Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog
29 juillet 2009 3 29 /07 /juillet /2009 21:43

 

Revirement spectaculaire au pays des paranos US : voulant confondre l'AIPAC d'espionnage au profit d'Israël sur le sol des Etats-Unis, le FBI a fini par lâcher son agent-double chargé d'investiguer au sein de l'organisation pro-israélienne, qui enregistrait ses conversations avec l'Ambassade ou le "Lobby". Larry Franklin, analyste du Pentagone sur les questions iraniennes, et colonel de l'air-Force à la retraite, a également espionné Israël en tant qu'agent sous couverture, retraçant les informations apportées par Naon Gilon. "L'ami américain" se donne beaucoup de mal pour traquer les scénarii échaffaudés par Israël, mais semble assez déconcentré et déconcertant, en ce qui concerne la Mollachie qu'ainsi il protège de toute la force de ses services intérieurs!

AIPAC 'mole' says he was a double agent

 


Photo: AP
Franklin. Double agent Photo: AP

 


http://www.artforthemasses.us/gallaria/GalleryImages/FBI-Card.jpg

 

Larry Franklin, former Pentagon analyst convicted of relaying classified information to AIPAC, claims in Washington Times interview he was asked by FBI to spy on Jewish lobby. Franklin says FBI sent him to record conversation with AIPAC member and Israeli Embassy official

Yitzhak Benhorin

Published:  07.29.09, 20:45 / Israel News

WASHINGTON - A surprising turn of events in the 2004 Pentagon mole affair: Larry Franklin, who was convicted of relaying classified information to AIPAC members, claimed on Wednesday that he worked as an undercover double agent for the Federal Bureau of Investigation in order to collect information on the American Israel Public Affairs Committee.

 

In an interview to the Washington Times Franklin related that the FBI sent him to record a conversation with AIPAC lobbyist Keith Weissman and Israeli Embassy official, Naor Gilon and that he cooperated on other matters for a period of 10 weeks in 2004.

 

The former Pentagon analyst said in the interview that he never considered spying for Israel and that he felt betrayed when the FBI agents he was assisting finally informed him he would need a lawyer.

 

"I cooperated without a lawyer because I thought we were on the same side…and I was dumbfounded," Franklin was quoted as saying by the Washington Times.

 

FBI arm twisting

Franklin further stated in the interview, "I had no money, I told them, for a lawyer. They assigned me a lawyer who was paid by the government who wanted me to sign something that was anathema to me, an abomination."

 http://accel7.mettre-put-idata.over-blog.com/300x300/1/12/27/44/Entreprises/FBI.png

Franklin eventually pleaded guilty and the court sentenced him to over 12 years imprisonment. However, his sentenced was reduced to probation by a federal judge after the US administration decided not to pursue a trial against former AIPAC analysts Steven Rosen and Keith Weissman.

 

Franklin, who was a senior analyst on Iranian matters in the Pentagon claimed in the Washington Times interview that the FBI initially put pressure on him to work undercover in an investigation into alleged Israeli spying in the United States in May 2004 after he was suspected of providing a CBS reporter with information on Iraqi exile leader Ahmed Chalabi's relations with Iran.

 

At the time, Chalabi was a candidate of the Bush administration to replace Saddam Hussein as Iraq's ruler.

 


According to Franklin, the FBI convinced him that Steve Rosen and Keith Weissman were "bad people" and that they could use his help in obtaining criminal evidence against the two lobbyists.

 

Franklin, a retired colonel in the US Air Force who had previously worked as an undercover intelligence officer in Israel, said in the interview that he met with Naor Gilon, currently a senior official in the Israeli Foreign Ministry. He said of Gilon, "He was a source of mine, and I wrote several intelligence information reports, which I cannot go into, that detailed the information that he gave me."

 

Former Defense Analyst Larry Franklin discloses FBI double cross

by Jerry Gordon, The Iconoclast, July 29, 2009

Larry Franklin former Defense Analyst in AIPAC case

Larry Franklin former Defense Analyst in AIPAC case

 

http://www.israpundit.com/2008/?p=15863

 

Today’s Washington Times has a fascinating expose, “EXCLUSIVE: Defense analyst in spy case was FBI double agent”of how far the anti-Israel cabal in the FBI went when they double crossed Defense Analyst Larry Franklin. Bill Gertz, Washington Times Intelligence beat columnist,was granted an exclusive interview with Franklin. You may recall that Federal Judge T.S. Ellis, III in the Eastern Virginia District Court in May dramatically reduced his sentence against the objections by Federal prosecutors who withdrew the malformed case against AIPAC senior staffers, Keith Weissman and Steve Rosen after a Richmond Federal Appeals Court dismissed the government’s evidentiary motions. We have posted on this murky and unsettling episode for nearly four years,originally here, and more recently, here.

Ken Timmerman in his book, “Shadow Warriors” had divulged the strong arm methods the FBI used to euchre Franklin into serving as a double agent. We believe that the FBI cabal was lead by former Associate Director David Szady who had let it be known that the national law enforcement agency was intent on finding an Israeli mole inside the US government, based erroneously, as it turned out in the disastrous AIPAC case. Federal Prosecutors relied heavily on the thin reed of a 90 year Sedition law, questionable evidentiary standards in filed court motions and sought a ‘closed court’ proceeding, which ultimately was quashed by the Richmond Federal Appelate court dismissal rulings. Messrs. Weissman and Rosen were simply doing what Washington journalists, including Gertz, have done which is revealing ex parte conversations with official sources, who don’t want to go on record; i.e., ‘leaking’. However, the Federal judiciary saw through this blatant attempt by the FBI and federal prosecutors effectively stopped the failed AIPAC case in its tracks, relieving former AIPAC seniors officials Weissman and Rosen from standing trial, and reduced Franklin’s prior sentence under a plea bargain.

 

 

Here are revelations from the Exclusive Washington Times interview with Larry Franklin. (Continue Reading this Article)

 
 
 
 
                 

You might like:
Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 09:39
Malgré ou, plutôt grâce (?) à l'accent mis sur la position de faiblesse de l'Administration Obama face à l'Iran, défiant la Communauté Internationale, il semble, peu à peu, que le Shamallow Bama finisse par entendre les mises en garde, à la fois des forces en présence au Moyen-Orient, mais aussi d'une contestation républicaine qui commence à reprendre du terrain, face à ses effets de manche et d'image qui n'ont jamais fait aucune politique étrangère consistante et crédible. La baisse semble patente dans les sondages, autant au plan économique, où l'on sent que ses incitations paraissent limiter la libre entreprise telle que conçue par l'American Way of Life, que sur le plan diplomatique, où le flexible sn'Obama semble courir après les évènements sans anticiper sur de soudaines poussées dans l'accélération du temps. en simple gestionnaire de ce que légué par ses prédécesseurs. Obama paraît poursuivre son apprentissage et sa Campagne présidentielle ad vitam aeternam, chercher à plaire et séduire, là où le monde requiert des décisions. Ce piêtre Président en goguette qui épuise le capital de crédibilité de la première nation du monde,  à force d'assauts de politically correctness, semble au pied du mur, devoir, cette fois, donner le "coup d'envoi du match" quelle que soit la marque et la coupe de son jean's ou, encore, la couleur de la peau du policier qui frappe à sa porte pour courir après les voleurs : malgré lui?

http://z.about.com/d/politicalhumor/1/0/L/E/2/obama-chosen-one.jpg
Les raisons du durcissement américain envers l'Iran
Renaud Girard*


26/07/2009 | Mise à jour : 14:02 | Commentaires 2 | Ajouter à ma sélection

ANALYSE - Grand reporter au Figaro, Renaud Girard donne son regard sur les relations entre Washington et Téhéran.

 

Renaud Girard. Photo DR.
Renaud Girard. Photo DR.

À Washington, l'humeur à l'égard de l'Iran est en train de changer à vive allure. Le temps semble loin où, de la Maison-Blanche, dans un message télévisé du 20 mars 2009, le président Obama souhaitait aimablement le nouvel an perse aux dirigeants du régime théocratique de Téhéran. Lors du sommet des pays de l'Asean mercredi, la secrétaire d'État, Hillary Clinton, a déclaré que les États-Unis pourraient étendre leur protection («defense umbrella», en anglais) aux pays arabes du Golfe au cas où l'Iran ne renoncerait pas à son programme nucléaire militaire. Cette expression était jusque-là réservée aux membres européens de l'Otan ou au Japon, pays ayant conclu des accords stratégiques avec l'Amérique.

Le 6 juillet dernier, le vice-président Joe Biden avait déjà dit que les États-Unis ne pouvaient pas prétendre empêcher Israël, État souverain, de bombarder les installations atomiques iraniennes, le jour où le gouvernement de Jérusalem jugerait imminente la menace de destruction de l'État hébreu, maintes fois proférée par le président Mahmoud Ahmadinejad.

Cinq raisons expliquent l'actuel durcissement américain envers l'Iran. Les deux premières tiennent au régime islamiste de Téhéran lui-même. Ce dernier n'a rien fait pour saisir la main tendue de Barack Obama, qui proposait la réintégration de l'Iran dans le concert des nations (avec, à la clé, la levée de toutes les sanctions imposées par l'ONU, l'abandon de la doctrine Bush du «changement de régime», et le rétablissement de relations diplomatiques et commerciales normales avec l'Amérique), en échange de garanties iraniennes quant au caractère strictement civil de son programme de recherche atomique. Dès avant les élections présiden­tielles du 12 juin, Ahmadinejad avait déclaré «clos» le dossier nucléaire de son pays, montrant ainsi qu'il n'était pas question d'en négocier les tenants et les aboutissants avec Washington. Sans l'avouer au monde, l'Iran veut la bombe atomique. Pour des raisons de prestige, mais aussi parce qu'il se sent mal à l'aise face à quatre voisins, tous dotés de l'arme nucléaire : la Russie au nord, le Pakistan à l'est, la Ve flotte américaine au sud, Israël un peu plus loin à l'ouest.

