvrant presque tout le territoire d’Israël) et le missile sol-air, dernier cri S-300, considéré comme l’équivalent du Patriot américain. Ces deux systèmes d’armement seraient pour la Syrie un sérieux saut qualitatif dans sa capacité de nuisance terrestre et dans son bouclier aérien : le dernier formerait un sérieux obstacle à la possibilité israélienne de répondre à une attaque précise avec le premier.

De plus, des avions de combat perfectionnés MIG-31 viennent d’être vendu à Damas. Ces MIG-31 sont considérés comme les avions d’interception les plus perfectionnés au monde. Ils peuvent voler plus de 700 km et sont dotés de missiles pointant sur des cibles situées à plus de 200 km de portée. Le contrat est évalué à plusieurs milliards de dollars. Israël s’inquiète d’autant plus que les armes précédemment vendues à la Syrie sont celles qui ont servi au Hezbollah pour détruire les chars israéliens durant la guerre du Liban. Ainsi, on comprend mieux pourquoi la dernière sortie officielle d’Ehud Olmert, premier ministre israélien, fut un voyage en Russie dans le but de rendre aux Russes une superbe propriété de la famille impériale russe en plein Jérusalem, objet d’un long contentieux entre les deux pays.

Malheureusement, on peine à croire que cela puisse suffire.

BK

Partager cet article
Repost0
2 août 2009 7 02 /08 /août /2009 13:56


http://french.china.org.cn/foreign/txt/2009-08/02/content_18248981.htm
_

La Chine et la Syrie se sont soutenues l'une l'autre sur les questions importantes d'intérêt mutuel, a affirmé vendredi l'envoyé spécial du gouvernement chinois pour le Moyen-Orient, Wu Sike, actuellement en visite à Damas.

Etant une amie de longue date de la Chine, la Syrie a totalement compris et soutenu les efforts déployés par la Chine pour défendre sa souveraineté, préserver son intégrité territoriale et maintenir la stabilité sociale, a indiqué M. Wu dans une interview accordée à Xinhua.

L'envoyé chinois, arrivé à Damas jeudi pour la deuxième fois depuis juin, s'est entretenu avec le ministre syrien des Affaires étrangères, Walid al-Moallem, et l'adjoint de celui-ci, Fayssal Mikdad.

La Chine soutient les engagements de la Syrie pour parvenir à une paix juste et globale sur la base des résolutions pertinentes de l'ONU et de la conférence de Madrid, et pour récupérer le plateau occupé du Golan, a affirmé le diplomate chinois.

"La réunion avec le ministre al-Moallem s'est concentrée sur relations bilatérales ainsi que sur les changements et développements dans la région, les deux parties ayant affiché leur soutien aux efforts destinés à trouver une solution au problème du Moyen-Orient", a déclaré M. Wu au terme de la rencontre.

La Chine attache une grande importance au développement des relations avec les pays en développement, dont la Syrie. "L'amitié profonde a en effet joué un rôle important lorsque les situations internationales et régionales ont connu des changements majeurs et intenses", a indiqué M. Wu.

Il a appelé la communauté internationale à fournir un effort plus important pour réactiver le processus de paix du Moyen-Orient, tout en saluant l'amélioration des relations entre la Syrie et les Etats-Unis.

En ce qui concerne l'initiative de la Russie d'abriter la conférence de paix du Moyen-Orient avant la fin de l'année, M. Wu a estimé que les parties prenantes devraient aborder une série de questions substantielles avant de parvenir à établir "un mécanisme capable de superviser l'application des résultats de la conférence".

En tant que représentant spécial du chef de la diplomatie chinoise Yang Jiechi, M. Wu s'est rendu en visite en Algérie et au Qatar avant d'arriver en Syrie.

Agence de presse Xinhua     2009/08/02
Partager cet article
Repost0
1 août 2009 6 01 /08 /août /2009 23:04
jRelations Côte d’Ivoire - Israël : Des experts israéliens forment des coopératives agricoles

eudi 30 juillet 2009 - Par Notre Voie
Taille des caractères

    

 

Activités gouvernementales: SEM Benny Omer, le nouvel Ambassadeur d’Israël présente les copies figurées de ses lettres de créances à SEM Youssouf Bakayoko
© Abidjan.net par DR
Mardi 2 juin 2009. Son Excellence Benny Omer est le nouvel Ambassadeur d’Israël en Cote d’Ivoire avec résidence à Abidjan
L’ONG ECOPA (entreprise de commercialisation de produits agricoles), en collaboration avec l’ambassade d’Israël, a organisé la cérémonie d’ouverture d’un séminaire de formation, le 27 juillet 2009 au District d’Abidjan, au Plateau. Cette séance de formation, qui s’inscrit dans le cadre de la coopération entre la Côte d’Ivoire et l’Etat d’Israël, est destinée aux coopératives agricoles ivoiriennes. Elle est assurée par deux experts israéliens et portera sur le thème : “L’organisation et la gestion des coopératives agricoles”. Selon SEM Benny Omer, ambassadeur d’Israël en Côte d’Ivoire, “Israël n’a pas hésité à mettre à la disposition de ECOPA ses plus grands experts dans la recherche et l’innovation agricole”. Le diplomate a donné l’objectif recherché à travers ce séminaire en ces termes : “Pour l’occasion, nous sommes ce matin tous invités par ECOPA qui est une entité ivoirienne dont l’objectif est de permettre au paysan ivoirien de vivre réellement de ses activités tout en lui donnant l’occasion de s’ouvrir sur l’extérieur et de diversifier ses produits. Au-delà de tout cela, c’est de lui permettre de tirer le meilleur profit”, a-t-il affirmé.

Le directeur général de ECOPA, M. Germain Brou a justifié le choix d’Israël pour former ces coopératives agricoles ivoiriennes. “Nous avons décidé de rompre avec les anciennes méthodes pour nous tourner vers l’expertise de nos frères d’Israël”, a-t-il dit. Selon lui, la coopération avec l’Etat d’Israël permettra davantage de développer l’agriculture et donc l’économie de la Côte d’Ivoire. Le responsable de l’ONG souhaite donc avec l’appui de l’ambassade d’Israël apporter des changements dans le travail des agriculteurs dont l’activité est à la base de l’économie ivoirienne. A la fin de la session, les participants seront capables, selon les objectifs de l’organisation, d’abord d’identifier les différences entre la conduite d’une coopérative et celle des autres types d’organisations, ensuite, d’énoncer les thèmes clés de gestion d’une coopérative et, enfin, de maîtriser les systèmes de financement de la campagne.
La formation s’étant du 27 juillet au 6 août prochain, soit 11 jours.


Acsa Gnanchou (Stagiaire)

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 17:50
Il ne reste plus rien du programme d’Obama (info # 012707/9)
Par Sébastien Castellion

Lundi 27 juillet [07:22:00 UTC]
sans © Metula News Agency

 http://www.menapress.com/article.php?sid=2444

Au cours des dix derniers jours, le Président Obama a connu une nette baisse de sa popularité. La moyenne des sondages des 10 derniers jours le place à 54% d’opinions favorables. Les sondages les plus récents sont les plus désavantageux : un sondage Rasmussen du 25 juillet indique même, pour la première fois, une popularité inférieure à 50 %.

 

Cette moyenne place Obama, à ce stade de son mandat, en neuvième position parmi les onze présidents de l’après Deuxième Guerre Mondiale. Sa popularité est plus faible que ne l’était, après six mois de présidence, celle des épouvantails de la gauche que furent Nixon et le second Bush. De tous les Présidents élus dans l’après-guerre, seuls Gerald Ford (une non-entité, devenu président sans jamais avoir été élu) et Bill Clinton (qui s’est bien rattrapé par la suite), étaient moins populaires, après six mois, que ne l’est Obama aujourd’hui.

 

De plus, la popularité du Président est en chute sur la période, alors que celle de Bush fut très stable, avant de monter en flèche après le 11 septembre. Plus grave encore : d’après le sondage Rasmussen, les Américains qui « approuvent fortement » l’action du Président sont nettement moins nombreux (29 %), que ceux qui la « désapprouvent fortement » (40 %). Les anti-Obama sont désormais plus convaincus et plus fermes dans leur opinion que les partisans du Président.

 

Le Président avait pris ses fonctions parmi l’adulation générale de la presse et les comparaisons les plus audacieuses (« C’est Roosevelt ! Non, c’est Kennedy ! Vous n’avez rien compris, c’est Lincoln ! »). Depuis lors, cependant, les choses ne se sont pas passées comme les obamaniaques l’avaient rêvé.

 

Le programme du nouveau Président, à son arrivée au pouvoir, reposait sur cinq axes faciles à comprendre : sortir rapidement d’Irak ; mettre fin aux prétendues « atteintes aux libertés » de George W. Bush (Guantanamo, écoutes, livraison de terroristes à des pays tiers) ; engager un dialogue direct avec l’Iran ; rétablir les comptes de l’Etat après les déficits du deuxième Bush, comme Clinton l’avait fait après les déficits du premier ; et réformer en profondeur le système de santé américain.