Deuxièmement, le régime des mollahs a perdu beaucoup de sa crédibilité dans le monde arabo-musulman (auquel Obama avait consacré un discours spécial, au Caire, le 4 juin), depuis sa triche grossière au scrutin du 12 juin et la répression sanglante des manifestations populaires qui s'ensuivirent. La prétention de Téhéran à incarner une démocratie exemplaire quoique différente du modèle occidental ne tient plus. La triche n'est pas plus permise en Islam qu'ailleurs. Décrédibilisé internationalement et divisé intérieurement, le «gouvernement des clercs» est incontestablement affaibli. Il est toujours plus facile de durcir le ton à l'égard d'un régime affaibli par ses propres erreurs.

Troisième raison, l'Administration américaine ne peut pas à la fois exiger du gouvernement israélien le gel de sa politique de colonisation en Cisjordanie occupée et interdire à l'État juif de se préparer à répondre à la menace existentielle contenue dans les propos du président iranien.

La quatrième raison est d'ordre plus général. L'arrêt de la prolifération nucléaire est redevenu une priorité de la politique étrangère américaine. Clinton vient d'obtenir le soutien de ses homologues russe et chinois dans sa stratégie de fermeté à l'égard de la Corée du Nord. Il n'est plus question de carottes pour obtenir le retour des dirigeants fantasques de Pyongyang à la table de négociation. Ces derniers n'obtiendront d'aide économique pour leur population affamée qu'en l'échange d'une « dénucléarisation complète et irréversible ».

Cinquièmement, le président Obama subit chez lui des attaques de plus en plus concentrées, venues d'un Parti républicain prompt à lui reprocher sa « faiblesse » et sa « naïveté » dans le domaine international. «L'ouverture, c'est bien beau, mais il faudrait qu'elle commence à produire des résultats», lui assènent ses opposants.

Cependant, comme l'a rappelé Clinton elle-même, jeudi à la BBC, les offres de dialogue à Téhéran tiennent toujours. Mais les mollahs savent désormais à quoi s'en tenir : qu'ils n'espèrent pas la moindre faiblesse en provenance de Washington.

* Renaud Girard est grand reporter au service Étranger du Figaro

 

Partager cet article
Repost0
27 juillet 2009 1 27 /07 /juillet /2009 07:50
http://www.hyscience.com/F-15-E-Israel-1-2.jpg
Nous le disons depuis environ deux semaines, depuis le franchissement ostensible du Canal de Suez par au moins un premier sous-marin israélien, avec autorisation explicite de l'Egypte de Moubarak, l'article du Sunday Times révélant l'autorisation de survol de l'Arabie Saoudite offerte par le Roi Abdallah,
article qui pouvait avoir vocation à casser une dynamique jugée difficilement maîtrisable de l'extérieur, ou encore, le passage, peu de temps après de deux corvettes de classe Saar (auquel s'ajoute encore pas plus tard qu'hier, l'essai réussi du tir de missile Barak) : il devient difficile de s'accorder pour savoir si l'Administration américaine, jouant la montre, pour retrouver son vis-à-vis négociateur Ahmadinedjad, un jour ou l'autre, autour d'une table de poker-menteur, détient encore les leviers de l'action au Moyen-Orient ; ou si les principaux intéressés ont décidé de faire cavalier seul et de la mettre devant le fait accompli de son auto-défense sous bouclier de David israélien face à l'Iran. Quoi qu'il en soit, ce sens aigu de son propre intérêt de la Région, modifie en profondeur la donne habituelle de la "Pax Americana", quelles que soient les options que l'Egypte et l'Arabie Saoudite auraient préalablement mises devant Netanyahou et Ehud Barak, sans aucun doute, le grand artisan de ce rapprochement israélo-arabe depuis au moins deux à trois ans, avant de leur accorder ce rôle majeur de "gendarme régional". Ce que, par contre, on sait, c'est que certains membres de l'Administration américaine entendait bien lier indissociablement les deux dossiers iranien et palestinien, des avancées sur le second point enclenchant instantanément une plus grande marge de manoeuvre  sur le premier. Ceci était le plan de Rahm Emmanuel, Biden, Brzezinski, garantissant l'effectivité des "pressions" et livrant le Moyen-Orient pieds et poings liés au chantage américano-mollachique. Si aucun des partenaires nommés ne refusent ce second volet comme crucial, concrètement, un temps d'avance semble marquer les réponses prédisposées en fonction du premier dossier, le remettant sur le dessus de la pile, malgré les atermoiements de Téhéran conditionnant ses propres attitudes à la diffusion à doses massives de l'antisionisme dans le monde et plus particulièrement, au sein même de l'Administration à Washington, où l'hostilité à Israël a le vent en poupe... Révolution géopolitique voyant le Moyen-Orient prendre enfin son destin en main? Ou simple "jeu de rôles" entendu entre des acteurs parfaitement rôdés à se les répartir? Comment faut-il interpréter les demandes américaines auprès d'Israël, de faire preuve de "patience" et de "laisser une chance" au processus de négociation initié par Washington : ordre... ou supplique? (http://www.ynetnews.com/articles/0,7340,L-3752379,00.html )

http://www.globalsecurity.org/wmd/world/israel/images/dolphin_subp_idf-navy6.jpg
Géopolitique/ Un été en Orient

http://jjri.net/articles/295-Geopolitique-Un-ete-en-Orient.html

François D'Orcival, Institut Jean-Jacques Rousseau
Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 08:19

Voici précisément, le type de documents qui doivent être publics d'avance, et qui seraient largement suffisants à dissuader les tentatives dilatoires d'ingérence des Grands Muftis Obama et Kouchner : il n'y a strictement rien d'illégal , bien au contraire, dans cette autorisation de construction réalisée selon un plan précis, ayant une histoire de préservation précise et s'inscrivant dans un programme de développement municipal d'un bâtiment à l'abandon, sans aucun critère ethnique, religieux et national. Historiquement, bis Repetitas, la France commet un impair, pour ne pas parler de bourde monumentale, en tâchant de préserver, à rebours, les concessions perdues par son protégé d'après-Shoah, l'incitateur de Haine anti-Juive, le Grand Mufti Haj Amin Al Husseini, au profit des Britanniques, de la Jordanie, puis de l'Etat d'Israël et, enfin d'un propriétaire privé et restaurateur des lieux.

Que les Américains, réputés nuls en histoire et géographie se trompent, passe encore. Que le Quai d'Orsay, qui connaît les minutes de ces épisodes pour avoir participé directement à l'exflitration d'Husseini, après-guerre, vers la Syrie et l'Egypte contre l'Etat d'Israël naissant, ne se trompe pas de "sauvegarde de patrimoine"...


http://photospalestine.free.fr/thumb/fez.jpg

Kouchner.jpg
Il confond Ouighours et yoghourts...
[voir ici]



La voix francophone d’Israël

Source : Newsletter Ambassade d’Israel en France

hotel-shepherd
Hotel Shepherd
muftiJerusalem-hitler
Rencontre entre le Mufti et Adolf Hitler le 28 novembre 1941

Le bâtiment a vu le jour sur décision du Mufti de Jérusalem, Haj Amin Al-Huseini avant son exil par les Britanniques. A l’issue de la guerre des Six Jours, il est devenu propriété de l’Etat d’Israël et a été revendu en 1985 à une société privée qui a reçu une autorisation de construire sur la propriété en novembre 2008.

Le Comité Local de Planification de la municipalité de Jérusalem agit selon des critères d’équité pour toute autorisation de permis de construire, sans distinction de race, foi, sexe, religion, identité nationale du résident ou du propriétaire. L’acquisition du terrain, comme celle de l’Hôtel Shepherd s’est déroulée en toute légalité et a reçu toutes les autorisations quant aux travaux de rénovation qui s’avèrent indispensables.

Le Comité municipal ne s’intéresse qu’aux aspects légaux et de planification urbaine. Selon la Cour Suprême de l’Etat d’Israël, aussi bien les Juifs, les Musulmans que les Chrétiens peuvent acquérir un terrain dans n’importe quel quartier de la ville de Jérusalem. Ainsi par exemple, il y a des résidents arabes à French Hill.

La municipalité agit en toute transparence et a présenté les plans tant aux représentants du Consulat britannique qu’à ceux des Etats-Unis à Jérusalem. Non seulement ils ont donné leur accord pour la construction de 20 appartements mais ils ont approuvé certaines conditions, dont notamment la préservation de sa structure historique telle que proposée par le Comité. Naftali Levi, Directeur adjoint du Département Construction de la municipalité de Jérusalem a porté à la connaissance du public les informations suivantes :

• Histoire : le Mufti de Jérusalem a dirigé le Mouvement palestinien de 1920 à 1930 - à l’initiative de 3 vagues d’émeutes durant cette période. Lorsque le gouvernement instauré sous Mandat britannique l’a expulsé, le bâtiment construit pour lui en 1930 fut réquisitionné et transformé en poste d’observation militaire par l’armée britannique. A la fin de la période du Mandat, il fut transféré à la propriété du Royaume Hachémite de Jordanie, qui agrandit la structure d’origine sans y toucher, et c’est alors que le bâtiment devint l’Hôtel Shepherd.

A l’issue de la Guerre des Six Jours, l’hôtel devint propriété de l’Etat d’Israël qui l’affecta au Ministère de la Justice et à une Cour régionale. Le 5 novembre 1985, la C&M (compagnie de biens immobiliers) en fit l’acquisition ainsi que du terrain environnant. Au début de la première Intifada en 1987, la Police des Frontières loua le bâtiment pour s’y installer durant 15 ans avant de déménager le long de l’autoroute n°1. Depuis et jusqu’à ce jour, la propriété est restée abandonnée.

• Environnement juridique : l’utilisation de ce bâtiment fait partie du Plan 2591 approuvé en 1982 par le District de Jérusalem du ministère de l’Intérieur et a institué une nouvelle planification de tout le quartier de Shiek Jarah (soit environ 310 000m2).