 

Après six mois, trois de ces cinq promesses ont été abandonnées ouvertement par le Président. La guerre d’Irak se poursuit ; tous les programmes diabolisés ont été maintenus ; et Obama a lancé l’Amérique dans la plus grande débauche de dépenses et de déficits de son histoire. Une quatrième promesse, le dialogue direct avec l’Iran, est condamnée à échouer : ce n’est pas qu’Obama n’essaie pas sincèrement d’y parvenir, mais l’idée ne suscite pas le moindre intérêt à Téhéran.

 

Le seul élément reconnaissable qui demeure du programme Obama est donc la réforme du système de santé. Mais, sur ce point aussi, les difficultés sont en train de s’accumuler.

 

Il y a encore deux semaines, le Président exigeait que le projet de loi portant réforme du système de santé soit voté par les deux chambres du Congrès avant le départ en vacances des parlementaires, prévu pour la fin de cette semaine. Mais il est désormais certain que le Sénat ne votera pas cette réforme à temps.

 

Même à la Chambre des représentants (malgré les manœuvres de plus en plus brutales de la présidente de la Chambre, Mme Nancy Pelosi), il n’est pas encore tout à fait sûr que le projet de loi dispose du soutien nécessaire pour être voté. Si, toutefois, il l’était, un vote à la Chambre ne serait que le prélude d’une démolition au Sénat. Une fois porté devant la deuxième chambre, le projet sera soit oublié, soit (plus probablement), si profondément modifié, que la « réforme » qui en sortira n’aura plus rien à voir avec le projet de loi voulu par le Président.

 

Comment un président dont le parti contrôle – largement – la majorité dans les deux chambres a-t-il pu se mettre dans une telle impasse ?

 

Il semble qu’Obama, sur la question de la réforme du système de santé, a trop cru à sa propre rhétorique et n’a pas su lire l’opinion publique américaine. C’est un développement intéressant de la part d’un homme dont l’intelligence et le talent politique sont reconnus par ses pires ennemis.

 

Mais la ligne du parti Démocrate sur la santé – source exclusive de l’opinion européenne sur ce sujet – est répétée si souvent, et depuis si longtemps, dans la presse du parti, qu’il s’est créé une « bulle médiatique ». Ceux qui vivent à l’intérieur de cette bulle, Président compris, ont fini par la prendre pour la réalité. Ils sont donc tout surpris lorsque l’opinion publique, qui connaît la réalité, refuse de les suivre dans leur illusion.

 

On peut résumer comme suit l’image du système de santé américain, tel qu’il est vu dans la bulle de l’élite Démocrate :

 

« Le coût très élevé du secteur américain de la santé (15 % de la richesse américaine, soit environ l’équivalent de toute la richesse produite par la France en une année) est la preuve de l’échec du système de santé, et, notamment, de son excessive complexité. L’existence d’une population non assurée (environ 13 % de la population américaine) pose un problème moral insupportable. Le système de santé, fondé sur la compétition des compagnies d’assurance pour obtenir des clients, favorise les riches et néglige injustement les plus pauvres. »

 

Conformément à cette vision, le projet de loi actuellement en discussion devant la Chambre des représentants prévoit de créer un nouveau régime d’assurance santé géré par l’Etat. Ce régime couvrirait tous les Américains (ou presque tous, selon la version du projet de loi) qui n’ont pas accès à une assurance-santé aujourd’hui, ou qui choisiraient de rejoindre le système public, en quittant leur actuelle assurance privée. Le financement du système public n’est pas encore clair – c’est l’un des points de débat entre législateurs – mais on parle à la fois de faire payer aux assurés des primes d’assurance et, simultanément, d’imposer les hauts revenus et les profits des entreprises.

 

Le régime public ne remplacerait pas immédiatement les régimes d’assurance privés. Cependant, tout serait en place pour que l’assurance d’Etat se substitue progressivement au secteur privé. Cette assurance serait financée à la fois par ses propres assurés et par les contribuables ; autrement dit, elle serait le seul régime d’assurance santé à être financé par les clients de ses concurrents. Cela lui permettrait, naturellement, d’offrir des primes d’assurance plus faibles que les assureurs privés. La concurrence ainsi faussée préparerait le terrain pour une nationalisation progressive de tout le secteur de l’assurance santé.

 

Et si cela ne suffisait pas, le projet de loi en discussion devant la Chambre prévoit que les personnes qui quittent un régime privé (par exemple en changeant d’employeur) soient en principe rattachées au nouveau régime public.

 




Je suis votre nouveau docteur ! Alors, rassurée ?

 

Tout cela serait sans doute populaire si l’image Démocrate du système de santé décrite plus haut était exacte. La gauche, cependant, a le plus grand mal à faire admettre cette caricature par l’opinion américaine. Comme souvent, le parti Démocrate, expert incontesté en réinvention de l’histoire, a plus de succès pour convaincre les Européens, qui voient tout cela de loin, que les Américains eux-mêmes.

 

Quand on quitte les pages des journaux de gauche pour revenir sur la planète Terre, le système américain reste, certes, cher et compliqué. Mais une partie de la complexité vient du fait que les compagnies d’assurance se font concurrence pour obtenir des clients. Elles doivent, pour cela, concevoir des produits complexes que leurs acheteurs – pour l’essentiel, des spécialistes choisissant au nom d’employeurs qui offrent ensuite le régime à leurs salariés – pourront comparer entre eux.

 

Cela pose des problèmes de compréhension pour la plupart des patients, qui ne sont pas spécialistes ; mais cela garantit aussi que l’acheteur a le choix entre plusieurs produits et peut choisir le meilleur. Un système public unique ferait disparaître ce choix ; beaucoup d’Américains craignent, en conséquence, que la qualité du service ne fasse que baisser.

 

Quant au coût élevé de l’industrie américaine de la santé, il est dû – au moins en partie – à la qualité technique de cette industrie. C’est aux Etats-Unis qu’on trouve les laboratoires de recherche les plus avancés du monde et les équipements les plus sophistiqués. On pourrait, certes, payer moins cher ; mais uniquement au prix d’une baisse de qualité de la recherche et des traitements. Après tout, le coût du traitement des maladies cardiaques était bien plus faible il y a quarante ans qu’aujourd’hui – pour la simple raison qu’il n’y avait pas de traitement. L’apparition des angiographies, des pontages et des greffes de cœur a eu un coût élevé ; mais peu d’Américains le regrettent.

 

Si un régime public unique est mis en place, il subira (comme toutes les dépenses publiques) le poids de l’ajustement qui deviendra nécessaire lorsque les dettes qu’Obama accumule devront être payées. La réduction des dépenses entraînera, on peut le craindre, une baisse de la qualité des soins.

 

Les Américains, qui auront perdu dans l’intervalle le bénéfice de la concurrence des assureurs privés, ne pourront plus rien faire, lorsqu’un bureaucrate de Washington leur annoncera que leur cancer est trop rare, ou déjà trop avancé, pour justifier la dépense.

 

Ces inquiétudes sont renforcées par la mauvaise foi évidente de l’argument mis en avant par les Démocrates, selon lequel l’existence d’une forte population non assurée prouve que le système de santé ne s’intéresse qu’aux riches.

 

Tous les Américains savent que les plus pauvres d’entre eux sont assurés par l’Etat, dans le cadre du programme Medicaid ; et que les salles d’urgence des hôpitaux soignent les cas urgents, que le malade soit assuré ou pas (s’il ne l’est pas et ne peut pas payer, ils font couvrir le coût en augmentant le montant chargé aux autres malades). L’idée que l’Amérique laisse ses pauvres sans soins est certes répandue en Europe ; mais elle ne correspond pas à l’observation.

 

Du reste, le fait d’avoir sous les yeux l’exemple de Medicaid (et de Medicare, un autre système de santé géré par l’Etat au bénéfice des personnes âgées) empêche tout Américain raisonnable de croire un seul instant aux promesses des Démocrates, lorsqu’ils disent qu’un système public serait mieux géré et plus efficace que les régimes privés.

 

Medicare et Medicaid sont connus dans toute l’Amérique pour être des puits sans fond, absorbant toujours plus d’argent public pour des résultats très médiocres. Le projet Obama dit à tous les Américains : « ceux qui gèrent aujourd’hui le régime de santé des plus pauvres vont bientôt gérer le vôtre ». Il pourra difficilement, sur ce point, susciter l’enthousiasme.

 

Les Américains savent aussi que, pour la plus grande partie des non assurés – des personnes à revenus modestes sans être pauvres ; indépendants ou employés par de petites entreprises qui ne peuvent pas acheter pour eux une assurance de groupe, et généralement jeunes et en bonne santé – le principal problème est qu’il est interdit par la loi de vendre à faible coût des assurances santé partielles, correspondant à ce que souhaiterait cette population.