Elle comprenait des quartiers résidentiels, des aires de récréation, des bâtiments officiels, des institutions publiques et des routes. Au vu du zonage de ce Plan, lors de la demande de permis de construction le 6 novembre 2008 par les propriétaires C&M, l’utilisation du terrain en propriété – notamment l’Hôtel Shepherd- a été désignée à usage résidentiel uniquement. Le 2 juillet 2009, le Comité Local de planification de la municipalité de Jérusalem a approuvé la demande, incluant la destruction des bâtiments sur cette propriété à l’exception de la structure historique désignée à la préservation, et autorisé l’établissement de 2 immeubles résidentiels comprenant 20 appartements. Le projet prévoit un parking souterrain, des appartements sur 2 étages avec toit plat. La propriété ne peut être bâtie sur plus de 4 étages. Le plan de l’immeuble s’élève à 9 mètres au-dessus du sol. La zone de construction s’étend sur 3.604., 19 m2 et l’étendue souterraine à 5.769 m2.

Il faut souligner la condition suivante liée à l’autorisation de construire : le propriétaire doit remplir plusieurs critères décidés par le Comité Local. Avant de réceptionner son permis, le propriétaire ne peut engager aucune construction sur place.

 

Partager cet article
Repost0
26 juillet 2009 7 26 /07 /juillet /2009 00:09

Obama prend un râteau à l’est

Havel, Walesa et consorts ne sont pas obamaniaques

 

http://www.causeur.fr/obama-prend-un-rateau-a-l%E2%80%99est,2739


24 juillet 2009 • RecommanderImprimer

Thème(s) :

Partager : Wikio Facebook Twitter Technorati del.icio.us Digg

Luc Rosenzweig

Ancien journaliste au "Monde", Luc Rosenzweig est l'auteur de plusieurs essais dont "Lettre à mes amis propalestiniens" (La Martinière) et "Ariel Sharon" (Perrin).

 

Avant la chute du communisme, on les appelait les dissidents : Sakharov, Havel, Walesa ont connu la prison, d’autres furent contraints à l’exil. Pendant que les gouvernements de l’Occident démocratique cherchaient des accommodements avec l’Union Soviétique, ils incarnaient la résistance intraitable au totalitarisme communiste. Grâce à eux, quelques intellectuels maoïstes français furent dispensés d’une cure de silence repentant dans une quelconque Trappe laïque, après s’être reconvertis dans la défense des persécutés de derrière le Rideau de fer.

Aujourd’hui, alors que l’on va bientôt célébrer le vingtième anniversaire de la chute du mur de Berlin, cette génération dissidente a, pour l’essentiel, quitté le devant de la scène politique où elle avait été propulsée après l’effondrement des régimes communistes.

Mais elle n’a pas renoncé à s’exprimer publiquement au nom de leur expérience historique, et à dire leur fait sans détour aux dirigeants d’aujourd’hui, comme ils le firent jadis face aux tyrans post-staliniens.

En ce mois de juillet, le Tour de France, les bonbonnes dans les usines en voie de liquidation et la castagne au PS ont barré, à de rares exceptions près, le chemin des médias à une lettre ouverte fort intéressante adressée au président des Etats-Unis par vingt anciens responsables politiques de pays d’Europe centrale et orientale. On retrouve dans cette liste les icônes de la dissidence qui sont encore de ce monde, et même un ex-communiste, l’ancien président polonais Alexander Kwasniewski. Ce sont ceux à qui, en mai 2003, Jacques Chirac avait reproché d’avoir « manqué une bonne occasion de se taire » pour cause de soutien à la guerre d’Irak. L’injonction venue de l’Elysée provoqua chez eux plus d’hilarité que de colère : ils avaient tenu tête à Brejnev et au Kremlin, alors une gueulante de Corrézien, ils pouvaient faire avec.

Ces gens-là ne sont donc pas du genre à se laisser intimider, fût-ce par celui qui dispose à la fois de la puissance militaire la plus considérable et d’une popularité sans égale dans la foule mondialisée, le président des Etats-Unis Barack Obama.

Ils tirent la sonnette d’alarme devant ce qu’ils considèrent comme un désengagement des Etats-Unis de l’Europe centrale et orientale au profit de la recherche d’un accord global avec la Russie de Poutine et Medvedev, notamment sur la réduction des arsenaux nucléaires.

En terme choisis, ils reprochent à Obama de se faire balader par des Russes qui, écrivent-ils, « mènent une politique extérieure comme une puissance du XIXe siècle avec les méthodes du XXIe siècle », cherchant à étendre leur zone d’influence par toutes sortes de moyens, y compris les plus technologiquement sophistiqués, comme la piraterie informatique.

Ils s’inquiètent également de la passivité de cette OTAN à laquelle ils ont adhéré avec enthousiasme devant les agressions militaires ou économiques de pays qui se sont émancipés de la tutelle soviétique et sont sortis de l’orbite russe, comme la Géorgie et l’Ukraine. Ils donnent au passage une petite leçon de kremlinologie moderne à une Administration américaine qui semble avoir oublié les leçons de la Guerre froide, sous prétexte que les Russes ont, pour l’instant renoncé à disputer aux Etats-Unis la suprématie planétaire : « Au niveau mondial, la Russie se comporte, sur la plupart des sujets, comme une puissance soucieuse du maintien du statu quo. Au niveau régional et vis à vis de nos nations, cependant, elle agit comme une puissance révisionniste. Elle conteste nos droits à faire nos propres expériences historiques. Elle revendique une position privilégiée quant à la détermination de nos choix en matière de sécurité. Elle fait usage de tous les moyens, licites et illicites de guerre économique – blocus énergétique, investissements politiquement ciblés, corruption et manipulation des medias – pour faire prévaloir ses intérêts et faire obstacle à l’intégration atlantique de l’Europe centrale et orientale. »

Par ailleurs, ils constatent dans leurs pays respectifs, une désaffection croissante à l’égard des Etats-Unis, et un repli vers des positions nationalistes, voire fascisantes et antisémites dont on a pu voir les effets électoraux lors du dernier scrutin européen.

Il serait pour le moins réducteur de ne voir dans cette lettre qu’un combat d’arrière-garde de ceux qui ont soutenu George W. Bush dans ses entreprises les plus hasardeuses. Ses auteurs, qui ont le nez historiquement fin, sentent dans les premiers pas de la diplomatie est-européenne d’Obama, un parfum de Yalta qui ne leur plait pas du tout, et on les comprend.

Ils le jugeront sur son attitude dans deux dossiers qui leur tiennent particulièrement à cœur : la mise en place, en Pologne et en République Tchèque du système antimissile projeté par l’administration précédente, et le soutien des Etats Unis aux projets de gazoducs permettant d’éviter d’être soumis au chantage énergétique de Moscou.

Enfin, il y a des petites vexations qui sont irritantes lorsqu’elles sont infligées à des gens réputés amis, notamment sur la question des visas. Ainsi, nos épistoliers s’étonnent que Lech Walesa, comme tous les Polonais, soit contraint à demander un visa pour se rendre aux Etats-Unis, alors que notre José Bové national peut, lui, se présenter quand il veut où il veut aux agents US de l’immigration muni de sa moustache et de son seul passeport.

Certes, il existe dans le monde d’autres injustices plus dommageables, mais comme dirait Boris Vian, c’est « en protestant qu’on peut finir par obtenir des ménagements ».

 

An Open Letter to the Obama Administration from Central and Eastern Europe

by Valdas Adamkus, Martin Butora, Emil Constantinescu, Pavol Demes, Lubos Dobrovsky, Matyas Eorsi, Istvan Gyarmati, Vaclav Havel, Rastislav Kacer, Sandra Kalniete, Karel Schwarzenberg, Michal Kovac, Ivan Krastev, Aleksander Kwasniewski, Mart Laar, Kadri Liik, Janos Martonyi. Janusz Onyszkiewicz, Adam Rotfeld, Vaira Vike-Freiberga, Alexandr Vondra, Lech Walesa.

We have written this letter because, as Central and Eastern European (CEE) intellectuals and former policymakers, we care deeply about the future of the transatlantic relationship as well as the future quality of relations between the United States and the countries of our region. We write in our personal capacity as individuals who are friends and allies of the United States as well as committed Europeans.
Our nations are deeply indebted to the United States. Many of us know firsthand how important your support for our freedom and independence was during the dark Cold War years. U.S. engagement and support was essential for the success of our democratic transitions after the Iron Curtain fell twenty years ago. Without Washington’s vision and leadership, it is doubtful that we would be in NATO and even the EU today.
We have worked to reciprocate and make this relationship a two-way street. We are Atlanticist voices within NATO and the EU. Our nations have been engaged alongside the United States in the Balkans, Iraq, and today in Afghanistan. While our contribution may at times seem modest compared to your own, it is significant when measured as a percentage of our population and GDP. Having benefited from your support for liberal democracy and liberal values in the past, we have been among your strongest supporters when it comes to promoting democracy and human rights around the world.
Twenty years after the end of the Cold War, however, we see that Central and Eastern European countries are no longer at the heart of American foreign policy. As the new Obama Administration sets its foreign-policy priorities, our region is one part of the world that Americans have largely stopped worrying about. Indeed, at times we have the impression that U.S. policy was so successful that many American officials have now concluded that our region is fixed once and for all and that they could “check the box” and move on to other more pressing strategic issues. Relations have been so close that many on both sides assume that the region’s transatlantic orientation, as well as its stability and prosperity, would last forever.
That view is premature. All is not well either in our region or in the transatlantic relationship. Central and Eastern Europe is at a political crossroads and today there is a growing sense of nervousness in the region. The global economic crisis is impacting on our region and, as elsewhere, runs the risk that our societies will look inward and be less engaged with the outside world. At the same time, storm clouds are starting to gather on the foreign policy horizon. Like you, we await the results of the EU Commission’s investigation on the origins of the Russo-Georgian war. But the political impact of that war on the region has already been felt. Many countries were deeply disturbed to see the Atlantic alliance stand by as Russia violated the core principles of the Helsinki Final Act, the Charter of Paris, and the territorial integrity of a country that was a member of NATO's Partnership for Peace and the Euroatlantic Partnership Council –all in the name of defending a sphere of influence on its borders.
Despite the efforts and significant contribution of the new members, NATO today seems weaker than when we joined. In many of our countries it is perceived as less and less relevant – and we feel it. Although we are full members, people question whether NATO would be willing and able to come to our defense in some future crises. Europe’s dependence on Russian energy also creates concern about the cohesion of the Alliance. President Obama’s remark at the recent NATO summit on the need to provide credible defense plans for all Alliance members was welcome, but not sufficient to allay fears about the Alliance´s defense readiness. Our ability to continue to sustain public support at home for our contributions to Alliance missions abroad also depends on us being able to show that our own security concerns are being addressed in NATO and close cooperation with the United States
We must also recognize that America’s popularity and influence have fallen in many of our countries as well. Public opinions polls, including the German Marshall Fund’s own Transatlantic Trends survey, show that our region has not been immune to the wave of criticism and anti-Americanism that has swept Europe in recent years and which led to a collapse in sympathy and support for the United States during the Bush years. Some leaders in the region have paid a political price for their support of the unpopular war in Iraq. In the future they may be more careful in taking political risks to support the United States. We believe that the onset of a new Administration has created a new opening to reverse this trend but it will take time and work on both sides to make up for what we have lost.
In many ways the EU has become the major factor and institution in our lives. To many people it seems more relevant and important today than the link to the United States. To some degree it is a logical outcome of the integration of Central and Eastern Europe into the EU. Our leaders and officials spend much more time in EU meetings than in consultations with Washington, where they often struggle to attract attention or make our voices heard. The region’s deeper integration in the EU is of course welcome and should not necessarily lead to a weakening of the transatlantic relationship. The hope was that integration of Central and Eastern Europe into the EU would actually strengthen the strategic cooperation between Europe and America.
However, there is a danger that instead of being a pro-Atlantic voice in the EU, support for a more global partnership with Washington in the region might wane over time. The region does not have the tradition of assuming a more global role. Some items on the transatlantic agenda, such as climate change, do not resonate in the Central and Eastern European publics to the same extent as they do in Western Europe.
Leadership change is also coming in Central and Eastern Europe. Next to those, there are fewer and fewer leaders who emerged from the revolutions of 1989 who experienced Washington’s key role in securing our democratic transition and anchoring our countries in NATO and EU. A new generation of leaders is emerging who do not have these memories and follow a more “realistic” policy. At the same time, the former Communist elites, whose insistence on political and economic power significantly contributed to the crises in many CEE countries, gradually disappear from the political scene. The current political and economic turmoil and the fallout from the global economic crisis provide additional opportunities for the forces of nationalism, extremism, populism, and anti-Semitism across the continent but also in some our countries.
This means that the United States is likely to lose many of its traditional interlocutors in the region. The new elites replacing them may not share the idealism - or have the same relationship to the United States - as the generation who led the democratic transition. They may be more calculating in their support of the United States as well as more parochial in their world view. And in Washington a similar transition is taking place as many of the leaders and personalities we have worked with and relied on are also leaving politics.
And then there is the issue of how to deal with Russia. Our hopes that relations with Russia would improve and that Moscow would finally fully accept our complete sovereignty and independence after joining NATO and the EU have not been fulfilled. Instead, Russia is back as a revisionist power pursuing a 19th-century agenda with 21st-century tactics and methods. At a global level, Russia has become, on most issues, a status-quo power. But at a regional level and vis-à-vis our nations, it increasingly acts as a revisionist one. It challenges our claims to our own historical experiences. It asserts a privileged position in determining our security choices. It uses overt and covert means of economic warfare, ranging from energy blockades and politically motivated investments to bribery and media manipulation in order to advance its interests and to challenge the transatlantic orientation of Central and Eastern Europe.
We welcome the “reset” of the American-Russian relations. As the countries living closest to Russia, obviously nobody has a greater interest in the development of the democracy in Russia and better relations between Moscow and the West than we do. But there is also nervousness in our capitals. We want to ensure that too narrow an understanding of Western interests does not lead to the wrong concessions to Russia. Today the concern is, for example, that the United States and the major European powers might embrace the Medvedev plan for a “Concert of Powers” to replace the continent's existing, value-based security structure. The danger is that Russia's creeping intimidation and influence-peddling in the region could over time lead to a de facto neutralization of the region. There are differing views within the region when it comes to Moscow’s new policies. But there is a shared view that the full engagement of the United States is needed.
Many in the region are looking with hope to the Obama Administration to restore the Atlantic relationship as a moral compass for their domestic as well as foreign policies. A strong commitment to common liberal democratic values is essential to our countries. We know from our own historical experience the difference between when the United States stood up for its liberal democratic values and when it did not. Our region suffered when the United States succumbed to “realism” at Yalta. And it benefited when the United States used its power to fight for principle. That was critical during the Cold War and in opening the doors of NATO. Had a “realist” view prevailed in the early 1990s, we would not be in NATO today and the idea of a Europe whole, free, and at peace would be a distant dream.
We understand the heavy demands on your Administration and on U.S. foreign policy. It is not our intent to add to the list of problems you face. Rather, we want to help by being strong Atlanticist allies in a U.S.-European partnership that is a powerful force for good around the world. But we are not certain where our region will be in five or ten years time given the domestic and foreign policy uncertainties we face. We need to take the right steps now to ensure the strong relationship between the United States and Central and Eastern Europe over the past twenty years will endure.
We believe this is a time both the United States and Europe need to reinvest in the transatlantic relationship. We also believe this is a time when the United States and Central and Eastern Europe must reconnect around a new and forward-looking agenda. While recognizing what has been achieved in the twenty years since the fall of the Iron Curtain, it is time to set a new agenda for close cooperation for the next twenty years across the Atlantic.
Therefore, we propose the following steps:
First, we are convinced that America needs Europe and that Europe needs the United States as much today as in the past. The United States should reaffirm its vocation as a European power and make clear that it plans to stay fully engaged on the continent even while it faces the pressing challenges in Afghanistan and Pakistan, the wider Middle East, and Asia. For our part we must work at home in our own countries and in Europe more generally to convince our leaders and societies to adopt a more global perspective and be prepared to shoulder more responsibility in partnership with the United States.
Second, we need a renaissance of NATO as the most important security link between the United States and Europe. It is the only credible hard power security guarantee we have. NATO must reconfirm its core function of collective defense even while we adapt to the new threats of the 21st century. A key factor in our ability to participate in NATO’s expeditionary missions overseas is the belief that we are secure at home. We must therefore correct some self-inflicted wounds from the past. It was a mistake not to commence with proper Article 5 defense planning for new members after NATO was enlarged. NATO needs to make the Alliance’s commitments credible and provide strategic reassurance to all members. This should include contingency planning, prepositioning of forces, equipment, and supplies for reinforcement in our region in case of crisis as originally envisioned in the NATO-Russia Founding Act.
We should also re-think the working of the NATO-Russia Council and return to the practice where NATO member countries enter into dialogue with Moscow with a coordinated position. When it comes to Russia, our experience has been that a more determined and principled policy toward Moscow will not only strengthen the West’s security but will ultimately lead Moscow to follow a more cooperative policy as well. Furthermore, the more secure we feel inside NATO, the easier it will also be for our countries to reach out to engage Moscow on issues of common interest. That is the dual track approach we need and which should be reflected in the new NATO strategic concept.
Third, the thorniest issue may well be America’s planned missile-defense installations. Here too, there are different views in the region, including among our publics which are divided. Regardless of the military merits of this scheme and what Washington eventually decides to do, the issue has nevertheless also become -- at least in some countries -- a symbol of America’s credibility and commitment to the region. How it is handled could have a significant impact on their future transatlantic orientation. The small number of missiles involved cannot be a threat to Russia's strategic capabilities, and the Kremlin knows this. We should decide the future of the program as allies and based on the strategic plusses and minuses of the different technical and political configurations. The Alliance should not allow the issue to be determined by unfounded Russian opposition. Abandoning the program entirely or involving Russia too deeply in it without consulting Poland or the Czech Republic can undermine the credibility of the United States across the whole region.
Fourth, we know that NATO alone is not enough. We also want and need more Europe and a better and more strategic U.S.-EU relationship as well. Increasingly our foreign policies are carried out through the European Union – and we support that. We also want a common European foreign and defense policy that is open to close cooperation with the United States. We are the advocates of such a line in the EU. But we need the United States to rethink its attitude toward the EU and engage it much more seriously as a strategic partner. We need to bring NATO and the EU closer together and make them work in tandem. We need common NATO and EU strategies not only toward Russia but on a range of other new strategic challenges.
Fifth is energy security. The threat to energy supplies can exert an immediate influence on our nations’ political sovereignty also as allies contributing to common decisions in NATO. That is why it must also become a transatlantic priority. Although most of the responsibility for energy security lies within the realm of the EU, the United States also has a role to play. Absent American support, the Baku-Tbilisi-Ceyhan pipeline would never have been built. Energy security must become an integral part of U.S.-European strategic cooperation. Central and Eastern European countries should lobby harder (and with more unity) inside Europe for diversification of the energy mix, suppliers, and transit routes, as well as for tough legal scrutiny of Russia's abuse of its monopoly and cartel-like power inside the EU. But American political support on this will play a crucial role. Similarly, the United States can play an important role in solidifying further its support for the Nabucco pipeline, particularly in using its security relationship with the main transit country, Turkey, as well as the North-South interconnector of Central Europe and LNG terminals in our region.
Sixth, we must not neglect the human factor. Our next generations need to get to know each other, too. We have to cherish and protect the multitude of educational, professional, and other networks and friendships that underpin our friendship and alliance. The U.S. visa regime remains an obstacle in this regard. It is absurd that Poland and Romania -- arguably the two biggest and most pro-American states in the CEE region, which are making substantial contributions in Iraq and Afghanistan -- have not yet been brought into the visa waiver program. It is incomprehensible that a critic like the French anti-globalization activist Jose Bove does not require a visa for the United States but former Solidarity activist and Nobel Peace prizewinner Lech Walesa does. This issue will be resolved only if it is made a political priority by the President of the United States.
The steps we made together since 1989 are not minor in history. The common successes are the proper foundation for the transatlantic renaissance we need today. This is why we believe that we should also consider the creation of a Legacy Fellowship for young leaders. Twenty years have passed since the revolutions of 1989. That is a whole generation. We need a new generation to renew the transatlantic partnership. A new program should be launched to identify those young leaders on both sides of the Atlantic who can carry forward the transatlantic project we have spent the last two decades building in Central and Eastern Europe.
In conclusion, the onset of a new Administration in the United States has raised great hopes in our countries for a transatlantic renewal. It is an opportunity we dare not miss. We, the authors of this letter, know firsthand how important the relationship with the United States has been. In the 1990s, a large part of getting Europe right was about getting Central and Eastern Europe right. The engagement of the United States was critical to locking in peace and stability from the Baltics to the Black Sea. Today the goal must be to keep Central and Eastern Europe right as a stable, activist, and Atlanticist part of our broader community.
That is the key to our success in bringing about the renaissance in the Alliance the Obama Administration has committed itself to work for and which we support. That will require both sides recommitting to and investing in this relationship. But if we do it right, the pay off down the road can be very real. By taking the right steps now, we can put it on new and solid footing for the future.