 

Quand on est en bonne santé et de revenus modestes – et que l’on sait par ailleurs que les salles d’urgence s’occuperont de vous en cas d’accident grave – on peut vouloir s’assurer pour les soins dentaires et les accidents du sport, mais ne pas vouloir payer pour couvrir le risque de cancer du pancréas ou de crise schizophrénique. Cela, cependant, est interdit par la loi.

 

De nombreux Américains se retrouvent ainsi, avec pour seul choix, de s’assurer contre une foule de conditions rares ou de ne pas s’assurer du tout. Il n’y a rien d’étonnant à ce que de nombreuses personnes qui se trouvent dans cette situation choisissent de ne pas s’assurer. Cela ne justifie pas, en tout cas, les cris d’orfraie de ceux qui veulent voir dans cette population non assurée un scandale moral national.

 

Au total, le plan Obama consiste donc à dire aux Américains : « Nous allons mettre fin à un système complexe et cher, mais qui fonctionne bien pour la plus grande partie d’entre vous, et vous donne la possibilité de choisir entre plusieurs assureurs.

 

Et nous allons créer un système unique, dans lequel ceux qui décideront de la qualité de vos soins sont les mêmes que je suis en train d’endetter jusqu’à la gorge et qui ont prouvé leur incapacité à gérer efficacement Medicare et Medicaid ».

 

Rien d’étonnant, dans ces conditions, à ce qu’Obama ne parvienne pas à rassembler les votes nécessaires à la Chambre des représentants, et encore moins au Sénat. En particulier, les élus Démocrates conservateurs (« Blue Dogs » ou Chiens bleus), élus dans des circonscriptions qui pourraient facilement se retourner vers les Républicains, ne veulent pas associer leur nom à une réforme impopulaire poussée par la gauche du parti.

 

Cependant, les élus Démocrates doivent aussi veiller à ne pas trop affaiblir le Président, qui risquerait de les entraîner dans sa chute s’il tombait trop bas. Il ne serait donc pas étonnant que, dans les prochains jours, on voie se dessiner une tentative de sauver la face d’Obama en adoptant – bien plus tard que prévu, sans doute à l’automne prochain – une réforme du système de santé a minima, qui ne menacera pas les régimes privés et qui imposera des économies importantes à Medicare et Medicaid.

 

Un tel vote pourrait être soutenu par les Chiens bleus face à leurs électeurs les plus conservateurs ; et il permettrait à Obama d’affirmer qu’il a bien, comme il l’avait promis, réformé le système de santé. Mais cette réforme n’aura plus rien à voir avec la centralisation et la nationalisation dont rêvait le Président.

 

Dans cette hypothèse (réaliste, mais relativement optimiste pour le Président) où une réforme réduite du système de santé serait votée par les deux chambres, le score des cinq piliers du programme Obama deviendrait : trois trahisons (Irak, sécurité nationale et politique budgétaire) ; un échec manifeste (la politique iranienne) et un échec camouflé (la réforme du système de santé).

 

Après seulement six mois de pouvoir, le Président doit désormais redéfinir, en repartant de zéro, quelle marque il veut laisser dans l’histoire au cours des trois ans et demi qu’il lui reste à servir.

 

Partager cet article
Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 13:07
Betting on Dennis Ross By: Daniel Mandel
FrontPageMagazine.com | Thursday, July 30, 2009

http://frontpagemag.com/readArticle.aspx?ARTID=35754

http://4.bp.blogspot.com/_CLx8jQ467bU/SaPcXWpVFxI/AAAAAAAAAOw/vz6fPZ96FM4/s320/dennis_ross.jpg
One of the small, but interesting, indeed significant, things to have emerged from the Alan Dershowitz – Melanie Phillips FrontPage Magazine debate over the Obama Administration’s policies towards Israel is the manner in which Dershowitz seeks a security blanket in the existence of individual Obama Administration figures deemed pro-Israeli.

 

Yet, his is a curious argument: it tacitly concedes that the President’s background and the record of at least some of his relevant advisers and appointees – and thus the auguries regarding the likely direction of policy under his stewardship – have indeed given reason for worry.

 

http://www.shatteringdenial.com/images/06/zbigniew_brzezinski.jpg

 Zbigniew BRZEZINSKI

Consider some of these advisers and appointees: Zbigniew Brzezinski, who lauded the 2006 Mearsheimer-Walt demonization of the pro-Israel lobby – a demonization Dershowitz himself felt impelled to rebut; General Merrill ‘Tony’ McPeak, who thinks American Jewish voters prevent the U.S. playing a constructive role in bringing about peace; Robert Malley, who has urged an imposed settlement on Israel and advocated negotiations with Hamas; Samantha Power, now on the National Security Council, who has also advocated external imposition of a settlement on Israel; George Mitchell, now Special Envoy to the Middle East, whose response to the outbreak of the Palestinian terror wave in 2000 was to call for more Israeli concessions before demanding Palestinians fulfill their already existing, unfulfilled obligations under Oslo; and Daniel Kurtzer, who largely blames Israel for the 2000 Camp David negotiations failure.


http://scot.altermedia.info/images/white-news-mearsheimer-walt-israel-lobby-300x213.jpg


Yet pro-Obama Israel supporters frequently ignore these officials’ records and point to other officials, or even the same ones, in the conviction that they are Israel’s friends or that their mere presence foreshadows cordial American-Israeli relations:

 

·       Marc R. Stanley, chairman of the National Jewish Democratic Council, has pointed to several advisers and appointees – Hillary Clinton, Rahm Emanuel, George Mitchell, Peter Orszag, Dennis Ross, Kathleen Sebelius and Lawrence Summers – with “long-standing close relationships with us” among reasons for Jews to feel at ease with the Obama Administration. 

 

·       The Washington Jewish Week, in an October 2008 editorial supporting Obama’s candidacy, asserted blithely, “On Israel, there is no doubt that McCain is a stalwart supporter, but Obama, too, is a strong friend. Need proof? Look at his closest Israel advisers, people like Dennis Ross, Robert Wexler and Daniel Kurtzer, who wouldn’t work so hard as his surrogates if they didn’t believe his concern for and commitment to the Jewish state were genuine and unshakable.”

 

Now, in FrontPage, Dershowitz has done the same thing. Scolded by Phillips for ignoring as formative influences on Barack Obama his own radical past associates deeply hostile to Israel, Dershowitz caviled, “No one who fits that characterture [sic] would have appointed Hillary Clinton as his Secretary of State, Dennis Ross (who she also attacks) as an adviser on Iran and Rahm Emanuel as his Chief of Staff.”

 

 

The case for skepticism regarding Clinton and Emanuel has been made by others. However, when it comes to Dennis Ross, liberal, pro-Obama Israel supporters speak as though they are on a sure thing. Before Obama’s election, the New Republic’s Marty Peretz, another liberal champion of Israel, said any misgivings he had were allayed by the presence on Obama’s team of the “clear-headed” Ross. Ross was to be found last year seeking to reassure Jews that it was kosher – indeed meritorious – to vote for Obama.

 

But is Ross’ own record of judgment and deeds reassuring?

 

In an interview  with me eight years ago, Ross was candid about the mistakes President Clinton and he committed in working for an Arab-Israeli peace. He was explicit about their having fatally ignored Palestinian terror and incitement to hatred and murder:

 

[I] believe that we … became so preoccupied with this process that the process took on a life of its own. It had self-sustaining justification. Every time there was a [Palestinian] behavior, or an incident or an event that was inconsistent with the process … the impulse was to rationalize it, finesse it, find a way around it and not allow it to break the process.

 

Holding the Palestinian leadership responsible for the failure of the Oslo process, Ross concluded, “I don’t believe that one can focus now on the solution. You have to focus on management and defusing of the conflict.”

 

However, last year, campaigning for Obama, Ross could be found declaring that “the Bush administration walked away from peace-making for more than six years.” Apparently, what Ross told me in 2001 to be impossible he now believes should have been tried ceaselessly since about that date.

 

What made Ross change his mind? Apparently, the notion that, while Arafat could not make peace, Mahmoud Abbas (“whose intentions, I think, are for peace”) and his cohorts can – and will – with U.S. support. The trouble is, precisely such supportive efforts were the sum total of the Bush Administration’s approach – and it proved a failure.

 

The Bush Administration accepted (over strenuous Israeli objections) the Roadmap peace plan in April 2003, which ordained immediate Israeli concessions and redeployments in response to untested Palestinian reforms. It pressured Israel into concessions – like the perilous abandonment of the Gaza/Egypt border. It engaged ceaselessly with a reshuffled pack of veteran Arafat loyalists — Mahmoud Abbas, Saeb Erekat, Nabil Shaath, Ahmed Qurei, with Salaam Fayyad later added to the deck — claiming these amounted to new Palestinian leadership.

 

This embrace of Arafat loyalists was not the result – Ross’ confidence in Abbas’ moderation notwithstanding – of the Palestinian Authority (PA)’s dismantling the apparatus of terror or the ending of the incitement to hatred and murder that feeds it. Terrorists are not jailed – in fact, Mahmoud Abbas explicitly ruled out doing that already in 2005, contrary to Oslo and the Roadmap. Glorification of terror within the PA remains the norm and Abbas himself has described wanted terrorists as “heroes,” publicly mourned dead terrorists (George Habash) and congratulated the families of living ones (Samir Kuntar) on their release by Israel.