Valdas Adamkus, Former President of the Republic of Lithuania
Martin Butora, Former Ambassador of the Slovak Republic to the United States
Emil Constantinescu, Former President of the Republic of Romania
Pavol Demes, Former Minister of International Relations and Advisor to the President, Slovak Republic
Lubos Dobrovsky, Former Defense Minister of the Czech Republic, former Ambassador to Russia
Matyas Eorsi, Former Secretary of State of the Hungarian MFA
Istvan Gyarmati, Ambassador, President of the International Centre for Democratic Transition in Budapest
Vaclav Havel, Former President of the Czech Republic
Rastislav Kacer, Former Ambassador of the Slovak Republic to the United States
Sandra Kalniete, Former Minister of Foreign Affairs of Latvia
Karel Schwarzenberg, Former Minister of Foreign Affairs, Czech Republic
Michal Kovac, Former President of the Slovak Republic
Ivan Krastev, Chairman of the Centre for Liberal Strategies in Sofia, Bulgaria
Aleksander Kwasniewski, Former President of the Republic of Poland
Mart Laar, Former Prime Minister of Estonia
Kadri Liik, Director of the International Centre for Defence Studies in Tallinn, Estonia
Janos Martonyi, Former Minister of Foreign Affairs, Hungary
Janusz Onyszkiewicz, Former Vice-president of the European Parliament, former Defense Minister, Poland
Adam Rotfeld, Former Minister of Foreign Affairs, Poland
Alexandr Vondra, Former Minister of Foreign Affairs and Deputy Prime Minister, Czech Republic
Vaira Vike-Freiberga, Former President of the Republic Latvia
Lech Walesa, Former President of the Republic of Poland

DOWNLOAD: An Open Letter to the Obama Administration

 

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 23:44

Objectif N°1 du Président Tchèque en visite à Jérusalem : renforcer les liens économiques entre les deux pays.Des relations au beau fixe



jul24

Par Maxime Perez à Tel-Aviv
Rubrique: Politique
Publié le 24 juillet 2009 à 12:01

http://www.czso.cz/csu/redakce.nsf/03.jpg

 

Le Premier ministre tchèque Jan Fischer vient d’achever vendredi une visite officielle de trois jours en Israël dont l’objectif principal était de renforcer les liens économiques entre les deux pays.

« Elles sont résolument bonnes, il n’y aucun problème dans nos relations» a déclaré le chef du gouvernement tchèque après son entretien avec le président israélien Shimon Peres. Jan Fischer n’a toutefois pas souhaité évoquer avec les dirigeants israéliens les questions difficiles comme celle des implantations juives dans les territoires palestiniens.

Pour la partie tchèque, le but de la visite était avant tout économique. Michael Žantovský, ambassadeur tchèque en Israël, a précisé que « plusieurs hommes d’affaires qui accompagnent le Premier ministre pour cette visite ont participé à une table ronde avec des patrons israéliens dont les entreprises sont principalement actives dans les nouvelles technologies et le High-Tech »

Avant de regagner Prague, le Premier ministre tchèque Jan Fischer a qualifié son déplacement en Israël de « très émouvant ». Il a notamment visité le mémorial de Yad Vashem dédié à la Shoah. « J’étais bouleversé parce que c’est lié aux affres de l’histoire de ma famille », a-t-il indiqué.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 23:25

L'Obsession des Concessions

 

Par Albert Soued, http://symbole.chez.com pour www.nuitdorient.com

Le 26/07/09

 

Depuis son accession à la présidence des Etats-Unis, Hussein Obama s'est aligné sur l'Europe, en ce qui concerne le conflit arabo-israélien, c'est-à-dire en dehors de la solution à 2 états proposée par G W Bush en 2002, promouvoir une paix à tout prix et exercer des pressions sur le seul état viable, Israël, pour rendre viable un projet qui ne l'est pas et … lui faire payer le prix de ce projet et de cette paix.

 

L'obsession d'obtenir des concessions d'une seule partie, Israël, afin de rendre possible un projet boiteux et peu réaliste, risque de déboucher sur un conflit majeur au Moyen Orient.

Le projet est boiteux et non viable parce que les Palestiniens n'en veulent pas et ils comptent sur Hussein Obama pour mener "un jihad politique" en faveur des Arabes en Terre Sainte. Incapables de constituer un état pour diverses raisons dont les divisions tribales et idéologiques, les Palestiniens cherchent à déstabiliser l'état d'Israël politiquement et, pour le temps de la présidence Obama, pacifiquement.

Dans le but de créer à terme une entité arabe se substituant à Israël et englobant plusieurs états de la région.

 

Il suffit pour s'en convaincre de lire les diverses et récentes déclarations de leurs dirigeants et, mieux, de dirigeants arabes qui leur sont favorables.

- Azmi Bishara est un  ex-député arabe de la Knesset qui a fui Israël pour ne pas être poursuivi pour "entente avec l'ennemi", ayant communiqué des informations sensibles au Hezbollah. Voici les propos qu'il a tenus dans une interview rapportée par le journaliste Yaron London: "Je ne pense pas qu'il y ait une nation palestinienne. Mais il y a une nation arabe. Je ne pense pas qu'il y ait une nation palestinienne. Car c'est une invention coloniale. Depuis quand y avait-il ici des Palestiniens? Je pense qu'il n'y a qu'une seule nation arabe. Jusqu'à la fin du 19ème siècle, la Palestine était la partie méridionale de la Grande Syrie."

- Kifah Radaydeh, un activiste du Fatah, a affirmé à la Télévision publique de l'Autorité Palestinienne (AP) que "La paix est un moyen et non une fin. Notre but, c'est toute la Palestine… La lutte armée est toujours dans les cartons, elle dépend de notre capacité et des circonstances"

- Le député du Parlement du Fatah, Najat Abou Baqr a précisé à la même télévision que l'objectif du Fatah restait toujours la destruction d'Israël, mais que la tactique du moment était de se focaliser sur la Cisjordanie et Gaza, "…. mais cela ne veut pas dire que nous ne voulons pas revenir aux frontières de 1948 (englober tout Israël), mais l'agenda du moment est de dire que nous voulons les frontières de 1967"

- Mohamed Dahlan, membre éminent de l'AP, a précisé que le Fatah ne reconnaîtra jamais l'état d'Israël et que si l'AP a fait mine de le reconnaître, c'est uniquement pour son prestige international et pour recevoir l'aide extérieure.

- Dans une interview au quotidien jordanien Al Doustour, le 25/06/09, Saeb Erekat, le chef négociateur Palestinien rapporte que le gouvernement Olmert avait déjà offert à l'AP un territoire équivalent à 100% de la superficie conquise en 1967, par un échange territorial. Erekat explique que l'AP ne peut accepter cet échange, avant que ne soit reconnue sa souveraineté sur tous les territoires conquis en 1967 ! De plus, étant donné l'érosion constante de la position israélienne depuis Madrid, il était inutile de se précipiter pour accepter une quelconque proposition. Il précisa par ailleurs que le droit au retour des réfugiés en Israël était inaliénable, sans que soient exclues en parallèle des compensations financières. Droit au Retour et compensations vont de pair!

- De même Saeb Erekat a récemment rappelé à Benyamin Netanyahou que les temps avaient changé et qu'il devait tenir compte maintenant du fait que le nouvel hôte de la maison Blanche était Hussein Obama ! Et que l'ère dorée de la construction en Judée-Samarie était terminée, même pour l'accroissement naturel des implantations.

 

En effet, tous les faits et gestes des Israéliens à Jérusalem et dans les implantations sont rapportés directement au Département d'Etat, même ceux pour lesquels Israël avait des garanties d'un précédent gouvernement américain. Que valent aujourd'hui avec Hussein Obama les garanties américaines? (1)

 

Autre question. De quel droit les nations occidentales s'immiscent dans les affaires locales et privées d'un particulier ? L'intervention de Washington et de Paris dans l'affaire privée de l'hôtel Shepherd du quartier Shimon Hatsadiq (Sheikh Jarrah) est un scandale et une ineptie. En 1891, des Juifs sionistes ont créé un nouveau quartier à Jérusalem, en achetant des terrains à 1400 m au nord de la Vieille Ville, terrains qu'ils ont dû abandonner lors des émeutes arabes des années 20. Par la suite, dans les années 30, le moufti pro-nazi Haj Amin al Husseini s'en est emparé pour construire un édifice qui devint l'hôtel Shepherd. Après 1967, vaincus, les Jordaniens ont abandonné Jérusalem-Est et la Judée-Samarie qu'ils occupaient, et ces terrains devinrent une "propriété abandonnée" sur le plan juridique.