 


In short, the logic of dealing with Arafat loyalists involves feigning ignorance of all this. Thus, George W. Bush and Condoleezza Rice liberally showered Abbas and the PA with praise, money ($600 million of U.S. taxpayer’s money in Bush’s last year) and arms for undetectable moderation. Under Obama, all that has changed is the magnitude of the taxpayer funds remitted to the PA (some $900 million in 2009) and the volume of pressure applied to Israel to make concessions to it.

 

Ross served throughout the two Clinton Administrations as Middle East envoy. Where is he now? As of last month, he carries the unwieldy title of Special Assistant to the President and Senior Director for the “Central Region,” having been quickly shifted from the Persian Gulf and Southwest Asia brief he took up only months ago within Clinton’s State Department team. Whether this move presages increased or reduced influence for Ross remains to be seen.

 

But even assuming that Ross occupies a position of influence and authority, the question is: will he serve as a bridle on the Obama Administration’s heavy-handed tendencies to bully Israel, as in the present fracas over Israel building homes for Jews in Jerusalem or the West Bank? His own record affords little reason to think so.

 

On his conduct during the Oslo years, as he conceded in 2001, Ross did not call a halt to a policy of pressure on Israel and indulgence of the PA. But his record is longer than the Oslo years.

 

In 1992, for example, Ross and his State Department colleagues, wishing to prevent Arafat from boycotting upcoming peace talks, persuaded the George H. W. Bush Administration to strongly condemn Israel in the U.N. for expelling a dozen Palestinian ringleaders after a series of lethal terror attacks on Israelis. Then, as later, Palestinian terrorism was insufficient grounds for upsetting diplomacy that we now know led no-where but to bloodshed. And when last year Marty Peretz took Robert Malley to task for hostility to Israel, Ross joined Sandy Berger, Dan Kurtzer, Martin Indyk, Aaron Miller and other Clinton era advisers in indignantly repudiating Peretz’s critique.

 

In short, Ross’ is not the record of someone who will readily oppose pressure on Israel from within the inner sanctum of an Obama Administration if these get in the way of the latest ‘peace process.’ Liberal supporters of Israel like Alan Dershowitz who bank on Dennis Ross to provide a countervailing influence within the Obama Administration should take note.


Daniel Mandel is a fellow in history at Melbourne University, director of the Zionist Organization of America’s Center for Middle East Policy, and author of H.V. Evatt and the Establishment of Israel: The Undercover Zionist (Routledge, 2004).
Partager cet article
Repost0
30 juillet 2009 4 30 /07 /juillet /2009 11:57
Les contrecoups de la lamentable non-politique étrangère d'Obama, consistant essentiellement à faire pression sur un seul pays, en croyant s'acheter l'empathie des autres, Arabes, Palestiniens, Iraniens, Cubains, Vénézuéliens, bref tout ce que l'Amérique compte d'alliés douteux ou d'ennemis intarrissables, commence à rencontrer une opposition croissante dans son propre pays. Cette position "absolutiste", faite de fixation chronique et d'absence d'alternative n'est-elle pas le signe évident, la preuve par neuf de son propre désir d'échouer et de conduire l'Amérique à la décrédibilisation internationale?
Op-ed: Obama's policy on settlements may prove self-defeating


Washington Post editorial says demand to freeze all Jewish construction in West Bank, east Jerusalem led Palestinian, Arab leaders to 'harden their positions'; claims president 'must be tough on more than one country'

Ynet

Published:  07.30.09, 10:59 / Israel News

On the heels of visits by a number of US envoys to the Middle East to explore the prospects of jumpstarting the regional peace process, President Barack Obama's policy of pressuring Israel to halt all settlement construction is facing more criticism form home.

 

'Absolutist demand.' Obama  Photo: AP
 Close window  Close window


A Washington Post editorial published on Thursday said, "One of the more striking results of the Obama administration's first six months is that only one country has worse relations with the United States than it did in January: Israel.

 

"The new administration has pushed a reset button with Russia and sent new ambassadors to Syria and Venezuela; it has offered olive branches to Cuba and Burma. But for nearly three months it has been locked in a public confrontation with Israel over Jewish housing construction in Jerusalem and the West Bank. To a less visible extent, the two governments also have differed over policy toward Iran," the editorial read.