Un homme d'affaires américain, Irving Moskowitz les racheta en 1985, louant le bâtiment à la police des frontières jusqu'en 2002. Il y a 2 semaines, il obtint l'autorisation de rénover l'hôtel. Mahmoud Abbas s'est alors plaint aux Américains que la création de 20 appartements et d'un garage allait modifier l'équilibre démographique de la cité ! On connaît la suite: l'ambassadeur d'Israël à Washington Michael Oren a été convoqué au Département d'Etat et celui de Paris de même, au Quai d'Orsay, par Bernard Kouchner où on les a sommés de mettre un terme au projet de transformation. (2)

 

Depuis qu'il est au pouvoir, Obama n'a de cesse de courtiser les Arabes afin de modifier l'image de marque des Etats-Unis auprès d'eux. Pour cela, il procède à des adresses et des discours télévisés. Mais n'ayant pas obtenu les résultats escomptés, il n'a trouvé d'autre moyen pour les convaincre que de prendre parti pour "les pauvres Palestiniens" et de vilipender Israël parce que quelques caravanes occupent quelques arpents de terre en Judée-Samarie ou qu'à Jérusalem on fait évacuer des logements arabes insalubres ou qu'on modifie un bâtiment privé, acheté 2 fois en l'espace d'un siècle en toute légalité, pour y loger des Juifs.

Or par sa politique, Obama ne fait que conforter les Arabes dans leur attitude intransigeante vis-à-vis d'Israël qu'il met en danger. Avec l'appui de la majorité de l'opinion mondiale et d'une majorité précaire américaine, il risque de s'engouffrer dans une impasse et de déclencher un conflit majeur dans la région (3). Parce que l'opinion israélienne est ulcérée par l'affaire de l'hôtel Shepherd, parce qu'une très grande partie de la gauche israélienne a réagi négativement aux modes opératoires humiliants et injustes d'Obama.

 

Israël n'a cessé de faire des concessions depuis 1967, concessions qui n'ont pas entraîné une paix réelle, de simples trêves qui ont obligé cet état à consacrer une part très importante de ses ressources à s'armer, au détriment de son mieux vivre.

Aujourd'hui, si le pays vote à droite, c'est qu'il sait que donner encore et encore ne lui apportera pas de paix véritable et, depuis Gaza, cela risque même de l'entraîner vers l'irréparable et l'irréversible. Israël ne fera plus de concessions, ayant atteint les limites qu'on ne peut ni ne doit dépasser. Au risque de se retrouver seul à défendre sa cause, mais ceci n'est pas nouveau…

 

Notes

(1) Dans une lettre à Ariel Sharon datée du 14/04/04, G W Bush lui confirme qu'il faudra tenir compte des réalités du terrain pour tout accord concernant le conflit arabo-israélien, notamment les blocs de population juive en Judée Samarie, qu'il n'était pas réaliste de revenir aux frontières de l'armistice de 1949 et que des négociations devaient redéfinir les frontières entre Israël et la future Palestine. Pendant 5 ans les constructions pour tenir compte de l'accroissement naturel de la population des implantations n'a posé aucun problème aux Américains ni aux Palestiniens. Les problèmes ont commencé avec Obama qui veut changer la donne. Hillary Clinton ne veut pas tenir compte de la lettre de G W Bush. Elle a été contredite par le général Elliott Abrams, négociateur au Moyen Orient sous G W Bush, dans un article du Wall Street Journal où il précise qu'il s'agissait bien d'un accord bilatéral entre le président des Etats-Unis et le 1er ministre d'Israël, l'évacuation de Gaza contre l'envoi d'une lettre d'engagement. A moins que les Etats-Unis ne soient devenus une république bananière.

(2) Cette attitude a soulevé l'indignation en Israël et dans le monde juif et philosémite. Voir en annexe un communiqué de l'UPJF.

(3) On vient d'apprendre qu'Hussein Obama aurait décidé de renoncer à sa politique de pressions sur Israël, pour ce qui concerne les implantations. Le "perroquet du Quai d'Orsay" ferait mieux de s'en inspirer.

 

Par Albert Soued, http://symbole.chez.com pour www.nuitdorient.com

Le 26/07/09

 

Depuis son accession à la présidence des Etats-Unis, Hussein Obama s'est aligné sur l'Europe, en ce qui concerne le conflit arabo-israélien, c'est-à-dire en dehors de la solution à 2 états proposée par G W Bush en 2002, promouvoir une paix à tout prix et exercer des pressions sur le seul état viable, Israël, pour rendre viable un projet qui ne l'est pas et … lui faire payer le prix de ce projet et de cette paix.

 

L'obsession d'obtenir des concessions d'une seule partie, Israël, afin de rendre possible un projet boiteux et peu réaliste, risque de déboucher sur un conflit majeur au Moyen Orient.

Le projet est boiteux et non viable parce que les Palestiniens n'en veulent pas et ils comptent sur Hussein Obama pour mener "un jihad politique" en faveur des Arabes en Terre Sainte. Incapables de constituer un état pour diverses raisons dont les divisions tribales et idéologiques, les Palestiniens cherchent à déstabiliser l'état d'Israël politiquement et, pour le temps de la présidence Obama, pacifiquement.

Dans le but de créer à terme une entité arabe se substituant à Israël et englobant plusieurs états de la région.

 

Il suffit pour s'en convaincre de lire les diverses et récentes déclarations de leurs dirigeants et, mieux, de dirigeants arabes qui leur sont favorables.

- Azmi Bishara est un  ex-député arabe de la Knesset qui a fui Israël pour ne pas être poursuivi pour "entente avec l'ennemi", ayant communiqué des informations sensibles au Hezbollah. Voici les propos qu'il a tenus dans une interview rapportée par le journaliste Yaron London: "Je ne pense pas qu'il y ait une nation palestinienne. Mais il y a une nation arabe. Je ne pense pas qu'il y ait une nation palestinienne. Car c'est une invention coloniale. Depuis quand y avait-il ici des Palestiniens? Je pense qu'il n'y a qu'une seule nation arabe. Jusqu'à la fin du 19ème siècle, la Palestine était la partie méridionale de la Grande Syrie."

- Kifah Radaydeh, un activiste du Fatah, a affirmé à la Télévision publique de l'Autorité Palestinienne (AP) que "La paix est un moyen et non une fin. Notre but, c'est toute la Palestine… La lutte armée est toujours dans les cartons, elle dépend de notre capacité et des circonstances"

- Le député du Parlement du Fatah, Najat Abou Baqr a précisé à la même télévision que l'objectif du Fatah restait toujours la destruction d'Israël, mais que la tactique du moment était de se focaliser sur la Cisjordanie et Gaza, "…. mais cela ne veut pas dire que nous ne voulons pas revenir aux frontières de 1948 (englober tout Israël), mais l'agenda du moment est de dire que nous voulons les frontières de 1967"

- Mohamed Dahlan, membre éminent de l'AP, a précisé que le Fatah ne reconnaîtra jamais l'état d'Israël et que si l'AP a fait mine de le reconnaître, c'est uniquement pour son prestige international et pour recevoir l'aide extérieure.

- Dans une interview au quotidien jordanien Al Doustour, le 25/06/09, Saeb Erekat, le chef négociateur Palestinien rapporte que le gouvernement Olmert avait déjà offert à l'AP un territoire équivalent à 100% de la superficie conquise en 1967, par un échange territorial. Erekat explique que l'AP ne peut accepter cet échange, avant que ne soit reconnue sa souveraineté sur tous les territoires conquis en 1967 ! De plus, étant donné l'érosion constante de la position israélienne depuis Madrid, il était inutile de se précipiter pour accepter une quelconque proposition. Il précisa par ailleurs que le droit au retour des réfugiés en Israël était inaliénable, sans que soient exclues en parallèle des compensations financières. Droit au Retour et compensations vont de pair!

- De même Saeb Erekat a récemment rappelé à Benyamin Netanyahou que les temps avaient changé et qu'il devait tenir compte maintenant du fait que le nouvel hôte de la maison Blanche était Hussein Obama ! Et que l'ère dorée de la construction en Judée-Samarie était terminée, même pour l'accroissement naturel des implantations.

 

En effet, tous les faits et gestes des Israéliens à Jérusalem et dans les implantations sont rapportés directement au Département d'Etat, même ceux pour lesquels Israël avait des garanties d'un précédent gouvernement américain. Que valent aujourd'hui avec Hussein Obama les garanties américaines? (1)

 

Autre question. De quel droit les nations occidentales s'immiscent dans les affaires locales et privées d'un particulier ? L'intervention de Washington et de Paris dans l'affaire privée de l'hôtel Shepherd du quartier Shimon Hatsadiq (Sheikh Jarrah) est un scandale et une ineptie. En 1891, des Juifs sionistes ont créé un nouveau quartier à Jérusalem, en achetant des terrains à 1400 m au nord de la Vieille Ville, terrains qu'ils ont dû abandonner lors des émeutes arabes des années 20. Par la suite, dans les années 30, le moufti pro-nazi Haj Amin al Husseini s'en est emparé pour construire un édifice qui devint l'hôtel Shepherd. Après 1967, vaincus, les Jordaniens ont abandonné Jérusalem-Est et la Judée-Samarie qu'ils occupaient, et ces terrains devinrent une "propriété abandonnée" sur le plan juridique.

Un homme d'affaires américain, Irving Moskowitz les racheta en 1985, louant le bâtiment à la police des frontières jusqu'en 2002. Il y a 2 semaines, il obtint l'autorisation de rénover l'hôtel. Mahmoud Abbas s'est alors plaint aux Américains que la création de 20 appartements et d'un garage allait modifier l'équilibre démographique de la cité ! On connaît la suite: l'ambassadeur d'Israël à Washington Michael Oren a été convoqué au Département d'Etat et celui de Paris de même, au Quai d'Orsay, par Bernard Kouchner où on les a sommés de mettre un terme au projet de transformation. (2)

 

Depuis qu'il est au pouvoir, Obama n'a de cesse de courtiser les Arabes afin de modifier l'image de marque des Etats-Unis auprès d'eux. Pour cela, il procède à des adresses et des discours télévisés. Mais n'ayant pas obtenu les résultats escomptés, il n'a trouvé d'autre moyen pour les convaincre que de prendre parti pour "les pauvres Palestiniens" et de vilipender Israël parce que quelques caravanes occupent quelques arpents de terre en Judée-Samarie ou qu'à Jérusalem on fait évacuer des logements arabes insalubres ou qu'on modifie un bâtiment privé, acheté 2 fois en l'espace d'un siècle en toute légalité, pour y loger des Juifs.

Or par sa politique, Obama ne fait que conforter les Arabes dans leur attitude intransigeante vis-à-vis d'Israël qu'il met en danger. Avec l'appui de la majorité de l'opinion mondiale et d'une majorité précaire américaine, il risque de s'engouffrer dans une impasse et de déclencher un conflit majeur dans la région (3). Parce que l'opinion israélienne est ulcérée par l'affaire de l'hôtel Shepherd, parce qu'une très grande partie de la gauche israélienne a réagi négativement aux modes opératoires humiliants et injustes d'Obama.

 

Israël n'a cessé de faire des concessions depuis 1967, concessions qui n'ont pas entraîné une paix réelle, de simples trêves qui ont obligé cet état à consacrer une part très importante de ses ressources à s'armer, au détriment de son mieux vivre.

Aujourd'hui, si le pays vote à droite, c'est qu'il sait que donner encore et encore ne lui apportera pas de paix véritable et, depuis Gaza, cela risque même de l'entraîner vers l'irréparable et l'irréversible. Israël ne fera plus de concessions, ayant atteint les limites qu'on ne peut ni ne doit dépasser. Au risque de se retrouver seul à défendre sa cause, mais ceci n'est pas nouveau…

 

Notes

(1) Dans une lettre à Ariel Sharon datée du 14/04/04, G W Bush lui confirme qu'il faudra tenir compte des réalités du terrain pour tout accord concernant le conflit arabo-israélien, notamment les blocs de population juive en Judée Samarie, qu'il n'était pas réaliste de revenir aux frontières de l'armistice de 1949 et que des négociations devaient redéfinir les frontières entre Israël et la future Palestine. Pendant 5 ans les constructions pour tenir compte de l'accroissement naturel de la population des implantations n'a posé aucun problème aux Américains ni aux Palestiniens. Les problèmes ont commencé avec Obama qui veut changer la donne. Hillary Clinton ne veut pas tenir compte de la lettre de G W Bush. Elle a été contredite par le général Elliott Abrams, négociateur au Moyen Orient sous G W Bush, dans un article du Wall Street Journal où il précise qu'il s'agissait bien d'un accord bilatéral entre le président des Etats-Unis et le 1er ministre d'Israël, l'évacuation de Gaza contre l'envoi d'une lettre d'engagement. A moins que les Etats-Unis ne soient devenus une république bananière.

(2) Cette attitude a soulevé l'indignation en Israël et dans le monde juif et philosémite. Voir en annexe un communiqué de l'UPJF.

(3) On vient d'apprendre qu'Hussein Obama aurait décidé de renoncer à sa politique de pressions sur Israël, pour ce qui concerne les implantations. Le "perroquet du Quai d'Orsay" ferait mieux de s'en inspirer.

Partager cet article
Repost0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 22:46

La crise des unités d'habitation juives

Éditorial du Wahington Times
Par
Thème : Proche-Orient
 Date de publication : mardi 21Juillet 2009

Titre original : Jewish housing crisis

Traduction : Objectif-info

Le Département d’Etat ne voit pas les deux faces du conflit du Moyen Orient

La dernière menace pour la paix au Moyen-orient n'est pas le tir d’une roquette en provenance de Gaza ni un attentat terroriste. C'est un projet de construction d'appartements à Jérusalem, du moins aux yeux « Derrière Brumeux » (1).

La semaine dernière, le Département d'État demandé à l’ambassadeur d’Israel aux Etats-Unis, Michael Oren, de stopper la construction sur l'emplacement du Shepherd Hotel de 20 unités résidentielles, à proximité d’une banlieue arabe de Jérusalem-Est.

L’accès de colère provoqué au Département d'État par ces 20 nouvelles unités contraste avec le silence officiel des Etats-Unis sur les innombrables logements palestiniens construits illégalement à Jérusalem. Selon l’ouvrage de Justus Reid Weiner publié en 2003, "Les constructions illégales à Jérusalem ", un responsable palestinien a revendiqué la construction de 6.000 maisons sans permis en quatre ans. Certaines de ces maisons ont été financées par des apports étrangers qui sont loin d’être tourmentés par la recherche de la paix.

Dimanche, Yuval Diskin, le chef du Shin Bet, révélait que Youssouf Qaradawi, un cheick vivant au Qatar, avait fait un don de 21 millions de dollars à une institution de charité fondée par le Hamas pour acheter des terrains et construire des habitations à Jérusalem. M. Qaradawi, de nationalité égyptienne, est un soutien de longue date du Hamas qui estime que les attentats-suicide sont "la preuve de la justice de Dieu." Le 9 janvier 2009, dans un sermon diffusé sur Al Jazeera il disait : "Oh Allah, occupe-toi de cette bande d’oppresseur juifs sionistes. Oh Allah, n'épargne pas un seul d'entre eux. Oh Allah, compte-les, et tue-les jusqu’au tout dernier."

Le président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, a apporté sa contribution à la polémique en clamant que "la Ville Sainte fait face aujourd'hui à de vrais dangers, à une tentative de la transformer en une ville exclusivement juive en gommant ses origines historiques islamiques et chrétiennes." M. Abbas devrait étudier davantage l'histoire. Jérusalem est plus facile d’accès et religieusement libre sous l’administration israélienne qu’elle ne l’a jamais été auparavant. Les lieux saints de toutes les religions sont également protégés par la loi, ce qui n'était pas le cas avant l’unification de la ville il y a 40 ans. Les troupes arabes avaient transformé le quartier juif de Jérusalem-Est en un"cimetière" quand elles l’ont envahi en 1948, selon Abdallah el-Tal, le commandant de la Légion arabe.

Aujourd'hui, dans la Jérusalem réunifiée, des centaines de musulmans se recueillent chaque vendredi à la mosquée d'Al-Aqsa sur le Mont du Temple pour prier sans se cacher, en toute liberté. On peut bien se demander où, dans le monde arabe, des centaines de juifs seraient autorisés à prier publiquement, surtout dans un lieu saint musulman. Puisqu’il en est question, on peut bien se demander aussi où il y a encore des centaines de Juifs dans le monde arabe.

La dernière querelle fait suite aux avertissements de la secrétaire d'état Hillary Rodham Clinton pour qui "la croissance naturelle", l’euphémisme qu’elle emploie pour désigner les bébés juifs, n’est pas autorisée en Cisjordanie. Mais il n'y a aucune déclaration des personnalités officielles sur les droits des Palestiniens de se reproduire en Israël. Cette approche déséquilibrée du processus de paix a provoqué de lourdes suspiscions chez les Israéliens.Un sondage publié le mois dernier dans Jerusalem Post a prouvé que seuls 6 pour cent de ceux-ci pensent que la politique du président Obama est favorable à Israël, alors que 50 pour cent l’estiment pro-palestinienne.

La semaine dernière, M. Obama a réuni d’importants dirigeants juifs américains pour leur assurer qu'il est un ami d’Israël. Mais comme le dit l’adage, avec de tels amis …


(1) « Foggy Bottom » dans l’original : cette expression que l’on peut traduire ici par « Derrière Brumeux » est le surnom du Département d’état amériain, l’équivalent de notre Quay d’Orsay
Partager cet article
Repost0
25 juillet 2009 6 25 /07 /juillet /2009 22:45
La paix se réchauffe

Revue de la presse israélienne du service de Presse de l’ambassade de France en Israël

vendredi 24 juillet 2009

/ Maya Bengal – Maariv
« L’initiative de paix arabe peut permettre de parvenir à une paix historique », a déclaré hier soir le Premier ministre Netanyahu au cours de sa visite exceptionnelle à la résidence de l’ambassadeur d’Egypte, à Herzliya, à l’occasion de la fête nationale égyptienne.

La célébration de la fête nationale égyptienne a prouvé une fois de plus qu’Israël fait de gros efforts afin de préserver, d’entretenir et d’approfondir ses relations avec l’Egypte. La plupart des hauts responsables de l’Etat étaient présents : Binyamin Netanyahu et son épouse Sarah, le président Shimon Pérès ainsi que de nombreux ministres et députés, de droite comme de gauche.

Dans son discours, le Premier ministre Netanyahu a placé l’Egypte, et son président Hosni Moubarak, au premier rang du monde arabe, affirmant qu’elle est capable de réunir les pays arabes afin de faire avancer la paix dans la région. Dans l’entourage de Netanyahu on estime qu’il est dans l’intérêt d’Israël de créer un « axe diplomatique fort » avec l’Egypte qui permettra au gouvernement israélien de reprendre l’initiative quand sera publié le plan de paix du président américain, Barack Obama.

Le Premier ministre Netanyahu a appelé les pays arabes à entamer des pourparlers sur l’initiative de paix de la Ligue arabe. Il a cependant souligné qu’il n’accepte pas les grandes lignes de l’initiative telles quelles mais les considère comme une base possible pour des négociations. « Israël respecte et apprécie l’effort fait par les pays arabes pour promouvoir la paix dans la région. Et même si ces propositions ne sont pas définitives, elle peuvent créer une atmosphère positive qui permettra de parvenir à une paix régionale globale », a déclaré le Premier ministre.

Le président Pérès a eu droit à des compliments de la part de l’ambassadeur d’Egypte, Yasser Reda, pour son dévouement envers le processus de paix. Pérès a quant à lui fait l’éloge du président égyptien : « Nous saluons tous aujourd’hui le président égyptien, un grand dirigeant, fort, qui préserve la paix et la stabilité au Proche-Orient. Nous avons aujourd’hui une véritable occasion de faire la paix avec les Palestiniens et avec l’ensemble du monde arabe, une paix régionale. Et la personne qui peut mener cette démarche historique c’est le président Moubarak », a-t-il déclaré.

Binyamin Netanyahu s’est joint lui aussi aux compliments, affirmant que la paix entre Israël et l’Egypte est la pierre angulaire des efforts destinés à promouvoir la paix avec les autres voisins d’Israël. « Nous espérons parvenir à la paix avec les Palestiniens et élargir cette paix à l’ensemble de la région. Nous espérons aussi que les pays arabes avec lesquels nous ne sommes pas encore parvenus à la paix rejoindront cet effort colossal. Nous sommes convaincus que le président Moubarak aura le leadership nécessaire pour cela », a déclaré le Premier ministre.

Le Premier ministre a évoqué l’article publié par le prince héritier de Bahreïn dans le Washington Post et dans lequel il a appelé les pays arabes à entamer des pourparlers sur une paix régionale avec Israël. M. Netanyahu a cité le prince qui a écrit : « L’ensemble des parties doivent effectuer simultanément des démarches destinées à bâtir la confiance ». « Je voudrais faire part de mon estime pour le prince de Bahreïn. (…) C’est dans cet esprit que l’on pourra créer une atmosphère dans laquelle on aura le sentiment qu’une telle paix est possible », a ajouté le Premier ministre.

Partager cet article
Repost0
24 juillet 2009 5 24 /07 /juillet /2009 21:32
Le déni de la communauté juive sur Obama doit cesser

Par Anne Bayefsky | jewishworldreview.com | Adaptation française de sentinelle 5769

vendredi 24 juillet 2009

Le Président Barack Obama a rencontré pour la première fois lundi dernier les dirigeants d’organisations juives triées sur le volet, et des fuites sur cette réunion montrent clairement un phénomène. Le seul pays libre au Moyen Orient n’a plus d’ami chez le dirigeant du monde libre. Obama est le président américain en fonction le plus hostile dans l’histoire de l’Etat d’Israël.

C’était la toute première réunion avec les dirigeants de la Communauté juive. Des requêtes antérieures pour une audience de la part des plus importantes organisations juives auraient été ignorées. Six mois après sa prise de fonction, le président a fini par adresser une invitation pour arrêter l’hémorragie. Un nombre cr oissant de Juifs, y compris parmi l’immense majorité qui a voté pour Obama, a émis de graves préoccupations sur ses projets réels.

La réunion cependant, n’a pas servi de tremplin à un engagement marqué ni à un dialogue renouvelé. Au lieu de cela, il décida de cueillir son auditoire juif en y incluant de nouveaux venus, Tel J Street*, disposant de peu de soutien de l’essentiel du monde juif, en blackboulant « l’Organisation Sioniste d’Amérique » (ZOA). Le plus ancien groupe pro Israël au Etats-Unis voix que Obama ne voulait pas entendre, avec un bureau à Washington placé juste derrière en importance numérique avec l’American Israel Public Affairs Committee (AIPAC). Cela a permis de continuer le dialogue engagé avec le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, mais pas avec le président de ZOA, Mort Klein.

L’alarme croissante dans la communauté juive fut aussi une chose que la Maison Blanche était encline camoufler. Ils ont refusé de placer la réunion sur l’agenda public du président jusqu’à ce qu’il soit publié. La Maison Blanche a exigé une stricte confidentialité et publié un communiqué laconique sur sa survenue après qu’il fût terminé.

REVEILLEZ – VOUS !

Mais on ne peut pas passer sur la troublante réalité qui en est ressortie. Le président a déclaré à son auditoire qu’il préférait mettre la lumière entre les Etats Unis et Israël. Sa justification : « Il n’y avait pas de clarté entre les positions des USA et celles d’Israël au cours des huit dernières années, et aucun progrès n’a eu lieu. »

A l’évidence, le désengagement unilatéral de la bande de Gaza, de 21 implantations et 9000 résidents ne comptent pour rien. La direction terroriste et la rue palestinienne ont refusé d’accepter un Etat juif au cours des huit années écoulées (et des 53 précédentes) parce que les Etats-Unis n’ont pas ajouté assez à l’isolement d’Israël.

Le président croit apparemment que les Palestiniens cesseront probablement de recourir au terrorisme, à l’incitation à la violence et à l’antisémitisme rampant si les Etats Unis mettent plus de pression sur leurs victimes. Même si Obama ne le comprend pas, Mahmoud Abbas le sait. Il refuse désormais de négocier quoi que ce soit avec le nouveau gouvernement israélien jusqu’à ce que les conditions d’Obama sur un règlement soient obtenues.

Pendant l’audience, le président a décrit à plusieurs reprises sa nouvelle politique dans les termes de l’un des mantras favoris de Yasser Arafat, « l’impartialité ». C’est du langage ‘diplo’ pour une équivalence morale entre une guerre arabe contre l’autodétermination juive lancée depuis des décennies à la naissance d’Israël, avant que la moindre « occupation » et les conditions de « réfugiés » palestiniens de la troisième génération conservés dans les limbes en attendant de la destruction d’Israël. Mais l’impartialité d’Obama n’était pas un lapsus linguae. Lors de son discours du Caire, le président a mis en équivalence l’Holocauste et la « dispersion » palestinienne.

Le président a mis en avant sa stratégie de forte pression publique sur Israël de façon à obtenir plus de crédibilité avec les pays arabes. Il doit avoir voulu parler du type de crédibilité qui provient de sa politique d’abandon « d’une porte ouverte » à l’Iran après son élection discréditée.

UN PRESIDENT DEMOCRATE BLAMANT LES MEDIA ?

Obama a dès lors proclamé que la très large perception par les media d’un projet politique anti-Israël était totalement la faute des media parce qu’ils sont seulement intéressés par les histoires de « chiens enragés ». Quand une administration renvoie un ambassadeur en Syrie bien que celle-ci soit toujours l’un des pays clés parrains du terrorisme, l’hôte des chevilles ouvrières terroristes attachées à l’annihilation d’Israël, et a été surprise à tenter d’acquérir des armes de destruction massive, l’affaire est tirée par les cheveux d’accord, mais vraie.

Le président a plaisanté de ce que la chaîne Al Jazeera diffuse souvent des photos le représentant en Yarmulke* au Mur Occidental. A l’exception de la photo de couverture pendant la campagne électorale destinée à tromper un auditoire juif qui ne s’en amuse plus.

Des articles ont aussi cité des déclarations du président proclamant qu’Israël doit désormais « s’engager dans une sérieuse introspection ». Envisager qu’Israël est un pays démocratique obligé d’envoyer ses enfants dans les Forces Armées pendant deux ou trois ans, et ses hommes dans la réserve pour 25 années supplémentaires, ce n’est pas l’audace de l’espoir*. C’est juste de l’audace.

Il n’y a aucun doute que la pression sur Israël de la part de l’administration Obama va empirer, comme le président l’a dit au groupe : « il n’y a qu’une étroite fenêtre d’opportunité pour faire avancer le processus de paix ». Chacun a compris la menace. La fenêtre étroite, ce sont les ambitions politiques définies par Obama lui-même, sans relation avec les réalités du Moyen-Orient, ou le bien-être aussi bien d’Israël que des Etats-Unis.

Anne=2 0Bayefsky est membre senior du prestigieux “Hudson Institute”, directeur du « Touro Institute « sur les droits de l’homme et l’holocauste ; et rédactrice en chef du site de veille sur l’ONU : www.EYEontheUN.org.


Notes du traducteur :

J Street : Nouveau lobby de Juifs américains et canadiens milliardaires et de ‘Gauche’ (caviar évidemment), prétendument pro-Israël, voulant concurrencer l’AIPAC, tapant à bras raccourcis sur le sionisme. L’un de leurs leaders est l’inénarrable « philanthrope » George Soros, dont la fortune est bâtie sur la spéculation.

Yarmulke : chapeau noir bordé de fourrure des Juifs orthodoxes.

‘Audacity of Hope’ : Premier discours célèbre qui a lancé Obama dans la course présidentielle.

jewishworldreview.com
Partager cet article
Repost0

Présentation

  • : Le blog de Gad
  • : Lessakele : déjouer les pièges de l'actualité Lessakele, verbe hébraïque qui signifie "déjouer" est un blog de commentaire libre d'une actualité disparate, visant à taquiner l'indépendance et l'esprit critique du lecteur et à lui prêter quelques clés de décrytage personnalisées.
  • Contact

Traducteur

English German Spanish Portuguese Italian Dutch
Russian Polish Hebrew Czech Greek Hindi

Recherche

Magie de la langue hébraïque


A tous nos chers lecteurs.

 

Ne vous est-il jamais venu à l'esprit d'en savoir un peu plus sur le titre de ce blog ?

Puisque nous nous sommes aujourd'hui habillés de bleu, il conviendrait de rentrer plus a fond dans l'explication du mot lessakel.

En fait Lessakel n'est que la façon française de dire le mot léhasskil.

L'hébreu est une langue qui fonctionne en déclinant des racines.

Racines, bilitères, trilitères et quadrilitères.

La majorité d'entre elle sont trilitères.

Aussi Si Gad a souhaité appeler son site Lessakel, c'est parce qu'il souhaitait rendre hommage à l'intelligence.

Celle qui nous est demandée chaque jour.

La racine de l'intelligence est sé'hel שכל qui signifie l'intelligence pure.

De cette racine découlent plusieurs mots

Sé'hel > intelligence, esprit, raison, bon sens, prudence, mais aussi croiser

Léhasskil > Etre intelligent, cultivé, déjouer les pièges

Sé'hli > intelligent, mental, spirituel

Léhistakel > agir prudemment, être retenu et raisonnable, chercher à comprendre

Si'hloute > appréhension et compréhension

Haskala >  Instruction, culture, éducation

Lessa'hlen > rationaliser, intellectualiser

Heschkel > moralité

Si'htanout > rationalisme

Si'hloul > Amélioration, perfectionnement

 

Gageons que ce site puisse nous apporter quelques lumières.

Aschkel pour Lessakel.

 

 

Les news de blogs amis