 

According to the Washington Post, by "making plain" his disagreements with Prime Minister Benjamin Netanyahu on Palestinian statehood and Jewish settlements, Obama "hoped to force an Israeli retreat while building credibility with Arab governments - two advances that he arguably needs to set the stage for a serious peace process.

 

"But the administration also is guilty of missteps. Rather than pocketing Netanyahu's initial concessions - he gave a speech on Palestinian statehood and suggested parameters for curtailing settlements accepted by previous US administrations - Obama chose to insist on an absolutist demand for a settlement 'freeze'," said the newspaper.
US envoy Mitchell (L) with Netanyahu Photo: AFP
 Close window  Close window

 

Tough on Israel

Why President Obama's battle against Jewish settlements could prove self-defeating

http://www.washingtonpost.com/wp-dyn/content/article/2009/07/29/AR2009072903167.html
'Tough on more than one country'

This policy, said the editorial, led Palestinian and Arab leaders who had accepted previous compromises to immediately harden their positions and balk at delivering the confidence-building concessions to Israel that the Obama administration seeks.

 

"Israeli public opinion, which normally leans against the settler movement, has rallied behind Netanyahu. And Israeli-Palestinian peace negotiations, which were active during the Bush administration's final year, have yet to resume," said the newspaper.

 

The Washington Post said American and Israeli officials are working on a compromise that would allow Israel to complete some housing now under construction while freezing new starts for a defined period, adding that Arab states would be expected to take steps in return.

 

"Such a deal will expose Obama to criticism in the Arab world - a public relations hit that he could have avoided had he not escalated the settlements dispute in the first place. At worst, the president may find himself diminished among both Israelis and Arabs before discussions even begin on the issues on which US clout is most needed," the editorial said.

 

"If he is to be effective in brokering a peace deal, Obama will need to show both sides that they can trust him -- and he must be tough on more than one country."

 

About a month ago Washington Post columnists Jackson Diehl and David Ignatius said that the US must end its spat with Israel and that Obama's "absolutist position" on the settlements was a "loser."

ONE OF THE MORE striking results of the Obama administration's first six months is that only one country has worse relations with the United States than it did in January: Israel. The new administration has pushed a reset button with Russia and sent new ambassadors to Syria and Venezuela; it has offered olive branches to Cuba and Burma. But for nearly three months it has been locked in a public confrontation with Israel over Jewish housing construction in Jerusalem and the West Bank. To a less visible extent, the two governments also have differed over policy toward Iran.

This week a parade of senior U.S. officials has been visiting Jerusalem to tackle the issues: Defense Secretary Robert M. Gates, Middle East envoy George J. Mitchell, national security adviser James L. Jones and senior aide Dennis Ross. But the tensions persist, and public opinion is following: The Pew Global Attitudes Project reported last week that Israel was the only country among 25 surveyed where the public's image of the United States was getting worse rather than better.

In part the trouble was unavoidable: Taking office with a commitment to pursuing Middle East peace, Mr. Obama faced a new, right-wing Israeli government whose prime minister, Binyamin Netanyahu, has refused to accept the goal of Palestinian statehood. In part it was tactical: By making plain his disagreements with Mr. Netanyahu on statehood and Jewish settlements, Mr. Obama hoped to force an Israeli retreat while building credibility with Arab governments -- two advances that he arguably needs to set the stage for a serious peace process.

But the administration also is guilty of missteps. Rather than pocketing Mr. Netanyahu's initial concessions -- he gave a speech on Palestinian statehood and suggested parameters for curtailing settlements accepted by previous U.S. administrations -- Mr. Obama chose to insist on an absolutist demand for a settlement "freeze." Palestinian and Arab leaders who had accepted previous compromises immediately hardened their positions; they also balked at delivering the "confidence-building" concessions to Israel that the administration seeks. Israeli public opinion, which normally leans against the settler movement, has rallied behind Mr. Netanyahu. And Israeli-Palestinian peace negotiations, which were active during the Bush administration's final year, have yet to resume.

U.S. and Israeli officials are working on a compromise that would allow Israel to complete some housing now under construction while freezing new starts for a defined period. Arab states would be expected to take steps in return. Such a deal will expose Mr. Obama to criticism in the Arab world -- a public relations hit that he could have avoided had he not escalated the settlements dispute in the first place. At worst, the president may find himself diminished among both Israelis and Arabs before discussions even begin on the issues on which U.S. clout is most needed. If he is to be effective in brokering a peace deal, Mr. Obama will need to show both sides that they can trust him -- and he must be tough on more than one country.

Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis